Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 23/09/2014 09h27 → Devenir son propre Conseiller en Gestion de Patrimoine ? (cgpi, optimisation)

Membre
Réputation :   73 

Bonjour,

Malgré une démarche avortée de collaboration avec un cgpi, il y a une idée qui m’est venue sur laquelle j’aurais voulu échanger car certains d’entre vous l’ont peut-être déjà fait ou envisagé.

Aujourd’hui, le modèle de rémunération en France se fait avant tout sur la base des rétrocessions de commission : assurance vie, scpi, .. bref tous les produits

Pour cela le cgpi a signé des contrats de distribution avec différents acteurs ; les rétrocessions perçues dépendent de la politique commerciale du producteur ; éventuellement de la collecte nette que lui apporte le cgpi, mais je pense qu’une fois qu’une affaire est souscrite, la retrocession prévue pour cette affaire est inscrite dans le marbre.

Donc en gros un "nouveau cgpi" qui viendrait frapper à la porte des producteurs se verrait proposer des contrats avec retrocessions prévues peut-être pas optimale mais au moins suffisante pour le motiver. Peut-être même y-a-t-il des rétrocessions de "bienvenue" pour assurer cette motivation dans certains réseaux.

Pour devenir cgp, ou courtier dans certains domaines, il y a des points à respecter (diplome, heures de formation, ..) mais pour récupérer 5 ou 6% de commission sur plusieurs centaines de milliers d’euros de scpi çà peut être intéressant. Ceci est bien sûr à modérer dans la mesure où des cgp existant peuvent accepter de pratiquer des kickback, en redonnant au client une partie de la rétrocession qu’il touche.

Dans l’assurance vie, çà peut permettre sans doute de récupérer 0,20% ou 0,30% sur le contrat et probablement jusqu’à 0,4% ou 0,5% sur les opcvm donc ce n’est pas négligeable.

Devenir courtier en assurance c’est un peu de travail mais çà ne doit pas être insurmontable et il y a des formations pour cela.

La structure elle-même du cgp peut présenter plusieurs avantages si le chiffre d’affaire des rétrocessions provient majoritairement de l’assurance vie. Il me semble même avoir compris (mais il faudrait faire plus de recherche pour confirmer car j’ai eu un doute à la lecture d’un texte de loi sur le sujet) que les structures brassant majoritairement de l’assurance vie (et je pense que çà s’applique non seulement aux assureurs mais également aux courtiers) n’ont pas besoin de payer l’IS sur les plus value latente des opcvm, contrairement aux entreprises normale lorsqu’elles veulent placer leur argent.

çà peut faire pas mal d’avantage (en plus de la formation cgp qui doit toujours permettre de découvrir des choses).

Bref, je fais ce post dans la file "vivre rentier et le rester" pour savoir si certains d’entre vous qui souhaitez rester rentier ont déjà eu cette réflexion ; ont déjà essayé de faire un truc pareil.

Mots-clés : cgpi, optimisation

Hors ligne

 

#2 23/09/2014 09h38 → Devenir son propre Conseiller en Gestion de Patrimoine ? (cgpi, optimisation)

Membre
Réputation :   174 

Bonjour,

Je vous invite à lire ma présentation qui devrait vous éclairer et vous rappeler quelque chose:
Info • Forums des investisseurs heureux

Si je dois mettre un bémol à le gestion de patrimoine c’est le très lourd formalisme dès que vous avez un client.

Au plaisir d’échanger.

Carpediem


«Voir c’est savoir, vouloir c’est pouvoir, oser c’est avoir. »Alfred De MUSSET

Hors ligne

 

#3 23/09/2014 10h01 → Devenir son propre Conseiller en Gestion de Patrimoine ? (cgpi, optimisation)

Membre
Réputation :   132 

L’UE veut interdire la rémunération des CGPI via les rétro, pour qu’à la place ils soient rémunérés sur leur pratique de conseil.
N’est ce pas contradictoire avec votre démarche ?

Hors ligne

 

#4 23/09/2014 10h12 → Devenir son propre Conseiller en Gestion de Patrimoine ? (cgpi, optimisation)

Membre
Réputation :   147 

En fait ce n’est pas exactement cela : la commission a juste demandé à ce qu’en cas de commissions sur le produit vendu, le client en soit informé.

L’Argus de l’Assurance - Directive européenne : les CGPI inquiets sur «l?interprétation restrictive» de l?Esma sur les rétrocessions - Les Services de l’assurance

Alors que la directive prévoit que les rémunérations indirectes du conseiller sont autorisées si elles sont clairement présentées au client et si elles améliorent la qualité du service fourni au client, le projet de l’Esma pourrait au contraire «amener à l’impossibilité pour le conseiller d’être rémunéré pour le service qu’il rend à son client», car il interdirait en pratique ces rétrocessions.

Les conseillers indépendants inquiets face aux réformes européennes sur les rétrocessions

Ce qu’en dit l’AMF

… si vous affichez votre conseil comme étant indépendant, vous ne pourrez pas recevoir de rétrocessions et donc vous devrez tarifer votre conseil

Dernière modification par ZeBonder (23/09/2014 10h15)

Hors ligne

 

#5 23/09/2014 10h26 → Devenir son propre Conseiller en Gestion de Patrimoine ? (cgpi, optimisation)

Membre
Réputation :   174 

Qui vivra verra, au pire je ne serai plus indépendant et continuerai à percevoir les commissions sur mes investissements perso. De toute façon, je fais cela plus pour l’accès à l’information produits que pour le chiffre d’affaire même si c’est toujours très gratifiant qu’un membre laisse un bon commentaire sur mon travail.

Carpediem

Dernière modification par carpediem (23/09/2014 10h27)


«Voir c’est savoir, vouloir c’est pouvoir, oser c’est avoir. »Alfred De MUSSET

Hors ligne

 

#6 23/09/2014 11h28 → Devenir son propre Conseiller en Gestion de Patrimoine ? (cgpi, optimisation)

Membre
Réputation :   73 

Bonjour Carpediem,

Je viens de lire avec attention votre présentation. Cela répond en bonne partie à la raison initiale pour laquelle j’ai créé ce post.

Merci pour l’évaluation des frais fixes à environ 4000€ çà me donne matière à réflexion.

J’ai déjà hésité à faire la formation CGP pour mon propre compte mais je sens que l’étape d’après est ce que vous décrivez : on a la structure, on a accès au marché des produits, une réglementation qu’il faut suivre de très prêt si on a vrai premier client en dehors de soi même.

Donc soit on reste CGP pour soi-même ; les commissions payent les coût de structure voire un peu plus mais cela reste une coquille vide sous exploitée ; soit on se prend au jeu et on a envie de vraiment conseiller des clients.

Je ne sais pas encore, devant ma page blanche, si je suis assez motivé par ce métier pour avoir des vrais clients. Mon point fort je pense est plutôt de développer des outils.

Merci pour le partage et bravo pour votre parcours. Pour l’instant j’ai été un peu calmé par une expérience que j’ai eu avec un cgpi et j’en suis à l’étape "acquisition d’une meilleure culture financière" mais je reviendrai peut-être vers vous maintenant que vous avez fait le saut ;-)

Hors ligne

 

#7 23/09/2014 11h37 → Devenir son propre Conseiller en Gestion de Patrimoine ? (cgpi, optimisation)

Membre
Réputation :   73 

Bonjour Igorgonzola,

comme le dit ZeBonder, il y a toujours la possibilité en europe de percevoir des rétrocessions. J’avais trouvé (mais je n’ai plus le lien malheureusement) cet article de la directive réviser MIFID2 :

L’article 24-7 de la directive MIFID2 indique que

    "Lorsqu’une entreprise d’investissement informe le client que les conseils en investissement sont fournis de manière indépendante, ladite entreprise d’investissement:
        ..
        b) n’accepte pas, en les conservant des droits, commissions ou autres avantages monétaires ou non monétaires en rapport avec la fourniture du service aux clients, versés ou fournis par un tiers ou par une personne agissant pour le compte d’un tiers. Les avantages monétaires mineurs qui sont susceptibles d’améliorer la qualité du service fourni à un client et dont la grandeur et la nature sont telles qu’ils ne peuvent être pas considérés comme empêchant le respect par l’entreprise d’investissement de son devoir d’agir au mieux des intérêts du client, doivent être clairement signalés et sont exclus du présent point."

Donc en gros :
- si le conseiller n’écrit pas "je suis indépendant", il peut toucher des rétrocessions
- si le conseiller écrit "je suis indépendant", il peut toucher des rétrocessions pour "Les avantages monétaires mineurs qui sont susceptibles d’améliorer la qualité du service fourni à un client et dont la grandeur et la nature sont telles qu’ils ne peuvent être pas considérés comme empêchant le respect par l’entreprise d’investissement de son devoir d’agir au mieux des intérêts du client" : autrement dit, il peut toucher des rétrocesssions si il signale qu’il en touche et qu’il n’exagère pas par rapport à ce qui se fait sur le marché

je pense que c’est le bon article de la MIFID2 ; il m’a quand même fallu plusieurs lectures de la MIFID2 à l’époque pour me convaincre que c’était cet article qui était l’article clé …

Hors ligne

 

#8 23/09/2014 11h38 → Devenir son propre Conseiller en Gestion de Patrimoine ? (cgpi, optimisation)

Membre
Réputation :   174 

Merci mais votre parcours n’est pas mal non plus.

Faire la formation vous indiquera déjà si ce métier peut vous plaire ou pas, cela vous permettra de prendre de la hauteur sur votre situation et générera des questions que vous n’avez peut-être pas.

J’ai la chance de ne pas avoir à faire de prospections à outrance, cela permet certainement une approche différente du CGP de base qui tourne au chiffre même si j’estime que mon temps passé doit être rétribué (en commissions parce que je doute que les gens me payent pour un conseil dont il ignore la qualité).

Carpediem


«Voir c’est savoir, vouloir c’est pouvoir, oser c’est avoir. »Alfred De MUSSET

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech