Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 

Newsletter boursière #281

Devenir rentier en dix ans - 9 ans plus tard (5/27)

Rejoignez nos 4533 lecteurs !

Inscrivez-vous maintenant pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles :

 



Rejoignez nos 4533 lecteurs !

Inscrivez-vous maintenant pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles :

 


 

2 commentaires

Commentaire
1) MaximusDM
26/03/2018
Bonjour Philippe,

comment analysez-vous, avec le recul, votre rente par rapport à l'inflation ?
Pensez-vous que votre rente (on va dire depuis que vous avez arrêté la phase de constitution) vous permet d'être serein vis-à-vis de l'inflation dans les prochaines années ?
Lors de la sélection de vos actions, intégrez-vous spécifiquement cette donnée (je parle de l'inflation), par exemple en favorisant des sociétés avec
1/ un faible payout ratio
2/ une croissance importante du dividende sur les n dernières années ?
Ou bien restez-vous sur un raisonnement plus global en estimant la "bonne santé" de l'entreprise via l'IH score par exemple ?

PS : très intéressant cette review 10 ans après des thèmes de votre livre, entamée il y a quelques semaines.
Réponse de Philippe
Philippe
26/03/2018
Bonjour,

Pour faire simple, la plupart des sociétés de qualité (souvent avec un IH Score élevé effectivement, ou plus simplement avec un ROIC élevé) et un rendement sur dividende relativement faible (mettons inférieur à 3%) augmentent généralement leur dividende à un rythme largement supérieur à l'inflation.

Par contre, pour les sociétés moins qualitatives et avec un rendement sur dividende élevé (mettons supérieur à 5%), c'est moins vrai. En général ce rendement sur dividende élevé va de pair avec un taux de distribution élevé et une dette élevée et les marges de manœuvre sont plus faibles.

Concernant mon propre portefeuille, il y a un mixte d'entreprises qualitatives et moins qualitatives. Dans l'ensemble, je suppose que la rente devrait augmenter à peu près au rythme de l'inflation en tendance, mais l'incertitude est plus élevée que si je n'avais que des sociétés très qualitatives.

En positif, un certain nombre de sociétés en portefeuille sont en fin de phase de "transition" (HCP, Macerich, VEREIT, Royal Dutch Shell, BP...) avec un dividende stagnant ou réduit ces dernières années, mais qui devrait reprendre un rythme croissant à partir de 2019.

En négatif, plusieurs sociétés sont en pleine phase de transition (General Electric, SES Global, CBL Properties, Washington Prime Group, DDR Corp) et pour celles-ci je ne m'attends pas à une hausse du dividende avant un moment...

Bien à vous,

Philippe

Commenter

Commenting is not available in this weblog entry.