Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#26 10/10/2015 15h44 → Investir dans la vigne : comment investir dans la vigne ? (vigne plantation viticulture)

Membre
Réputation :   14 

Cela fait quelque mois que j’étudie une reconversion dans le domaine du vin. Je voudrais reprendre une exploitation agricole.

J’ai trouvé un bien qui m’intéresse mais la vente est proposé par cession de parts de groupement foncier agricole. Je me suis documentée sur le sujet mais je ne connaît pas l’impact fiscal d’une telle procédure. Je me demandais si il peut y avoir des notions de plus value sur le GFA?

Je me demandais si, à l’image des SCI, il peut exister des créances sur le GFA qui seraient susceptibles d’être transférées dans le cadre de la vente ?

Dernière modification par cristalline (10/10/2015 15h45)


Parrainage INGDIRECT code:MZSDAZU-IGRAAL http://fr.igraal.com/#parrain=padddy

Hors ligne

 

#27 15/10/2015 10h38 → Investir dans la vigne : comment investir dans la vigne ? (vigne plantation viticulture)

Membre
Réputation :   

Bonjour,

Je n’ai pas de compétences sur les GFA. Je vous conseille de vous rapprocher d’un comptable spécialisé dans la viticulture ou de la chambre d’agriculture de votre région.


Ce qui ne tue pas, rend forcément meilleur!

Hors ligne

 

#28 15/02/2016 13h44 → Investir dans la vigne : comment investir dans la vigne ? (vigne plantation viticulture)

Banni
Réputation :   17 

Dans le Languedoc, les deux tiers des vignerons ont plus de 55 ans, il va leur falloir transmettre". S’il y a des terres, du talent et des épargnants, il y a forcément moyen de faire quelque chose, résume-t-il. "Quand on a créé Laur Bauzil (dont la première cuvée verra le jour cette année) sur 5,4 hectares aux flancs de la Montagne Noire, aucun établissement n’a suivi. Un banquier nous a rejoints comme actionnaire, sa banque non". Le prix de la part a été fixé à 1.750 euros, la SCI a rapidement compté 100 associés. A ses futurs associés, Frantz Vènes propose une part à 1.425 euros pour la vigne, et 2.500 euros associée à la truffière. Les dividendes seront versés en vins et s’il y a des truffes, moitié-moitié. "Et quand on veut en sortir, c’est simple: on a des listes d’attente d’amis d’amis pour y entrer. Mais jusqu’ici aucun actionnaire n’a demandé à sortir", jure Ludovic Aventin, qui peut se permettre de sélectionner "un par un au téléphone" les nouveaux actionnaires. Sur son site, www.terrahominis.com, il a inscrit son numéro de portable mais prévient: "Si vous aimez plus l’argent que les hommes et le vin, merci de passer votre chemin". Avis aux spéculateurs, ici on veut rester entre amis.

En savoir plus : Des actionnaires payés en vins et en truffes - Le Figaro Vin
Achetez des parts de vignobles en copropriété - Terra Hominis

Dernière modification par facelvega (15/02/2016 13h44)

Hors ligne

 

#29 18/02/2016 20h18 → Investir dans la vigne : comment investir dans la vigne ? (vigne plantation viticulture)

Membre
Réputation :   161 

Tout cela est bel et beau et je n’ai pas de raison d’en douter, mais je recommanderai à toute personne intéressée de lire les conditions contractuelles de sortie avant d’acheter une part.

J’avais par ailleurs, dans un avis qui n’engage que moi, manifesté une certaine distance par rapport à ce genre d’investissement. Attention, si c’est plutôt pour aller passer des week-end dans le Languedoc et y rencontrer d’autres actionnaires autour d’un verre de vin pourquoi pas. Mais s’il s’agit de faire un investissement raisonné je trouve moins hasardeux de se constituer une bonne cave - à des fins lucratives ou gustatives.

A ma connaissance le vin ne se vend pas très cher dans le Languedoc en général, (je suppose autour de 70 cts du litre, toute information bienvenue) - il y a bien évidemment et heureusement des exceptions. L’arrivée de vignerons de 55 ans qui souhaitent transmettre risque de pousser, temporairement au moins, les prix à la baisse.

La viti-viniculture est particulièrement touchée par l’un des maux importants dont souffre la France, la réglementation croissante malgré les souhaits et promesses des gouvernements successifs.

Hors ligne

 

#30 23/02/2016 15h07 → Investir dans la vigne : comment investir dans la vigne ? (vigne plantation viticulture)

Membre
Réputation :   

Bonjour

70 centimes du litre, heureusement que le cours moyen est bien supérieur à ce prix.
Concernant les investissements dans des exploitations, il faut être très prudent, pour en avoir étudié 2, domaine de la ramade et mas de l’oncle, bien souvent on croit investir dans des vignes mais en fait on acquiert des parts d’une holding qui soit prête à l’exploitant sous forme d’un prét, soit entre en compte courant. Au total, on a du vent (mas de l’oncle).
De plus on est rémunéré en vin à un prix préférentiel qui est le tarif grossiste ou caveau moins % et qui rapporte beaucoup à l’exploitant.
Pour le plaisir, oui, mais surement pas pour la rentabilité ou la revente.

Hors ligne

 

#31 24/02/2016 10h40 → Investir dans la vigne : comment investir dans la vigne ? (vigne plantation viticulture)

Membre
Réputation :   

Je rejoins le message précédent et confirme que pour investir dans la vigne et espérer un bénéfice, il faut être viticulteur et les exploiter.

La seule solution pour acquérir des vignes est d’hériter de vigne provenant de la famille et de les louer contre un fermage.


Ce qui ne tue pas, rend forcément meilleur!

Hors ligne

 

#32 07/11/2016 10h31 → Investir dans la vigne : comment investir dans la vigne ? (vigne plantation viticulture)

Membre
Réputation :   

Bonjour, j’espère qu’il y aura quelqu’un qui va passer par là….car le dernier post date un peu….
Néophyte intéressée, je voudrais savoir ce que deviennent, à la fin du bail,  mes parts de GFV quand celui-ci est investi dans des vignes louées (bail 20 ans restant à courir)….
merci à vous….

Hors ligne

 

#33 07/11/2016 12h11 → Investir dans la vigne : comment investir dans la vigne ? (vigne plantation viticulture)

Membre
Réputation :   82 

N’est ce pas un bail rural standard : renouvelé tacitement à la fin du bail ?

Hors ligne

 

#34 07/11/2016 12h32 → Investir dans la vigne : comment investir dans la vigne ? (vigne plantation viticulture)

Membre
Réputation :   

oui, Il s’agit d’un bail rural mais je n’ai pas le détail; je suppose qu’il est standard.
le bailleur est ouvrier viticole et a aujourd’hui 35 ans…

Dernière modification par Jacotte (07/11/2016 12h46)

Hors ligne

 

#35 13/11/2016 19h21 → Investir dans la vigne : comment investir dans la vigne ? (vigne plantation viticulture)

Membre
Réputation :   161 

Un moment que je n’étais pas passé par ici. Tout d’abord pour des infos concrètes et sourcées sur le prix de l’hectolitre (HL) pour les fermages en Languedoc (ici l’Hérault mais on peut faire la même recherche dans d’autres départements) voici une source : Indice des baux ruraux novembre 2016.

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/5522_vino_herault.png

Je n’étais pas très loin puisque le Vin de Pays / VDP sera payé à ses propriétaires 60 cts du litre. Selon le bail rural et l’état des vignes (pas vérifié les conditions pour l’Hérault), il faudra compter entre 1000 litres ou 1/3 de ça en loyer. En d’autres termes, un propriétaire peut espérer recevoir entre 200 et 600 € par an et par ha pour ses vignes. On voit que ce n’est pas l’El Dorado … Je ne connais pas les prix moyens de vente en coopérative mais je suis preneur de toute info sourcée.

Pour le Vaucluse, ci-dessous ce qu’on peut espérer. Les prix affichés sont proches de ceux des coopératives. Chacun pourra se dire lorsqu’il boira un Côtes du Rhône 2016 qu’il paye environ 50 cts pour le contenu et le reste (2 à 4 €) pour le contenant, le bouchon, l’étiquette, la capsule et surtout la distribution…

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/5522_vaucluse_fermage_16.png

Pour les baux ruraux, vous le savez peut-être Jacotte, c’est un système très favorable au fermier (et inversément pour le propriétaire). Le droit commun prévoit une durée de 9 ans minimale, avec renouvellement presque automatique (quelques exceptions).

Sur une telle durée les rapports entre fermier et propriétaire - aussi bons soient-ils au début - risquent de se dégrader, ce qui se traduit généralement par un coût (au mieux des indemnités) …

Hors ligne

 

#36 14/11/2016 18h37 → Investir dans la vigne : comment investir dans la vigne ? (vigne plantation viticulture)

Membre
Réputation :   337 

le bailleur est ouvrier viticole et a aujourd’hui 35 ans…

Vous parlez du preneur (ou locataire). Le bailleur c’est le GFV.

S’agissant d’un bail dont il reste 20 ans à courir, c’est probablement un bail de 25 ans.

Le bail de 25 ans a la particularité de ne pas avoir de renouvellement tacite, et donc de prendre fin au bout des 25 ans, à condition que cela soit prévu expressément. Mais il existe aussi avec reconduction. A vous de regarder ce qui est marqué dans le bail. Cf : Fédération Nationale de la Propriété Privée Rurale (FNPPR) -  Les baux de 25 ans et de carrière

En fin de bail (sans tacite reconduction), un GFV a plusieurs options :
- rechercher un nouveau preneur
- vendre les terres libres.

Si les terres sont vendues et que le GFV n’en possède pas d’autres, celui-ci procède logiquement à sa liquidation. Voici un exemple très concret d’une telle opération :
http://www.lafrancaise-am-partenaires.c … 042013.pdf

Dans tous les cas, vous n’avez pas à vous inquiéter :
- s’il y a un nouveau preneur, le GFV continuera à percevoir des loyers.
- s’il y a vente des terres libres, chaque porteur de part reçoit son pro-rata.

Il n’y a donc pas de risque spécifique à la fin de bail. Les risques sont plutôt d’une autre nature :
- comme dans tout investissement immobilier, le cas où le bien voit sa valeur baisser fortement.
- Si le GFV n’a qu’un seul preneur, le risque que le preneur périclite (non paiement des fermages etc.).

A propos du fait que les baux ruraux sont fortement en faveur des locataires, cf. : http://www.leparticulier.fr/jcms/c_1027 … oprietaire

Ce "carcan" dans la durée peut être un inconvénient pour un particulier qui détient une terre en direct. Pour un GFV, cette durée me semble plutôt un avantage. On peut vendre ses parts du GFV, mais le GFV, lui, s’inscrit dans la durée, et c’est bien ce qu’on lui demande me semble-t-il.

Dernière modification par Bernard2K (14/11/2016 19h41)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech