Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS    Cherchez sur le site et les forums :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+4]    #1 24/09/2018 01h56

Membre (2017)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 5 Portefeuille
Top 20 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 10 Invest. Exotiques
Top 5 Crypto-actifs
Top 5 Finance/Économie
Top 20 Banque/Fiscalité
Réputation :   2514  

Pour sélectionner des actions, j’essaie de complémenter une approche fondamentale classique par divers indicateurs sur le sentiment de marché. Je me méfie des actions ou secteurs "à la mode", qui font le "buzz", ce qui peut se traduire par une surévaluation importante. La suractivité sur les forums Boursorama sur des small caps, par exemple, peut indiquer une spéculation intense parmi les petits porteurs, synonyme de risque de surévaluation et de forte volatilité du cours.

Pour les valeurs US, je regarde le nombre d’abonnés aux actions individuelles sur SeekingAlpha (SA). Je mets en rapport (i) un indicateur de taille, la capitalisation boursière d’une entreprise, avec (ii) un indicateur de popularité, le nombre d’abonnés à cette entreprise sur SeekingAlpha. (Ce n’est pas idéal, car la capitalisation boursière est aussi, en partie, un indicateur de popularité.)

Voici ce que ça donne sur un échantillon de 800 entreprises US (dont les 500 membres du S&P 500) :

1) Nombre d’abonnés SA en fonction de la capitalisation boursière : comme attendu, on trouve une relation linéaire entre les 2, mais avec une forte variabilité selon les valeurs. Sur les graphiques, les valeurs "à buzz" sont au-dessus de la droite, et les valeurs "discrètes" en-dessous.


Zoom sans les GAFA :


Perso, j’ai bien sûr une préférence pour les valeurs "discrètes". Certaines des valeurs "à buzz" me semblent présenter des risques de surévaluation (Tesla, bien sûr, mais aussi AMD, Netflix). D’autres gardent beaucoup d’abonnés sur SA en raison de leur longue histoire (GE, Ford, AT&T) mais semblent sur la pente déclinante. (C’est un inconvénient des données sur les abonnés SA : en "stocks", elles reflètent parfois le passé glorieux de certaines entreprises et ne sont plus vraiment pertinentes aujourd’hui ; d’où l’intérêt de regarder ces données en termes de "flux".)

2) Top 30 des valeurs US par nombre d’abonnés SA :


3) Top 30 des valeurs US "discrètes" (forte capitalisation boursière par abonné SA, capi >5 milliards $) :


Certaines des valeurs de cette liste m’intéressent pour mon portefeuille US : S&P Global, Roper Technologies, et à une moindre mesure Intercontinental Exchange et Jefferies.

4) Top 30 des valeurs US "à buzz" (faible capitalisation boursière par abonné SA, capi >5 milliards $) :


Cette liste comprend un mélange de vieilles gloires manifestement sur le déclin (GE, Ford, Twitter, Snap, Blackberry…) et des valeurs à la mode présentant un risque de surévaluation (Tesla, Starbucks, Canopy). La liste comprend aussi des valeurs de rendement (REIT) et des minières aurifères, populaires sur SeekingAlpha.

Développements possibles :

- Les données d’abonnés SeekingAlpha présentent des biais historiques importants quand on les considère en "stocks". Je prévois donc de développer une analyse en "flux", en mettant à jour ma liste dans quelques mois pour mettre en rapport l’évolution du nombre d’abonnés SA avec celle du cours.

- Je pense que ces données d’abonnés SA, analysées en flux, peuvent être pertinentes pour des stratégies spéculatives sur des valeurs / secteurs à la mode, notamment des nouvelles valeurs (récentes introductions en bourse, par exemple) - la question clef étant de savoir si l’explosion du nombre d’abonnés SA sur les valeurs à la mode peut ou non servir d’indicateur avancé sur l’évolution du cours.

Dernière modification par Scipion8 (24/09/2018 01h58)

Mots-clés : action, buzz, data mining

Hors ligne Hors ligne

 

#2 24/09/2018 11h20

Admin (2009)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 10 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   3377  

INTJ

Merci pour ce partage intéressant.

Sur SeekingAlpha, en plus du nombre d’abonnés, un autre indicateur est le nbr d’articles qui sont écrits pour une société donnée.

Je suis également abonné à l’hebdomadaire Barron’s et sans faire de grandes statistiques, on y parle des sociétés technologiques quasiment chaque semaine.

A l’inverse, les sociétés d’infrastructures ou d’actifs tangibles (utilities, pipelines, foncières) ont peu le vent en poupe, alors que c’était l’inverse il y a quelques années. Mon intuition est que les envolées boursière spectaculaire dans le secteur des techs ont éclipsé les dividendes récurrents et la croissance lente.

Hors ligne Hors ligne

 

#3 24/09/2018 11h57

Membre (2016)
Réputation :   138  

Scipion a écrit :

1) Nombre d’abonnés SA en fonction de la capitalisation boursière : comme attendu, on trouve une relation linéaire entre les 2

Une petite remarque : j’ai du mal à voir la relation linéaire. Si vous affichez le coefficient de corrélation linéaire R² je doute qu’il soit bon. En fait, je pense que le nombre d’abonné est une fonction "assez" linéaire de la médiatisation qui n’est pas fonction linéaire de la capitalisation boursière. Là ou je vous rejoins est que votre droite permet une séparation entre les entreprises médiatiques et les discrètes.

Pour en revenir à la démarche qui consiste à identifier des défauts ponctuels dans l’efficience des marchés causés par un buzz, je pense qu’il faut effectivement développer une analyse en "flux" de message et en parallèle une analyse de fond (linguistique?) des messages.

Par exemple, Sur Claranova, en période d’accalmie, il y a peu d’activé sur le forum boursorama et le contenu des messages portent sur le fond de l’activité, les projections des chiffres, estimations, ratios, et sont argumentés par des porteurs présents sur le titre depuis de longues périodes. J’accumule dans ces moment là.
En effervescence, Le forum est spammé de messages qui sont passé du mode "réflexion" au mode "espoir" avec des joueurs et des objectifs sortis du chapeau. J’allège jusqu’à 0 dans ces moments là.
Claranova se prête bien à cette exercice car ce n’est pas une value :
My devices est spéculative, les projections sont fonctions de paramètres très volatils et inquantifiables.  (développement de l’IOT, moat de my devices, etc…)
Freeprint est growth, ce qui fait que je n’ai aucun problème à me retrouver "bloqué" en surallocation sur cette valeur.

Autre exemple sur Casino, la période de suractivité récente (identifiable sur notre forum) s’est faite avec de nombreux intervenants de qualité sur des messages de fond avec un style value ou cigar butt. Là je trouve qu’il y a eu inefficience du marché à cause d’une panique non fondé. c’est alors pour moi un signal d’achat en mode value/cigar butt/spéculatif.

Il y a certainement matière à creuser pour un analyste quant, big data et je pense que la démarche du fond Renaissance (malheureusement opaque) éclairerait beaucoup la psychologie des marchés.

Dernière modification par Mi345 (24/09/2018 12h05)

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur