Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 25/06/2013 10h55 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   167 

Bonjour,

Pour bien comprendre l’activité de Gévelot, voici ma compréhension de leurs trois activités:
-extrusion à froid: ils fabriquent de petites pièces qui sont importantes pour les voitures
- pompes: elles facilitent le transfert de fluides autres que de l’eau. Il s’agit de fluides visqueux, chimiques donc cela requiert des pompes bien spécifiques et pas uniquement des tuyaux classiques.
- mécaniques: ils proposent notamment des carburateurs.

Les deux activités extrusion à froid et pompes représentent 92,8% du CA 2011. L’activité mécanique est historique mais n’est pas décisive tant en terme de CA que de résultat. Ainsi, on a à faire à une entreprise qui intervient sur deux activités clairement cycliques (extrusion à froid et mécanique) alors que l’activité pompes semble être un peu moins cyclique du fait d’un éventail de clients plus large (industries pétrolières, industries chimiques, alimentaires). De mon point de vue, l’activité mécanique est conservé dans le périmètre car c’est l’activité historique de Gévelot et qui peut sans doute obtenir des commandes à travers l’activité Extrusion car on peut penser que les deux activités partagent des clients communs dans l’automobile.

La publication récente du CA 2012 a apporté les éléments suivants :
-    L’activité pompes a connu un recul d’activité important (retrait de 12,5% pour passer de 94,8 à 83 MEUR de CA).
-    Le résultat net consolidé 2012 devrait rester positif mais avant prise en compte de dépréciation d’actifs («  les tests de valeurs , intégrant notamment les mauvaises perspectives d’activité du marché automobile, qui pourraient conduire à un résultat net final négatif , seront examinés dans les semaines à venir »).

Des investissements très faibles tant pour l’activité pompe que pour l’activité mécanique mais peut-être un redémarrage de cycle d’investissement pour l’activité extrusion.
En MEUR    Extrusion    Pompes    Mécanique
2011               7,2               3             0,3
2010               4,6               2,5             0,1
2009               5               3,9             0,3
2008               6,7               5,6             0,6
2007          5,9               2,5             1,6
2006             12,3               2,3             1,3
2005             15,5               3,2             0,4
2004              9,3               2,2             0,2
Moyenne       8,31           3,15      0,6

En% des investissements totaux (en 2011)   
Extrusion: 68,6%   
Pompes: 28,6%   
Mécanique: 2,8%

L’activité pompe requiert peu d’investissements (28,6% en 2011). Cette activité permet de couvrir la forte cyclicité de l’activité extrusion et mécanique. Je ne pense pas que ces deux activités seront cédées car elles font parties de l’ADN de Gévelot.
L’activité mécanique ne semble pas requérir d’investissement important. Ainsi, même si l’activité n’est pas fantastique (pas toujours rentable), cela ne coûte pas grand-chose en terme d’investissement. L’activité mécanique a pour elle l’avantage de ne requérir que de faibles investissements.

L’activité extrusion a connu un important programme d’investissement entre 2004 et 2007 et désormais la question est de savoir si la forte augmentation en 2011 marque ou non le début d’un nouveau cycle d’investissement.

Paradoxalement, c’est l’activité extrusion à froid qui concentre la très grande majorité des investissements. Par le terme paradoxale, je veux indiquer que l’activité qui est la plus rentable (les pompes) ne requiert que 28,6% des investissements confirmant ainsi que l’aspect cash machine pour Gévelot car on un CA qui dans le temps qui est en progrès, un résultat net en progression, la meilleure marge nette des trois activités et un éventail de client diversifié.

Forces
Une trésorerie nette positive depuis 2010  qui permet de faire face aux à-coups de l’activité.
                     2004    2005       2006     2007     2008          2009    2010     2011
Trésorerie nette      9,3        -5,1       -14,2    -10,6     -10,6        -3          17,2       1,7

3,5 MEUR correspondent à « des dépôts bancaires à plus de trois mois donc c’est de la trésorerie mais qui comptablement ne sont pas reconnues comme de la trésorerie alors qu’ils bénéficient de la même liquidité et sont sans risques ».En d’autres termes, on devrait rajouter ce montant à la trésorerie et cela vient amplifier la position de trésorerie nette de l’entreprise qui est en 2011 serait de 5,2 MEUR (1,7 MEUR de trésorerie nette 2011 plus 3,5 MEUR).

Des dettes financières en forte diminution (-41.6%)  sur la période 2005-2011 et stable entre 2004 et 2011.
En MEUR                              2004    2005     2006      2007    2008      2009    2010     2011
Dettes financières CT et LT       19            36         42     39          31     27         19     21

Une valeur comptable par action extrêmement élevée qui nous offre un ratio prix valeur comptable extrêmement bas : une valeur comptable par action en 2011 de 154 euros par action pour un cours de 49 euros représentant un ratio cours/valeur comptable par action de 0,3 ! Certes, il s’agit d’immobilisations corporelles qui sont souvent des usines (et qui de ce fait ne peuvent pas être prise à 100% de leur valeur ! Dans le détail en 2011, sur les 84,8 MEUR d’immobilisations corporelles nettes : 45,8 MEUR sont des matériels et outillages, 25,9 MEUR sont des terrains et des constructions industrielles et 5,1 MEUR des terrains et constructions administratives, le solde étant intitulé « autres, en cours et avances et acomptes) et l’entreprise intervient dans un domaine cyclique mais n’oublions pas qu’elle a une position de trésorerie nette en 2011, un management compétent (transparence sur les difficultés auxquelles doivent faire face les différentes activités, rachats et annulation d’actions).
Une politique récente (depuis 2010) de rachat et d’annulation d’actions qui a permis de réduire de 4,53% le nombre d’actions. Un des questions sera de savoir si cette approche sera maintenue…Personnellement, je pense que cela ne sera pas le cas cette année du fait d’une année 2012 difficile.
Capacité à bien vendre ses actifs (l’immeuble de Vanves).
Des frais variables (recours à l’intérim qui est classique dans l’industrie automobile) qui permettent de lisser un peu les coûts en cas de ralentissement fort. Ainsi, en 2011 on avait 130 personnels intérimaires pour un effectif total de 1 195 (pour 2010 ces chiffres étaient respectivement de 112 et 1175).
Une légère montée en puissance des effectifs situés hors de France ( 399 en 2011 contre 383 en 2010) ce qui pourrait baisser légèrement le coût de la main d’œuvre. Mais ce point reste à relativiser car Gévelot est également présent en Allemagne. Ainsi, les emplois hors de France ne signifient pas nécessairement des emplois dans des pays à faible coût de main d’œuvre.

Activité Pompes
Une activité « pompes » source de cash même si l’annonce du CA 2012 semble indiquer que cette activité est également fortement cyclique.
L’activité la plus rentable de Gévelot et qui subit moins d’à-coups.
En MEUR    Chiffre d’affaires    Résultat d’exploitation       Résultat net    Marge nette
2011                  85,1                   13,3                                6,5              7,64%
2010                 76,8                   13,5                                6,6              8,59%
2009                 67,1                   6,5                                2,7              4,02%
2008                 78,6                   6,1                                4,1              5,22%
2007              77                   9,1                                5,7              7,39%
2006                 64,6                   7,7                                 6,5             10,06%
2005                 64                   8,6                                4,2              6,50%
2004              51,9                   4,6                                2,4              4,62%
Moyenne                                   8,68                                 4,83               6,76%

Pour la période 2004 à 2010 j’ai pris pour le résultat d’exploitation et le résultat net de PCM S.A (France) qui dégage la très grande majorité du résultat de Gévelot. Pour 2011, Gévelot fournit les chiffres globaux de PCM.

L’activité dégage un résultat net régulier même si on voit que le record de résultat net de 2006 n’a pas été battu alors que le CA a progressé de 31,7% entre 2006 et 2011.

Une participation de 45% dans Kudu qui commercialise les pompes (elle assure 18% des ventes de PCM dans le secteur pétrolier).

L’activité requiert peu de R&D (à titre d’exemple 0,1 MEUR en 2011, 0,3 MEUR en 2010, 1,7 MEUR en 2009, 0,2 MEUR en 2008, 0,9 MEUR en 2007 et 0,4 MEUR en 2006).

Activité extraction à froid

L’activité extrusion peut bénéficier en partie du soutien de l’Etat et des constructeurs nationaux qui devraient avoir recours à des fournisseurs locaux. 0,4 MEUR de prêts Oséo à 0% et 0,5 MEUR de prêt Oséo conditionné, il s’agit de prêts moins chers. C’est un bon point car pour une petite partie des emprunts, l’entreprise bénéficie d’un financement à moindre coût.

La présence en Allemagne d’une filiale permet de limiter la dépendance au marché automobile français.

Faiblesses

Recours à de la mobilisation de créances commerciales. – celle-ci, même si c’est de l’optimisation de créances, n’est pas excellente car 1/cela a un coût (l’intermédiaire bancaire prend des frais) et 2/ peut donner le signal que l’entreprise a besoin de cash (même si pour Gévelot ce n’est pas un problème, leur faible niveau de dettes et la position nette de trésorerie est bonne).

Un ROE et ROTC très faible (5,6% en moyenne pour le ROE pour les huit dernières années qui inclut une année en perte (si on exclut l’année en perte on obtient une moyenne de 6,97%) et de 4,8% pour la ROTC (5,63% si on exclut l’année en perte). A titre d’exemple on peut voir l’évolution assez erratique du résultat net qui illustre le côté cyclique de l’entreprise.

Evolution du résultat net
En MEUR           2004    2005    2006    2007     2008   2009    2010     2011
Résultat net    10,5    5,3    4,4      9      4,3       -1,7    8,9      13,7

Une activité extrusion qui dépend encore fortement du marché automobile français.
Une activité forcément cyclique du fait de sa dépendance au secteur automobile pour deux de ses trois activités. L’activité extrusion dépend fortement de clients importants. Cette part est restée stable entre 2009 et 2011 : 51,5% en 2009, 51,2% en 2010 et 53,90 en 2011. Ces données ne sont disponibles que depuis 2009.

Les dépenses de R&D sont élevées pour l’activité extrusion à froid (2,8 MEUR en 2011, 1,3 MEUR en 2010, 1,775 MEUR en 2009, 0,970 KEUR en 2008). Au global (les trois activités confondues), la R&D est un investissement important pour l’entreprise (3 ,3 MEUR en 2011, 1,9 MEUR en 2010, 4,075 MEUR en 2009, 2 MEUR en 2008 et 2,7 MEUR en 2007 et 2,4 MEUR en 2006).
Les créances clients augmentent en 2011  du fait que des grands clients exports de l’activité Pompes ont eu des retards de règlement. Cela reste exceptionnel mais c’est dommage car on est sur l’activité vache à lait. ce qui ne me rassure pas complètement sur la solidité des clients.

Des provisions pour risques pays et risques commerciales en 2011 qui peuvent s’expliquer par les clients de l’activité pompe. J’aurai bien voulu avoir davantage d’informations sur ce à quoi cela correspond.
Pour les montants, cela représente 2,3 MEUR pour le risque pays et 1,05 MEUR pour une provision pour charges de nature commerciales.  Ainsi, on a 3,35 MEUR de provision ce qui n’est pas négligeable lorsque on le compare au résultat net 2011 de 13,7 MEUR.

Pour ce dernier point, on observe qu’il y a une tendance à la hausse depuis 2010 :
Provision pour charges de nature commerciale
En MEUR    2006     2007    2008    2009      2010    2011
           0,232     0,23    0,36    0,16    0,689    1,05

Quelques éléments de valorisation

On obtient un ratio VE (valeur d’entreprise)/Résultat opérationnel de 1,98 si on prend le résultat opérationnel de 2011 et un ratio de 4,27 si on prend le résultat opérationnel moyen des 8 dernières années (y compris l’année 2009 qui était en perte).

La VE est actuellement de 40,3 MEUR qui bénéficie en 2011 de la trésorerie nette de 1,7 MEUR. On notera que je n’ai pas pris en compte les 3,5 MEUR qui sont de la quasi trésorerie… et qui viendrait  baisser d’autant la VE.

Néanmoins, il faut être vigilant avec cet excellent ratio car il est très probable que l’année 2012 ne nous fournisse pas un très bon résultat opérationnel ce qui impactera d’autant le ratio.

Avec la FCF on a les éléments suivants (pour l’activité mécanique et extraction à froid je considère (pour me donner une marge de sécurité que la totalité des investissements sont des investissements de maintenance. Pour l’activité pompes, j’estime qu’une grande partie est de l’investissement de croissance).

En KEUR    FTE           Acq           Capex       R&D           FCF
2011     1 487    10 607    8 485,6    3 300     -10 298,6
2010            28 651    7 352    5 881,6    1 900      20 869,4
2009            20 080    9 164    7 331,2    4 200       8 548,8
2008            16 016    14 303    11 442,4    2 700       1 873,6
2007            14 141    10 179    8 143,2    3 000       2 997,4
2006            8 150    16 158    12 926,4    3400              -8 176,4
2005            4 731    18 982    15 185,6    3 300     - 13 754,6

FTE: Flux net de trésorerie généré par l’activité
Acq:Acquisition des immobilisations corporelles et incorporelles (capex)   
Capex: Capex avec l’application d’un ratio de 75% pour déterminer l’investissement de maintenance   
R&D: je prends à 100 % en tant que dépense de maintenance même si une toute petite  partie est à l’actif du bilan)

Du fait de l’activité cyclique, on a de très fortes variations du BFR qui explique que le flux net de trésorerie connaît par moment de fortes variations (et notamment en 2011).
La part de R&D qui est mis à l’actif du bilan reste très faible ce qui est un bon point. La R&D est une charge. Il n’en reste pas moins que la R&D est élevé pour l’entreprise (en moyenne cela représente 3,1 MEUR par an).

Points intéressants à retenir

-    Des investisseurs institutionnels sont présents au capital: Financière de l’Echiquier et Stock picking.
-    C’est dommage mais depuis 2011, on n’a plus le même niveau de détail pour l’activité des des filiales et des participations (on a des indicateurs mais plus de paragraphes dédiées à chacune des filiales). Cela peut se comprendre par la volonté de ne pas diffuser d’informations qui peuvent être utilisées par la concurrence mais c’est dommage quand même !
-    liquidité du titre très faible.
-    Les stocks représentent en moyenne 17,35% du chiffre d’affaires. Depuis 2009, on a un chiffre stable de 16,46% pour 2009, 15,30% pour 2010 et 16,36% pour 2011. Avant 2009, on avait plutôt des chiffres se situant dans les 20 et 18%.

Les catalyseurs qui pourraient débloquer de la valeur

Gévelot a à sa disposition plusieurs catalyseurs mais pour être honnête la publication du chiffre d’affaires 2012 diminue en partie l’attrait de ces catalyseurs. En effet, l’activité pompes n’a malheureusement pas réussi à voir son CA progresser (il a même fortement reculé) ce qui me laisse un peu perplexe quant à sa qualité de vache à lait que je lui accorde. D’autre part, il est possible d’après le communiqué qu’il y ait une dépréciation de valeur sur les activités liées au marché de l’automobile.

-cession de l’activité mécanique qui permettrait une lecture plus facile de l’entreprise et de très légèrement réduire le caractère cyclique de l’entreprise= mais c’est un scénario peu probable. L’activité mécanique est très petite si on la compare aux deux autres activités. Ce catalyseur ne se réalisera pas car l’activité fait partie de l’ADN de l’entreprise.

-continuer le programme de rachat d’actions.
Celui-ci a été initié de manière importante en 2010, 2011 a continué cette tendance (même si cela a été à un degré moindre). En 2012, les 2500 actions en autocontrôle ont été annulés ce qui est une bonne chose car on observe une certaine régularité dans les rachats même si il semblerait que l’on arrive à la fin d’un cycle de rachat.

- le marché ne prend pas en compte le fait qu’il y a 3,5 MEUR qui sont en actifs financiers courants alors que c’est de la trésorerie. C’est un de mes catalyseurs favoris.

- non prise en compte par le marché que les investissements ne concernent quasiment que l’activité extrusion, les deux autres activités ayant un faible besoin d’investissement. Sans oublier que l’activité pompes requiert très peu de R&D. Un autre de mes catalyseurs favoris.

- une plus grande contribution de l’activité pompes : une progression plus régulière du résultat et un moindre risque client faciliterait la lecture de l’activité comme étant une vache à lait. C’est un objectif que j’aimerai bien voir se réaliser à long terme.

- un recul des provisions pour risques pays et risque de nature commerciale. Sans que ceux-ci disparaissent, on peut penser que la provision pour risques pays ne sera pas récurrente (2,3 MEUR en 2011) et que un meilleur contrôle des risques de nature commerciales (1,05 MEUR en 2011) pourraient apporter davantage de cash à Gévelot. Un autre catalyseur que j’aime bien car il apportera du cash sans que Gévelot augmente son CA.

- une meilleure gestion des créances clients (surtout dans l’activité pompes) afin d’avoir moins de retard de paiement. Ce catalyseur sera peut être facilité par la mise en place d’une nouvelle équipe dans l’activité pompes.

-un management pragmatique et qui va dans le sens de l’actionnaire : rachat d’actions, dettes financières sous contrôle, clarté sur le défi de chacune des activités et forte capacité d’adaptation aux environnements de chacune de ses activités. Il est toujours rassurant de voir un management qui sait gérer l’entreprise dans le meilleur intérêt de ses actionnaires/copropriétaires.

Jeremy
Je n’ai pas d’actions Gévelot mais l’action est sur ma watchlist.

Message édité par l’équipe de modération (25/01/2016 10h51) :
- ajout de balises Url/Société/Quote/Livre
- modification du titre ou de(s) mot(s)-clé(s)
- suppression de la citation du message immédiatement précédent
- anonymisation du message

Mots-clés : analyse, gévelot

Hors ligne

 

#2 25/06/2013 15h48 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   74 

Bonjour Jérémy,

Merci pour cette analyse et pour votre travail.

Côté positif, je crois que la société a un beau parc immobilier, parfois bien situé.

Côté négatif, comme j’aime bien regarder la stratégie d’une entreprise un peu autrement, j’ai remarqué que la société a beaucoup de son personnel en France avec des usines reparties, ce qui à mon avis, n’a pas permis de réaliser des économies, et donc d’optimiser les investissements. Vous remarquerez qu’entre 2012 et 2011, le chiffre d’affaires baisse mais pas la masse salariale.

A+

CPaulus

Hors ligne

 

#3 27/06/2013 11h43 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   167 

Bonjour CPaulus,
Merci beaucoup pour votre commentaire !

Gévelot a effectivement bien su monétiser la vente d’un de ses immeubles en 2011.  Il continue à bien gérer leur parc immobilier : de nouveaux bureaux sont utilisés à Levallois et pour la partie qu’ils n’occupent pas,  elle est louée à des tierces parties. On n’a pas de détail dans les rapports annuels sur la localisation de leurs biens immobiliers (hors usines). C’est dommage pour nous car cela ne nous  facilite pas son évaluation.

Pour les effectifs, ils progressent du fait qu’en France-où ils sont fortement présent- il me semble qu’ils souhaitent maintenir l’emploi (ce qui est courageux de leur part) mais ils viennent d’ouvrir une entité en Chine ce qui peut expliquer l’augmentation du nombre de salariés. Dans les comptes, on n’a pas le détail des effectifs par pays.

Par contre, on voit que le recours aux intérimaires a bien diminué pour passer de  130 à 77  (comme la plupart des intervenants dans le secteur automobile).

Jeremy

Hors ligne

 

#4 14/10/2013 15h58 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Kiceca
Invité

Record historique pulvérisé….68.74 € grace à un +16.90 % dans des volumes plutot significatifs pour la valeur. 500 titres échangés. Mon portefeuille apprécie….

A noter que Gevelot a racheté 2000 titres à 58 € en septembre après les 1168 titres du mois d’Aout.

 

#5 14/10/2013 16h04 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   211 

oui, c’est une excellente décision d’allocation d’actif que nous fais le management là !

J’en connais un qui va s’en morde les doigts…wink

Dernière modification par spiny (14/10/2013 16h48)

Hors ligne

 

#6 14/10/2013 16h08 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Kiceca
Invité

Et je vois dans ce programme de rachat un signe que les semestriels qui doivent être publiés le 18 octobre ne devraient pas être mauvais après les très grosses dépréciations d’actifs de l’année dernière qui ont fait plonger le résultat dans le rouge.

On est encore loin des 144 € de fonds propres par action. Je conserve précieusement cette boite bien gérée.

Dernière modification par Kiceca (14/10/2013 16h14)

 

#7 17/10/2013 14h46 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   167 

Bonjour,

tout d’abord félicitations aux détenteurs d’actions Gévelot! L’entreprise intervient dans une activité difficile mais les dirigeants prennent de très bonnes décisions en terme d’allocation de capital.
Et oui je m’en veux de ne pas avoir acquis d’actions! J’ai un processus d’investissement dans lequel la compréhension de l’activité est primordiale (et j’aime bien voir un petit avantage concurrentiel aussi!), je n’en déroge pas pour l’instant même si je fais un important travail sur moi-même pour m’intéresser davantage aux entreprises intervenant dans des activités difficiles.

Mise à jour suite à la publication des résultats semestriels.

Le CA progresse de 8,6% et le résultat opérationnel courant augmente de 59% (ce dernier point est vraiment un bon résultat de mon point de vue!). Le résultat opérationnel recul de 24,5% du fait d’une dépréciation de 5,1 MEUR sur les actifs industriels de l’activité extrusion.

Progressivement les actifs d’extrusion sont dépréciés mais cela permet d’avoir un bilan clean. Il y avait déjà eu une importante dépréciation l’année précédente. Le bon nettoyage du bilan continue. A mon avis, l’idée est que les actifs de la filiale française vont être progressivement dépréciés pour que l’on se retrouve avec une valeur faible qui ne réservera plus de mauvaises surprises. L’activité extrusion est difficile et la filiale allemande compense l’activité française.

L’activité Pompes connaît une forte progression du CA (+18,6%) grâce à l’activité pétrole et gaz.

Pour les perspectives 2013, ils annoncent que le résultat net devrait être flat avec une activité extrusion déficitaire (et peut être des dépréciations supplémentaires), une activités Pompes bénéficiaires mais qui dégagera le même résultat que l’année précédente du fait de la hausse de coûts industriels et de frais de développement international. L’activité mécanique (qui est très petite à la taille du groupe) sera bénéficiaire.

En résumé, la situation reste inchangée:
-des dirigeants avec une excellente allocation de capital (rachat d’actions, dividende maintenu depuis plusieurs années),
- une activité pompes qui est la cash machine (même si j’aimerai bien qu’il passe un cap en terme de résultat: peut-être que cela viendra avec le développement international),
- une activité extrusion qui souffre en France mais qui marche bien en Allemagne grâce à ses constructeurs,
- une activité mécanique symbolique (métier historique) dont je pense qu’on leur demande de ne pas perdre d’argent.

Cheers

Jeremy
Je n’ai pas d’actions Gévelot.

Hors ligne

 

#8 17/10/2013 15h04 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   211 

Merci Jérémy ! wink

On a vraiment l’impression qu’ils chargent la mule au niveau D&A, ce n’est pas plus mal tu me diras…on aura effectivement un bilan clean.

Ce qui compte après tout, c’est quand même la génération de CASH et si l’EBITDA augmente et bien çà me va!

En lisant le communiqué ce matin, je me demandais justement l’utilité de garder la branche "mécanique".
N’y aurait-il pas intérêt pour le groupe à réorienter les forces de production vers les pompes ?
Peut-être que cette activité est moins cyclique ? encore que ?

Concernant le rachat d’actions, depuis la mise oeuvre effective du programme, la société a racheté un peu plus de 6,7% de la limite autorisée (en nombre d’actions).
cela ne fait pas grand chose sur le capital de la société mais vu la liquidité du titre, cela a produit son effet : +35%.

Hors ligne

 

#9 17/10/2013 16h09 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   167 

Hello Etienne,

on est bien d’accord que la génération de cash est bonne. Effectivement, je pense qu’il charge bien en terme de dépréciations. Il ne faut pas hésiter à neutraliser cette opération pour avoir la véritable génération de cash.

L’activité mécanique est l’activité que Gévelot faisait à son origine (je crois même qu’ils ont inventé plusieurs produits), je ne les vois pas la céder car cela fait partie de leur ADN, les emplois sont en France (je ne pense pas qu’ils souhaitent licencier) et le CA est anecdotique.

En fait, le véritable catalyseur sur Gévelot (en dehors de l’excellente allocation de capital) est lié à l’activité pompes: quand est ce qu’elle passera le cap tant en terme de CA que de résultat car l’air de rien c’est une activité profitable récurrente mais qui n’arrive pas pour le moment à franchir un palier. Pourtant le positionnement est atypique (les pompes qu’ils produisent concernent les liquides visqueux).

Cheers
Jeremy
Je n’ai pas d’actions Gévelot.

Hors ligne

 

#10 17/10/2013 16h34 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   211 

A ces niveaux de prix là ils peuvent aussi décider de racheter des actions de manière agressive.
Si le nombre d’actions diminuent de 10% par an, çà me va !

Hors ligne

 

#11 26/10/2013 00h04 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   189 

Bravo et merci pour cette analyse très fouillée Jeremy.
Perso j’ai été bien heureux d’en prendre une bonne ligne a 45 €.
J’avoue, mais j’ai peut-être tort, ne pas chercher a comprendre l’activité outre mesure lorsque le prix me paraît aussi décoté.
JL


Investisseur deep value. Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck et Boursorama.

Hors ligne

 

#12 27/10/2013 23h36 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   167 

Merci beaucoup JL pour vos encouragements!
Sur cette entreprise, mon côté Warren l’a emporté sur le côté Benjamin! Le prix est un facteur clé pour moi, mais désormais je ne m’interdirai plus de devenir copropriétaire d’entreprise intervenant dans des secteurs difficiles si le prix est décoté. En plus ici, on a management qui est clairement "shareholder friendly"!
Arh! Ce fut une mauvaise décision de non-investissment de ma part!
Cheers
Jeremy

Hors ligne

 

#13 28/10/2013 00h37 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   146 

Bonjour,

J’ai été actionnaire de Gévelot (achetée à 25 € au T3 2009 et vendue à 60 € au T1 2012).

Bravo à ceux qui sont entrés à 48 € le 25/06/2013 et qui sont encore actionnaires (+ 46 % en 4 mois est un exploit). Je trouve pour ma part que le prix (70 €) est maintenant trop élevé pour y entrer. Si j’en avais acheté à 48 €, je n’hésiterais pas à vendre (mais il ne s’agit pas d’un conseil de vente, bien sûr).

Voici notamment trois éléments à considérer:
* Marge de sécurité: (Stocks + Créances + Trésorerie - Dettes)/Capitalisation boursière = 75 %
* La courbe historique des prix révèle que nous sommes maintenant aux plus hauts depuis 1999.
* Il existe actuellement de meilleures opportunités sur le marché, en terme de marge de sécurité.

Pour mettre un peu d’eau dans mon vin et vous inciter à la prudence quant à mes propos, je peux également vous indiquer que j’ai vendu mes actions CONN (sur marchés US) à $ 11, avec une plus-value de 145 % par rapport à mon prix d’achat, mais qu’elles cotent maintenant à $ 61,7. Espérons pour les actionnaires de Gévelot qu’il leur arrive la même aventure.

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (28/10/2013 00h59)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne

 

#14 28/10/2013 09h01 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   211 

Pour ma part, j’en ai acheté la 1ère fois au printemps 2010 entre 27 et 29€.
Puis renforcé fin 2010 à 32,5€
Je me suis allégé à 40€ en décembre 2010…puis j’en ai racheté en août/septembre 2011 au-dessus de 50€, et enfin cet été à 45€.

Vauban, vous ne prenez pas en compte l’immobilier, que l’on obtient gratuitement chez Gévelot.
Je ne parle pas nécessairement des usines, toujours difficiles à valoriser correctement, mais de l’immobilier parisien, qui vaut certainement plus que 0…

La courbe historique n’a absolument aucun intérêt au regard de la valorisation. Je ne comprends pas, alors que vous avez l’air d’un investisseur value aguerri, que vous vous attachiez à cet indicateur…

Hors ligne

 

#15 28/10/2013 20h51 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   146 

Bonjour Spiny,

Merci de votre message. Je vais essayer d’expliquer ma position.

Valeur de l’immobilier parisien

La note 4, page 30, du rapport annuel 2012, indique que la valeur nette des "terrains et constructions administratifs" à la clôture de l’exercice représente 5 082 000 €, ce qui n’a donc pas d’impact significatif sur l’analyse précédente, sauf erreur de ma part.

Courbe historique des prix

La courbe historique n’a absolument aucun intérêt au regard de la valorisation. Je ne comprends pas, alors que vous avez l’air d’un investisseur value aguerri, que vous vous attachiez à cet indicateur…

Je suis à la fois d’accord et pas d’accord avec vous. Le prix (historique ou actuel) n’a rien à voir avec la valeur de l’entreprise, nous sommes d’accord. Comme vous, je préfère l’analyse fondamentale à l’analyse technique.

Cependant, l’observation de la courbe de prix long terme n’est pas pour moi dénuée d’intérêt, prise au second degré. J’essaie en effet de décrypter comment d’autres acteurs du marché pourraient prendre leur décision d’achat et de vente sur base de la seule observation de cette courbe.

Imaginons par exemple un investisseur "valeur" rationnel qui n’aurait accès qu’à la courbe des prix, comme seule source d’information (un comble !). Une approche qui ne me semblerait pas stupide serait d’acheter une action quand son prix semble bas, par rapport aux prix historiques, et la revendre, lorsque son prix serait élevé. Je suis d’ailleurs persuadé que certains acteurs du marché, qui se limitent volontairement à l’observation des prix, procèdent de la sorte en pratique.

Ainsi, de mon côté, toute chose égale par ailleurs d’un point de vue fondamental, je préfère acheter des actions lorsque:
1/ Leur prix est proche des plus bas historiques.
2/ Le prix de vente cible a été atteint plusieurs fois par le passé (si possible avec plusieurs intersections de la courbe de prix avec ce prix de vente cible).

Bien sûr, il ne s’agit pas de mon critère d’achat principal, mais d’un point de vue "graphique", examiné au second degré comme élément décisionnel pour d’autres acteurs du marché, je préfère acheter Gévelot à 25 € qu’à 70 €.

Allers-retours

Je me suis allégé à 40€ en décembre 2010…puis j’en ai racheté en août/septembre 2011 au-dessus de 50€, et enfin cet été à 45€.

In cauda venenum. J’ai une question impertinente que j’ose à peine vous poser de peur de vous placer dans une situation embarrassante, ce qui n’est pas mon but (j’essaie simplement de comprendre). Qu’est-ce qui justifie, du point de vue de l’analyse fondamentale, ces allègements puis rachats ? Est-ce que des éléments nouveaux ont motivé ces prises décisions ?

Pour ma part, je ne me souviens pas avoir fait de telles manœuvres dans ma vie d’investisseur, jusque là, ce qui attise ma curiosité.

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (28/10/2013 21h03)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne

 

#16 28/10/2013 21h37 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   211 

Par rapport à l’immobilier parisien

Quand même, cher Vauban, 5M€ sur l’immobilier ça correspond à un modique 5,60€ / action…

Au sujet de la courbe historique

Je suis d’accord avec vous (je préfère acheter à 25€ qu’à 70€) et je comprends votre point de vue et mais je dois avouer que je ne le partage pas. Peut-être suis-je dans l’erreur…

Essayer de "décrypter comment d’autres acteurs du marché pourraient prendre leur décision d’achat et de vente sur base de la seule observation de cette courbe" me semble tout à fait ésotérique.
Sur quels éléments vous basez vous ?
Si je me réfère à la définition initiale de la spéculation par Maître Graham himself, nous n’en sommes pas loin me semble-t-il…wink

Vous semblez partir du postulat que le mouvement du prix des actions semblent suivre certaines fluctuations récurrentes alors que ceux-ci sont assez farfelus, pour ne pas dire autre chose.

Concernant Gévelot. Si jamais aucun programme de rachats d’action digne de ce nom n’a été conduit et que, aujourd’hui, le management a décidé de réellement racheter et annuler 10% du capital en circulation…et que la société continue d’utiliser ses cash-flow dans cette opération très relutive dans les années à venir. Compte tenu du prix et de la liquidité du titre, le cours va flamber.
Cette "configuration" ne s’étant jamais produit dans le passé, comment alors réagir ?…

Si demain Exac, décidait de liquider la société et de rendre l’argent aux actionnaires (ce qui ne sait jamais produit, mais qui serait peut-être une bonne idée), qu’adviendrait-il?

En somme, ne pouvant pas prédire l’avenir, je me concentre sur le factuel, c’est à dire les état financiers.

Concernant les aller-retours.

Cher Vauban, vous ne me mettez pas du tout dans l’embarras. C’est assez simple :
- J’avais une petite plus-value correcte sur cette valeur (+40%) au moment de l’allègement.
- Gévelot représentait 10% de mon portefeuille à l’époque, ce qui était assez important pour une valeur comme Gévelot
- J’avais une valeur dans le radar et pas de cash sous les mains. J’avais donc du faire un choix…et grand bien m’en a pris (enfin pour le moment) puisque la valeur en question est MGI Coutier…c’est aussi simple que çà.

Ensuite, j’en ai racheté car la valeur était toujours décotée, fait des bénéfices et que je fais confiance au management.
Le dernier rachat en août a été effectué alors que le management venait d’annoncer la mise en oeuvre du programme de rachats d’action…le cours a pris plus de 50% depuis….

Au plaisir

Dernière modification par spiny (21/09/2014 09h59)

Hors ligne

 

#17 28/10/2013 23h14 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   146 

Bonjour Spiny,

Merci de vos messages qui suscitent la réflexion.

Immobilier parisien

Ce que je voulais dire c’est que la prise en compte de l’immobilier parisien ne change pas fondamentalement l’analyse de la marge de sécurité (je n’ai pas dit qu’il ne la changeait pas du tout):

* Marge de sécurité (sans immobilier parisien): (Stocks + Créances + Trésorerie - Dettes)/Capitalisation boursière = 75 %

* Marge de sécurité (avec immobilier parisien): (Immobilier parisien + Stocks + Créances + Trésorerie - Dettes)/Capitalisation boursière = 100 %

Le prix semble assez proche de la vraie valeur calculée de manière conservatrice, en tenant compte de l’immobilier parisien. Donc je préfère pour ma part m’abstenir d’acheter.

Courbe historique

Il n’est pas non plus exclu que ce soit moi qui sois dans l’erreur. Je me défends cependant d’être un fervent adepte de l’analyse technique / graphique malgré mes observations du graphique !

Concernant ma première assertion "Toute chose égale par ailleurs d’un point de vue fondamental, je préfère acheter des actions lorsque leur prix est proche des plus bas historiques.", le point sur lequel je me base principalement pour expliquer ma position est le suivant. Lorsque je ne connais pas la vraie valeur d’un bien, j’ai tendance à essayer de l’acheter dans la fourchette basse des prix observés. Par exemple, c’est la stratégie que j’utilise lorsque j’achète une voiture (dont je ne connais pas la valeur intrinsèque). Cela ne garantit pas que son prix soit inférieur à sa vraie valeur (seule une analyse fondamentale pourrait garantir cela) mais augmente mécaniquement les chances que le prix soit inférieur à la valeur (par rapport à un achat en fourchette haute).

Concernant ma seconde déclaration "Toute chose égale par ailleurs d’un point de vue fondamental, je préfère acheter des actions lorsque le prix de vente cible a été atteint plusieurs fois par le passé", en prenant pour hypothèse simplifiée que la vraie valeur d’une entreprise ne varie pas fortement sur une période observée de 10 ans (ce qui me semble globalement le cas de Gévelot sur les 5 dernières années au moins car le bilan est globalement stable sur cette période) et en partant du principe que le prix et la vraie valeur sont reliés par un élastique, il me semble plus probable qu’un prix déjà atteint dans les 10 dernières années le soit à nouveau (zone de balayage) plutôt qu’un prix non encore atteint le soit soudainement. Je dirais même que plus un prix sera proche de la vraie valeur et plus il aura de chance d’être à nouveau atteint dans le futur. Bien sûr, il s’agit d’un modèle simplifié (la valeur peut varier ou l’élastique peut se tendre de manière plus marquée que par le passé, sur une dépression ou une euphorie de Mr Market par exemple).

Une opération relutive augmente la valeur d’une entreprise, nous sommes d’accord, ce qui peut avoir un impact sur la courbe des prix.

Arbitrage

D’accord. Je comprends l’arbitrage effectué et les questions de gestion de liquidités. Je vous prie de bien vouloir m’excuser pour mes taquineries et j’espère que vous n’en prendrez pas ombrage.

De mon côté, je ne fais pas d’arbitrage et je n’allège pas habituellement mes positions à la hausse (ce qui explique que je n’ai jamais en pratique vendu à un prix pour racheter ultérieurement à un prix plus élevé).

Conclusion

En tous cas, je souhaite vivement que le prix de Gévelot augmente fortement comme l’avait fait celui de Conn’s après que j’ai vendu mes titres, même si je n’en suis pas actionnaire (et je ne dis pas cela ironiquement car c’est vraiment ce que je vous souhaite).

Je vous remercie encore une fois de vos messages qui ont permis de susciter la réflexion et d’approfondir la question.

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (28/10/2013 23h25)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne

 

#18 20/01/2014 18h53 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   

Ouch!

-17%, 50EUR … Aucune news apparemment, juste un volume anormal de 3000 titres échangés.

Quelqu’un a-t-il plus d’infos?

Hors ligne

 

#19 20/01/2014 19h20 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   421 

Eternel problème avec ce genre de valeur : Grosse prise de bénéfice ou délit d’initié ?
Ca la remet à prix d’achat si tant est qu’on puisse en ravoir à 50…


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne

 

#20 20/10/2014 14h12 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   266 

Hello,

c’est moi où la publication des comptes du 1er semestre a été décalée du 20 au 23 oct ?
GEVELOT-SA

Dernière modification par Geronimo (20/10/2014 14h12)

Hors ligne

 

#21 20/10/2014 14h16 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   211 

Je crois bien avoir lu comme vous…

Hors ligne

 

#22 23/10/2014 09h25 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   266 

Et bien finalement les résultats ont été publiés le 22 smile.

GEVELOT-SA

Dommage qu’ils n’indiquent pas la tresorerie nette… la VANT est au moins de l’ordre de 200e/action

Hors ligne

 

#23 23/10/2014 10h13 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   211 

Oui effectivement, dommage que nous n’ayons pas encore le bilan.

Dans l’attente du rapport financier, nous pouvons tout de même relever :
– CA en hausse de 2,5%
– L’extrusion fait +4% alors que le filiale française n’a pas fait de chiffre ! Cela doit booster fort en Allemagne.
– La fin de l’activité « mécanique » est, financièrement et économiquement parlant, une très bonne chose. Si le management parle de « probabilité de cession », c’est qu’ils ont déjà un acheteur et qu’ils attendent la signature, à mon avis.
– n’oublions pas la cession de Kudu qui, certes est exceptionnelle, va tout de même remplir de cash les caisses de l’entreprise
– hors Kudu et malgré les déboires industriels rencontrés, l’entreprise est bénéficiaire au même niveau que l’année dernière.
– Je garde à l’esprit que le management a toujours fait preuve de prudence dans ses communications.

Edit : je suis toujours un actionnaire satisfait de Gévelot

Hors ligne

 

#24 23/10/2014 14h28 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   266 

Le résultat opérationnel courant est quand même un peu en baisse à cause du secteur Pompes.

Pour la cession du secteur Mécanique, en effet ça serait une bonne chose et ça semble relativement bien avancé ("probabilité de cession début 2015").

J’ai également toute confiance dans le management hyper sérieux et prudent.

– n’oublions pas la cession de Kudu qui, certes est exceptionnelle, va tout de même remplir de cash les caisses de l’entreprise

On va avoir environ 190 M€ de capitaux propres pour 909 000 actions…. 210 €/action (+ pas trop de dettes mais un bon gros matelas de liquidités, une boite rentable, un bon management).

Dernière modification par Geronimo (23/10/2014 14h30)

Hors ligne

 

#25 23/10/2014 14h35 → Gévelot : un industriel présent dans l'extrusion à froid et les pompes (analyse, gévelot)

Membre
Réputation :   211 

Le management avait d’ores et déjà annoncé que le produit de la vente de Kudu serait affecté à des investissements dans PCAS (la filiale du secteur "pompes").

J’ai juste envie de dire : "tant mieux c’est la plus rentable".

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech