Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 13/09/2010 12h57 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   211 

Bonjour à tous,

Quelqu’un peut-il m’expliquer la différence entre le CFO et le FCF?

Et surtout quel est la pertinence de ces deux indicateurs dans le cadre de l’analyse d’une société?

Merci d’avance

Hors ligne

 

#2 13/09/2010 14h32 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Administrateur
Réputation :   1307 

Voici ce que j’ai compris et retenu :

Le cash flow opérationnel, c’est l’argent qui rentre dans la société, moins l’argent qui sort, dans le cas de l’activité "normale" de celle-ci. C’est assez proche de l’EBITDA et c’est vraiment une mesure tangible, absolument non manipulable comptablement, un peu comme le chiffre d’affaires.

A cela, on soustrait les dépenses d’investissement lourdes : construction ou entretien d’une usine, d’un batiment ou de gros équipement.

Le résultat donne le free cash flow, qui est l’argent tangible véritablement disponible pour payer les dettes et les actionnaires.

Si tu regardes les comptes de plusieurs sociétés, tu verras que le cash flow opérationnel est très élévé sur les valeurs télécoms ou les utilities, tout comme les dépenses d’investissements. Au final le free cash flow n’est pas très elévé.

Des sociétés comme Coca Cola ou des revenus opérationnels énormes, et peu de dépenses d’investissement, et ont un free cash flow très élevé.

Le free cash flow est intéressant car il est difficile à manipuler comptablement et permet de comparer des sociétés de secteur différent.

Le seul truc, c’est que dans les dépenses d’investissements nous n’avons pas le détail de ce qui relève de l’entretien ou de l’acquisition. Il faut donc les regarder sur plusieurs années. Un free cash flow peut être mauvais une année car il y a eu une grosse dépense pour construire une usine, mais cette dépense ne sera pas répétée l’année suivante.

Le cash flow opérationnel est quand à lui intéressant pour comparer deux sociétés d’un même secteur ou pour détecter une comptabilité peu "clean" (ex : résultat net augmente mais pas le cash flow opérationnel).

Hors ligne

 

#3 13/09/2010 14h41 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   211 

Merci c’est beaucoup plus clair.

Je crois me souvenir dans une des vidéos (que tu as du enlever du blog) que tu avais mises en ligne pour commenter ton screener ancienne version, que tu préconisais de regarder si le FCF couvrait le versement des dividendes pour évaluer la solidité et la pérennité du dividende, c’est bien ça, non?

Hors ligne

 

#4 13/09/2010 15h09 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Administrateur
Réputation :   1307 

C’est exactement ça.

J’avais monté un petit outil qui me fournissait la liste de toutes les sociétés américaines dont les 10 derniers dividendes étaient couverts par le free cash flow.

Car je m’étais aperçu qu’un certain nombre d’entreprise payaient la régularité de leur dividende avec des augmentations de capital ou de la dette !

Cependant mon outil ne permettait pas de savoir quelle était la proportion du free cash flow distribué.

Vérizon répondait aux critères par exemple, mais distribuait énormément (donc gros rendement sur dividendes), tandis que Colgate Palmolive distribuait peu (donc faible rendement sur dividendes).

Pourtant en terme qualitatif, ne fallait-il pas mieux investir sur Colgate ?

C’est pour cela qu’après j’ai "créé" mes propres ratios.

Un autre pb est que je n’arrivais pas à l’époque a obtenir des informations sur les entreprises européennes. Maintenant c’est chose faite et j’ai tout dans mon outil perso avec un historique de 4 ans.

Lorsque je publie mes opportunités hebdomadaires, je sélectionne à chaque fois trois valeurs européennes et américaines. Ca ne sort pas de mon chapeau, je me base essentiellement sur les ratios fournis par mon outil.

Hors ligne

 

#5 13/09/2010 16h00 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   211 

C’est bien cela dont je me souvenais.
Il est vrai que c’est un critère important, c’est pour cela qu’il faut se méfier des rendements élevés!

une remarque à la lecture de ton post : quelle difficulté pour obtenir les informations financières et l’historique des sociétés européennes! c’est tout de même incroyable.

Quand je veux des informations complètes sur des sociétés, je suis obligé d’aller sur morningstar.com (celui que je préfère) ou bien msn.com aussi!

Les données US apparaissent comme beaucoup plus accessibles et diffusées.

Hors ligne

 

#6 13/09/2010 16h39 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Administrateur
Réputation :   1307 

spiny a écrit :

Les données US apparaissent comme beaucoup plus accessibles et diffusées.

Et je vais vous donner la raison.

Toutes les compagnies cotées en amériques sont tenues de publier leurs comptes à travers un système nommé EDGAR.

Tout le monde peut accéder aux données gratuitement (SEC.gov |  Filings & Forms) et celles-ci sont aussi largement reprises sous des formes "plus lisibles" par les sites financiers comme Yahoo etc.

Voici un exemple d’EDGAR pour Microsoft :
View Filing Data

Pour trouver des informations financières sur toutes les sociétes cotées au monde, je recommande :
Markets - Bloomberg Business

Pour les sociétés américaines, effectivement, morningstar.com est top !

Faut bien voir que l’investissement en actions, c’est vraiment dans la culture américaine, où les américains y sont sensibilisées via la retraite par capitalisation.

En France, pays de culture judéo-chrétien, l’argent est sale, d’autant plus s’il est gagné en investissant sur le dos des "travailleurs". Néanmoins, on peut trouver moult données sur www.infinancials.com, qui est par contre payant. Vous pouvez cependant le tester quelques jours.

Hors ligne

 

#7 11/02/2011 13h45 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   211 

j’ai vu apparaître le terme de newsflow dans plusieurs lectures.

A quoi cela correspond-il?

Hors ligne

 

#8 11/02/2011 13h54 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   231 

Le newsflow, littéralement le "flux de nouvelles", c’est simplement tout ce qui est publié à propos d’une société, son actualité, son environnement, ses marchés… Tout simplement smile

Dernière modification par Nikki (11/02/2011 13h55)

Hors ligne

 

#9 11/02/2011 14h06 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   10 

Existe-t-il un moyen simple de recevoir uniquement les actualités d’une société dès qu’une actu arrive, par mail ?
Merci.

Hors ligne

 

#10 11/02/2011 14h14 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   48 

Depuis Google Finance on peut s’abonner au flux RSS de la société suivie et recevoir ce fameux newsflow (journaux, annonces, blogs etc..). Mais encore une fois et évidemment ceci est surtout valable pour les sociétés us…

Hors ligne

 

#11 11/02/2011 15h33 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   10 

J’ai essayé sur Investir.fr d’avoir des alertes mais pour l’instant cela ne fonctionne pas chez moi.
Merci pour Google Finance, mais peu d’informations sont présentes sur les sociétés FR,BE.

Hors ligne

 

#12 11/02/2011 16h06 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Administrateur
Réputation :   1307 

Je ne sais pas ce que vous entendez par alerte, mais le flux RSS investir fonctionne bien.

Ici pour France Telecom :
http://www.investir.fr/blocs/export/val … valeur.xml

Mais d’une façon générale il n’est pas utile de surveiller toutes l’actualité de ses sociétés en portefeuille. Il "suffit" de le faire quand le cours change anormalement (à la hausse ou baisse) lors d’une journée donnée. (mon point de vue)

Hors ligne

 

#13 11/02/2011 16h41 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   10 

C’est bon, j’ai enfin trouvé avec Google actualités en spécifiant le site d’actualités et le nom de la société et on peut recevoir un mail.
Merci.

Ps : Voici un exemple : http://www.google.fr/#sclient=psy&h … 6ef4f272c8

Dernière modification par progfrance (11/02/2011 16h48)

Hors ligne

 

#14 11/02/2011 17h59 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   211 

ok je me coucherai moins bête!

pour ma part, je suis inscrit sur zonebourse et je reçois un email à chaque news de mes sociétés favorites.

Hors ligne

 

#15 11/02/2011 18h05 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   

Bonjour,
la distinction CAF (capacité d’autofinancement, cashflow en anglais) / CAF nette (free cashflow) en comptabilité générale :

Les deux notions sont intéressantes mais différentes.

Dans le tableau synthétique des flux d’une société (document comptable normalisé retraçant les différents ratios depuis la CA jusqu’au bénéfice comptable net), ces deux notions interviennent à des étapes différentes.

Il faut garder à l’esprit un principe comptable élémentaire : quand vous remboursez une dette vous sortez de la trésorerie mais vous ne vous appauvrissez pas. Ce n’est pas une charge et ça n’affecte pas le Résultat de l’exercice. Inversement quand vous prettez à qqu’un et qu’il vous rembourse. Ce n’est pas un produit.
Avez-vous déjà entendu l’addage ’qui paye ses dettes s’enrichit’ ? … on est en plein dedans.
Bref : ne pas confondre entrée/sortie de trésorerie et produit/charge (d’exploitation ou autre).

Pour faire simple :
La CAF, schématiquement, = résultat comptable -/+ provisions/amortissements…(tous les ’faux’ produits/charges, qui sont purement comptables mais qui ne se matérialisent pas en une entrée/sortie de trésorerie; ex : révaluations/dévaluations des immeubles pour une SIIC)

Imaginez une foncière endettée. Chaque mois elle verse 1000 € de remboursement à son preteur de deniers. Mais ces 1000 € se décomposent en 600 € de remboursement de capital, 350 € d’intérêts et 50 € d’assurance.
La trésorerie de l’entreprise diminue de 1000 € mais ce ne sont pas 1000 € de charges : elle passe 400 € de charges et 600 € en rembourssement d’emprunt (au débit d’un compte de passif).
Seulement 600 € sont pris en compte pour calculer la CAF, les 400 € ne sont certes plus disponibles mais ne sont pas un appauvrissement pour la Sté/ses actionnaires.

La CAF nette = CAF - remboursements en K.
C’est ce que la Sté peut concrètement avancer comme trésorier.
Les actionnaires reçoivent théoriquement la CAFN sous forme de dividendes, mais ils bénéficient également des remboursements en K que la Sté a fait puisque les fonds propres de la Sté augmentent.

Pour résumer : pour une Sté non endettée CAF=CAFN
Plus une société est endettée plus CAFN < CAF.

Quand vous voulez calculer le rendement sur fonds propres : utilisez la CAF
Quand vous voulez savoir quelle trésorerie la Sté peut sortir à un moment donné : CAFN

Je vous laisse comparer MERCIALYS et ARGAN

Hors ligne

 

#16 19/05/2013 13h22 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   30 

Bonjour à tous,

J’espère que la question n’a pas encore été posée (je m’excuse par avance si c’est le cas)…
Je cherche désespérément depuis qque temps un screener qui permet de trier les actions avec le FCF et qui soit gratuit. Et bien sûr je n’ai pas encore trouvé.
Celui que j’utilise le plus souvent (FT) ne le permet pas.

Quelqu’un a t-il une idée?

Merci d’avance


parrainage Bourse direct, binck, boursorama, fortuneo possibles

Hors ligne

 

#17 19/05/2013 14h09 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   16 

Sur finviz il y a un ratio  Prix / FCF.

Un exemple par exemple.

Hors ligne

 

#18 19/05/2013 14h17 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   30 

C’est vraiment…..cool!!

Merci encore


parrainage Bourse direct, binck, boursorama, fortuneo possibles

Hors ligne

 

#19 19/05/2013 20h16 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   94 

Ces questions de flux sont fondamentales.

Pour évaluer la "performance" de l’entreprise, le cash-flow opérationnel est une bonne indication. Toutefois, il faut (comme l’explique très bien IH) tenir compte des investissements qui servent à renouveler l’outil de travail. Par exemple, un PC qu’on renouvelle tous les 5 ans génère une dépense ponctuelle d’investissement tous les 5 ans; on ne peut pas dire qu’il s’agit d’augmenter la production de l’entreprise, mais bien de maintenir sa capacité à produire. Toutefois, avec un certain nombre de salariés, l’entreprise renouvelle à peu près 1/5 de son parc de PC chaque année et donc le flux d’investissement est sensiblement constant.

Concrètement, nous pouvons considérer que les investissements de renouvellement pèsent comme une charge de fonctionnement : ils sont nécessaires à la bonne marche de l’entreprise.

A l’opposé, de nouveaux investissements comme une dixième machine tandis que l’entreprise n’en avait que neuf, correspondent à une sortie de cash dont on attend une rentabilité future : cet achat correspond à une augmentation de la demande et l’on peut espérer des flux futurs et des marges nouvelles.

Hélas, aucune entreprise ne fournit la distinction entre ces deux familles d’investissement, ce qui rend l’analyse des comptes assez compliquée. Pour ma part, je considère que la dotation aux amortissements lisse les investissements d’extension et donc que ce poste du compte de résultat s’approche assez des investissements de renouvellement.

Je rappelle que les dotations aux amortissements du compte de résultat correspondent à l’ensemble des dépenses passées rapportées à leur durée de vie; lorsque vous achetez un PC à 500 € amorti sur 5 ans, vous faites figurer 100 € aux amortissements du compte de résultat pour l’année d’acquisition et les 4 suivantes.

Enfin, je pense qu’il faut regarder de près l’ensemble des provisions car elles correspondent (par définition) à des dépenses incertaines et ponctuelles. De nombreuses entreprises agrègent les dotations aux amortissements et les provisions dans le compte de résultat; il faut parcourir les notes annexes pour distinguer ces deux catégories de natures très différentes.


Mon blog : Ma méthode d'optimisation des cash-flows    |     parrainages Boursorama, Fortuneo et Binck ;)

Hors ligne

 

#20 15/06/2013 18h49 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   56 

Bonjour
Je voudrais intervenir sur ce sujet.
Tout d’abord critiquer (je sais, c’est pas bien) cette approche CAF qui ne tient pas compte de l’évolution du BFR de l’entreprise. Celle-ci peut avoir une CAF importante mais être exsangue au niveau de sa trésorerie : il suffit d’avoir un crédit clients longs mais des décaissements fournisseurs rapides pour tout mettre en l’air (et je ne parle pas du niveau du stock). Cela fait bien longtemps que je n’enseigne presque plus cette notion (j’y passe une demi-heure pas plus) que je trouve dépassée.

Au sujet des cash-flows, attention au free cash-flow : celui-ci en effet ne tient pas compte de la politique d’investissement de l’entreprise. Deux entreprises d’un même secteur peuvent avoir un FCF totalement différent du fait qu’une investit et prépare l’avenir  (accroissement du CA et des bénéfices sur le long terme) et que l’autre a stoppé tous ses investissements et se contente de gérer le quotidien…tant que ça marche ! i l faut donc rapporter ce FCF à la politique d’investissement et de développement de l’entreprise ciblée.

Un simple FCF ne tient pas compte non plus de la politique de financement de l’entreprise : celle-ci peut s’autofinancer ou procéder par emprunt. Rien n’apparait dans le FCF.

Pour ma part je préconise une approche operating CF/ investing CF/ financing CF (excusez ces termes barbares mais j’enseigne en anglais). Cette approche nous permet de voir :
-    Le cash dégagé par l’exploitation (le principal pour moi)
-    Le politique d’investissement et de désinvestissement (très important cette dernière notion : vendre les bijoux de famille rentre du cash mais condamne à terme )
-    La politique de financement de l’entreprise, y compris au niveau de la distribution de dividendes ;
Si vous avez les comptes sous les yeux, c’est assez facile à faire.

Mais n’oubliez jamais qu’un bilan est fait à l’instant T, le jour suivant tout a changé !!!  c’est donc dans la récurrence que l’on voit la vérité.

Concernant « l’investissement de renouvellement » le considérer comme une sorte de charge de fonctionnement est un raccourci à mon avis dangereux : les matériels évoluent, sont de plus en plus performants et permettent donc à la fois des économies d’énergie, une meilleure productivité, une meilleure qualité et éventuellement la création de produits ou services  nouveaux. Ils peuvent avoir des conséquences sur le nombre de salariés nécessaires et sur leurs qualifications requises.  Les vrais renouvellements sont plutôt rares, il s’agit le plus souvent d’upgrades en fait. Mais c’est très difficile à savoir..

Mafo


Travail: 750 h/an. Siestes, voyages et loisirs le reste du temps…

Hors ligne

 

#21 15/06/2013 23h15 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   554 

A ma connaissance, dans le FCF, on déduit "normalement" uniquement le capex de maintenance, pas celui d’investissement. En toute rigueur, on tient donc entièrement compte des investissement de l’entreprise (puisqu’on les isole dans le capex de croissance).
Pour les financements, on déduit les intérêts dans le calcul du cash généré par les opérations. Les entreprises ont d’ailleurs la bonne habitude de le faire elles-mêmes dans leurs tableaux des flux de trésorerie.

Je crois que c’est ce que vous critiquez dans l’approche FCF = CFO - capex total, alors que FCF = CFO - Maintenance capex.
C’est parfois difficile d’isoler celui d’investissement, mais en effet, déduire le capex total peut cacher la valeur des investissement de croissance.
Dans le cadre d’une approche mécanique, il me semble par contre quasi impossible d’isoler les deux capex : or c’est précisément ce qui est pratiqué via les screeners. Donc oui, il y a une approximation dans l’approche, mais peut-on vraiment en tenir rigueur à ceux qui pratiquent l’investissement de manière mécanique ?

Dernière modification par sergio8000 (15/06/2013 23h20)

Hors ligne

 

#22 15/06/2013 23h37 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   56 

Bonsoir, 

si on se tient à la définition "straight" de FCF on déduit tous les investissements (déduction faite des désinvestissements).

de plus dans l’operating cash flow classique, les intérêts sont comptabilisés ce qui est faux bien entendu (mais actuellement vu les faibles taux d’emprunt c’est moins grave). Faux mais seulement pour partie: en effet les frais financiers générés par l’exploitation ( découverts, crédit de campagne, spots) sont partie intégrante de l’operating CF. mais les données sont rarement fournies.

En fait, et il faut en avoir conscience, aucune entreprise ne calcule réellement ses CF comme une autre: chacun y va de sa sauce un peu comme ça l’arrange d’où des comparaisons parfois difficiles.

De plus, et je vous rejoins tout à fait là dessus, il est pratiquement impossible de distinguer l’investissement de renouvellement de celui de croissance. La vente d’un bâtiment de 10 000 m² et l’acquisition d’un autre de 12 000 m² c’est quoi? du renouvellement ou de la croissance pour
2 000 m²??

mafo


Travail: 750 h/an. Siestes, voyages et loisirs le reste du temps…

Hors ligne

 

#23 13/11/2013 23h28 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   10 

Je ne sais pas trop où mettre ça. Il m’a semblé que cette file était une file sur les définitions.

Donc problème de traduction. Le besoin en fonds de roulement, c’est bien le working capital ? Mais alors quelle est la traduction de "fonds de roulement" ? (assez différent pourtant). Avec google je ne fais que tomber aussi sur working capital. 2 fois la même définition anglaise pour des termes français différents ? Ca m’échappe !!! Merci.

Hors ligne

 

#24 14/11/2013 00h34 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   554 

Bonjour Steph,

FR = working capital
BFR = net working capital

En espérant que ça lève le voile !

Hors ligne

 

#25 14/11/2013 11h24 → Cash flow opérationnel et free cash flow

Membre
Réputation :   21 

bonjour,

je vais essayer d’intégrer un petit exemple que j’utilise au quotidien dans mon travail :

Cash Flow           
           
Capacité d’autofinancement            14,2
           
dont résultat net consolidé             6,4
dont dotations aux amortissements            7,8
           
Variation BFR            2,9
Flux de trésorerie généré par l’Activité (A)            17,1
           
Flux de trésorerie liés aux opérations d’investissements (B)            -15,0
           
           
Flux de trésorerie liés aux opérations de désinvestissements            
           
Dividendes versés            -0,3
Avance en Compte Courant            2,9
           
           
Nouveaux emprunts            10,6
           
Remb. Emprunts (capital)            -11,5
           
           
Flux de trésorerie liés aux opérations de financement (C)            1,7
           
Variation de la trésorerie nette (A+B+C)            3,9
           
Trésorerie d’ouverture            9,7
Trésorerie de clôture            13,5
variation de trésorerie de l’exercice            3,9

je suis désolé pour la "mise en forme", mais ce n’est pas facile d’insérer du excel dans un écran internet.

ce que dit Mafo ci-dessus est très important et repris dans le tableau que j’ai inséré :

les flux générés par l’activité sont donc la CAF (soit schématiquement le résultat net - les éléments non cash que sont les amortissements et provisions; on voit que cete CAF comprend l’IS et les frais financiers) à laquelle on ajoute la variation du BFR : dans l’exemple ci-dessus le BFR a baissé et a donc permis de dégager 2.9M€ de cash en plus. c’est le (A)

viennent ensuite les flux liés aux investissements (capex) et de désinvestissements (il n’y en a pas dans l’exemple ci-dessus), c’est le (B). le fait de distinguer les capex de maintenance et de développement comme l’évoque Sergio est un "raffinement supplémentaire" toujours intéressant mais à la fin de la fin, il faut toujours casquer pour ses investissements.

vient enfin la façon dont on finance la boutique, c’est le (C) : on y trouve donc les souscriptions d’emprunts / locations financières ainsi qu’a contrario les remboursements. on y trouve aussi s’il y en a les mouvements sur le comptes courants (avec la mère ou les filles et ici on a touché 2.9M€ de la mère) ainsi que les dividendes versés (ici, on a versé 0.3M€ à la mère).

A+B+C représente donc le flux net de liquidités de l’entreprise (ou net free cashflow) qui est égal à la différence entre le cash à la fin de l’exercice N-1 et le cash à la fin de l’exercice N.

si cela peut aider …

Dernière modification par Ricklatrick (14/11/2013 11h36)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech