Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 19/04/2014 17h45 → Innoveox : traitement des déchets industriels toxiques et/ou dangereux... (déchets, innoveox, polluants, traitement)

Membre
Réputation :   337 

Bonjour,

un article des Echos m’a fait découvrir cette société (qui sera introduite en Bourse à la fin du mois).
La connaissez-vous ?
Quel est votre avis sur cette société ?

http://www.sequovia.com/actualites/wp-content/uploads/2010/04/breve8467c.jpg

Accueil | Innoveox

---

Son business ?

INNOVEOX propose aux industriels une offre de services clé en main pour traiter et valoriser durablement les déchets organiques, notamment les déchets industriels dangereux (pesticides, pyralène, huiles et solvants usagés, les déchets pétroliers ou complexes, corrosifs, réfractaires, voire explosifs..) en utilisant le procédé de l’Oxydation HydroThermale en milieu Supercritique (OHTS) à énergie positive.
Innoveox est propriétaire au niveau mondial de cette technologie (protégée jusqu’en 2034 à travers deux brevets d’origine et cinq brevets complémentaires en propre).

Le procédé utilisé présente un avantage compétitif significatif sur la technologie OHTS par l’optimisation des coûts de production et l’énergie positive générée pendant le procédé (possiblement valorisable).
Innoveox propose d’installer des unités sur les sites industriels. Elle prend alors à sa charge l’ingénierie, la construction de l’unité puis en assure l’exploitation et la maintenance, moyennant la rémunération du service calculée en fonction de la quantité de déchets traitée.

---

Historique de la société

2008
Lancement d’Innoveox, une Jeune Entreprise Innovante (Label BPI), par Jean-Christophe Lépine.
La start-up se construit sur une technologie mise au point après 20 années de recherche au CNRS et dans l’un de ses laboratoires, le ICMCB (Institut de Chimie de la Matière Condensée de Bordeaux). Techonlogie mise au point par le professeur François Cansell.

Juillet 2009
La société Innoveox signe un partenariat mondial et exclusif avec le CNRS afin de développer sur tous les continents cette nouvelle technologie et ainsi la rendre accessible à l’industrie et aux collectivités.

9 juin 2011
La première unité industrielle est opérationnelle. Son inauguration a lieu à Arthez-de-Béarn (sur le site industriel de Lacq, précisément celui de l’entreprise Citba, un chaudronnier industriel, qui a assuré sa fabrication.) à l’initiative de Monsieur Alain Rousset, Président du Conseil Régional d’Aquitaine et de Jean-Christophe Lépine, Président d’Innoveox.

http://www.greenunivers.com/wp-content/uploads/2011/06/Innoveox.jpg

Cette première unité (destinée à réaliser des essais clients) d’une capacité de traitement de 1000 tonnes par an (ou de 100 litres par heure) fonctionne sur le site d’Arthez-de-Béarn (64). Elle a été construite grâce à une première levée de fonds auprès d’investisseurs privés (2,1 millions d’euros) et grâce aux financements du Conseil régional d’Aquitaine, d’Oseo et de l’Ademe (1,9 million d’euros). Côut total de l’unité pilote : 4 millions d’euros.

Reportage France 3 (inauguration à Arthez-de-Béarn)
Innoveox  Inauguration - YouTube

Cette première unité industrielle opérationnelle lui a permis de réaliser des essais qualifiants et de signer son contrat de qualification industrielle avec Total E&P en 2013. Un contrat de qualification industrielle est un contrat permettant à un prospect de tester la technologie d’Innoveox dans les conditions réelles d’exploitation industrielle. Il s’agit, concrètement, de traiter, en continu pendant quelques mois, avec l’unité de traitement industriel, les déchets fournis par le prospect. Le contrat défini le type de déchet et la quantité à traiter pendant la durée de celui-ci. La Société facture en fonction des volumes traités.

Décembre 2011
Innoveox signe un contrat de développement commercial d’une valeur potentielle de 200 millions d’euros avec la société personnelle de l’un des membres de la famille royale du Qatar.

30 octobre 2012
Innoveox signe un partenariat avec Air Liquide (leader mondial du gaz industriel). Les deux entreprises ont signé un contrat de collaboration technologique et commerciale. Air Liquide apportera notamment son savoir-faire et ses compétences dans le domaine de l’injection d’oxygène très haute pression et dans la maîtrise des réactions d’oxydation avancées pour le traitement des effluents, ce qui permettra d’ouvrir le champ de la technologie. Par ailleurs, Air Liquide est déjà implanté chez les clients visés par Innoveox, à travers la fourniture d’oxygène ou d’autres gaz. Ce qui devrait ouvrir des portes à Innoveox.

http://www.industriel-marchand.alfi.air … 667196.pdf

Janvier 2013 (Interview)
Dans un avenir proche, la société Innoveox devrait se doter d’un nouvel outil d’essai de plus petite taille (10 l/h), transportable par avion, pour le grand export. « Les échantillons envoyés par nos prospects viennent de loin. Pour l’heure, nous réalisons les essais dans l’unité de Lacq. Mais demain, notre objectif serait de réaliser ces essais à proximité de nos prospects et clients, sur de plus petites unités. Ainsi, nous envisageons d’installer 1 ou 2 unités de petite taille en Europe, et 1 par grande région du monde, à commencer par l’Amérique du Nord et le Qatar », explique Patrick Lemaitre, directeur des opérations.

26 mars 2014
Innoveox officialise (à l’occasion de PCH Meetings), un partenariat stratégique avec ERAS, société d’ingénierie multispécialiste dédiée à l’industrie des procédés et regroupant 500 ingénieurs et techniciens experts en Europe. ERAS sera chargée de mettre INNOVEOX en relation avec des industriels intéressés par la technologie

Avril 2014
Innoveox annonce la signature d’un contrat commercial avec la société Inter’val afin de transformer des déchets industriels toxiques en eau propre sur l’Ile de la Réunion. Un premier contrat de services d’environ 6 millions d’euros sur 5 ans pour le traitement de déchets industriels toxiques.
Inter’val, filiale d’Ets De la Hogue & Gueze, est une société réunionnaise spécialisée dans la collecte et la gestion des déchets industriels sur l’Ile de la Réunion. Deuxième acteur de gestion des déchets sur l’île, Inter’val privilégie des solutions de traitement non polluantes dans une démarche éco-responsable pour l’île. A ce jour, les déchets toxiques (huiles, solvants, peintures, etc.) ne peuvent  aujourd’hui être traités sur place et nécessitent un acheminement par mer vers des centres de traitement français ou européens.
Selon le modèle économique développé par le groupe, Innoveox exploite l’unité et facturera à la tonne traitée avec un prix fixé à l’origine contractuellement. Dans le cadre de ce contrat, INNOVEOX transformera jusqu’à 1 600 tonnes de déchets par an en autant d’eau propre avec une valorisation possible de l’énergie. L’eau propre pourra être rejetée directement dans l’environnement ou réutilisée.
Ce contrat devrait ainsi générer 6 M€ de chiffre d’affaires sur la période. Pour la mise en œuvre de ce contrat, Innoveox implantera une unité industrielle pouvant traiter jusqu’à 1 600 t/an qui sera mise en service en fin d’année 2014 et sera financée par les fonds levés à l’occasion de l’introduction en bourse.


---

Une technologie issue d’une collaboration entre Innoveox et le CNRS

Innoveox mène un partenariat technologique avec le CNRS depuis cinq ans autour de la technologie de l’Oxydation HydroThermale en milieu Supercritique (OHTS) à énergie positive.
Innoveox a reçu en 2010 le prix Potier, qui récompense les initiatives de l’industrie chimique en faveur du développement durable.

http://www.youtube.com/watch?v=iy2lDivS3_4

En 2014, Innoveox a signé avec le CNRS un important accord technologique et capitalistique, qui renforce leur coopération scientifique et devrait permettre de nouveaux développements. Il prévoit le transfert par le CNRS de deux familles de brevets fondateurs (Waste treatment process by thermal oxidation”  du 07 septembre 2000 & “Process for starting up of a waste treatment facility by hydrothermal oxidation”  du 10 juillet 2001) protégeant la technologie et l’entrée de sa filiale FIST SA au capital de la société à hauteur de 3%.
France Innovation Scientifique et Transfert SA (FIST SA)  est une société anonyme (créée en 1992), filiale du CNRS à 70% et de Bpifrance Financement à 30%. Elle a pour mission le transfert vers l’industrie de technologies innovantes, principalement pour le CNRS.
Aux termes de ce nouvel accord, le CNRS concède à Innoveox la pleine propriété des deux familles de brevets fondateurs sur la technologie OHTS à énergie positive. Ces brevets sont le résultat de vingt années de recherches du CNRS et précisément d’un de ses laboratoires, l’Institut de Chimie de la Matière Condensée de Bordeaux.

Marie-Pierre Comets (Directrice de la Direction de l’innovation et des relations avec les entreprises du CNRS) déclare : « Cet accord et cette prise de participation s’inscrivent parfaitement dans notre volonté d’accompagner les entreprises françaises innovantes comme INNOVEOX. En tant que leader dans la recherche sur la technologie de l’OHTS, nous connaissons le fort potentiel de ce procédé révolutionnaire dans le traitement et la valorisation des déchets organiques dangereux. Nous avons toute confiance dans la capacité d’INNOVEOX à la déployer en solution technologique innovante et à valoriser au mieux le fruit de cette recherche publique. »

Jean-Christophe Lépine, Président d’INNOVEOX déclare : « Nous sommes fiers du soutien renforcé du CNRS, partenaire technologique d’INNOVEOX depuis sa création et de l’accueillir à notre capital via sa filiale de valorisation, FIST SA. C’est une reconnaissance de la qualité de notre entreprise et de notre modèle. Avec cet accord stratégique, INNOVEOX franchit une étape importante dans la protection de son innovation en devenant propriétaire de sa technologie révolutionnaire, que nous continuerons par ailleurs à enrichir régulièrement par le dépôt de nouveaux brevets en propre et avec notre partenaire historique, le CNRS. »

---

La technologie OHTS à énergie positive

L’ OHTS est une technologie capable de convertir la matière organique en énergie et de restituer l’eau propre contenue dans les polluants : il s’agit de la combustion froide (à très haute température mais sans flamme) des déchets dangereux à l’intérieur d’un module-réacteur. Sont ainsi traités tous les déchets dangereux, les liquides (huiles, solvants, pyralènes) issus des industries polluantes (pétrochimie, raffinage, pharmacie, nucléaire, militaire, armes chimiques, boues de station d’épuration).
Le procédé d’oxydation hydrothermale exploité par Innoveox consiste à oxyder de la matière organique dans de l’eau à l’état supercritique (pression de 221 bars et température de 374 ° à 600 °C), en présence d’oxygène pendant une minute (ce qui permet de les détruire définitivement avec une efficacité de 99,99%).
Cette matière organique est alors convertie majoritairement en gaz carbonique, en énergie, en eau propre. Les métaux et minéraux sont récupérés.

« L’eau supercritique est le solvant le plus puissant que l’on puisse imaginer. Elle dissout et oxyde instantanément la matière organique. On récupère ensuite de l’eau propre qui peut être recyclée ou rejoindre les réseaux d’assainissement, des métaux et matières inorganiques qui sont retenus sur des filtres. Les métaux sont récupérés sous forme d’oxyde et peuvent être revendus s’il s’agit de métaux stratégiques. Dans la pétrochimie, la récupération des métaux tels que le platine peut présenter un intérêt », commente J.-C. Lépine.

En bout de chaîne, l’eau supercritique qui a atteint les 600 °C doit repasser dans le préchauffage autour de 300 °C. Du coup, l’énergie excédentaire peut être valorisée (ce pourquoi on parle de procédé d’oxydation hydrothermale à ENERGIE POSITIVE).

Destruction d’une tonne de déchets dangereux,
                             =
              mètre cube d’eau propre
                             +
1 MW d’énergie (= besoins de 1.000 personnes)
                             +
Récupération des terres rares et des métaux stratégiques.

Accueil | Innoveoxcontent/images/innoveox_fr_1115px_haut.jpg[/img]

Ce procédé est particulièrement adapté au traitement des déchets liquides (ou solides rendus liquides) qui sont soit trop concentrés pour être dégradés biologiquement, soit trop dilués pour être incinérés efficacement. Pour l’heure, les principales industries ciblées par Innoveox sont celles de la chimie, en particulier le raffinage, la pétrochimie, la chimie organique et la pharmacie, pour traiter des pesticides, du pyralène, des huiles et solvants usagés, des déchets pétroliers… Mais Patrick Lemaitre entrevoit également des opportunités dans la cosmétique, le nucléaire, les chemins de fer, l’industrie papetière ou l’agroalimentaire. Ces industries ont traditionnellement recourt à l’incinération. Mais certains déchets s’avèrent coûteux à traiter en incinération, parce qu’ils sont trop dilués ou parce qu’ils contiennent des polluants nécessitant des traitements de fumées complexes au niveau de l’incinérateur. A cela s’ajoute la délicate problématique du transport de déchets dangereux dont l’industriel conserve la responsabilité juridique tout au long du transport.

---

Intérêts et perspectives ?

Les intérêts de l’ OHTS sont multiples.

1/ Le traitement est extrêmement rapide, il fonctionne en continu et sans bruit.
2/ Le procédé est beaucoup plus écologique que l’enfouissement et l’incinération, procédés qui présentent toujours des émissions polluantes, pour un coût global similaire.
3/ Le bilan Carbone est neutre (aucune émission de gaz dangeraux ni odeur)
4/ La petite taille des modules de traitement (compacts – de la taille d’un contener – et  transportables par camion) permet de traiter les déchets sur place et donc d’éviter un déplacement parfois dangereux de ceux-ci.
5/ L’énergie récupérée peut produire de l’électricité, et l’eau est sans danger pour l’environnement.
6/ L’offre de services est compétitive, sur mesure, avec des contrats de prestation de services longue durée (5/7 ans) : pas d’investissements pour le client, facturation à la tonne traitée, valorisation possible de l’énergie, de l’eau et des métaux recyclés.

Innoveox souhaite mettre sa technologie  au service d’entreprises du CAC 40 (surtout les industries de raffinerie, de pétrochimie, de la chimie et de la pharmacie)et des collectivités en France et dans le monde.

Innoveox envisage l’évolution suivante :
CA 2013 : 44 000 €
CA 2014 (estimé) : 1 million €
2016 : équilibre, premiers bénéfices (amorce de rentabilité)
Horizon 2018 : CA 30 à 40 millions €

---

Le marché du traitement des déchets industriels ?

Le marché des déchets dangereux est un enjeu économique primordial. L’investissement humain, matériel et financier en faveur de ce dernier devient une préoccupation première. Et pourtant, encore aujourd’hui, les techniques de traitement de déchets comme l’incinération, le traitement physico-chimique (sédimentation, filtration, etc) ou encore l’enfouissement souffrent d’inconvénients majeurs : un traitement partiel des déchets ou encore un coût opérationnel et d’investissement très élevé.

C’est un marché considérable de 477 millions de tonnes de déchets toxiques produits chaque année dans le monde. Innoveox a ciblé un premier marché cible à fort potentiel de 25 millions de tonnes ( valorisé 6 milliards €), sur trois secteurs-clés : pétrole, chimie et santé.
A terme, la technologie pourrait avoir de nouvelles applications. Par exemple, le laboratoire Fluides supercritiques de l’ICMCB-CNRS, partenaire d’Innoveox, s’intéresse à la récupération de fibres de carbone dans les composites, ou à celle du silicium dans les panneaux photovoltaïques. Une opportunité se dessine également dans le traitement de sols pollués par le biais de l’utilisation de végétaux plantés pour capter les métaux lourds. La biomasse polluée serait ensuite traitée par un procédé OHT en vue de récupérer des métaux lourds oxydés.
D’autres projets sont dans les tuyaux. Pour Astrium, Airbus et Safran, la PME travaille sur un pilote dédié à la revalorisation de la fibre de carbone, qui est en cours de réalisation. De même, avec Arkema, elle va se lancer dans la revalorisation des panneaux photovoltaïques. Innoveox compte embaucher une vingtaine de salariés d’ici fin 2011.

Concurrents ?

Innoveox fait face à un seul véritable concurrent : General Atomics.

Je vais approfondir ce point demain…

Dernière modification par maxicool (19/04/2014 17h46)

Mots-clés : déchets, innoveox, polluants, traitement


Parrain Linxea - Bourse Direct - Binck - Fortuneo - WeSave : code FV1975 -  YOMONI - Contact

Hors ligne

 

#2 19/04/2014 23h18 → Innoveox : traitement des déchets industriels toxiques et/ou dangereux... (déchets, innoveox, polluants, traitement)

Membre
Réputation :   

Bonjour,

Juste, pour la partie concurrents, il y en a d’autres - c’est détaillé en 6.3.3 (page 40 et 41) du document de base :
http://www.innoveox-bourse.com/images/s … e-Base.pdf

A chaque concurrent, ils décrivent les différences par rapport à eux : plus couteux, nécessite plus de refroidisseurs, plus d’eau, etc.

Ca a l’air risqué financièrement mais leur projet industriel à l’air bien : je ne suis pas encore trop sûr mais je pense que je vais souscrire à un ordre A1.

Hors ligne

 

#3 20/04/2014 06h54 → Innoveox : traitement des déchets industriels toxiques et/ou dangereux... (déchets, innoveox, polluants, traitement)

Membre
Réputation :   337 

Merci pour le lien.
Les pages 30 à 49 sont très intéressantes à lire…


Parrain Linxea - Bourse Direct - Binck - Fortuneo - WeSave : code FV1975 -  YOMONI - Contact

Hors ligne

 

#4 20/04/2014 07h16 → Innoveox : traitement des déchets industriels toxiques et/ou dangereux... (déchets, innoveox, polluants, traitement)

Membre
Réputation :   337 

Selon le document ci-dessus, les concurrents utilisant une technologie plus ou moins similaire sont :

- General Atomics (US)
- SCFI (Irlande), avec 3 démonstrateurs depuis 1997 et 1 commande ferme depuis 2011
- Superwaterhouse Solutions (une seule installation pour la municipalité d’Orlando)
- Bertin technologies (uniquement des pilotes en laboratoire)

Je viens de consulter leurs sites, on y apprend pas grand chose.

Par contre, un détail me chagrine beaucoup, c’est le fait que SCFI s’est lancé sur le secteur depuis la fin des années 1990, avec un démonstrateur de 1876 tonnes /an au Japon notamment et n’a vendu qu’une seule installation depuis…
Doit-on penser que le procédé :
- ne convienne pas aux besoins des entreprises,
- coûte trop cher par rapport aux traitements classiques (incinération…),
- n’est pas encore rentré dans les pratiques des industriels (trop innovateur) ?

Bref, je trouve le procédé séduisant (du moins "sur le papier"), le créneau porteur (vu les tonnes de déchets à traiter), mais je me demande si les entreprises sont prêtes à jouer le jeu et à changer leurs pratiques dans la gestion de leurs déchets à l’heure actuelle.

Je pense que je ne vais pas souscrire de suite, mais voir comment la société va évoluer suite à la construction de leur première unité à la Réunion, qui sera financée grâce à cette levée de fonds.

Je vais suivre aussi B. Graham qui conseillait d’éviter les introductions en bourse… il s’y connait mieux que moi ;-)


Parrain Linxea - Bourse Direct - Binck - Fortuneo - WeSave : code FV1975 -  YOMONI - Contact

Hors ligne

 

#5 20/04/2014 07h50 → Innoveox : traitement des déchets industriels toxiques et/ou dangereux... (déchets, innoveox, polluants, traitement)

Membre
Réputation :   96 

Bonjour,

Un point à noter néanmoins : l’introduction est éligible au dispositif ISF/TEPA ce qui signifie qu’en conservant 5 ans les actions (en CTO uniquement) on a 50% de réduction d’ISF et 18% d’IR.

Donc il y a une "prime" à investir à l’introduction (si bien sur le titre ne corrige pas de plus de 18% ou 50%…)

Dernière modification par roudoudou (20/04/2014 11h19)

Hors ligne

 

#6 04/10/2016 11h57 → Innoveox : traitement des déchets industriels toxiques et/ou dangereux... (déchets, innoveox, polluants, traitement)

Membre
Réputation :   337 

2 ans après, que s’est-il passé ?

Pour résumer rapidement…

- quelques signatures de contrats
- des dépôts de Brevet
- la mise en route de l’unité de la Réunion en juin 2016
- l’implantation de filiales à l’étranger (Canada, Chine, CEI…)
- des augmentations de capital (décembre 2015 et mai 2016)
- une trésorerie nette qui diminue au fil du temps

---

Quelques chiffres

Au 31.12.2014
- CA : 12 060 €
- Charges d’exploitation : 2,83 M€
- Rés. d’exploitation : - 2,5 M€
- Rés. financier : 36 207 €
- Rés. net : - 2,22 M€
- Capitaux propres : 12.2 M€
- Tréso. nette : 8.8 M€

Valorisation de 2 brevets fondateurs (immo. corporelles passent de 0.8 M€ à 1.6 M€)

Au 30.06.2015 (sur 6 mois)
- CA : 4 250 €
- Charges d’exploitation : 1,81 M€
- Rés. d’exploitation : - 1,58 M€
- Rés. financier : 49 495 €
- Rés. net : - 1,38 M€
- Capitaux propres : 10.8 M€
- Tréso. nette : 4.8 M€

Au 31.12.2015
- CA : 124 000 €
- Charges d’exploitation : ?
- Rés. d’exploitation : - 4,0 M€ (hausse des charges de personnel et charges externes)
- Rés. financier : - 6 000 €
- Rés. net : - 4,01 M€
- Capitaux propres : 8.8 M€
- Tréso. nette : 3.3 M€

---

2014 : installation de la première unité de traitement à la Réunion

25.04.2015 : signature contrat en Nouvelle Calédonie (CA 25 M€  sur 5 ans, soit 5 M€ / an)
Entrée en activité prévue au S1 2016

08.07.2015 : signature contrat dans la Cosmetic Valley (CA 5 M€ sur 5 ans, soit 1 M€ / an)
Entrée en activité prévue au S2 2016

30.10.2015 : semestriels S1 2015
Pas de facturation pour l’unité de la Réunion (retards administratifs)
Entrée en activité à La Réunion prévue début 2016 au plus tard
Trésorerie nette en forte baisse (- 4 M €) : financement de l’unité à La Réunion, démarrage filiale au Canada (0.5 M€), financement de l’exploitation (1.7 M€), remboursement emprunt

11.11.2015 : signature contrat au Canada (CA 3 M€ sur 8 ans, soit 0,375 M€ / an)
Entrée en activité prévue au ???

18.12.2015 : AK 1.5 M€ (+ 300 000 actions, au prix de 5 €)
On passe de 5 675 940 à 5 975 940 actions


29.03.2016 : unité de La Réunion "presque en service"
Il reste une réunion en avril 2016, "l’unité de la Réunion pourrait démarrer en mai".

19.04.2016 : résultats annuels 2015
- Les contrats signés n’ont pas encore généré de CA
- Les premières facturations apparaitront au S2 2016
- Hausse des effectifs (passage de 21 à 30 personnes, mais charges de personnel x2…)
- Besoin en trésorerie de 7.1 M€ pour l’exercice (d’où l’AK de 1.5 M€ en fin d’année)
- Le groupe estime disposer des ressources financières suffisantes pour l’exploitation en 2016
- Mais n’exclue pas de nouvelles sources de financement en 2016 !

05.05.2016 : signature contrat en Chine (CA 5 M€ à la livraison)
Livraison prévue au S2 2017
Remarque : en attente de validation par les Conseils d’Administration (pour l’été 2016)

20.05.2015 : AK 3.0 M€ (+ 600 000 actions, au prix de 5 €)
On passe de 5 975 940 à 6 575 940 actions


30.05.2016 : signature pré-contrat en Chine (CA 14 M€ à la livraison)
Livraison prévue fin 2017
Remarque : en attente de validation par les Conseils d’Administration (pour l’été 2016)

02.06.2016 : démarrage de l’unité de La Réunion

Que penser ?

1/ la société brûle quand même beaucoup de trésorerie !
2/ les délais de mise en service des unités sont approximatifs (2 reports pour celle de la Réunion)
3/ les mises en service futures liés aux contrats signés sont lointaines (et donc les facturations aussi !)
4/ le management annonce le 19.04.2016 "avoir des ressources financières suffisantes pour l’exercice 2016" et réalise, le 20.05.2016, une AK de 3 M€…

---

Evolution du cours

Les AK ne sont pas "trop visibles".
La hausse de fin mai / début juin est dûe à l’annonce de la mise en service de l’unité de la Réunion.

Pour l’instant, AMHA, on achète beaucoup de promesses, il me semble préférable d’attendre les semestriels S1 2017, pour avoir du concret (premières facturations, avancée des contrats signés…).
Les résultats semestriels S1 2016 montreront, à nouveau, je pense, une grosse consommation de cash. 

A+

Dernière modification par maxicool (04/10/2016 11h58)


Parrain Linxea - Bourse Direct - Binck - Fortuneo - WeSave : code FV1975 -  YOMONI - Contact

Hors ligne

 

#7 04/10/2016 14h21 → Innoveox : traitement des déchets industriels toxiques et/ou dangereux... (déchets, innoveox, polluants, traitement)

Membre
Réputation :   337 

J’ai oublié d’insérer ce screenshot pour le dernier point "Evolution du cours".
Désolé !

http://maxicool5.free.fr/Bourse/Valorisations/Innoveox%20Cours%202014-2016.jpg


Parrain Linxea - Bourse Direct - Binck - Fortuneo - WeSave : code FV1975 -  YOMONI - Contact

Hors ligne

 

#8 04/10/2016 15h35 → Innoveox : traitement des déchets industriels toxiques et/ou dangereux... (déchets, innoveox, polluants, traitement)

Membre
Réputation :   337 

Pour mettre en perspective mon petit résumé ci-dessous…

Le management envisageait l’évolution suivante (début 2014) :
- CA 2013 : 44 000 €
- CA 2014 (estimé) : 1 million €
- 2016 : équilibre, premiers bénéfices (amorce de rentabilité)

Et il a obtenu :
- CA 2014 : 12 060 €
- CA 2015 : 124 000 €
- RN 2015 : - 4 M€
- Premiers bénéfices en 2016 ? On peut en douter (RDV lors des RS fin octobre)


Parrain Linxea - Bourse Direct - Binck - Fortuneo - WeSave : code FV1975 -  YOMONI - Contact

Hors ligne

 

#9 30/11/2016 20h32 → Innoveox : traitement des déchets industriels toxiques et/ou dangereux... (déchets, innoveox, polluants, traitement)

Membre
Réputation :   337 

Publication des semestriels 2016 :
http://www.actusnews.com/documents_comm … 6_VDEF.pdf

- Les 2 contrats chinois sont toujours "en négociation"
- L’unité de la Réunion (mis en route le 02 juin) a été arrêtée durant l’été (problèmes techniques)
- Le contrat de la Cosmetic Valley (activité prévue à l’origine au S2 2016) est "en attente de finalisation"
- Le contrat en Nouvelle Calédonie (entrée en activité prévue au S1 2016) est "en attente d’un terrain".

Bref, rien de positif !

---

Je rappelle que le management (débit 2014) envisageait pour 2016 les premiers bénéfices et une amorce de rentabilité.

Il a obtenu :
- CA 2014 : 12 060 €
- CA 2015 : 124 000 €
- RN 2015 : - 4 M€

Au 30.06.2016 (sur 6 mois) :
- CA : 18 000 €
- Charges d’exploitation : 2,34 M€
- Rés. opérationnnel : - 2,193 M€ (hausse des charges de personnel : 5 cadres recrutés)
- Rés. financier : 4 000 €
- Rés. net : - 2.189 M€
- Capitaux propres : 9.5 M€
- Tréso. nette : 2.9 M€ (avec une augmentation de capital de 3 M€ réalisée en mai 2016)

Soit 3,3 + 3 - 2.9 = 3.4 M€ de cash brûlé au S1 2016 comme je l’imaginais début octobre 2016…

Vu le retard pris sur tous les contrats, vu l’arrêt de l’unité de la Réunion, on peut s’attendre à :
- une retombée du cours
- une nouvelle AK d’ici peu

Dernière modification par maxicool (30/11/2016 20h35)


Parrain Linxea - Bourse Direct - Binck - Fortuneo - WeSave : code FV1975 -  YOMONI - Contact

Hors ligne

 

#10 06/12/2016 15h23 → Innoveox : traitement des déchets industriels toxiques et/ou dangereux... (déchets, innoveox, polluants, traitement)

Membre
Réputation :   337 

Vu le retard pris sur tous les contrats, vu l’arrêt de l’unité de la Réunion, on peut s’attendre à :
- une retombée du cours
- une nouvelle AK d’ici peu

La chute a été immédiate (de 5 euros à 3,70 euros ou - 30% quasiment en 1 semaine !).   
On arrive sur les cours les plus bas depuis l’introduction en Bourse au printemps 2014.

Trop de "promesses non tenues" sur les dates de :
- signature de contrats
- de livraison d’unités
- de mise en route de ces unités.

AMF : non actionnaire, et sans envie de le devenir pour l’instant.


Parrain Linxea - Bourse Direct - Binck - Fortuneo - WeSave : code FV1975 -  YOMONI - Contact

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech