Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 19/09/2015 08h14 → Le rentier qui vieilli : comment gérer les imprévus ? (rente, rentier, viellir)

Membre
Réputation :   26 

Bonjour,

Je me permets de rebondir sur un échange entamé ailleurs Portefeuille d’actions de Prune (3/3) en marge d’une discussion sur l’investissement en valeurs de rendement (pour ne pas la polluer davantage).

Ma question (aux rentiers ou futurs rentiers) : vous êtes-vous préparés à assumer votre choix d’arrêter votre activité professionnelle et vivre de votre capital, c’est à dire le plus souvent vivre mieux avec moins.  Et surtout, si oui, comment ?
(dans mon cas, qui me semble être proche du profil "moyen" c’est abandonner un travail qui rapporte +/- 5k€ par mois et une retraite à venir, pour vivre avec 2 ou 3K€ de rente et pas de retraite).

Moi je l’avoue j’ai peur de vieillir. Mais vieillir en ayant fait ce choix, cela me paraît encore plus difficile.

3 raisons à cela.
Je me dis qu’arrivé à un certain âge, il faut tenir compte
- de parents âgés et dépendants, qui ont besoin d’un hébergement médicalisé (EHPAD, coût moyen 2500-3000€/mois), ou simplement qui ont une petite retraite et qu’on aimerait pouvoir aider
- de soins dont on peut avoir besoin soi-même, souvent très mal pris en charge par la sécu et mutuelles (appareil dentaire, prothèse auditive, c’est plusieurs milliers d’euros)
- des enfants qui ne trouvent pas de travail et restent chez papa-maman plus longtemps que prévu, ou qui veulent faire de longues et coûteuses études

Alors oui il y a des gens qui travaillent toute leur vie et vivent avec moins de 2000€ par mois, mais très souvent c’est parce qu’ils n’avaient pas le choix.
Mais se retrouver dans une telle situation par obligation ou par choix c’est très différent. Quand c’est une obligation on ne se pose pas de question, par définition. Quand c’est par choix, on peut se demander si ce choix sera toujours aussi facile à assumer le moment venu, non ?

Message édité par l’équipe de modération (19/09/2015 11h04) :
- modification du titre ou de(s) mot(s)-clé(s)

Mots-clés : rente, rentier, viellir

Hors ligne

 

#2 19/09/2015 08h40 → Le rentier qui vieilli : comment gérer les imprévus ? (rente, rentier, viellir)

Membre
Réputation :   155 

La première chose à faire avant de devenir rentier, c’est de bien estimer nos besoins.
Ca ne se fait pas en quelques jours/mois mais se déroule sur plusieurs années.

Ces années permettent d’une part d’avoir une base chiffrée fiable sur ses dépenses, mais également acquérir une plus grande maturité. Elles permettent également d’affiner les besoins "imprévus" (qui ne le sont souvent que par manque de préparation.

(dans mon cas, qui me semble être proche du profil "moyen" c’est abandonner un travail qui rapporte +/- 5k€ par mois et une retraite à venir, pour vivre avec 2 ou 3K€ de rente et pas de retraite).

C’est une mauvaise approche de la rente, montrant que vous n’êtes pas prêt à quitter votre emploi.
En présentant comme ça, vous donnez l’impression qu’il va vous manquer 2/3K€  chaque mois.
Vous serez davantage prêt quand vous vous direz: "je dépense de XK€ par mois, et j’ai des revenus fiables s’élevant à (X+Y%) K€ par mois"

Pour les soins et compagnie… il faut les prendre en compte, chacun à sa façon, c’est le "+Y%" écrit ci-dessus.

PS: la rente n’est pas un passage obligé: travailler toute sa vie est parfaitement légitime et honorable, même quand on est riche, voir richissime.

Dernière modification par Faith (19/09/2015 08h41)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne

 

#3 19/09/2015 09h47 → Le rentier qui vieilli : comment gérer les imprévus ? (rente, rentier, viellir)

Membre
Réputation :   174 

Devenir rentier c’est abandonner le parachute d’une activité rémunérée régulièrement donc si votre projet n’a pas de grandes marges de sécurité liées aux imprévus de la vie, vous allez vous casser la figure.

Carpediem


«Voir c’est savoir, vouloir c’est pouvoir, oser c’est avoir. »Alfred De MUSSET

Hors ligne

 

#4 19/09/2015 10h57 → Le rentier qui vieilli : comment gérer les imprévus ? (rente, rentier, viellir)

Membre
Réputation :   56 

Dangarcia,

Compte tenu de la multitude de questions : combien aurez vous de gamins, feront ils des études, longues ou pas, vivrez vous vieux, vos parents vivront ils vieux également, si vous restez salarié ne serez vous pas licencié dans les prochaines années, est ce que votre situation de couple restera stable ou aurez vous un jour ou l’autre des pensions alimentaires à verser, …..
la réponse ne peut être qu’individuelle et vous ne pourrez, sauf situation particulièrement favorable, n’avoir qu’une notion approximative de votre marge de sécurité.

Après il faut bien vivre (sa propre vie), avancer et trancher (long processus, j’en suis un parfait exemple).

Pour l’illustrer par la situation que j’ai vécu et/ou vis :
- j’estime avoir un matelas me permettant de gérer le court et moyen terme.
- Concernant le long terme, je ne l’occulte pas mais j’ai arrêté de me poser des questions qui n’auront de toute façon pas de réponse. Je me mets en position d’optimiser le futur ("risk management" global) mais je sais que le risque 0 n’existe pas.

A titre perso, j’ai conscience d’avoir fait un choix et je sais que je serai prêt à l’assumer à titre individuel (ce ne sont pas de simples mots).
Je trouve par contre un chouia  plus "préoccupant" (même si ce verbe est un peu fort) le fait d’avoir embarquer ma famille dans cette décision car vivre de ses rentes implique de savoir (ou du moins avoir l’impression) gérer son patrimoine et avoir un intérêt pour cela.
Vivre de ses rentes implique certaines optimisations. Chacun met le curseur où il veut entre optimiser ses dépenses et optimiser ses placements, mais il ne faut pas faire n’importe quoi.

L’équilibre de la situation de rentier, il faut trouver cet équilibre, tient car on a muri sa réflexion, ses objectifs, etc… mais même si on a impliqué sa famille dans cette décision de vivre de ses rentes et notamment son conjoint/conjointe, cet équilibre tient en partie car on est aux manettes (sans aucune prétention de ma part, vraiment pas).

J’ai parfaitement conscience que si ma situation de rentier s’arrête pour notamment des problèmes de santé 1) je n’aurai plus de problèmes de rente à titre perso smile ça c’est sûr ; mais que 2) mon épouse aura à gérer une situation un peu plus compliquée car optimiser des revenus du capital n’est pas son truc. Mais à nous d’y travailler et de nous organiser afin que si cette situation se produisait j’ai pu assumer, autant que j’estimais le devoir, les conséquences de ce qui était "ma" décision d’arrêter d’avoir une activité professionnelle plus conventionnelle (décision bien évidemment pas prise seule mais dont je dois assumer la paternité quand même).

T. Crown

Dernière modification par Crown (19/09/2015 10h58)

Hors ligne

 

#5 19/09/2015 11h29 → Le rentier qui vieilli : comment gérer les imprévus ? (rente, rentier, viellir)

Membre
Réputation :   103 

Bonjour.

Je ne suis pas rentier moi même, mais je réfléchis comme vous, et l’emploi du "vous" ci dessous pourrait être "je" ou "nous":

1/Justement tant que vous n’avez pas répondu aux questions que vous vous posez, vous n’êtes pas prêt.

2/Lorsque vous avez budgété vos besoins (2k€ ou 10k€? Nous sommes tous différents), il faut prévoir le matelas pour:
        - Les imprévus de la vie (maladie, voiture qui casse, réparations, mais aussi les petits extras sympas, voyages, cadeaux etc)
         - Les charges prévisibles, comme les études des enfants, les frais pour vos parents. C’est dur à budgéter exactement, parceque la Fac à Limoges ou une grande école de commerce à Paris, ça n’est pas pareil. De même impossible à 10 ans prêt d’estimer la durée de vie de vos parents… Prévoyez large.
         - Les imprévus financiers liés à vos placements, qui connaitront nécessairement des hauts et des bas. La rente peut être temporairement amputée (vacance locative, interruption de dividende) et vous devez continuer à vivre.

>> Clairement le matelas doit être épais, bien rembourré, et si vous devez y toucher, il faudra s’appliquer à toujours le remplumer dès que vos affaires s’amélioreront (à mon petit niveau, je considère mes poches de liquidités comme une banque à taux zéro. Dès qu’elles baissent en dessous d’un certain niveau, je me sens "à découvert" et je ressens le besoin de renflouer le compte alors que celui ci n’est vraiment pas dans le rouge)

3/ Je rejoins entièrement Crown et Faith, il est nécessaire de bien planifier notre projet à tous et de ne se lancer que lorsque toutes les judicieuses questions que vous vous posez ont trouvé une réponse.
Rien ne pourrait être pire que de vivre de sa rente et d’avoir PEUR. Si une bonne peur est naturelle, trop vous gâchera la vie que vous vouliez justement vivre mieux, et vous poussera inexorablement à faire de mauvais choix (vente panique, gros effet de levier pour se renflouer, entêtement dans l’erreur…)

Et après avoir tout bien planifié et durement gagné notre capital, il nous faudra un peu lâcher la bride, se poser moins de questions, s’abandonner à vivre.

Vaste programme wink


La finance est l'art de faire passer l'argent de mains en mains jusqu'à ce qu'il ait disparu.Robert W. Sarnoff

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech