Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#51 20/11/2011 12h22 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   60 

Merci pour cette réponse argumentée.

Fructif a écrit :

Bonjour,
Il faudrait lui poser la question :-)

Vous avez raison je vais le faire!

Fructif a écrit :

Dans le document que vous citez il dit "Le niveau élevé du ratio relatif à Paris avant 1914 ne doit pas être interprété comme signalant une dévalorisation des immeubles par rapport au revenu par ménage au cours du 20ème siècle"

Vous voulez dire qu’on peut aussi l’expliquer par un revenu faible? (c’est bien ça que personnellement je crains pour le futur).

Fructif a écrit :

En résumé, selon moi (mais ça fait 8 ans que je me trompe :-) ), la hausse alimente la hausse, et avec un bon coup de grisou, il y aura de la baisse.
La baisse n’a été que légère en 2008 parce que les gens sont vraiment convaincus que l’immobilier ne peut qu’augmenter, mais une fois convaincus …
Et je rejoins IH, l’argument est toujours le même : le foncier est limité, ça ne peut qu’augmenter

Je ne comprends pas très bien : une baisse cause "coup de grisou", ou une continuation de la hausse cause rareté du foncier?

Dernière modification par placementapapa31 (20/11/2011 12h23)

Hors ligne

 

#52 22/11/2011 06h56 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   285 

Bonjour,

je dis juste que ce sera difficile de convaincre les gens que c’est possible que l’immobilier ne monte pas tout le temps … mais qu’une fois convaincue, il n’y aura pas stagnation, mais (forte ?) baisse.

D’ailleurs, je pense classique et c’est ce que l’on voit dans les précédents messages :
Quand une forte montée de prix a lieu, ça ne stagne pas, ça baisse.

Hors ligne

 

#53 25/11/2011 09h39 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   38 

Un article sur le manque de logement : NON, Il ne manque pas 800 000 logements en France

Et je pense que le GBL cité doit être "le notre", il est de tous les combats big_smile

Hors ligne

 

#54 25/11/2011 11h26 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Modérateur
Réputation :   1084 

smile chut smile

J’ai juste indiqué le lien pour trouver le rapport de la fondation de l’abbé Pierre (http://www.archidev.org/IMG/pdf/rapport … gement.pdf), et en lisant soi-même ce rapport, on trouve bien autre chose que les raccourcis trompeurs que pas mal de personnes en ont faits.

Je n’ai aucune info spéciale sur l’immobilier, parisien ou autre wink

Dernière modification par GoodbyLenine (26/11/2011 12h54)


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#55 26/11/2011 08h12 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   285 

GBL, mais avez vous ces infos sur Paris ?

Sinon un "petit signal" :
Les banques resserrent leurs critères de crédit sur les emprunts à plus de 15 ans

Les banques resserrent leurs critères de crédit sur les emprunts à plus de 15 ans

Les banques ne réduisent pas leurs enveloppes de crédit mais durcissent leurs critères sur les crédits de plus de 15 ans, favorisant les clients les plus solvables.


La fin de l’article est :

La baisse prévisible des prix de l’immobilier explique aussi cette tendance. « Il n’y a pas de discours de restriction, à quelques exceptions près, indique Hervé Hatt, le patron de Meilleurtaux. Parmi les banques qui resserrent leurs critères et remontent leurs taux, certaines anticipent une dégradation du risque. » Si un emprunteur à plus de 20 ans doit vendre son bien dans les cinq ans alors que son prix a chuté, il n’aura remboursé que les intérêts du crédit et ne pourra pas rembourser la banque.
Dans ce climat, certains établissements tentent cependant de tirer leur épingle du jeu. « Il n’y a en effet aucune raison de "durcir" les conditions d’octroi », affirme par exemple la BPI pour 2012.

Dernière modification par Fructif (26/11/2011 08h13)

Hors ligne

 

#56 26/11/2011 09h31 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   -11 

Bien sur qu’il y a risque de baisse, si les taux remontent à 6% (plus de triple a)  dans quelques mois et plus la perfusion de l’état biberon pour le ptz et autres aides quel potentiel de hausse il y a t il à paris ou dans les grande métropoles françaises?
Acceder à la propriété à Paris à crédit sur 20 ans  c’est penser que le bien va prendre plus de 60% entre les frais de notaire et le cout du crédit pour retomber sur ses pattes.

Je trouve plus interessant la valorisation de certaines actions à faible volatilité  aujourd’hui en potentiel de hausse que l’immobilier parisien…

Hors ligne

 

#57 26/11/2011 13h04 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Modérateur
Réputation :   1084 

tonii écrit "acceder à la propriété à Paris à crédit sur 20 ans  c’est penser que le bien va prendre plus de 60% entre les frais de notaire et le cout du crédit pour retomber sur ses pattes."
, et je suppose que c’est parce que les intérêts payés pour l’emprunt sur 10 ans représente environ 60% du montant initial.

Ce raisonnement est FAUX.

Les intérêts payés représentent juste le "loyer" versé à la banque pour pouvoir utiliser temporairement l’argent emprunté, et on ne peux complètement assimiler un €ruro de capital initial (en 2011), un €uro d’intérêt versé (entre 2011 et 2030), et un €uro de capital récupéré lors d’une cession (en 2030 par exemple), ces €uros n’ayant pas la même valeur.

Ceci dit, il est clair qu’il y a un risque (de baisse, de hausse, etc.) et qu’accéder à la propriété à Paris (ou ailleurs), à crédit ou pas, représente un pari.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#58 26/11/2011 14h02 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   -11 

GBL

Excusez moi le cout du crédit sur 20 ans comme condition donné sur ma première intervention et les frais de notaire de 8%  on arrive à un cout total pour un taux à 4.5% assurance comprise de :

51.5% de cout des intérêts et les 8% de frais de notaire soit 59.5% de surcout autant pour moi…

Hors ligne

 

#59 26/11/2011 14h23 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Modérateur
Réputation :   1084 

tonii,    certes, mais en échange vous bénéficier pendant 20 ans de l’usage d’un bien immobilier…. et ça a aussi une valeur (il est logique de ne pas en bénéficier "gratuitement").

Il est d’ailleurs possible actuellement d’acheter la nue-propriété d’un bien et d’en récupérer la pleine propriété dans 15-20 ans, pour environ 50-60% du montant de l’achat en pleine propriété, ce qui revient un peu au même.

Je vais arrêter ce débat avec vous. Si vous ne comprenez pas certains des concepts associés (la jouissance d’un bien ou d’une somme d’argent pendant un certain temps a une valeur, un €uro de 2011 ne vaut pas la même chose qu’un €uro de 2031, etc.) je n’ai aucune chance de vous convaincre. Je vous invite à relire nos échanges, et les différents messages dans le fil où vous vous êtes présenté, en essayant d’y trouver quelque chose qui pourrait faire évoluer vos convictions actuelles.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#60 26/11/2011 17h50 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   -11 

Ok je voulais pas vous vexer GBL.

D’ailleurs en échangeant avec vous vous m’avez suggéré partiellement une idée par rapport à la valeur de mes 3 biens et l’utilisation que j’en fait.

Je pensais à peut être les revendres avec la plu value et avec l’argent repartir sur 3 appartements mais de type 3 dans un quartier similaire cette fois ci..

Comme ça je n’ai pas à mettre des liquiditées (je les garde pour les placer ailleurs) dans un 4 eme type 2 : 3 types 3 procurent le même montant de loyer que 4 type 2 mais avec un lot en moins à gérer en terme de faris d’agence, charges, assurance et précompte immobilier belge….

Qu’en pensez vous?

Hors ligne

 

#61 26/11/2011 22h46 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Modérateur
Réputation :   1084 

tonii, j’ai commenté votre "idée" sur Info

Je ne suis aucunement vexé. Je constate juste que j’ai du mal à vous faire comprendre certains concepts. Peut-être ai-je mal expliqué… Je suis convaincu que vous êtes de bonne foi (alors que pour d’autres comme h…y je doute un peu parfois).

De manière générale, j’aime bien échanger avec des personnes qui ont de vues différentes des miennes, car c’est plus enrichissant qu’échanger avec des personnes qui pensent exactement comme moi, et ça me permet d’apprendre…. même si le ton monte parfois.

Vous semblez plein de bon sens, et ne pas vous risquer sur des opérations financières que vous ne comprenez pas bien. Ca vous fait peut-être rater certaines opportunités, mais on en rate tous, et c’est sans risque. Si tout le monde faisait comme vous, il y aurait bien moins de "pigeons" victimes de placements hasardeux sans comprendre ce qui leur arrivait.

J’avoue que ma remarque, celle qui vous a donné cette idée, était en partie au second degré, pour illustrer par l’absurde une limite de votre raisonnement. Mais votre idée est peut-être bonne au fond !


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#62 26/11/2011 23h52 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   -11 

Oui vous savez j’ai pas fait de grandes écoles de commerce ou science po ….

Mais je sais que les gens qui ont trop d’études généralement cogitent trop et bien au final ils prennent pas de risques et se prennent la tête sur des concepts compliqués.

Pour les actions on va dire que je suis un peu j’ai quelques titres comme j’ai dit dans la présentation.

J’ai observé et écouté et je remarque simplement 2 choses:
Les actions avec des gros  dividendes supérieur à 8% de telecom, foncières commerciales , energie (paradoxalement pas trop en france mais en Belgique , Hollande et Italie)  resistent bien en période de crise.

Le fond amérique latine ing m’a fait  des bonnes performances  peut être parce qu’il est investi sur le Brésil donc potentiel important.

Hors ligne

 

#63 14/12/2011 06h12 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   285 

Ca commence. Article des Echos Baisse des prix en vue pour les logements anciens franciliens

Les Echos a écrit :

Baisse des prix en vue pour les logements anciens franciliens
Pour la Fnaim les prix s’infléchissent à Paris et la force du ralentissement du marché augure d’une baisse des prix en 2012 tant dans la capitale que dans sa couronne.
(…)
Dans la capitale, jusqu’à présent emblématique de la surchauffe, les notaires ont observé une stagnation du prix moyen des avant-contrats de vente signés de juillet à fin novembre (reflétant les ventes de février 2012), autour de 8.300 euros le mètre carré (8.340 euros en novembre). A la Fnaim, on estime même que, en fait, les prix parisiens baissent actuellement. «En juillet 2011, les prix étaient de 22% supérieurs à juillet 2010, or cette hausse sur un an n’était plus que de 17% en septembre», observe Pierre-Antoine Menez

Hors ligne

 

#64 14/12/2011 09h50 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   313 

Fructif a écrit :

Ca commence.

Qu’est ce qui commence ???

La baisse des prix dans l’immobilier , tant mieux je n’attend que ça afin de pouvoir acheter d’autres biens moins cher pour les louer.
Ca monte  , tant mieux je vais pouvoir vendre des biens ….

Voyez vous les fluctuations de l’immobilier ne sont pas un problème car vous achetez un bien à crédit qui est payé par la location en fin de crédit soit les prix ont monté ou stagné et vous pouvez vendre en récupérant le montant initial du bien soit les prix ont baissé et vous pouvez continuer à louer ou revendre en gagnant moins MAIS vous serez toujours gagnant , c’est la différence avec la bourse ou vous investissez votre argent et si les cours baissent ou le montant des dividendes alors dans ce cas vous acceptez une perte ou sinon vous patientez….

Franchement j’ai un avis bien établi sur le sujet et la différence entre ces deux investissements , vous avez compris que ma préférence va à l’immobilier car je suis maître à bord sans dépendre des rumeurs ou de la mauvaise gestion d’un pdg qui partira avec plusieurs millions une fois qu’il aura saigné la société

Philippe


Investisseur immobilier Rentier en 2016 Bailleurs sur Nîmes et Béziers , mutualisons les locataires

Hors ligne

 

#65 14/12/2011 10h43 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   60 

C’est très intéressant et loin d’être faux.

Mais que faire en cas de hausse de la fisca de l’immo (je pense à un doublement de la taxe foncière) et/ou de loi sur le blocage des loyers? (elle nous pend au nez)

Je ne suis pas sûr que l’immo baisse beaucoup (scénario 1 de Friggit : stagnation nominale, scénario 2 : lente baisse nominale), donc baissera-t-il assez pour augmenter significativement le rendement locatif et justifier ainsi un nouvel achat, même sans considérer les hausses prévisibles de prélèvement.

Dernière modification par placementapapa31 (14/12/2011 10h45)

Hors ligne

 

#66 14/12/2011 10h51 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Administrateur
Réputation :   1307 

Philippe30 a écrit :

Voyez vous les fluctuations de l’immobilier ne sont pas un problème car vous achetez un bien à crédit qui est payé par la location en fin de crédit soit les prix ont monté ou stagné et vous pouvez vendre en récupérant le montant initial du bien soit les prix ont baissé et vous pouvez continuer à louer ou revendre en gagnant moins MAIS vous serez toujours gagnant , c’est la différence avec la bourse ou vous investissez votre argent et si les cours baissent ou le montant des dividendes alors dans ce cas vous acceptez une perte ou sinon vous patientez….

Si je puis me permettre, c’est exactement la même chose avec les [bonnes] actions.

Si ça montent, je peux vendre, si ça baisse, j’encaisse les dividendes et je renforce à bon prix.

Hors ligne

 

#67 14/12/2011 10h56 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   313 

placementpapa31 a écrit :

Mais que faire en cas de hausse de la fisca de l’immo (je pense à un doublement de la taxe foncière) et/ou de loi sur le blocage des loyers? (elle nous pend au nez)

La hausse des taxes est probable mais que pouvons nous y faire , à part déduire des revenus locatifs comme maigre consolation.
Il en est de même pour la taxation sur ples plus values mobiliers au premier euro à 33% ( csg ,rds , imposition )  je crois donc ce n’est pas la panacée non plus.

Blocage des loyers pas entendu parler , programme du PS ? , limitation sur les loyers abusifs des petites surfaces oui avec le risque que cela se durcissent ou s’étendent mais où est la solution alors ??
Ne rien faire , abandonner , ce forum traite des sujets pour devenir rentier mais avant d’être rentier il faut penser à être retraité et cela si vous n’y pensez pas aujourd’hui ne croyez pas que le fait de cotiser vous permettra de vivre à l’age de la retraite , si bien entendu nous atteignons ce nirvana de plus en plus inaccessible …

Les loyers ne sont pas directement connectés au prix de l’immobilier , il y aura toujours des gens qui ne voudront pas ou ne pourront pas acheter car ils préféreront bénéficier des aides aux logements , il y  au ra toujours des gens qui auront besoin de louer dans un lieu pour une période de déplacement

Donc verra qui vivra

Philippe


Investisseur immobilier Rentier en 2016 Bailleurs sur Nîmes et Béziers , mutualisons les locataires

Hors ligne

 

#68 14/12/2011 12h44 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   -11 

Les remarques de investisseur heureux et de philippe sont toutes les 2 valables…

"L’idéal " en fait est un mix entre leurs 2 stratégies c’est à dire investissement locatif et actions de qualités à fort dividende…

Par contre philippe quand vous dites que si l’immibilier baisse vous acheter d’autres biens oui mais si par exemple vous avez 500000 euros d’immobilier et qu’il perd 15% en 2 ans votre patrimoine acquis  diminue de 750000 euros..
Vous rachetez derrière moins chèr  certes mais au prix du marché…

Hors ligne

 

#69 14/12/2011 14h40 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   313 

Tonii a écrit :

Par contre philippe quand vous dites que si l’immibilier baisse vous acheter d’autres biens oui mais si par exemple vous avez 500000 euros d’immobilier et qu’il perd 15% en 2 ans votre patrimoine acquis  diminue de 750000 euros..
Vous rachetez derrière moins chèr  certes mais au prix du marché…

Oui et alors une fois acquis ce n’est pas pour le revendre demain , je ne suis pas sur le marché des actions achat revente …..
Ce n’est pas parce que le prix de l’immobilier baisse de 15 % que les loyers baisseront dans la même proportion donc j’achète moins cher ( en théorie car si les prix baissent cela peut provenir d’une hausse des taux d’intérêts ) mais je continue à louer au même prix que d’autres biens acheter 15 % plus cher.

Quand à ce que j’ai dis , je ne rachète pas forcement  car au moment de la baisse j’ai peut être encore des crédits en cours mais si je dois revendre , je revend un bien qui ne m’aura pas coûter grand chose pour faire un apport sur un autre bien plus important dont le prix sera moindre  dans une contexte baissier cela peut permettre de négocier.

C’est de la théorie mais c’est la différence avec l’investissement en bourse  , pour moi  l’immobilier permet toujours de retomber sur ses pieds par contre la liquidité d’un bien immobilier est moindre qu’une action sauf à le brader

Philippe


Investisseur immobilier Rentier en 2016 Bailleurs sur Nîmes et Béziers , mutualisons les locataires

Hors ligne

 

#70 14/12/2011 14h47 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   60 

Philippe30 a écrit :

Blocage des loyers pas entendu parler , programme du PS ? , limitation sur les loyers abusifs des petites surfaces oui avec le risque que cela se durcissent ou s’étendent

Oui, programme du PS. Je me rappelle d’un sondage à cette époque montrant que de nombreux électeurs trouvait que c’était "une mesure justifiée". Ben voyons!

Le problème, c’est qu’avec peut-être 6 millions de chômeurs en 2020 (chiffre découlant directement des hypothèses de baisses de dépenses budgétaires nécessaires au retour à l’équilibre), il serait surprenant qu’un état ne prenne aucune mesure d’urgence en matière de loyer, comme cela s’est toujours vu dans des périodes de crise grave : après 18 et après 45.

Autre façon qui revient au même de pratiquer l’euthanasie des rentiers… Ce blocage des loyers (et mesures de protection des anciens combattants après 18) a du contribuer au faible niveau des prix immo entre après 14 et 1960 environ. On parlait hier dans un autre sujet des causes possibles de la baisse du ratio prix immo/revenu dans la courbe de Friggit longue, c’est peut-être lié à ça… (aussi)

Dernière modification par placementapapa31 (14/12/2011 14h58)

Hors ligne

 

#71 14/12/2011 15h51 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   313 

placementpapa31 a écrit :

Le problème, c’est qu’avec peut-être 6 millions de chômeurs en 2020 (chiffre découlant directement des hypothèses de baisses de dépenses budgétaires nécessaires au retour à l’équilibre), il serait surprenant qu’un état ne prenne aucune mesure d’urgence en matière de loyer, comme cela s’est toujours vu dans des périodes de crise grave : après 18 et après 45.

Le blocage des loyers ne posent pas de problèmes car pour un financement correctement monté avec un taux fixe établi et un surplus de trésorerie , le gain ne se fait pas sur l’augmentation des loyers par l’IRL mais au début de la location par le différentiel entre le coût du crédit et des charges et les montants locatifs perçus.

Les époques ont changé aussi  , il est bon de connaitre l’histoire mais est-ce applicable aujourd’hui ?
Comme vous évoquez 6 millions de chômeurs avec de faible moyen cela sera compensé par une aide au logement afin de minimiser l’impact financier pour les locataires.

Philippe


Investisseur immobilier Rentier en 2016 Bailleurs sur Nîmes et Béziers , mutualisons les locataires

Hors ligne

 

#72 14/12/2011 16h01 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   60 

C’est vrai c’est bien vu, je ne réalisais pas que blocage des loyers ou aides au logement c’est blanc bonnet et bonnet blanc! (quand je vous dit que l’économie c’est de la thermodynamique, c’est plein d’ "équivalences")

Donc pas de blocage des loyers s’il y a des aides. Mais je note cependant que certaines prestations sociales viennent d’être désindexées de l’inflation (je ne sais pas si les aides logement sont dans le tas, cette fois-ci en tout cas). Donc, si par hasard les aides au logement étaient gelées, ou pire, peut-être serait-on obliger de jouer sur les loyer?

Car les aides, ça coûte au budget, alors que le blocage des loyers, ça coûte aux rentiers. Bon, certes l’aide au logement vu que ça coûte au budget ça coûte au contribuable, bref ça coûte toujours à quelqu’un, reste à choisir qui…

En plus de ça, je ne suis pas du tout convaincu que l’état pourra aider les chômeurs supplémentaires, sinon le bénéfice sur la baisse du déficit sera nul (moins de rentrées fiscales cause contraction PIB/moins de sorties sociales). Il faudra bien accepter d’avoir des chômeurs moins indemnisés. Restera donc à taper sur les propriétaires, si on veut indemniser les chômeurs, ici en nature (càd en logement à loyer artificiellement maintenu sous son prix)

concernant ce point :

Philippe30 a écrit :

Le blocage des loyers ne posent pas de problèmes car pour un financement correctement monté avec un taux fixe établi et un surplus de trésorerie , le gain ne se fait pas sur l’augmentation des loyers par l’IRL mais au début de la location par le différentiel entre le coût du crédit et des charges et les montants locatifs perçus.

Vous voulez dire que plus les locataires tournent, plus on peut réévaluer le loyer plus que l’IRL? Mais le taux de rotation augmente aussi la vacance, non, annulant le gain?

Dernière modification par placementapapa31 (14/12/2011 16h11)

Hors ligne

 

#73 14/12/2011 19h09 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   313 

placementpapa31 a écrit :

Donc pas de blocage des loyers s’il y a des aides. Mais je note cependant que certaines prestations sociales viennent d’être désindexées de l’inflation (je ne sais pas si les aides logement sont dans le tas, cette fois-ci en tout cas). Donc, si par hasard les aides au logement étaient gelées, ou pire, peut-être serait-on obliger de jouer sur les loyer?

Car les aides, ça coûte au budget, alors que le blocage des loyers, ça coûte aux rentiers. Bon, certes l’aide au logement vu que ça coûte au budget ça coûte au contribuable, bref ça coûte toujours à quelqu’un, reste à choisir qui…

En plus de ça, je ne suis pas du tout convaincu que l’état pourra aider les chômeurs supplémentaires, sinon le bénéfice sur la baisse du déficit sera nul (moins de rentrées fiscales cause contraction PIB/moins de sorties sociales). Il faudra bien accepter d’avoir des chômeurs moins indemnisés. Restera donc à taper sur les propriétaires, si on veut indemniser les chômeurs, ici en nature (càd en logement à loyer artificiellement maintenu sous son prix)

Si les aides sont bloquées à l’augmentation alors je n’augmente pas les loyers , je préfère un bon locataire qui me paye et que je n’augmente pas qu’un mauvais locataire que j’aurais plus tendance à augmenter en suivant la loi avec les IRL pour les augmentations.

Oui les aides coutent mais c’est le prix de la paix sociale sinon le système explose …..
Quand à taper sur les propriétaires ou autres cela dépend de la tendance politique , je pense que certaines classes aisées peuvent très bien mettre la main à la poche , ce n’est pas parce que vous payez un peu plus d’impôts que cela va gréver votre budget si vous avez des revenus de + 50.000 par mois par exemple

La contribution temporaire sur les hauts salaires est une vaste fumisterie car limité dans le temps et largement contre balancer par les modifications des taux de l’ISF.
Je ne trouve pas normal que ces hauts salaires se soit enrichis depuis plusieurs années , l’impôt sur le revenu est vidée de sa substance égalitaire  , on est tous très content de ne pas payer beaucoup d’impôt sur le revenu mais à coté de cela la TVA , la TIPP augmentent , c’est pas visible et cela rapporte plus.

Quand au argument insinuant que si la fiscalité augmente , le capital partira à l’étranger et cela générera du chômage , il est caduque car avec les cadeaux fiscaux de Mr Sarkozy ( 500 millions annuels avec le bouclier fiscal  ) il me semble que le chômage a augmenté malgré cela. 

Que de gâchis des finances publiques pour ensuite nous dire de nous serrez la ceinture  mais qu’en est il des retraités à 700 €uros par mois , ils ne peuvent pas se serrer plus la ceinture car ils n’en n’ont même pas.
D’un autre coté certains aillant beaucoup gagné et donc beaucoup cotisé touchent des retraites mirifiques , peut être que baisser de 10 % des retraites de + 3.000 € par exemple permettrai d’aider d’autres moins chanceux et insufflerait du pouvoir d’achat dans l’économie 
J’avais oublié que ces riches retraités trouvent la politique actuelle à leur gout , c’est l’électorat de Mr Sarkozy donc pas touche à mes électeurs

Où se trouvent la justice dans notre société , je trouve que la fraternité s’est perdu dans le libéralisme et cela s’est accentué depuis 2007.

placementpapa31 a écrit :

Vous voulez dire que plus les locataires tournent, plus on peut réévaluer le loyer plus que l’IRL? Mais le taux de rotation augmente aussi la vacance, non, annulant le gain?

Non je voulais dire que la rentabilité se fait à l’achat en fonction du prix , du loyer  , du montant du crédit.
Si j’ai 280 de crédit et 310 de loyer tout va bien alors que j’augmente mon loyer de 1,75 e avec l’IRL  ne changera pas grand chose à ma rentabilité

Philippe


Investisseur immobilier Rentier en 2016 Bailleurs sur Nîmes et Béziers , mutualisons les locataires

Hors ligne

 

#74 14/12/2011 19h39 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   60 

Philippe30 a écrit :

Si j’ai 280 de crédit et 310 de loyer tout va bien alors que j’augmente mon loyer de 1,75 e avec l’IRL  ne changera pas grand chose à ma rentabilité

Mais comment vous faites pour avoir 280 de crédit et 310 de loyer??? ça c’était les années 90-95, pas la France de 2011… Ou alors vous financez une partie de l’achat cash?

Hors ligne

 

#75 14/12/2011 19h45 → Bulle immobilière à Paris dans le résidentiel ?

Membre
Réputation :   -11 

Sauf si il prend des crédits sur 35 ans ça fait baisser les mensualités…

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech