Informations À propos…   Chercher Cherchez sur le site, les forums et nos screeners :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#1 24/10/2018 12h03

Membre (2011)
Top 20 Vivre rentier
Réputation :   205  

ISTJ

Pour ceux qui ont des liquidités en attente sur leur PEA ou CTO, la baisse en cours sur les marchés amène forcément à se poser des questions sur l’opportunité de les utiliser.
Il peut donc être intéressant de discuter des stratégies d’investissement en actions sur les semaines ou mois à venir dans ce contexte baissier modéré peut être appelé à durer. En effet, même si la baisse n’est pas encore très marquée, il faut se poser à l’avance la question de savoir quand rentrer, à quel rythme et sur quels produits.
Bien sûr, cela va dépendre de l’évolution des marchés mais prenons l’exemple d’un marché qui continue sur un trend modérément baissier. Car on discute beaucoup de la conduire à tenir en cas de krach mais pas assez en cas d’une érosion lente et continue des marchés qui lessive aussi bien les portefeuilles que les esprits.

Quand rentrer ? Comme il est impossible de trouver le moment idéal de fin de baisse, il faut éviter tout achat brutal et massif (plus de 50% de ses liquidités). Cela reviendrait à jouer à un instant donné un retournement à la hausse qui ne semble pas pour l’instant d’actualité et qui est impossible à prédire de toute façon. On risque vite de se retrouver à sec si la baisse continue.
La rentrée doit donc être graduelle pour éviter tout market timing. Faut-il se fixer une règle à l’avance, du style "j’investis 10% de mes liquidités chaque fois que le marché baisse de 5%" ? Faut-il de la régularité dans ses investissement (investir toujours la même quantité) ou bien démarrer petit et augmenter la quantité investie au fur et à mesure que la baisse se prolonge ?
J’aurai tendance à privilégier la première solution qui est plus facile à mettre en oeuvre dans le temps, plus disciplinée et qui évite aussi de vite se retrouver sans réserve.
L’utilisation d’ETF permet de mettre facilement en place la discipline évoquée au-dessus. Par exemple, je commence à placer 10% des liquidités maintenant sur un CAC à 5000 et je renforce de 10% à chaque baisse de 5% donc la prochaine à 4750, etc… Au final, j’aurai placé 100% des liquidités en dix fois lorsque l’indice sera descendu à 3000 points et le point moyen sera à 3920 points soit une baisse d’environ 20% par rapport au niveau actuel.

Faut-il au contraire attendre le plus longtemps possible avant de démarrer tout investissement ? C’est-à-dire ne rien faire tant que le trend semble rester baisser et commencer à rentrer lorsque la hausse est repartie quitte à en rater une partie ? Dans la pratique, je ne vois pas comment mettre une telle stratégie en place car le marché évolue en ce moment plutôt à la fois en fonction des taux de différentes zones, ce qui est peut être un minimum prévisible, mais aussi en fonction du contexte géopolitique (Chine, Pétrole, élections, Italie) très imprévisible.

Après, il y a aussi la question du support d’investissement, plutôt ETF sur indice ou plutôt Actions ? Les ETF vont permettre de se positionner par rapport à une évolution supposée des marchés. Sur les actions, il va falloir choisir les bons secteurs et les bonnes valeurs dans les secteurs avec là aussi l’éternelle question de savoir s’il vaut mieux attraper les couteaux qui tombent ou bien attendre un minimum de trend haussier sur les valeurs repérées.

Mon humble point de vue, c’est qu’il n’y a pas lieu de se précipiter, la baisse en France par rapport au plus haut n’est que de 10% et la tendance globale me semble être négative à court terme (résultats mitigés des entreprises, contexte géopolitique très incertain, valorisation toujours élevée aux US).
J’envisage de commencer à piocher dans mes 60% de liquidité lorsque l’indice ira (peut-être) sur les 4800 (il faut bien commencer un moment…) et mixer des achats d’indice et de quelques belles valeurs ayant fortement baissées malgré de bons résultats à venir (Bouygues, Saint-Gobain, Rubis par exemple). Et donc continuer à renforcer en fonction toujours du contexte général si la baisse continue.
Si les marchés remontent pour de bonnes raisons dans un contexte plus apaisé et visible, hors mouvements de yoyo donc, je continuerai aussi à investir.

J’aimerai donc bien avoir des avis sur la façon donc vous compter gérer cette période et piloter au mieux vos éventuelles liquidités dans ce cas particulier de marché baissier modéré.

Mots-clés : liquidités, marché baissier, stratégie

Hors ligne Hors ligne

 

#2 24/10/2018 12h36

Membre (2015)
Top 20 Année 2021
Top 20 Portefeuille
Top 20 Vivre rentier
Top 20 Crypto-actifs
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   595  

ostal a écrit :

Il peut donc être intéressant de discuter des stratégies d’investissement en actions

C’est intéressant il y a d’ailleurs déjà des discussions sur ce sujet
Investir une grosse somme d’argent : Lump Sum Investing vs Dollar Cost Averaging
Investissement en Bourse : entrée progressive ou en une fois ?

A retenir, même si c’est contre intuitif : le contexte de marché au moment de l’investissement n’est pas déterminant à long terme pour un investissement buy & hold. Aucun intérêt donc à essayer de faire du market timing et investir au "meilleur" moment.

Hors ligne Hors ligne

 

#3 24/10/2018 18h27

Membre (2018)
Réputation :   6  

Sujet très intéressant !

Je suis également dans cette démarche et donc intéressé par les conseils des experts du forum !


Parrainage YOMONI  - LINXEA - Mes placements- WeSave - Binck - Boursorama

Hors ligne Hors ligne

 

#4 24/10/2018 19h32

Banni
Réputation :   20  

Membre clivantMembre clivant Membre clivant

dangarcia a écrit :

contexte de marché au moment de l’investissement n’est pas déterminant à long terme pour un investissement buy & hold. Aucun intérêt donc à essayer de faire du market timing et investir au "meilleur" moment.

Je serai ravi que vous réussissiez à me persuader de cette affirmation pour laquelle je reste un peu circonspect …

Auriez-vous quelques documents à me proposer ?

Hors ligne Hors ligne

 

#5 24/10/2018 20h49

Membre (2015)
Top 20 Dvpt perso.
Top 20 Crypto-actifs
Top 20 Entreprendre
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   174  

maxcorporis, les études ont été citées dans les fils de discussions listés par dangarcia.

Je renvoie souvent vers celle-ci, de Vanguard : Dollar-cost averaging just means taking risk later

Hors ligne Hors ligne

 

#6 24/10/2018 21h32

Membre (2016)
Top 20 Portefeuille
Réputation :   520  

En ce qui me concerne je n’ai pas mis en place de poche de liquidités. Je reste investi à 100% et je continue de renforcer à la baisse selon mes rentrées d’argent.

Je ne souhaite pas faire de stock picking. Peu importe si certaines de mes lignes doivent afficher du -10 / -20 ou -30% pendant quelques temps.

J’investis dans des sociétés dont j’ai confiance dans leur résilience. Elles versent toutes des dividendes (c’est ma stratégie) depuis de nombreuses années.
Certaines l’augmente tous les ans. D’autres ne l’ont jamais baissé, et d’autres encore ont pu connaître une baisse momentanée en période de crise majeure.

Je suis serein avec mes prises de position, et ne ressens donc absolument pas le besoin de posséder une poche de liquidités.


le Petit Actionnaire - Suivi de mes investissements dans les dividendes et Éducation financière.

Hors ligne Hors ligne

 

#7 24/10/2018 22h39

Membre (2015)
Réputation :   99  

Oui, le timing est la question la plus difficile en bourse. Faire une analyse fond sur le quoi acheter, ça va, on peut s’en sortir, mais sur le quand ? Pas simple… Contrairement à vous, je crois que c’est très important pour se constituer des plus-values. C’est le critère le plus difficile à maitriser.
Pour aujourd’hui je ne vous dirais modestement qu’une chose : on n’achète jamais un marché baissier. On ne sait en effet jamais jusqu’où il baissera. C’est d’autant plus vrai en ce moment que les marchés US sont montés à des niveaux stratosphériques et que leur potentiel de baisse est élevé. Pour le moment, le couteau tombe aux US, et il tombe vite… Mais ce n’est qu’un avis parmi d’autres… Personne ne maitrise l’art de l’investissement en bourse et chacun a sa technique, souvent dictée par son vécu.

Hors ligne Hors ligne

 

#8 24/10/2018 22h47

Membre (2017)
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Top 20 Monétaire
Réputation :   116  

Un vrai sujet oui

j’ai dégagé cette année 100 k sur les 3 PEA familiaux sur des niveaux environ 10% plus haut qu’aujourd’hui. Et J’ai commencé il y a 2 semaines à investir 10 ou 15k toutes les semaines . Je me laisse la latitude durant la semaine de choisir quand la bouffée de pessimisme me parait la plus forte. Mais je m’interdis de dépasser ce montant par semaine.  Je ne suis pas du tout inquiet à moyen terme et j’aime bien acheter au son du canon. A l’issue les 3 PEA seront totalement investis.

A part une valeur (Orpéa) j’ai acheté de l’eurostoxx 50 via ETF. Je pense que dans les 18 mois une bouffée d’optimisme  portera les indices 10 ou 15% plus haut et j’écrèterai à nouveau. J’applique la stratégie que j’ai exposée en début d’année sur ma présentation en fait.

Bear market? Je suis l’économie de très très prés, les valorisations actuelle en Europe ne m’inquiètent pas, (même si on peut toujours avoir une autre jambe baissière sur des secteurs aux multiples élevés) et je prends des actifs qui distribuent, avec une forte visibilité,de généreux dividendes. Je crois à une hausse des taux contrôlées aux USA, à une hausse infinitésimale en Europe, pas de quoi faire dérailler l’économie. les multiples en Europe, me semblent raisonnables, et les dividendes très supérieurs aux rendements obligataires. bref quand les marchés paniquent je m’inquiète moins que quand les records sont battus.

Hors ligne Hors ligne

 

#9 24/10/2018 22h56

Membre (2016)
Top 20 Portefeuille
Réputation :   520  

Bonsoir Nik66,

Vous dites qu’on achète jamais un marché boursier. D’accord. Mais quand acheter alors ?
Quand les marchés ont arrêté de baisser et qu’ils ont repris 20%, afin d’être certain qu’ils ne soient plus baissiers ?

. Le CAC 40 est aujourd’hui à 5000 points (pour arrondir). Supposons qu’il baisse encore de 10% à 4500. Vous allez attendre qu’il remonte à 5400 (+20%) pour vous assurer qu’il est haussier ?

. Supposons même qu’il baisse encore de 20%. Il sera à 4000 points. Attendre qu’il ne remonte à 4800 (+20%) pour investir ne sera bien différent que d’avoir moyenné à la baisse.

Vouloir anticiper l’avenir, beaucoup ont essayé (moi y compris par moment). Peu y sont parvenus.


le Petit Actionnaire - Suivi de mes investissements dans les dividendes et Éducation financière.

Hors ligne Hors ligne

 

#10 24/10/2018 23h02

Membre (2017)
Réputation :   97  

J’applique les principes de Stan Weistein (même s’ils ne sont pas à l’honneur dans ce forum).
En ce moment, je me retrouve avec un modeste + 1 % depuis le 1er janvier et…. 83 % de liquidités.
Je vais surveiller les moyennes mobiles et les volumes et revenir sur les marchés selon ses principes en prenant un risque pour l’ensemble de mes trades d’au maximum 3 % de mon capital financier.
Donc, en attendant que la bourse se ressaisisse, je vous recommande de passer le temps en lisant :"Secrets pour gagner en bourse à la hausse et à la baisse".
C’est basique, pas glamour mais ça fonctionne depuis des dizaines d’années.

Hors ligne Hors ligne

 

#11 24/10/2018 23h21

Membre (2015)
Réputation :   99  

@Neo45

A nouveau, le timing est en effet le point le plus difficile. J’utilise quelques rudiments d’analyse technique pour m’éclairer, ce n’est pas parfait, mais cela limite les prises de risque et fonctionne pas trop mal dans la majorité des cas. Si vous le faites, vous observerez qu’un marché baissier prend fin sur certains supports et souvent en dessinant des figures de retournement. Cela vous interdit d’acheter au plus bas, mais cela limite les risques.
On n’achète pas un marché quand il est en forte baisse et qu’il enfonce les supports, l’histoire montre que quand on baisse, on peut parfois aller très bas, sans toujours qu’il y ait des explications très rationnelles d’ailleurs, par doute, mimétisme, peur de perdre…

Hors ligne Hors ligne

 

#12 24/10/2018 23h26

Membre (2018)
Réputation :   31  

dangarcia a écrit :

ostal a écrit :

Il peut donc être intéressant de discuter des stratégies d’investissement en actions

C’est intéressant il y a d’ailleurs déjà des discussions sur ce sujet
Investir une grosse somme d’argent : Lump Sum Investing vs Dollar Cost Averaging
Investissement en Bourse : entrée progressive ou en une fois ?

A retenir, même si c’est contre intuitif : le contexte de marché au moment de l’investissement n’est pas déterminant à long terme pour un investissement buy & hold. Aucun intérêt donc à essayer de faire du market timing et investir au "meilleur" moment.

Je me pose quand même là question.

Je suis dans une stratégie à mettre 500€ par mois sur un titre. En cas de baisse pourquoi ne pas verser 600€ et mettre 200€ par ligne. J’augmente mes frais mais je profite de la baisse sur plusieurs valeurs.
Après sur du long terme, la différence ne sera sûrement pas significative mais avec l’effet boule de neige, ça sera toujours ça de prit.

Hors ligne Hors ligne

 

#13 25/10/2018 00h03

Membre (2016)
Top 20 Portefeuille
Réputation :   520  

Comme l’a dit Mark Twain : "le danger ce n’est pas ce qu’on ignore, c’est ce que l’on tient pour certain et qui ne l’est pas".
Et comme je ne sais fichtrement rien de ce qui va réellement arriver, je ne vois pas de raison de modifier ma façon d’agir.

Et comme la peur n’éloigne pas le danger, pourquoi irais-je me tortiller l’esprit à calculer qu’à partir de tel niveau support, peut-être que ça peut rebondir… ou pas.
Je n’ai rien contre l’analyse graphique, mais ce n’est clairement pas mon dada.

Si le marché doit baisser à 2500 points (je parle là du CAC 40), il le fera quoi qu’il arrive. À quoi bon donc essayer d’anticiper à tout prix ?
Si Bouygues tombe à 18€ comme fin 2012, je me ferais un plaisir de renforcer. Idem si Saint-Gobain devait retoucher les 18/20€, ou si Danone devait revenir à 33€…

Sauf que tout ça personne n’en sait rien. Dès demain Donald Trump est capable d’annoncer qu’il a "maté" les chinois en obtenant ce qu’il voulait, qu’il supprime donc les récentes barrières douanières, et qu’il a sauvé les gentils américains des méchants asiatiques. Et paf… les marchés explosent, et le sieur Trump remporte haut la main les élections de mi-mandat.

De nos jours tout est possible, même (et surtout) le plus improbable.
Alors oui, je trouve également que les marchés sont / étaient hauts. Une correction n’est donc pas anormale, et je dirais même que c’est plutôt sain. Même si elle doit être forte, la correction n’est pas, selon moi, de nature à devoir faire paniquer à tout prix.

Fuir un danger mortel => ok
Fuir un "danger" qui peut faire perdre -probablement momentanément- quelques (dizaines de) milliers d’euros, est-ce bien raisonnable ?

D’ailleurs je me demande. Warren Buffett et consorts, ils font quoi en ce moment ? Ils vendent à tour de bras pour rendre liquides leurs milliards ou bien ils laissent passer le temps sans se prendre la tête ?
(question sérieuse)

Édit
@psg02000 : c’est exactement ce que je fais à titre personnel.

Dernière modification par Neo45 (25/10/2018 00h05)


le Petit Actionnaire - Suivi de mes investissements dans les dividendes et Éducation financière.

Hors ligne Hors ligne

 

#14 25/10/2018 08h26

Membre (2015)
Réputation :   99  

Neo45 a écrit :

Si le marché doit baisser à 2500 points (je parle là du CAC 40), il le fera quoi qu’il arrive. À quoi bon donc essayer d’anticiper à tout prix ?
Si Bouygues tombe à 18€ comme fin 2012, je me ferais un plaisir de renforcer. Idem si Saint-Gobain devait retoucher les 18/20€, ou si Danone devait revenir à 33€…

Sauf que tout ça personne n’en sait rien.

J’avoue ne pas saisir votre logique… Vous dites que l’histoire récente a en effet prouvé qu’en cas de crise les potentiels baissiers étaient considérables mais vous dites qu’il faut quand même  continuer d’investir en marché baissier ? J’ai du mal à suivre…

Hors ligne Hors ligne

 

#15 25/10/2018 08h41

Membre (2015)
Top 20 Portefeuille
Réputation :   369  

Depuis mai, j’ai soigneusement gardé mes pépettes au chaud pour pouvoir les dépenser, utilement, le temps voulu.
Bon, y’a bien eu un petit craquage, une petite folie il y a quelques semaines sur Jacquet Metal Service.
Timing désastreux, une fois de plus, mais là, face à tout cet acier rutilant à bas prix, je n’ai pas pu résister. On a tous nos petites faiblesses.
Mais je me suis retenue de toutes mes forces sur d’autres valeurs et vu leur cours actuel, je crois que bien m’en a pris.

Bref, pour en revenir au sujet, la question que je me pose quant à l’investissement de ces liquidités lors d’un krach est la suivante :
-faut-il renforcer des titres sur lesquels on est en forte moins-value (mais dont les bases et les perspectives sont solides) ?
-faut-il les laisser de côté, les zapper, ne pas insister, au moins un temps, sur ces valeurs qui posent des problèmes et au contraire, en profiter pour rentrer sur de nouvelles sociétés ?

J’ai l’impression que psychologiquement parlant, cette deuxième option est plus motivante : un nouveau départ, un reset, une nouvelle virginité boursière, au moins sur une partie du portefeuille.

Bon, je sais ce que vous allez me répondre, ça dépend des titres, ça se regarde au cas par cas, toussa toussa…
C’est d’ailleurs pour cela que je vais peut-être faire un mix des deux options. Mais j’avoue que cela me fait beaucoup cogiter en ce moment.

Par contre, l’intérêt des marchés baissiers c’est qu’on est moins scotché à son ordinateur. C’est fou, depuis que je suis rouge vif, j’ai vachement moins envie de regarder le cours de mes actions.
Merci le mini-krach, tu* m’as libéré du temps.

Dernière modification par Isild (25/10/2018 08h46)

Hors ligne Hors ligne

 

#16 25/10/2018 08h53

Membre (2016)
Top 20 Portefeuille
Réputation :   520  

Le "potentiel" n’est pas forcément appelé à se réaliser. Donc ce n’est pas parce qu’il y a un "potentiel baissier" que la correction du siècle. Et il en est de même pour un "potentiel haussier".

Comme je ne sais donc pas ce que va être l’avenir, pourquoi devrais-je paniquer à la moindre correction des marchés ?

À titre d’exemple personnel
Je pratique mon sport depuis 22 années. Ça fait 15 ans qu’on me répète qu’avec le jeu d’attaque que j’ai, j’ai un sacré potentiel. Encore dernièrement, à alors que j’ai plus de 30 ans…
Et c’est vrai, dès lors qu’il s’agit de placer une "mine" hors de portée de l’adversaire, je me fais sacrément plaisir. Mon jeu d’attaque est plutôt redouté… et je me défends pas trop mal en défense.
Et ça fait 15 ans que ça dure. Pourtant mon niveau n’a jamais explosé. J’avais (j’ai encore ? ) du potentiel haussier. Ce n’est pas pour autant qu’il s’est réalisé. Au contraire même. Ces dernières années mon niveau général a diminué…


le Petit Actionnaire - Suivi de mes investissements dans les dividendes et Éducation financière.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #17 25/10/2018 09h35

Membre (2011)
Top 20 Vivre rentier
Réputation :   205  

ISTJ

Neo, il peut y avoir un juste milieu entre paniquer et investir mécaniquement sans regarder l’état du marché.
En ce moment, il y a tout de même un "faisceau d’indices" qui laisse à penser que le marché à plus de chance de continuer à baisser dans les semaines à venir que de se retourner à la hausse.
Personne n’en est sur évidement mais cela peut donner à réfléchir et il faut s’autoriser à envisager de temporiser quelques semaines avant de réaliser un renforcement mensuel. 

Quelle que soit le timing, le mieux est comme vous le faites d’investir graduellement et régulièrement. Vous y êtes forcé car votre renforcement est lié à votre salaire.
Mais lorsque l’on a des liquidités, on a plus de latitude pour choisir les moments et la quantité du renforcement donc plus le choix entre une approche mécanique et une tentative, peut être vaine de timer un minimum le marché.

Hors ligne Hors ligne

 

#18 25/10/2018 11h00

Membre (2012)
Top 10 Dvpt perso.
Top 20 Invest. Exotiques
Top 10 Entreprendre
Top 20 Finance/Économie
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   386  

INTJ

En sus de la technique du Dollar Cost Averaging, il y a aussi celle du Value Averaging, qui peut permettre d’être plus efficiente sur le PRU final, mais avec l’inconvénient de ne pas savoir exactement au départ combien on aura à investir. Voir le détail sur cette file de Investopedia.
À réserver néanmoins aux sociétés solides et pas aux value-traps.

Je sais qu’on en avait déjà parlé sur le forum (je ne retrouve plus où), donc je ne redétaille pas.

Dernière modification par julien (25/10/2018 11h02)

Hors ligne Hors ligne

 

#19 25/10/2018 11h19

Membre (2016)
Top 20 Portefeuille
Réputation :   520  

Bonjour Ostal,

Je trouve que les deux situations n’ont pas de grandes différences. Personnellement si j’avais une importante somme de liquidités en attente, j’entrerai sur le marché et ce malgré le risque de baisse.
Je le ferai peut-être en plusieurs fois, mais il est fort peu probable que je conserve des liquidités.

C’est d’ailleurs ce que j’ai fait début septembre lorsque j’ai fait évoluer mon portefeuille.
Je me suis retrouvé avec la totalité de mes capitaux à réinvestir, soit 13 ou 14k€. Cela représente tout de même quasiment une année de mes revenus personnels.

En l’espace de 6 où 7 semaines tout était réinvesti. Forcément, mon portefeuille a baissé depuis. Mais je m’en moque. Les sociétés achetées ne sont pas moins solides maintenant qu’il y a deux mois.
Si j’avais su, bien sûr que j’aurais attendu. Mais je ne savais pas. Je n’avais aucune certitude. La baisse était tout à fait possible, mais rien ne la garantissait à 100% non plus.

Je trouve que le "consensus" de la majorité qui s’exprime sur le forum est plutôt négative (y compris de façon générale hors du forum).
Et je peux le comprendre au regard des infos politico-économiques du moment. Cela évacue complètement, de mon point de vue, le risque de krach.

Aussi, je pense qu’une correction n’aurais rien de catastrophique même en étant resté investi.

Bien sur, ce n’est que mon point de vue. Rien de plus.


le Petit Actionnaire - Suivi de mes investissements dans les dividendes et Éducation financière.

Hors ligne Hors ligne

 

#20 25/10/2018 15h46

Membre (2011)
Top 20 Vivre rentier
Réputation :   205  

ISTJ

Isild a écrit :

Bref, pour en revenir au sujet, la question que je me pose quant à l’investissement de ces liquidités lors d’un krach est la suivante :
-faut-il renforcer des titres sur lesquels on est en forte moins-value (mais dont les bases et les perspectives sont solides) ?
-faut-il les laisser de côté, les zapper, ne pas insister, au moins un temps, sur ces valeurs qui posent des problèmes et au contraire, en profiter pour rentrer sur de nouvelles sociétés ?

J’ai l’impression que psychologiquement parlant, cette deuxième option est plus motivante : un nouveau départ, un reset, une nouvelle virginité boursière, au moins sur une partie du portefeuille

Le premier cas de figure que vous évoquez doit effectivement être manié avec réflexion : c’est avant tout notre amour propre qui va nous amener à vouloir renforcer à la baisse une valeur en négatif dans notre portefeuille. Il faut toujours en avoir conscience et s’astreindre à raisonner sur le pourquoi de la baisse : est elle liée à l’entreprise en particulier, au secteur tout entier ? La valorisation actuelle est elle une bonne opportunité par rapport aux futures perspectives de l’entreprise ? A t’on atteint un cours  vraiment bradé ? 

Si l’on prend par exemple le cas des équipementiers automobiles en ce moment, la baisse est avant tout sectorielle, elle a touché tous les acteurs dans à peu près les mêmes proportions. Plus que des mauvais résultats, il y a une défiance générale sur la capacité de ces entreprises à prendre le virage de l’électrique, de la conduite assistée et il y a aussi le fait que les constructeurs révisent à la baisse leurs futurs volumes de vente, ce qui impacte forcément les équipementiers.
La valorisation actuelle de ces entreprises est elle une opportunité d’entrée ? Je n’en sais rien, comme tout le monde. Si je veux essayer de profiter de cette forte baisse pour investir  sur une valeur qui semble solide, deux stratégies possibles :
- commencer à entrer maintenant (ou renforcer) progressivement et continuer si la baisse perdure tout en se fixant un maximum à ne pas dépasser.
- attendre encore en "espérant" que la baisse va se prolonger et atteindre ce qui pourrait être un prix bradé, à la casse comme on dit. Ceci pourrait arriver car la forte baisse ayant déjà eu lieu est due à la défiance sectorielle. Et si, là dessus vient s’ajouter une seconde baisse générale des marchés liée au contexte géopolitique ou macro économique et qui porte encore plus bas ces valeurs, ce pourrait être une opportunité d’achat du fait de cette double peine et là, il faudra y rentrer d’un coup tout en respectant toujours l’équilibre sectoriel global du portefeuille.

Sur votre second point, avoir des valeurs en portefeuille n’est pas une bonne raison pour ne plus s’y intéresser au même titre que d’autres. Il faut juste garder la tête froide pour ne pas tomber dans les travers psychologiques que j’évoquais.

Hors ligne Hors ligne

 

#21 30/11/2018 08h40

Membre (2018)
Réputation :   70  

Flavius a écrit :

A part une valeur (Orpéa) j’ai acheté de l’eurostoxx 50 via ETF. Je pense que dans les 18 mois une bouffée d’optimisme  portera les indices 10 ou 15% plus haut et j’écrèterai à nouveau. J’applique la stratégie que j’ai exposée en début d’année sur ma présentation en fait.

En ce qui concerne l’EuroStoxx 50, j’achète pour ma part des bonus (cappés ou non) sur ce sous-jacent. J’y vois plusieurs avantages:
- cela évite de payer les frais des ETF (certes faibles)
- cela assure une marge de sécurité (si la borne basse n’est pas touchée, on encaisse la valeur du bonus)

Bien entendu, il ne faut pas que la prime à l’achat soit élevée, sinon cela ne vaut pas le coup. On perd également les dividendes versés par les actions composant l’indice. Mais si le bonus rapporte plus que les dividendes, vous êtes gagnant. En cas de bonus cappé, vous limitez la possibilité de vos gains, mais si le bonus n’est pas cappé (ex: Produits de Bourse), je n’y vois que des avantages.

ostal a écrit :

Si l’on prend par exemple le cas des équipementiers automobiles en ce moment, la baisse est avant tout sectorielle, elle a touché tous les acteurs dans à peu près les mêmes proportions. Plus que des mauvais résultats, il y a une défiance générale sur la capacité de ces entreprises à prendre le virage de l’électrique, de la conduite assistée et il y a aussi le fait que les constructeurs révisent à la baisse leurs futurs volumes de vente, ce qui impacte forcément les équipementiers.
La valorisation actuelle de ces entreprises est elle une opportunité d’entrée ? Je n’en sais rien, comme tout le monde. Si je veux essayer de profiter de cette forte baisse pour investir  sur une valeur qui semble solide, deux stratégies possibles :
- commencer à entrer maintenant (ou renforcer) progressivement et continuer si la baisse perdure tout en se fixant un maximum à ne pas dépasser.
- attendre encore en "espérant" que la baisse va se prolonger et atteindre ce qui pourrait être un prix bradé, à la casse comme on dit. Ceci pourrait arriver car la forte baisse ayant déjà eu lieu est due à la défiance sectorielle. Et si, là dessus vient s’ajouter une seconde baisse générale des marchés liée au contexte géopolitique ou macro économique et qui porte encore plus bas ces valeurs, ce pourrait être une opportunité d’achat du fait de cette double peine et là, il faudra y rentrer d’un coup tout en respectant toujours l’équilibre sectoriel global du portefeuille.

Je me pose la question sur les semi-conducteurs pour ma part: ils sont également en première ligne dans la guerre commerciale, ils suivent globalement les fluctuations du Nasdaq (et surtout la chute d’Apple pour STMicroelectronics) et sont en baisse prononcée depuis plusieurs mois.
Je navigue vraiment entre les deux options que vous décrivez:
- j’ai commencé à en acheter récemment car je pense que c’est un secteur d’avenir (STMicro ne travaille pas que pour Apple et Soitec a une technologie qui n’a pas de concurrent à l’heure actuelle)
- le secteur tout entier étant dans une phase de baisse (et je pense que ce n’est que le début pour Apple), ne vaut-il pas mieux temporiser ?

Du coup, j’achète à l’occasion de baisses prononcées, mais n’ayant pas de stratégie très précise, celle-ci n’est pas très optimale…

Dernière modification par investissor (30/11/2018 08h51)

Hors ligne Hors ligne

 

#22 25/12/2018 23h47

Membre (2014)
Top 20 Année 2021
Top 20 Dvpt perso.
Top 5 Vivre rentier
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   636  

ENTJ

Bonjour.

Actuellement très liquide , sur mon patrimoine mobilier , je suis investis à 10% sur un etf monde.

Les 10% représente 65000 euros environs.
Les 90 autres sont soit en attente , dans un PEL ou AV ainsi que des liquidités qui vont arrivé jusqu’en mai 2019.

Bref , je vais pouvoir renforcer à la hausse comme à la baisse avec un objectif 95% sur ETF monde sur mon capital mobilier.

J’ai étudié le fait que de tout mettre d’un coup est plutôt bénéfique mais psychologiquement mettre 1 demi millions une shot est assez dur.

Voici des pistes que j’ai creusé : une baisse sur le PRU de 10% fait que je renforce en mettant le double pour arriver à 5% OU je divisé le patrimoine mobilier que je dois investir et me fixe une date mensuelle ? Hebdomadaire ?

Pour ceux qui avait des liquidités en grande quantité , comment avez vous fait ?


Maintenant je profite !!!

Hors ligne Hors ligne

 

#23 26/12/2018 00h15

Membre (2016)
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   151  

Bonjour

Je suis un peu dans votre situation.
Pour minimiser le temps passé et surtout le regret, personnellement je fais ça : 5k€ d’investissement action par mois de rythme normal, 3k€ minimum et 10k€ maxi.

Je décide d’aller plus vers les 10k€ (en ce moment je vise 8k€) selon ma perception du marché.
Vous pouvez aussi le faire suivant un critère objectif (baisse de 10% sur votre pru, baisse de 20% sur un sommet) ou encore de validation (per an prochain <15) etc…

Ensuite trading à date et heure fixe avec un rappel (toutes les semaines me concernant).


Markets are not perfect, but everybody else is worse

Hors ligne Hors ligne

 

#24 26/12/2018 14h06

Membre (2016)
Top 20 Année 2022
Top 10 Année 2021
Top 20 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 5 Banque/Fiscalité
Réputation :   1383  

Bonjour cricri,

J’imagine que vous connaissez cet article de Fructif.

Entre début 2017 et cet été, j’ai investi progressivement un 5ème de votre somme, le marché a été haussier sur la période, j’ai perdu en faisant du DCA, j’aurais mieux fait de faire one shot comme dans l’article de Fructif.

Je ne l’ai pas fait car investir one shot contraint d’avoir des idées d’investissements au moment où on a les fonds ce qui n’était pas mon cas.

Votre 1ère "chance" est d’avoir choisi le lazy en ETF, vous n’avez pas à vous poser la question "sur quoi investir".

Votre 2ème "chance" est qu’on vient de perdre 14% sur le plus haut du CW8, c’est toujours plus agréable d’investir à moins cher que cela ne l’était hier.

Maintenant c’est quitte ou double.

Soit vous faites oneshot, et à long terme vous serez de toute façon gagnant, quitte à manger votre pain noir quelques mois encore si la baisse se poursuit.

Soit vous faites du DCA à versement mensuel égal*, sur 6 à 12 mois comme recommandé par Fructif, et dans ce cas, si la baisse se poursuit super, vous aurez un meilleur prix demain qu’aujourd’hui, sans avoir l’assurance d’aller chercher le point bas mais vous aurez davantage de chance de l’atteindre, par contre vous courrez le risque que le marché reparte à la hausse rapidement et dans ce cas le one shot aurait été plus judicieux.

*ainsi vous investissez plus quand ça baisse et moins quand ça monte (en nombre de parts) faire autrement revient à essayer de faire du market timing et tout le monde sait que cela ne fonctionne pas.

Vous avez deux solutions, aucune n’est parfaite car pour les départager il faut connaitre l’avenir. Ayez en tête leurs défauts propres, choisissez et passez de bonnes fêtes de fin d’année quoique vous fassiez. smile


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Fortuneo 12470190 Degiro Linxea iGraal Saxo RedSFR BSDirect eBuyClub

Hors ligne Hors ligne

 

#25 26/12/2018 15h02

Membre (2014)
Top 20 Année 2021
Top 20 Dvpt perso.
Top 5 Vivre rentier
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   636  

ENTJ

Bonjour.

Oui en effet je connais l’article.

Après le one shot est plus rémunérateur d’après les statistiques.

Mais je pense différemment car il y a quand même 25% de chance que le one shot soit moins profitable que le DCA.
Et si on était à la veille d’un réel crach ?

Je préfère donc risqué de gagner moins que risqué de perdre beaucoup car je suis en phase de CONSOMMATION à partir de juin 2019.


Maintenant je profite !!!

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur