Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#51 11/11/2015 14h20 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   554 

En toute rigueur, le FCF déduit uniquement les investissements de maintenance : ensuite, vous avez bien le choix entre investir dans la croissance ou rendre aux actionnaires.

Aussi, si vous mettez un signe "-" devant la variation du BFR, mettez plutôt - augmentation du BFR (qui sera donc + baisse du BFR dans le cas contraire).

Hors ligne

 

#52 11/11/2015 14h57 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   

Dans le message 2, InvestisseurHeureux a écrit :

Le cash flow opérationnel, c’est l’argent qui rentre dans la société, moins l’argent qui sort, dans le cas de l’activité "normale" de celle-ci. C’est assez proche de l’EBITDA et c’est vraiment une mesure tangible, absolument non manipulable comptablement, un peu comme le chiffre d’affaires.

A cela, on soustrait les dépenses d’investissement lourdes : construction ou entretien d’une usine, d’un batiment ou de gros équipement.

Le résultat donne le free cash flow, qui est l’argent tangible véritablement disponible pour payer les dettes et les actionnaires.Le cash flow opérationnel, c’est l’argent qui rentre dans la société, moins l’argent qui sort, dans le cas de l’activité "normale" de celle-ci. C’est assez proche de l’EBITDA et c’est vraiment une mesure tangible, absolument non manipulable comptablement, un peu comme le chiffre d’affaires.

A cela, on soustrait les dépenses d’investissement lourdes : construction ou entretien d’une usine, d’un batiment ou de gros équipement.

Le résultat donne le free cash flow, qui est l’argent tangible véritablement disponible pour payer les dettes et les actionnaires.

Les investissements sont donc déduits du  cash flow opérationnel pour générer le free cash flow.

Quand à l’emploi du terme variation du besoin de fonds de roulement qui vous semble incorrect, je ne vois pas pourquoi. Si l’entreprise est en croissance, le besoin en fonds de roulement augmente, la variation du BFR est positive et le free cash flow diminue.

Hors ligne

 

#53 11/11/2015 15h59 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   103 

Il est impossible de savoir exactement  si les investissements servent à faire croître l’activité ou juste la maintenir .
Donc le FCF  ne peut être calculé qu’en se basant sur des évaluations imprécises faites par le management ou les analystes.

Ce qui me chagrine c’est que Charlie Munger dénigre un paquet de bonne société en croissance  quand il parle ainsi .Je ne trouve pas que ce genre de citations très enrichissantes et très instructives .

Souvent  ces entreprises sur-investissent afin d’augmenter leurs avantages concurrentiels ou pour dépasser leurs concurrents par exemple et ainsi obtenir de plus gros cash flows à l’avenir .

Dernière modification par vbvaleur (11/11/2015 16h19)

Hors ligne

 

#54 11/11/2015 16h25 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   554 

pierre007 a écrit :

Les investissements sont donc déduits du  cash flow opérationnel pour générer le free cash flow.

Je ne vois pas bien la cause du donc dans votre raisonnement. Vous partez d’un axiome qui n’est pas nécessairement vrai : L’objet de mon post est justement de vous dire qu’en toute rigueur, et simplement par définition, on ne déduit que les investissements de maintenance. Je n’y peux rien, c’est ainsi qu’on définit le FCF (et c’est d’ailleurs logique : Dans la vraie vie d’un business, on veut savoir combien de cash va rentrer dans la caisse d’abord via l’activité existante, et on décide ce qu’on en fait seulement ensuite - et ce n’est qu’ici qu’intervient l’investissement dans la croissance).
Après, vous pouvez évidemment arguer que vous ne savez pas quelle part des investissements d’une entreprise donnée est pour la maintenance et quelle part est pour la croissance, ce qui est parfois légitime, mais cela n’enlève rien à la définition du FCF.

Pour la variation de BFR, ce n’est qu’un détail (j’ai déjà vu des gens ajouter un BFR en hausse… - mais l’important reste que vous compreniez les calculs que vous faîtes).

Dernière modification par sergio8000 (11/11/2015 16h28)

Hors ligne

 

#55 30/12/2015 17h16 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   103 

thomz a écrit :

Voyez un petit épicier de quartier, au coin de la rue : l’endroit où tout le monde achète les petits dépannages, sodas, bonbons, litres de laits et autres journaux.

Sur le comptoir, un tiroir-caisse. Dans ce tiroir-caisse se retrouve tout le cash payé par les clients pour leurs différents achats.

A la fin du mois, l’épicier sort de ce tiroir-caisse ce dont il a besoin pour refournir les étagères (renouveler son stock), payer son loyer et ses taxes, entretenir le magasin (une ampoule défectueuse ici, un carreau cassé là) et payer ses deux adjoints à temps-partiel (qui le remplacent le dimanche).

S’il reste quelque chose dans le tiroir-caisse après toutes ces dépenses, l’épicier a le choix entre :

(1) l’investir dans la croissance de son affaire - pourquoi pas racheter l’épicier de la rue d’à côté?

ou (2) repayer ses dettes, et ainsi créer de la valeur pour le propriétaire (lui-même) puisque le business lui appartient davantage à lui, et moins à ses créanciers;

sinon (3) se le verser pour se payer des vacances au soleil - soit l’équivalent d’un dividende.

C’est cela le free cash-flow : le cash qui reste dans le tiroir-caisse après avoir réglé toutes les dépenses opérationnelles (opex) et investi ce qu’il fallait pour maintenir le business en état (capex, en l’occurence dit de maintenance, à séparer d’un éventuel capex de croissance; le premier est nécessaire, le second facultatif).

C’est à partir de ce FCF que sont issus tous les retours d’un business - qu’on parle de dividendes, de rachats d’actions, ou d’investissements de croissance qui serviront justement à doper les futurs retours (à condition bien sûr que les dits FCF soit bien dépensés, ce qui est tout sauf acquis).

C’est à quelque chose près la 331ème page de "Security analysis" en Français de Benjamin Graham et David Dodd
On vous a surement copié ^^

Hors ligne

 

#56 30/12/2015 17h45 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   162 

vbvaleur a écrit :

"Security analysis" en Français de Benjamin Graham et David Dodd

J’ignorais qu’il existât (pardon pour la forme ampoulée mais correcte) une traduction française, vous pouvez nous dire où la trouver ?

À moins que vous n’ayez voulu parler de L’Investisseur intelligent ?

Cdt.

Hors ligne

 

#57 30/12/2015 17h49 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   121 

sat, la traduction française de Security Analysis est sortie début décembre, voir par exemple Security Analysis.

Dernière modification par julien (30/12/2015 17h50)

Hors ligne

 

#58 30/12/2015 18h23 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   162 

Merci Julien, pris bonne note. Je regrette seulement qu’ils reprennent le principe de l’édition US avec les commentaires plus ou moins heureux de personnalités de la finance. Cela donne un peu l’impression d’un raout de la finance mondiale alors que Security Analysis est d’abord un manuel de cours et devrait le rester. Sinon pour tous ceux que l’archéologie de la finance ne rebute pas de premier abord, c’est une lecture utile et intéressante.

Hors ligne

 

#59 30/12/2015 18h54 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   512 

sat a écrit :

Je regrette seulement qu’ils reprennent le principe de l’édition US avec les commentaires plus ou moins heureux de personnalités de la finance.

C’est une opinion personnelle, mais certains de ces commentaires -- dont l’incroyable "Go With The Flow" de Bruce Berkowitz, dont j’ai traduit un passage plus haut dans la discussion -- apportent vraiment de l’eau au moulin, et dépoussièrent la pédagogie un brin vieillotte et rigide du Graham & Dodd original.

Hors ligne

 

#60 30/12/2015 20h45 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   162 

Cher Thomz je ne veux pas trop prolonger ce débat qui n’a pas sa place ici mais j’aimerais juste mettre en garde d’éventuels lecteurs : cette édition est un véritable pavé peu digeste qui va en décourager beaucoup. Mais c’est en effet aussi que Security Analysis, si on ne prend pas son courage à deux mains pour le lire, est aussi un pavé qu’il est difficile de transposer au monde d’aujourd’hui. Parmi tous ceux qui disent l’avoir lu, je ne sais pas combien ont vraiment pu le mettre à profit. Par contre je ne trouve pas le contenu rigide : l’idée est de faire des investissements très sûrs, du bon père de famille au carré ou au cube, et pour cela il faut s’en tenir à des principes. Graham ne demande à personne de suivre son exemple, il propose juste un mode d’emploi.

Hors ligne

 

#61 31/12/2015 09h16 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   103 

Pour moi , Bruce Berkowitz ,Bill Ackman, Eddie Lampert et les autres n’ont pas encore leur place dans un livre comme celui là , ils alourdissent inutilement les pages smile
Dans 20 ans peut être si ils sont toujours dans la finance.

Hors ligne

 

#62 31/12/2015 10h21 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   121 

Je préfère aussi l’édition de 1940 (celle dont Buffett dit que c’est la meilleure). Alors certes la 6ème est basée sur l’édition 1940, et certains papiers comme celui de Berkowitz sont sympas à lire. Mais que quelques chapitres aient été jugés pas assez dignes d’être retranscrits sur papier, et relégués sur un CD joint (en tout cas c’est comme ça, dans la v6 anglaise), quelque part ça m’embête.

Dernière modification par julien (31/12/2015 10h22)

Hors ligne

 

#63 31/12/2015 13h27 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   162 

Je ne voulais pas dire autre chose vbvaleur et julien. Le coup du CD pour un livre à plus de $100 si je me rappelle bien m’avait aussi paru saumâtre. J’ignore s’il l’ont repris dans l’édition française Eyrolles, mais je note tout de même qu’elle pèse 904 grammes, pour un manuel de cours c’est beaucoup.

Hors ligne

 

#64 06/03/2016 13h41 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   

Bonjour,

Après avoir lu la file, est-ce que le schéma ci-dessous est à peu près correct pour illustrer le FCF?

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/7528_fcf.png

Hors ligne

 

#65 06/03/2016 23h00 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   189 

Pas mal, pas mal.

Par contre, je suis pour mettre un signe moins devant "Delta BFR". En effet pour moi un Delta désigne une valeur après moins une valeur avant, donc Delta BFR = BFR(année n+1)-BFR(année n).
Une augmentation de BFR c’est comme du capex (investissement) mais sur des actifs courants. Et il y a un signe moins devant (capex-cessions).
Autres possibilités, moins ambigües, écrire "-augmentation du BFR" ou "+diminution de BFR".

Je ne mettrais pas les emprunts avant actionnaires et croissance, il me semble plus juste de mettre 3 fléches en parallèle : 1. croissance 2. actionnaires (dividendes, rachats, trésorerie) 3. emprunts


Investisseur deep value. Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck et Boursorama.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech