Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#101 22/11/2017 21h30

Membre
Réputation :   1  

DDtee a écrit :

Si la banque demande au promoteur d’apporter une partie des fonds, sur ses fonds propres, ce n’est par par hasard, cela fait partie de critères permettant de sécuriser la démarche d’investissement.

C’est tout à fait vrai, et vertueux d’ailleurs.

DDtee a écrit :

Si le promoteur se tourne vers vous pour emprunter cet apport afin de pouvoir emprunter auprès de banques, on risque de se trouver au final avec des opérateurs ne mettant pas un euro dans des opérations où ils n’ont plus rien à perdre et prendront en conséquence plus de risques…

Vous avez raison de dire qu’il y a un risque, et il est rémunéré à 10%. Mais une fois qu’on a dit ça, il me semble que la raison d’être de ce forum est d’aller au delà de la simple constatation. Or pour moi il est incorrect de dire que le promoteur n’a plus rien à perdre. Nous sommes nous-même promoteurs, et le jour où nous mettons en défaut une banque, je pense que ni cette banque, ni peut-être même une autre banque, ne nous refinancera sur un autre projet. Le même raisonnement peut-être tenu pour les investisseurs en crowdfunding. Et ceci veut dire la mort de ma société, puisque je ne peux plus faire de projets. Et ceci est un gros risque.

ZeBonder a écrit :

Pour Lymo, vous prenez "environ 30%" d’après la FAQ, est ce que c’est un chiffre exact et contractuel ?
Et même si ça "aligne vos intérêts", il n’empêche que vous ne prenez AUCUNE responsabilité en cas de défaut ou de faillite.

- Pour les 30%, je vous invite à lire cet article de blog (et ses commentaires) : Blog Lymo ? Crowdfunding immobilier : plutôt "fin" ou "tech" ?
Non que je veuille faire de la pub pour le blog, mais le sujet y est déjà développé. Avec plaisir pour aller plus loin si nécessaire.
- Pour les "AUCUNE responsabilité", je suis très loin de partager votre avis (cf. ma réponse ci-dessus).

Hors ligne Hors ligne

 

#102 22/11/2017 22h22

Membre
Réputation :   28  

Pour ma part, j’investis pour l’instant 1000 eur par projet.
J’ai en ce moment 14 projet en parallèle à chacun 10%.
Ca permet de réduire le risque.

J’essaie de faire un projet par mois de sorte qu’au bout de 24 mois, j’ai des petits revenus récurrents.
De plus, n’étant pas résident fiscal français, je n’ai pas de csg à payer.

Je suis principalement investi sur LYMO et Wiseed.
Je commence à regarder d’autres sites pour diversifier et aussi accéder à d’autres projets car sur wiseed et LYMO, les projets sont rares.

Hors ligne Hors ligne

 

#103 23/11/2017 14h29

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   129  

Bonjour,

Pour rebondir sur les commentaires précédents, les sociétés telles que Anaxago/Wiseed ne prennent pas beaucoup de risque, certes, mais comme les FCPI qui gèrent les fonds collectés ISF ou les sociétés de gestion des SCPI.

Cependant je constate qu’à titre personnel, des efforts sont faits pour recouvrir tout ou partie des mes investissements lors des "mauvaises surprises".

Pour information, il m’a été indiqué au téléphone que sur les 4 programmes concernés, la probabilité pour récupérer au moins le capital était élevée.

Anaxago a repris 2 chantiers en direct et pense rembourser le capital de l’ensemble des programmes grâce à la marge générée.

Par ailleurs, l’ordonnance validant l’offre transactionnelle avec le groupe TERLAT dans le cadre de l’offre de reprise qui faisait l’objet d’un recours par un créancier nantis de Terlat Finance va vraisemblablement être validée la semaine prochaine.

Je suis en pause sur ce genre d’investissement jusqu’à l’application de la flat tax.

Dernière modification par maxlille (23/11/2017 14h30)

Hors ligne Hors ligne

 

#104 23/11/2017 15h47

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   414  

Attendons de voir ce que donne concrètement "probabilité pour récupérer au moins le capital était élevée".
Quand une société fait faillite, il y a deux types de créanciers : les créanciers privilégiés ( salariés, impôts, cotisations sociales … ) et ensuite il y a les créanciers chirographaires comme les fournisseurs, les créanciers … donc souvent il ne leur reste plus rien à partager.

Hors ligne Hors ligne

 

#105 24/01/2018 01h10

Membre
Réputation :   3  

Anaxago endosse le rôle de promoteur immobilier et annonce le rachat de deux programmes immobiliers Terlat. Anaxago a conclu un protocole liant tous les investisseurs de sa plateforme pour les quatre programmes immobiliers qui impliquaient le groupe Terlat afin de proposer un plan de reprise commun. Ils ont ainsi pour objectif de rembourser d’ici douze mois les 1.750 million d’euros de quelques 200 investisseurs.
Voir le communiqué

Dernière modification par HelloC (24/01/2018 12h36)

Hors ligne Hors ligne

 

#106 27/01/2018 20h51

Membre
Réputation :   21  

Bonsoir,

je suis parti pour ma part sur un projet récent de Upstone qui me parait tenir la route. petit montant en ce qui me concerne (2ke) pour un rendement attendu de 12% annuel…

je pratique l’investissement participatif via mon activité professionnelle ou l’état Francais nous force à le développer (projets d’NRJ renouvelable) et pour l’instant toutes nos expériences ont été positives (à des taux moindres il faut le dire);

quant au projet immobilier en question : création d’un bien a destination professionnelle sur Paris ou les biens explosent à la hausse depuis l’annonce du brexit (c’est un fait que nous vivons avec ma boite, pas une rumeur du pmu du coin).
j’ai tout de même la même interrogation que d’autres sur le forum sur ce vecteur : il est facile de comprendre la motivation des développeurs qui font un magnifique effet de levier…d’ou l’obligation de vraiment regarder et étudier chaque cas.

De la à investir bcp dans ce domaine…

Par contre communication efficace de la plateforme. très professionnelle et accessible…pour l’instant.

Dernière modification par Asmfan13 (27/01/2018 20h53)

Hors ligne Hors ligne

 

#107 24/08/2018 16h17

Membre
Réputation :   0  

Bonjour,

Concernant le crowdfunding immobilier, je plussoie les remarques de Bernard2k. J’ai même l’impression que c’est l’un des rares terrains encore vierges pour arnaqueurs ou gens indélicats qui voudraient partir avec la caisse sans laisser d’adresse…

Bien que débutant en investissement, voici les points d’achoppement que j’avais remarqué lorsque je m’étais intéressé à ces plate-formes :

1/ Le ticket d’entrée est élevé (1000€ minimum, voire 2000€), mais avec des rendements alléchants, genre 10% ou plus.
2/ Le coupon est annuel, et l’obligation in fine.
3/ Les montants prêtés sont utilisés en substitution des fonds propres des promoteurs.

Le point 3 anhile les précautions d’usage prises par les banques pour limiter les risques. Donc les fonds propres peuvent être recyclés plus rapidement, permettant de multiplier les projets en parallèle, et donc les expositions aux risques inhérents à ce genre de projets.

Du point de vue d’un arnaqueur, ou de quelqu’un financièrement au bout du rouleau, cela signifie que la mise initiale pour obtenir des levées de fond importantes peut devenir très faible.

Le point 2 garantit qu’il faudra un an avant que l’on ne s’aperçoive qu’un projet a mal tourné, voire plus si le délai prévu était supérieur à cette durée. De quoi rembourser la banque et les créanciers trop gros pour être roulés, et d’offrir suffisamment de temps pour disparaître dans la nature au cas où.

Le point 1 signifie que même si l’on peut déduire ses pertes, il faut investir 1000€ dans un minimum de 10 projets à 10% pour au pire avoir une année blanche, et ceci en espérant pouvoir correctement faire valoir sa perte auprès de l’administration fiscale. Soit une exposition minimale de 10 000 € de base, rien que pour commencer.

Ce point entre directement en résonnance avec le point 3, et explique comment refourguer ces obligations : aux gens qui chercheront à se diversifier, et seront donc enclins à investir plus que de raison dans tout ce qui passera à proximité.

Personnellement, je trouve donc que c’est beaucoup trop risqué. Je ne recommande donc à personne l’usage de ces plateformes, à moins de faire partie d’un cercle d’initiés. A titre personnel, j’y ai renoncé pour le moment.

Je me contente seulement de placer quelques centaines d’euros sur les projets immobiliers qui me plaisent sur Lendopolis, car d’une part le ticket d’entrée est beaucoup plus bas (50 €), et d’autre part les coupons sont mensuels. Il y a donc, à mon avis, moins de risque, ou du moins les problèmes pourront être détectés plus précocement. Mais j’aimerais avoir les avis d’autres forumeurs sur ce point en particulier.

Est-ce la bonne manière de raisonner, ou bien ai-je tout faux ?

En revanche, le cas de dividom m’apparaît plus nuancé, avec des points positifs et des points négatifs.

1/ Un de leur but avoué est de fédérer tout un réseau de professionnels intervenant dans les projets immobiliers : agents immobiliers, notaires, etc… D’après ma référence, Robert Kiyosaki, c’est une très bonne chose, et est même indispensable pour progresser.

En tant qu’investisseur débutant, c’est une idée attrayante. Je n’ai aucun réseau, mais je peux en louer un. Pourquoi pas ? Pour un investisseur isolé achetant un bien en propre, cela peut se justifier.

2/ Par contre, l’offre d’investissement à plusieurs en SCI me laisse un peu plus perplexe. Se retrouver embarqué dans une SCI avec de parfaits inconnus, et accepter des responsabilités illimitées sur ses propres deniers, cela laisse rêveur. Personnellement, je passe mon tour.

Et également, la société de gestion des SCI semble imposée, voire peut-être inscrite en dur dans les statuts (à vérifier). Il me semble que ce problème avait été évoqué pour les SCPI. Donc peut-être moins de frais, mais pas moins de contraintes.

3/ Enfin, la multiplication des participations dans des SCI permet effectivement de se diversifier pour un même montant total investi. Mais je ne sais pas si cette diversification est réellement de la bonne diversification :

a/ Beaucoup de biens semblent être situés dans les régions Nord-Pas de Calais et Picardie, la diversification géographique me semble donc limité, de l’ordre d’une SCPI régionale.

b/ Chaque SCI doit avoir son assemblée générale. Il faut donc multiplier les déplacements, ou bien arriver à cadencer les réunions dans un seul lieu. Je ne pense pas que cela soit si simple que cela à organiser.

c/ Effectivement, répartir du capital ici et là peut donner l’impression de diversification, mais, par rapport à une (grosse) SCPI (1000 associés, 100 biens) :

- Il est extrêmement difficile d’avoir le nombre de biens correspondant, quand le ratio est d’une SCI par bien.
- Avec la SCPI, chaque associé est responsable des problèmes sur un immeuble au 1/1000 des montants engagés. Avec une SCI à 10 associés, chaque associé est responsable des problèmes sur un immeuble au 1/10 des montants engagés.

Je ne vois pas pourquoi le risque par immeuble diminuerait dans le cas de la SCI par rapport à celui de la SCPI. J’en déduis donc que l’associé est 100 fois plus exposé dans le cas de la SCI que dans celui de la SCPI.

Maintenant, si l’investissement se fait via le site uniquement entre des personnes se connaissant, et dans un but clairement défini au préalable de revente des parts de certains associés à d’autres, pourquoi pas ? Mais je doute que ce cas de figure se rencontre si facilement que ça.

Là encore, les retours d’investisseurs expérimentés seront les bienvenus. Ai-je raison, ou bien me suis-je trompé sur toute la ligne ?

Hors ligne Hors ligne

 

#108 10/06/2019 00h05

Membre
Réputation :   0  

Anubis a écrit :

…mais avec des rendements alléchants, genre 10% ou plus

Personnellement, je trouve donc que c’est beaucoup trop risqué

Je penses que tout est dit, oui c’est risqué, et le risque est payé 10%.
Trouverez-vous un rendement sans risque de 10% ailleurs ?

Hors ligne Hors ligne

 

#109 16/06/2019 06h51

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   615  

Bonjour,

j’ai écrit un article relativement long et détaillé sur Homunity et le crowdfunding.

Je trouve que l’intérêt pourrait venir d’une faible corrélation des revenus avec la bourse. Si l’on part du principe que la performance nette de défaut dépend du nombre de défaut de ces entreprises on peut s’appuyer quelques chiffres de l’INSEE

https://lh4.googleusercontent.com/V2StogXmnoiMNQOiJl0T7xTidCYAeMtctJt_1x8DCTS1sCZ7wKNMwQS79eKmwqgucD3EgsmA5QqilmEvdkoipEIi5CqZX6qRiwGv0LCnL2HYQij_RXv3rmIL_mpzmugYNMSmV8TL

C’est vraie que les défauts en crowdfunding immobilier ont été très faible jusqu’à maintenant, mais si on regarde sur le long terme les défauts en immobilier ont été deux fois plus importants dans les années 90.

Mais comme dit dans cette file, le niveau de diversification doit être élevé à la fois sur le nombre de projets et le nombre de plateformes.

Hors ligne Hors ligne

 

#110 06/07/2019 18h48

Membre
Réputation :   88  

Bonjour à tout le monde

    J’ai reçu hier un mail d’info de la plateforme où j’ai investi sur 4 projets (dont 3 remboursés et un en cours). Je n’ai pas encore creusé pour savoir si c’est une bonne nouvelle ou pas, ni cherché foncière Atland…. Donc je livre l’info brute pour l’instant

Fundimmo a écrit :

FUNDIMMO ANNONCE LA CESSION MAJORITAIRE DE SON CAPITAL A FONCIERE ATLAND
Pionnière dans le financement participatif 100% immobilier et installée comme acteur de référence en France depuis 2016, Fundimmo a le plaisir de vous annoncer l’entrée à hauteur de 60% de son capital du Groupe ATLAND, via sa filiale cotée Foncière ATLAND.
Un ADN 100% immobilier
Partenaire immobilier des entreprises, Foncière ATLAND est une Société d’Investissement Immobilier Cotée (SIIC) intervenant au travers de ses activités d’investissement, d’asset management et de développement d’opérations.
Pour Georges ROCCHIETTA, Président et co-fondateur du Groupe ATLAND :

“ La décision d’acquérir Fundimmo a reposé sur plusieurs critères complémentaires : l’expertise immobilière des équipes, la performance de leur modèle, c’est aussi une des seules plateformes françaises de crowdfunding 100 % immobilier présente dans le financement résidentiel et tertiaire (disposant de l’agrément AMF) et enfin un contexte législatif particulièrement favorable confirmé récemment par la loi Pacte 2019 ”.
Fort d’une collecte de plus de 45M€ sur 86 projets en trois ans et demi, Fundimmo est aujourd’hui la première plateforme de crowdfunding immobilier à entrer sous le giron d’une foncière reconnue en France.
Pour Jérémie BENMOUSSA, Président du Directoire de Fundimmo :

“ L’acquisition de Fundimmo par Foncière ATLAND est une véritable reconnaissance du professionnalisme des équipes et marque une étape décisive dans le développement de la plateforme. Fundimmo va poursuivre et accélérer sa politique de financement de promoteurs de qualité, tout en allant chercher les plus grands opérateurs du marché sur l’ensemble du territoire ”.
Qu’est ce que cela implique ?
Les dirigeants fondateurs et historiques, Stéphane BOMBON et Jérémie BENMOUSSA, conservent une participation au capital ainsi que la direction opérationnelle de Fundimmo.

Des synergies vertueuses vont se développer entre les deux entités et apporteront à Fundimmo de nouveaux moyens pour pérenniser son activité et se développer grâce à :

    Une présence commerciale renforcée sur toute la France.
    Un renforcement technologique avec la mise en place d’une nouvelle plateforme dès la fin de l’année 2019.
    Une diversification de l’offre en investissement en immobilier par rapport aux offres existant aujourd’hui sur le marché, renforcée par l’expertise reconnue de FONCIÈRE ATLAND et de VOISIN en immobilier d’entreprise.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre communiqué de presse dédié à ce sujet.

Vous pouvez également consulter le site de Foncière ATLAND.

et

Boursier.com a écrit :

05/07/2019 11:53:30
Foncière Atland annonce l’acquisition de Fundimmo,

(Boursier.com) - Foncière Atland, filiale cotée d’ATLAND, opérateur global de
l’immobilier (promotion, investissement et gestion de fonds), annonce
l’acquisition de 60% du capital de Fundimmo, une des premières plateformes
françaises de crowdfunding exclusivement dédiée à l’investissement immobilier.

Les dirigeants fondateurs conservent une participation au capital ainsi que la
direction opérationnelle de Fundimmo.

"Cette acquisition, qui s’inscrit dans le prolongement de l’acquisition et de
l’intégration de VOISIN (société de gestion de SCPI et d’OPCI), nous permet de
diversifier et d’élargir notre offre de produits d’investissements immobiliers
pour nos clients. En s’appuyant sur l’expertise reconnue des équipes de
Fundimmo, ATLAND se dote d’un nouveau relai de croissance sur un marché en fort
développement dans un contexte règlementaire très favorable confirmé récemment
par la loi Pacte 2019" indique Georges Rocchietta, Président-fondateur du
Groupe Atland.

"Fundimmo est une des seules plateformes françaises de crowdfunding 100%
immobilier présente dans le financement résidentiel et tertiaire et disposant
d’un agrément AMF pour l’investissement locatif dédiée à l’immobilier
d’entreprise. Les synergies avec ATLAND sont nombreuses, notamment dans la
connaissance du marché de la promotion immobilière et de l’investissement, et
elles doivent permettre d’accélérer le développement de Fundimmo" précise-t-il.

"L’acquisition de Fundimmo par Foncière ATLAND est une véritable
reconnaissance du professionnalisme de notre travail et cet accord marque une
étape décisive dans le développement de la plateforme. Fundimmo va poursuivre
et accélérer sa politique de financement de promoteurs de qualité, en
l’élargissant à de grands operateurs sur l’ensemble du territoire ", indique,
de son coté, Stéphane Bombon, Président de Fundimmo. " En rejoignant le Groupe
ATLAND, Fundimmo va diversifier son offre et disposera d’une présence
commerciale renforcée sur toute la France. Nos clients investisseurs vont
profiter de la dynamique des marchés hexagonaux les plus prometteurs", ajoute
Jérémie Benmoussa, Directeur Général de Fundimmo.

Avec 45 millions d’euros collectés depuis sa création pour financer 86
projets, Fundimmo fait partie des acteurs majeurs du marché du crowdfunding
immobilier en France. Fundimmo, qui a enregistré une croissance de 50% de sa
collecte au 1er semestre 2019, présente une répartition équilibrée entre les
opérations de logements et tertiaires. Fundimmo a obtenu en 2018 l’agrément de
l’AMF (agrément de Conseiller en Investissement Participatif - CIP) pour
proposer une offre de crowdfunding immobilier en investissement locatif dédiée
à l’immobilier d’entreprise.

Bon week-end..
Mimizoé1


Parrainages Binck, BourseDirect, Véracash, BullionVault, WeSave, (Me contacter en MP)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #111 18/07/2019 12h09

Membre
Réputation :   65  

Petite question,

Je dispose de multiples investissements en crowdfunding immobilier (répartis sur différents projets, sur différentes plateformes, à des taux comprix entre 8,5 et 10 % max).

Cela représente actuellement 12 % de mon portefeuille global (un peu plus que ma cible qui est de 10 % qui devrait être atteinte d’ici la fin de l’année avec les remboursements de certains projets).

Mais j’envisage le mois prochain de publier mon portefeuille global et je me demande où ranger ce type d’investissement :

- Dans le portefeuille immobilier ?
- Dans le portefeuille financier ?
- A part ?

Vos avis m’intéressent, merci.

Dernière modification par Franck059 (18/07/2019 12h21)

Hors ligne Hors ligne

 

#112 29/09/2019 10h33

Membre
Réputation :   65  

Je me permets de signaler que la plateforme Clubfunding procède de manière assez particulière pour les remboursements.
Les intérêts sont remboursés mensuellement et versés directement sur mon compte. Et non pas in fine.
Au début, je pensais que cette façon de faire était exceptionnelle mais non c’est le cas pour tous mes investissements (j’en ai cinq sur cette plateforme).
Je trouve que cela diminue le risque de défaut total (pas de remboursement du capital ni des intérêts).
Par ailleurs, pour chaque nouvel investissement, Clubfunding fournit non pas une évaluation mais plusieurs notes disposées sur un graphique en radar selon 8 critères.
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/16024_capture_du_2019-09-29_10-30-01.png
De même chaque souscrition faite par signature électronique n’oblige pas à effectuer un paiement par virement. C’est un prélèvement qui est effetué par la plateforme sur mon compte courant. C’est plus rapide.

Hors ligne Hors ligne

 

#113 29/09/2019 12h32

Membre
Réputation :   38  

J’utilise beaucoup Clubfunding mais j’avoue ne pas faire attention à leur scoring. J’utilise plutôt ma propre grille d’analyse (durée, garanties, degré de commercialisation, expérience du promoteur, zone géographique et surtout je ne finance jamais les holdings)
L’investissement est comme vous le soulignez très facile à réaliser.
En revanche je m’inquiète du glissement vers le financement d’activité de marchand de biens de la plateforme. Je suis bien plus à l’aise sur le financement de promotion.

Hors ligne Hors ligne

 

#114 30/09/2019 13h01

Membre
Réputation :   1  

Bonjour,

J’ai commencé à investir un peu sur Clubfunding.

Je me pose ces questions :

1. Le ratio bénéfice / risque me paraît surprenant : 0% de défaut sur 5 ans et 10% d’intérêts annuels moyens. Comment cela est-il possible et tenable ? En fait, où est le loup ?

2. J’ai privilégié les marchands de bien financés à 100% par la plateforme avec hypothèque de 1er rang et/ou PPD vs. les promotions immobilières principalement financées par les banques avec un complément Clubfunding. De cette façon, il me semble que le risque de perte en capital est moins élevé car Clubfunding est le seul créancier vs. le second cas où on passe après les banques. Cela vous semble-t-il correct ?

3. Spot, vous semblez vous méfier davantage des Marchands de bien vs. Promotions. Pourriez-vous indiquer pourquoi ? En effet, cela ne va pas dans le sens de mon point 2., et je pense que quelque chose doit m’échapper.

Merci pour vos suggestions.

Dernière modification par Optimum (30/09/2019 14h38)

Hors ligne Hors ligne

 

#115 08/12/2019 13h16

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   174  

Après plusieurs lectures sur le crowdfunding immobilier, je vais commencer à constituer plusieurs lignes sur ce type d’investissement pour arriver à 5-10% de mon patrimoine.
En effet, j’y vois plusieurs intérêts :
- le couple rendement / risque est pour le moment très favorable avec un rendement moyen autour de 9-10% et un taux de défaut constaté en France depuis le début de ce type d’investissement < 1%
- la fiscalité avec l’application de la flat tax à 30% (mon TMI étant entre 30 et 40% en fonction des années, l’impact fiscal sur le rendement net n’est pas négligeable)
- l’exposition à l’immobilier qui est actuellement proche de 0 dans mon patrimoine.
- Les frais (plateforme, etc.) sont déjà inclus dans le rendement proposé (contrairement aux SCPI avec frais de notaire, dossiers, etc.)

L’objectif est de monter à 15%-20% d’immobilier dans mon patrimoine sans effet de levier direct avec une moitié SIIC et l’autre moitié de crowdfunding. L’avantage de ce découpage est double : 1 - exposition immobilier de commerce pour les SIIC et résidentiel pour le crowdfunding et 2 - SIIC investissement dans le capital ; crowdfunding investissement via des obligations de courtes échéances.

Monter à 5-10% de mon patrimoine en crowdfunding représente entre 30K€ et 60K€. L’idée est donc de constituer des lignes de 3K€-4K€ pour arriver progressivement à minimum 10 lignes d’investissements. Ce nombre de ligne me semble être un minium pour limiter le risque qui pourrait être très concentré.
Les intermédiaires que j’ai pré-sélectionnés sont Upstone (j’ai eu l’occasion de rencontrer le fondateur -> super connaisseur) et Lymo qui semble bien spécialisé. A voir si j’ai besoin d’en prendre un troisième.

Les risques / inconvénients identifiés :
- avec l’engouement suscité par ce type de placement, j’ai l’impression que la difficulté pour les plateformes est plus de trouver de bons projets que les investisseurs (j’ai participé à un premier projet, 1,5M€ ont été collectés en quelques minutes ! Impressionnant !). Appâté par le gain, il y a donc un fort risque de voir baisser le niveau de qualité des projets (pour plus de volume) et ainsi augmenter significativement le taux de défaut ?
- corrélation avec le marché immobilier en cas de basse / crise brutale (qui pourrait compromettre la commercialisation des démarrages de projets)
- process de prise de participation crowdfunding assez contraignante (attendre l’arrivée des nouveaux projets, connexions à une heure d’ouverture bien précise, faire rouler ses investissements, etc.)

En fonction de l’expérience accumulée, je pourrai affiner l’allocation cible (entre 5% et 10%),

Au plaisir de lire vos éventuels commentaires / remarques.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #116 08/12/2019 13h35

Membre
Réputation :   65  

Il ne me semble pas que chez Wiseed et Anaxago, les frais à la charge du souscripteur ne sont pas inclus dans le rendement proposé.
C’est 0,9 % chez Wiseed et entre 0,50 et 2% chez Anaxago selon le projet (info à aller chercher dans la documentaion fournie).
Raison pour laquelle je ne conseille plus ces pateformes.
Sur bien d’autres, les frais sont à la charge du promoteur.

Evitez des lignes de 3 ou 4 k€ et optez plutôt pour des montants de 1k€. C’est un investissement risqué donc diversifiez les plateformes et les projets. Il vaut mieux 4 projets à 1 k€ qu’un seul à 4k€.

Lymo propose des projest de qualité… quand il en propose ! Ca tourne peu je trouve sur cette plateforme.
Je ne connais pas l’autre que vous mentionnez.
Mais si vous voulez des projets proposés régulièrement (un par semaine), je vous recommande Homunity et Clubfunding.
Clubfunding a la particularité de rembourser les intérêts mensuellement et directement sur le compte courant.
Koregraf poropose des projets de grande qualité, de standing je dirais mais le prix d’entrée minimum est de 2000 €

Bonne idée effectivement d’ouvrir une poche immobilière partagée entre SIIC et Crowdfunding mais je verrais plutôt une allocation 75 % SIIC - 25 % Crowdfunding car le crowdfunding est tout de même plus risqué.

Dernière modification par Franck059 (08/12/2019 13h36)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #117 08/12/2019 14h20

Membre
Réputation :   5  

Bonjour Tanuky,

Je vous rejoins partiellement dans votre approche et j’adopte également des principes prudents :
- 5 % du patrimoine maximum (et peut-être 10% quand j’aurai assez de recul sur le bon déroulement des remboursements) ;
- diversité du type de projet (crowlending PME et agricole, projets liés aux énergies renouvelables, crowdequity (entrée au capital de PME), immobilier locatif , promotion immobilière de type marchand de bien)
- diversité des plateformes :
Wiseed : Deux projets en crowdequity dans le domaine de l’environnement
Anaxago : Un projet en crowdequity dans le domaine des prothèses médicales et un projet d’immobilier locatif.
Raizers : un projet de promotion immobilière
Lendosphère : quatre projets dans le domaine des énergies renouvelable (solaire, éolienne, biomasse)
October : deux projets en crowdlending dans les domaines de la manufacture textile et en parapharmacie
Agrilend : quatre projets pour soutenir des projets dans des microstructures agricoles.

Sur les quatre premières plateformes, j’investis par tranche de 2 Ke. Pour le Crowdlending que je trouve plus risqué : par tranche de 500e (October) ou 200e (Agrilend).

N’étant investi que progressivement depuis 6 mois, je ne peux pas vous faire un retour de satisfaction ou non.

Le principal intérêt que je trouve au crowdfunding est le sentiment de participer à des projets concrets.
La principale faiblesse, déjà longuement évoquée sur ce site, est le risque de défaut que je pourrai rencontrer sur un ou plusieurs projets. Le fait d’investir des sommes pas trop élevées et dont je sais ne pas avoir besoin suffit à me convaincre dans ma démarche.

J’ai une forte sensibilité pour les projets environnementaux, surtout liés aux énergies renouvelables, ce sont des projets à 5% de rendement, avec un fort potentiel de déploiement.

En ce qui concerne les projets immobiliers, j’ai par contre du mal à trouver des projets qui puisse m’intéresser : les programmes de promotion immobilière ne me stimule pas (je n’ai pas l’âme d’un bétonneur) et les projets de type marchands de bien n’apporte généralement aucune (ou peu de) plus value aux bâtis existants. Pour ce dernier cas, je ne me suis positionné que sur un seul projet.

J’aurais aimé contribuer aux projets de rénovation immobilière (énergétique notamment) de bâtiment ancien mais je ne trouve pas d’appel de fonds en crowdfunding pour ce type de biens.
J’aurais aussi aimé trouver des projets de crowdproperty locatif mais là également à part Dividom (qui ne propose pas de marché secondaire donc aucun moyen de ressortir une fois rentré dans la SCI), je n’ai trouvé qu’un projet sur Anaxago (sur lequel je suis positionné) qui propose du locatif sur 3 ou 4 ans avec projet de revente à cette échéance.

Finalement, concernant ces 2 derniers souhaits, plutôt que d’investir en crowdfunding, je me suis rabattu sur la SCPI Kyaneos qui possède un positionnement original (achat et rénovation d’immeuble et mise en location résidentielle).

En conclusion, je vais poursuivre mon investissement en 2020 mais en respectant l’application stricte des 3 principes exposés au premier paragraphe.

Dernière modification par Kernaou (08/12/2019 18h36)

Hors ligne Hors ligne

 

#118 12/12/2019 15h36

Membre
Réputation :   1  

Bonjour,

Ayant commencé à investir régulièrement sur une plateforme de crowdfunding principalement à orientation projets immobiliers, je constate que:
- Il est chronophage d’analyser les projets en amont
- Il est aléatoire et parfois difficile d’investir sur les projets retenus : bien souvent les projets sont financés en quelques heures voire minutes
- Il faut disposer d’un patrimoine global conséquent pour diluer les risques, à coups de tickets d’investissement minimum assez élevés (1000 euros sur la plateforme que j’utilise)

Je me suis donc posé la question de la possibilité d’investir dans un ’panier’ de projets, un peu à la manière de SCPI ou de fonds d’actions.
Ceci aurait l’avantage de :
- Réduire le temps consacré à l’analyse des projets
- Minimiser les aléas et le temps passé relatifs aux souscriptions en ligne

J’ai cherché et je n’ai pas trouvé l’existence d’un tel concept.

Cela vous semble-t-il pertinent ?
Savez-vous si cela existe ? Et si non, à votre avis pourquoi cela n’est pas développé par les plateformes ?

Merci pour vos suggestions.

Dernière modification par Optimum (12/12/2019 16h26)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #119 12/12/2019 16h37

Membre
Réputation :   88  

Bonjour Optimum, et tous les IH

A défaut d’un panier " d’investissements", la plateforme Wiseed a créé un "club premium" qui apporte des avantages (priorité, voire projets réservés, etc…) aux membres actifs.
WiSEED | Programme Premium, les avantages exclusifs

A voir si vos autres plateformes offrent des avantages aux membres actifs ? (Tout en bas de la page d’accueil : les différentes rubriques du site)

Pour info, rien pour Fundimmo, Lymo, weximmo, Anaxago, pour mes rapides recherches…

Bonne journée/soirée à toutes et tous

Mimizoé1


Parrainages Binck, BourseDirect, Véracash, BullionVault, WeSave, (Me contacter en MP)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #120 12/12/2019 16h49

Membre
Réputation :   41  

Il y a quelques mois, Anaxago a lancé un FCPR crowdlending immobilier, ayant vocation a être investi sur une 30aine de projets de mémoire (en dette et peut-être aussi en equity, je ne sais plus exactement). Le ticket minimum était de €10k mais avec à la clé une diversification plus importante qu’investir individuellement sur des projets à €1k. Après il y avait des frais en plus, je ne sais pas comment ils se comparent avec les frais "classiques" d’un investissement crowdlending.

Je ne sais pas en revanche où en est la souscription de ce fond et si elle est toujours ouverte.


“Think of how stupid the average person is, and realize half of them are stupider than that.”  George Carlin

Hors ligne Hors ligne

 

#121 13/12/2019 09h06

Membre
Réputation :   1  

Merci Mimizoe1 et Sheeplooser pour vos retours qui montrent qu’il existe donc des ’embryons’ d’initiatives en ce sens.
Je vais me renseigner auprès de la plateforme que j’utilise afin de savoir s’ils envisagent de développer ce genre de concept et posterai l’éventuelle réponse ici.

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur