Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#376 13/08/2013 09h37 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   69 

Bonjour koaran,

votre analyse est elle sourcée ou est ce que ce sont vos constats?

Que pensez vous de cette analyse?


Pourquoi pas Vous?

Hors ligne

 

#377 13/08/2013 13h46 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   39 

Bonjour

En contrepoint du titre de cette file (on voit bien le dégonflement en province, en France) :

1- nouvelle bulle en UK ?
- la bbc annonce ce matin que les prix en Angleterre n’ont jamais monté aussi vite depuis novembre 2006 (House price inflation continues to rise, says ONS - BBC News ),
- Selon le FT, 75% des biens a Londres sont vendus a des étrangers, et souvent mis en vente a l’étranger plutot qu’en UK (http://www.ft.com/cms/s/0/605cdea2-fb69 … z2bqT7zyz3 - lien sans doute payant)

2- nouvelle bulle a Bruxelles ?
Les statistiques officielles font état de hausses modérées ou meme de tassements (par ex. a Etterbeek, le quartier Européen : http://www.cadastre.be/Belgique/Bruxell … /Prix_Immo ). Mais j’ai remarqué en suivant au jour le jour les nouvelles offres que les prix de présentation, habituellement dans les 2000-2500 euros du m2, ont fait un saut vers 3000 euros y compris pour les grands appartements (dernieres annonces a Bruxelles : http://www.immoweb.be/fr/immo/biens-rec … 1%2C11%2C+ ).

Il pourrait s’agir d’un rush vers des valeurs refuge, en Europe mais hors zone euro pour UK, et vers un marché tres décoté par rapport a la France pour Bruxelles : dans les deux cas, ce sont des investissements dont les cash flows seuls ne justifient pas le prix.

Quelqu’un partage cette impression ou a d’autres exemples en Europe ? J’avais prévu l’achat d’un bien supplémentaire a Bruxelles mais commence a me demander si je ne vais pas rester liquide.

Hors ligne

 

#378 13/08/2013 14h25 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   

koaran a écrit :

Pour moi des facteurs essentiels dans cette histoire sont souvent oubliés. Ils concernent la répartition des emplois et de la richesse sur le territoire et à l’intérieur même des villes.

Le fait est qu’avec l’Europe ce qui était une grande ville Française il y a 15 ans est maintenant un village. Pour les employeurs ne subsiste que Paris et une poignée de mégapoles.
Ensuite au sein de ces villes l’explosion des problèmes sociaux a fait fuir les habitants de nombreux quartiers vers l’hypercentre ou la banlieue plus éloignée. Maintenant avec les prix du carburant etc. il y a un retour de cette banlieue éloignée vers l’hypercentre. L’hypercentre pour cause d’urbanisme ne peut pas être agrandi ou difficilement donc…

Je suis d’accord sur la centralisation qui conduit à un réel problème de logement en région Parisienne (couplée avec la qualité des transports inter-banlieues qui n’évolue pas au même rythme que le nombre d’usagers). Le prix au mètre carré à Paris est plus de 2x plus cher que dans les autres grandes villes ! Les salaires n’y sont pas 2x plus élevés en moyenne.

Par contre, je ne comprends pas le rôle de l’Europe ? Ni en quoi celà implique que les prix augmentent plus dans les grandes villes ?

Hors ligne

 

#379 13/08/2013 15h28 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   96 

kmo a écrit :

Bonjour

En contrepoint du titre de cette file (on voit bien le dégonflement en province, en France) :

1- nouvelle bulle en UK ?
- la bbc annonce ce matin que les prix en Angleterre n’ont jamais monté aussi vite depuis novembre 2006 (House price inflation continues to rise, says ONS - BBC News ),
- Selon le FT, 75% des biens a Londres sont vendus a des étrangers, et souvent mis en vente a l’étranger plutot qu’en UK (http://www.ft.com/cms/s/0/605cdea2-fb69 … z2bqT7zyz3 - lien sans doute payant)

2- nouvelle bulle a Bruxelles ?
Les statistiques officielles font état de hausses modérées ou meme de tassements (par ex. a Etterbeek, le quartier Européen : http://www.cadastre.be/Belgique/Bruxell … /Prix_Immo ). Mais j’ai remarqué en suivant au jour le jour les nouvelles offres que les prix de présentation, habituellement dans les 2000-2500 euros du m2, ont fait un saut vers 3000 euros y compris pour les grands appartements (dernieres annonces a Bruxelles : http://www.immoweb.be/fr/immo/biens-rec … 1%2C11%2C+ ).

Il pourrait s’agir d’un rush vers des valeurs refuge, en Europe mais hors zone euro pour UK, et vers un marché tres décoté par rapport a la France pour Bruxelles : dans les deux cas, ce sont des investissements dont les cash flows seuls ne justifient pas le prix.

Quelqu’un partage cette impression ou a d’autres exemples en Europe ? J’avais prévu l’achat d’un bien supplémentaire a Bruxelles mais commence a me demander si je ne vais pas rester liquide.

Pour Bruxelles sans tomber dans la discussion de comptoir je miserais sur le flux d’expatriation France -> Belgique pour echapper au mattraquage (réél) fiscal que nous pond ce gouvernement.

Hors ligne

 

#380 15/08/2013 23h23 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   

Pruls a écrit :

Bonjour koaran,

votre analyse est elle sourcée ou est ce que ce sont vos constats?

Que pensez vous de cette analyse?

Bonjour Pruls,

Pour vous répondre : un peu des deux. Mon métier est prévisionniste dans un grand groupe de transport afin de définir des orientation pour les 10 à 20 prochaines années. Dans mon métier je suis amené à étudier des tendances qui ont un impact sur l’immobilier. Mais on ne couvre pas tous les éléments qui influent le prix de l’immo (fiscalité, politique). Par contre nous regardons plus en détail la croissance des villes et il est remarquable de voir qu’en France par exemple des grandes mégapoles ont des PIB qui croissent à plus de 3% par an. Sur beaucoup de villes secondaires par contre on est clairement en récession depuis quelques années. Mais ça ne signifie pas qu’il ne faut pas investir dans ces villes secondaires, il y a de la segmentation à faire.
Mais comme je le disais pour la France il y a une grosse tendance depuis 15 ans à la concentration des emplois. Et là il n’y a pas de secrets, ça se vérifie partout dans le monde, plus la demande est concentrée plus le prix de l’immo monte. Pour nous c’est une tendance fondamentale qu’on va utiliser dans nos statistiques. On ne voit pas d’infléchissement venir si ce n’est des sociétés qui quittent Paris mais pour au final se retrouver en banlieue Parisienne ou dans le top 5 ( Lyon, Toulouse,…)

Merci pour votre vidéo intéressante. Je suis justement un fervent supporter de cette approche. Je pense que la concentration est plus polluante que "l’étalement" intelligent. Seulement peu de politiques sont assez visionnaires pour s’en rendre compte et nos écolos sont plus des idéologues que des scientifiques. Il n’en reste pas moins que l’étalement pose d’autres problèmes, comme la congestion, l’imperméabilité des sols etc. qui font que l’étalement urbain ne progressera plus au mieux que marginalement.

Hors ligne

 

#381 30/11/2013 23h59 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   60 

http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=73946

NATIXIS a écrit :

#1 Sur les ménages
Les loyers ont crû plus vite que l’ensemble des prix, mais de peu (0,5 point par an), mais ont crû moins vite que les salaires (graphique 3a). L’endettement a beaucoup progressé, mais avec la baisse des taux d’intérêt, le poids des intérêts payés par les ménages a reculé (graphique 3b). Le poids de la dépense de logement est donc élevé pour les ménages (graphiques 3c et 4, tableau 1), mais il n’a pas énormément augmenté depuis les années 1990 où il était déjà élevé.

Ceci semble assez contre-intuitif : on pouvait se dire que la hausse de l’immobilier allait durablement peser sur le revenu disponible après poste logement, et cela avec une grande inertie. Pourtant, le poids du poste logement stagne en moyenne.

Mais, au-delà de la moyenne, peut-être faudrait-il avoir une réflexion par catégorie.

Hors ligne

 

#382 27/02/2014 12h23 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   51 

Les chiffres des notaires pour l’ensemble de l’année 2013 sont sortis aujourd’hui :

-1.5 % pour paris
-1.7% pour l’IDF
Tous les départements d’IDF sont dans le rouge
-4.7% pour Neuilly/seine ou je souhaite acheter.

Si on regarde la carte de l’IDF (Carte des prix | Chambre de Paris) elle est toute rouge.

Si on zoome sur Paris on aperçoit que l’ouest est en baisse (sauf le 15e et  le 7e) alors que les arrondissements populaires sont en hausse sauf le 13e.
Les 2 plus fortes baisses sont le 8e et le 16e.

J’ai du mal à voir un catalyseur pour inverser cette tendance (si quelqu’un a des idées  ? )

bref tout baigne en espérant que ça dure !

Hors ligne

 

#383 27/02/2014 13h15 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   

Messieurs, puissiez-vous dire vrai. Car les prix actuels devraient être revus à la baisse de 30% (hors Paris intramuros qui est une capitale européenne et mondiale) et raviraient les investisseurs comme moi qui souhaitent acheter un peu de pierre.

Malheureusement je n’ai pas l’impression que ça en prenne la tournure (hors zones de province extrêmement touchées par la crise et pour lesquelles le rapport offre/demande n’est pas déséquilibré), et en particulier dans les zones où il y a de la demande.

Je m’explique : l’INSEE parle d’un manque de 800 000 logements aujourd’hui en France. Dans les zones tendues comme celle où je suis (Sud-Est Var maritime), la population n’arrête pas d’augmenter car tout le monde veut venir y habiter pour plusieurs raisons (bonne santé économique, climat, etc…). Et le parc immobilier ne suffit pas. Donc il faut construire. Mais la loi Duflot n’incite pas à la construction (en témoignent les chiffres). Et le nombre de terrains constructibles est rare donc cher. Donc pour le peu de programmes qui sortent de terre ils le sont à des prix délirants. Et le problème, c’est que les gens se jettent dessus ! Et c’est valable pour l’ancien.
De la même manière, pour la location, on n’est pas au niveau de Paris pour la location niveau fluidité du transit mais presque, ca va extrêmement vite et si vous mettez un appart à la loc’ vous en aurez des coups de fil… On a même vu certaines villes dynamiques où les prix font mieux que résister, ils montent !
Les prix à l’achat et location tiennent donc.

Je pense aussi que vouloir être propriétaire et avoir un toit sur sa tête même en cas de cataclysme est une mentalité très française (et je fais partie de ceux-là), quitte à le surpayer ou à y mettre 40% de son salaire voire plus.
"Demain on me saisit tout, mais j’ai au moins un toit". Et je ne parle pas de la valeur affective qui pour l’immense majorité de la population est largement mise en exergue par rapport aux calculs chiffrés dans la décision finale. Je n’ai pas retrouvé ce type de mentalité dans plusieurs autres pays européens.

Alors pour toutes ces raisons qui sont le fruit de mon analyse, j’ai peur qu’une grosse correction à la baisse ne soit pas pour tout de suite, en tout cas pas en zones tendues et de croissance (Sud-Est, Rhônes-Alpes). J’espère cependant avoir tort.

Hors ligne

 

#384 27/02/2014 15h40 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   

Je suis tout à fait d’accord avec toi, c’est typiquement français, pour plusieurs raisons à mon sens, une d’elle est le prix très élevé que représentent les loyers pour un bien en location par rapport à d’autres pays où il est plus avantageux de louer et de profiter de son argent au cours de sa vie.

Une autre raison est quand même nationale, tout est fait pour que chacun essaye et ai envie d’acquérir la propriété. Je pense que les gouvernements en sont d’autant plus satisfaits qu’un français propriétaire aura moins de charge arrivé à sa retraite, il pourra donc percevoir une retraite plus faible.

Cédric

Hors ligne

 

#385 27/02/2014 17h28 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   33 

Cedric a écrit :

Je suis tout à fait d’accord avec toi, c’est typiquement français, pour plusieurs raisons à mon sens, une d’elle est le prix très élevé que représentent les loyers pour un bien en location par rapport à d’autres pays où il est plus avantageux de louer et de profiter de son argent au cours de sa vie.

Cédric

Que dire du prix que représente l’achat d’un bien ?

Hors ligne

 

#386 27/02/2014 19h26 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   

JojoLaPatate a écrit :

"Demain on me saisit tout, mais j’ai au moins un toit".

Je ne voudrai pas doucher tes espoirs mais ton bien immobilier est tout autant saisissable que tes biens mobiliers.
Par exemple, le comptable de ta trésorerie peut décider d’effectuer la vente de ta maison si tu es redevable d’une grosse somme envers le fisc et que tu n’as aucun moyen de la régler autrement.
C’est assez rare mais il y en a bien une petite dizaine par an pour chaque trésorerie.

Dernière modification par andreas (27/02/2014 19h27)

Hors ligne

 

#387 27/02/2014 21h39 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   

Klaus a écrit :

Cedric a écrit :

Je suis tout à fait d’accord avec toi, c’est typiquement français, pour plusieurs raisons à mon sens, une d’elle est le prix très élevé que représentent les loyers pour un bien en location par rapport à d’autres pays où il est plus avantageux de louer et de profiter de son argent au cours de sa vie.

Cédric

Que dire du prix que représente l’achat d’un bien ?

Cela dépend d’où on parle, si c’est sur Paris, effectivement, la location sera plus accessible que l’achat, par contre en province, le loyer peut être assez proche du remboursement de prêt.

Hors ligne

 

#388 28/02/2014 10h02 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   

andreas a écrit :

JojoLaPatate a écrit :

"Demain on me saisit tout, mais j’ai au moins un toit".

Je ne voudrai pas doucher tes espoirs mais ton bien immobilier est tout autant saisissable que tes biens mobiliers.
Par exemple, le comptable de ta trésorerie peut décider d’effectuer la vente de ta maison si tu es redevable d’une grosse somme envers le fisc et que tu n’as aucun moyen de la régler autrement.
C’est assez rare mais il y en a bien une petite dizaine par an pour chaque trésorerie.

Je me suis mal exprimé, tu as raison de me reprendre. Ce que je voulais dire c’est que dans l’hypothèse catastrophe où demain le système financier et boursier s’effondre (krach, faillites bancaires…) et/où on revient à une inflation galopante pour x raisons, donc que l’argent et l’investissement ne valent plus rien et qu’on risque de tout perdre, on a au moins un toit sur sa tête. Je pense que c’est le raisonnement du pays, et il est vrai que l’état nous y a fortement encouragé ces 10 dernières années (j’ai moi même droit à un PTZ conséquent pour mon prêt). Et je préfère de loin la mentalité ambiante du pays (nous avons une épargne record sur les encours type Livret A ou AV), à celle par exemple du peuple américain qui vit toute sa vie à crédit et continue à bosser après 70 ans car il a dilapidé son capital retraite pour rembourser ses dettes…

Hors ligne

 

#389 28/02/2014 15h55 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   82 

C’est pas faux.

Et j’ai du mal à comprendre pourquoi Alexis t’as mis un -1 pour avoir dit cela.

Hors ligne

 

#390 28/02/2014 16h43 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   246 

JojoLaPatate

Bien sur qu’épargner est bon et qu’avoir une RP payee est rassurant

Mais je trouve dommage que vous compariez cela avec ce cliche - faux- du peuple américain.
Il y a eu une crise très grave…on parle souvent des gens qui ont augmente x fois leur hypothèque pour spéculer… en fait la majorité des gens n’ont pas fait ça.
Le gouvernement et les banques ont aussi pousse des gens qui n’en avaient pas les moyens a acheter.

Et les gens ne dilapident pas leur epargne-retraite qui est bloquée jusqu’a 59 ans 1/2 - sinon pénalités…

Dernière modification par sissi (28/02/2014 16h43)

En ligne

 

#391 30/12/2014 10h19 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Administrateur
Réputation :   1309 

Sans vouloir relancer un enième débat…

A Bordeaux dans mon entourage il y a une maison à vendre d’environ 200 m2 depuis un an.

Elle a été estimée par une petite dizaine d’agences à 600 k€-700 k€.

Elle a reçu une vingtaine de visites en un an… mais seulement une seule et une seule proposition, à 550 k€.

Le marché semble complètement gelé et les estimés des agences de fait complètement fantaisistes.

Et là on ne parle pas d’une maison dans le fin fond de la campagne creusoise, mais à Bordeaux…

Un an, ça fini par faire long et la maison n’est toujours pas vendue…

Hors ligne

 

#392 30/12/2014 10h56 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   43 

Difficile de se prononcer sans connaître précisément le bien et le marché.
Mais 550 ke, çà reste une proposition pas tant éloignée que çà de la fourchette basse des estimations.

Hors ligne

 

#393 30/12/2014 10h58 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   17 

Je suis d’accord avec votre analyse, si le vendeur s’est fixé une valeur et ne veut pas baisser, les agences tournent en rond.

Je viens d’acheter un appartement sur colmar après en avoir visité une bonne dizaine. Certains biens sont en vente depuis 2 ans à des prix de l’ordre de 2000€/M2 et totalement à refaire. Notre choix s’est porté sur un appartement très bien situé,  à 1400 €/M2, habitable de suite et très bien situé.

Il faut être opportuniste et ne pas se fier aux prix affichés. Et ne pas hésiter à faire des offres très inférieures au prix annoncé si la qualité du bien n’est pas au rendez-vous.

A contrario,  je viens de vendre un maison en parfait état au prix que l’agence m’avait fixe sans remise (hormis celle qui était prevue), vente réalisée en 24h.

Ma conclusion : si vous vendez des biens en bon état,  vous aurez beaucoup plus de chance de vendre au prix du marché et dans des délais réduits.


Pour vivre heureux, vivons cachés

Hors ligne

 

#394 30/12/2014 11h08 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   

pierrejacques11 a écrit :

Mais 550 ke, çà reste une proposition pas tant éloignée que çà de la fourchette basse des estimations.

Bonjour,
Je ne suis pas du tout du métier, mais entre 10 % et 30% "d’erreur" sur la valorisation d’un bien (si l’on part du principe que cette proposition n’est pas loufoque) dans une fourchette qui me semble déjà bien large (100k€ quand même) personnellement ça m’interpelle quand même un peu…

Dernière modification par 0l1v (30/12/2014 11h09)


+/- Buy&Hold depuis Juillet 2011. Répartition Cible: Actions  60% - Immo. (REIT) 30% - Obligations 10% - Monétaire 6 mois de salaire. Devises : 10% € - 35% £ - 55% $ (CAD/USD)

Hors ligne

 

#395 30/12/2014 11h28 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   30 

Pour rajouter aux commentaires précédents et en prenant un minimum de recul…

Je discutais l’autre jour avec mon nouveau banquier (rachat de crédit…etc…), qui travaille dans l’agence du plus grand groupe français, dans une ville importante et plutôt "chic" de la (très) proche banlieue parisienne.
Il me dit qu’il est débordé en ce moment, et c’est ce qui explique les délais dans les offres de prêt…
Moi, interloqué, je lui demande si les acheteurs sont revenus sur le marché immo..
Il me regarde, rigole (jaune)…Non, s’il est débordé c’est à cause des demandes de rachat de crédit, et qques prêts pour des investisseurs.

Il me confie que depuis l’été 2014, pour des prêts "résidence principale", l’agence en a fait…..3.
De son expérience, il n’arrive pas à comprendre comment les agences immobilières peuvent encore tenir, mise à part le délai entre le compromis et la signature chez le notaire…

Je crois donc de plus en plus au gel global du marché, même avec des taux bas, ce qui est quand même assez évocateur de la suite le jour où les taux vont commencer à évoluer en sens inverse…


parrainage Bourse direct, binck, boursorama, fortuneo possibles

Hors ligne

 

#396 30/12/2014 11h45 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   221 

Les agents immobiliers ont malheureusement une quasi obligation de sur-estimer le bien pour que le prospect mette le bien en vente chez eux. Ce dernier, dans l’immense majorité des cas, fait le tour de quelques agences et dépose son bien au plus offrant (nous sommes d’accord, il s’agit d’un estimé et non d’une offre).
Ce comportement conduit immanquablement à vendre le bien moins cher, en plus de temps… et fait parfois le bonheur des investisseurs wink

Les chroniques sur son blog d’une directrice d’agence immobilière Toulousaine depuis 2009, sont très instructives sur le métier et le marché http://immobilier-revelateur-de-la-natu … -blog.com/

D’autre part, il y a peut-être aussi un effet de seuil. En effet les acheteurs au dessus de 500k€ ne sont peut-être pas si nombreux que cela, même à Bordeaux. Dans ma province (préfecture/agglo 100k habitants) dès 250k€, il n’y a plus d’acheteurs…


" Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour lui-même est un esclave" Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#397 30/12/2014 11h53 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   157 

Caskman a écrit :

Je crois donc de plus en plus au gel global du marché, même avec des taux bas, ce qui est quand même assez évocateur de la suite le jour où les taux vont commencer à évoluer en sens inverse…

Justement, les chiffres de cette année ne donne pas de baisse significative du nombre de transactions.
On est dans les 10% en dessous des meilleures années, mais la tendance de ces dernières années est plutôt à la hausse.

Le gel que l’on suspecte est-il réel, ou un simple biais statistique (on remarque plus ce qu’on cherche, ce dont on parle régulièrement)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne

 

#398 30/12/2014 12h02 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   11 

Un gel du marché par rapport à quoi? Un banquier qui ne prête plus…
Regardons les chiffres selon le CGED: à fin 10/2014, les ventes cumulées sur 12 mois de logements anciens s’élevaient à 720 000, contre 718 000 en 2013, 705 000 en 2012…  Pas de drame récent donc.
Sur un horizon plus long, on avait une moyenne de 800 000 ventes pendant les années 2000 et de moins de 600 000 pendant les années 90.

Selon les notaires, pour la région Île-de-France, le nombre de ventes cumulées sur 12 mois croît de 3% entre septembre 13 et septembre 14, pour des prix en baisse de 1,3%…

Au total, l’immobilier résiste bien au regard de la situation économique, jusqu’à présent.

Bref, rationalisons un peu ce sujet passionnel.

NB: je ne fais pas de prévisions

Hors ligne

 

#399 30/12/2014 12h02 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   10 

Caskman a écrit :

Il me confie que depuis l’été 2014, pour des prêts "résidence principale", l’agence en a fait…..3.
De son expérience, il n’arrive pas à comprendre comment les agences immobilières peuvent encore tenir, mise à part le délai entre le compromis et la signature chez le notaire…

A mon avis, elles ne tiennent pas, elles mangent leur cash, sachant qu’elles peuvent tenir un temps avec leurs autres métiers (annonces de location, gestion locative, syndics…).

C’est peut être pour ça qu’elles font un lobbying à la fois insensé et à contre-courant pour évincer les sites de particulier à particulier au nom de la concurrence déloyale, ce qui est exactement le genre de choses qui hérissent (et c’est fort heureux) le ministre de l’économie actuel (on n’a pas besoin de resserrer un boulon de plus de l’économie française…).

L’effondrement des transactions a été habilement balayé sous le tapis de la loi Duflot, maintenant c’est le PàP. Demain ce sera à cause des notaires, ou des impôts locaux… Y a 36 000 raisons de ne pas acheter en ce moment, ça n’en reste pas moins dingue que le marché soit bloqué avec des prêts à taux aussi faibles…

Pourtant de ce que j’ai lu il y a bel et bien quelque chose en train de se jouer : même les locataires ne bougent plus (ce qui, à mon avis, trahit aussi l’insolvabilité de certains… ça promet pour les propriétaires loueurs). Quand au neuf, c’est plié… J’ai discuté avec des gens du métier de tous les niveaux (du cabinet d’archi aux artisans, en passant par le gros œuvre et les cabinets de vérification sécurité etc.) : c’est MORT pour 2015.

Caskman a écrit :

Je crois donc de plus en plus au gel global du marché, même avec des taux bas, ce qui est quand même assez évocateur de la suite le jour où les taux vont commencer à évoluer en sens inverse…

Je ne sais pas ce qui a été dit dans le topic mais de toutes façons le marché immo est un marché rigide. La baisse de prix ne se manifeste que de manière différée, d’abord il y a un effondrement du nombre de transactions. Dès qu’on parle d’immo les gens perdent la notion du prix correct, surtout quand c’est LEUR bien. Et côté acheteurs, c’est vraiment chiant de confronter les biens… vu le temps que ça prend de visiter, revisiter, rerevisiter (quand je vois des gens de mon entourage s’endetter sur 25 ans après avoir visité trois voire deux apparts, dans le contexte actuel, je me tape la tête contre le mur!).

Perso, je me désole en voyant que je rate les prêts à taux "fantastiques", mais je me console en me disant que j’éviterais au moins de me manger une moins-value, si je maintiens mon idée d’acheter en périphérie de grande ville.

Une autre question que je me pose, suite à des articles que j’ai lu dans la presse éco, c’est la soutenabilité de ce rush au rachat de prêts chez les banquiers : vu la situation, les taux font forcément remonter. Pourquoi les banquiers procèdent-ils à des rachats à de prêts à taux fixes (et bas!) sachant qu’ils vont forcément perdre de l’argent quand les taux remonteront? Ou alors ils ont une conviction déflationniste en béton armé?

Dernière modification par FXB67 (30/12/2014 12h04)

Hors ligne

 

#400 30/12/2014 12h06 → Immobilier : fin de la hausse et dégonflement de la bulle ?

Membre
Réputation :   147 

Pour ceux qui se demandent comment les agences immobilières arrivent encore à s’en sortir, il faut rappeler qu’un grand nombre d’agences n’ont plus que le patron titulaire de la carte professionnelle et 1 ou 2 salariés, les négociateurs sont pour la plupart en auto-entrepreneur donc ne coûtent rien s’ils ne font pas de ventes.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech