Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#76 23/03/2017 13h29 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Réputation :   35 

Le PER est plutot de 5.5 si on prend en compte uniquement le résultat net hors variation de la valeur des stocks de brut.

Sur les 94 millions d’euros, pas d’exceptionnel, au contraire puisque une partie de la raffinerie de Gravenchon a été à l’arrêt au 1er trimestre.

Hors ligne

 

#77 06/04/2017 13h12 → Esso : action de rendement pérenne ?

Banni
Réputation :   185 

En reprenant les mêmes arguments que précédemment, à savoir : la décote sur les fonds propres, avec la publication récente des résultats 2016, l’action Esso me paraît être un bon candidat pour mon PEA.

Au cours actuel de 40,00 EUR nous avons :

966 M EUR de fonds propres (chiffres du 31/12/2016) pour 12 854 578 d’actions en circulation. Soit 75,15 EUR de fonds propres par action => la décote actuelle sur les fonds propres est donc de 47%.

Historiquement, l’action a coté jusqu’à accorder une prime de +51% sur les fonds propres (en 2006). Sans aller jusqu’à cet extrême, dans un retour de cycle, il peut sembler raisonnable de tabler sur une prime de 20% sur les fonds propres à moyen terme. Ce qui donnerait un cours cible de 75,15 x 120% = 90,18 EUR.

Ce qui représente un potentiel sur le cours actuel de +125%.

En ce qui concerne les multiples de résultats, hors effet de stocks, à 94 M EUR de bénéfice, il ressort à 5,5x pour une capitalisation de 514,2 M EUR (action à 40,00 EUR). Pour les puristes, cela signifie un PER = 5,5x. Dans un contexte tendu de marges faibles. Donc, plutôt en bas de cycle.

Dans une situation de statut quo, avec un bénéfice qui stagnerait à env. 90 M EUR, payer une société 6x ses bénéfices, avec une décote proche de 50% sur les fonds propres (!), rassure quelque peu. Le tout éligible au PEA.

Surtout que la société n’a aucune dette financière :

Communiqué Esso (Résultats 2016) a écrit :

Les capitaux propres du groupe s’élèvent à 966 M€ et la position financière nette est positive de 191 M€.

source : Résultats annuels 2016
.
Et, nous avons en cerises sur le gâteau ces potentiels catalyseurs offerts (gratos ! wink ) :

- l’arrêt de raffineries de concurrents en France qui jugeraient l’activité non rentables ou des arrêts dus à des maintenances techniques = augmentation possible des marges pour Esso ;

- un potentiel de gain si les cours du pétrole repartent significativement et durablement à la hausse, car il y aurait alors une revalorisation significative des stocks (attention ! Le corollaire est aussi vrai : ce peut être aussi un point très négatif à la baisse, si les cours du pétrole tombent à des niveau abyssaux…) ;

- l’annonce du retour au versement d’un dividende pourrait attirer l’œil de la communauté financière sur le titre. Et la position financière le permet largement avec un excédent de 191 M EUR (= 37% de la valorisation boursière actuelle) ;

- et pour terminer : une possible sortie de la cote (de préférence, avec une prime…) initiée par la maison mère Exxon Mobil qui détient aujourd’hui plus de 80% du capital.

.
.
---
déontologie : actionnaire

Hors ligne

 

#78 07/04/2017 01h04 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   96 

Quels sont les perspectives d’Esso? Si les majors tels Total ou Exxon coupent leurs investissements en France, la production d’Esso va baisser progressivement.

Le cash peut s’accumuler avec la vente des stocks, ce qui validerait votre thèse. Mais l’argent ne peut-il pas s’évaporer progressivement en primes de licenciement, et autres coûts de démantèlement des raffineries?

La coupure du dividende ne plaide pas en faveur d’un arrêt des investissements, à moins qu’Exxon n’attende un moment fiscalement plus favorable pour faire remonter le cash aux Etats-Unis?

Dernière modification par Trahcoh (07/04/2017 01h07)

Hors ligne

 

#79 07/04/2017 06h12 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Réputation :   

FranckInvestor a écrit :

- l’arrêt de raffineries de concurrents en France qui jugeraient l’activité non rentables ou des arrêts dus à des maintenances techniques = augmentation possible des marges pour Esso ;
déontologie : actionnaire

Ce point ci ne tient pas, en France nous avons EXXON et TOTAL en raffinage, donc fermeture de TOTAL ou EXXON dans ce cas. Sachant que L’usine normande de TOTAL est la vitrine historique, j’ai du mal à valider ce point, peut-être fezin??

Concernant les arrêts techniques, l’exemple n’est pas concluant non plus car ESSO est aussi dans ce cercle des arrêts techniques. Savez vous qu’un four de raffinage va être en arrêt technique dans 3 semaines pour 3 mois? qu’une chaudière (sert pour chauffer, alimenter en énergie, etc) doit être en arrêt technique la semaine prochaine? que l’unité de distillation sera en arrêt technique début d’année prochaine? qu’une autre unité sera dans le même cas en septembre?

Bonne journée à vous

Hors ligne

 

#80 09/05/2017 11h53 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Réputation :   40 

Juste pour répondre au dernier message sur l’arrêt des raffineries concurrentes, voici une news qui est passée un peu inaperçue…

Total: Grève à la raffinerie de Feyzin, production à l’arrêt
| Économie
| Reuters

Hors ligne

 

#81 09/05/2017 21h47 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Réputation :   28 

Un petit coup d’œil sur la configuration graphique. Cela manque un peu de volumes mais la résistance oblique qui débute en mars 2016 vient d’être franchie. Les indicateurs sont plutôt bien orientés. A suivre.

https://img15.hostingpics.net/pics/801579ESSO.png

AMF : actionnaire

IH : évitons ce type d’analyses techniques s’il vous plaît, nous préférons l’analyse fondamentale sur nos forums. Merci.

Hors ligne

 

#82 13/05/2017 12h49 → Esso : action de rendement pérenne ?

Banni
Réputation :   185 

Esso a publié un chiffre d’affaires en croissance de +44% sur le premier trimestre 2017 vs. T1 2016.

Cette hausse s’explique par la hausse des prix de l’énergie, ce qui signifie hausse des prix de ventes… mais aussi des prix d’achats ! Mais il y a quand même une nette amélioration de la marge qui passe de 26 € / tonne au T1 2016 à 30 €/ tonne au T1 2017.

Mieux, la marge d’avril 2017 est de 37 € / tonne vs. 22 € / tonne en avril 2016. Une hausse de +68% !

Enfin, on notera des investissements lourds qui vont atteindre 107 M EUR en 2017 alors qu’ils n’étaient que de 56 M EUR en 2016. Mais ils devraient à terme permettre des économies en améliorant les process et donc de continuer à porter la marge vers le haut.

Surtout que la situation financière le permet avec, pour rappel, un trésorerie nette qui reste largement excédentaire au 31 mars à 96 M EUR.

Dans ce contexte de clignotants au vert, on attend avec impatience le retour au dividende ! wink

Source : Communiqué de la société T1 2017

---

déontologie : actionnaire

Hors ligne

 

#83 07/06/2017 22h20 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Réputation :   54 

Il y a une forte pression acheteuse sur le titre depuis fin avril  : Le cours a augmenté de 47% (38 € --> 56 €) accompagnée d’une augmentation forte des volumes. De 2000 titres/jour, nous sommes ces derniers jours entre 5000 et 12000 titres /jour.
j’avoue ne pas connaître qui court derrière ces volumes
Le Per est exceptionnellement bas mais ceci est lié à la variation de la valorisation des stocks due à la remontée du pétrole entre 2015 et 2016.
les marges brutes de raffinage remontent un peu : marge brute raffinage

déontologie : actionnaire

Dernière modification par stef (07/06/2017 23h01)

Hors ligne

 

#84 13/06/2017 16h32 → Esso : action de rendement pérenne ?

Banni
Réputation :   185 

Je viens de céder à 61,90 EUR toute ma ligne Esso pour profiter du bond de +4% ce jour.

Cette ligne avait été initiée il y a 2 mois et 1 semaine à 40,00 EUR suite à la publication des résultats annuels.

Certes, il reste du potentiel sur ce titre.
Nous sommes encore à 14 EUR des fonds propres de 75,15 EUR par action au 31.12.2016 et à un niveau PER de 8,5x (avec les 94 M EUR de bénéfices hors exceptionnels 2016) : c’est encore peu cher ! Surtout avec la cerise sur le gâteau du potentiel retrait de la cote par la maison mère Exxon.

Si je coupe cette position, c’est pour acter ma plus-value de +54,7% en 2 mois et quelques jours et pour récupérer du cash en PEA en cette période de marché "cher" (PER historique + abondance de liquidités avec de l’argent bon marche, merci la BCE).

Peut être que la vente est trop rapide. Possible.
Mais rationnellement, cette ligne représente le potentiel le plus faible de mon portefeuille. Il y a donc matière à arbitrer pour aller augmenter le potentiel moyen de mon portefeuille.

Ou bien, il y a aussi matière à augmenter ma part de cash. Ce n’est pas évident de ne pas être investi quand tout le monde achète. Mais attention au "faux coût d’opportunité", je préfère sousperformer sur les prochains mois et dormir tranquille. Et surtout… pouvoir me gaver en cas de retournement des marchés. wink

Hors ligne

 

#85 13/06/2017 20h14 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Réputation :   28 

Bien que ma position sur cette valeur soit très modeste, et après avoir effectué une vente partielle, qui peut avoir du sens lorsque la ligne est suffisamment importante (quoi que une grosse ligne pour moi sera anecdotique pour un autre), j’aborde la partie graphique puisque tout a été dit sur le fondamental. Il n’y a pas, dans l’immédiat, de signal de vente, car les indicateurs sont bien orientés, on vient de casser une résistance oblique LT et l’accumulation / distribution est au plus haut. Par ailleurs, pas de mèche haute pour l’instant. Je conserve ma position en espérant un retrait de la côte ou à minima, atteindre les plus hauts de 2015.

https://img4.hostingpics.net/pics/958148ESSO.png

IH : s’il vous plaît, pas d’AT sur nos forums ou uniquement si elle est accompagnée de commentaire sur les fondamentaux de l’entreprise.

Hors ligne

 

#86 01/07/2017 17h01 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Réputation :   34 

aurelientrrigs a écrit :

Pourrais-je savoir quelle a été votre analyse et quels sont vos objectifs de cours sur Esso ? Comment expliquez-vous par ailleurs la surperformance de cette dernière depuis mai malgré un pétrole à la baisse ?

Début mai, j’ai acquis 3400 actions Esso au cours moyen de 43 euros. J’ai eu la chance de compléter mes achats avant la forte hausse du titre.

Le cours actuel est de 58 euros. la valeur d’actif net tangible est de 71 euros, le PER est de 8, le ratio CB/MBA est de 3.4 et le ratio CB/ANC est de 0.77.

Je conserve donc mes titres avec un objectif ambitieux de 95€ (soit +65%).

Cet objectif est établi ainsi, moyenne des 3 objectifs de cours suivants:
PER de 15, CB/MBA de 6, et une fois l’Actif Net Comptable.

Esso, en tant que raffineur, n’est pas négativement impacté par la baisse des cours du pétrole. Il est à la fois acheteur de brut et vendeur de produits pétroliers raffinés. La baisse des cours du brut n’engendre que des provisions exceptionnelles sur les stocks.

Pour juger de l’environnement de la société l’indicateur à suivre est la marge brute de raffinage publiée journalièrement sur le site de l’UFIP (quand ça marche).

Esso est une société qui a un chiffre d’affaire très important, de l’ordre de 600€ par action (VE/CA=0.1) mais une marge nette très faible de 0.8%. C’est le secteur du raffinage en Europe qui veut ça. On peut donc, d’une année sur l’autre, passer d’un gros bénéfice à une forte perte si l’environnement du raffinage n’est pas bon.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Larbinator (01/07/2017 17h45)

Hors ligne

 

#87 21/03/2018 10h26 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Réputation :   27 

Juste pour info, on est à un plus bas au niveau de la marge brute de raffinage, voire même on approche les plus bas sur 4 ans. Si quelqu’un sait m’expliquer, je suis preneur…

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/8617_sans_titre.png

Hors ligne

 

#88 22/03/2018 08h48 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Réputation :   

Les résultats consolidés 2017 viennent d’être publiés.

Dans les grandes lignes, ça donne :

- marge brute à 34€/tonne en 2017 (conforme aux données communiquées par l’Ufip) ;
- chiffre d’affaires de 13.141 millions d’euros (+18%) ;
- résultat opérationnel de 211M€ (dont 91M€ effets stocks positifs) ;
- résultat net de 159M€ (87M€ hors effet de stock) ;
- Cash-flow d’exploitation de 313M€ ;
- Capitaux propres de 1.166M€ (engagements de retraite non financés s’élèvent à 1.153M€) ;
- trésorerie nette de 405M€.
- dividende de 1.50€ par titre sera proposé aux actionnaires

On a donc :
- marge opérationnelle (hors effet de stock) : 0.9%
- ROE : 16.4%
- PER : 3.6
- P / VE : 1.1
- Cash flow d’exploitation / VE : 1.76

Perspectives : très prudentes.

On notera que depuis le début de l’année les marges de raffinages se sont effondrées (donc les résultats devraient fortement diminués en 2018 à mon avis). En revanche, l’effet de stock devrait encore contribuer positivement à la performance si le prix du baril continue à augmenter.

Ces résultats sont excellents et la décote actuelle me semble totalement démesurée.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

#89 22/03/2018 13h10 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Réputation :   27 

La bonne nouvelle du jour est le retour d’un dividende, catalyseur potentiel pour une hausse du titre.

Les engagements de retraite non financés sont en revanche un point qui mériteraient attention, ils sont presque à la hauteur des fonds propres !

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par bonel (22/03/2018 13h36)

Hors ligne

 

#90 22/03/2018 19h39 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   410 

Quelqu’un sait-il expliquer ce qu’est un engagement de retraite, comment ça fonctionne, comment sa valeur est évaluée, etc ? (et aussi pourquoi un engagement à hauteur des fonds propres ne doit pas forcément nous faire partir en courant). J’avais déjà posé la question à propos de Agfa mais je n’ai jamais compris les réponses  (lapidaires à gout) qui ont suivi.


Investisseur value et deep value. Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck et Boursorama.

Hors ligne

 

#91 22/03/2018 20h56 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   72 

Je veux bien tenter une explication, veuillez par avance excusez ma méconnaissance profonde du sujet, je n’ai fait que le survoler, et ne suis de loin pas le plus doué pour les travaux de synthèse !
Je me doute également que vous avez déjà effectué des recherches de votre côté, ma réponse pourrait donc ne rien apporter !

Pour commencer, il convient de définir l’engagement de retraite, on peut pour cela se rattacher à la définition de l’ANC : avantages postérieurs à l’emploi payables après la cessation de l’emploi, autre que les indemnités de rupture du contrat et avantages sur capitaux propres.

On distingue deux régimes :
A cotisations définies (CD) : l’entreprise verse des cotisations d’un montant défini à un organisme externe, se détachant de toutes obligations juridiques. (SS, ARRCO, …)
Régimes à prestations définies (PD) : tous les régimes n’entrant pas dans la définition du premier ; dans ce cas, l’entreprise s’engage personnellement sur les montants à verser suite à la rupture du contrat. On peut penser en premier lieu aux retraites chapeaux dont on entend souvent parler, mais s’applique en fait à tous les salariés : les montants individuels sont moins importants, le cumul pas nécessairement.

Au niveau du traitement comptable, les CD seront enregistrées en charges lors de l’exercice du versement, et n’impactent donc le bilan que via le résultat de l’exercice.

Par contre, les PD répondent à la définition du passif
- L’existence d’une obligation envers un tiers : les salariés
- La probabilité de sortie de ressources : les prestations qui seront encore en vie et dans l’entreprise au moment de leur départ/mise à la retraite
- L’absence de contrepartie : peu probable que le salarié vienne retravailler, puisqu’il est à la retraite !

En ce qui concerne le montant comptabilisé
Il faut se référer aux règles d’évaluation des passifs : il doit être évalué via l’utilisation de méthodes fiables permettant d’estimer au mieux les ressources que devra sortir l’entreprise pour éteindre son obligation.
La méthode d’évaluation PD est la méthode actuarielle, que toutes les entreprises ne peuvent réaliser d’elles-mêmes, faisant le bonheur de spécialistes.
Pour faire simple, cette évaluation se base sur trois piliers essentiels :
* La prestation que s’engage à verser l’entreprise
Il faut donc définir les modalités de calcul de celle-ci, en fonction des salaires, de l’ancienneté, d’éventuelles réévaluations futures prévues, de la durée de la prestations, sa périodicité, …
* probabilité de présence du salarié lors de son départ/mise à la retraite
Si le salarié quitte l’entreprise avant cette date, l’allocation ne lui sera pas due : il convient donc d’être en mesure d’étudier la rotation du personnel, les taux de départ avant cette date, …
Idem en cas de décès prématuré, à calculer donc selon des tables de mortalités
* actualiser la dette future
La valeur de la dette future doit être comptabilisée à la valeur du jour de clôture. Là encore, il faut faire face à la difficulté du choix du/des taux d’actualisation, pour des durées qui peuvent s’étendre sur plusieurs décennies…

Concernant la comptabilisation
Cette comptabilisation obligatoire en normes IFRS ne l’est pas nécessairement sous tous les systèmes comptables ; c’est le cas du plan comptable français, qui permet de ne les indiquer qu’en annexe. (forcer toutes les entreprises à les comptabiliser d’un seul coup entraînerait une année sanglante en terme de résultat, d’où cette indulgence. Pour combien de temps ?)

On distinguera encore deux cas :
Si les salariés sont encore en poste, ces montant seront enregistrés sous forme de provision.
Pour les engagements envers des salariés ayant déjà quitté l’entreprise, il conviendra de les transférer vers un compte de charges à payer.
Il peut donc être intéressant, dans le cadre d’une analyse, de distinguer ces deux cas.

Lors de chaque clôture, et en présence d’un indice de changement de valeur, il conviendra d’évaluer ce que l’on appelle l’écart actuariel, et de le comptabiliser s’il est d’un montant d’une importance relative. Cette comptabilisation passe généralement par l’enregistrement d’une charge d’exploitation, tout en dotant le compte de provision/charge à payer correspondant. Ces écarts peuvent provenir du fait de changement d’hypothèses actuarielles ou de données ayant servie à estimer la valeur des engagements. (augmentation de la durée de vie, baisse des départs de l’entreprise avant la retraite, …)

A noter que ces engagements peuvent se traduire par l’allocation de ressources dans des actifs spécifiquement dédiés (police d’assurance par exemple), le montant à comptabiliser ne sera alors que l’écart entre le montant actualisé des prestations promises et la valeur de ces dits actifs. Je n’en suis pas certain, mais il me semble probable que les montant ainsi "sortis" de l’entreprise devraient être indiqués en annexe.

En somme, qu’il s’agisse de provisions ou de charges à payer, les montants comptabilisés sont des dettes que l’entreprise devra [edit : plus que] probablement régler à l’avenir, bien que l’échéance n’en soit pas certaine, et devraient donc être pris en compte comme tels, à mon humble avis, et du haut de ma compréhension limitée.

En espérant vous avoir apporté des éléments de réponses,

Dernière modification par wulfram (31/03/2018 20h22)

Hors ligne

 

#92 22/03/2018 21h48 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   289 

Wulfram : je ne suis pas expert non plus puisque mes connaissances se limitent à ma lecture du livre Le Gestionnaire et les Etats Financiers présenté ici mais je trouve votre explication très bien.

Esso a écrit :

Le groupe n’a pas préfinancé ses engagements de retraite qui s’élèvent à 1 153 M€ à fin 2017.

Ce terme signifie qu’Esso n’a pas externalisé ses engagements de retraite à prestations définies en souscrivant à une police d’assurance par exemple. En gros, si je comprends bien le principe, elle a des engagements qu’elle assurera elle même dans le futur et au jour le jour. Au lieu d’avoir capitalisés ces engagements chez un organisme externe.

En 2016 elle a payé 48.9M€ et prévoyait de verser 51.8M€ en 2017.

Source : Annexe 4.1 du RA 2016 l’annexe est pas mal détaillée notamment sur les hypothèses de l’actuaire.

Sinon en complément :

RA 2016 Annexe 4.1.3 a écrit :

L’ordonnance du 9 juillet 2015 fait obligation aux entreprises de sécuriser une fraction augmentant progressivement de 10% à 50% des droits à la retraite liquidés au titre des régimes de retraite L137-11 (prestations définies) selon un calendrier étalé jusqu’en 2030.

La sécurisation peut se faire au moyen d’un ou plusieurs des dispositifs prévus par l’ordonnance, y compris le préfinancement à travers des contrats souscrits auprès d’organismes régis par le code des assurances, et des suretés réelles ou personnelles de type cautionnement.
Au 31 décembre 2016 les engagements des régimes de retraite à prestation définies L137-11 du groupe portant sur les droits à retraite liquidées s’élèvent à environ 588 millions d’euros. En application de cette ordonnance, le groupe devra sécuriser en 2017 au moins 10% des dits engagements pour les droits à retraite liquidés mesurés à la fin de l’exercice 2017.

RA 2016 Annexe 4.1.4 a écrit :

4.1.4 Paiements des retraites effectués en 2016 et montants prévisionnels 2017
Les paiements effectués au titre des prestations définies se sont élevés en 2016 à 48,9 millions d’euros. Les versements à effectuer en 2017 sont estimés à 51,8 millions d’euros.
Les montants versés pour le régime à cotisations définies ainsi que pour l’abondement prévu dans le cadre du plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) se sont élevés en 2016 à 5,6 millions d’euros. Pour 2015, les versements à effectuer sont évalués à un montant de 5,7 millions d’euros.


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne

 

#93 22/03/2018 22h15 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Réputation :   27 

Merci pour toutes ces explications. Je ne suis pas un spécialiste non plus et je sais que le sujet est très technique (même pour des financiers, car cela fait appel à du droit social, à de la gestion RH…).

Pour ma part, je le vois comme une dette à très long-terme (cf. montant des échéances vs montant de l’engagement), donc pas de risque à court terme (?).

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par bonel (22/03/2018 22h42)

Hors ligne

 

#94 22/03/2018 22h38 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   289 

Annexe 4.20 la société Esso a également un hors bilan de 500M€ concernant les engagements de retraite.

Si je comprends bien la différence :
- hors bilan = salariés en activité, donc l’engagement est probable mais dépend de leur présence dans l’entreprise au moment du droit aux indemnités de fin de carrière
- provisions = salariés dont la retraite est liquidée, c’est à dire qu’elle a commencé et donc que l’entreprise est redevable de ces engagements, ils sont provisionnés car les versements sont étalés sur plusieurs années.

Pour le préfinancement, c’est bien ce que j’expliquais plus haut, on parle aussi de fonds de pension.

Livre blanc AG2R a écrit :

Gestion et externalisation des passifs sociaux

En déléguant à ARIAL CNP ASSURANCES la gestion de leurs passifs sociaux, les entreprises sécurisent le financement de leurs engagements.
Indemnités de Fin de Carrière, indemnités de licenciement, médaille du travail, compte épargne temps, article 39, préretraite d’entreprise, ARIAL CNP ASSURANCES leur apporte des solutions d’assurance pour préfinancer et alléger les coûts futurs.

Le principe est simple : elles versent, à leur rythme, des cotisations sur un fonds dédié et le capital est débloqué le moment venu pour payer les indemnités dues.

Outre une meilleure maîtrise de leurs charges dans la durée, cette solution apporte aux entreprises des avantages sociaux et fiscaux et garantit aux salariés la sécurité. En effet, ils sont assurés d’être indemnisés à concurrence du fonds constitué, même en cas de difficultés de l’entreprise.

Source

Personnellement je trouve qu’Esso est plutôt en risque sur ce sujet, car on ne connait pas l’échéancier de cette dette, ni les conditions de financement du futur (par rapport aux échéances), ni le volume de FCF futurs, l’externalisation sécurise les engagements.

Une étude très intéressante sur le sujet, qui expose d’autres arguments en faveur de l’externalisation, comme par exemple le fait de bénéficier de réductions d’IS importantes maintenant, avant la baisse des taux en 2022.


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne

 

#95 22/03/2018 22h40 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   72 

bibike,
Il me semble important, pour quelqu’un souhaitant comprendre le dossier, de bien prendre en compte la mesure de l’évolution des taux retenus.
Je n’ai retrouvé ceux-ci qu’à partir de 2015
2014 : taux d’actualisation 2.25 ; taux d’inflation : 2 ; écart actuariel : -175M
2015 : taux d’actualisation 1.75 ; taux d’inflation : 1.9 ; écart actuariel : 48M (soit une variation de 223M)
2016 : taux d’actualisation 1.75 ; taux d’inflation : 1.9 ; écart actuariel : 48M
Je n’y mettrais pas ma main à couper, mais il me semble que cette variation peut être caractérisée de défavorable.
Une évolution de l’écart de 0.4 points (on passe de 0.25 à -0.15) me semble avoir un impact de bien plus que les 8% indiqués, si l’on se base sur un montant des provisions de 1200M… on serait plus proche des 20%, non ?
Je n’ai rien regardé d’autre que cette annexe (sur les rapports des différentes années), et il se peut donc que j’ai "loupé"  un détail important. Comme ces 588M dont il est fait référence dans votre citation, qui pourraient fort bien ne plus être enregistrées en provision, mais bel et bien en charges à payer. (venant augmenter, ainsi, le montant global)

bonel, cette "dette" ne présente peut-être pas de risque à court terme, néanmoins son payement se fait de manière étalée (les gens partent ne partent pas en retraite d’un seul coup !), et il faut donc couvrir cette dépense par les flux de trésorerie d’exploitation ; et qui dit exploitation dit personnel, donc augmentation de cette même dette, dans des proportions qui semblent plus importantes que les payements réalisés : la provision est passée de 1149,5M en 2015 à 1188,3M en 2016, soit une augmentation de 38.8M, à laquelle vient s’ajouter la reprise équivalent au montant versé et/ou transféré dans le compte de charges à payer. (difficile d’estimer le montant de cette reprise sans lire l’ensemble des documents)

[edit] pour réponse à bibike, poste croisé : en principe les provisions concernent les salariés en poste, car l’échéance n’est pas connu ; dès lors que l’échéance est connu - ou du moins plus fiable - il convient d’enregistrer le montant en charge à payer ; le montant de  588M concernait, à mon sens, les droits liquidés, à savoir les droits ayant fait l’objet d’une "demande" de par le départ/mise en retraite de salariés ; encore une question de vocabulaire que je ne maîtrise pas ! En revanche, votre dernière citation me semble bien concerner les salariés actuellement en poste, et faire référence à ce que j’indiquais plus haut :

A noter que ces engagements peuvent se traduire par l’allocation de ressources dans des actifs spécifiquement dédiés (police d’assurance par exemple), le montant à comptabiliser ne sera alors que l’écart entre le montant actualisé des prestations promises et la valeur de ces dits actifs. Je n’en suis pas certain, mais il me semble probable que les montant ainsi "sortis" de l’entreprise devraient être indiqués en annexe.

Dernière modification par wulfram (22/03/2018 22h46)

Hors ligne

 

#96 23/03/2018 14h26 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Réputation :   

Sauf erreur de ma part, a on environ 31.50€ de trésorerie nette par action.

La valeur d’entreprise d’esso est donc à son plus bas historique (173 millions d’€).

Les engagements pour retraite sont colossaux (1,1 milliard pour 1860 collaborateurs et 273 millions d’euros de masse salariale annuelle je trouve cela monstrueux) mais la société évalue le coût annualisé de ces engagements à environ 60 millions d’euros si on en croit les derniers rapports annuels. Cela ne me parait pas excessif.

Je ne vois qu’une seule raison à la baisse de ces dernières semaines, la pression sur les marges. Il est vrai qu’à moins de 25€/tonne les résultats d’Esso devraient être négatifs. La marge est même tombée à 8€/tonne hier jeudi 22 mars selon les données de l’Ufip.

Si quelqu’un a une explication concernant cette baisse soudaine et marquée je suis preneur.

En tout cas, le bilan est très solide et on peut se féliciter que la société ait profité des dernières années pour se désendetter très significativement.

A titre personnel, j’aurais préféré qu’Esso ne verse pas de dividende cette année même si ça peut vouloir dire que le management (et l’actionnaire majoritaire) est confiant sur la solidité du groupe.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

#97 25/03/2018 23h00 → Esso : action de rendement pérenne ?

Banni
Réputation :   

Bonjour

Si j"etais monsieur EXXON ,je ramasserais à peu de frais les  18% du flottant,soit environ 100 millions d’euros au cours actuel

C"est un tres vieux serpent de mer boursier mais l’occasion est inespérée les outils sont remis à neuf ,la marge de raffinage est quasi nulle offrant un beau potentiel de rebond

Je detiens quelques titres et envisage de renforcer

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

#98 25/03/2018 23h30 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   410 

ilovevalue a écrit :

La valeur d’entreprise d’esso est donc à son plus bas historique (173 millions d’€).

Je n’arrive pas du tout à la même chose :
Capi = 570
Tréso = 150
Dettes financières = 40
EV = 570-150+40 = 470.


Investisseur value et deep value. Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck et Boursorama.

Hors ligne

 

#99 26/03/2018 13h42 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Réputation :   

J’ai 405 millions de trésorerie nette de mon côté … où avez vous pris vos chiffres ?

Le dernier communiqué de résultats indique

Les capitaux propres du groupe s’élèvent à 1 166 M€ et la position financière nette est positive de 405 M€. Au 31
décembre 2016, les capitaux propres étaient de 966 M€ pour une position financière nette positive de 191 M€. Le
groupe n’a pas préfinancé ses engagements de retraite qui s’élèvent à 1 153 M€ à fin 2017.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par ilovevalue (26/03/2018 13h48)

Hors ligne

 

#100 26/03/2018 14h00 → Esso : action de rendement pérenne ?

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   410 

Dans le rapport financier semestriel au 30 juin 2017 page 14.
Disponibilités = 192 M€.
Dettes financières = 22 +17.


Investisseur value et deep value. Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck et Boursorama.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech