Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Favoris 3   [+4]    #1 02/08/2015 15h49

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   221  

Hello

Je ne fais pas de locatif mais j’aime bien bricoler et j’ai fait pas mal de choses dans ma maison.

Ou je "tilt" et même si je n’ai aucune expérience significative à apporter, je me permet de faire la remarque suivante.
Dans ma conception de tirer un revenu d’un bien locatif, il y a l’idée d’y avoir à faire le moins de travaux d’entretien et de rénovation du bien afin de réduire les période d’inoccupation, les interventions dans l’urgence etc …. Toutes ces opérations mangent du temps et de l’argent.

Hors, excusez moi, mais pratiquant Brico-Dépôt et ses concurrents et donc leurs produits, je ne vois pas vraiment de matériaux capables de tenir dans le temps et sans se défraichir ou se dégrader. Les cuisines sont vraiment de piètre qualité, comme les carrelages, les peintures etc …
J’ai donc un sérieux doute sur la tenu de ces appartements dans quelques années.

De mon coté, j’aurais plutôt imaginé ouvrir un compte chez un PointP, Gedimat ou autre afin déjà de ne pas payer le prix couillon et payer à 30 jours fin de mois. Donc déjà de 30 à 60 jours de trésorerie de gagner.
Ensuite ces enseignes permettent l’accès à des produits de type collectivité. je prends l’exemple du carrelage. J’ai fait mon garage il y a quelques temps avec du grès/cérame teinté dans la masse, pas vilain de qualité, catégorie collectivité/industrielle de type grand passage. J’ai payé 6.5 euros le mètre carré chez PointP ! Pour du locatif c’est quasiment indestructible ! Et PointP en a des milliers de mètres carrés en stock, je complète ou je ramène le trop acheté contre remboursement.

Pour les peintures, j’avais ouvert un compte particulier chez le distributeur exclusif Sikkens pour ma région. Donc j’ai touché des peintures de très grande qualité au prix des produits moyen de gammes (de la merde dit autrement) de Leroy Merlin et Castorama ! Après 9 années, ces peintures n’ont quasiment pas bougées chez moi !
Ce grossiste me donne accès aux tapisseries, revêtements de sol etc ….

Pour l’électricité, le câble est au même prix partout. Par contre pour les équipements, il y a des distributeurs sur internet (choisir des sociétés connues sur le marché ayant magasin et pignon sur rue) qui proposent du Legrand, du Hager ou d’autres marques reconnues a des prix acceptable. Et sur ce poste, c’est la sécurité du bien locatif qui se joue. Je suis désolé, mais les produits de Bricot Dépot avec leurs marques inconnues sont plus que douteux et j’en ai fait les frais avec un disjoncteur que j’avais testé (bien m’en a pris de l’avoir testé, il a fondu dés le premier test). Maintenant ils ont peut être maintenant d’autres produits, mais cela vaut il le coup de gagner 3 francs 6 sous et de prendre des risques ?
Au niveau maçonnerie, faire très attention aux agglos de Bricôt Dépôt et consort. Ils ont une fâcheuse tendance à s’effriter, même avec la marque NF ! Idem au niveau laine de verre, le rouleau de marquage identique (R, longueur, largeur, épaisseur) est plus léger de quelques kg chez Bricôt Dépôt que chez Point P ! A t’on la même performance ? j’ai mesuré la largeur des 2 rouleaux, bricôt Dépôt m’a baisé de 2 cm, pas Point P.

Je ne parlerai pas de la qualité des bois de ces enseignes, le constat et le même, sachant que la scierie du coin m’a fait les même produit de qualité très supérieur pour seulement quelques % de plus. Mais à la pose, pas de soucis, rien à reprendre, tout est allé très rapidement et sans problème ! Combien de temps ais je gagner ? Plusieurs heures sans doute.

Au niveau plomberie, idem, ouvrir un compte chez un distributeur pro. Mon père a entretenu sa chaudière pendant 30 ans avec des pièces venant de chez un distributeur pro, pour un coup de pièces dérisoire comparé à la grande distribution. Quand j’ai fait mes travaux de chauffage central, j’ai fait de même, j’ai pu accéder à tout le catalogue de pièces du grossiste (bien m’en a pris pour les raccords pas compatibles et cela ne m’a pas couté grand chose) et j’ai pu accéder à des produits vraiment de haute qualité et plutôt sympa (intégralité catalogue Acova ….).

Bref, pour moi du locatif, cela doit être "durable", comme une action de rendement que l’on ne regarde qu’une fois par an. Et la, je pense que la qualité des matériaux est fondamentale. Ces matériaux ne doivent pas se casser, pas s’user, pas se défraichir rapidement. Et dans ce domaine, seuls les distributeurs/grossistes pour les pros (ils vendent très souvent au particulier) permettent l’accès à ces produits.

Ce n’est que mon opinion, mais je reste persuadé que cela vaut le coup d’investir à l’origine pour réduire au maximum ensuite ses coûts récurrents d’’entretien et de rénovation.

Maintenant, comme on dit, c’est celui qui fait qui a raison, et je ne fais pas (peut être un jour), alors que vous, vous faites. Bravo a vous et encore merci pour vos retours d’expérience que j’étudie avec le plus grand intérêt.

A+
Zeb

Mots-clés : départ locataire, locatif, rénovation


Tout ce qui peut merder, va inévitablement merder.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 03/08/2015 10h56

Membre
Réputation :   77  

Philosophie HLM: du neutre qui dure, la déco personnalisée se fera par les rideaux, les meubles.


Parrainage Direct Énergie: 101 208 555

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #3 09/08/2015 08h22

Membre
Réputation :   110  

Bonjour,

titoux a écrit :

Pour les bricoleurs…du lambris dans une salle de bain, est-ce envisageable ?

Est-ce adapté pour des pièces humides…et suffisant à côté de la baignoire ou doit-on impérativement garder l’idée d’une crédence pour la baignoire ?

Négatif, le cache misère se paie très cher dans le temps. On récolte se que l’on sème.

L’humidité s’accumule derrière le lambris et un jour c’est l’isolation au plâtre qui tombe, plus un mur à assécher.

La  lambris n’est pas adapté à une pièce humide, même le lambris PVC.

Salle de bain = peinture pièce humide de bonne qualité (sur toile ou pas suivant le mur) ou carrelage et surtout une très bonne ventilation.

Pour le sol
Prenez du PVC, ca résiste à la casse, au talon aiguille, au liquide ébouillanté mais attention, prenez du PVC 5mm. Je sais c’est cher, mais ca résiste même aux locataires indélicats.
Bien sur un pose digne d’un professionnel s’impose, c’est a dire on lésine pas sur le ragréage ni la colle. Sinon aucune utilité de poser ce type de PVC.
Pour le plinthe, idem même pvc.

Ce type de PVC se pose aussi en salle de bain sous condition de pose ci dessus.

Pour le reste ZEB à tout dit

Cdt

Dernière modification par bascarol (09/08/2015 08h34)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 2   [+2]    #4 09/08/2015 21h24

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   509  

Bonjour.
Voilà ma contribution 

"Comment je procède ?
- je n’achete pas de premier prix
- je cherche du moderne
- je veux que cela ne soit pas chère .
- même quand c’est pas chère , je veux encore moins chère .

On mélange tt :

1: je prospecte les ventes privée sur internet :
- peinture ( j’ai acheté de la peinture 15 euros la même peinture qu’on trouve en magasin à 59 euros ) delux valentine satin pot de 6 litre
du coup , j’ai remplis mon garage .
- radiateur : toujours sur des ventes privée : inertie seche avec corp en fonte de marque thomson 200 euros le 1500 watt par exemple a la place de presque 600.

2 : les soldes
- cuisine : exposition 8000 euros à -70% belle neuve monté ( quel gain de temps )  2 cuisines.. négocié à -80% et oui c’est passė… 2 belles cuisines à 16000 les 2 payés 3000.
- les sols : du beau parquet en fin de série vendu 9 euros à la place de 18 euros 8mm d’épaisseur et possibilité de les mettres dans une salle d’eau .
négocié à 6 euros car j’ai pris tout le stock… donc pas de perte pour le magasin sur les invendus et cela les débarrasse.. beau parquet gris .. il y avait 200 m2 j’ai tt pris…

Je stock dans mon sous sol.. j’ai pas chère et de bonne qualité le chauffage ,la peinture , les cuisines , et certains meubles ( je fais du lmnp )

Avantage : avoir des bons matériaux permet d’augmenter la valeurs de votre bien
avoir des bon matériaux permet d’avoir une certaine tranquillité d’esprit ( normalement cela tient dans le temps )
Avoir de bon matériaux permet aussi de trouver un locataire rapidement ( MÊME EN PROVINCE ) et de demander des garanties ( autant en profiter quoi )

Et tout cela pas chère , c’est possible.
Pour conclure , internet tout les jours ( 5min ) et soldes les premiers jours..
autre chose , je privilégie le gris et le blanc en couleurs…"

Voici un exemple de cuisine
celle là acheté 1300 euros

Dernière modification par cricri77700 (09/08/2015 22h10)


Maintenant je profite !!!

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 07/05/2018 13h08

Membre
Réputation :   35  

2 /3 élèments récents qui ont bien marché et pas forcément excessifs.

*  Peinture julien fonds très difficile : sur un plafond taché par d’anciennes fuites ,couvert en 1 passe et bon pour finition. De même sur de vieilles poutres sombres et recouvertes d’un traitement bois , 1 passe de fonds très difficiles puis finition pas de remontées alors qu’avec une peinture à l’eau classique même en 2 passes impossible.

* pas cher et ça marche , la lessive de soude avec un peu de colle papier peint pour décaper , voir recettes sur you tube . A ce tarif on peut repasser plusieurs fois et ça marche . Suivi d’une neutralisation au vinaigre blanc et  d’un rinçage. J’ai récupéré un encadrement de portes avec de la peinture au plomb.
( NB même parfaitement décapés , les bois qui ont été recouverts au plomb ne ressortent pas à 0 au controle du diagnostiqueur mais ils ressortent quand même conformes car en dessous du seuil)

* Enduit C7 pour un peu tout , de l’enduisage au collage , redressage , bien pratique en sac de 15 kgs , pas trop cher chez br… man.

* l’outil de decoupe multifonction parkside, un must pour toutes les petites decoupes .Il coute 29,90 euro et rend d’innombrables services pour énormément de choses. Achetez un casque ou des boules quiès car le bruit est élevé.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 3   [+2]    #6 19/04/2019 10h34

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   651  

Bernard2K a écrit :

chez un marchand de peintures pro. C’est ce qu’achètent les pros et, si je n’ai pas comparé précisément les prix, ça ne semble pas plus cher ou à peine plus cher qu’en GSB

Chez les marchands de peinture pro les réductions sont très importantes pour les pro (40% régulièrement tout l’année, parfois 60%). Astuce pour en bénéficier (testé par didi avec succès) :

- se présenter avec son numéro de siret de lmnp (ou tout autre) et dire "je fais de la rénovation, voici mon n° de Siret, j’ai droit à combien avec un compte pro ?" Aucune question ne vous sera posée si vous acceptez le paiement comptant. Le but est juste d’être référencé dans le listing des pros qui viennent au magasin et bénéficie automatiquement des réductions maxi. Sur les 3 boutiques où j’ai pratiqué (Tollens, Sikkens, Seigneurerie), aucune n’a vérifié le n° de Siret, ni quoique ce soit d’autre.


Ceux qui dansent sont pris pour des fous par ceux qui n'entendent pas la musique (Nietzsche)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 19/04/2019 11h00

Membre
Réputation :   29  

Trahcoh a écrit :

Où achetez-vous ces peintures Seigneurerie, Théodore, Tollens svp?

Pour la Théodore, regardez mon post, j’ai mis des liens dedans.

Je confirme que si vous venez avec votre avis sirene dans les magasins pro, ça marche impeccable pour ouvrir un compte pro avec paiement comptant :

Avis de situation au répertoire Sirene

Par exemple, je n’achète plus de silicone en GSB qui vendent ça au prix de l’or, je me fournie chez WURTH qui offre des silicones de qualité pro aux alentours de 5 euros. Il y a tous les type de silicone, y compris des silicones gris, chêne etc.. Idéal pour siliconer les joints de dilatation de parquet, carrelage, etc !

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #8 14/05/2019 22h13

Membre
Réputation :   1  

francois136 a écrit :

Les peinture de grandes surfaces de bricolage, je ne touche pas !

Pas entièrement d’accord.

Je suis artisan en plus d’être investisseur et marchand de biens et je peux vous assurer que la renaulac mate à 27 € de chez brico est largement acceptable. Pas de traces de reprises, couvre étonnamment bien. Passe à l’airless tranquille. Seul bémol, la blancheur un peu limite.

Ensuite on monte en gamme mais je ne peux pas en parler car jamais acheté les pots renaulac plus chers.

Sinon, seigneurie excellent mais je n’en mettrai que chez moi, jamais chez mes locataires.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 26/05/2020 16h27

Membre
Réputation :   35  

Bonjour

1/ pourquoi ne pas changer le plan de travail , vu le prix ce n’est pas la ruine ce sera propre et efficace

2/ 4 chaises hautes bien sur, ne pas sous estimer les recherches auprès de magasin tels que centrakor

3/ franchement le rose et la baignoire … personnellement je ferais le changement.La facture est déductible de votre résultat et quand on fait du beau , ça se loue mieux.  De plus les gens focalisent beaucoup sur la cuisine ( on n’a pourtant jamais si peu cuisiné! ) et sur la salle de bain ( sans commentaire ! ).

4 / pour les luminaires notamment en IP 44 ( salle de bain ) , c’est souvent galère ou pas beau. Pour l’IP 44 , j’ai plutôt une bonne expérience par un fournisseur allemand ( bk licht , je crois) via amazon ; hors IP 44 , IKEA a des luminaires sympa et généralement faciles à poser.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 26/05/2020 17h01

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   651  

1/comme @Darkvadehors

2/ Ce n’est pas les fournisseurs qui manquent comme le géant Suédois ou - tabouret.fr parmi d’autres

3/ Avez vous conscience de faire fuir sans doute 3/4 des locataires potentiels et les meilleurs avec ce très vieux rose ? Vous même si vous avez le choix entre la sdb de votre arrière grand mère et une design, vous faites quoi ?
Le coût est une charge qui se déduit du résultat et permettra d’augmenter sans aucun doute votre loyer.

4/ Lemer Roilin, Brico du pot tout le monde fait de l’IP 44 à des prix raisonnables en cherchant un peu.

Par pitié, c’est d’une telle froideur… mettez des trucs au mur, des tapis (même en nu) une déco harmonieuse et réussie c’est un signe de distinction pour avoir un loyer élevé et plus de candidats (et les garder).

Dernière modification par DDtee (26/05/2020 17h02)


Ceux qui dansent sont pris pour des fous par ceux qui n'entendent pas la musique (Nietzsche)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 26/05/2020 21h50

Membre
Réputation :   3  

Dav26

Pour la table pourquoi ne pas mettre des charnières avec un pied escamotable, la table pourrait être montée et démontée rapidement.
A voir sur la durée sur la solidité de la réalisation

Ou alors installer un système de ce genre

Ce n’est pas une pub juste un exemple. Je ne connais pas la règle sur le forum par rapport au lien vers un site marchand. Je pense qu’une image vaut mieux qu’un long discours parfois.

Facile à installer et à ranger si il y a des armoires dans le logement.le seul inconvénient est le risque d’avoir un locataire un peu brutal et peu regardant sur l’utilisation parfaite du système. On peut y ajouter un pied a clipser pour solidifier le tout.

Pour poursuivre dans cette optimisation de l’espace je pensais à des chaises de bar pliantes facile à stocker et gain de place au quotidien pour la personne vivant dans le logement. J’ai vécu dans 30m carré avec 4 chaises de bar que je ne pouvais pas ranger donc j’ai eu le temps d’y réfléchir.

Je fourmille d’idées …. dommage que le temps et l’argent me manquent pour ce genre d’aventures. …c’était le point du post qui n’a rien à voir avec le sujet

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 5   [+2]    #12 27/05/2020 10h38

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   262  

Je suis d’accord avec DDtee sur le principe même si je le trouve un peu sévère : on peut entendre qu’il y ait des étapes dans les rénovations voire nécessité de louer un peu avant de refaire des travaux qui sont plus complexes surtout lorsqu’on reloue facilement.
Décoller la  faïence sur placo est souvent un grand moment qui finit avec bien plus de boulot que prévu.
Chez la plupart des gens il y a bien pire… ce qui n’empêche certes pas de se distinguer avec mieux.

Je vais expérimenter dans quelques mois ce matériau pour refaire une salle de bains sans casser la faïence :
Revêtement mural salle de bains
Je l’ai vu dans un hôtel très chic cet hiver, le rendu est top.

Dav26 : pour les luminaires, j’utilise des spots leds fins sans encastrement à double intensité, blanc chaud et bland froid. ça plait aux locataires car moderne, neutre et économique.
Il y en a de différents diamètres et puissance chez LM ce qui permet d’équiper salle de bains, WC, cuisine voire les autres pièces :
Luminaire Spot Manoa
Ils ont une bizarrerie mais les gens semblent s’y faire : c’est en utilisant l’inter principal par un appui ou deux que l’on allume en blanc froid ou chaud.

Dernière modification par Range19 (27/05/2020 10h53)

Hors ligne Hors ligne

 

[+6]    #13 09/06/2020 07h37

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   394  

Dernière rénovation.

Cout materiaux environ 5000€ pour un studio de 24m2 avec chambre séparée. Plafonds refaits pour faire une isolation phonique et thermique correcte. Electricite refaite, plomberie passée dans les cloisons. Cuisine récupérée chez des amis et meubles achetés sur lbc.

Temps passé 9 mois soit environ 600h (confinement et vacances déduites, 3 jours/sem env). J’avais eu des prix de rénovation de l’ordre de 900€/m2 (à la louche, hors mobilier).

Sejour avant


Après


Salle de bains avant (qui était la cuisine et une micro salle de bains)


Après

Dernière modification par lachignolecorse (09/06/2020 16h35)


Faire et laisser dire

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 4   [+3]    #14 10/06/2020 16h22

Membre
Réputation :   15  

Mes petits conseils pour optimiser ses réparations de biens immobilliers :

-Erreur n°1 vouloir tout faire soi-même. Vous allez perdre du temps en mois, et ce temps perdu ce sera des loyers en moins.

-Erreur n°2 le pas cher, et plus particulièrement tout ce qui touche à l’eau. L’eau c’est l’enemi n°1 d’une maison. Je conseille de faire appel à des pros pour cette partie. ( et pour le toit aussi, pour des raisons de sécurité aussi ).

-Erreur n°3 les douches à l’italienne. Ce ne sera jamais étanche à long terme ( conseil de mon frère travaillant dans le milieu ), en plus ça coute cher, et ça n’apportera pas de PV sur votre loyer.

-Erreur n°4 mettre des prix trop bas partout.
On ne peut pas faire d’économie sur tout. Plomberie, isolation, système de chauffage, toit. Tenter de faire des économies et ou l’impasse sur un de ces points créera souvent des problèmes et/ou un surcoût futur.

-Erreur n°5 vouloir réparer à tout prix.
Même si il est possible de rafistoler cette veille serrure, un jour ou l’autre elle va lacher et votre locataire sera pas content, il appellera peut-être un serrurier et vous enverra sans doute la facture …
Ou encore cette veille cuisinère au gaz dont la moitié des interrupteurs ne marchent pas ?
Et cette boite aux lettre qui n’a même plus de fond et dont la serrure est rouillée ?
Vous devrez quand même changer ça dans 5-10 ans, alors autant le faire de suite.

-Erreur n°6 : se surestimer
Non, faire du plafonnage droit et plat n’est pas facile, idem pour la pose de carrelage.
Non pour couler une chape de béton il ne suffit pas de creuser, de poser des grilles en métal et de couler le béton dessus. Non ce n’est pas avec une toute petite machine que vous pourrez couler vous même vos 24 m² de béton, oui il vaut mieux faire appel à un camion ( je vous jure que j’en ai déjà vu des gens pareils )

Conseils si vous voulez faire des murs pas trop cher ni trop épais :

le combo metal stud + panneau de gyproc. Très peu de surface utile perdue.

Conseils pour le plancher :

Le parquet est pas cher, mais il faut l’entretenir ( cire, ponçage ) c’est pas forcément mieux que du carrelage sur le long terme.
PS 2 : toujours acheter plus de carrelage que nécessaire, au moins un m², pour les éventuels futurs carrelages cassés, et les éventuelles modifications future qui peuvent demander du carrelage. Gardez bien les références

Conseil 4 : les cuisines d’occasion

Vous seriez étonné de voir combien de bobos sont prêt à se débarasser à vil prix de leur cuisine, car plus à la mode et trop fainéants pour l’amener au contenaire. Pour le coup ça peut faire une très très grosse plus value à votre maison.

Conseil 5 : gestion des déchets de chantier

Il est très important d’avoir une bonne gestion de vos déchets de chantier, ça peut potentiellement vous éviter de louer un contenaire et/ou de faire 1000 AR et de perdre de l’essence.

Conseil 6 : les gaines éléctriques

On les tailles perpendiculairement. D’abord pour que le mur reste "entier", ensuite pour des raisons de sécurité. Il peut être tentant de les tirer de travers pour économiser du fil, mais c’est rarement une bonne idée. Et surement illégal au passage donc attention aux assurances si problème il y a.

Conseil 7 : récupérer prises, interrupteurs, baignoires, miroirs, portes, boite aux lettres, WC, évier, piquets de clotures ..

Si vous avez de la patience ou du temps, certains éléments peuvent se récupérer un peu partout/trouver d’occasion pas cher. Ce qui peut faire baisser la facture de quelques milliers d’euro parfois. Mais il faut être sur du bon état des objets en question.

Je repasserai pour donner d’autres conseils, si j’y pense.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 12   [+7]    #15 17/10/2020 08h08

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   394  

J’ai toujours beaucoup bricolé en plus de mon travail de salarié et en devenant rentier en 2015, cela s’est intensifié. En refaisant des biens de A à Z, tous mes outils sont morts en 2 ans maximum. Toutes les marques dexter, skill, Bosch vert,… n’ont pas tenu le choc et j’ai remplacé par des marques pro. J’achète parfois ces marques pour un outil dont l’usage sera ponctuel.

De plus, l’electroportatif pas cher est se dégrade rapidement par rapport à du pro. Je travaille uniquement avec aspiration pour tout ce qui est poncage, decoupe de bois. Les raccordements a l’aspiration ne tiennent pas dans la durée (c’est prévu pour des cartouches). Donc 6 mois après l’achat d’une ponceuse dexter à 50€, vous passez votre temps à mettre du scotch pour continuer à utiliser l’aspiration… ça énerve…

J’ai essayé ryobi, le perfo a duré 3 mois… et je ne suis pas fan de la solution tout sur batterie, ça manque de puissance pour certaines application et sur une longue durée, il faut compter le coût du remplacement des batteries (durée théorique 5 ans).

En marque pro, je suis parti sur le bosch pro un peu par hasard. J’aurai pu aller chez Dewalt, makita, metabo… j’ai trouvé une visseuse bosch 18v d’occasion (quasi neuve) entièrement équipée (renvoi d’angles, mandrin excentré…). J’ai ensuite acheté un perforateur où j’utilise les batteries de la visseuse. Coût 500€ env pour l’ensemble, je les utilise tous les jours depuis 3 ans.

Pour le reste, je reste en filaire :
- scie gkt 55 avec rails
- ponceuses GEX 150 et GSS
- outil multifonction metabo
- disqueuse Bosch vert (la seconde en 5 ans)
- aspi karcher wd6 (increvable… malgré les kg d’enduit)
- lamelleuse gff
- rabot metabo dh330
- defonceuse bosch pof 1400
- scie sous table gts 635-216
- metabo kgs 216
- metabo LF 724


J’ai aussi gardé d’anciennes machines comme une plongeante kity que j’utilise pour faire le travail "sale" comme recouper les bas de porte (avec lame chinoise pour les clous…).

L’outil multifonction  est probablement celui qui est utilisé le plus souvent.

Pour certaines applications peu fréquentes et nécessitant robustesse j’ai choisi  scheppach (malaxeur, perforateur 9J).

Je n’ai jamais essayé parkside. Mais d’après les échos, je pense que ça ne tiendra pas la route pour mon usage. Sauf peut-être pour un aspirateur d’atelier. La marque Erbauer me semble pas mal non plus pour un amateur averti.

J’achète mon matériel essentiellement sur internet et en Allemagne pour bosch (etrona.de, reidl.de.. ), en france pour metabo  . Les consommables sont achetés en allemagne chez svh24.de. Sur bosch, compter -10 a 20 % qu’en France. Sur consommables -30 à 50%…

Achat en novembre : makita 9403J

Chacun achète selon son usage et surtout son envie. Je ne regrette pas d’être passé par de "petites" marques, c’est un passage nécessaire quand on est débutant. Inutile de commencer par du festool… mais quand on aime bricoler et acquis une certaine expérience, on peut se faire plaisir.

Ne pas oublier que le temps c’est de l’argent, donc ne pas hésiter à acheter l’outil qui vous fera gagner quelques heures.

Pour les finitions, je pense qu’il faut investir dans le matériel qui vous donnera la meilleur finition du support. Donc bon enduit avec faible retreint (éviter ceux en gsb qui contiennent trop d’eau) et une bonne sous-couche partout. Je n’utilise que des peinture de chez tollens car je les connais et j’achète en grand conditionnement (15l mini).

Idem pour les composants électriques. Je ne monte que du legrand. Acheté chez 123elec,  les disjoncteurs sont au même prix que les chinoiseries en gsb.

Plomberie idem… internet. Discount-plomberie.com est une bonne base

Dernière modification par lachignolecorse (18/10/2020 00h43)


Faire et laisser dire

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #16 25/10/2020 02h08

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   394  

Il y a vraiment de tout dans les magasins de bricolage. Leroy Merlin a le vent en poupe depuis 3/4 ans, depuis l’acquisition la réorganisation ratée de castorama par king fischer. Ils ont eu beaucoup de mal à migrer les systèmes informatiques, et le management a eu beaucoup de mal à s’adapter à la nouvelle organisation/nouveaux produits, sans compter la clientèle qui a l’impression de se faire pigeonner en retrouvant des produits identiques entre 2 enseignes ayant des réputations différentes. Leroy Merlin en a profité pour améliorer sa relation client. Les prix en gsb sont élevés, l’offre assez large (sur du basic) et la qualité pas toujours au rendez-vous. J’ai beaucoup acheté chez Leroy Merlin au début (pour raison pratique). Je dépensais facilement 15000€/an en 2016/17. A l’époque, je n’avais pas de visibilité sur les volumes, ni sur la qualité.

Avec le recul, j’ai appris à acheter plus qualitatif et/ou moins cher. Quelques exemples :
- disjoncteur 20A borne auto Legrand 7,19€/p contre Lexman 6,99€/p
- colle carrelage 25kg weber flex 23.40€/p contre axton 24.99€/p
- joints 15/21 fibre 2,96€/100p chez discount plomberie contre 5,05€/100p chez LM
- té 16 multicouche 3.35€ chez discount plomberie contre 5,10€ chez lm
- contreplaqué 15mm 1200x2500 34€ chez descamp contre 58€ chez lm

Un des exemples les plus amusant est un support de douchette que lm vend à 12€ et que j’ai trouvé sur Aliexpress à 2€+2€ de port. J’en ai 5 pour le même prix. Ce sont strictement les mêmes avec les mêmes vis de fixation. Pour trouver sur ali, vous allez sur la fiche de l’article chez lm, vous sauvegardez la photo et vous recherchez sur ali avec la photo. Ça prend 30 sec et pas besoin de parler chinois. Certes, vos supports arrivent 5 semaines plus tard mais dans votre boîte aux lettres.

Ce sont des petits montants mais additionnés sur une année,  cela représente plusieurs milliers d’euros en ce qui me concerne.

Pour les magasins comme point P, sfic, descamps, panofrance, dispano… vous trouvez parfois les mêmes produits qu’en gsb mais en marque pro. Il faut comparer les prix et pour du basique, ils sont souvent alignés sur les produits grands public (voir colle flex cité ci-dessus qui est de meilleure qualité que celle en gsb). Par contre, vous trouvez un tas de produits spécialisés non disponibles en gsb, j’achète :
- nattes de désolidarisation
- bacacier avec isolant
- panneaux type valchromat, cp
- peintures


Certains fournisseurs ont développé des produits destinés aux gsb (suivant cahier des charges gsb). Je connais le cas de Semin pour les enduits et tollens. Pour les enduits, il y a une différence importante de qualité de produit. Celui en gsb est à 27,80€/sceau alors qu’en magasin pro, j’achète du perfectliss à 22€/sceau. J’ai beaucoup moins de rétreint sur le perfectliss (il doit contenir moins d’eau car il sèche beaucoup plus vite aussi). Il y a une autre différence entre ces 2 produits : la marge de la gsb.

Étant sur un marché concurrentiel, chacun des fournisseurs a sa place, sa clientèle. Les fournisseurs pro auraient déjà mis clef sous la porte si les gsb savaient alimenter les sociétés du btp, mais ça n’est pas leur marché.

Aujourd’hui je bascule beaucoup sur du fournisseur pro. Leroy Merlin représente 30 à 40% de mes dépenses et me sert surtout pour les finitions mais la part gsb continuera à diminuer.

Je suis allé cette semaine chez un fournisseur pro chez qui j’ai acheté 1 pot de peinture il y a un an (ça m’étonnerait qu’ils me déroulent le tapis rouge). À la caisse, on me dit : ça fera 293€, moins la remise (je n’ai rien demandé), ça fera 177€… merci madame.  Donc n’hésitez pas… comparez (qualité, prix) et après vous déciderez.

Dernière modification par lachignolecorse (25/10/2020 17h12)


Faire et laisser dire

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #17 25/10/2020 09h48

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   262  

Un point à considérer au delà de la rentabilisation pure d’outils de qualité.
En se dépatouillant avec ce que l’on a plutôt qu’avec ce qu’il faut, on peut se blesser. Et ça n’a pas de prix. Certaines machines mal foutues, peu puissantes ou fragiles sont potentiellement dangereuse. Des bidouillages finissent avec des tendinites (déjà qu’avec le bon matos…).
Avec de bons outils, on souffre moins, en se fatigue moins, on fait moins d’erreurs… et on limite le risque d’interruption plus ou moins durable du chantier.

Autre point à considérer : les équipements de sécurité. Nous en faisons souvent l’impasse, à tort.
J’utilise systématiquement des lunettes de protection (des varionet avec correction depuis quelques années, d’autres sans correction avant), des gants variés selon ce que je fais, avec une attention particulière pour les produits chimiques et selon  le type de travail des tenues appropriées.
Pour être sûr de ne pas faire l’impasse, toujours avoir un kit minimal avec masque à poussières, gants, lunettes et chaussures de sécurité + petit nécessaire de soins.
J’utilise à tort très peu les chaussures de sécurité mais vais m’améliorer.
Je me suis fait piéger récemment en ne les portant pas pour retirer un radiateur… C’est passé près !

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #18 26/10/2020 15h41

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2248  

Sujet du jour : rangement et stockage

Tout d’abord, quel est notre besoin de rangement et stockage ? Le besoin dépend de :

Fréquence de déplacement :
- le bricoleur qui retape ou améliore sa RP n’a pas besoin de déplacer ses outils. Il va s’aménager un joli atelier dans son garage, avec établi, rack, tiroirs, etc.
-l’investisseur immobilier qui retape un bien à la fois a besoin de déplacer ses outils, mais assez peu souvent (il change de chantier tous les X mois).
- un artisan qui fait des dépannages ou de l’entretien, lui, peut déplacer ses outils 10 ou 20 fois dans la même journée !

Quantité à déplacer :
- l’artisan qui fait des dépannages ou de l’entretien transporte peu d’outils et fournitures sur lui, mais il a presque toujours de nombreux outils et fournitures dans le camion, "au cas où". Ainsi, il peut voyager léger quand il se présente chez les gens, car il a son petit magasin mobile dans son utilitaire (et ce qui n’est pas dans le camion est à son dépôt ; et ce qui n’est ni dans le camion ni au dépôt est chez le grossiste).
- l’investisseur immobilier qui retape un bien à la fois n’a évidemment pas un utilitaire équipé avec les nombreuses cases dans lesquels les artisans rangent leurs outils et fournitures. Par contre, du fait qu’il intervient sur de nombreux corps de métier, il peut avoir un volume d’outils et de fournitures à déplacer nettement supérieur à celui de l’artisan qui fait un seul corps de métier et qui sait ce dont il aura besoin sur tel chantier.
Sachant que la loi de Murphy a un corollaire qui dit : "si on laisse un outil ou une fourniture à la maison, c’est de celui-là qu’on a besoin". Du coup, on est forcément tenté de voyager avec tout le matos.

Robustesse nécessaire :
- un bricoleur ou un investisseur immobilier se déplace assez peu, et est seul en charge de ses outils. Il peut espérer être soigneux et n’avoir pas besoin d’une robustesse extrême.
- un artisan déplace ses outils toute la journée, plus de 200 jours par an, et il travaille dans des environnements agressifs (chutes, rencontres violentes avec des outils, échaffaudages, etc). Il a donc besoin d’une robustesse extrême pour ses boîtes de transport.

Si ça vous intéresse, je vais vous expliquer où j’en suis :
- pendant longtemps, je bricolais peu (forcément, comme locataire, on a peu l’occasion de pratiquer). Donc je stockais outils et fournitures comme je pouvais : carton, cagettes… C’est peu pratique, de temps en temps un carton se déchire et on retrouve à ramasser des centaines de clous…
- un beau jour, j’en ai eu marre et j’ai acheté des boîtes de rangement de 26 litres "Fitty" de Castorama. Avantages : 1,9 € pièce, standardisé, empilables (même s’il faut bien viser). Inconvénients : pas très solide (mais toujours plus qu’un carton). Mais surtout le GROS inconvénient : il n’y a pas de couvercle adapté. Ca ramasse la poussière, les copeaux… Je n’ai pas trouvé la solution à ce gros inconvénient. Je complète cette quinzaine de boîtes à tout faire avec 3 boîtes à outils thématiques (une "électronique", une "général" et une "menuiserie"), deux grosses boîtes Fitty également mais en 44 litres, et un gros coffre en longueur (pour les outils vraiment longs qui ne rentrent pas dans les plus grosses Fitty). Enfin, l’électroportatif, lui, reste dans les boîtes plastiques dans lesquels il est vendu. Si chaque boîte est bien conçue en elle-même, c’est vrai que ces dizaines de boîte de taille variable, qui glissent les unes sur les autres, et dont on ne peut porter que deux à la fois sous peine d’en échapper, finissent pas être bien peu pratiques.

Toute la question est :
- faut-il continuer comme cela (en mettant une feuille de plastique ou de carton par-dessus les boîtes pour protéger un peu leur contenu, ce qui résoudrait tant bien que mal le principal défaut) ?
- faut-il passer à des systèmes professionnels (avec des boîtes entre 30 et 70 € pièce, sans parler des bacs, séparateurs ou inserts mousse qu’on peut être tenté d’y mettre) ?
- entre les deux, faut-il acheter des boîtes un peu plus solides et avec couvercles, mais en restant dans les gammes des magasins de bricolage ou de Ikea (dans les 10 à 20 € la boîte environ) ?

Du coup, pour essayer de répondre à cette question, j’ai exploré un peu mieux les systèmes professionnels de rangement… Il y a un lien avec l’éléctroportatif pro : les marques d’électroportatifs pro vous fournissent généralement une caisse en plastique "pro" qui vous fait de facto rentrer dans l’un ou l’autre de ces systèmes pro.

Explorons donc (seulement en surface car on pourrait en faire des tartines) les systèmes pro de rangement et de manutention pour outils et fournitures.

1) Tanos et Festool sont des marques allemandes qui font partie du groupe TTS Tooltechnic Systems. C’est un relativement petit groupe, puisque Festool réalise environ 600 millions de chiffres d’affaires annuel alors, que les concurrents ont des chiffres d’affaires qui se comptent en milliards et même bien plus. Tanos fabrique un système de rangement appelé Systainer, utilisé notamment pour les outils Festool mais pas seulement.

La version la plus ancienne « Systainer classic » s’empile et se verrouille, ce qui est pratique et apprécié. Ce système hyper rationnel a contribué à la fascination pour les outils Festool qui sont si chers mais si bien conçus. Mais, dans le système Classic il y avait besoin de clipser et déclipser 4 attaches, ce qui est fastidieux.
Il y a donc de nouvelles versions du Systainer, notamment avec le "T-loc", avec sa poignée en forme de T arrondi, que l’on voit sur les boîtes du bas de l’image suivante :

La poignée rotative a 3 positions : 1 position pour la boîte ouverte, 1 position pour la boîte fermée et verrouillée avec la boîte du dessus, et une position pour la boîte verrouillée avec la boîte du dessus mais ouverte (ce qui permet donc d’ouvrir cette boîte, tout le dessus de la pile formant un seul gros couvercle). C’est très pratique, se manipule d’une main.
Le Systainer se présente sous forme d’une boîte dont la base mesure 40x30 cm, avec 4 hauteurs dénommées I,II, III, et IV, respectivement 105, 157, 210 et 315 mm de haut. Les versions plus hautes du Systainer sont donc un multiple en 1,5, 2 ou 3 de la version la plus basse. On peut donc empiler des boîtes de hauteur différentes et avoir quand même des piles de même hauteur totale.
Il y a une seule poignée sur le dessus.
Il y a 4 emplacements pour étiquettes format cartes de visite de façon à bien identifier le contenu des boîtes.

Compatibilité :
- le T-loc est rétrocompatible avec le système classique. Quand on a des deux, il faut mettre le système T-loc sur le dessus, et les classic sur le dessous (à moins quee ça ne soit l’inverse !)
- 2 caisses Systainer côté à cote tiennent sur un chariot à roue de transport pour des « euro box » empilées (Une "euro box" est une caisse plastique standard de base 40x60 cm. Cette compatibilité est logique puisque la base du Systainer mesure 40 x 30 cm, donc deux côté à côté ça fait 40x60 cm. Cette standardisation "euro" vient de la palette Europe ou EPAL, qui mesure 1200x800 mm. Sur une telle palette Europe, on met 4 "euro box" ou 8 "systainer" par niveau. D’où l’intérêt de ces dimensions standard 30x40 cm.)
Côté électroportatif : Festool commercialise bien sûr ses outils dans des boîtes Systainer. Hitachi et Triton aussi. Metabo, il semble que oui avec le système Metaloc, à vérifier. Makita utilise le système Makpac, basé sur l’ancien modèle de Systainer et les boîtes sont bien compatibles ; mais il semblerait qu’il n’y ait pas d’accord de licence et que Makita ait donc quelque peu piraté le modèle Systainer, d’où le fait que cette compatibilité n’est pas revendiquée officiellement.

La L-Boxx a une histoire différente :
Sortimo est une entreprise allemande (comme Tanos). Grossiste de matériels de fixation (vis, chevilles), le fondateur voit ses clients artisans empiler sachets, cartons, petites boîtes, et identifie donc le besoin d’une boîte de rangement. Il lance en 1973 une valise de rangement métallique qui devient un quasi-standard de l’industrie.
L’entreprise continue à se développer et à innover. Elle travaille notamment à une bonne intégration avec les habillages intérieurs de véhicules utilitaires, pour que tout puisse être fixé pendant les trajets (ordre, rangement et sécurité, on sait que les Allemands ne rigolent pas avec cela). En 2009, elle lance la L-boxx.
Bosch remarque cette L-Boxx et l’adopte pour ses matériels pros dès 2010. La collaboration mène à la création d’une joint-venture avec Sortimo : BS-systems, qui développe la L-boxx en cherchant notamment à la fourguer à un maximum de partenaires (exemples : Förch, Fisher, Buderus…) pour l’imposer en quasi-standard de l’industrie. Néanmoins, si le nombre de partenaires est élevé (plusieurs centaines),les marques très connues sont peu nombreuses ; et, côté fabricants d’outils électroportatifs, il me semble que seul Bosch pro l’a adopté (ce qui fait que, si l’on adopte ce système, on n’a pas le choix de sa marque d’électroportatif ; alors qu’en Systainer on peut mixer Metabo, Festool, Makita, Hitachi…).



Description d’une L-boxx :
La base est de taille 445x 358 mm (environ 5 cm de plus dans chaque dimension, par rapport aux Systainer). Les hauteurs sont de 118 mm (nom de modèle : 102), 152 mm (136), 254 mm (238), et 390 mm (374). S’il y a ainsi deux valeurs différentes de hauteur, cela vient des excroissances de 16 mm de haut, situées sur le dessus d’une boîte, dans lesquelles les ergots de la boîte du dessus viennent se clipser. Ainsi, une boîte modèle "136" mesure 152 mm de hauteur "hors tout" mais, dans une pile, son vrai encombrement entre ses deux voisines sera de 136 mm.
Toutes les boxx ont une anse sur le dessus, pour les porter comme un panier ; les versions les plus basses (102 et 136), ont aussi une poignée sur le côté, pour les porter comme une valise.
Les Boxx se clipsent juste en posant une boîte au-dessus de l’autre.
Pour déclipser, en revanche, il faut appuyer de chaque côté donc il faut les deux mains.
Les versions plus hautes du container ne sont pas un multiple entier de la petite version.
Ne tiennent pas sur un support pour euro box. Bosch commercialise un chariot à roues et un diable pliant adaptés au transport de L-boxx empilées.
Comme sur le système T-loc, on peut ouvrir une boîte située plus bas dans la pile sans dépiler ; la pile au-dessus de cette boîte bascule puisqu’elle est fixée sur son couvercle ; attention à ne pas se laisser surprendre par le poids de ce couvercle.

Point commun : L-boxx et Systainer sont en ABS : plastique rigide et solide mais qui peut casser ; certains propriétaires de systainer se plaignent que des morceaux (chips) se sont cassés avec le temps.

Enfin, le géant américain Stanley Black & Decker a deux systèmes :

- le Tstak

- le Tstak ne doit pas être confondu avec le T-loc de la marque Tanos. Ce système est commercialisé dans les marques Stanley Fatmax et Dewalt. Les outils Dewalt sont (parfois) commercialisés dans ces boîtes (sachant que Dewalt est la marque « pro » du groupe, tandis que Black&Decker est la marque grand public, de façon similaire à Bosch bleu et Bosch vert).
Une boîte Tstak a une base de taille 440 x 331,7 mm, ce qui la situe entre les dimensions d’un Systainer et celles d’une L-boxx.

- Le Tough System

- Le Tough System a une base de dimensions 550 x 336 mm. A peine plus profond que le T-stak, il est nettement plus long et plus costaud. Destiné à transporter les matériels et fournitures de chantier. Etanche aux projections d’eau (il y a un joint sous le couvercle). Ils sont en train de sortir le Tough System 2.0.

Tstak et ToughSystem sont en polypropylène, un plastique solide mais un peu plus souple que l’ABS ; pour être plus solide on en met plus épais, ainsi le Tough System revendique des parois de 4 mm d’épaisseur.

Evidemment, ces différents systèmes (Systainer, L-Boxx et Tstak) ne sont pas compatibles entre eux puisque chaque entreprise veut que vous veniez chez eux et que vous y restiez.

Chaque système rivalise bien sûr de nombreux accessoires : tiroirs, séparateurs, bacs, mini-boîtes, inserts en mousse, etc, qui sont bien commodes pour ranger les petits outils et fournitures, mais qui coûtent un oeil.

Un point commun de tous ces systèmes : une fois empilé, ça roule grâce au diable ou au chariot à roues. Mais si on doit les porter, ça devient très lourd et encombrant. Par exemple, l’artisan qui fait des dépannages, souvent en étages sans ascenseur, il va sans doute préférer un sac à outils en tissu avec une bandoulière ; certains sont grands, avec de nombreux rangements, très pratiques. C’est plus léger, et du fait que c’est une base plastique et tissu, on se fait moins de bleus, alors que ces grosses boîtes rectangulaires, on n’arrêt pas de s’en mettre des coups dans les jambes !

Au final, est-ce que le particulier ou même le bricoleur très sérieux ont besoin de tels rangements pros ? Sachant que même les artisans ont très rarement un ensemble harmonisé de tels boîtes (on voit très rarement une entreprise débarquer sur un chantier avec une pile de boîtes toutes compatibles et toutes de même couleur) ?

Et vous, où en êtes-vous côté rangement, stockage, logistique ? Quels choix avez-vous faits ?

Edit pour ajout de :
Post-scriptum : relation entre électroportatif et boîtes de rangement.

Dans l’électroportatif grand public, les boîtes plastiques sont souvent conçues exprès pour ce modèle-là. Dans un ensemble d’appareils électroportatifs, il n’y a donc pas deux boîtes pareil. A l’inverse, dans l’électroportatif pro, les boîtes plastiques sont standardisées. C’est l’insert en mousse ou en plastique dur qui est personnalisé pour ce modèle-là.

A priori, choisir telle marque d’électroportatif pro, cela vous marie de force avec tel système de rangement, puisque la boîte de ce système de rangement vous est fournie avec : Bosch pro est fourni avec la L-boxx, Festool avec le Systainer, et Dewalt avec le Tstak.

Pourtant, rester avec cette marque de rangement n’est pas forcément obligatoire. Pourquoi ?
- l’avantage d’utiliser la boîte fournie avec (et son insert pile prévu pour cet appareil-là), c’est que ça tombe merveilleusement bien. Tout est rangé, rien ne bouge. Sauf qu’à l’usage, ces boîtes sur mesure sont passablement énervantes. Souvent, si vous ne remettez pas la poignée, le capot, le câble, les accessoires, exactement à l’endroit prévu, la boîte ne se referme pas. Et ça, c’est énervant. On passe du temps à ranger l’outil exactement comme il était quand il était neuf, ce qui n’a pas grand intérêt.
- A l’inverse, utiliser une boîte de transport non prévue pour cet appareil, ça veut dire que celui-ci va bouger un peu plus dans la boîte. Mais vous pouvez enrouler le fil grossièrement autour de l’appareil, et ça rentre. Vous pouvez laisser la poignée, le capot, les accessoires tels qu’ils sont après l’usage, et ça rentre quand même. Vous pouvez ajouter plein de consommables, et ça rentre quand même.
- utiliser une boîte de transport non prévue pour cet appareil, ça veut dire aussi que vous pouvez mettre plusieurs appareils dans une même boîte. Des appareils relativement petits peuvent très bien cohabiter à plusieurs dans la même boîte. A force de multiplier les appareils électroportatifs, on multiplie le nombre de boîtes. Les empiler avec ces systèmes professionnels qui se clipsent, c’est bien joli, mais ça fait toujours autant de boîtes, ça occupe beaucoup de volume, et on transporte surtout du vide. Alors que grouper les appareils par 4, 5 ou 6 par boîte, ça fait une grosse seule boîte à attraper à la fois, plutôt que plein de petites boîtes, et ça occupe moins de volume au total. Bon, évidemment, dans un tel rangement à plusieurs appareils par boîte, on fera particulièrement gaffe aux appareils qui ont des pièces fragiles et/ou dangereuses (comme les lames du rabot).

De mémoire, j’ai assez souvent vu des artisans stocker leur électroportatif dans des caisses différentes de celle fournie par le fabricant ; et j’ai aussi souvent vu plusieurs appareils électroportatifs entassés dans une seule grosse caisse.

On peut donc, par exemple, acheter du Bosch pro sans L-boxx, puis entasser plusieurs de ces appareils dans une grosse caisse Dewalt Tough System. On peut aussi entasser le perfo (de n’importe quelle marque) et ses nombreux accessoires dans une même grosse boîte bien solide (de n’importe quelle marque). On peut se constituer une caisse à outils où sont rassemblés la perceuse-visseuse et tout ce qui va avec, à savoir un gros assortiment de forêts, fraises, vis et de chevilles ; assortiment qui ne rentrait pas du tout dans la boîte d’origine de la visseuse.

Or, ces systèmes de rangement "pro" veulent vous faire croire qu’ils sont la seule solution "pro", pour ensuite pouvoir vous vendre toute la gamme. Pour savoir quelles sont les solutions "pro", regardons ce que font les pros :
- boîte à outil compacte et portable (souvent en métal, plastique, cuir, ou tissu), pour pouvoir être portée facilement y compris dans les étages sans ascenseur (cas des dépannages nombreux, type serrurier, plombier)
- cohabitation de divers systèmes de rangement acquis au fil du temps (des L-boxx, des Systainer, des cartons, des caisses…)
- en vrac dans le camion (ça existe aussi !)
- rangé dans des grosses caisses qui peuvent parfois être fabriquées maison (par exemple en contreplaqué).
- Flight Case, Pelicase (très utilisées notamment par les gens du spectacle, qui sont des gens généralement très bien organisés)
- Caisse "euro" (30x40 et 40x60) etc.
- le véhicule est la vraie caisse à outil. Je connais un gars qui a une camionnette super bien équipée. Dedans, il y a absolument tout ce qu’il lui faut, bien rangé. De là, il transporte ce dont il a besoin dans une caisse à outils ou un panier à outils, dont l’importance est secondaire, parce que la vraie caisse à outil, c’est le véhicule. Par contre, c’est le mode d’organisation le moins logique et adapté pour un bricoleur amateur, qui ne va pas se constituer un utilitaire dédié avec tous ses rangements.

Voilà, ce post-scriptum est juste pour dire que tel outil rangé très exactement dans sa boîte prévu par le fabricant, c’est très propre, très net, mais que c’est aussi une contrainte. On peut s’en affranchir et développer ses propres modes de rangement. Les pros sont loin d’être tous équipés en systèmes de rangement "pro" mono-marque, tels que les marques essaient de nous les vendre. Il faut donc une bonne dose d’esprit critique pour adopter progressivement le mode de rangement adapté à son besoin.

Pour approfondir :
une présentation en video des 4 principaux systèmes pro (en anglais mais vous pouvez mettre la traduction automatique des sous-titres) : Stacking Tool Box Brand Comparison - YouTube
Une discussion intéressante sur ces 4 principaux systèmes pro (en anglais) : Modular Tool Box Systems Compared: L-Boxx vs. ToughSystem vs. Systainer vs. Tstak
Une discussion très intéressante aussi sur copain des copeaux, avec des réflexions très pertinentes sur le choix des outils et des systèmes de rangement, et qui fournit plusieurs méthodes pour faire un insert en mousse sur-mesure pour adapter un outil à une caisse : Le système Systainer, chez Festool et d’autres - copain des copeaux

Dernière modification par Bernard2K (04/11/2020 09h07)


Ma formation Youtube : "s'enrichir par l'analyse technique de la beta-fluctuation des cryptos pour réussir dans l'immobilier"

En ligne En ligne

 

Favoris 1   [+1]    #19 03/11/2020 15h23

Membre
Réputation :   3  

Pour ceux disposant d’une imprimante 3D, il est possible de se faire un cyclone pour quelques euros :



Modèle récupéré sur Thingiverse

Dernière modification par neil (03/11/2020 15h24)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 2   [+1]    #20 07/11/2020 17h47

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2248  

Le topo du jour : les serre-joints.

En introduction, voici le lien vers la video d’Olivier Verdier, menuisier, sur le sujet des serre-joints :
MES SERRE JOINTS BESSEY ET AUTRES - YouTube

Passons maintenant en revue les principales catégories existantes :

Serre-joint à une main


Ce type de serre-joint est mis en avant par tous les magasins de bricolage. Pourquoi ? Parce que la plupart des gens ne sont pas encore équipés, donc c’est l’occasion de leur vendre un truc nouveau.

Personnellement, j’ai testé la version montrée en photo, achetée chez Lidl 7 € les 4 en 150 mm de long, et qu’on trouve en GSB pour 2 à 4 fois plus cher. On trouve aussi en GSB des trucs un peu plus costauds, par exemple un Wolfcraft en 300 mm pour 22 €… ce qui semble très cher pour un truc qui reste en plastique.

A l’usage :
- c’est super pratique car il se règle, se serre et se desserre très vite.
- la force de serrage est TRES limitée. Dès qu’on serre un peu fort, rien qu’avec nos petits doigts, on risque de le casser. En quelques jours d’utilisation, j’en ai déjà 2 qui ne fonctionnent plus, alors maintenant je modère mon ardeur

(EDIT : en fait ils n’étaient pas cassés. J’ai enlevé les 4 vis, ça se démonte et se remonte facilement. L’un était bloqué par une pièce de plastique étrangère (un truc tombé dedans au montage), l’autre l’axe était sorti de son axe. Ca reste peu solide… mais il semble donc que ce soit souvent réparable)

. Bon, dans une grande marque ça sera un peu plus solide, mais il ne faut ne pas en attendre de miracle quand même. Cf par exemple cette discussion où les gens constatent que, même de bonne marque, ce type de serre-joint a tendance à casser (mais que c’est souvent réparable, heureusement) : Serre joints automatique powerfix lidl - copain des copeaux
Je suis pas aussi négatif qu’Olivier Verdier sur ces serre-joints. Je trouve que c’est super pratique, à condition de le réserver aux usages où il n’y a pas besoin de serrer fort : fixer une planche pour la scier, fixer un rail de guidage, fixer un tuyau d’aspiration, etc. Dans ce cas, on gagne du temps. Mais, dès qu’on a besoin de serrer fort, et notamment pour le collage il faut prendre un "vrai" serre-joint sous peine d’abîmer son jouet en plastique.

Noter qu’il existe des serre-joint "rapides" dans les "vraies" marques de serre-joint, et c’est alors vraiment solide et puissant, avec un mécanisme à crémaillère en métal… mais ce n’est pas du tout le même prix. Par exemple :
- une presse de table, en 160 mm de long, avec patin de serrage en plastique (donc plutôt conçu pour le travail du bois, et notamment pour la fixation de rail de guidage), est disponible chez Festool à 45 € sous la référence FS-HZ 160 ; on trouve le même sous marque Bessey pour un peu moins cher, en référence GTR16S6H tellement identique qu’il est probable que Bessey fabrique pour Festool. Cette presse est indiquée "jusqu’à 2400 N". C’est un très bon outil, très pratique.

- une presse à serrage rapide Bessey référence GH coûte dans les 42 € pièce en 160 mm de long (elle sera un peu plus versatile en 200 mm à 48 € et il existe toutes les dimensions jusqu’à 1 mètre) ; elle est donnée pour une puissance de serrage "jusqu’à 8500 N" ce qui est une valeur tout à fait comparable à celle d’un serre-joint à vis de la même marque. Il s’agit donc de matériel puissant et fiable. Le galet de pressage est ici métallique, ce qui est bien adapté pour le travail du métal et notamment la soudure mais n’empêche pas de l’utiliser pour le bois :

Video (en allemand mais les images parlent d’elles-mêmes) : Vergleich BESSEY Hebelzwinge GH und Ganzstahl-Schraubzwinge GZ - YouTube
EDIT : pour avoir eu en main ces presses GH : elles sont très solides mais aussi très lourdes, car même lorsque la tige est courte (160 ou 200 mm), les sections restent massives. Pour fixer temporairement une pièce de bois ou un rail de guidage, on aura très rarement besoin d’une presse aussi solide et on ne voudra pas manipuler des centaines de fois ces presses aussi massives. Pour les usages où l’on a besoin de davantage de force (notamment les collages), on a aussi besoin d’être très progressif dans le serrage, donc on préférera un modèle qui se visse progressivement (à vis ou à pompe).
Au final, les presses série GH de Bessey sont de très beaux outils. Mais pour de la menuiserie, on aura rarement besoin d’autant de force de serrage ; c’est plutôt recommandé pour les gens qui soudent des pièces d’acier relativement massives.
En serre-joint rapide pour la menuiserie, je recommande donc plutôt :
- les serre-joints "une main" ; très pratique au quotidien, tout en sachant qu’il ne faut pas forcer dessus et que donc les usages de type collage nécessiteront d’utiliser des serre-joints à vis ou à pompe ;
- ainsi que les merveilleux petits serre-joints rapides Festool FS-HZ 160 ou Bessey GTR16S6H.

Le serre-joint (ou la presse) à vis



Par rapport à un serre-joint "à une main", ce serre-joint est plus long à mettre en place, à serrer, puis à défaire. Mais il est beaucoup plus puissant dans son serrage. On va pouvoir l’utiliser en menuiserie pour les collages, ou pour fixer quelque chose qui va être soumis à de fortes contraintes ou de fortes vibrations.

Variantes de la presse à vis :

La presse "de table"


C’est une variante de la presse à vis, avec le mors fixe qui est tout plat, pour pouvoir se fixer sans abîmer la table. La forme presque carrée du mors fixe correspond aussi au mode de fixation par-dessous de rail de guidage de marque Festool et peut-être d’autres.

La presse à mors parallèles ou "à grande surface de serrage"


C’est un serre-joint à vis, dont les mors sont larges et plats. Ainsi, ils ne marquent pas les pièces de bois serrées, ce qui évite de devoir mettre des cales-martyr.
Inconvénient : ça coûte un œil !

Le serre-joint à pompe


Avec le serre-joint à vis, c’est l’autre grande famille. Très proche dans sa conception, il ajoute une pompe, qui contient une double vis, avec pour effet de transformer un mouvement rotatif en mouvement linéaire. Donc, la pompe pousse le mors mobile vers la pièce à serrer, sans que ce mors ne tourne. Le serre-joint à pompe permet de serrer encore plus fort que le serre-joint à vis.

Autres catégories, moins fréquentes :
La presse en C


De faible longueur maxi de serrage, elle serre fort. C’est utilisé pour des assemblages de précision ou pour tenir des pièces lourdes mais fines (comme des plaques de métal, pour les souder).

La pince à ressort


Là aussi, les magasins de bricolage cherchent à nous vendre cela. De faible écartement, sans réglage de la force de serrage (qui risque donc d’être souvent insuffisante), ça ne sert vraiment pas à grand chose. J’en ai une paire, et je m’en sers une fois tous les 10 ans. Tant qu’à avoir une faible force de serrage, autant utiliser un serre-joint à une main : on a davantage d’ouverture et de saillie, c’est davantage réglable, donc c’est bien plus versatile.

Les serre-joints à dormant


ils sont fixés sur un grand rail. Ils servent typiquement à coller des planches ensemble pour constituer des panneaux (par exemple si l’on veut fabriquer un plateau de table).
Avantages :
- puissants
- grande capacité
Inconvénients :
- chers
- lourds et encombrants
- la saillie (la "profondeur de la mâchoire") est faible.

Variantes du serre-joint à dormant

Le serre-joint à têtes mobiles

Les deux têtes se fixent sur un "tube" de section rectangulaire ou bien sur un tasseau. Exemple :

Voir ici : Irwin TM130 Serre-joint à têtes mobiles: Amazon.fr: Bricolage (ce modèle est de marque Irwin, marque américaine qui fait partie du groupe Stanley Black&Decker).
Typiquement, on va fixer cela sur un tube rectangulaire de 1 pouce par 1,5 pouce en acier, ou en alu, ou sur un tasseau en bois. La dimension impérative est la largeur (1 pouce soit 25,4 mm) ; l’autre dimension peut être plus grande qu’1,5 pouce, pour gagner en rigidité (surtout si c’est du bois). Sans l’avoir utilisé, il me semble clair que, si c’est fixé sur du bois, on va être limité en force de serrage et d’autant plus si c’est sur du sapin comme on voit sur la photo. Le tasseau va flamber, se déformer, peut-être se fendre à l’endroit du trou.
Voici une sympathique vidéo d’un gars qui se fabrique des serre-joints dormants fixés sur des tasseaux en chêne : Serre joint dormant en bois avec presse en fonte. ? - YouTube
Bon, lui il avait le plateau de chêne, tant mieux pour lui. Mais si on doit acheter du tasseau de chêne pour les fabriquer, ils vont revenu cher… Le meilleur rapport solidité/prix s’obtiendra sans doute en les fabriquant avec du tube acier rectangulaire… à condition de trouver les bonnes dimensions.

Le serre-joint à tube



Même principe que le précédent, mais fixé sur un tube de section ronde.
Avantages :
- déplacer la partie mobile est facile car elle est bloquée par des lamelles-ressort. Il suffit d’appuyer sur ces lamelles pour déplacer la partie mobile.
- les deux parties du serre-joint sont bon marché. Chez Bessey par exemple, la référence BPC-H34 se trouve pour 32 € en France. A noter qu’il existe la BPC-H34, qui se fixe sur un tube en acier 3/4 de pouce (dit aussi 20x27), et la BPC-H12 qui se fixe sur un tube 1/2 pouce (dit aussi 15x21). Personnellement, il me semble que tant qu’à acheter ce type de gros matériel, autant prendre la version la plus grosse, donc BPC-H34.
- le tube acier est bon marché car c’est une fourniture ordinaire pour le chauffage (on le trouve en acier noir et en acier galva).
- pour le montage du serre-joint, il suffit que le tube soit fileté à une seule extrémité. Si l’on trouve à acheter un tube fileté aux deux extrémités, il pourra donc être recoupé en deux.
- les "têtes" peuvent être adaptées sur des tubes de toute longueur. Aussi, en utilisant des tubes filetés aux deux extrémités et des raccords pour les assembler ensemble (chercher des "manchons 3/4"), on peut assembler un tube aussi long que l’on veut. Ainsi, avec des tubes de 1 m de long, on pourrait avoir des serre-joints qui feraient 1000 mm en standard, mais peuvent se démultiplier en 2 ou 3 mètres de long pour des besoins peu courants…

EDIT : j’ajoute un outil peu commun : les "éléments de serrage" MFT-SP de Festool :

D’un côté, un serre-joint à une main utilisé en mode pousseur. De l’autre, une butée de table en plastique. Ca permet de fixer des pièces sur une table de type MFT de Festool. L’avantage c’est que ça laisse le dessus de la pièce entièrement dégagé, pour pouvoir la raboter, la poncer, etc. C’est vendu 90 € la paire de serre-joints ! Chacun y va de sa solution pour essayer de ne pas casser la tirelire : excentriques ; copies chinoises ; serre-joint une main "hacké", et même pistolet (pour cartouche de joint) hacké également !

Mine de rien, ne pas oublier la pince-étau qui rend de sacrés services dès qu’on veut fixer ensemble deux pièces minces (comme deux plaques de métal). J’ai vu aussi une pince-étau attachée à une corde et utilisée pour hisser des plaques de bacacier depuis un toit : ce n’est pas pas top au niveau sécurité (ne pas rester en-dessous), mais très pratique !
La presse à cadre sert à coller ensemble des pièces en forme de carré ou de rectangle (un cadre, une chaise, une table). En gros, c’est une sangle à cliquet, avec des coins. Les sangles à cliquet (les mêmes que pour fixer le chargement d’un véhicule) sont utilisées sur le même principe, pour serrer ensemble des pièces de grandes dimensions.
EDIT suite à la remarque de gunday : ajout du serre-joint à angle, pour coller des assemblages en angle. Notez que si on a 4 angles droits (cadre, chaise, table) on peut les coller tous d’un seul coup en utilisant plutôt la presse à cadre.

Mentionnons pour finir le serre-joint de maçon, que l’on serre uniquement en tapant sur la partie mobile : c’est certes très utile pour tenir des coffrages, ce n’est pas un outil qu’on va utiliser en menuiserie ou en bricolage général.

Qu’est-ce qu’on peut en dire, en conclusion ?
- Chaque serre-joint a son usage ;
- les serre-joint premier prix sont de la daube. J’ai des serre-joint à vis dont la partie mobile ripe sur la tige (donc, quand on serre la vis, la partie mobile recule au fur et à mesure : c’est très énervant) ; sur ces mêmes serre-joints, les protection plastique des mors s’en vont dès la première utilisation… J’ai aussi des serre-joints à pompe dont la pompe s’est cassée (j’ai peut-être serré un peu fort…). Et les serre-joint à une main qui cassent dès qu’on serre un peu fort. Bref, c’est de la merde, comme dirait Jean-Pierre Coffe !
- préférer des "bonnes marques". Les marques les plus fréquemment citées par les menuisiers amateurs ou professionnels sont notamment Bessey, Piher, Urko. Si on ne les trouve pas dans les magasins de bricolage, il faut aller voir dans les comptoirs pro d’outillage (et notamment chez Prolians) ou bien dans les magasins en ligne.
- idéalement, il faut un assortiment de serre-joints de longueur différentes. Et il faut plusieurs serre-joints de même longueur (au moins 4). Mais le problème, c’est que ça finit par chiffrer très vite. Par exemple, un youtubeur montre deux racks à serre-joint avec deux douzaines de serre-joints Bessey, dont une douzaine "à mors plats". Seul problème : il y a en pour 1200 € dans ce qu’il montre, et pourtant, 24 serre-joint de différentes longueurs, c’est un assortiment "de base", car on a vite besoin de beaucoup de serre-joints en menuiserie.
- un serre-joint 1000 mm peut serrer un truc de 20 cm de large ; par contre un 300 mm ne peut pas serrer une étagère de 90 cm de large. Alors, on pourrait se dire : "y’a qu’à prendre que des grands ; qui peut le plus peut le moins". Sauf que les grands sont chers, sont lourds, encombrants, font très mal si ils  vous tombent sur les pieds, cassent le carrelage si ils tombent sur le carrelage… On évite donc de les prendre si on n’en a pas absolument besoin.

Au total, mon "plan pour les serre-joints" pourrait être :
- acquérir un premier lot de 4 vrais bons serre-joints en 400 mm de long. Ca, j’ai en besoin puisque ceux que j’ai sont en train de rendre l’âme (ce sont les serre-joints à pompe dont la pompe a un coup de pompe).
- à moyen terme, acquérir 4 vrais bons serre-joints à une main, type Bessey ou Festool. Ca, je n’en ai pas vraiment besoin urgemment, puisque j’ai les serre-joints en plastique (qui vont péter les uns après les autres)… mais qu’est-ce que c’est bien…
- acquérir 4 (ou plus) serre-joints à tube (ou à dormant ?), avec des tubes de 1 ou 1,2 mètres, ce qui couvrira mes besoins de serre-joints de plus de 400 mm, pour un coût modique et un encombrement moindre qu’un assortiment de serre-joints longs…

Et vous, où en êtes-vous, niveau serre-joints ? Avez-vous des conseils à donner ?

EDIT : mise à jour. Après avoir tout bien réfléchi, j’ai commandé :
- 6 serre-joints Piher MM saillie 7 cm longueur d’ouverture 25 cm. Ce seront donc mes "petits" serre-joints, en complément de mes serre-joints à une main, qui sont plus rapides à manier mais fragiles. Donc les une-main, pour fixer rapidement quelque chose, les Piher MM, pour les collages et autres usages qui demandent une force à la fois importante et progressive. + protecteurs PVC pour éviter de marquer le bois, réf 30023 (l’unité est un blister de 4, donc de quoi équiper 2 serre-joints).
- 6 serre-joints Piher Maxipress modèle F longueur d’ouverture 50 cm. Ce seront les "gros" serre-joints, notamment pour fabriquer des planches contrecollées. + protecteurs PVC pour éviter de marquer le bois, réf 24010 (l’unité est une paire, donc de quoi équiper un serre-joint).
Tout ce qui précède me revient à 250 € chez Lomibois. J’ai pris Piher car c’était légèrement moins cher que Bessey et que les maxipress ont très bonne presse (ah ah).
- 10 têtes mobiles de serre-joints dormants, à fixer sur un tasseau en bois. Même modèle que le Irwin de couleur bleu-violet montré ci-dessus, mais en marque Leman (11 € pièce, au lieu de 30 € environ chez Irwin et 22 € environ chez Silverline ! Tant qu’à acheter des chinoiseries, autant éviter de les payer cher !). Pourquoi ce choix, par rapport aux serre-joints à tube ? Cela permet de rester très léger : les têtes sont légères et peu encombrantes, on peut ranger les 10 dans une petite boîte. Les tasseaux de bois pourront être légers (section 25x50 environ). Ca se démonte et se range facilement. Au pire on jette les tasseaux et on en refabrique la fois suivante. Ce sont donc des "dormants portables", ce qui est rare, car habituellement les dormants sont de grands machins très lourds, et c’est tout l’intérêt de ce choix ! Alors que les serre-joints à tube sont quand même des "agastrasses", comme on dit chez nous (= des trucs lourds et encombrants).
Ca c’est pour faire des plateaux et autres assemblages, sans limite de longueur. Certes, ces serre-joints ont peu de force de serrage. Les sites qui osent donner un chiffre parlent de 2000 N. Mais ma réflexion, c’est que pour faire de beaux panneaux, il vaut mieux serrer de manière bien répartie. 10 serre-joints à 2000 N appliquent 20000 N de force totale, soit autant que 4 serre-joints de bourrins à 5000 N chacun. On a la même force de serrage mais mieux répartie : on évite de déformer le panneau, on a un joint de colle d’épaisseur régulière, et on évite de marquer les bords du plateau… Ces 10 serre-joints dormants me sont revenus à 125 € avec le port chez FTFI (sans compter le bois sur lequel les fixer, certes), ce qui est imbattable au niveau du prix (un seul serre-joint à mâchoires parallèles chez Bessey, dans la meilleure qualité et en grande longueur, coûte pas loin de ce prix-là).

Sur les quantités : plus on met de serre-joints, plus on répartit l’effort, donc moins on risque d’abîmer le montage en serrant comme un bourrin. Il vaut mieux davantage de serre-joints et moins forcer sur chacun. D’après ce que j’ai vu, le défaut de l’amateur est de mettre trop peu de serre-joints et de forcer trop sur chaque serre-joint pour compenser.
J’ai pris 6 des modèles courants ; 4 auraient été trop peu ; 8 auraient été encore mieux mais il faut bien savoir s’arrêter. Sur les dormants, 8 auraient pu suffire, mais 10 permettront de bien répartir l’effort sur des fabrications jusqu’à 3 mètres de long. 12 ou 14 auraient été encore mieux, mais il faut bien savoir s’arrêter…

Dans un monde idéal, j’aurais aussi des petits serre-joints de table type Bessey GTR16S6H ; mais ça va dépendre un peu de quel établi + scie circulaire ou plongeante + rail de guidage je m’équipe (ou non), donc on verra plus tard.

Dernière modification par Bernard2K (20/11/2020 12h44)


Ma formation Youtube : "s'enrichir par l'analyse technique de la beta-fluctuation des cryptos pour réussir dans l'immobilier"

En ligne En ligne

 

Favoris 8   [+3]    #21 08/11/2020 00h50

Membre
Réputation :   53  

J’y vais de ma petite liste de recommandations pour rénover à moindre cout et tout en restant qualitatif. A titre d’info, je suis à 12 lots rénovés (parfois entièrement) sur les 5 dernières années, il m’en reste 4 à refaire complètement. Par contre je ne délègue quasi rien donc les recommandations sont plutôt destinées à des bricoleurs

Electricité :
- site materielelectrique.com pour tout ce qui est prises, goulottes, interrupteurs, etc..
- Brico Depot : pour tout ce qui est fils électrique et gaines
- LB Automation : pour tout ce qui est disjoncteur et tableaux électriques (imbattables en tarif et livré en 48h)

Peinture : Tollens blanc satin et mat de chez Brico Depot, et chez eux également pour la couleur

Cuisine : l’entrepôt du bricolage

Carrelage et matériaux : compte pro ouvert chez Doras

Plomberie : compte pro ouvert chez Comafranc

Menuiserie : petit fabricant de fenêtre local (j’insiste sur fabricant)

Parquets : petite structure spécialisée près de chez moi pour du haut de gamme, sinon Castorama / Brico Depot ou leroy merlin suivant les promos

Meubles : grossiste local d’une usine de fabrication du coin, tarif prix coutant + marge du grossiste qui me livre gratuitement sur mes chantiers

Je profite régulièrement des promos (j’ai d’ailleurs acheté ce matin 3 kits four + plaque induction 4 feux chez Brico Depot à 259€ le kit)

Pour vous donner un ordre d’idée avec ma dernière rénovation d’un appartement de 160m2 : électricité refaite à neuf, isolation plafond 30cm  déroulées dans les combles + faux plafond dans le couloir pour faire passer l’électricité, cuisine neuve, SDB entièrement rénovée (on a gardé uniquement la baignoire et le sol), peintures dont une majorité de pièces avec détapissage + pose de toile de verre + lit 160*200 neuf : 7000€ soit moins de 45€ du m2 et cela a été fait en 2 mois à 4 jours / semaine avec mon père + un coup de main des futurs locataires pour la peinture afin qu’ils emménagent au + vite.   
Les huisseries étaient bonnes et on a gardé les sols parquets chêne et radiateurs fontes.

J’attaque la semaine prochaine la rénovation complète d’un studio de 19m2 dédié à la LCD pour lequel absolument tout est à faire, il n’y a que les évacuations d’eau, j’estime en avoir pour maxi 8000€ car il y a déjà 1800€ de menuiserie. Je referai peut être un poste à ce sujet pour détailler précisément les dépenses.

Tout ça pour dire que l’on peut rénover qualitativement à prix réduit, à condition de faire soi-même car l’enveloppe main d’oeuvre peut vite couter cher.


Le piment c'est comme l'autoroute, on paye à la sortie XD

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #22 08/11/2020 15h37

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2248  

Encore un topo, mais plus court que les fois précédentes : se poser sur quoi, en chantier ?

Le contexte est donc que je dois rester mobile et léger. Le gros établi d’atelier n’est pas envisageable. Il faut que ça soit transportable.

Qu’est-ce que j’utilise ?

- l’établi pliant premier prix



J’ai acheté cela il y a 20 ans. C’est minuscule et pas stable du tout. Au point que je ne l’utilise quasiment pas. C’est vraiment de la merde.

- par terre, ou posé sur une planche, ou n’importe quoi de très bas qui passe par là
Ca, je l’ai beaucoup fait. Quand on a plein de courbatures le lendemain, on se dit qu’il faut remonter le poste de travail à hauteur d’homme.

- un seau
Un gros seau métallique constitue un support correct. Malheureusement, avec mes seaux de maçon premier prix, c’est bas et ça bouge dans tous les sens. Ca ne va pas.

- la caisse à outils
Certaines caisses à outils pro ont des accessoires prévus pour que le dessus puisse servir de mini-établi :

Malheureusement, mes caisses à outils sont en plastique, donc assez peu stables, pas assez hautes, pas assez solides. Par ailleurs, même avec le système pro vendu très cher, il y a contradiction entre la fonction de caisse à outil et celle d’établi. Quand on a besoin d’un truc rangé dans la caisse, on doit souler le couvercle, et tout ce qui est posé sur l’établi tombe par terre. A oublier.

- chaise, table, meuble, qui traînent par là
Les chaises, tables et meubles sont TRES utiles. Si le bien qu’on achète est fourni avec un meuble, n’importe lequel, réfléchissez à deux fois avant de le jeter. Même pourri, même un peu branlant, il est utile. A chaque fois que vous attrapez vos outils et vos fournitures à hauteur d’homme, grâce à ce vieux meuble, vous vous féliciterez de ne pas l’avoir (encore) mis à la déchèterie.

- paire de tréteaux + porte

On prend une porte intérieure, on démonte la poignée (optionnel) et on a un excellent établi mobile. C’est pratique, c’est grand, c’est stable… Excellente solution. Problème : si la porte doit resservir, on a regretter les marques de serre-joint, ainsi que les trous ou les rainures issus de perçages ou sciages un peu trop enthousiastes.

- paire de tréteaux + planches
Franchement, c’est ce que j’utilise le plus. J’ai une bonne paire de tréteaux pliants en hêtre. J’y pose quelques planches de plancher pin massif, de diverses longueurs, et ça fait une table de travail passable mais relativement solide, grande, stable. Eh oui, j’en suis rendu là. Je suis à deux pas de la déprime, c’est clair.

Au point où j’en suis, je pense très sérieusement à m’acheter un vrai établi pliant, à savoir le Bosch pwb600, à 130 €.

Les avis semblent bons. Ca semble vraiment utilisable. J’utiliserai sans doute encore les tréteaux + planches, et les meubles qui traînent, en complément.
il y a aussi le Wolfcraft Mastercut 2500 qui semble bien foutu, même si ça reste assez léger. A 400 € c’est très cher mais on le trouve d’occasion… EDIT : après avoir lu un certain nombre d’avis, plusieurs personnes le trouvent peu stable et surtout les guidages peu précis. Or, les guidages, il faut que ça soit précis, sinon ça ne sert à rien.
En matos pro, je vois le Macc Origami :


EDIT : je mets à jour ici plutôt que de faire un nouveau message. Finalement, j’ai jeté mon dévolu sur une "table de monteur professionnelle" de marque Virax. C’est plutôt prévu pour la plomberie mais ça devrait pouvoir s’adapter pour la menuiserie et le bricolage général en l’allégeant et en le modifiant un peu. Le plateau en hêtre fait 1200 x 540 mm et 55 mm d’épaisseur ! C’est énorme et très très lourd… Ca pèse dans les 40 kg, donc je ne saurai recommander ce choix ; réfléchissez-y à deux fois, car ça pèse plus lourd qu’un âne mort ! Mais c’est pliant ce qui est conforme à mon cahier des charges. En tout cas c’est la stabilité qui m’a convaincu. Et je l’ai eu d’occase pour une bouchée de pain. A noter que ce produit est toujours au catalogue, inchangé. Celui que j’ai acheté a plus de 50 ans ; et les dimensions et spécifications sont identiques à celle qu’on peut acheter neuf pour 350 € environ :

Dernière modification par Bernard2K (21/11/2020 01h41)


Ma formation Youtube : "s'enrichir par l'analyse technique de la beta-fluctuation des cryptos pour réussir dans l'immobilier"

En ligne En ligne

 

[+2]    #23 21/11/2020 14h05

Membre
Réputation :   5  

Bernard2K a écrit :

Par contre, je ne prendrai pas l’aspirateur la semaine prochaine, car il me faudrait la prise électrique asservie.
Je commence à être vraiment bien équipé en matériel. Je peux faire quasiment tous les travaux courants. Les prochains sur la wishlist : scie plongeante et rails de guidage.

Si on a le bon embout (bonne dimension et pas usé), si on appuie suffisamment sur la visseuse, et si on a la bonne séquence en fin de vissage, alors il n’y a aucune raison de foirer la tête de vis parce que l’embout n’aura jamais l’occasion de tourner à l’intérieur de l’empreinte de la vis.

Aspirateur commandé + scie plongeante un combo efficace qui permet vraiment de monter en gamme : travail plus propre / rapide / précis ,  on s’éloigne un peut de l’objectif du post ( à moindre coup ) mais sa peut être le genre d’outils que l’on garde à vie .

Pour la plongeante le top Festool TS55 , avec ces nombreux rails ( 140cm de base aboutable et jusqu’à 5 mètres en 1 morceau ! ) et accessoires , celle que j’utilise professionnellement ras le top du top , et je suis pas forcement un FestoolFan , le meilleur des choix si le budget le permet .

A titre perso j’ai une Bosch GTK55 , avec 2 rails de 160cm aboutable , une très bonne machine également , les différent rails appréciable aussi .

Déjà utilisé celle de Makita aussi , elle fait un peut plus "cheap" même si sa fait le travail .

Importan :si vous comptez travailler du bois massif : à ma connaissance les seules plongeante possédant un couteau diviseur sont les Festool TS55/75, grosse sécurité supplémentaire contre l’effet kick-back ! Si c’est pour couper du panneau sa n’apporte rien de plus .

Niveau Pro les empreintes :

Plat on oublie simplement on enlève et on jette …
Croix 20% du temps quand on à pas l’équivalent en ;
Torx 80%  l’emprunte TX permet de par sa surface déjà un maintien de la vis incomparable et une possibilité de transmission de couple bien plus élevé , c’est la machine qui fait l’effort et plus l’ouvrier qui met son poids derrière pour ne pas foirer l’emprunte , surtout combiné à une visseuse à choc big_smile ( la vis s’enfonce en tenant la machine à 2 doigts wink)

Dernière modification par fab25 (21/11/2020 14h07)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 3   [+2]    #24 21/11/2020 14h32

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   651  

A ne pas négliger pour avoir du matériel pro à vil prix (voire parfois aussi des matériaux), les ventes aux enchères Calendrier des ventes aux enchères de Matériels professionnels | Interencheres.com malheureusement bien assorties de liquidations d’entreprises de toutes sortes en ce moment.


Ceux qui dansent sont pris pour des fous par ceux qui n'entendent pas la musique (Nietzsche)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #25 12/05/2021 12h38

Membre
Réputation :   14  

J’ai bien noté les conseils techniques : 1 pour détapisser puis repeindre. 1 pour mettre de la toile de verre sans motif au plafond.

J’ai demandé des devis, c’est la solution que je privilégie aujourd’hui. On verra bien.

Je suis encore preneur de tout conseil.

Pour le reste, il faudrait peut-être faire une file dédiée mais pour répondre rapidement :

* Faire des travaux pour louer à de meilleurs profils
Pas de grand changement à attendre dans les profils des locataires.

La maison est située dans une zone particulièrement bon marché ou n’importe qui de stable peut acheter. J’ai donc peu de CDI, mais des indépendants, des temps partiels, des intérimaires, des CDD…
Rapport à la concurrence, inversement, il y a peu de maisons à louer surtout "bien" placée. Du coup, j’ai beaucoup de demande.
Je n’ai pas de locataire "premium", et ils sont introuvables dans le coin, ce n’est pas pour ça que les autres ne doivent pas se loger.  (d’ailleurs, c’est "moral" de ne louer qu’à des candidats premium ?)

10 000€ de travaux pour gagner 50€ par mois, ça fait beaucoup.
Le retour sur investissement est extrêmement faible, je compte limiter au minimum les travaux (mais pas en deça du minimum).
C’est pour ça que l’électricité sera neuve, mais en goulotte. Beaucoup trop cher de tout encastrer.
Quitte à mettre une telle somme, j’aimerais que ce soit pour améliorer durablement le logement et lui faire prendre de la valeur : cuisine ou sdb.
On fait quand même de la location pour gagner de l’argent.

* La décence
Beaucoup évoquent la décence.
Je n’ai pas de problème de morale avec ce que je loue.

Je suis moi-même locataire. J’ai déménagé il y a quelques mois. Demande d’emménager une semaine après la libération de l’apparte pour ne pas en payer deux en même temps ? refusée. Demande de repeindre ? refusée, aucun travaux ne sera effectué. J’ai dû moi-même financer le peintre pour 3 pièces. Mais si je l’ai fait, c’est bien que j’y ai trouvé mon compte, et que cet appartement était très en dessous du prix du marché. (même s’il est 4 fois plus cher que les maisons que je loue, pour des superficies similaires).
L’important est de trouver un deal compris et accepté par les deux parties.

Si je dois raconter ma vie, je vais même avouer que je loue aussi plutôt des kangoo de 15 ans d’age sur GetA**** que des voitures neuves, je voyage aussi systématiquement sur les compagnies les moins chères, et que je vais rarement dans des hôtels 4* à l’étranger.
Tout ça pour dire qu’en face d’un service, il y a un prix, et qu’on peut (doit) faire des concessions sauf à avoir des moyens infinis.

A croire que tout le monde habite dans des logements état neuf, et propose des logements état neuf. C’est étrange, car personnellement, je n’en ai jamais visité en tant que locataire.

On projette sans doute aussi ses propres aspirations sur ce qu’on veut proposer. Je ne suis pas maniaque, je n’ai pas envie non plus d’avoir des locataires maniaques qui ne veulent que le meilleur et tout de suite.

* Travaux contre loyers
Pour l’échange de travaux contre des loyers, c’est quelques chose que j’ai déjà pratiqué. Des deux côtés d’ailleurs. C’est une stratégie comme une autre.

Effectivement, le locataire va sans doute demander d’autres choses ensuite, mais c’est déjà souvent le cas, et je cède à peu près tout le temps tant que ça reste raisonnable.

Personnellement, je pense aussi qu’un locataire qui s’investit dans des travaux
1) ne va pas massacrer son propre travail et
2) va rester un peu plus longtemps que la moyenne.

Le risque qu’il fasse mal la peinture ? et alors, c’est lui qui y vit. Je me reposerais la questions dans quelques années. Je rembourse systématiquement les matériaux quand un locataire veut faire des travaux me demande (moquette, carrelage, …)
Le fait de tout repeindre à neuf n’enlève d’ailleurs pas le risque qu’un barbouilleur repeigne grossièrement avec des couleurs criardes … je l’ai expérimenté récemment !

Et gagner 2 ou 3 mois de loyers pour un jeune couple, ça peut permettre de se payer l’électroménager par exemple. Faut pas oublier les revenus réels des gens, certains sont contents d’économiser ne serait-ce que 1000€.

Hors ligne Hors ligne

 

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur