Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+3]    #1 26/12/2020 21h56

Membre (2019)
Top 150 Réputation
Réputation :   191  

Bonjour à la communauté,

Un peu dans la suite de la file du rasoir des IH ici, je voulais ouvrir un sujet sur les toilettes sèches.

D’abord par souci d’économies et donc de gestion des dépenses mais aussi de respect de l’environnement. Et oui, une chasse d’eau, c’est en moyenne 4 litres d’eau potable de gaspillé. Si l’on considère 6 chasses d’eau par personne et par jour, un foyer de 4 personnes consomme pas moins de 35 000 litres d’eau pour rien ! Cela représente un cout pour la famille de 145€ par an que l’on pourrait économiser, tout en respectant la planète.
Pour faire simple, on estime l’économie à 50€ par an et par personne en eau.

Après un séjour chez des amis, j’ai découvert les toilettes sèches. Je vous avoue avoir été étonné au début, mais je m’y suis fait et cela m’a beaucoup fait réfléchir.

Après quelques recherches, j’ai trouvé que ce type de petits coins devenait de plus en plus tendance. On commence même à en trouver dans des appartements cossue Parisien et Genevois (nos amis habitent Genève dans un très bel appartement).

Il existe différent type de toilettes sèches :
- Les moins couteuses étant celles a fabriquer soit même. Je vous passe les problèmes d’étanchéité et la difficulté pour les mettre en fonction. Elles s’adressent probablement au vrai Robinson… perso je passe mon tour.
- Les plus adaptées semble être celle à "séparation à la source" (celles de nos amis) :



L’avantage majeur de celles-ci est la non utilisation de sciure. Elles sont assez simple d’utilisation et fonctionnent sur la séparation des liquides.

Certaines marques, en propose, avec un système anti odeur. Les suédois sont bien placés sur le sujet et sont très en avance dans le domaine.

Je vais de suite casser les mythes et les codes sur ce sujet. Je vous laisse regarder ce site : http://www.ecodomeo.com

Franchement en voyant cette photo, ne sont-elles pas classe ? :


Et oui ! Nous sommes bien loin de la cabane au fond du jardin smile

Si vous voulez en savoir un peu plus, je vous invite à lire ce blog et notamment ce billet.

Au plaisir d’échanger sur le sujet,
LoopHey.

Dernière modification par LoopHey (26/12/2020 22h02)

Mots-clés : rentier, toilettes sèches, écolos


Mon interview sur le blog du projet lynch : http://leprojetlynch.com/2020/12/loophe … -debutant/

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 28/12/2020 19h02

Membre (2014)
Réputation :   18  

Bonjour LoopHey,

Je n’ai pas d’avis sur l’impact financier des toilettes sèches, chacun se fera son opinion.

Je vais juste donner quelques ordres de grandeur sur l’impact environnemental.

Considérant que l’eau "gaspillée" dans les chasses d’eau des toilettes classiques retourne à l’environnement, après avoir été traitée dans des usines dont les rejets sont scrupuleusement encadrés et surveillés de façon à ne pas nuire notablement à la faune et à la flore locale, l’impact sur l’environnement se résume au bilan carbone de la production et du traitement de l’eau utilisée dans la chasse d’eau.

La base carbone de l’ADEME indique :
- 132 gEqCO2/m3 pour la production d’eau potable
- 262 gEqCO2/m3 pour le traitement de l’eau usée

Soit un total de 394 g équivalents CO2 par m3 d’eau potable.

Ce qui nous fait un total de 13,8 kg de CO2 évités si je repars sur votre estimation de 35 m3 par an pour un foyer de 4 personnes.
A comparer aux 11,2 tonnes de CO2 de l’empreinte carbone annuelle d’un Français moyen.

C’est certes mieux que rien, mais ça représente sans doute moins de 0,05% de l’empreinte carbone de votre foyer.

Et pour être complètement exhaustif, il faudrait procéder à une analyse du cycle de vie des toilettes sèches. En remplacement de toilettes classiques dans un logement existant, on n’est pas à l’abri que la dépense de CO2 pour les fabriquer, les transporter, les installer, les démanteler et les recycler en fin de vie soit supérieure au gain total généré par l’économie d’eau potable sur leur durée de vie.

En conclusion, pour ce qui est de l’environnement, votre argent et votre énergie seraient sans doute mieux investis ailleurs (mode de chauffage et isolation de votre logement, transports, etc).

Hors ligne Hors ligne

 

#3 28/12/2020 19h14

Membre (2015)
Top 50 Réputation
Top 20 Finance/Économie
Top 10 Immobilier locatif
Réputation :   430  

Pas tout à fait ; il faut prendre en compte le fait que l’eau des toilettes est de l’eau propre à la consommation humaine, généralement après traitement ; que ces eaux vont se retrouver avec des effluents fortement pollués qui pour partie (infime) ne seront pas épurés ; que pendant le traitement des gaz à effets de serre vont se produire et que toutes les boues ne seront pas ré utilisées, alors que les rejets des toilettes sèches peuvent se ré employer (mais pas dans tous les cas).
Le sujet est intéressant ; mais je ne pense pas que les gens soient prêt à franchir le pas aujourd’hui uniquement sur des motivations financières peu probantes : un petit stage (comme je l’ai vécu) d’une semaine dans une STEP en surcharge (station d’épuration) ferait du bien (inspirez expirez etc). Et à l’époque le patron concluait le stage en dégustant un grand verre d’eau issue de la STEP : il est tombé malade au bout de quelques temps.


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

#4 28/12/2020 19h32

Membre (2015)
Réputation :   71  

À pondérer avec l’installation d’une station d’épuration dans votre commune , oui, tout le monde n’est pas relié à une station :
Coût d’installation d’une connexion au réseau : 1050 euros, coût de connexion au réseau a votre charge dans votre propriété.
Taxe traitement des eaux usées : 60 a 70 euros par an
Et bien sûr cout en fonction de votre consommation

Le tout vous garantie un doublement de votre facture d’eau.

Et bien sur le coût est incompressible , que vous consommiez ou pas , vous payez l’installation du puisard, vous payez la taxe forfaitaire de traitement et cette dernière est doublée si vous n’êtes pas aux normes d’assainissement.

Bref tout cela ne donne pas envie d’utiliser des toilettes sèches puisque la facture restera quasiment la même à quelques litres prêts…

Chtirentier

Hors ligne Hors ligne

 

#5 28/12/2020 19h46

Membre (2019)
Top 150 Réputation
Réputation :   191  

@ Elessor,

En effet l’empreinte CO2 parait peu significative.

Le point clef ici est plutôt l’aspect éthique. Consommer 34 000 litres d’eau par an, finalement, pour rien, parait juste incohérent pour celui qui cherche à respecter un peu la planète.

Cela me fait penser aux entreprises qui essaient de faire baisser leur consommation d’eau. Le problème c’est que justifier des investissements pour réduire la consommation est impossible sur le plan purement comptable, tant l’eau est peu cher. Tout est dans l’éthique.

Et finalement, j’ai bien l’impression que les mentalités changent aussi sur ces points. Quand j’entends une entreprise qui dit consommer 3 000 m3 pour telle ou telle machine, alors que l’on pourrait créer une boucle de recyclage interne. Ca me choque.

Donc pour en revenir à nos toilettes sèchent, on pourrait imaginer l’impact de la baisse de la consommation d’eau si les Français s’y mettaient…
Probablement qu’il faudrait encore améliorer les systèmes existant pour gagner en simplicité d’utilisation au quotidien.

Dernière modification par LoopHey (28/12/2020 19h53)


Mon interview sur le blog du projet lynch : http://leprojetlynch.com/2020/12/loophe … -debutant/

Hors ligne Hors ligne

 

#6 28/12/2020 19h52

Membre (2015)
Réputation :   71  

Mon propos est de souligner que tout le monde regarde sa facture d’eau : à quel moment vous donne -t-on un coup de pouce pour être un bon élève ? Aucun ! On applique les normes et on vous facture sans scrupule.

Chtirentier

Hors ligne Hors ligne

 

#7 28/12/2020 19h59

Membre (2015)
Top 50 Réputation
Top 20 Finance/Économie
Top 10 Immobilier locatif
Réputation :   430  

On peut espérer que les mentalités évoluent ; on se doute que les abeilles vont disparaître : pas grave on aura des drones parait il mais qui paiera la facture ? Chaque année près de 60 000 personnes décèdent de la pollution en France : pas grave avec la Covid on aura appris à respirer avec des masques.
Et le jour on l’on devra payer le vrai coût de l’eau "pure" devenue une ressource comptabilisable par raréfaction sad ?

C’est le problème de toutes les ressources qui semblent aussi évidentes que gratuites : bah non, un jour cela va être compliqué sauf avancées de la science ou prise de conscience (ou virus etc).

Pollution de l?air : deux fois plus de morts qu?annoncé, selon une nouvelle étude - Le Parisien


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

#8 28/12/2020 20h01

Membre (2019)
Top 150 Réputation
Réputation :   191  

Iqce a écrit :

On peut espérer que les mentalités évoluent ; on se doute que les abeilles vont disparaître : pas grave on aura des drones parait il mais qui paiera la facture ? Chaque année près de 60 000 personnes décèdent de la pollution en France : pas grave avec la Covid on aura appris à respirer avec des masques.
Et le jour on l’on devra payer le vrai coût de l’eau "pure" devenue une ressource comptabilisable par raréfaction sad ?

C’est le problème de toutes les ressources qui semblent aussi évidentes que gratuites : bah non, un jour cela va être compliqué sauf avancées de la science ou prise de conscience (ou virus etc).

Pollution de l?air : deux fois plus de morts qu?annoncé, selon une nouvelle étude - Le Parisien

Exactement, tout n’est pas comptable. Pour l’instant ce n’est pas financièrement intéressant. En revanche, à MT, il se peut que des (lourdes) taxes pénalisent l’utilisation de l’eau, ou l’émission de CO2. Et la on y viendra.

Comme toujours, l’imposition par un état d’une taxe sur telle ou telle chose, est le seul moyen pour faire évoluer les modes de consommation.

Dernière modification par LoopHey (28/12/2020 20h02)


Mon interview sur le blog du projet lynch : http://leprojetlynch.com/2020/12/loophe … -debutant/

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 28/12/2020 20h06

Membre (2014)
Réputation :   76  

Ce sujet me fait un peu penser aux bobos, qui seraient prêt à faire caca dans de la sciure plutôt que de réduire le nombre de chevaux de leur cylindrée pour sauver la planète.

Sinon pour économiser l’eau potable des toilettes, on peut aussi récupérer l’eau de pluie ou du puit, c’est sûrement moins coûteux et plus simple et réaliste à mettre en place.

Hors ligne Hors ligne

 

#10 28/12/2020 20h14

Membre (2016)
Réputation :   78  

Bonjour,

pour ma part les toilettes sèches c’est niet.

En revanche, récupérer de l’eau de pluie dédiée à cette utilisation, et installer un urinoire pour que les petites commissions masculines nécessitent moins d’eau, ça oui.

Bien à vous,

Dr. Minimal


Bonjour, je suis Dr. Minimal, et je blogue mes progrès vers l'indépendance financière en Français et en Anglais.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #11 28/12/2020 20h15

Membre (2014)
Réputation :   18  

Iqce a écrit :

Pas tout à fait ; il faut prendre en compte le fait que l’eau des toilettes est de l’eau propre à la consommation humaine, généralement après traitement ; que ces eaux vont se retrouver avec des effluents fortement pollués qui pour partie (infime) ne seront pas épurés ; que pendant le traitement des gaz à effets de serre vont se produire et que toutes les boues ne seront pas ré utilisées, alors que les rejets des toilettes sèches peuvent se ré employer (mais pas dans tous les cas).
Le sujet est intéressant ; mais je ne pense pas que les gens soient prêt à franchir le pas aujourd’hui uniquement sur des motivations financières peu probantes : un petit stage (comme je l’ai vécu) d’une semaine dans une STEP en surcharge (station d’épuration) ferait du bien (inspirez expirez etc). Et à l’époque le patron concluait le stage en dégustant un grand verre d’eau issue de la STEP : il est tombé malade au bout de quelques temps.

L’ensemble des éléments que vous citez sont inclus dans les valeurs données dans mon message : production d’eau potable (132 gEqCO2/m3), traitement des déchets solides résultants de l’épuration (4 gEqCO2/m3), émissions (dioxyde d’azote et méthane) pendant le process d’épuration (12 gEqCO2 / m3), etc, etc.
C’est l’avantage de la base carbone de l’ADEME : elle est très complète.
Quant à boire de l’eau en sortie de station de traitement : apte au rejet dans l’environnement ne veut pas dire potable, pour ma part je ne m’y risquerai pas smile

LoopHey a écrit :

Le point clef ici est plutôt l’aspect éthique. Consommer 34 000 litres d’eau par an, finalement, pour rien, parait juste incohérent pour celui qui cherche à respecter un peu la planète.

Justement, j’ai du mal à y voir un problème éthique dans la mesure où l’eau prélevée est rendue à l’environnement après traitement.

On peut y voir un problème en cas de sécheresse, si l’approvisionnement en eau potable est menacé, alors en effet, utiliser de l’eau potable pour les toilettes se fait au détriment des usages de première nécessité et pose problème, mais il ne me semble pas que ça soit le cas en France (on restreindra en premier lieu les usages type lavage de voiture, remplissage des piscines, etc), ou alors tout à fait temporairement.

Se pose le problème de l’énergie dépensée pour rendre potable et traiter l’eau utilisée à cet effet, que l’on peut considérer comme gaspillée, mais les éléments de mon premier message montrent que cette dépense reste très modeste.

Reste le problème de la pollution éventuelle des cours d’eau a proximité des rejets des stations de traitement. Pour ce point, je m’en remet à la réglementation encadrant ces rejet à la surveillance de sa bonne application par les exploitants.

In fine, tout mis bout à bout, casser vos toilettes conventionnelles pour mettre des toilettes sèches risque bien d’être contreproductif pour l’environnement.

Quant à généraliser le procédé à l’échelle d’un pays, ça risque sans doute d’être compliqué pour les dizaines de millions de citadins qui n’auront pas de débouchés pour les résidus liquides et solides produits par leurs toilettes…

Hors ligne Hors ligne

 

#12 28/12/2020 20h17

Membre (2015)
Réputation :   71  

Bonsoir Iqce,

Personnellement, je n’ai aucun problème à entendre votre message  mais si je me permets d’intervenir sur cette discussion , c’est simplement pour exprimer le ressenti des smicards et chômeurs qui se sont réunis à la demande de la communauté de communes  en octobre 2020 du style super on installe une station d’épuration dans votre village ! Que pensez vous que ces gens (dont mes parents retraités ) ont pensé et retenu de cette réunion et de cette eau recyclée ? 

J’étais le seul à discuter de l’impact écologique et les organisateurs m’ont répondu purement et simplement que la station était aux normes

Chtirentier

Hors ligne Hors ligne

 

#13 28/12/2020 20h24

Membre (2018)
Top 50 Réputation
Top 5 Entreprendre
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   327  

DrMinimal a écrit :

Bonjour,

En revanche, récupérer de l’eau de pluie dédiée à cette utilisation, et installer un urinoire pour que les petites commissions masculines nécessitent moins d’eau, ça oui.

Si la législation n’a pas changé depuis le moment où j’avais étudié la question, c’est illégal de recourir aux eaux pluviales ainsi !

Le compteur mesure la conso d’eau apurée venant du réseau, il est interdit de rejeter des eaux externes au réseau donc dont le retraitement ne vous serait pas facturé.

On frôle l’absurde, je vous l’accorde bien volontiers …

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #14 28/12/2020 20h49

Membre (2015)
Top 50 Réputation
Top 20 Finance/Économie
Top 10 Immobilier locatif
Réputation :   430  

Elessor : +1 vous avez raison wink je ne vais pas entrer dans le débat autant pour moi.
Il me semble que les bobos roulent désormais en Tesla ou VAE voir même en vélo tout court (des fois que le nucléaire soit un sujet) wink ?
Si Loophey est OK, un petit lien entre autre pour aller plus loin que l’eau en restant dans les thématiques financières du forum (beaucoup ici n’en auront pas besoin, mais si une seule personne y trouve un attrait ce sera super) : http://www.observatoire-environnement.o … nature.pdf

Dernière modification par Iqce (28/12/2020 21h23)


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

#15 28/12/2020 21h02

Membre (2019)
Top 150 Réputation
Réputation :   191  

Elessor a écrit :

On peut y voir un problème en cas de sécheresse, si l’approvisionnement en eau potable est menacé, alors en effet, utiliser de l’eau potable pour les toilettes se fait au détriment des usages de première nécessité et pose problème, mais il ne me semble pas que ça soit le cas en France (on restreindra en premier lieu les usages type lavage de voiture, remplissage des piscines, etc), ou alors tout à fait temporairement.

Se pose le problème de l’énergie dépensée pour rendre potable et traiter l’eau utilisée à cet effet, que l’on peut considérer comme gaspillée, mais les éléments de mon premier message montrent que cette dépense reste très modeste.

Effectivement je n’avais pas vu la chose de cette façon. L’aspect éthique vis à vis de ceux qui n’ont pas d’eau sur la planète est finalement à mettre de coté.

Le seul gain est donc bien le coût, en CO2, de la station d’épuration.

@Iqce, il me semble que j’avais entendu parlé d’une taxe, assimilable au bilan de l’entreprise, en fonction de l’émission de CO2 ?
Cela ferai un peu le relais avec votre excellent lien et pourrait forcer les entreprises à s’adapter.

@Elessor, je ne comprends pas eau potable ou non en sortie de station ? Pouvez vous détailler svp.

Dernière modification par LoopHey (28/12/2020 21h35)


Mon interview sur le blog du projet lynch : http://leprojetlynch.com/2020/12/loophe … -debutant/

Hors ligne Hors ligne

 

#16 28/12/2020 23h02

Membre (2019)
Réputation :   11  

Au Japon, certains de leurs WC ont un lavabo incrusté au dessus du réservoir. L’eau que vous utilisez pour vous laver les mains sera l’eau de votre prochaine chasse d’eau (et pas l’inverse ;-))

Ça peut être une étape intermédiaire avant les toilettes sèches :-)

Hors ligne Hors ligne

 

#17 28/12/2020 23h05

Membre (2017)
Réputation :   3  

quelques éléments de réflexion :

- tout comme l’apparition des poubelles en lieu et place des usoirs, je pense que les toilettes à eau ont été un réel progrès sanitaire pour les populations.

- Souhaitant installer des toilettes sèches, j’ai eu obligation en 2008 de raccorder des wc à eau dans ma résidence principale. Rien n’empêchant de faire ses besoins ailleurs !

- l’épuration, quand elle est mise en place, est couteuse et loin d’être efficace sur tous les résidus rejetés (présence d’antibiotiques, de métaux lourds dans les cours d’eau).

- ce qui est déchet pour les uns est source de richesse pour les autres. Aujourd’hui véolia, demain albioma ? car pourquoi ne pas mettre un système de récupération des fluides et solides pour une valorisation énergétique.

- la problématique de la pénurie : Je ne pense pas que le problème vienne de la consommation domestique mais plus d’un problème de ressource, sècheresses couplées à des problématiques de stockage dans les nappes dues à l’artificialisation des sols. La situation actuelle des éleveurs australiens peut être source d’inspiration.
La consommation domestique représente un quart de la consommation nette soit à peine plus que l’eau nécessaire à la production d’énergie (refroidissement des centrales…). Presque la moitié est utilisée par l’agriculture. En France 6 % sont utilisés par l’industrie mais que dire des 28 m3/seconde utilisés par la mine de cuivre de Chuquicamata au Chili.

- la problématique CO2 me semble HS. La production de gaz à effet de serre est en lien avec le réchauffement climatique et pas la pollution de l’eau

- Potabiliser de l’eau a un coût. Pour nos résidences, elle est juste essentielle à la consommation quand on la boit. Pour toutes les autres utilisations, l’eau de pluie correctement filtrée est suffisante. Les solutions existent.

Hors ligne Hors ligne

 

#18 29/12/2020 08h47

Membre (2012)
Réputation :   8  

Smad, le 28/12/2020 a écrit :

Sinon pour économiser l’eau potable des toilettes, on peut aussi récupérer l’eau de pluie ou du puit, c’est sûrement moins coûteux et plus simple et réaliste à mettre en place.

Sur les nouvelles construction de maison, vous pouvez installer des cuves de +6000L enterrées dans le jardin. Elles récupèrent l’eau du toit et permettent d’alimenter les toilettes, l’arrosage. Par contre, ça nécessite 2 réseaux différents dans la maison. Impossible à faire sur une maison existante.

Hors ligne Hors ligne

 

#19 29/12/2020 08h51

Membre (2014)
Réputation :   18  

LoopHey, le 28/12/2020 a écrit :

@Elessor, je ne comprends pas eau potable ou non en sortie de station ? Pouvez vous détailler svp.

Non, l’eau destinée à être rejetée dans l’environnement n’est pas potable pour la bonne raison que ce n’est pas l’objectif.

Les règles régissant les rejets d’effluents dans les cours d’eau ont pour objectif de garantir qu’après dilution rapide dans le cours d’eau, les fluides rejetés n’ont pas d’impact sur la faune et la flore locale. C’est pourquoi les seuils sont propres à chaque usine, car ils dépendent des caractéristiques du cours d’eau (débit, température, …) et des spécificités de la biodiversité locale.

Les règles régissant la qualité de l’eau potable ont pour objectif de permettre une consommation humaine, à raison de plusieurs litres par jour, y compris pour le nouveau-né, sans danger et avec de gros coefficients de sécurité (enfin je l’espère).

Donc boire de l’eau directement au canal de rejet d’une usine, quelle qu’elle soit, est généralement une mauvaise idée.

Hors ligne Hors ligne

 

#20 29/12/2020 11h48

Membre (2019)
Top 150 Réputation
Réputation :   191  

freelance37, le 28/12/2020 a écrit :

Au Japon, certains de leurs WC ont un lavabo incrusté au dessus du réservoir. L’eau que vous utilisez pour vous laver les mains sera l’eau de votre prochaine chasse d’eau (et pas l’inverse ;-))

Ça peut être une étape intermédiaire avant les toilettes sèches :-)

Ce n’est aussi lié au fait que le Japon pour avoir de l’eau potable doit utiliser de l’eau de mer ? Ce qui fait grandement augmenter le cout de la dépollution.

@Elessor, je croyais que les stations d’épuration ré-injectaient l’eau "nettoyée" dans le réseau d’eau potable …

Dernière modification par LoopHey (29/12/2020 19h12)


Mon interview sur le blog du projet lynch : http://leprojetlynch.com/2020/12/loophe … -debutant/

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur