Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher

Rejoignez nos 3456 lecteurs !

Inscrivez-vous maintenant pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles :

 


Portefeuille Patrimoine - Septembre 2011

01/09/2011 - Il paraît qu’il y a eu un krach ?

Reporting d’août 2011 du portefeuille de l’investisseur heureux.

28e mois de reporting : rappelons que l’objectif est l’obtention d’un patrimoine de 600 k€. La stratégie patrimoniale pour y parvenir a été explicitée en filigrane sur ce blog ou les forums, et est décrite en détail dans mon livre. Le montant des encours géré a été donné dans le reporting d’Avril 2011.

La performance du portefeuille Patrimoine est de [roulement de tambour…] -2% dans ce douloureux mois d’Août 2011, avec toutefois un plus-bas à -4,2% au milieu du mois.

Si dans un premier temps les foncières cotées et les valeurs américaines ont résisté, elles ont finalement “craqué” lors de la 2e semaine de baisse. D’autre part, le $ ne joue plus son rôle de “hedge” et est resté quasi-constant autour de 1,43 durant toute période. Aussi la composante actions du portefeuille Patrimoine a cette fois subi une bonne partie de la baisse des marchés (Mais aussi la hausse de la dernière semaine).

Ceci dit, l’investisseur boursier n’est décidément pas un joyeux luron : quand les marchés montent, il se félicite de ses plus-values mais regrette de ne pas trouver de valeurs de rendement pas chères et quand les marchés baissent et que les valeurs de rendement deviennent accessibles à vil prix, il pleure devant ses plus-values qui fondent !

Le krach boursier a eu le “mérite” de doubler le traffic des forums. Les trois mamelles de la vente sont le sexe, la peur et la cupidité. Ce site ne traitant pas de la libido de DSK, les nouveaux venus sur les forums sont-ils des angoissés ou des opportunistes ?

Les médias et commentateurs l’ont de tous façon bien compris et ce depuis tout temps, comme le montre cet extrait du livre Histoire mondiale de la spéculation financière de Charles Kindleberger :

Chaque crise est toujours la pire des crises…

Ce mois-ci, loin des turpitudes des cassandres ou des prévisionnistes de l’analyse technique et autres cartes de tarots, j’ai comme d’habitude calculé mon allocation stratégique pour savoir quel allait être mon effort d‘épargne mensuelle et où j’allais l’orienter. La composante actions étant descendue à 43% au lieu de 45%, j’ai donc renforcé celle-ci par deux achats successifs sur Total (cf. la discussion sur les forums) qui faisait partie des opportunités de la semaine et dont je pense qu’avoir pu rentrer sur l’action à 33 € est un vrai coup de chance.

A ce titre, on ne peut qu‘être émerveillé devant la sérénité apportée par cette approche : plutôt qu’essayer de détecter le point bas ou haut des marchés dans le marc de café, on se contente de calculer son allocation d’actifs et de mettre son épargne mensuelle dans la(les) poches d’actifs idoines pour maintenir ou se rapprocher de son allocation cible.

Parmi les [véritables] mauvaises nouvelles, on notera la hausse de la CSG sur les revenus du capital qui passe de 12,3% à 13,5% et la suppression de l’abattement sur les plus-values immobilières hors résidence principale.

Cela me conforte dans l’idée d’une diversification maximale, notamment dans le flux de revenu généré :

  • des revenus fonciers avec les SCPI ou de l’immobilier en direct
  • des revenus mobiliers avec les actions et foncières cotées
  • des revenus d’activité avec des revenus passifs
    et en utilisant l’ensemble des enveloppes fiscales possibles (Assurance-Vie, PEA, livrets A, CEL, PEL…).

En temps normal, nos parasites de gouvernants ont de l’imagination, qui sait ce qui nous attend s’ils peuvent maintenant justifier de l’austérité ?

La solution à terme étant bien sûr l’expatriation au moment du passage au statut de rentier.

Ceux qui veulent prendre du recul sur les crises financières et les cassandres qui prévoient le retour au mode de vie Amish, peuvent lire Histoire mondiale de la spéculation financière, cité en supra.

Notamment, on y trouve en annexe un tableau sur dix pages qui récapitule plus de 36 crises financières identifiées entre 1618 et 1998. Le monde y a survécu…

Les causes de chaque crise financière sont bien définies : expansions monétaires, spéculation et incertitudes sur le prêteur en dernier ressort.

L’ouvrage est dense mais se lit comme un roman.

Concernant mes valeurs [spéculatives] de convictions1 :

  • Gagfah : les résultats du 2e trimestre ont été tout à fait corrects, comme attendu. Le cours est toujours sous pression sous les incertitudes liées à la plainte de la ville de Dresde. Du nouveau devrait arriver le 8 Septembre devant la cour régionale de Dresde. En attendant, la décote sur ANR est toujours de 60% !
  • Cisco : les résultat du 2e trimestre ont été supérieurs aux attentes, le titre a rebondi, mais l’action patie du contexte général de marché.

Rendez-vous au mois prochain si nous sommes encore là !

PS – vous noterez que ce billet fait abstraction du contexte économique et c’est absolument volontaire, car il ne change strictement rien à “ma” méthodologie d’investissement : diversification, investissement programmé, allocation d’actifs. L’actualité macro-économique c’est de la distraction, rien de plus.

1 Ces deux valeurs ne respectent pas mes critères habituels de sélection et un profil de risque nettement plus élevé que le reste de mon portefeuille d’actions

01/09/2011

Allocation stratégique :

Allocation sectorielle hors fonds euros et livrets (graphique généré par l’application xlsPortfolio) :

Allocation sectorielle foncières cotées (graphique généré par l’application xlsPortfolio) :

Allocation opérationnelle hors fonds euros et livrets (reporting généré par l’application xlsPortfolio) :

Evolution de la valeur de la part

Cette performance doit se comparer avec un fonds mixte international équilibré. Tous les dividendes sont réinvestis après prélèvements sociaux.



Le 92% de prédictibilité correspond au coefficient de détermination. Cela veut dire que jusqu’ici, le portefeuille a eu une évolution proche de la linéarité (en ligne droite).

---------

"Nous n’avons pas besoin d’être plus intelligents que les autres, nous avons juste besoin d’être plus disciplinés que les autres" – Warren Buffett

 

9 commentaires

1) tellib
02/09/2011
oui mais il faut reconnaître que s'il y a eu krach c'est plutôt sur le valeurs européennes et non sur les valeurs américaines
depuis le début de l'année, le dow jones ayant perdu 1%, le sp500 4%
alors que le cac 40 a perdu 16 % et l' eurostoxx50 20 %...
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
02/09/2011
En fait, les valeurs US ont subi une partie du krach mais ça ne se voit pas depuis le début de l'année car elles ont plus monté que les valeurs européennes.

Attention aux indices européens qui pâtissent aussi exagérément de la baisse des bancaires, de par leur composition.

Sinon, je rappelle que j'ai tjs recommandé (sur ce site et dans mon livre) la diversification géographique malgré le frottement fiscal, justement pour profiter de ce type de découplage (ici meilleure résistance des valeurs US vs EUR) et diminuer la volatilité du portefeuille.
3) ergo
03/09/2011
Votre "poche" actions surperforme nettement le CAC 40 depuis le début de l'année. Mais même vous réalisez que ce n'est en rien dû à la qualité de votre stock picking (choix de valeurs). C'est dû uniquement à vos - bons et d'ailleurs assez prévisibles - choix sectoriels, et en particulier le fait d'exclure les valeurs financières, qui ont fortement plombé les indices, notamment européens mais aussi US, et qui vont probablement continuer à apporter sous-performance et volatilité élevée. Donc à éviter.

En réalité, votre stock picking est assez peu judicieux et vous auriez eu une performance un peu plus élevée, en vous fatigant moins à sélectionner et à suivre vos valeurs, si vous aviez investi plutôt sur des trackers sectoriels européens et US, dans les secteurs suivants: consommation de base, énergie, télécoms et foncières.
Et en prime, en choisissant des trackers de capitalisation, vous auriez payé zéro en impôt (tant que vous ne les vendez pas), alors que vos dividendes versés par les valeurs de votre portefeuille vous coûteront de plus en plus chers en impôts, au fur et à mesure que ce portefeuille grossira.
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
04/09/2011
Bonjour,

Vos remarques sont pertinentes mais les trackers ne font pas partie de mon univers d'investissement.

Hormis pour les tous petits portefeuille, je suis contre les trackers :
- Les trackers avec une réplication synthétique sont relativement opaques et sont exposés pour partie à un défaut de l'émetteur.
- Quand au tracker avec une réplication physique avec une exposition multi-pays, je n'ai jamais trouvé comment ils traitaient le prélèvement à la source sur les dividendes de valeurs étrangères qui font le tracker.

Les dividendes perçus, même s'il y a un peu de frottement fiscal, me permettent de compléter mon épargne mensuelle et pratiquer le réinvestissement régulier sur les valeurs de mon choix.

Sur le stock-picking, j'ai toujours indiqué qu'il était très improbable de battre les indices et dans mon livre, je mets l'accent sur l'allocation d'actifs et recommande simplement de prendre une sélection de leaders mondiaux et d'en constituer un portefeuille diversifié sur lequel on investira et réinvestira chaque mois.
5) Erik
04/09/2011
@ ergo
Bonjour ergo,

vous écrivez "En réalité, votre stock picking est assez peu judicieux et vous auriez eu une performance un peu plus élevée, en vous fatigant moins à sélectionner et à suivre vos valeurs, si vous aviez investi plutôt sur des trackers sectoriels européens et US, dans les secteurs suivants: consommation de base, énergie, télécoms et foncières."

Je suis en phase de construction de portefeuille et j'hésite pour la diversification internationale entre trackers et actions en direct. J'aurais été très intéressé par une justification chiffrée de ce que vous avancez. Vous serait-il possible de nous faire partager votre expérience en apportant des éléments chiffrés.
Merci.
6) coprah63
14/09/2011
Bonjour,


Novice dans ce domaine, j'ai acheté votre livre fin 2010, et regarde de temps en temps votre site. Tous vos conseils sont vraiment très intéressants.
J'ai du commencer à suivre ces différents conseils debut début janvier.
Cependant je suis actuellement (sur la partie action) à -21%.... Le monde de la bourse ne doit pas être fait pour moi...
Je doute de plus en plus si cela vaut la peine lorsqu'on ai pas spécialiste...

A suivre, si je ne me décourage pas avant.
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
15/09/2011
Bonjour,

Effectivement, -21% sur la partie Actions depuis janvier me parait bcp.

Le pb est que de nombreux lecteurs du livre, retiennent qu'il faut mettre une partie de son patrimoine sur les actions, mais n'appliquent pas l'ensemble des conseils qui sont donnés, notamment sur la diversification géographique, sectorielle et investissement programmé.

Je prévois la mise en ligne d'une formation vidéo prochainement pour couvrir ces points et d'autres.

Cordialement,

Philippe
8) coprah63
15/09/2011
Bonsoir,

Pourtant si investissement mensuel à part egal action/placement sur.
Avec différentes action de secteurs différents (AT&T, lilly, Danone, Bouygues, Vivendi,France Telecom). Mais celle dont je suis le plus fier, c'est pour le secteur aux collectivités
RWE (juste avant l'accident nucleair) et veolia.... :-(

A suivre....
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
16/09/2011
Bonjour,

Ok vous auriez pu aller un peu plus loin dans la diversification, car vous avez potentiellement 4 valeurs liées directement ou indirectement à la téléphonie : AT&T, Bouygues (Bouygues Telecom), Vivendi (SFR), France Telecom et deux valeurs en $ (AT&T et Eli Lilly)pour 6 valeurs en EUR.

Mais votre portefeuille n'était pas spécialement mauvais, vous avez joué de malchance sur RWE et Veolia.

Si je puis me permettre, vous pouvez lors de votre prochain renforcement ajouter une foncière cotée (par exemple Unibail-Rodamco) et une autre valeur américaine de la consommation (par exemple PepsiCo).

Suivez les opportunités de la semaine le moment venu et continuez l'investissement programmé.

Commenter





Merci de recopier le mot ci-dessous :