Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

[+3]    #1 24/11/2015 20h57

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   159  

Pour changer du très utile sujet sur nos livres préférés sur la finance et le développement personnel, je voulais vous demander quels étaient pour vous les livres hors thématique du forum qui vous semblent intéressants, indispensables, valoir leur prix…

En effet, si, en investisseur, je suis plutôt partisan d’une approche lazy qui réplique le marché, pour la littérature, hors de question pour moi de suivre le marché. Je n’ai jamais compris qu’on puisse acheter ces livres à 20, 25 voire 30 €, dont la promotion est assurée à grand frais dans tous les médias, que tout le monde lira l’été sur la plage… et dont plus personne ne parlera dans 6 mois…

Non, clairement, je crois qu’il faut investir dans la valeur et, pour jouer les « investisseurs intelligents », j’ai quelques tuyaux :
- attendre deux ans pour l’édition de poche… le temps que l’effet de mode soit passé et ne pas payer pour les préfaces/postfaces écrites par on-ne-sait-qui et qui n’apportent rien
- l’épreuve du temps : en général, si ces livres écrits par des auteurs morts il y plus d’un siècle sont encore édités, c’est qu’il y a une bonne raison
- la synthèse : il y a beaucoup de sujets pour lesquels tout a été dit en 30 pages tandis que pléthores d’autres livres paraphrasent, répètent, plagient, redisent… Un comédien m’avait expliqué que tout, absolument tout ce qu’il fallait savoir sur le théâtre avait été écrit par Aristote et que tout ce qui avait été écrit depuis n’était qu’une réécriture, en moins bien.
- l’insider : certes, ceux qui ont vécu des rôles de premier plan ne sont pas toujours de bons écrivains, mais si je souhaite me pencher sur la seconde guerre mondiale, j’attaque par les mémoires de De Gaulle ou de Churchill et je mets de côtés les ouvrages écrits des décennies plus tard, par ceux qui n’ont vécu cette guerre que par les archives qu’ils ont lu. À quoi bon lire un livre sur De Gaulle, quand on peut lire De Gaulle ? Qui mieux que César pour nous raconter l’histoire de la Gaule ?
- J’essaie de me demander si l’ouvrage en question vaudrait la peine d’être transmis en héritage, s’il a, de par son recul, une bonne durée de vie, s’il n’est pas jetable
- « La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer. » disait St Exupéry. J’ai une préférence pour la concision, la brièveté et les pavés de centaines de pages suscitent, chez moi, la méfiance bien plus que l’admiration (bien que cela ne soit pas rédhibitoire).

Sciences naturelles, Mathématiques, Histoire, Philosophie, Politique, romans pour adultes et enfants… vos livres extraordinaires à des prix ordinaires ? Vos ouvrages aux meilleurs P/E (Prix / Émerveillement) ? Vos meilleurs investissements ?

Si vos enfants ne pouvaient, de toute leur vie, ne lire que 3 livres, lesquels sélectionneriez-vous pour eux ?

Dernière modification par Gog (24/11/2015 21h10)

Mots-clés : fiction, lecture, littérature, livre

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 03/03/2016 22h26

Membre
Réputation :   11  

Bonsoir,

Pour ma part, en plus des Mémoires de guerre de Churchill et De Gaulle déjà cités, je pense que la trilogie de Jared Diamond (de l’inégalité parmi les sociétés, le 3e chimpanzé et effondrement) est absolument fantastique. Ces livres devraient être lus immédiatement par quiconque cherche à apprendre et à comprendre le monde dans lequel il vit.

Sinon, il y a Le gène égoïste de Richard Dawkins, un approfondissement éblouissant de la théorie de l’évolution de Darwin.

Message édité par l’équipe de modération (04/03/2016 09h15) :
- ajout de balises Livre

Dernière modification par jacko (03/03/2016 22h27)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #3 03/03/2016 22h51

Membre
Réputation :   32  

Jacko, nous avons les mêmes lectures, j’ai lu Le gène égoïste qui m’a beaucoup intéressé mais il faut dire que je suis passionné par l’évolution.
Le 3ème chimpanzé est sur ma "watch list". Je suppose que vous avez lu le "Singe nu" dans un registre proche ?

EDIT : J’ai lu le 3ème chimpanzé, excellent livre.

Message édité par l’équipe de modération (04/03/2016 09h15) :
- ajout de balises Livre

Dernière modification par GM (07/06/2016 19h10)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 04/03/2016 12h42

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   572  

Je pense qu’on a énormément noirci notre moyen-age. Bien sur les temps étaient difficile, mais somme toutes extrêmement civilisés (car tout le monde craignait Dieu). Une justice un peu trop expéditive pouvait faire grand bruit et être fatale au seigneur local. Les guerres faisaient peu de morts, le but étant surtout de faire des captifs.
Il est vrai que la guerre de 100 ans était une période très noire et que les bandes d’écorcheurs ou de routiers semaient la terreur, mais ce n’était pas une terreur d’état (contrairement aux Opritchniks), la terrible inquisition ayant fait au total bien peu de victimes. Depuis le massacre de Verden perpétré par Charlemagne il faut attendre les guerres de religions pour avoir des tueries organisées par le pouvoir.
Ivan le Terrible (qui en Russe a plus le sens de Grand que d’Horrible) d’après ce que décrit Troyat c’était plusieurs centaines d’empalés tous les matins juste pour bien commencer le journée, le massacre de Nizhny-Novgorod 50.000 innocents achevés à coup de pelles et de rames, des boyards grillés sur une poelle géante sur la place rouge ou découpés en 2 par une ficelle, j’en passe et des meilleures.

Au sujet du Moyen-âge je prend grands plaisir à lire tous les textes en ancien français, que ce soit en langue d’oil, d’oc, dialectes picards et anglo-normand. Même si j’ai parfois du mal avec les textes très anciens ce sont des langues magnifiques, poétiques et tellement… vivantes par rapport à notre français qui est au mieux figé quand il n’évolue pas vers le degré zéro de la littérature et de l’imaginaire.
Céline avait bien raison quand il prophétisait dans Mort à crédit (assurément un des 4 auteurs à garder sur une île déserte avec Dostoïevski, Nietzsche et Shakespeare) "alors ce sera fini et je serais bien content".


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 11/03/2016 16h54

Membre
Réputation :   20  

Jaworski est un auteur magnifique. Gagner la guerre, son premier vrai roman, est de loin mon livre préféré. A lire de toute urgence.


Parrain : Binck, Linxea, ING, Boursorama

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 08/05/2017 17h41

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   123  

Bonjour,
voici ma sélection qui ne se limite pas à 3 livres, mais à une dizaine.

- Le monde d’hier de stefan Zweig : Son autobiographie qui apporte un regard particulier sur la destruction de l’empire austro-hongrois, la montée du nazisme en europe.

- Fouché, du même Zweig. Une analyse psychologique plus qu’une biographie, sur un personnage qui a traverser la révolution, la terreur, l’empire, les 100 jours en faisant de la trahison un art. 15 ans d’une des périodes les plus tourmentées et les plus riches de l’histoire de france
J’aurai aussi pu mettre le joueur d’échecs dans cette sélection.

- Diplomatiede Henry Kissinger : Les grands évènements du 20e siècles sous le prisme des relation internationales.

- Les guerres d’Obama de Bob Woodward : les coulisses d’une (seule) prise de décision au sein de la maison blanche sur la guerre en afghanistan. Négociation, lobbying, poids des militaires au plus haut niveau…très éclairant.

- Le duel de Joseph Conrad : une très bonne nouvelle à propos de 2 hussards qui se livrent une guerre personnelle au milieu des guerres napoléoniennes. Ca se lit tout seul.

- Au coeur des ténèbres : Autre Nouvelle de Conrad, mais beaucoup plus sombre. La remontée du fleuve au fin fond du congo, sur les traces de Kurtz et de ce qu’il y a de plus ténébreux dans l’ame humaine. "L’horreur, l’horreur". Revoir ensuite Apocalypse Now pour compléter la lecture.

- La force d’aimer : un recueil de sermons de Martin Luther King. Profond.

- Croisade en Europe : mémoires de guerre d’einshenower. On est loin du niveau littéraire d’un De Gaulle, mais on en apprend beaucoup sur les origines de la stratégie américaine ayant mener à concevoir et exécuter Overlord.

- La chambre noire de Longwood de Jean-paul Kauffman : Une façon totalement originale d’aborder l’histoire. Napoleon à Saint-Hélène en l’occurence.

- Churchill, le pouvoir de l’imagination : biographie d’un journaliste aventurier devenu homme politique puis l’homme du siècle.

- Gatsby: de la bonne littérature américaine, au style simple et efficace, aux antipodes d’une littérature française trop souvent prétentieuse dans le style.

- Raul Hilberg : son pavé en 3 tomes "La destruction des juifs d’Europe". Des chiffres, des détails, sans pathos.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #7 02/07/2017 16h40

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   882  

Je viens de finir un super livre : Progress: Ten Reasons to Look Forward to the Future écrit par l’écrivain suédois Johan Norberg en 2016.

Petit compte-rendu de ce livre passionnant, très factuel et pourtant optimiste… dans un halo médiatique qui, par effet de loupe à mon avis, a tendance à surmédiatiser les mauvaises nouvelles aux dépens des bonnes nouvelles. De plus, les bonnes nouvelles se sont jamais des "breaking news" car elles sont lentes et progressives. Un exemple donné est celui de la classe moyenne indonésienne : il y a maintenant une classe moyenne indonésienne se comptant en dizaine de millions de personnes vivant plutôt bien mais dont quasiment tous les parents (toute la génération précédente) étaient des crève-la-faim ou en train de se faire massacrer (voir par exemple : https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacres … C3%A9sie). L’historien nous ouvre les yeux en nous montrant que ce miracle est tout aussi incroyable (et de bonne augure, et à saluer et fantastique en somme !) que les Trente Glorieuses en Europe… alors que nous avons tendance à penser que le monde va de mal en pis.

En fait si Johan Norberg balaie une période beaucoup plus large que seulement l’ère contemporaine, plusieurs de ses conclusions n’étonneront pas les adeptes, comme moi, des statistiques et des rapports. J’avais déjà cité sur ce forum (voir ici : https://www.devenir-rentier.fr/p227429#p227429) le rapport des Objectifs du Millénaire : http://www.un.org/fr/millenniumgoals/re … t_2015.pdf
On y découvre que nombre de pays africains et asiatiques ont vu leur espérance de vie fortement s’accroître, la mortalité infantile baisser, le nombre de pauvres (très) fortement baisser, etc. etc.

Oui, ces 20 dernières années, la pauvreté a été divisée par deux dans le monde. Et encore, selon la définition la plus stricte, selon d’autres définitions de la pauvreté, la baisse est même de -60 %. Tout est détaillé dans le livre. L’auteur rappelle donc (et comme toujours dans ce genre de bons livres avec force références et une superbe bibliographie) que l’être humain est prédisposé à ce souvenir des mauvaises nouvelles, des horreurs et des guerres et s’en souvient beaucoup mieux et plus longtemps qu’une lente, continue, et pourtant gigantesque, amélioration de la situation mondiale.

Il détaille notamment les horreurs des guerres de Corée(s) (années 50) ou des guerres du Congo (années 90) beaucoup plus sanglantes qu’on ne le croit et beaucoup plus sanglantes que des équivalentes actuelles (même si la guerre en Syrie reste horrible, les nombres sont sans commune mesure). Tiens je laisse le lecteur googliser le nombre de morts de ces deux guerres, le résultat est terrible. Mais surtout il explique qu’à l’époque, toutes choses égales par ailleurs, pour un occidental moyen de 2016, on a très peu parlé de ces guerres. La raison principale est bien entendue que les moyens de communications et les médias sont à présent beaucoup plus développés. Mais il y a aussi des raisons propres à chaque guerre : pour les horribles guerres de Corée, le public occidental était "saoulé" par la Seconde Guerre Mondiale et n’avait qu’une envie : revivre, se reconstruire et croître (ce qui se comprend et d’ailleurs les médias de l’époque avait, au contraire, un biais optimiste). Pour les guerres du Congo, il y avait quasiment au même moment les guerres en Yougoslavie dont on parlait beaucoup plus (le fameux "morts/kilomètres")

Comme il est Suédois, il parle aussi de son pays et rappelle que dans les années 1870 (qui ne sont pas si éloignées, ma grand-mère me parlait de la vie de sa grand-mère dans ces années là), 90 % des Suédois étaient extrêmement pauvres, mourraient à 40 ans (!), souffraient souvent de la faim et étaient illettrés. En fait dans tous ses exemples (Suède, Indonésie, Éthiopie), plutôt que de déplorer une pauvreté certes encore existante, il rappelle que l’extrême pauvreté fut en fait, à l’échelle de l’humanité et du globe, la norme et que fort heureusement, et d’une façon extrêmement rapide, elle a disparu d’une très partie du globe (et là encore, ne me faites pas dire qu’il ne reste pas de la pauvreté et que le monde est parfait, ce n’est pas la question).

Ce qui est très intéressant aussi, c’est que le livre a été écrit juste avant le Brexit et l’élection de Trump (donc pas influencés par ces événements mais au contraire pouvant les éclairer a posteriori). Et ce que démontre superbement le livre, c’est que 90 % de la population mondiale n’a jamais aussi bien vécu (ou disons, pour les pessimistes, pas trop mal vécu puisque la situation reste  dure pour certains en cette Terre) sauf… une partie de la classe moyenne blanche des pays occidentaux (mais qui ne représente qu’un infime pourcentage de la population mondiale sauf qu’elle oriente beaucoup plus, consciemment ou non, les choix éditoriaux des médias occidentaux).

Il est bon de rappeler aussi qu’il ne sert à rien de comparer, oserais-je écrire de façon platonicienne, le monde actuel à un idéal éthéré de monde qui n’a jamais existé mais que seul les comparaisons factuelles, chiffrées avec des moments/lieux réels a du sens… cela paraît évident à écrire mais la vérité c’est que nous sommes tous victimes du biais de nostalgie oui encore un autre biais smile
Enfin, là encore un truisme mais ça va mieux en l’écrivant, l’auteur n’écrit pas que le monde va bien et serait un paradis mais qu’il va de mieux en mieux (ou de moins en moins mal pour les pessimistes).

En tout cas une lecture passionnante que je recommande vivement.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #8 08/01/2018 21h00

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   159  

Pour les amateurs d’Histoire qui fréquentent ce forum, quelques lectures qui devraient vous faire sourire…

Le Manuel du spéculateur à la Bourse de Proudhon, un des penseurs de l’anarchisme :

Wikipédia a écrit :

Le Manuel du spéculateur à la bourse est un ouvrage du polémiste, journaliste, économiste, philosophe et sociologue français Pierre-Joseph Proudhon, paru en 1854, sous le Second Empire, au moment de la forte croissance économique mondiale des années 1850.

Les deux premières éditions sont parues sans signature, l’auteur ayant répondu à une commande pour des besoins essentiellement alimentaires. Il a signé une troisième édition, révisée, pour y inclure une plus grande part d’analyse financière. L’ouvrage devient ainsi "une critique au vitriol" de la Bourse, qui faisait "véritablement son apparition", au lendemain de la Révolution de 1848.

Plus tard, Jacques Bainville, connu (plutôt à droite) pour son Histoire de France, publiera, au sortir de la guerre de 14-18
« Après la guerre : comment placer sa fortune ? ».

Après la guerre : comment placer sa fortune ?, 1919 a écrit :

De 1815 à 1914, les fortunes ont joui d’une sécurité et d’une stabilité remarquable. En France, les classes moyennes, plus douées de l’esprit d’économie que de l’esprit d’entreprise étaient portées naturellement par le flot montant de la richesse publique. […] Pendant les dernières années du XXe, les rentiers avaient pourtant une inquiétude. Par l’effet de l’accumulation et de l’abondance des capitaux, l’intérêt de l’argent cessait de décroître et les conversions successives de la rente sanctionnaient cette baisse. De 5 p. 100, qui était autrefois le taux ordinaire, l’intérêt était tombé à 4, puis à 3 et plus bas encore. Le taux de 2 1/2 était couramment accepté. […] on prévoyait que bientôt l’argent ne pourrait plus s’employer qu’à 2 p. 100, sinon à moins. Ainsi le rentier voyait son revenu condamné à une chute lente et tendant vers zéro.

C’était il y a un siècle…

Suivent des conseils sur l’allocation d’actif : ne pas tout mettre dans les chemins de fer ! que penser du « crédit de la France victorieuse » ? Quid des fonds ottomans ?

Enfin, toujours dans un français de haute tenue mais cette fois dans un sexisme délicieusement suranné : « La femme au foyer : la femme dans la famille, hygiène, enseignement ménager, conduite à tenir en cas d’accidents, puériculture, le jardin et la basse-cour, la politesse et l’éducation » aux Éditions de l’École, Paris, 1954. Il s’agit d’un manuel scolaire, écrit par Madame Louise Foulon-Lefranc. Au delà des truc-et-astuces pour détacher le linge, l’investisseur heureux, se référera (enfin… référera sa femme) au chapitre II : « économie domestique » dont je vous livre l’extrait, un vade-mecum IN-DIS-PEN-SA-BLE.






En espérant vous avoir diverti un peu… Bonnes lectures !

Dernière modification par Gog (06/09/2018 20h27)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 07/10/2018 13h21

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   476  

Alors vous allez aimer les mémoires du sergent Bourgogne.

Ce sous officier a vécu la déroute de l’armée française, les hommes qui crèvent de faim, de froid, qui se perdent, qui désertent. Les amis qui s’entraident, les dons d’une incroyable générosité, mais aussi les gens vaillants, normaux, qui cachent deux pommes de terre pour les manger seuls…

A part la Bérézina, qui est un témoignage historique captivante, et quelques escarmouches, le récit ne tourne pas autour des batailles, mais bien autour du quotidien de l’armée en déroute, conforme à vos goûts donc.


L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître (A. Dumas )

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 23/11/2019 13h38

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   535  

Bonjour !

En voyage, j’ai acheté, par hasard, ce numéro spécial : "Les cahiers SCIENCE & connaissance - LES GRANDES ÉNIGMES de l’histoire et de la science" :
     

Et je dois dire que j’ai trouvé le contenu excellent. Assez hétéroclite, on passe du Tombeau d’Alexandre-le-Grand au voyage dans le temps, en passant par la Zone-51 et plein d’autres détours ; mais toujours avec un aspect scientifique correct, une vulgarisation très facile à lire ; et en citant les dérives pseudo-scientifiques et mythiques sans les déconsidérer ni leur accorder crédit.

Dernière modification par M07 (23/11/2019 13h39)


M07

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 02/03/2020 10h38

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   535  

Bonjour !

Yg75 a écrit :

… notre société libérale avancée …

Je suis en désaccord avec cette partie de votre message. Voici une définition du Libéralisme reconnue :

André Lalande a écrit :

- Doctrine politique suivant laquelle il convient d’augmenter autant que possible l’indépendance du pouvoir Législatif et du pouvoir judiciaire par rapport au pouvoir exécutif, et de donner aux citoyens le plus de garantie possible contre l’arbitraire du gouvernement.
("Vocabulaire technique et critique de la philosophie" ; première édition en 1902, plus de dix-huit ré-éditions depuis ; ouvrage recommandé par l’Académie Française)

Notre société est très loin du libéralisme, avec notamment tous les partis politiques importants de notre pays qui sont systématiquement anti-libéraux, et qui, tous encore, condamnent le libéralisme.

Dernière modification par M07 (02/03/2020 10h39)


M07

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 22/03/2020 22h41

Membre
Réputation :   21  

Gloups, je n’avais pas vu votre remarque MO7, justifiée et argumentée.
Mais il trop tard pour modifier mon message.
Je rectifie donc ici : …"les auteurs de romans policiers nous montrent les vices et faiblesses de notre société moderne".
Actuellement je lis un polar japonais de Kazuaki Takano "Les treize marches" qui s’avère être une remarquable réflexion sur la peine de mort.
Yg

Dernière modification par Yg75 (22/03/2020 22h42)


B.Graham "Le principal problème de l’investisseur - et même son pire ennemi - est probablement lui-même".

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #13 18/10/2020 16h12

Membre
Réputation :   14  

Bonjour Zeb,

Quel plaisir de trouver ici un amateur des littératures de l’imaginaire !
A part Le Batard de Kosigan qui me fait de l’oeil  et que je n’ai pas encore acheté, j’ai lu et apprécié tous les autres auteurs.

Je me permets de suggérer les livres de Michel Pagel et notamment la série en 2 volets : Les Immortels.

Sinon, j’ai terminé le quatrième tome de La Passe miroir la semaine dernière et cette série de Young adult mérite le détour avec une mention spéciale pour ses deux héros aux antipodes des clichés habituels.

Il y a aussi la série des Salauds Gentilhommes de Scott Lynch;  Poul Anderson et La Hanse galactique
Enfin un auteur français à découvrir : Thomas Geha et notamment Des Sorciers et des hommes; le premier tirage étant épuisé, le livre sera de nouveau bientôt disponible.
En espérant vous avoir donné quelques (bonnes) idées.

Message édité par l’équipe de modération (19/10/2020 13h52) :
- ajout de balises Livre


We agree to disagree

Hors ligne Hors ligne

 

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur