Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 29/05/2017 12h22 → Balyo : introduction en bourse, société de solutions robotisées de manutention de palettes (balyo, entrepôts, euronext, industrie, ipo, robotisation)

Membre
Réputation :   181 

Bonjour,

J’ouvre une file sur l’introduction en bourse de Balyo sur Euronext Paris.

La société se définit comme leader technologique dans la conception et le développement de solutions robotisées permettant de réduire de manière significative les coûts de manutention de palettes en robotisant les chariots de manutention.

En lien, le document présentant le détail des modalités de l’introduction en bourse :
https://www.boursedirect.fr/fr/societe/ … 723278.pdf

En synthèse :

Communiqué de presse a écrit :

- Offre au public d’un montant de 30M€ pouvant être porté à environ 40M€ en cas d’exercice intégral de la clause d’extension et de l’option de surallocation
- Jusqu’à 12,4M€ sécurisés sous la forme d’engagements de souscription en numéraire, dont un maximum de 5 M€ de Hyster Yale Group, partenaire stratégique américain de Balyo, 5 M€ de Financière Arbevel et 2,4M€ des actionnaires historiques Seventure Partners, Bpifrance Investissement et 360 Capital Partners
- Fourchette indicative de prix applicable à l’offre à prix ouvert («OPO») et au placement global (le «
Placement Global », ensemble avec l’OPO, l’«Offre») : entre 3,05€ et 4,11€ par action
- Période de souscription : du 23 mai au 7 juin 2017 inclus pour l’OPO (8 juin 2017 pour le Placement Global) selon le calendrier indicatif. Fixation du prix de l’Offre : le 8 juin 2017, selon
le calendrier indicatif
- Eligibilité au PEA-PME et qualification BPI Entreprise innovante

Communiqué de presse a écrit :

En 2016, Balyo a réalisé un chiffre d’affaires de 5,2 M€ en progression de 79% par rapport à 2015. Au 31 décembre 2016, 137 robots Balyo étaient en service. Le chiffre d’affaires 2016, comme le chiffre d’affaires 2015, a été essentiellement réalisé en Europe à travers les réseaux de distribution du groupe Kion AG.

Au 31 mars 2017, le carnet de commandes est de 14,5 M€, en progression de 30% par rapport au 31 décembre 2016. Balyo connaîtra en 2017 une  accélération très nette de  son activité , avec un objectif de chiffre d’affaires supérieur à 15 M€.

Soit une intro faisant apparaître une valo de 2 ans de CA à fin 2017.

J’aime beaucoup le secteur visé par la société, et croît en son développement. La question est plutôt de savoir si Balyo est le mieux placé pour tirer son épingle du jeu.

Je pense notamment à Amazon, avec ses robots Kiva (rachat de Kiva systems). Mais d’autres entreprises sont déjà sur le coup :
http://www.atelier.net/trends/articles/ … ots_442062

Amazon a gardé la société en tant que structure à part entière dans son organisation
https://en.wikipedia.org/wiki/Amazon_Robotics
Je comprends donc qu’elle continue de servir d’autres distributeurs qu’Amazon.
Amazon, de par son savoir faire, sa taille, sa capacité à innover et sa base de clients, me paraît bien armé pour écraser toute forme de concurrence. Et on sait l’importance qu’à ce secteur pour la mise en place de sa stratégie globale (prime, drones, instantanéité de la livraison…)

Qu’en pensez-vous ?

Mots-clés : balyo, entrepôts, euronext, industrie, ipo, robotisation

Hors ligne

 

#2 29/05/2017 14h06 → Balyo : introduction en bourse, société de solutions robotisées de manutention de palettes (balyo, entrepôts, euronext, industrie, ipo, robotisation)

Membre
Réputation :   131 

Kiva system ne travaille plus que pour Amazon aujourd’hui.

De plus c’est un marché très différent de Balyo (manutention plancher vs manutention TriD soit étagère).
Je ne connais pas la boîte mais ils sont adossés au réseau du leader de la manutention palette et ont le plus gros constructeur Américain comme actionnaire . En gros ces 2 là doivent couvrir (pifométriquement) 70% ou plus du marché de la manutention TriD. C’est donc de l’extrêmement sérieux.

Hors ligne

 

#3 29/05/2017 14h21 → Balyo : introduction en bourse, société de solutions robotisées de manutention de palettes (balyo, entrepôts, euronext, industrie, ipo, robotisation)

Membre
Réputation :   181 

Vous parlez de Hyster Yale Group ?

Pour le métier différent, je comprends bien votre point, mais ne pensez-vous pas que les deux vont tendre à se rejoindre ? (pure spéculation de ma part, je ne suis pas du tout un expert en la matière)

Hors ligne

 

#4 29/05/2017 14h36 → Balyo : introduction en bourse, société de solutions robotisées de manutention de palettes (balyo, entrepôts, euronext, industrie, ipo, robotisation)

Modérateur
Réputation :   199 

Bonjour,

J’ai entendu ce matin sur BFM radio (peut-être comme vous) cette société.

Ci-joint le podcast:
Balyo veut entrer en Bourse - 29/05

Déjà par rapport à ce que propose Amazon, on est sur une besoin bien plus spécifique qui est uniquement sur de la manutention de palettes, pour la faire courte, c’est du tire-pal automatique ou élévateurs pour aller d’un point A à un point B et basta.
La volonté précise est de faire disparaitre le métier de cariste ! Par contre c’est du quai à l’entrepôt et inversement mais pas jusqu’au/depuis le camion, donc il faut reprendre la main sur le chariot en mode "normal" pour vider/remplir le quai/camion ou avoir un autre chariot.

On ne parle aujourd’hui que de 137 "chariots" ce n’est rien du tout à l’échelle de ce qu’est une plateforme logistique par exemple. Tant qu’il n’y aura pas un grand compte attrapé, cela reste de la bricole sans être péjoratif.

Pour connaître un tout petit peu le domaine, il y a tout de même 2 freins selon moi pour le moment au développement rapide (ce qui n’exclut pas le long-terme de fait):
- Il faut racheter le matériel entièrement (sans doute beaucoup beaucoup plus cher qu’un tradi), donc même si une entreprise souhaite y passer, ils attendront la fin du matériel précédent, ensuite il ne peut équiper que 2 marques à ce jour de chariot.
- Les chariots vont moins vite que l’humain (cf podcast) et la logistique c’est avant tout une question de temps aussi donc pourquoi prendre une solution qui ferait perdre du temps, même si elle devrait être moins cher en théorie (à prouver tout de même).

Honnêtement il n’y a trop rien de novateur à part de dire que c’est une société française, qu’on part sur un chariot standard mais sorti usine tout de même et pas celui qu’on a actuellement dans l’entrepôt.

Il y a aussi de la concurrence sur le coup donc bon…
Chariot AGV : la manutention automatique | Jungheinrich

Edit: Ok c’est l’absence d’infrastructure à construire dans l’entrepôt qui fait la différence Vs les AGV mais pas sûr que cela fasse suffisamment la différence (ce n’est qu’un feeling pour le coup) car aujourd’hui on préfère détruire un entrepôt et reconstruire (voir déménager) plutôt que rénover donc l’installation d’infrastructure autre que chariot en lui-même ne me semble pas un frein.


Mon portefeuille passif Parrainage Binck me contacter

Hors ligne

 

#5 29/05/2017 16h36 → Balyo : introduction en bourse, société de solutions robotisées de manutention de palettes (balyo, entrepôts, euronext, industrie, ipo, robotisation)

Membre
Réputation :   131 

Il faut savoir qu’en manutention TriD, une grosse part des coûts indirects est liée aux dommages fait par les charriots aux systèmes d’étagères parce que les allées depuis 20 ans ont diminuées en largeur de 60% et il faut une grande dextérité des caristes pour atteindre les cases hautes.

D’après ce que je comprend, ce système résoudrait ce problème, si ce n’est complètement, d’une façon remarquable. L’autre source d’accident, la chute de charriot d’un quai a été quasiment supprimée avec les sas à rampe intégrée.

La reprise de charges hautes ça concerne toutes les entreprises industrielles, pas seulement la logistique, et c’est probablement  chez les premiers qu’il y a le plus de potentiel.

Hors ligne

 

#6 30/05/2017 09h54 → Balyo : introduction en bourse, société de solutions robotisées de manutention de palettes (balyo, entrepôts, euronext, industrie, ipo, robotisation)

Membre
Réputation :   46 

L’analyse d’investir sur cette valeur

L’analyse (Investir)
« 100  % des flux de marchandises ont été stockés sur une palette à un moment, et nous bougeons les palettes », explique Fabien Bardinet, président-directeur général de Balyo. Plus précisément, Balyo équipe les chariots de manutention avec son système de géonavigation en intérieur, leur permettant de se localiser et de naviguer, avec une précision en centimètres, de façon autonome, dans un contexte d’entrepôt déjà existant.
Alors que le coût de la manutention est essentiellement composé de la main-d’oeuvre, cette solution, compte tenu du faible taux horaire de la robotisation, doit permettre aux industriels clients de baisser leurs charges d’exploitation de façon significative.
Balyo, créé en 2005, a deux atouts dans sa manche, deux partenaires industriels - également actionnaires -, Linde Material Handling et Hyster-Yale. La commercialisation est assurée par les trois sociétés, puis Balyo assemble ses capteurs et équipe les chariots de ses partenaires, et gère la mise en service. Il assure ensuite la maintenance de la robotique mais celle des chariots est faite à travers les réseaux de ses partenaires.
PUBLICITÉ
200 millions en 2022
Le groupe francilien affiche à date 30 clients, dont le géant Procter & Gamble. Même si son parc n’est pour l’instant que de 137 chariots, le chiffre d’affaires a bondi de 2,8 millions d’euros en 2015 à 5,1 millions l’an dernier. Pas de quoi, toutefois, réaliser des économies d’échelle, et le groupe a affiché des pertes opérationnelles de respectivement 5,6 millions et 6,6 millions d’euros, d’autant qu’il a dû renforcer sa structure. Les pertes nettes étaient du même ordre de grandeur.
Avec un taux de conversion à la robotisation du marché des chariots et un taux de robotisation de 1,5, cela se traduirait par un besoin mondial annuel en chariots de plus de 100.000 unités dont le groupe pourrait obtenir une part de marché d’environ 20 % correspondant au poids de ses partenaires.
Pour 2017, Balyo vise un chiffre d’affaires de plus de 15 millions d’euros, avec un résultat opérationnel proche de l’équilibre d’ici à la fin de 2018 et par la suite un chiffre d’affaires de plus de 200 millions en 2022, avec un taux de marge opérationnelle d’environ 20 %.
Les actionnaires présents au capital avant l’opération se verront légèrement dilués (mais aucun ne sort), et de nouveaux actionnaires devraient faire leur entrée avec, au final, environ 24 % du capital dans le public aux côtés de Seventure Partners, Bpifrance Investissement, Linde Material Handling, Hyster-Yale ou la Financière Arbevel.

En savoir plus sur L’hypercroissance de la manutention robotisée, Conseil du jour - Investir-Les Echos Bourse

Dans les points forts du dossier, les partenaires, la technologie et des petits chiffres de départ qui devraient permettre une hypercroissance. Dans les points défavorables, le risque lié à un rythme de la robotisation différent de celui attendu entraînant soit une moindre croissance, soit des levées de fonds supplémentaires, à l’inverse. Enfin, la valorisation en haut de fourchette semble élevée pour une société encore fortement déficitaire.
En savoir plus sur L’hypercroissance de la manutention robotisée, Conseil du jour - Investir-Les Echos Bourse

Si vraiment ils visent 200M de CA en 2022 ca peut être intéressant mais je me méfie toujours des introductions en bourse. A voir dans quelques mois

Q.


you can't climb the ladders of success with your hands in your pockets

Hors ligne

 

#7 30/05/2017 10h44 → Balyo : introduction en bourse, société de solutions robotisées de manutention de palettes (balyo, entrepôts, euronext, industrie, ipo, robotisation)

Membre
Réputation :   94 

Pour ma part, j’ai pris un ticket minimal (la part A1 limités à 1000€) pour voir.

Il y a des bons partenariats et c’est sur le thème porteur de l’industrie 4.0.

Sur la techno, je trouve aussi que c’est un peu du bricolage et les partenaires pourraient vouloir plus défendre leur intérêt que celui de Balyo.

Hors ligne

 

#8 31/05/2017 15h03 → Balyo : introduction en bourse, société de solutions robotisées de manutention de palettes (balyo, entrepôts, euronext, industrie, ipo, robotisation)

Membre
Réputation :   

L’analyse faite par Monfinancier.com

Monfinancier.com 30/05/2017 a écrit :

Créée en 2005, Balyo est une société qui conçoit et développe des solutions robotisées pour les chariots de manutention.
Manutention robotisée

La période actuelle est plutôt riche en introductions en Bourse. Prodways, la pépite de Groupe Gorgé a fait sensation auprès des investisseurs et a été suivie de Valbiotis dont la souscription est en cours. Et maintenant place à Balyo, le spécialiste de la manutention robotisée qui sollicite les marchés afin de lever les 30 millions d’euros (voire près de 50 millions d’euros en cas de vif succès de l’opération) nécessaires à son développement. La société compte révolutionner la logistique avec sa technologie puisque, selon la direction, la manutention de palettes n’a guère évolué depuis 50 ans. Balyo fait figure de magicien… Il transforme des chariots de manutention basiques et pilotés manuellement en machines robotisées et autonomes. L’avantage pour les détenteurs de chariots "adaptés" par Balyo, c’est que le coût de la manutention sera réduit alors que le coût horaire d’un opérateur représente un poste important de dépenses pour une entreprise.

Forte croissance

En 2015, l’entreprise signe un partenariat avec le leader européen de la manutention Fenwick-Linde Material Handling pour créer et commercialiser en commun, une gamme de robots intelligents uniques sur le marché. Fort de ce succès, Balyo signe en 2016 un second partenariat avec le spécialiste américain de la manutention Hyster-Yale Group pour accroître son développement sur la zone Amériques. Ainsi, en 2016, Balyo a réalisé un chiffre d’affaires de 5,2 millions d’euros en progression de 79% par rapport à 2015. Au 31 décembre 2016, 137 robots Balyo étaient en service chez des clients tels que Mondelez, Procter & Gamble ou le français Valeo. Le chiffre d’affaires 2016, comme le chiffre d’affaires 2015, a été essentiellement réalisé en Europe à travers les réseaux de distribution du groupe Kion AG. Au 31 mars 2017, le carnet de commandes était de 14,5 millions d’euros, en progression de 30% par rapport au 31 décembre 2016.Cette année, Balyo estime être en mesure d’afficher une accélération très nette de son activité, avec un objectif de chiffre d’affaires supérieur à 15 millions d’euros. Et pour 2022, Balyo espère générer des ventes supérieures à 200 millions d’euros. Un résultat opérationnel "proche de l’équilibre" est attendu en 2018 par la direction et celle-ci table sur un taux de marge opérationnelle proche des 20% sur le plus long terme. Sur le front du marché adressé, Balyo avance qu’il serait en mesure d’adresser 20% de parts dans l’univers des chariots électriques. La forte croissance affichée par le groupe est séduisante au premier abord tout comme le potentiel du marché adressé.

Séduisant mais…

Mais quand on creuse un peu plus dans les comptes, certains éléments laissent perplexes. La société affiche encore des pertes significatives, ployant sous les efforts de recherche et de développement. 6,8 millions d’euros rien que l’an dernier. La société explique qu’elle continuera d’investir significativement au cours de ces prochaines années. Pour ces raisons, Baylo signale qu’elle serait susceptible de constater de nouvelles pertes. Ce qui est perçu comme habituel pour une biotech, l’est un peu moins pour une société qui développe un bien tangible. Dans le prospectus, il est en outre mentionné que la société ne dispose pas, d’un fonds de roulement net suffisant pour faire face à ses obligations et à ses besoins de trésorerie… Si on lit entre les lignes, cette levée de fonds est donc primordiale pour financer le développement et la commercialisation de ses technologies. Malgré l’engagement des actionnaires historiques de souscrire à l’augmentation de capital, on ne va pas risquer à s’aventurer sur ce terrain-là. Seuls les investisseurs particuliers audacieux et aimant les technologies inscrites dans l’air du temps pourront tenter l’aventure. Pour les moins téméraires, ils passeront leur chemin ou attendront quelques tours de chariots élévateurs avant de s’intéresser au dossier.

Ne pas souscrire

Hors ligne

 

#9 06/06/2017 12h08 → Balyo : introduction en bourse, société de solutions robotisées de manutention de palettes (balyo, entrepôts, euronext, industrie, ipo, robotisation)

Membre
Réputation :   41 

Le secteur est porteur et l’entreprise semble avoir noué de beaux partenariats avec des géants, notamment Hyster Yale Group du côté américain qui, et ça j’aime bien, met 5M au pot.

Ensuite, l’argument de la boîte en perte sur un secteur qui croit très vite (voir le CA et les prévisions) où l’investissement recherche-développement est primordial, cet argument pour le contre est un peu faible à mon goût.

J’ai mis un ticket sur la totalité de la tranche A, soit 250 titres.

Dernière modification par Mestra (06/06/2017 12h09)


"Ce qui est risqué? C'est de ne jamais prendre de risque"

Hors ligne

 

#10 06/06/2017 19h45 → Balyo : introduction en bourse, société de solutions robotisées de manutention de palettes (balyo, entrepôts, euronext, industrie, ipo, robotisation)

Membre
Réputation :   46 

J’aime beaucoup le secteur et je crois énormément en l’automatisation .. mais une boite qui n’a pas dégagé un seul centime de bénéfice en 5 ans ca me pose quand même un gros problème sur leur viabilité.
Je garderais un oeil distant mais pour le moment je reste sur le bord de la route.
Q


you can't climb the ladders of success with your hands in your pockets

Hors ligne

 

#11 10/06/2017 10h57 → Balyo : introduction en bourse, société de solutions robotisées de manutention de palettes (balyo, entrepôts, euronext, industrie, ipo, robotisation)

Membre
Réputation :   46 

Pas terrible la première journée de cotation. L’action s’est envolée a 6.5€ avant de finir en baisse a 5.1€..
Q


you can't climb the ladders of success with your hands in your pockets

Hors ligne

 

#12 10/06/2017 14h08 → Balyo : introduction en bourse, société de solutions robotisées de manutention de palettes (balyo, entrepôts, euronext, industrie, ipo, robotisation)

Membre
Réputation :   94 

C’est tout de même +24% par rapport au prix d’introduction.

Hors ligne

 

#13 10/06/2017 19h32 → Balyo : introduction en bourse, société de solutions robotisées de manutention de palettes (balyo, entrepôts, euronext, industrie, ipo, robotisation)

Membre
Réputation :   41 

Sur ce coup, j’en veux vraiment à Boursorama car je n’ai pas pu revendre mes titres pendant toute la matinée.

J’ai écris au SC avec copie d’écran, le motif d’impossibilité de passage d’ordre "Pas éligible PEA-PME".

C’est seulement l’après-midi que j’ai pu passer un ordre.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Ce qui est risqué? C'est de ne jamais prendre de risque"

Hors ligne

 

#14 10/06/2017 19h49 → Balyo : introduction en bourse, société de solutions robotisées de manutention de palettes (balyo, entrepôts, euronext, industrie, ipo, robotisation)

Membre
Réputation :   

C’est souvent le cas lors des introductions ou des OST avec boursorama.
Il faut passer son ordre de vente par téléphone

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech