Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#26 10/02/2017 12h31 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   248 

OK pour une "petite goutte".

Cet ETF a une bonne performance sur 1 an,
mais la base de comparaison est flatteuse.
Pas d’historique avant.
Frais courants élevés 0,85 %.

Pas convaincu par la catégorie "actions Afrique" : c’est un continent trop hétérogène.
OK pour le Sud, mais avec le poids des mines d’or.
Pourquoi pas pour le Nord (Maroc, Egypte, etc.) mais je ne sais pas s’il y a des ETF spécialisés.
Au milieu c’est plus confus : la croissance est surtout démographique, les situations politiques souvent instables, influence du cours du pétrole.


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#27 10/02/2017 14h24 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   

Je suis assez d’accord avec vous, c’est très hétérogène.

Par exemple, et je parle en connaissance de cause, je n’imagine pas qu’une personne ayant vécu quelques mois au Nigéria décide d’y investir le moindre centime. C’est extrêmement difficile de gagner de l’argent dans les systèmes très corrompus : Il faudra de longues années avant que ce genre d’investissement ne se résume pas à jeter de l’argent par les fenêtres. L’étrange contrôle politique de la Naira est la seule partie plus ou moins orthodoxe du problème, le reste n’étant qu’incompréhensible anarchie.

Concernant le nord, le seul pays politiquement stable est le Maroc, pays qui par ailleurs s’enrichit de manière étonnante, mais, comme bien d’autres pays sortant de la pauvreté, avec un côté "nouveaux riches" assez surprenant, et qui risque de déboucher sur des tensions sociales dues aux inégalités.
Quand je m’étais intéressé au Maroc, la majorité des capitalisations de la bourse de Casablanca était contrôlée par la holding royale. C’est probablement un point qui a évolué depuis, mais imaginez la liquidité si 100% des entreprises du CAC40 étaient soumises à une minorité de blocage par une holding aux mains de la famille régnante.
D’autre part, il existait un seul fonds commercialisé en France, ça s’appelait Atlas, à gestion discrétionnaire et avec des frais stratosphériques, de mémoire c’était de l’ordre de 500 points de base !

Pour ce genre de pays, l’exposition peut être obtenue avec les fonds de classe Frontier, comme :

WisdomTree Middle East Dividend Fund
VanEck Vectors Africa Index ETF
Guggenheim Frontier Markets ETF
iShares MSCI Frontier 100 ETF

Les 85 bps réclamés sur cet ETF ne me choquent pas, c’est un prix usuel pour ces pays-là, surtout quand la devise n’est pas pleinement convertible. C’est par exemple le prix de l’ETF Lyxor PEA India, pourtant utilisé couramment en France. Si vous avez des ETF sur un pays émergent donné, vous payez probablement des frais proches.

Après, si je devais investir aujourd’hui sur les émergents à partir de zéro, je prendrais ce bon vieux Amundi AEEM, surexposé à l’Asie mais qui coûte 20 bps et qui est liquide.

Dernière modification par BetaMalin (10/02/2017 14h25)

Hors ligne

 

#28 13/02/2017 23h31 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   183 

Bonsoir,

J’ai parcouru cette discussion, qui me laisse quand même un peu circonspect : certains veulent investir en Afrique comme ils le feraient dans les pays développés ; en ce cas-là, le mieux est de se cantonner à la bourse de Johannesburg où l’on trouve certes beaucoup de minières mais aussi des titres comme chez nous : industrielles, services, foncières….

Pour le reste, pour l’investisseur audacieux qui veut s’intéresser à l’Afrique profonde, il faut à mon sens cibler sur les avantages comparatifs du continent, à savoir les richesses de son sous-sol : pratiquement tous les minerais de la planète peuvent être extraits sur le continent noir, beaucoup de ces richesses étant encore peu ou mal exploitées.

Toujours pour les audacieux, ceux qui n’ont pas peur de tout perdre en quelques semaines, je livre la société "Premier African Minerals" :

Premier African Minerals

Cette microcap londonienne possède un portefeuille de projets exploratoires sur le continent africain couvrant une gamme de minerais aux débouchés prometteurs : tungstene, lithium, tantale, potasse…..

Elle est présente au Zimbabwe, au Togo, au Mozambique, en Ethiopie, au Bénin, au Congo Kinshasa.

Premier African MInerals a pris 139% depuis le début de l’année dont 15% rien que pour ce jour !!!

Premier African Minerals Ltd: LON:PREM quotes & news ? Google Finance

Cette envolée soudaine résulte à mon sens de 2 facteurs :

- espoirs et peut-être fantasmes sur les débouchés du lithium,
- participation de 2% dans le projet Circum Minerals pour extraire de la potasse en Ethiopie.

Reste à être en capacité de l’acquérir, ce que j’ai essayé vainement de faire avec mes courtiers :

- Saxo ne propose pas le titre
- Binck le propose, mais annule tous les ordres que j’ai essayé de passer sans aucune justification.

D’autres collègues auront peut-être plus de réussite que moi.

Attention ; investissement hyper-spéculatif et risqué, ne pas venir m’enguirlander si cela "foire".

Hors ligne

 

#29 15/02/2017 15h59 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   118 

Investir sur les matières premières et les métaux precieux africains est hautement spéculatif. Déjà les matières premières en europe c’est spéculatif.

Au contraire, investir sur l’emergence de la classe moyenne est plus sûr.

Nous allons avoir:

-augmentation de la pénétration d’internet
-augmentation des africains bancarisés car le taux de pénétration est bas.
-augmentation des échanges physiques
-consommation de biens culturels locaux (Nollywood, Africa got talent).

Pour ma part je pense que des entreprises comme Bolloré en europe sont bien positionnées.

Les entreprises sudafricaines s’internationalisent de manière aggressive et efficace. Les entrepreneurs sont de grande qualité. Elles permettent un accès au marchés porteurs Africains tout en ayant une base dans un pays à l’économie assez solide et une bonne gouvernance. Les entreprises sudafricaines n’ont pas hésité à s’internationaliser en dehors du continent comme Naspers en Chine, Bidvest en Australie et en GB, Mtn en Iran. Je pense que ce sont les meilleures portes vers le continent. Maintenant elles n’auront pas les retours extraordinaires d’un investissement ivoirien ou congolais mais sont plus stables.

Hors ligne

 

#30 15/02/2017 18h00 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   183 

Ce que vous décrivez se réalisera à un horizon de 50 ans et encore pas sûr, la pénétration d’internet n’y changeant pas grand-chose.

Il n’y a guère qu’en Afrique du Sud où l’on assiste à l’émergence d’une bourgeoisie de couleur adoptant le mode de vie occidental, et encore s’agit-il là d’une infime minorité de la population noire, la majorité demeurant dans des conditions d’extrême pauvreté et précarité.

Hors ligne

 

#31 16/02/2017 11h42 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   337 

Stokes vous n’êtes manifestement pas allé très souvent en Afrique et vous vous trompez (lourdement) sur ce coup là.

Je vais en Afrique de l’Ouest plusieurs fois par an (notamment pour mon travail). Où est-ce que j’ai vu pour la première fois de ma vie (tous pays confondus) quelqu’un payé par mobile ? Au Ghana et c’était une… grand-mère en 2013 !! Bien avant l’Apple Pay. Alors certes les infra en dur (type routes, électricité, etc.) ne sont pas encore partout aux normes mais je puis vous assurer qu’il y a déjà des millions de bourgeois noirs au Ghana, Bénin, Côte d’Ivoire, Tanzanie, Kenya, etc. avec un équipement internet, mobile et une maîtrise supérieurs à ceux de la majorité de mes collègues (et supérieurs aux miens d’équipement et de maîtrise).

Je ne sais pas trop de quelle Afrique vous parlez du coup…

Évidemment dans le même temps, il y a encore des bidonvilles mais la bourgeoisie noire existe déjà et sa maîtrise des technologies mobiles et internet est d’ailleurs supérieure à la nôtre (encore une fois l’exemple de la grand-mère payant par mobile alors que ma chère maman peine à utiliser son portable). Le fils de la personne qui me recevait savait mieux coder que moi et son père avait deux réseaux wifi, 4 portables, etc. Et ce n’était pas une exception…

Le problème de l’Afrique, c’est les infras en dur et la santé. Mais ils ont réalisé un leap-frog (oui c’est le concept cliché à la mode mais il résume très bien la situation) et sont EN AVANCE sur de nombreux Européens en terme de maîtrise des technologies internet et mobile. Et je parle bien hors Afrique du Sud… Du coup ça crée des emplois et des boîtes : M-Pesa en Afrique de l’Est embauche beaucoup et devienne les pros du paiement par mobile (encore une fois bien avant l’Apple Pay). Le Ghana regorge de start-up internet (et de call-centers, c’est moins glorieux mais c’est des emplois : même langue, même fuseau horaire et bonne maîtrise de l’outil internet pour adresser essentiellement les UK), etc. etc.

Dernière modification par PoliticalAnimal (16/02/2017 11h48)


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#32 17/02/2017 18h29 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   183 

En effet je ne connais que le Maroc et l’Afrique australe : Afrique du sud, Zimbabwe, Botswana, Namibie. Swaziland et aussi un petit bout du Lesotho.

Internet ne fait pas tout : il manque comme vous le soulignez  les infrastructures et la santé, mais aussi et surtout l’état de droit. La plupart des pays d’Afrique sont hélas dirigés par des potentats corrompus, guidés uniquement par le souci de se maintenir au pouvoir et d’accroître leur patrimoine familial ; des exemples de longévité viennent tout de suite à l’esprit tels Mugabe, Dos Santos, Sassou N’Guesso, la famille Bongo et bien d’autres, certes moins sanguinaires que feux Bokassa ou Amin Dada, mais peu favorables au développement des affaires autres que celles qui finissent dans leurs poches.

Il me semble difficile, voire impossible, que l’Afrique puisse se développer durablement tant que ses peuples ne seront pas émancipés. De ce point de vue, j’observe que les rares chefs d’état s’étant engagés dans cette direction (Lumumba au Congo, Samora Machel au Mozambique, le capitaine Sankara eu Burkina-Faso) ont très mal fini leur carrière politique.

Hors ligne

 

#33 18/02/2017 09h30 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   118 

C’est drole, je pense que l’afrique va se développer fortement. Je connais seulement l’afsud. Il y a une petite classe aisée mais également une large classe populaire moyenne  qui est modeste mais a television, voiture, smartphone et est Dans la consommation. Beaucoup de gens tres pauvres sont des immigrants récents. Si la France avait reçu des millions d’immigrés pauvres récents on aurait aussi nos bidonvilles.

Je pense que Ideologiquement la guerre froide a fait beaucoup de mal à l’afrique car chacun soutenait n’importe quel régime autoritaire de son camp, engageant les africains dans des conflits d’ideologie. Maintenant, toute l’afrique est pro business et pro démocratie, les gens y croient et cela est capital. Il y a une énergie forte.

Comme les chinois, ils n’attendent pas la démocratie pour croitre. Je pense aussi que Mugabe et Cie et beaucoup ne sont que des vielles reliques du 20ieme siècle et sont finis.

Il n’y a qu’en Afsud ou l’EFF veut redistribuer de manière socialiste les richesses mais cela se comprend du à l’histoire de l’apartheid et les inégalités, et veut suivre un modèle quand même semi capitaliste.

Il est certain que l’afrique a du chemin a faire. Mais rien que le développement de ces 10 dernières années est important en termes d’habitation, infrastructures. Et pour les telecommunications et les services financiers, ca va exploser même si le continent stagne, grâce à la technologie.

Hors ligne

 

#34 21/02/2017 00h05 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   337 

Le Bénin, le Ghana, la Tanzanie, le Kenya, le Sénégal ont déjà connu 2, 3 voire 4 transitions démocratiques sans aucun souci, sans heurts et sans "potentats" locaux.

Rien qu’en Europe, je pourrais citer la Moldavie, la Biélorussie, l’Ukraine, l’Albanie qui ont connu moins de transitions démocratiques que les pays sus-cités et avec des mafias d’une puissance et d’une malveillance rares, diriez-vous que l’Europe va mal Stokes ? Eh oui, je sais j’ai bien choisi mes pays mais avouez que ça fait réfléchir sur les caricatures, les biais et les croyances ?

Forcément si vous ne choisissez que les pays où ça ne fonctionne pas… on oublie une grande partie de ce qui va bien par définition et  c’est biais de confirmation en pagaille, etc. etc. Et je ne parle pas de l’espérance de vie qui a fortement augmenté (quasiment) partout, les taux d’alphabétisation aussi, etc. etc. Il suffit de se référer aux chiffres des objectifs du millénaires pour le développement http://www.un.org/fr/millenniumgoals/re … t_2015.pdf
Par exemple page 21 : moins d’un quart de la population est sous-alimentée maintenant alors qu’il n’y a 25 ans c’était un tiers. En pourcentage l’évolution est plus rapide qu’en Asie du Sud qui commence à être talonnée. Page 22 : il y a en pourcentage PLUS d’enfants mal-nourris en Asie du Sud qu’en Afrique subsaharienne qui a encore baissé de 9 points ce %. Le taux d’alphabétisation dans TOUTE l’Afrique subsaharienne a quasiment doublé pour atteindre les 80% qui n’est ni plus ni moins que le % des années 30 ou 40 en France (page 24) et je pourrais continuer encore et encore.

Oui j’en profite d’ailleurs pour rappeler, pcq dans notre Europe (que l’on croit) décadente, et avec notre vision nombriliste des choses, dans une vision très française anti-libérale, nous avons tendance à oublier que oui le monde va mieux. Allez j’ose le dire (là encore déjà écrit sur ce forum), le monde va même beaucoup mieux (ou beaucoup moins mal si vous préférez) mais cela en pose plus d’être cynique ou pessimiste, d’être un prophète de malheur (là je parle en général hein des médias ou de certaines figures médiatiques qui s’en sont faits une spécialité, je ne vise personne du forum).

Ce qui compte, c’est la dérivée et elle est très positive en Afrique. Encore une fois, la majorité des gens qui parlent de l’Afrique y sont très peu allés ou il y a très longtemps ou dans très peu de pays. D’ailleurs (et je l’ai déjà écrit plusieurs fois sur ce forum parfois il y a déjà 5 ans mais bon…) parlez d’Afrique est une aberration à tellement le continent est divers (rien qu’en PNB/hab et même en retirant l’Af du Sud, ça va du simple au quintuple, idem pour le taux d’entreprises par hab, idem pour la démocratisation).

Personnellement, j’ai visité une dizaine de pays dont 3 où je suis allé plus de 5 ou 6 fois et déjà je sais qu’il ne faut pas parler d’Afrique mais de régions : l’Afrique de l’Ouest est par exemple en avance sur certaines choses et c’est l’inverse pour l’Afrique de l’Est. L’Afrique australe a aussi ses propres forces et faiblesses. Et malgré cela, je ne considère pas que je connais l’Afrique mais souvent quand je lis, quelqu’un écrire Afrique (là où il faudrait à minimum parler de quelle sous-région de l’Afrique) alors qu’il n’y connaît rien ou quasiment rien, ben oui ça me titille un peu… (comme l’histoire de l’Afrique ultra méconnue alors qu’il y a plein de monuments mais ça mériterait un livre entier…).

Le seul endroit qui ne progresse vraiment pas (et qui donc est le seul qui convient à votre vision par trop caricaturale Stokes), c’est l’Afrique centrale mais ils ne sont pas du tout aidés par l’islamisme qui ralentit le développement et par un manque d’accès aux mers (les coûts logistiques sont énormes au centre du continent). Par exemple, la République centrafricaine est un des rares pays d’Afrique (avec le Soudan du Sud) où, malheureusement, en 10 ans tous les indicateurs de développement humain (taux d’alphabétisation, croissance économique, taux de mortalité infantile, etc.) ont stagné voire baissé sad


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#35 21/02/2017 01h25 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   118 

L’afrique est victime de mauvaise image et de clichés, (bien que Stockes la connait par ses voyages). C’est dommage.

Pourtant, elle a de plus en plus d’élites ou d’expats qui vont et qui viennent et qui sont qualifiés motivés et honnêtes. Le continent est pro business, et même si il manque une base industrielle en dehors de l’afsud, voit se développer des centres industriels comme le Nigeria, le Maroc. L’Afrique de l’est avec Tanzanie, Kenya et Mozambique représente un bloc intéressant. L’Afrique australe avec l’Afsud et ses liens avec Mozambique et Angola.

Encore une fois l’afrique francophone est en retard (Franc cfa, antiliberalisme?) et cela joue je pense sur la mauvaise image de ce continent chez nous. A part le Senegal, la Cote d’ivoire qui se remet de tensions, il n’y a pas grand chose.

La perception est mauvaise, chose que je vois aussi pour la chine en général, pour les investisseurs occidentaux, ils sont justes bons à faire des mauvaises copies. (Grave erreur).

En voyant les choses de cette manière, on peut dire que l’europe est toute pourrie car avec un croissant qui va de l’Ukraine à l’Italie du sud en passant par les Balkans…, Mafias, Corruption. Si on rajoute la Russie totalitaire c’est pas non plus le continent parfait. En tout cas je préfèrerais investir à Dakar qu’à Athènes. Et il y a pire: Tirana, Naples, etc..

Je suis certain que les prochaines décénies vont voir un vrai boum africain comme on a eu en amerique latine. (j’irais pas jusque penser à un boum Chinois).

Hors ligne

 

#36 21/02/2017 09h29 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   117 

Stroke a raison et a tord.

Sur 65 pays il y a 63 ou 64 pays considérés comme pas ou pas du tout démocratique.

Mais dans ces pays, certains sont pro business et favorise l’émancipation de la classe moyenne.
D’autres veulent qu’une elite au pouvoir et un peuple pauvre analphabete (voire religieux).

Si on prend l’example du maroc, le roi a favorisé le développement d’universités informatiques, de zone de developpement technologique.
Mais en meme temps c’est un pays avec un fort taux d’analphabetes.

Les seychelles (dictature marxiste) a developpé le tourisme de luxe.

Hors ligne

 

#37 21/02/2017 09h54 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   337 

Sources francoisolivier ???
Je fais l’effort de tout sourcer et vous sortez un nombre totalement faux de votre chapeau avec en plus la faute orthographe typique de celui qui a peu lu donc… peu lu de rapports. Non mais hmm

Bullebier soulève un point dont j’ai déjà parlé aussi sur ce forum, et il a tout à fait raison, toutes choses égales par ailleurs, les pays anglophones ou lusophones s’en sortent beaucoup mieux.
Le Ghana versus Togo est un exemple frappant. Dans le sud, c’est la même ethnie historiquement, la même culture. Eh bien Accra est une capitale que l’on pourrait trouver en Asie du Sud-Est (encore qqs bidonvilles mais des tonnes de banques, de start-ups, d’usines) alors que Lomé est une gentille ville de sous-préfecture française (à l’ambiance et à la gastronomie certes très agréables) mais où ni le business ni la démocratie ne se développe beaucoup…

Et on peut multiplier les exemples…

Dernière modification par PoliticalAnimal (21/02/2017 09h57)


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#38 21/02/2017 10h40 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   127 

Vous avez aussi l’Ethiopie qui connait une croissance de 7% du PIB

Qui remplace de plus le Bangladesh ou le Vietnam comme pays à bas salaire par exemple dans le textile.

L’Ethiopie n’a pratiquement pas connue la colonisation ou si peu (l’Italie).
L’Ethiopie à sa propre culture, issu d’un christianisme local (Jean) qui est sans doute plus proche du Judaïsme d’il y a 2000 ans que du catholicisme ou du protestantisme et qui pendant des siècles à résisté à l’Islam.

Ce n’est certes pas une démocratie, mais une classe moyenne toujours plus nombreuse exigera petit à petit d’avoir sa part de pouvoir. Cette nouvelle classe moyenne toujours plus éduquée, est aussi consommatrice.

Hors ligne

 

#39 21/02/2017 14h07 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   117 

Mea Culpa, Mes propos sont injustes dans la mesure où beaucoup de pays africains ont fait des progrès démocratiques et se rapprochent à grands pas des démocraties européennes ( les démocraties européennes, elles régressent pas mal en terme de démocraties).
Et il y a 54 (au lieu de 64, mon doigt a fourché : source wikipédia)

Mais politicanimal, je fais l’effort de lire les messages en entier et vous me jugez sans me connaitre
( "typique de celui qui a peu lu donc… peu lu de rapports").
Non mais ;-) cela ne vous ressemble pas ce ton un peu prétentieux.
Vous vous êtes surement un peu trop emporté. ;-)

Mais comme vous êtes jeune papa ( d’après votre fiche) vous devriez me comprendre que mon temps est précieux, je n’ai pas trop le temps de lire beaucoup de revue. ;-)

Surtout que je suis d’accord avec vous pour le ghana même si Nkrumah n’était pas un exemple de démocratie ( http://www.politique-africaine.com/nume … 023067.pdf)
Beaucoup de villes ressemblent plus à des villes modernes comme par exemple Lagos.
Le micro crédit revolutionne aussi l’afrique ( source : attali)

Certains droits manquent cependant globalement en Afrique :
Liberté d’entreprendre, droits des femmes, droits des homosexuels, liberté de la presse, religion.

Meme en afrique du sud, il y a des problèmes de corruption ( http://www.lemonde.fr/afrique/article/2 … _3212.html)

Edit : ( Mon message a été coupé )
L’important n’est pas là :
Beaucoup de pays africains ont en effet beaucoup d’avenir : Beaucoup de besoins, beaucoup de richesses, beaucoup de choses à faire et une classe moyenne se développe grâce aussi au microcrédit (source attali)

Dernière modification par francoisolivier (21/02/2017 15h41)

Hors ligne

 

#40 21/02/2017 23h32 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   337 

L’une des mes phrases était en effet un peu péremptoire et je la regrette avec le recul francoisolivier (je n’édite pas mon message précédent en revanche car j’ai une sorte "d’éthique" d’éditer au minimum mes messages -vous noterez que j’édite très peu souvent- et d’assumer ce que j’ai pu écrire). Je note en tout cas que vous savez bien prendre les choses, chapeau smile

Je n’ai pas le temps de lire les liens ce soir mais ce sera fait sans fautes (je voulais vous répondre tout de même).


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#41 22/02/2017 16h29 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   117 

Article interessant de jeuneafrique sur l’internet

Cela montre que internet est tres present en afrique du sud, maroc et seychelle.
Rien de surprenant les 2 premiers sont les pays les plus avancés (mais pas forcement les mieux loti en terme de richesses petrolieres ) et les seychelles surfent sur le tourisme de luxe. (Tourisme qui profite aux locaux).
Etonnant de ne pas voir la tunisie. Pour le maroc, on aime ou pas m6 mais il a fait de la technologie son cheval de bataille (avec succes à mon avis).

L’article montre aussi la volonté de se developper de certains pays ( ghana etat africain où internet est le moins cher) et le tchad (3000$ par mois).
C’est mon opinion mais je pense qu’il y a du coté du gouvernement tchadien une forte volonté avec un internet cher de museler l’information.
Ce qui est regrettable car un internet pas cher permet le développement du business et aussi l’education de la population avec les mooc ( je n’arrive plus à mettre un article de challenge montrant que les plus gros beneficiaires des mooc etaient les africains )

Je ne suis pas étonné de la place de l’algerie (comme le tchad c’est à mon avis un choix politique)

Edit : j’aurai tendence à privilégier les pays bien fourni en internet ou les pays avec un internet pas cher.
Ainsi que le nigeria pour le nombre d’abonné et une partie de sa population à l’aise financièrement.

Le tchad cumule les problèmes (internet hors de prix, faible taux d’internet , dictature, téléphone cher, …). Je parle du tchad mais d’autres pays ne sont pas mieux loti.

Dernière modification par francoisolivier (22/02/2017 18h18)

Hors ligne

 

#42 12/03/2017 21h33 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   337 

Intéressant.
Pas étonné de retrouver le Ghana que je citais il y a quelques jours justement smile (l’Afrique du Sud étant beaucoup plus connu). J’ai personnellement visité des start-ups à Accra très impressionnantes.
Et comme écrit aussi plus haut, cela confirme que l’Afrique centrale est à la peine puisque la majorité des "pires pays" avec le critère internet sont des pays enclavés sans accès à la mer. Les écarts en PNB/hab sont d’ailleurs maintenant du simple au triple entre la moyenne d’Afrique centrale et les pays d’Afrique subsahariennes qui s’en sortent le mieux.

Pour les Mooc, j’ai participé (en tant qu’enseignant) à un Mooc sur le solaire d’une grande école parisienne et j’ai eu accès aux chiffres de connexions et de réussite : plus d’1/3 des participants à la version en français venaient du Maghreb ou d’Afrique francophone !!


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#43 11/05/2017 14h24 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   40 

Via la revue Value Investor Insight, j’ai découvert ce mois-ci la société Centum Investment, sorte de conglomérat kényan investi principalement au Kénya mais qui se diversifie désormais sur tout l’Afrique.
Elle cote moins que ses capitaux propres (0.7x environ), fait des benef et est présente dans de nombreux secteurs d’activité: immobilier, banques, fonds d’investissement, production d’électicité, agroalimentaire…
Le dirigeant détient environ 25% de la société.
On est sur une autre de Berkire Hattaway kényan en fait.

Seul problème elle est cotée à Nairobi et pour investir là-bas…

Hors ligne

 

#44 11/05/2017 14h52 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   92 

Les groupes diversifiés industrie / immobilier / assurance / banque sont monnaie courante en Afrique. Dans certains pays où je travaille, chaque homme d’affaires important, s’étant enrichi dans le commerce ou l’industrie, veut avoir "sa" banque. Pas idéal d’un point de vue risque bancaire (ma spécialité) car la banque sert souvent à financer les autres branches du groupe, d’où des risques de défaut importants.

À mon avis il faut être très, très sélectif avant d’investir dans de tels groupes. Personnellement je préfère des "pure players" - soit industrie soit banque/assurance.

Un autre risque pour l’investisseur en Afrique est le risque politique : il y a des exemples où des hommes d’affaires ayant mélangé les genres business / politique ont tout perdu. En Afrique plus qu’ailleurs, il n’y a pas loin du Capitole à la roche tarpéienne !

Cela dit, le Kenya est une des "locomotives" de l’économie africaine, avec une culture financière en avance par rapport à la plupart des pays de la région, donc sans doute une des destinations d’investissement à cibler pour qui veut investir en Afrique.

Hors ligne

 

#45 07/06/2017 18h46 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   55 

Pour les contrarians, je signale que l’ETF  Global X Nigéria (NGE) est en pleine remontée depuis quelques semaines avec un beau potentiel de hausse ! L’économie du Nigéria semble digérer la baisse du petrole et les prévisions économiques sont plutot optimistes pour les trimestres à venir.

Pour rappel l’action etait a 28 dollars il y a 1 an et a un plus haut a 60 dollars et se traine a 18 dollars actuellement.

Q.


you can't climb the ladders of success with your hands in your pockets

Hors ligne

 

#46 07/06/2017 19h01 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   63 

Personnellement je trouve assez bof d’investir sur les ETF africains car leur évolution est très dépendante des commodities.
Bolloré me paraît être beaucoup plus corrélé avec la croissance africaine avec son activité de logistique..
La logistique étant très corrélée avec le développement du commerce, on a peut-être une vraie pépite sur le long terme dans la holding de Bolloré. Et le risque pays (qui est très élevé dans les pays africains) est bien plus dilué.


“prediction is very difficult—especially if it is about the future.” Niels Bohr

Hors ligne

 

#47 07/06/2017 20h02 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   

Socfinaf est une societe qui exploite des plantations en Afrique (et uniquement en Afrique, pour l’Asie il existe Socfinasia).
Je l’apprecie en diversification de portefeuille.
Attention, ca cote au Luxembourg cette affaire. Je ferai un topo dessus un de ces jours.

Ps : je suis actionnaire de Socfinaf

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

#48 07/06/2017 20h07 → Actions : investir en Afrique sur la croissance africaine

Membre
Réputation :   248 

L’Afrique du sud tombe en récession

www.lesechos.fr a écrit :

Avec un PIB en recul de 0,7 % au premier trimestre 2017, l’économie sud-africaine est officiellement entrée en récession. Ce résultat fait en effet suite à une première contraction de 0,3 % du PIB au quatrième trimestre 2016. « L’économie sud-africaine est entrée en récession », a confirmé l’Office national des statistiques sud-africain (Stats SA). L’annonce de cette récession a immédiatement fait chuter le rand (-1,5% face au dollar), la très volatile devise nationale.

Le recul du premier trimestre de cette année a pour principale origine les faibles performances de la production électrique (-4,8%) et manufacturière (-3,7%). Le secteur tertiaire en recul de 2% contribue également à ces mauvais résultats. Seuls, les secteurs minier (+12,8%) et agricole (+22,2%) sont dans le vert, en forte reprise après une difficile année 2016.

L’Afrique du sud tombe en récession


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech