Informations À propos…   Chercher Cherchez sur le site, les forums et nos screeners :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+1]    #26 24/09/2022 13h59

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Bonjour,

Il y a une littérature assez abondante au sujet du risque de séquence de rendement (sequence of return risk) ; c’est le risque lié à l’ordre dans lequel vont se produire les rendements (négatifs) du portefeuille (risque de la sequence de rendement).

Le point fondamental c’est déjà de considérer que notre aisance financière en période de consommation de portefeuille viendra en grande partie… du facteur chance.

En effet, on définit une date prévisionnelle de début de la phase de consommation mais il est impossible de prévoir la tenue du marché mondial.

Plusieurs papiers ont bien mis en évidence l’importance de cette séquence de rendement.

Entre deux retraités débutant leur phase de consommation avec 1 million € chacun, vivre une séquence favorable comme +25% +15% + 5% -5% -20% permettra de préserver le portefeuille (et les retraits réguliers) contrairement à la même séquence mais à l’envers (-20% -5% +5% +15% +25%).

In fine, ce sont les rendements annuels des toutes premières années de la phase de consommation qui vont absolument déterminer la longévité du portefeuille…

Le combo le plus dévastateur à mon avis (et aucun investisseur n’a la main dessus), ce serait en début de phase de consommation : bear market pendant 3 ans + inflation durablement élevée car dans ce cas, si les retraits se maintiennent au même taux, le portefeuille se dépréciera très rapidement et n’aura pas du tout la longévité initialement espérée.

D’ailleurs dans les études, ils montrent bien qu’un bear market + déflation est plus simple à encaisser pendant la phase de consommation. (1929 vs 1966).

En effet, au début de la phase de consommation, le portefeuille a normalement une taille significative et cet effet taille joue son rôle à la hausse comme à la baisse.

En début de phase de capitalisation, ce sont les apports qui constituent la plus grande part de l’augmentation de valeur du portefeuille. En revanche, en début de phase de consommation, l’augmentation de valeur du portefeuille est en très grande partie le fruit de la performance intrinsèque de celui-ci. 

La synthèse que j’ai fait de mes différentes lectures c’est qu’il faudrait augmenter la pondération relative de la part sécuritaire du portefeuille pendant la décennie ou la demi-décennie qui précède le début de la phase de consommation.
Selon le niveau prévisionnel de dépenses, il pourrait s’agir de garder 1 à 2 années de dépenses en cash et 5 années de dépenses en fonds euros / obligations.

Ex : passer progressivement d’une allocation 60% actions / 40% bonds à 30% actions / 70 % bonds à la date de début de consommation puis réaugmenter progressivement au cours de la première décennie qui suit la part en actions pour revenir à 60% actions / 40% bonds de manière à maintenir un safe withdrawal rate.

Pendant la phase de consommation, il semblerait qu’il faille s’écarter de la sacro-sainte règle des 4% en faisant preuve d’agilité ; retirer 4% au début puis ajuster ce taux à l’inflation et au rendement du marché actions et opter pour une gestion dynamique des dépenses (rebalancing dépenses fixes et dépenses discrétionnaires).

Il y des articles à ce sujet sur des blogs américains (Kitces : sequence of return risk) et sur morningstar.com


"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

#27 24/09/2022 14h16

Membre (2015)
Réputation :   8  

Franck059 a écrit :

Merci pour le lien.

Je viens de simuler un investissement sur le CW8 pour un investissement régulier mensuel et en tenant compte des frais d’achat de Bourse direct.

CAGR de :
6,40 % sur les 15 dernières années
5,56 % sur 20 ans
4,63 % sur 25 ans
4,71 % sur 30 ans
4,78 % sur 35 ans
5,09 % sur 40 ans

Pas de quoi sauter au plafond selon moi.
Et de quoi nourrir ma réflexion sur un portefeuille orienté plutôt rente…

Je ne comprends pas, le CAGR est directement affiché et est bien supérieur (sauf erreur de ma part) depuis 1978 il est de 10%

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/ … g_0294.jpg

Hors ligne Hors ligne

 

#28 24/09/2022 14h40

Membre (2018)
Réputation :   98  

On ne voit pas les paramètres entrés pour votre simulation.
Pour ma part, ce sont des investissements réguliers mensuels, et non pas one shot.
Peut être est-ce à cela qu’est due la différence de nos performances.

Hors ligne Hors ligne

 

#29 24/09/2022 14h56

Membre (2015)
Réputation :   8  

Excusez moi j’avais mis un one shot dans la simulation, il semble en effet que le DCA réduise le CAGR

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #30 25/09/2022 11h55

Membre (2018)
Réputation :   98  

En complément aux liens ci-dessus fournis par RadioInvest sur le risque de séquences de rendements au moment du départ de la consommation du capital :

Le Risque De Séquence De Rendements Peut Ruiner Votre Retraite - The Poor Swiss

Dernière modification par Franck059 (25/09/2022 11h56)

Hors ligne Hors ligne

 

#31 05/10/2022 18h23

Membre (2018)
Réputation :   98  

Petit point mensuel après les échéances de prêt sur les SCPI ce jour.

Valeur totale 466 000 €
   Crowdfunding   3,7 %
   Liquidités       16,1 %
   PEA(CW8)      28,8 %
   SCPI              51,4 %

Du fait d’un capital restant dû diminuant, la valeur du portefeuille de SCPI progresse ce mois d’un peu plus de 1800 €.
Aucune nouvelle pour l’instant de la part de Fiducial au sujet de l’absorption d’Atlantique Pierre par Capiforce.

Le TRI annuel brut du PEA est de 6,17 %.
A comparer au rendement annuel de 5,78 % de l’indice MSCI World (en net et en euro) depuis près de 24 ans (au 31 décembre 1998).
Petite anecdote, le CW8 étant actuellement à -11,5 % sur son plus haut historique, je me suis aperçu que je pouvais encore acheter 1 part avec les liquidités du PEA qui sont désormais réduites à la portion congrue.
Finalement je reste investi sur le MSCI World uniquement.

Et une fois de plus, deux nouveaux remboursements ont été reportés en crowdfunding immobilier !
L’un chez Clubfunding initialement prévu en septembre et reculé en décembre.
L’autre chez Koregraf initialement prévu au T3 de cette année et reculé au T4.
Je serai très heureux si je parviens à récupérer la totalité de cette poche (un peu plus de 17 000 €) avant le deuxième semestre 2023.
On ne m’y reprendra plus.

J’engage une réflexion sur l’ouverture de deux PER, pour madame et moi.
Si l’âge de départ à la retraite est retardé à 65 ans, nous serons concernés dans 11 et 13 ans.
Néanmoins il me reste à calculer quel pourra être notre TMI (actuellement 30 %) à ce moment là.
Certes les pensions seront plus basses que les salaires actuels MAIS les loyers des SCPI pourraient bien représenter alors au moins le tiers de nos revenus.
Mais nous pourrions revendre les parts de celles-ci au moment opportun…
A moins que nous ayons les moyens de cesser toute activité dès 60 ans ce qui ne manquera pas de baisser drastiquement le montant des pensions qui nous seraient dues après 5 ans de mise en disponibilité.
Vraiment pas simple du tout d’avoir une vision claire sur ce sujet !

Hors ligne Hors ligne

 

#32 11/11/2022 18h19

Membre (2018)
Réputation :   98  

Avez-vous constaté que malgré une inflation très élevée depuis plusieurs mois maintenant qu’aucun produit d’épargne facilement accessible n’a vu son taux de rendement augmenter significativement ?

Et l’inflation commence déjà à ralentir même si ce n’est pour l’instant qu’un frémissement.

Je pense que les gros assureurs-vie puiseront dans leurs réserves pour garantir un taux de rendement au moins aussi bon qu’un livret A, mais cela ne devrait pas casser trois pattes à un canard.

Dernière modification par Franck059 (12/11/2022 08h23)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #33 13/11/2022 08h53

Membre (2018)
Réputation :   98  

Bilan trimestriel après que les SCPI ont versé leurs dividendes à la fin du mois d’octobre et tandis que le MSCI World est à -9,4 % par rapport à son plus haut historique atteint le 4 janvier 2022.



1. Actions (CW8 en PEA)

Un versement de 4500 € a été effectué sur le PEA il y a quelques jours alors que l’ETF CW8 d’Amundi était à près de -12% sur son plus haut.
C’est le 6e versement de ce montant pour cette année.
Mon PEA ouvert en octobre 2018 est désormais investi à 82% de sa possibilité.
Le TRI annuel brut est de 7 % tout rond.
A comparer au rendement de 6,03 % de l’indice World (en euro et net returns) à la date du 31 octobre et cela depuis le 31 décembre 1998 soit sur près de 24 ans.
Vu la période troublée que nous traversons, j’en suis plutôt satisfait. D’autant que je me fixe un objectif de rendement annualisé net compris entre 4 et 6% (ici le TRI revient à 5,86 % net de prélèvements sociaux).
En tenant compte de la règle des 4%, le revenu mensuel théorique serait de 474 € bruts (463 € nets).

2. Immobilier (SCPI)

Ce trimestre, l’ensemble de nos 7 SCPI en NP ont versé 4940 € bruts soit environ 4397 € nets.
Une projection annuelle me donne en estimation basse un rendement annuel de 4,36 % nets pour l’ensemble.
Je me satisfais là aussi de ce taux.
La valorisation de l’ensemble de nos parts (déduction faite chaque mois du capital restant dû de l’ensemble de nos prêts) progresse chaque mois désormais de plus de 1813 €.
A noter que plus de 3 mois après l’arrêt des confrontations sur le marché secondaire, Fiducial Gérance n’a toujours fourni aucune communication officielle quant à la fusion de la SCPI AP1 (dont nous détenons des parts) avec la SCPI CAPIFORCE PIERRE (dont nous ne détenons pas de parts).

3. Taux (Livrets + Assurances-vie + Crowdfunding immo)

Nos livrets A et LDD sont toujours à leur plafond.
Quelques remboursements pour environ 1000 € ont été effectués par les plateformes Wiseed et Clubfunding, essentiellement deux chez Wiseed (intégraux) et un troisième partiel chez Clubfunding.
Au rythme où cela va, je serai toujours très heureux d’être débarrassé totalement de cette poche à la fin du premier semestre 2023.
Sa part dans le portefeuille est passée en un trimestre de 4 à 3,4%.

A noter que je recherche toujours (sans succès) des livrets ou comptes épargne ou comptes à terme rapportant au moins aussi bien que nos livrets réglementés, ceux-ci étant à leur plafond.

En conclusion, la cible pour le portefeuille est tenue, avec 30 % d’actions et 50 % d’immobilier locatif et au sein de la poche financière un ration avoisinant le 60/40.

Dernière modification par Franck059 (13/11/2022 08h55)

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur