Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#101 23/02/2016 18h36 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   

Bonjour,

Peut être que UBS a lu les derniers messages de cette file: EDF : UBS dégrade à Vendre - Indices & Actions - Le Figaro Bourse

En résumé (d’un "article" déjà très résumé) ils ne semblaient pas avoir assez pris en compte l’impact des prix de marché de l’électricité sur la valorisation de l’action.

Cordialement,

Hors ligne

 

#102 23/02/2016 20h45 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   266 

Bien vu !
Savez vous si cette note d’analyste est en accès public quelque part ?
(j’ai cherché mais sans succès pour l’instant).

Dernière modification par Geronimo (23/02/2016 21h29)

Hors ligne

 

#103 24/02/2016 11h29 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   

Bonjour,

Non je n’ai pas réussi à trouver un article plus détaillé, c’est bien dommage.

Cordialement,

Hors ligne

 

#104 24/02/2016 12h03 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   19 

Je voudrais juste apporter mes 2 cents pour EDF.

C’est un mauvais distributeur de dividende. EDF est possédé à 80% par l’État, supposons qu’il paye €1 de dividende par action, la taxation sur dividende étant 30% (approximativement), la vraie somme que les actionnaires perçoivent n’est que 70 centimes par action. L’état perçoit quant à lui €1 en entier (il paie le taxe à lui même), et vos 30 centimes en prime. À long terme, sans augmentation du cours de l’action, les actionnaires puisent en effet dans leur propre capital investi dans l’EDF. L’actionnaire majoritaire a toute la motivation de distribuer le max de dividende possible car il prend une part plus importante (non équitable) dans la distribution de bénéfice (plus importante que sa part proportionnelle dans le capital). Cette motivation nuit à la pérennité de l’entreprise (la dernière année que le FCF couvrait la distribution de dividende remonte à 2005, je crois).

La valeur terminale (à l’infini) de l’EDF a plus de chance d’être négative (pleine de centrales à déprécier) que positive. Si on met cette valeur terminale à 0, la valeur de l’action EDF sera la somme des dividendes actualisés à un taux d’actualisation. Si chaque année, il distribue €1 de dividende et ce jusqu’à l’infini, et en prenant un taux d’actualisation de 10%, la valeur intrinsèque de l’action ne sera que de €11 (sans taxation sur dividende). Si le taux d’actualisation est de 5%, la valeur sera de 21.

Le business de l’EDF est très lourd en capital (ce qui constitute en effet leur barrière d’entrée, personne ne fait du nucléaire à part l’EDF + Engie) mais il n’a pas de pricing-power car soit son tarif est réglementé par l’État, soit il est déprimé par la concurrence du marché libre (gas, charbon, hydroélectrique, vert). La vraie entreprise rentable au sein de l’EDF est, à mon avis, ERDF, celui qui se charge des réseaux (grids) mais cette dernière n’est pas séparable du premier.

Disclaimer: Je ne suis pas actionnaire de l’EDF. Je pourrai acheter/vendre des actions de l’EDF sans notification antérieure.


The four most expensive words in the English language are "this time it's different ." - Sir John Templeton

Hors ligne

 

#105 24/02/2016 14h46 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   119 

La pépite est plutôt RTE (transport) qu’ERDF (distribution).
C’est d’ailleurs pour cela qu’ils envisagent d’en céder une partie.

Hors ligne

 

#106 24/02/2016 15h01 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   80 

laze a écrit :

Bonjour,

Peut être que UBS a lu les derniers messages de cette file: EDF : UBS dégrade à Vendre - Indices & Actions - Le Figaro Bourse

En résumé (d’un "article" déjà très résumé) ils ne semblaient pas avoir assez pris en compte l’impact des prix de marché de l’électricité sur la valorisation de l’action.

Cordialement,

Maintenant que le titre est sous les 10€, ce conseil d’UBS ne sert plus à grand-chose ; il aurait pu être utile il y a un an. D’une façon générale, les analystes vous recommandent de vendre un titre quand il a perdu au moins la moitié de sa valeur ; en revanche, lequel est capable de prédire les lignes de rupture ?

@Julien : le transport de l’électricité est en effet une activité moins risquée que sa production. En attendant une hypothétique mise sur le marché de RTE, jetez un oeil sur National Grid cotée à Londres : National Grid PLC (NG.L)  Quote| Reuters.com

Le rendement est deux fois inférieur à celui d’EDF mais le titre ne se casse pas la figure.

Hors ligne

 

#107 06/03/2016 22h07 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   39 

Développement intéressant aujourd’hui avec la démission du directeur financier :

AFP a écrit :

Le directeur financier a présenté sa démission la semaine dernière à Jean-Bernard Lévy (le PDG d’EDF, ndlr) en raison d’un désaccord sur Hinkley Point", un projet gigantesque de 18 milliards de livres (23,2 milliards d’euros).

On savait que seuls les administrateurs nommés par l’Etat voulaient faire l’EPR UK, mais le débat était feutré.

Il était la depuis février 2010, donc a du avaler pas mal de couleuvres (augmentations des tarifs systématiquements inférieures aux regles, dispositif ARENH fournissant aux concurrents une option gratuite sur 1/4 de la production nucléaire du groupe…). Il faut sans doute que l’existence du groupe soit vraiment mise en danger pour qu’il en arrive la.

Je me demande si l’Etat s’est rendu compte de l’impact qu’aura l’effondrement des prix européens de ces derniers mois sur la viabilité d’EDF : meme sans la reprise d’Areva et ses squelettes dans les placards (on parle de l’exclusion du risque finlandais, mais personne n’évoque la probable nécessité de remplacer les cuves des trois autres EPR en construction mal forgées par AREVA), le financement du "grand carénage" nécessaire pour étendre la durée de vie des centrales me parait bien difficile.

Hors ligne

 

#108 07/03/2016 03h19 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   

Bonjour,

Juste pour corriger quelques approximations du message précédent véhiculées par de nombreux médias:

personne n’évoque la probable nécessité de remplacer les cuves des trois autres EPR en construction mal forgées par AREVA

Il y a 4 EPR en construction (2 en Chine). Au sujet des problèmes de cuve, seul l’EPR Flamanville est concerné. Celles de Chine et Finlande ne sont pas soumises aux même normes de fabrication. A noter que la mise a jour de cette norme française au sujet de la fabrication des équipements nucléaires sous pression (dont la cuve des EPR fait partie) est considérée par le milieu de l’industrie française comme un coup de fusil dans le pied.
Un remplacement de cette cuve au vu de l’avancée des travaux est inenvisageable et le problème se soldera comme tous problèmes de non respect de normes inapplicables: "use as is". Mon avis.

J’ai une question, beaucoup parle de la non rentabilité des EPR UK, mais exemple chiffré à l’appui, personne ne la démontre. De plus cet investissement n’est rien comparé aux programmes des années 70-80 de nucléarisation de la France.

Hors ligne

 

#109 07/03/2016 08h50 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   39 

ASN a écrit :

L’ASN a informé ses homologues étrangères concernées par la construction d’un réacteur EPR.

Vous etes libre d’espérer que les chinois, en plein démarrage de leurs activités d’exportation de réacteurs, vont laisser passer une telle occasion d’éliminer un concurrent. Effectivement la cuve d’Olkiluoto n’est pas concernée (forgée au Japon), et les normes ESPN ne sont pas applicables en Chine, mais de la a espérer qu’ils mettront en service rapidement une cuve aux caractéristiques signalées douteuses…

On peut apparemment remplacer la cuve tant qu’elle n’est pas irradiée, mais je ne retrouve cette récente déclaration ASN a l’instant.

Edit : plus d’infos ici Anomalie de cuve : l’avenir de l’EPR menacé ? | Techniques de l’ingénieur notamment

Techniques de l’ingénieur a écrit :

« Ces zones présentent des anomalies d’homogénéité et on a des zones de faible résistance mécanique intrasèque des matériaux, assez nettement plus faibles que la référence qui est dans la réglementation», explique Pierre-Franck Chevet, Président de l’ASN. La réglementation fait référence à une valeur de résilience – la capacité d’un matériau à résister à un choc mécanique et à la propagation de fissures – de 60 Joules (J). Les valeurs mesurées par Areva sont situées entre 36 J et 64 J, pour une moyenne de 52 J. Cela est dû à une teneur en carbone de l’acier plus éleée que prévue (0,30% pour une valeur visée de 0,22%).

natura-sciences.com a écrit :

Une cuve de réacteur qui a fonctionné est considérée comme irremplaçable, mais ce n’est pas forcément le cas pour un réacteur qui n’a pas encore été mis en service. Néanmoins, les travaux sont déjà assez avancés : les boucles primaires et un des générateurs de vapeur de l’EPR de Flamanville ont déjà été soudés à la cuve. « C’est déjà un stade assez avancé; cela doit être très lourd de remplacer à ce stade », prévient Pierre-Franck Chevet.

Dernière modification par kmo (07/03/2016 18h14)

Hors ligne

 

#110 07/03/2016 09h31 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   

kmo a écrit :

Vous etes libre d’espérer que les chinois, en plein démarrage de leurs activités d’exportation de réacteurs, vont laisser passer une telle occasion d’éliminer un concurrent.

Je ne vois pas comment.
Les chinois n’iront pas se saboter industriellement en faisant appliquer l’ESPN. Car ce ne seront pas 2 cuves a changer (rappelons qu’une seule des 2 a été forgée par Areva), mais plusieurs dizaines (même si elles n’ont pas été fabriquées par Areva, la techno de forge vient d’Areva) et pas que des cuves d’ailleurs … L’AS chinoise fait donc profil bas, sans mentionner leur niveau d’indépendance.

Le premier EPR chinois sera mis en service bien avant que cette histoire de cuve ne soit réglée. Mais cette déclaration n’engage que moi.

Au moins, l’ESPN permettra de réserver le probable futur marché de renouvellement du parc a Areva.

kmo a écrit :

On peut apparemment remplacer la cuve tant qu’elle n’est pas irradiée, mais je ne retrouve cette récente déclaration ASN a l’instant.

Je n’ose imaginer les coûts additionnels et les conséquences pour l’entreprise qui prendra en charge cette opération.

Hors ligne

 

#111 07/03/2016 12h06 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Administrateur
Réputation :   1307 

Reitner a écrit :

J’ai une question, beaucoup parle de la non rentabilité des EPR UK, mais exemple chiffré à l’appui, personne ne la démontre. De plus cet investissement n’est rien comparé aux programmes des années 70-80 de nucléarisation de la France.

Je ne sais pas pour les EPR UK en particulier, mais aux USA, le nucléaire n’est plus compétitif par rapport aux centrales à gaz tout simplement.

Sur les EPR UK, notons que Centrica, producteur d’électricité anglais et initialement partenaire d’EDF, a jeté l’éponge en 2013 : EPR britannique : Centrica lâche EDF.

2013 :

BFM Business a écrit :

Cette fois, Centrica préfère jeter l’éponge, car son retour sur investissement n’est pas totalement garanti.

Hors ligne

 

#112 07/03/2016 12h57 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   51 

EDF et le nucléaire me fait penser chaque jour un peu plus à Kodak.

Autant il y’a bcp d’actif de grande valeur : ERDF / RTE / la marque EDF/ les concessions hydro / la garantie implicite de l’état pour son financement etc…. autant l’incapacité d’EDF à accepter le tournant dans le secteur énergétique est un cas d’école.

L’écroulement de l’action n’y fait rien, le management abrité derrière le contrôle public continue indifféremment. Est parce que les CCGT ou les fermes éoliennes / solaires sont souvent exploités par les constructeurs ou des sous traitants  et que changer le mix énergétique signifierait la fin des "pratiques sociales" d’EDF ?

Hors ligne

 

#113 07/03/2016 13h21 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   13 

@kmo : au coût actuel, l’électricité produite par les EPR est la plus chère au monde, chiffrage à l’appui.
La production de Hinkley Point en GB reviendra à 13.5 centimes d’euros le kw/h au prix de gros contre 3.3 centime fin 2015 sur le marché européen…
http://www.transition-energetique.org/2 … ables.html
Le coût du démantèlement qui ne reste pour l’heure qu’une estimation (aucun processus de démantèlement achevé à ce jour en France) n’est de plus pas pris en compte…

Hors ligne

 

#114 07/03/2016 13h46 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   340 

D’après les médias, Thomas Piquemal a présenté sa démission "la semaine dernière" (sans qu’on sache quel jour).

Or, vendredi soir, le titre montait encore. Le secret a été bien gardé ! Ce matin, EDF a maîtrisé sa communication en annonçant à la fois son départ et son remplacement.

Actuellement le titre est en chute de 8,8 %. Il y avait donc un short à faire, mais apparemment personne ne l’a vu venir.

A moyen terme, il est probable que la baisse se poursuive, car ce monsieur n’a pas démissionné par hasard. Les projets EPR seront des gouffres financiers mais ils sont poussés par le politique…

Dernière modification par Bernard2K (07/03/2016 13h51)

Hors ligne

 

#115 07/03/2016 13h53 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   

Juillet a écrit :

@kmo : au coût actuel, l’électricité produite par les EPR est la plus chère au monde, chiffrage à l’appui.
La production de Hinkley Point en GB reviendra à 13.5 centimes d’euros le kw/h au prix de gros contre 3.3 centime fin 2015 sur le marché européen…
http://www.transition-energetique.org/2 … ables.html
Le coût du démantèlement qui ne reste pour l’heure qu’une estimation (aucun processus de démantèlement achevé à ce jour en France) n’est de plus pas pris en compte…

Je pense que ceci est complétement faux et ce même avec le cout actuel des matières premières. L’étude en référence prend-elle bien en compte le taux de disponibilité sur le réseau ?
Mais avec des arguments chiffrés référencés, je veux bien admettre que j’ai tord.

13.5 centimes d’euros le kwh me semble grossier.
Mon calcul de coin de table, EDF vendra 100 euros le MWH d’électricité produite par Hinkley point. Sachant que 2 EPR représentent une puissance de 3000MWe et un taux de disponibilité de 80% (moyenne actuelle nationale, l’EPR est vendu pour faire plus), je vous laisse calculer le CA annuel. Off course, il faut y retrancher l’investissement initial dont il est question, l’opération, la maintenance et le démantèlement mais on est bien en dessous des 13,5 cts du kwh…

Bernard2K a écrit :

Les projets EPR seront des gouffres financiers mais ils sont poussés par le politique…

Encore une fois, argument chiffré svp

Dernière modification par Reitner (07/03/2016 14h03)

Hors ligne

 

#116 07/03/2016 15h26 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   80 

Bernard2K a écrit :

D’après les médias, Thomas Piquemal a présenté sa démission "la semaine dernière" (sans qu’on sache quel jour).

Or, vendredi soir, le titre montait encore. Le secret a été bien gardé ! Ce matin, EDF a maîtrisé sa communication en annonçant à la fois son départ et son remplacement.

Actuellement le titre est en chute de 8,8 %. Il y avait donc un short à faire, mais apparemment personne ne l’a vu venir.

A moyen terme, il est probable que la baisse se poursuive, car ce monsieur n’a pas démissionné par hasard. Les projets EPR seront des gouffres financiers mais ils sont poussés par le politique…

Bonjour Bernard,

Ce Piquemal là y a mis un peu de temps, mais il a fini par comprendre que l’EPR était pis que mal (sic) pour EDF ; il est bien plus éclairé et sagace que le général du même nom parti en guerre dans la jungle calaisienne…..

Personne n’a vu venir cette démission, mais certains étaient au courant dès la semaine dernière ; il n’y a donc pas eu de délit d’initié ou alors ils ont été commis dans des proportions indétectables pour l’AMF, ceci restant au demeurant anecdotique.

Ce qui n’est pas anecdotique, c’est le fait que la technologie EPR (la 3G des réacteurs nucléaires) plombe le cours d’EDF après avoir réduit à quasi-néant celui d’AREVA ; les actionnaires ayant investi lors de la mise sur le marché d’EDF ont cru placer leur sou dans une valeur de type "père de famille" et se retrouvent propriétaire d’une entreprise technologique aux coûts non maîtrisés.

Le problème n’est pas tant celui du coût du KWh qui sera produit à Flamanville ou à Hinckley Point , le client s’étant engagé à l’acheter à un prix convenu à l’avance, mais celui du coût de développement de ces réacteurs de nouvelle génération : tant à Flamanville qu’à Olkiluoto ou sans doute plus tard à Hinckley Point, les aléas de chantier ne sont nullement maîtrisés ; on avance à tâtons et on découvre en permanence de mauvaises surprises qui grèvent les coûts et les délais, sur le modèle du chantier d’Eurotunnel il y a une trentaine d’années. Pour Eurotunnel comme pour Flamanville, ce sont les contraintes de sûreté qui font exploser le budget.

Il faut bien comprendre que dans le nucléaire, les coûts de mise au point sont tels que les industriels ne peuvent se permettre de développer un prototype pour valider la technologie avant de passer à l’industrialisation ; il faut d’emblée et dès le 1er équipement parvenir à mettre au point un "premier de série" pilote qui sera vendu à un exploitant ; l’aléa technique est donc énorme.

Après cela, il faut bien se poser la question de l’opportunité de lancer cette 3ème génération ; cette décision était-elle vraiment nécessaire alors que les réacteurs de l’actuelle génération donnent entière satisfaction et vont pouvoir être prolongés d’une vingtaine d’années ? En tout état de cause, le choix de la technologie EPR illustre le pouvoir de nuisance des lobbies pour influencer la décision publique : en l’espèce, le lobby du nucléaire a brandi comme un épouvantail les catastrophes de Techernobyl puis de Fukushima pour vendre aux politiques une 3ème génération soit-disant plus sûre, cela même alors que la filière nucléaire française n’était en rien impliquée dans ces accidents.

Résultat : les actionnaires d’AREVA sont karchérisés et ceux d’EDF rincés à l’eau pressurisée ; après eux, ce sont les salariés qui vont trinquer : la direction d’EDF et le gouvernement ne vont pas tarder à brandir les difficultés de l’entreprise pour remettre en cause les fameux avantages sociaux dont bénéficient les salariés. C’est d’ailleurs déjà le cas avec la diminution du nombre de jours de RTT pour les cadres.

Hors ligne

 

#117 07/03/2016 16h24 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   52 

Malgré tous ses défauts, l’énergie nucléaire reste la seule énergie fossile capable de produire récurrente de l’électricité sans CO2. Difficile d’avoir de l’électricité la nuit sans vent sans passer par une centrrale polluante sinon.
Effectivement, à court terme, en raison de la baisse massive des énergies fossiles, elle paraît peu compétitive mais c’est vraiment très court termiste.


“prediction is very difficult—especially if it is about the future.” Niels Bohr

Hors ligne

 

#118 07/03/2016 17h54 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   

Juillet, vos propos sont approximatifs. Vous confondez coût complet (cad avec le coût d’investissement) et le prix de marché, qui correspond au coût combustible (grosso modo) du moyen marginal.

Pour éviter de dire un peu tout et n’importe quoi sur le prix en €/MWh des différents moyen de production je vous conseille de lire cette analyse détaillée et prenant en compte tous les paramètres d’un coût complet électricité.

Manicore - Quel est le vrai cout de l’électricité ?

Connaissant assez bien le domaine, je la trouve assez pertinente et complète.

On peut y voir aussi les sensibilités à différentes données d’entrée :
-coût combustible
-coût CO2
-Taux d’actualisation

Le seul défaut de cette étude est le fait qu’elle a été réalisée il y a deux ans, il faut donc mettre a jour certaines données d’entrée si on veut la remettre au gout du jour.
Après, est ce que les prix du gaz vont resté à ce niveau pendant encore 15ans, difficile de se prononcer sérieusement.

Concernant le prix du CO2, il faut avoir en tête que cela fait plusieurs fois que le projet (prix min a 30€/tonne) est proposé en ministère et qu’il a été retoqué principalement a cause du fait qu’il avantagerai EDF par rapport à la concurrence (ce qui n’est a priori pas l’objectif de la commission européenne …).
Cependant, c’est une idée tenace qui a quand même une chance non négligeable d’aboutir à terme.

Cordialement,

Hors ligne

 

#119 07/03/2016 18h12 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   13 

Je vous renvoie à l’article que je cite, les chiffres ne sont pas de moi :
http://www.transition-energetique.org/2 … ables.html
"

Au moment où nous écrivons ces lignes, à la bourse européenne de l’électricité (EEX), le kWh se négocie 3,3 centimes.

En euros, et converti en centimes par kWh, une unité plus parlante pour le commun des mortels, le coût de l’électricité nucléaire produite par un EPR serait de 13,5 cts d’euros 2014. C’est le moyen de production de l’électricité le plus cher du monde, à l’exception de l’éolien en mer.

Les défenseurs du projet de Hinkley Point expliquent qu’avec l’augmentation prévue des prix de l’électricité, l’EPR sera une bonne affaire quand il rentrera en service et pendant les 60 ans de son exploitation. Sauf que depuis l’annonce du projet en 2008, le prix de gros l’électricité sur les marchés européens ont baissé de moitié. Sauf que les coûts de production de l’éolien et du solaire ont baissé respectivement de 50 % et de 75 % entre 2009 et 2014, et qu’ils vont continuer à baisser d’ici la mise en service du premier EPR de Hinkley Point s’il est jamais construit.
L’éolien et le solaire compétitifs avec zéro risque

Pour mémoire, la quasi-totalité des analyses indiquent des coûts de production (sans aide publique) de 6 à 9 cts du kWh selon les régions pour l’éolien terrestre, et entre 6 et 13 cts selon les régions pour le solaire photovoltaïque à grande échelle.

Après libre à vous de contester les chiffres et de ne pas être d’accord. Cependant de nombreuses sources vont dans le même sens :
http://www.latribune.fr/entreprises-fin … stre-.html
http://www.lepoint.fr/economie/epr-au-r … 319_28.php
Vous pouvez tout à fait penser que les atomistes comme Jancovici ont raison seuls contre tous, ce n’est pas mon cas…
Il faut rajouter à la note les coûts de démantèlement que personne n’est en mesure de calculer précisément aujourd’hui.

Dernière modification par Juillet (07/03/2016 18h15)

Hors ligne

 

#120 07/03/2016 18h32 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   39 

Juillet, avec les prix actuels sur le marché européen (bien en dessous de 30 maintenant, on est a 21-22 en base en Allemagne pour les années qui viennent et en-dessous de 20 sur le Nordpool) on ne paye que les couts de fonctionnement des centrales existantes, et encore - jetez un oeil aux milliards de dépréciation passés récemment par les producteurs européens, ou a la décision de Vattenfall d’arreter plus tot que prévu ses centrales nucléaires de Ringhals mises a genoux par les taxes suédoises. Vous comparez effectivement le cout marginal d’un systeme en surcapacité a cause de l’explosion des renouvelables et le cout de production d’une centrale neuve.

La cour des comptes a donné en 2014 une analyse des couts de fonctionnement du parc EDF, de mémoire de l’ordre de 25 €/MWh (dont des couts fixes annuels, ce n’est pas un cout marginal), alors que le cout complet de production pour un EPR doit etre effectivement de l’ordre de 100 €/MWh ou plus puisque les anglais ont accepté un Contract For Difference de 92.5 GBP/MWh sur une bonne partie de la durée de vie (cf Hinkley Point C contract terms - a noter qu’EDF affirme obtenir ainsi 10% d’IRR, le cout serait moindre avec un WACC inférieur). La Cour répond d’ailleurs a votre question sur l’estimation du démantelement a propos d’une analyse détaillée faite par EDF de la fin de vie de la centrale type de Dampierre.

Hors ligne

 

#121 07/03/2016 18h49 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   13 

le cout complet de production pour un EPR doit etre effectivement de l’ordre de 100 €/MWh ou plus puisque les anglais ont accepté un Contract For Difference de 92.5 GBP/MWh sur une bonne partie de la durée de vie

Eh bien oui, nous sommes d’accord, ces chiffres sont publics et cette électricité sera l’une des plus chère du marché.
Sur les coûts de démantèlement il y a bien une estimation mais, encore une fois, il ne s’agit que d’une estimation, et comme le montrent les exemples de l’EPR de Flamanville ou du site Cigéo, la facture pourrait vite devenir astronomique…

Hors ligne

 

#122 07/03/2016 18h55 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   31 

Il ne faut pas oublier qu’EDF a négocier un prix fixe pour l’EPR UK (109€/MWh) garanti sur 35 ans. Je ne suis pas sur qu’ils soient si perdant que ca (le contribuable anglais par contre…). Qui vous garantis le prix du gaz, du pétrole ou des panneaux solaires sur les 35 prochaines années?

Une interview intéressante

Pourquoi le coût de l’électricité produite par les EPR reste compétitif - 23 octobre 2013 - Challenges.fr

Hors ligne

 

#123 07/03/2016 19h08 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   

Bonjour Juillet,

Je ne cherche absolument pas a rentrer dans la mise en opposition nucléaire/renouvelable.
Je vous propose juste une analyse économique plus détaillée de ces questions de coûts complet.

Je doute qu’en moins de 20minutes, vous ayez eu le temps de lire ce pavé et d’en mettre a jour les chiffres, ou de les faire varier selon vos propres sensibilités.
C’est pourtant très instructif sur la question car l’ensemble des données d’entrée sont détaillées, ce qui permet de faire ses propres adaptations.

Concernant les énergies intermittentes, leur coût complet est sous estimés.
Prenons un exemple très grossier du 100% intermittent. Il y aura nécessairement des investissements réseaux à réaliser et des investissements en sus dans le stockage ou une autre centrale de production commandable (CCG / Charbon / nucleaire / hydro) pour les moments de creux de production.

On voit donc clairement qu’il y aura un surcout d’investissement non négligeable pour avoir un réseau qui tient la route, et on sera dans un système sur capacitaire.

Si on résonne sur le système globale, on risque de dépasser les coûts traditionnellement annoncés.

Je vais en rester la sur ce débat pour éviter de trop polluer la file sur EDF.
Si le sujet vous intéresse, on peut en discuter ailleurs.

Cordialement,

Hors ligne

 

#124 07/03/2016 21h56 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   13 

Il faudrait vérifier tous les chiffres avancés par Jancovici qui est un militant pro-nucléaire très actif et qui sert de référence à de nombreux adorateurs de l’atome. Il est également souvent cité parmi les "peackistes" (que l’on entend du reste plus beaucoup depuis la chute des cours du pétrole…)
Dans la page que vous citez en lien il parvient à démontrer que  le nucléaire est l’énergie la moins chère en intégrant toute une série d’hypothèses (variation du coût des matières premières, de la tonne de co2) les contribuables anglais (et français !) seront heureux de l’apprendre mais cela reste à l’heure actuelle de la science-fiction…
Je note également un élément problématique dans ses estimations de coût de construction.
Il estime le coût de construction du nucléaire par kw entre 3000 et 4000 euros, coût qu’il intègre à la suite de sa démonstration afin de comparer le coût "total" des différentes énergies, selon les hypothèses citées plus haut. Dans ses tableaux "comparatifs" est indiqué "nucléaire 3G" pour troisième génération. Je doute que le coût de construction estimé auparavant entre 3000 et 4000 euros du kw installé ait été calculé pour les EPR… Pour Flamanville et Hinkley point on est sur un coût d’environ 10 milliards d’euros pour une puissance de 1650 mw, donc aux alentours de 6000 euros le kw installé…
Bref, le problème avec les analyses de Jancovici c’est qu’il faudrait reprendre tous les chiffres, il se base de plus sur des hypothèses d’évolution des cours des matières premières et du marché co2 à l’appui de sa thèse pro-nucléaire.
Dans l’exemple que vous citez sur les coûts liés à la construction d’ infrastructures du renouvelable intermittent, il faudrait comparer avec les coûts d’infrastructure au moment de la nucléarisation de la France. Si l’on en tient compte pour l’un, il faut en tenir compte pour l’autre…
Enfin et comme toujours, Jancovici passe sous silence le coût du démantèlement… Pour la centrale de Dampierre, un audit estime le coût à un peu plus d’1 milliards d’euros. Pour l’ensemble du parc il se situerait entre 17 et 22 milliards d’euros…
http://www.developpement-durable.gouv.f … ublier.pdf

Hors ligne

 

#125 08/03/2016 01h42 → EDF : leader de la production d'électricité nucléaire en France (dividende, edf, nucléaire, électricité de france)

Membre
Réputation :   12 

Bonsoir !

En attendant les différentes vérifications des chiffres, voici, ci-dessous, la réaction des abonnés (et cela compte pour les actionnaires).

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/9187_edf.jpeg


M07

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech