Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 14/07/2016 10h25 → Investir dans l'éolien "industriel" : un investissement responsable ? (investissement, énergies renouvelables, éolien)

Membre
Réputation :   53 

L’énergie éolienne dite "industrielle" (non domestique) est aujourd’hui en pleine croissance, que ce soit en France, en Europe ou à travers le monde.

http://cluster006.ovh.net/~feeuyddi/wp-content/uploads/2013/10/11.jpg

Considérée comme l’une des énergies renouvelables au plus fort potentiel à court et moyen terme, elle connait un développement soutenu depuis près de 30 ans. Face au changement climatique et aux différents accords mondiaux pour lutter contre ce dernier, le soutien politique envers les énergies renouvelables est aujourd’hui au plus fort. Le nucléaire, principale solution non carbonée, est quant à lui critiqué suite aux problèmes connus à Fukushima et un inconnue autour de la gestion des déchets nucléaires.

Dans ces conditions, l’éolien peut-il représenter une opportunité d’investissement ? Rapide tour d’horizon (vu principalement du côté français).

1. Fonctionnement

L’énergie du vent est captée par un aérogénérateur, plus communément appelée éolienne, généralement à axe horizontal et composé de trois pales. Les éoliennes transforment l’énergie cinétique du vent en électricité. Elles peuvent être placées sur terre et en mer quand les conditions le permettent.

La puissance unitaire n’a cessé d’évoluer avec l’évolution des technologies, passant de 500 kW à 3,5 MW (et jusqu’à 6 MW pour l’éolien offshore) en 25 ans. A priori la technologie devrait continuer à évoluer, mais difficile de dire jusqu’où. La puissance d’un parc éolien varie en fonction du nombre d’éoliennes installées.

L’investissement nécessaire varie selon les sites, mais le chiffre d’un million d’euros par mégawatt installé est souvent cité, la machine et le raccordement au réseau public d’électricité représentant la part de l’investissement la plus importante. Grâce à une certaine maturité, les prix des machines sont de moins en mois proportionnels à leur puissance unitaire.

Une fois construit, un parc reste en place entre 20 et 25 ans.

L’éolien est une énergie relativement compétitive en France en comparaison des autre sources d’énergie :

https://www.lenergieenquestions.fr/wp-content/uploads/2013/07/source-d%C3%A9nergie-et-diff%C3%A9rences-de-co%C3%BBt-%C2%A9-EDF.jpg

Des sources autres qu’EDF pour les coûts de l’électricité en France :
- Nucléaire (en 2013) : 59,8€/MWh (source) ;
- Nucléaire (si prolongement de la durée de vie à 50 ans) : 62€/MWh (source) ;
- EPR (prévisionnel) : 114€/MWh (source) ;
- Eolien : 85,6€/MWh (source) ;
- Photovoltaïque : 152,5€/MWh (source)

2. Avantages et inconvénient

Sans forcément rentrer dans le débat pour ou contre l’éolien, voici une liste non exhaustive d’avantages et inconvénients.

Avantages :
- Ressource gratuite et illimitée
- Technologie mature, abordable, propre et sûre
- Ressource locale

Inconvénients :
- Tant que les prix de l’électricité seront bas, le développement sera dépendant du soutien politique et des réglementations variables en fonction du pays
- Intermittence : une éolienne produit de l’électricité en moyenne 80% du temps, mais seulement 20 à 30% à pleine charge
- Faible puissance en comparaison de nos besoins actuels

3. Tentative d’analyse de l’évolution du marché de l’éolien

[Reflète l’opinion personnelle de son auteur]
Difficile de savoir comment évoluera l’éolien à travers le monde à court et moyen terme. Cette évolution sera fortement influencée par des facteurs comme le prix de l’électricité, les engagements gouvernementaux contre les émissions de gaz à effet de serre, les politiques publiques, l’avenir du nucléaire, etc.

Le marché européen semble atteindre une certaine maturité et la croissance devrait ralentir car la plupart des sites intéressants sont d’ores et déjà équipés. Des relais de croissance peuvent être trouvés dans l’éolien offshore ou encore à travers un repowering (démantèlement des parcs éoliens en fin de vie pour les remplacer par des aérogénérateurs plus puissants).

Le marché nord américain est quand à lui fortement dépendant de l’évolution du coût des matières premières, ainsi que de l’évolution du nucléaire.

L’Afrique est potentiellement un terrain d’avenir où l’éolien trouverait une place importante aux côtés de l’énergie solaire. Les aides au développement des infrastructures énergétiques sont en parties dirigées vers les énergies renouvelables, mais sont fortement dépendantes des pays à leur source.

L’Asie est également un territoire de développement important pour l’énergie éolienne. Suite à Fukushima, le Japon a relancé sur débat sur l’avenir énergétique du pays. La Chine, un des premiers producteurs mondiaux, connait une croissance fulgurante (bulle?) de son marché et le gouvernement a fixé des objectifs ambitieux. L’Inde, quatrième producteur mondial d’électricité éolienne, connait également une croissance importante.

La croissance mondiale devrait donc continuer à un rythme soutenu grâce à un relais de croissance important : l’équipement des pays en voie de développements. Il se peut que des situations de bulles se créent dans certains pays, notamment lorsque les soutiens financiers créent un trop fort engouement (type bulle du marché solaire photovoltaïque en France).

4. Moyens pour investir dans l’éolien

Entreprises cotées en bourse :

Les développeurs éoliens, principalement des entreprises privées, sont les principaux acteurs du secteur. Avec plusieurs sites en portefeuille, ils répartissent les risques sur plusieurs projets. Une fois un parc en exploitation, il peut être exploité pour la revente de l’électricité au gestionnaire de réseau, ou bien revendu à une autre société cherchant un rendement stable pour son float (banque, assureur, etc.).

Les constructeurs d’éoliennes fournissant les machines sont également des acteurs importants du marché. La plupart ont également une casquette "développeur", avec des équipes développant des projets pour y implanter leur propres machines.

Liste non exhaustive des entreprise cotés connues en Europe et intervenant dans le domaine :
- Développeurs :
     * Futuren (anciennement Théolia)
     * Voltalia
     * Enel Green Power
     * EDP Renewables
     * Iberdrola Renovables

- Constructeurs
     * Vestas (N°1 ou n°3 mondial en fonction des sources)
     * Gamesa (top 10)
     * Nordex (top 15)
     * Senvion (top 15)
     * Vergnet (constructeur d’éoliennes pour région cycloniques)

Une liste non exhaustive au niveau mondial peut être trouvée ici.

D’autres entreprises comme Siemens ou General Electric interviennent dans l’éolien (constructeurs d’éoliennes) mais ne sont pas citées car il ne s’agit pas de leur cœur de métier. Les énergéticiens sont également fortement présent dans ce groupe (EDF et GDF-Suez pour ne citer que les entreprises françaises) avec des équipes liées au développement de projets.

Investissement en direct :

Difficile aujourd’hui pour un particulier d’investir directement au vu des montants requis, des risques et des délais.

On observe cependant de plus en plus de regroupements de citoyens cherchant à financer leur propre projet. La création de Sociétés d’Économies Mixtes (réservées à des personnes publiques) par des communes (ou regroupement de communes) peut, dans le cas d’une ouverture du capital aux citoyens, être une autre porte d’entrée pour l’investisseur particulier. Le développement des parcs éoliens citoyens se fait parfois en collaboration avec un développeur éolien qui, moyennement finance, apporte son expertise ou ses moyens techniques au projet.

Une liste de projets citoyens peut être trouvée ici : http://www.eolien-citoyen.fr/. La rentabilité espérée dépend du projet, mais devrait tourner entre 3 et 7% garantis par an.

5. Risques

Généraux
- Abandon du soutien financier aux énergies renouvelables
- Réglementation contraignante
- Faible prix de l’énergie/électricité
- Diminution de la consommation électrique

Développeurs éoliens
- Refus des projets par l’administration
- Concurrence accrue avec d’autres entreprises
- Mauvais retour sur investissement des projets

Constructeurs
- Marché de l’éolien en situation de bulle
- Concurrence accrue des constructeurs à faibles coûts
- Ralentissement mondial du développement

Éolien citoyen
- Manque de diversification si fait sur un seul projet
- Inexpérience des intervenants

Mots-clés : investissement, énergies renouvelables, éolien


Be the change that you wish to see in the world

Hors ligne

 

#2 25/07/2016 18h24 → Investir dans l'éolien "industriel" : un investissement responsable ? (investissement, énergies renouvelables, éolien)

Membre
Réputation :   162 

Une recherche très complète mps merci pour votre travail qui m’a donné envie de dépoussiérer mes connaissances. Vous ne dites pas si vous avez investi, je suppose que oui mais quelle(s) valeur(s) ?

Il y a beaucoup de choses à dire sur le vent et je commence par les ETF avec ce tableau d’énergies "alternatives" sur ETFdb.com.

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/5522_alt_energy.png

Je ne retiens pas le solaire ou le nucléaire qui sont ici hors sujet. A l’aune des volumes traités, force est de constater que ces ETF ne soulèvent pas un grand intérêt. Celui qui offre le plus de volume est actuellement le bien nommé FAN US33736G1067 avec un expense ratio de 0,6%. Cela valait $30 en 2008 à son lancement et $13 aujourd’hui. Pour être complet je mentionne aussi YLCO, l’ETF des YieldCos, créé en mai 2015 et qui se traite aussi en volumes assez faibles. Rien d’enthousiasmant jusqu’ici, et pourtant je pense que le secteur atteint la maturité en ne dépendant plus que marginalement des aides publiques.

Il existe un deuxième instrument qui a un rapport assez direct avec le présent sujet, ce sont les options, les contrats spots ou à terme énergie / électricité. Aux USA ils sont échangés sur ICE (Intercontinental Exchange) ou CBOT/CME Group. Il existe en effet un marché de gros de l’électricité aux USA avec des hubs / (centres?) comme le montre l’EIA ici. Il y a la même chose en France/Europe, pour plus d’infos on peut voir le rapport annuel des marchés de la CRE. Pour les contrats spots c’est l’EPEX European Power Exchange Spot, pour les futures il y a l’EEX. Ce sont des marchés réservés aux initiés (et tatoués!) s’il y en a sur ce forum merci d’en faire part.

C’est donc sans doute encore une fois les actions qui seront les instruments privilégiés pour ce secteur, avec comme le présente mps une assez grande variété d’acteurs. Le site The Wind Power en propose deux catégories supplémentaires : les opérateurs et les propriétaires/owners (en plus des fabricants/manufacturers et des développeurs).
Dans les deux premières catégories toujours selon le même site les 3 premiers sont pour les opérateurs : NextEra Energy, EDF-EN (accessible seulement par EDF) et Dong Energy (1 US et 2 Européens);
et pour les Owners/propriétaires Dong et NextEra déjà cités plus Scottish & Southern. Dong est aussi le développeur numéro 1, suivi de Vattenfall et Iberdrola.

Avant de m’arrêter et en espérant ne pas trop alourdir, je donne quelques chiffres complémentaires, avec pour commencer une mise à jour : l’éolienne la plus puissante installée est la Vestas V164 avec ses 8MW en fonctionnement (164m c’est le diamètre!). Il existe des protoypes à 10MW et 190m pour le diamètre par d’autres constructeurs. The bigger the better.

Enfin voici des chiffres sur les nouvelles installations en Europe en 2015 (en GW) et le rang des principaux pays : 6 en Allemagne (n°1), 1,2 en Pologne (n°6), 1,07 en France (n°4) et 0,98 au UK(n°3). L’Espagne reste n°2 même s’il n’y a pas eu de nouvelles installations en 2015, et l’Italie est passée n°5 derrière la France il y a deux ou trois ans. Total installé en Europe, près de 150GW, nouvellement installé en 2015 : 13G, en progression par rapport à 2013 et 2014. Pour avoir un ordre de grandeur, la Chine a déjà installé 115GW, les USA 66 et l’Inde 24 (chiffres 2014). Le total mondial installé est de 432 GW fin 2015, en augmentation de 16% sur 2014.

Dernière modification par sat (25/07/2016 18h26)

Hors ligne

 

#3 26/07/2016 08h25 → Investir dans l'éolien "industriel" : un investissement responsable ? (investissement, énergies renouvelables, éolien)

Membre
Réputation :   53 

Bonjour sat,

Étant du métier et dépendant donc de l’évolution du marché en France, je pense qu’il s’agit indirectement de mon plus gros investissement. Mais aucune société en portefeuille qui touche de près ou de loin à l’éolien.

Par rapport à la liste des ETF, les résultats ne sont en effet pas glorieux. J’aurais personnellement du mal à investir dans un pool d’entreprises actives sur le secteur. En effet, je pense qu’il y a assez peu de barrières à l’entrée. Malgré un savoir-faire qui augmente année après année, n’importe quelle boite avec un peu d’argent peu se lancer dans le domaine. Résultat : une concurrence accrue et des prix tirés vers le bas. Il faut être bon pour tirer son épingle du jeu, avoir un large éventail d’entreprises ne semble pas bénéfique, comme le montre d’ailleurs l’évolution de l’ETF FAN alors que l’éolien a explosé ces dix dernières années (quasi incompréhensible) !
Ne maîtrisant pas les autres instruments financiers, je me passerai de tout commentaire.

Les opérateurs sont effectivement d’autres intervenants. Je ne les avait pas cités car il s’agit rarement de pure player, avec des investissements dans le solaire ou encore le Oil & Gas. A ce titre, on pourrait également parler de deux grands groupes d’acteurs gravitant autour de ces entreprises :
- Les entreprises de conseil et/ou d’expertises : données de vent, expertises environnementales, etc.
- Les entreprises assurant la maintenance des parcs. Le relai de croissance est clairement là sur ce segment : l’entretien des machines sur 20 ans est un marché juteux et sûr. La plupart des constructeurs d’éoliennes ont bien évidemment des bases de maintenance à proximité des grandes régions éoliennes à travers le monde. On voit cependant de plus en plus d’opérateurs tenter de disputer une part du marché en internalisant cette compétence pour leurs projets, puis en grappillant des parts de marché par la suite.

A+


Be the change that you wish to see in the world

Hors ligne

 

#4 26/07/2016 17h36 → Investir dans l'éolien "industriel" : un investissement responsable ? (investissement, énergies renouvelables, éolien)

Membre
Réputation :   162 

Je ne vous apprendrai donc rien - et vous me corrigerez si je dis des bêtises - si je souligne combien les sites choisis sont importants. La puissance installée est donnée en Watts (et ses multiples) mais cela ne signifie pas que la production suivra : la puissance des turbines est donnée pour un vent idéal indiqué dans des courbes de puissance comme celles-ci pour différentes turbines :

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/5522_courbe_puissance.png

En effet il est difficile de trouver des pure players : je regardais le rapport 2015 de NextEra sans par exemple trouver quelle est leur production éolienne en TWh annuels. Je rappelle que NEE a son origine en Floride, the Sunshine State, où elle produit son électricité uniquement à partir d’énergies épuisables et rien en solaire. Dans le reste du pays et au Canada, ils parviennent tout de même être le premier opérateur éolien en Occident (je n’ai pas étudié en détail la Chine et l’Inde). Que NEE n’indique pas sa production électrique issue de renouvelables me fait penser que les sites qu’ils ont en portefeuille ne sont pas toujours excellents. Ils viennent de rater un beau contrat à Hawaï, les fiançailles annoncées n’ayant pas eu lieu à torts partagés je crois, Hawaï ayant toutes les ressources inépuisables possibles mais n’ayant fait que peu d’efforts pour les exploiter.

Pour le second opérateur, EDF, la longue dégringolade boursière n’incite pas vraiment à se placer, évidemment encore moins du fait du mélange des activités.

Dong est intéressant mais je m’interroge sur leur obsession du offshore. Cela paiera à un moment mais les quatre ans qui viennent seront longs. Ils ont un joli tableau des risques dans leur dernier rapport annuel :

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/5522_dong_risks.png

Je n’ai pas trouvé beaucoup d’analyses en dehors de cet article de Reuters assez intéressant mais qui à mon sens fait une erreur en calculant 60% de subventions sur le vent.

Dong Energy est détenue à 50,1% par le royaume du Danemark et à 13% par Goldman Sachs. Aux cours actuels de 265 DKK la société est valorisée à plus de $16 Mds. Des projets importants offshore, le principal est un parc – Hornsea 1 – de 1,2G prévu en 2020m avec un objectif de coût associé de 100€ / MWh. Le prix moyen de vente déclaré en 2015 était de 48€.

Si vous avez des noms à nous donner pour les entreprises de conseil/expertise ou de maintenance ne nous oubliez pas.

En attendant voici quelques sociétés qui peuvent profiter de ce marché en expansion : Hexcel Corp. HXL dans les fibres de carbone, Woodward WWD dans les convertisseurs, et Valmont Industries VMI dans les tours sur lesquelles sont montées les turbines. Elles ont des rendements plutôt légers et sont proches de leurs plus hauts.

Hors ligne

 

#5 27/07/2016 11h11 → Investir dans l'éolien "industriel" : un investissement responsable ? (investissement, énergies renouvelables, éolien)

Membre
Réputation :   53 

sat a écrit :

La puissance installée est donnée en Watts (et ses multiples) mais cela ne signifie pas que la production suivra : la puissance des turbines est donnée pour un vent idéal indiqué dans des courbes de puissance […]

La plupart des développeurs installent un mât de mesure météorologique sur site pendant au moins un an, et ce pour deux raisons :
- Les banques finançant les projets demandent des garanties concernant les ressources. Un minimum de 9 mois est requis, mais plus les données sont longues, plus elles sont précises et donc intéressantes.
- Le régime de vent conditionne le type de machine implanté : il ne sert à rien de mettre une machine puissante dans un site peu venté. De même, une machine grande voilure et peu puissante sera sous exploitée dans une région ventée. Afin de cadrer le tout, une norme existe pour classer chaque machine en fonction du type de vent auquel elle est adaptée (très bien résumé dans cet article).

En réalité, le problème est bien plus complexe. Sans entrer dans trop de détails, le coût du raccordement au poste source (enterré et à la charge du développeur) représente une part importante des frais d’investissement. Chaque câble possède une capacité maximum, qui font qu’il peut y avoir plusieurs câbles pour un projet de grande dimension. Ainsi il peut arriver qu’un parc soit sous-dimensionné pour éviter à avoir à installer un second câble. Ceci peut être fait en diminuant le nombre de machines, ou la puissance unitaire de ces dernières.

En effet il est difficile de trouver des pure players

J’ai tenté de les lister dans le post initial, mais effectivement il y en a peu au final.

Pour le second opérateur, EDF, la longue dégringolade boursière n’incite pas vraiment à se placer, évidemment encore moins du fait du mélange des activités.

Il n’y a en effet aucune raison de vouloir investir dans EDF juste pour son investissement dans l’éolien à travers EDF EN.

Dong est intéressant mais je m’interroge sur leur obsession du offshore. Cela paiera à un moment mais les quatre ans qui viennent seront longs.

Dong s’est placé comme un acteur majeur de l’éolien offshore. Ils ont énormément investit dans les premiers projets et possèdent aujourd’hui une importante expertise du domaine. Ils font d’ailleurs un partenaire idéal dans les consortium pour le développement de l’éolien en mer, comme l’a montré les résultats du premier (techniquement second) appel d’offre en France où leur expertise a été nécessaire pour EDF qui n’y jouait qu’un rôle financier. Ils semble que ce ne soit pas fini car ils ont l’ambition d’être maître de la plupart de leurs projets (d’où je suppose leur sortie du marché français).

Sur une autre note, vous précisez que les quatre prochaines années seront longues. Je pense surtout qu’ils ne s’arrêteront pas à quatre ans, et que par conséquent ce genre d’entreprise sera toujours à risque tant qu’ils continueront à investir dans des projets aussi couteux.

Si vous avez des noms à nous donner pour les entreprises de conseil/expertise ou de maintenance ne nous oubliez pas.

Encore une fois, il y a assez peu de pure player, encore moins d’entreprises cotées.
- Veritas travaille sur l’éolien et est coté.
- FTI Consulting est également coté
- TUV et DNV GL font partie des experts les plus reconnus dans le secteur, mais il s’agit d’entreprises privées. Il y en a probablement d’autres mais je suis pas expert de cette partie du développement.

En attendant voici quelques sociétés qui peuvent profiter de ce marché en expansion : Hexcel Corp. HXL dans les fibres de carbone, Woodward WWD dans les convertisseurs, et Valmont Industries VMI dans les tours sur lesquelles sont montées les turbines. Elles ont des rendements plutôt légers et sont proches de leurs plus hauts.

Le livre Clean Money : Picking Winners in the Grenn Tech Boom paru en 2008 donnait une liste d’entreprises. Il serait très intéressant de savoir combien ont survécu et si elles ont réellement été profitables wink

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/5060_wind-list.jpg


Be the change that you wish to see in the world

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech