Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#2501 08/12/2016 23h00 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   

Bullebier:
Et que restera t-il en 2020 ? Plus d’immobillier, peu ou pas de ventes. Alors oui Sears peut tenir longtemps effectivement mais si les operations ne se redressent pas, en 2020 il vous restera une coquille vide.
Et Lampert est clairement mauvais et s’entete a retourner Sears a la profitabilité.

Hors ligne

 

#2502 08/12/2016 23h14 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   166 

Si Lampert et Berkowitz prètent leurs titres. Le taux est de l’ordre de 30% je crois.

Si c’est le cas, c’est assez avantageux de faire planer le fantôme de Banqueroute.
D’un côté, il peut prêter à SHLD à un taux intéressant car personne ne veut le faire et de l’autre il récupère les intérêts du prêt des shorters.

S’il possède encore des atouts dans sa manche (d’après Berkowitz, il reste encore de sacré actif..), il peut facilement provoquer un short squeeze.
Sans parler du fait que les normes GAAP d’une holding peuvent masquer pas mal d’information.

Au passage, Lampert a fait des coups intéressant avec son fond ESL.
Achat/revente partielle ou totale IBM, GAP, Seagate et Fossil dans l’année.

En achat direct, SHOS et LE principalement. Sachant qu’il détient entre 50 et 60% du contrôle de ces 2 entreprises.

Ça donne envie de découvrir la dénouement de la galaxie Sears.

Hors ligne

 

#2503 09/12/2016 07h39 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   

Ah le fantasme que les normes Gaap seraient un ecran de fumée dont se sert Lampert pour ne pas montrer les milliards qu’il genere chaque annee chez Sears…
Deja lu 25.000fois.
Sears perd du cash avitesse grand V et ça accelere.

Hors ligne

 

#2504 09/12/2016 07h54 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   37 

Perso, je suis devenu actionnaire lorsque j’ai décidé de suivre Berkowitz, puis conforté par les analyses de l’IF. Ca va faire bientôt 5 ans que je suis dans le bateau.
Ce qui m’énerve le plus, c’est que, malgré les annonces, rien ne s’améliore significativement et ce depuis plusieurs années…J’étais déjà assez agacé par les spin offs qu’on nous faisait payer mais là, ma patience est mise à rude épreuve.

Pour l’instant, je conserve, car ma curiosité sur la suite l’emporte sur tout le reste. Mais je me pose de plus en plus de questions…


parrainage Bourse direct, binck, boursorama, fortuneo possibles

Hors ligne

 

#2505 09/12/2016 08h21 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   

Bonjour JeromeLeivrek,

Je lis sur le reporting de votre blog (au passage, merci pour votre blog) que vous avez vendu vos options SHLD qui vous permettaient de vous couvrir d’un short squeeze lors de prêt de titres.
Il en a déjà été question mais je ne retrouve pas cette file de discussion sur le forum: je comprends que l’achat d’options permet de récupérer des titres en cas de short squeeze au cas ou les shorts feraient défaut sur les titres éventuellement prêtés. Mais finalement, si’il n’y a pas de short squeeze, ce que rapporte le prêt de titre reste inférieur au coût d’acquisition d’options. Du coup cette opération n’est pas sans risques ?
Merci de vos éclaircissements (ou de me renvoyer sur le fil de discussions…)

Hors ligne

 

#2506 09/12/2016 10h41 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   356 

J’avais acheté des options dont l’échéance est lointaine : quasi 2 ans. L’idée étant que même s’il n’y pas short squeeze je pourrais revendre ces options plus cher un jour pendant ces deux ans. Elles ne sont donc pas sensées me couter quelque chose.

Prenons toutefois le scénario du pire que vous décrivez. J’avais acheté des call 2 ans qui m’ont couté 1,5 $ pièce. Cela représente environ 15 % du prix de l’action (à l’époque à 11 $). Hors c’est exactement ce que me rapporte le prêt de titres tous les ans (le taux est bien voisin de 30 % mais la moitié est prise par IB). Donc je ne perds rien.

N.B. J’ai effectivement vendu les call strike 15$ mais j’ai encore des call à strike 25 $ (achetés trop tôt, comme les actions…).
N.B.2 : La discussion est peut-être dans la file Sears mais ce n’est pas facile de s’y retrouver parmi les 100 pages de cette file.


Investisseur deep value. Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck et Boursorama.

Hors ligne

 

#2507 09/12/2016 10h47 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   142 

hello,

Allez on est vendredi et ça fait longtemps que j’ai pas remis 1 pièce dans la machine à blabla alors je me lance!

toujours long shld via options
j’ai arbitré mes warrants pour des options Juin 2018 et Jan 2019, je trouve toujours le pricing du warrant étonnant. Je suis activement les cours des actions/warrants/options et je pense avoir créé pas mal de valeur via différents arbitrages (attention à la liquidité quand même..). Oups je parle comme Lampert car in-fine je suis en forte moins-value… latente :-).
j’essaierai de les roller au fur et à mesure suivant les developpement sur des échéances plus longues

je reconnais que j’arrête de suivre SYW et les chiffres de vente ne m’interressent plus.
je me suis résigné, je ne crois pas à la recovery du retail (peut être qu’il restera un truc tout petit in-fine qui sera profitable mais marginalement mais on s’en fiche un peu). Allez vous pouvez vous moquer de moi en mode "on l’avait dit" :-)

je trouve que BulleBier résumme bien la situation

BulleBier a écrit :

Petit jeu de maths; a ce rythme, combien restera t’il de magasins en 2020?

Ainsi j’observe une acceleration dans la fermeture des Kmarts et la liquidation de l’inventaire (via gros discount). Comme disait l’autre "on a jamais été aussi proche de la fin" :-)
j’avoue cependant que cette liquidation en slow-motion met à rude épreuve les qualités de patience de chacun..

bref, on voit que en 1 à 3 ans à ce rythme les entités opérationnelles seront modestes

Cette acceleration me parait confirmé par:
1. baisse de 1.2Mds de l’inventaire en 1 an (-20%)
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/1697_inventory.jpg

2. La liquidation chez Kmart via gros discount s’acclère clairement
=> donc oui sa fait des pertes quand on brade son inventaire mais la variation YoY n’a plus de sens
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/1697_kmartearn.jpg

3. La fermeture des magasins me semble rationnelle
=> focus sur tous les baux court terme et préservation des 581 baux long terme (>25 ans) qui sont des quasi-propriétés
Ainsi en 2016
- les fermetures de Kmarts ont concernés quasi-uniquement les KMART avec des baux court-terme
- en 1 an Lampert devrait tordre le cou aux derniers 130 KMART avec baux court terme

Q4 2015
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/1697_q4_2015.jpg

Q3 2016
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/1697_q3_2016.jpg

Maintenant j’observe avec interet le creusement de l’ebitda (= vente liquidation) et la baisse des comp sales car finalement on atteindra 0 plus vite.

Pour moi Sears est bien toujours "asset-rich"

Ainsi il restera en gros

- 400 magasins possédé = 1.5 Seritage
- 600 baux long-terme*
- KCD HomeServices et Innovel (logistique)

- de la dette, un fonds de pensions sous-doté et des pertes à faire lors de la liquidation

Les developpement sur KCD et SHS seront intyeressant à voir

Focus sur les baux dont certains valent 0, d’autres baux valent des millions

1. Exemple de lease avec valeur:

Par exemple, lisez ce doc où on apprend que Kmart possède un lease jusqu’en 2053 sur le site du "10 West Lake Street". En gros la propriété "unenco est évalué à 12M€ mais la mairie n’en propose que 8M$ car ya Kmart qui bloque avec son lease
www.minneapolismn.gov/www/groups/public … 151447.pdf

lien a écrit :

Tenant (Sears) has right to assign or sublet without Lessor (City) consent

=> assigner un lease c’est le refiler à qqun, donc quand celui-ci est tres interessant on le refile contre des $$

Doc oct. 2015 a écrit :

As of October 15, 2015, independent appraiser, Shenehon Company, found the appraised value of 10 West Lake Street to be $42 per square foot, rounded to $12,950,000 total, as a hypothetically unencumbered fee simple interest

lien a écrit :

As noted above, however, ownership of the subject property is not unencumbered; it is split among (1) a leased fee estate, (2) a ground leasehold, and (3) an operating lease interest

lien a écrit :

The city has been unable to date to make progress with Sears/Kmart regarding the purchase of their ground and operating lease interests

2. Apparement "many" kmart ont des leases assez favorables comme celui de Mineapolis.. combien? et pour quelle valeur?

nreionline.com/news/what-developers-and … rney-gary-

Lien internet à l’époque du Chp 11 Kmart a écrit :

Glick also notes that many Kmart leases give the retailer the unrestricted right to assign the lease without the landlord’s consent

SHLD Rapport Annuel sur année 2004 (post-banquroute KMART) a écrit :

During fiscal 2004, the Company entered into multiple agreements with Home Depot to sell four properties and assign 14 leased properties for an aggregate purchase price of $271 million, resulting in a total gain on sale of $253 million. Also during fiscal 2004, Kmart sold four owned properties, assigned 45 leased properties and leased one owned store to Sears for a total purchase price of approximately $576 million, resulting in a gain of $599 million. Additionally, the Company sold certain other real and personal property, resulting in net gains of $39 million and $94 million for fiscal 2005 and fiscal 2004, respectively. Included within the fiscal 2004 gains were $22 million related to the sale of owned, or assignment of leased, properties, $18 million related to the sale of the Company’s Trinidad subsidiary and its associated property, $12 million related to the sale of corporate airplanes and $42 million from sales of other real and personal property

Dernière modification par Q2000 (09/12/2016 10h57)

Hors ligne

 

#2508 09/12/2016 11h25 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Banni
Réputation :   

Q2000, et bien d’autres,

L’idee de fermer les magasins les moins rentable est louable.
Cependant on devrait voir les effets sur la marge depuis le temps qu’il ferme des magasins : or ce n’est pas le cas.
C’est l’un des points inquetants

Hors ligne

 

#2509 09/12/2016 11h45 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   142 

A vrai dire je suis d’accord avec vous et je pense qu’au début ils se sont dit "ça va bien marcher un jour et la marge/ebitda va s’améliorer blabla". force est de constater que cela n’a pas marché

d’ailleurs moi aussi je regardais cela trimestre apres trimestre en y croyant mais suis maintenant assez déçu.. tant pis la NAV s’est pris une claque pour rien mais elle reste supérieur au cours selon moi

A posteriori j’aurai fait les choses bien différemment et suis triste du coup d’opportunité monstrueux de cette "aventure".. too bad

Je pense que la difficulté est quand on obersvee un trend depuis plusieurs années (comp sales qui crashent, ebitda qui pi**e le sang etc..) c’est humain de tirer le trait sur les 10 prochaines années.
Moi je pense qu’ils restent toujours rationels et qu’eux aussi se rendent compte que la mayonnaise n’a pas pris et qu’ils sont en train d’en tirer les conséquences

maintenant ils ferment les magasins avec le moins de valeur en terme d’actif (les murs) en se focalisant sur:
1. les Kmart avec lease sans valeur (court terme)
2. balançant l’inventaire "50cents on the $"

je pense qu’une transaction sur l’immo de Kmart n’est pas non plus impossible

Du genre on reassign un bloc de 500 lease à SRG
=> ça vaut qqs billions selon moi

Il faut que la revue stratégique KCD permette de lever du cash pour liberer la main mise du superviseur des fonds de pensions sur certains actifs (dont KCD justement..)

Pour l’immo c’est vrai que l’incertitude réside sur le timing (tres aléatoire..) et la structuration du deal (l’idéal serait une vente 50% cash que SRG financerait vian dette sur les propriétés + 50% en action séritage créés à l’occasion, le pire serait à nouveau une offre avec des droits… avec mes options ça me saoulerait un peu)

Mais avec 1b$ d’AuM (en chute libre) Bruce B. n’a peut etre plus la meme force pour recapitaliser à coup de 100aine de millions de $ Sears qu’en 2015 (il en avait 7b€ debut 2015 année de Seritage!)

Dernière modification par Q2000 (09/12/2016 11h48)

Hors ligne

 

#2510 09/12/2016 14h01 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   142 

allez je continue à alimenter les theories les plus folles
=> le 1 Decembre dernier le Pension Plan a été splitté en 2

voilà je vous apporte cette info mais à vrai dire j’ai aucun commentaire pertinent sur le sujet. c’est peut être d’ailleur juste techinque :-)

10Q a écrit :

Pension Plan Amendment
Effective December 1, 2016, the Sears Holdings Pension Plan ("SHC Pension Plan") was amended and split into two separate plans, the SHC Pension Plan No. 1 ("Plan No. 1") and the SHC Pension Plan No. 2 ("Plan No. 2"). In conjunction with the SHC Pension Plan split, the Company has changed the plan year for both Plan No. 1 and Plan No. 2 from a calendar year end to a November 30th year end.

Hors ligne

 

#2511 10/12/2016 20h19 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1709 

Sans vouloir tirer sur l’ambulance…

BulleBier a écrit :

Petit jeu de maths; a ce rythme, combien restera t’il de magasins en 2020?

Avant d’en arriver à 2020, il faut déjà passer 2018 et 2019.

Début 2016, les échéances à rembourser étaient les suivantes :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_sears-debt-20161210.gif

Sur le dernier 10Q, ce tableau n’est pas présent, et j’avoue avoir la flemme de lire entre les lignes.

Néanmoins, ce papier de Fitch daté de début novembre 2016, confirme les échéances de 2018 et 2019.

Si on regarde maintenant le résultat net depuis 2011 :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_sears-debt-20161210bis.gif

Ou, pour éviter les éventuelles "pollutions" de charges comptables, le flux de trésorerie libre :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_sears-debt-20161210ter.gif

On voit assez mal comment Sears va pouvoir faire face à ses échéances ou convaincre des prêteurs de faire rouler la dette.

Tout repose sur :
1) la vente de Kenmore, Craftsman and DieHard, mais on peut imaginer que Sears n’est pas en position de force pour négocier un meilleur prix,
2) la collatéralisation de l’immobilier restant.

Donc quand bien même Sears arriverait bon an mal an à survivre jusqu’en 2020, que restera-t-il dans la société ?

En ligne

 

#2512 11/12/2016 11h58 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   121 

Le cash burn est inquiétant certes.

Sears a suffisament de resources pour faire face à plusieurs années; immobilier, baux, liquidation de magasins, marques.

Quand bien même Sears liquide tout l’immobilier, et les marques, il reste les investissements de Sears Re et Sre, la logistique, le shop your way meme si il brule du cash actuellement, la marketplace et les ventes en ligne, et home services. Je mets auto centre a zero.

Il faudra juste réduire les promotions Shop your way, dans lequel Eddie semble faire un All in.

C’est quand même dommage de devoir brader les actifs pour la transformation, et je pense que Sears va vendre beaucoup d’immobilier.

Dernière modification par BulleBier (11/12/2016 12h08)

Hors ligne

 

#2513 11/12/2016 12h15 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1709 

Zera a écrit :

Si Lampert et Berkowitz prètent leurs titres. Le taux est de l’ordre de 30% je crois.



Ça donne envie de découvrir la dénouement de la galaxie Sears.

En passant, on s’étonnait plus haut du nombre de position short alors que le taux d’intérêt est si élevé et avec le risque d’un short squeeze (évoquait déjà de nombreuses fois dans la file en passant…).

Mais si on se place de la position d’un shorteur, à $15.

1) Au mieux (?), si Sears passe 2018, 2019 et 2020 en vendant les bijoux de famille, le cours va revenir à combien ? $30 ? Même Serge dans la dernière analyse publique de Sears sur l’IF concédait que l’ANR avait bien baissé.

Donc le shorteur perd la moitié de sa mise.

2) Au pire (et c’est quand même le scénario privilégié quand on lit l’analyse de Fitch et d’autres), Sears fait défaut et le cours peut aller sous les $1 (c’est ce qui s’est passé en tout cas avec General Growth Properties en 2009, et il y avait un paquet d’actifs immobiliers à monétiser pourtant).

Dans ce cash le shorteur multiplie sa mise par 15 moins le coût du short.


Fitch a écrit :

The 8% $625 million unsecured notes due 2019 at Holdings are rated ’C/RR6’, given poor recovery prospects (0% to 10%).

-

Finalement, si tant est que des options put soient disponibles à prix raisonnable, c’est plutôt celles-ci qu’il faudrait acheter. En gros, jouez le défaut de Sears.

Car au cours actuel, à $11 l’action, il ne semble pas vraiment pricé.

A toutes fins utiles, l’évolution de Sears Canada, qui semble en avance de phase sur Sears (et pour laquelle on mettait également en avant les actifs immobiliers) :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_sears-canada-20161211.gif

EDIT : certaines lignes barrées car erronées. Mes plates excuses pour avoir colporter de grosses âneries.

En ligne

 

#2514 11/12/2016 12h24 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   347 

Sur ce titre avec les deux loustics (Lambert et Berkowitz) aux commandes je me garderais de "jouer" quoi que ce soit. Il y a plus de chance d’être dans en mauvais timing qu’autre chose.

C’est le timing qui a mis la thèse de l’IF à terre. Le reste était juste.


To achieve fair investment results is easier than you think; superior results are harder than you thought

Hors ligne

 

#2515 11/12/2016 13h28 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   58 

Je ne pense pas que ce soit le timing qui était mauvais dans la thèse de l’IF mais la thèse…
Grosso modo SHDL perd de l’argent beaucoup plus vite qu’il monétise ses actifs.  Pour une société holding on se retrouve maintenant avec - 5 Mds de dollars de fonds propres tangibles.

Dernière modification par marcopolo (11/12/2016 13h29)

Hors ligne

 

#2516 11/12/2016 14h09 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   92 

Il est clair que l’IF était à côté de la plaque. Sur la valeur des actifs, sur le timing, mais également sur SYW qu’ils voyaient comme une idée extraordinaire.
Mais vu l’extrême complexité du dossier, peut-on leur reprocher d’avoir fait des estimations si éloignées de la réalité?

Pour moi, c’est Horizon Kinetic qui a tout compris: ShopYourWay n’est qu’un "écran de fumée"; d’ailleurs ça semble logique quand on voit à quoi ressemble le site et l’expérience utilisateur malgré les investissements massifs…

Horizon Kinetics a écrit :

So, Sears is probably one of the most difficult companies to analyze that we’ve ever come across and one of the reasons for that is the lack of transparency. But if you read between the lines it’s pretty clear that Eddie Lampert, who is the owner operator at Sears, is by no stretch of the imagination trying to compete with Wal-Mart and Target. He realizes that bricks and mortar- based retailing in a "big box" format has a finite life and it has finite capacity. So, every action that he’s been taking over the past 10 years, the pace of which has accelerated recently, has basically been a very gradual liquidation and also siphoning assets away from debt holders to where the equity holders have value. Remember that he personally as well as his investment vehicle have $1 billion each invested in Sears.
To go into a little bit more detail, there are these bankruptcy remote entities that own some of the best real estate, the three brand names that Sears owns—Kenmore, Craftsman, DieHard—and the reinsurance business. These are all bankruptcy remote entities which cannot be touched by the bond holders and the creditors. What I’d say is frustrating is the lack of clarity on when he’s going to actually pull the triggers to make this transition.
Right now, at least at face value, it appears he’s trying to play the game of in-store pickups or order online and then you can pick up at the store in your car in the parking lot without even getting out of your car. But I think again, this is just a smokescreen for what he’s ultimately going to do and what that’s going to be is sublease the owned real estate, which could be worth over $10 billion alone. He’s signed some deals this year with some European retailers and some great malls that have basically taken over their spots. To me it’s not a question of how much Sears is ultimately going to be worth, it’s a matter of how long it takes to extract that multiple term return.

kineticsfunds.com/wp-content/uploads/20 … -Final.pdf

La grande question est celle du rendement annualisé, si jamais on a vraiment affaire à un multi-bagger: celui-ci ne sera probablement pas faramineux pour ceux qui sont entrés il y a plusieurs années.

Hors ligne

 

#2517 11/12/2016 16h24 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   

Je partage l’avis Jef de 56. Lampert et Berkovitz sont imprévisible et leurs projets réelles obscures. La valorisation des actifs  et surtout la valorisation du coût nécessaire pour arriver les extérioriser (cash burn avant cession de l’immobilier, licenciement, réorganisation, déstockage, vente en masse d’immobilier impactant les prix, … )est tellement complexe. Ont-ils tous les 2 intérêt à maintenir sous perfusion la holding? ce sont des financiers et pas des entrepreneurs, tant qu’ils profitent ou espère toujours profiter de ce qui a de la valeur dans la holding, ils vont continuer à tenter de maintenir à flot le paquebot en le dépeçant. Ils sont capable de faire de l’ingénierie financière pour y arriver quitte à en profiter en prêtant l’argent eux même.
Ils ont été attirés au départ par les actifs et ne vont pas lâcher comme cela même si visiblement ils peinent à les monétiser rapidement de manière rentable de manière  éthiquement et socialement acceptable. Car ce ne sont pas juste des marques et de l’immobilier, mais aussi des salariés, un fond de pension une enseigne… Seritage c’est l’immobilier débarrassé du fardeau de ce Titanic. Warren l’a bien compris et il a aussi compris que la lente agonie de Sears sera plus que financièrement acceptable pour Seritage. L’entêtement ou l’appât du gain que tout le monde ne verrait pas pourrait conduire les 2 actionnaires principaux à tenir le plus longtemps possible ? Le coût d’opportunité pour jouer la faillite de la holding me semble bien trop élevé. Le projet et la vision long terme réelle de Lampert ont toujours été obscure et le discours officiel de volonté de redressement de l’entreprise continue contre vents et marées…. Cela manque de transparence : ses intérêts sont ils toujours aligner avec ceux des actionnaires ?

SHLD une penny stock rapidement  ?
En étant short ou via des pût c’est déjà bien pricé par le marché, cf le lien ci dessous sur les prix des put et faire fois 15 est illusoire. Cette idée d’une faillite paraît tellement évidente au marché que cela me semble un pari au mois aussi risqué que d’en être actionnaire. Il y a mieux à faire ailleurs amha, même si on a envie de prendre position financièrement car le dossier est passionnant
Put sur le Nasdaq

Dernière modification par aparis (11/12/2016 16h25)

Hors ligne

 

#2518 11/12/2016 16h40 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Banni
Réputation :   382 

InvestisseurHeureux a écrit :

Mais si on se place de la position d’un shorteur, à $15.

1) Au mieux (?), si Sears passe 2018, 2019 et 2020 en vendant les bijoux de famille, le cours va revenir à combien ? $30 ? Même Serge dans la dernière analyse publique de Sears sur l’IF concédait que l’ANR avait bien baissé.

Donc le shorteur perd la moitié de sa mise.

2) Au pire (et c’est quand même le scénario privilégié quand on lit l’analyse de Fitch et d’autres), Sears fait défaut et le cours peut aller sous les $1 (c’est ce qui s’est passé en tout cas avec General Growth Properties en 2009, et il y avait un paquet d’actifs immobiliers à monétiser pourtant).

Dans ce cash le shorteur multiplie sa mise par 15 moins le coût du short.

Je n’ai même pas tiqué la première fois que j’ai lu wink
Par définition, un shorteur ne PEUT PAS gagner plus de 100%. S’il vend short à $15 et que la boite vaut au final 0, il a gagné $15, soit tout autant que si l’action double, et pas plus ! Si on se dit que "oui, mais il n’a pas besoin de monopoliser $15 pour shorter chaque action", ben dans ce cas, pour l’acheter non plus.

Ca remet en perspective les idées préconcues qu’on peut avoir en tête sur l’intérêt de pratiquer le short-selling. Si l’action double, on perd de toute façon plus que ce qu’on ne pourra jamais gagner sur le short. En plus, il faut payer la location des titres.

Au chapitre éventuellement positif, sans que je ne m’y soit vraiment jamais intéressé, il parait qu’il y a un intérêt fiscal à ce qu’on n’ait JAMAIS besoin de racheter son short (si la société fait faillite et ses actions disparaissent purement et simplement, sans que rien ne soit récupéré) ça ne serait à priori pas considéré comme une plus-value (pour les sociétés US ?), puisqu’on ne "déboucle" jamais la position. Je ne sais pas dans quelle proportion cette histoire est vraie…

EDIT: En relisant encore une fois, même pour le 1): Non, le shorteur ne perd pas la moitié de sa mise, mais la totalité de sa mise. Et après, c’est potentiellement comme Buzz l’éclair: Vers l’infini et au-delà…

Dernière modification par Mevo (11/12/2016 16h55)

Hors ligne

 

#2519 11/12/2016 17h09 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   166 

En complément : le shorter est limité par l’appel de marge. Son brooker peut le forcer à racheter ses actions en cas de hausse soudaine.

A l’inverse, l’actionnaire, même si le cours tombe à 7.5$ (sur l’exemple à 15$ l’action), il n’est pas forcé de matérialiser sa moins value s’il ne veut pas vendre. Il peut patienter pour vendre à des jours meilleurs.

Donc on comprend mieux les phénomènes de short squeeze (cf volkswagen ou dryships).

L’article de Barrage Capital est assez éloquent sur le sujet : DryShips: un pari qui coûta cher à certains | LesAffaires.com

Hors ligne

 

#2520 11/12/2016 17h21 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   43 

Sears Canada veut maintenant se lancer dans les produits alimentaires
Sears Canada veut vendre des produits alimentaires | ICI.Radio-Canada.ca

Probablement une autre occasion de perdre de l’argent encore plus rapidement.

Quand au duo Lambert et Berkowitz, ils me font penser a Robert Redford et Paul Newman dans cet exellent film de 1973  The Sting , je les imagine aisément en train de concocter comment plumer les petits actionnaires, ensuite  une fois passé les avocats, syndicats etc il ne restera plus grand chose a se partager autour de l’os.


La fidélité est souhaitable en amour , mais elle est une tare sur les marchés.

Hors ligne

 

#2521 11/12/2016 17h36 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   144 

Par définition, un shorteur ne PEUT PAS gagner plus de 100%. S’il vend short à $15 et que la boite vaut au final 0, il a gagné $15, soit tout autant que si l’action double, et pas plus

Je ne suis pas fan de la VAD , mais si le shorteur se rachète concrétise son gain et remise son gain plus sa mise initiale  il peut tout a fait obtenir plus de 100% sur sa mise initiale nan ?

Hors ligne

 

#2522 11/12/2016 17h45 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   118 

C’est le timing qui a mis la thèse de l’IF à terre. Le reste était juste.

Hum je dirai que c’est la concurrence (amazon, walmart, target, cosco ) surtout qui a mis à terre la these de l’IF
Et un EL qui ne fait pas ce qu,il ecrit : la preuve,une enquete relayée par bloomberg sur macys montrait que sears s’est separé de seulement 100 magasins en 10ans !!!  (2005-2015)

Dernière modification par francoisolivier (11/12/2016 17h48)

Hors ligne

 

#2523 11/12/2016 18h24 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   29 

Disons aussi que c’est difficile d’analyser une valeur comme Sears.
Déjà que les meilleurs analystes divergent sur des sociétés beaucoup plus simples…
L’erreur c’est de les avoir suivi en confondant les membres de l’IF avec des analystes financiers expérimentés, pour les premiers ce sont une équipe d’amateurs passionnés (qui ont été, en partie, recruté via un forum internet) et pour les autres des professionnels.
Leurs interventions sont très intéressantes sur ce forum mais il ne faut pas tout mélanger.

Hors ligne

 

#2524 11/12/2016 18h25 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   61 

La discussion sur le profil rendement/risque du short me fait sortir de ma reserve.

Je crois qu’il convient d’ eclaircir certains trucs tres simples. Trop d’enormites ecrites sur ce fil….Suivez moi si vous voulez mourir moins idiot.

Action SHLD spot: $12

Si je shorte au spot, et que je me rachete a $1 (car ca ne va quasi-jamais a zero, il ya toujours l’espoir dune valeur residuelle de liquidation cf SuneEdison et autres banqueroutes recentes),  mon gain brut est de 92%. Il faut ensuite retrancher le cout du borrow. Celui ci est de lordre de 16% annuel mid. (voire plus loin pour plus de precisions)

Donc si la these short "carbure" jai fait: 92%-16%=75%.
Disons sur $10k de mise je gagne brut $9167 et net du cout de borrow $7549.

C’est pas terrible du tout dans l’absolu compte tenu du risque de short squeeze:
nasdaq.com/symbol/shld/short-interest

Le Short Interest est de 15.3million de shares avec 32 jours de cover, donc en cas de vente de KCD , warranty, lease monetization ou autre ingenierie de derriere les fagots, ca peut shooter a $30 ou $100 sans probleme en quelques instants, notamment si Lampert & Berkowitz decident de ne plus apporter leurs titres au marche du repo.

Lampert controle 53.5m shares: 50%
Berkowitz controle 27.9m shares: 26%
Chou controle 1.4m shares: 1%

Le free float effectif n’est donc que de 24m shares:a mettre en face de 15.3m d’actions shortees.  Le desequilibre est potentiellement source de price action violente a la hausse.

Ca peut etre un cas d’ecole, the "mother of all short squeezes", apres VW porsche, KBIO, DRYS, de quoi y laisser des plumes. En effet toujours sur $10 k de capital initial, si rachat du short a $30: perte brute=$15k (plus le borrow!) et a $100 $82.5k!

Ca s’appelle de la convexite negative: pile je gagne $7.5k, face je perds $15k a $82k. Potentiellement bien plus si vrai squeeze en regle….Pourrave de chez merdique!

Cout du borrow: peut etre estime par le borrow synthetique: (Parite Put/Call)
Sears Holdings Corporation (SHLD) Option Chain - Stock Puts & Calls - NASDAQ.com

On peut se mettre Long SHLD echeance Jan 2018 en Achetant un Call Strike 13 a $3.1 et en Vendant un Put Strike 13 a $6.1 donc effectivement on est Long synthetique SHLD a $13+3.1-6.1=$10.00 (forward SHLD 19 jan 2018).

On en deduit le taux de borrow implicite: 404 jours a 16.17% (spot/fwd) soit  14.7% annuels

Dans la pratique le vrai cout de borrow est journalier, rarement a terme (sauf si gros HFs) et revise par les brokers, mais le taux estime par le marche des options est un bon proxy. Y rajouter du bid/offre est une bonne pratique.

Donc si vous me suivez, le long synthetique, ou l’achat de Call OTM me semble bien plus malin que de risquer sa chemise pour que dalle. Le marche price deja la banqueroute donc on est pas remunere un kopeck pour prendre ce pari-la.

J’espere ne plus lire qu’on peut faire x15 en shortant…. et autres fariboles….(genre si ca passe de 15 a 30 le shorter perd la moitie de sa mise….).

Le break-even du put 13:jan 18 est a 13-6.45 = $6.55! il faut que SHLD chute de 45% avant de recuperer sa mise! Gain max 6.55 donc semblable au short (en revanche perte limitee a la prime).
La aussi, profil de daube.

Dernière modification par ChevalierdAven (11/12/2016 18h45)


"He who lives by the crystal ball will eat shattered glas." Ray Dalio

Hors ligne

 

#2525 11/12/2016 19h16 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   166 

On oublie souvent Thomas Tisch qui détient 4% des actions (4.2M actions).
De mémoire il s’était fortement renforcé en 2014 ou 2015. Depuis, aucun mouvement.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech