Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 06/02/2015 17h20 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   

bonjour a tous,

les biopharma sont en vogue en ce moment. quelques une d’entre elle montent depuis le mois d’octobre et exploses depuis noël pour certaines. Adocia, genfit cardio.

Ces explosions sont souvent le fruit de résultats mais aussi de simples annonces pour certaine. fruit de spéculation sur lesquels certain se positionnes pour faire quelques coups.

pour ma part je me suis positionné sur plusieurs d’entre elle sans stratégie et surtout en m’éparpillant, sans grande connaissance des dossiers. J aurai pu doubler mon capital, avec un peu plus de croyance, prise de risque et clairvoyance.

titre en portif depuis octobre: adoc, genfit, erytech, et d’autres

Pour ceux qui sont donc intéressés, voici ce que j ai pu relever, c’est un peu long mais intéressant pour les dates clef:

Adocia
T1: Résultats Ph2 - Hinsbet
T2: Lancement Résultat Ph3 europe - L’ulcère du pied diabétique
T3: Résultat partiels Ph2a - Combo Lente et rapide
T4 : Résultat Ph3 Ulcère du pied diabétique en Asie

Erytech:
T1: Résultat partiel Ph2b - ERY-ASP (GRASPA) pour la Leucémie Aiguë Myeloide (LAM)
T2: Demande AMM EMA pour ERY-ASP (GRASPA) dans la Leucémie Aiguë Lymphoblastique (LAL)
T3: Résultat partiels Ph2 - ERY-ASP (GRASPA) pour le cancer du pancréas

Nanabiotix
T2 : Résultat préliminaire Ph2 - NBTXR3 pour les cancers tête et cou

Tigenix
T3 : Résultat Ph1 - Cx611 pour le sepsis sévère
       Résultat Ph3 - Cx601 dans la fistule de Crohn

Pharming:
T1: Lancement Ph1 - Ruconest pour la pancréatite aigue
T1 : étude safety phase 2
T4: Résultat Ph3 - Ruconest pour la prophylaxie AOH

Nicox:
T1: Accord Pré-FDA - Cétirizine (AC-170) pour Conjonctivite allergique
T3: Accord FDA - Vesneo pour le Glaucome
T4: Initialisation Ph2 - Futicasone (AC-155) pour l’inflammation et la douleur oculaires postopératoires

Genfit
T1 mars : résultats ph2 GFT505
Sur genfit
T1 lancement phase 2 maladie de Crohn
T2 entrée nasdaq

Onxeo :
Q12015 BelCHOP phase I resultats
fin 2015 résultats phase 2 Valdive ORL
fin 2016 résultats finaux phase 3 Livatag

Innate pharma
T1 /T2 ? : 1 ère data de Lirilumab en combo avec anti-pd1. Fast track possible ?
T4 : Lirilumab PIIb

Galapagos;T3 resus 2B RA (avec une molecule qui a débuté une phase 2A sur maladie de Crohn)
Pour Gala ,ont revendu leur partie "prestation de services"en 2014
Est une des 3 biotechs favorites de Goldman Sachs pour l’Europe

ablynx:
http://goo.gl/4GtyUc

Cardio3 BioSciences
c’est une société de biotechnologie spécialisée dans la recherche et le développement de thérapies régénératives, protectrices et reconstructrices pour le traitement des maladies cardiaques (notamment insuffisance cardiaque et infarctus du myocarde).

Résultats futility(intermédiaire pour savoir s’il est utile ou pas de continuer l’étude) pour la phase 3 fin mars/début Avril

Mots-clés : biopharma adocia genfit erytch

Hors ligne

 

#2 06/02/2015 17h24 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   

pour suivre
dossier relevé du site bourso avec un bon boulo fait par un mec qui date de mars 2014 je pense:

Post de zzeb de mars 2014 (1ère partie)

!!! ATTENTION, CECI N’EST NI UN CONSEIL A L’ACHAT, NI A LA VENTE, MAIS MON AVIS PERSONNEL, JE NE GARANTI PAS LA VERACITE DES PROPOS TENUS !!!

Voici mon nouveau topo des biotechs que je connais actuellement. Je tiens à préciser que je maîtrise certains dossiers bien mieux que d’autres ; si je me suis trompé sur certains points n’hésitez pas à émettre votre point de vue. Cette liste prend en compte les évolutions récentes des titres cités. Pour pouvoir au mieux profiter de cet eldorado européen des biotechs, il parvient de bien choisir ses titres et ne jamais tout miser sur une seule biotech. Ce sont des investissements risqués et leurs cours boursiers sont très volatiles!

Cette liste est encore plus détaillée que les 3 précédentes, et elle inclut 7 nouvelles biotechs ; Adocia, Theradiag, Oncodesign, Galapagos, Genticel, Integragen et Biosynex.

Ceci est classement global, c’est à dire qu’il prend en compte les perspective CT (semaines), MT (mois) et LT (années).

Avec les meilleurs en premier :

1. Bioalliance
ma connaissance du dossier : +++
siège : Paris, France
- Une pharma pro qui réussit à mettre ses produits sur le marché ; 2 AMM EU+USA pour l’instant ; le Loramyc et Sitavig.
- Cette expérience de comment réussir des AMM sera fort utile pour mettre les prochains produits sur le marché, qui sont d’ailleurs des blockbusters qui devraient permettre à la société d’entrer dans une nouvelle dimension ; le Livatag et Validive.
- Multi-produits (8 pour l’instant) ; ceci en fait un investissement moins risqué que la plupart des autres biotechs dans cette liste, et augmente la fréquence de news potentielles.
- Loramyc : Commercialisé en Europe et aux Etats Unis. Les ventes sont très modestes et stagnent depuis quelques années, elles rapportent néanmoins environ 1 millions en recettes de royalties par année mais devraient augmenter grâce à une nouvelle commercialisation au Japon. Fujifilm Pharm a récemment signé un accord de distribution du produit avec Sosei (qui s’occupe de faire la phase 3) au Japon.
- Le Sitavig : Traitement pour l’herpès labial ; efficacité pas franchement meilleure que d’autres traitements dans cette indication, mais le côté pratique est un fort argument de vente (pastille à mettre 1x sous la lèvre et donc bien pour l’esthétique et plus pratique comparé à l’application d’une crème à usage multiple ou un sparadrap). Autorisé à la commercialisation en Europe et aux Etats Unis. Actuellement n’est que mis sur le marché en Israël. Le 19 mars 2014, Bioalliance a signé un accord avec la société américaine Innocutis (pharma spécialisé dans les atteintes dermatologiques) pour la commercialisation du Sitavig dans l’immense marché d’Amérique du Nord, qui représente environ 4 milliards de dollars. Bioalliance pourra recevoir jusqu’à 5 millions de dollars répartis en versements liés à la signature et au franchissement d’étapes. L’accord prévoit surtout un taux de redevances élevé (royalties). Innocutis prendra en charge les obligations réglementaires exigées par la Food and Drug Administration (FDA), et notamment le financement d’une grande partie de l’étude pédiatrique et les taxes. Ayant récemment reçu l’avis favorable des autorités de santé française et allemande pour l’Autorisation de Mise sur le Marché du produit, un partenariat pour la commercialisation également en Europe ne saurait tarder. Pour le Sitavig, Bioalliance vise des royalties plus importantes plutôt que des gros upfronts (à l’inverse du Loramyc, qui rapporte très peu aujourd’hui).
- Livatag : Phase 3 (ReLive). Doxorubicine (agent de chimiothérapie) dans des nanoparticules (technologie Transdrug). Les résultats les plus spectaculaires dans le cancer que j’ai vu (avec aussi le Pexa-Vec de Transgene) ; la phase 2 contre le cancer hépatocellulaire (foie) a montré une survie médiane augmentée de 15 à 32 mois (plus que le double) et ceci en moyenne sur tous les patients (p<0.05), alors que le cancer du foie est connu comme étant un des cancer les plus chimiorésistant! La phase 3 a débuté en Europe et aux USA. Les dernières évaluations de sécurité DSMB ont pour l’instant toutes été positives et les résultats finaux sont prévu en 2015 selon Invest Securities mais Bioalliance disent 2016. L’autorisation EMA et FDA est à prévoir en 2016.
http://w ww.france-biotech.org/tag/livatag/ (enlever espace)
- La technologie Transdrug (utilisé par le Livatag) utilise des nanoparticules pour permettre de lutter contre la chimiorésistance, un mécanisme majeur de l’échec de certains médicaments anticancéreux, en facilitant la pénétration du médicament dans les cellules cancéreuses. Les nanoparticules diminueraient également les effets indésirables (cardiotoxicité) de la doxorubicine. Le Livatag pourrait être utilisé dans de nombreuses autres pathologies, car la doxorubice est actuellement fréquemment utilisé dans la plupart des cancers ; leucémies, lymphomes, cancer de la vessie, sein, poumon, estomac, ovaires, thyroide, sarcomes et myélome multiple. Le Livatag de Bioalliance a donc un potentiel énormissime et pourrait à terme même devenir un des médicaments le plus utilisé en oncologie. Bioalliance possède les droits pour cette technologie jusqu’en 2031! A l’annonce d’un renforcement majeur de la protection brevet jusqu’en 2031, le marché à très peu réagi (+3%) et visiblement n’a pas compris pas la portée de cette nouvelle.
http://w ww.cnrs.fr/Cnrspresse/n380a6.htm (enlever espace)
- A titre de comparaison, le médicament de Celgene ; l’Abraxane, qui consiste en du Paclitaxel inclus dans des nanoparticules, pour traiter le cancer du sein, poumon et pancréas, est actuellement beaucoup utilisé en oncologie. La capitalisation boursière de Celgene est de 65 milliards. Avec Biolliance qui vaut moins de 200 millions et aura d’ici quelques années un médicament qui sera un blockbuster encore plus grand que l’Abraxane, je crois que vous avez compris pourquoi Bioalliance est numéro 1 de la liste!
- Validive : Phase 2. Un médicament pour traiter les mucites orales induites par la radiothérapie et chimiothérapie ; marché énorme. Actuellement en phase 2, la FDA a accordé un status ’fast track’ d’évaluation de développement au début de 2014. Ceci montre que les autorités américaines pensent que ce traitement répond à un besoin médical urgent et non actuellement satisfait. Les résultats sont prévus Q4 2014.
- AMEP : Phase 1/2. Un traitement qui vise le mélanome métastatique. Une protéine qui cible des récepteurs spécifiques (intégrines a5b1 et avb3) exprimés sur les cellules du mélanome et impliqués à la fois dans la croissance de la tumeur et son angiogenèse (donc inhibition de la vascularisation de la tumeur, nécessaire à sa croissance). La protéine ne pouvant être administrée directement, Bioalliance a développé une technologie visant à administrer le gène spécifique (biothérapie AMEP) qui, une fois entré dans la cellule, doit permettre la synthèse de la protéine active AMEP. Les études précliniques expérimentales dans le mélanome ont confirmé ces effets antitumoraux et antiangiogéniques. Ce produit pourrait être un 3ème blockbuster (avec Livatag et Validive) de la société si la suite des recherches montre des bons résultats.
- 3 autres produits en stade plus précoce de développement ; Irinotecan (cancer digestifs rares), Fentanyl Lauriad (douleur chroniques), Fluriad (vaccin H1N1).
- Financement : Biolliance a assez de trésorerie pour un peu moins d’un an (11 millions et cash burn de 17 millions en 2013) et il existe la possibilité de faire des PACEO ou des AK conventionnelles. Néanmoins l’argent gagné à travers la signature des partenariats pour le Sitavig réduit le besoin pour des AK.
mon sentiment : Bioalliance est une biotech qui a démontré 2 fois déjà sa capacité d’obtenir des bons résultats scientifiques, de réussir leurs demandes d’AMM (très difficiles à obtenir) pour leurs produits, et de les mettre sur le marché en Europe et aux USA! C’est donc une biotech qui mérite la confiance des investisseurs. Bizarrement c’est l’inverse qui se produit depuis pas mal de temps et elle reste une des biotech les plus faiblement valorisée de la place parisienne. Un exemple de l’indifférence du marché vis-à-vis de cette action est que 2 jours après l’annonce d’un partenariat pour la commercialisation du Sitavig aux USA, un marché de 4 milliards de dollars, l’action n’était montée que de +6%! Avec 2 blockbusters qui vont permettre Bioalliance d’entrer dans une nouvelle dimension également sur la bonne voie pour une commercialisation, Bioalliance reste donc de très loin le meilleur investissement possible dans le secteur biotech . Si le marché n’est pour l’instant pas très enthousiaste ce n’est pas si grave, car cette situation permet de se placer à bon prix, on fera les comptes plus tard!
perspectives : CT +++, MT +++, LT +++
précédent objectif CT de 12e : presque atteint (11.74e)
prochain objectif CT : 15e
objectif MT : 25e
ma position actuelle sur le titre : +++

2. Valneva
ma connaissance du dossier : ++
siège : Lyon, France
- Créé par la fusion entre Vivalis et Intercell.
- La société, développe une activité de production de vaccins et de protéines sur la base de la lignée de cellules souches EB66, d’anticorps monoclonaux sur la plateforme VivaScreen et d’adjuvants, dont le IC31.
- 35 accords de licence avec les plus grandes sociétés pharmaceutiques mondiales pour l’utilisation de sa lignée cellulaire EB66, tant pour la production de vaccin humains que vétérinaires.
- Sources de revenus diversifiés et en constante augmentation.
- Le 27 février Valneva a fait état d’un chiffre d’affaires de 36 millions d’euros sur l’exercice 2013, supérieur aux prévisions de chiffre d’affaires que le groupe avait données (entre 30 et 35 millions d’euros). Pour 2014, le groupe dit tabler sur un chiffre d’affaires de 40 à 45 millions d’euros.
- A elles seules, les ventes du vaccin contre l’encéphalite Ixiaro/Jespect ont contribué à hauteur de 23,2 millions d’euros en 2013.
- Rapport chiffre d’affaires/valorisation de 1/10 pour une biotech avec un tel potentiel c’est fantastique!
- Un pipeline de vaccins impressionnant, qui visent des gros marchés et des partenariats avec des gros noms dans la pharma (Novartis, GSK, Sanofi).
- Une année 2014 qui sera riche en news.
- Ixiaro/Jespect/Jeev : vaccin contre l’encéphalite japonaise : C’est l’encéphalite virale la plus répandue en Asie. Ce vaccin est déjà commercialisé en Europe, USA, Inde et Australie, et est également utilisé par l’armée américaine. L’autorisation pour l’Asie serait prévue pour 2014.
- En mai 2013, Valneva a obtenu des autorités de santé américaine (FDA) et européenne (EMA) une extension pédiatrique pour ce vaccin.
- Vaccin contre la grippe (H5N1) : En phase 3 en partenariat avec GSK. Très gros marché. L’AMM au Japon est prévu pour mars/avril 2014 et résultera en une explosion boursière si positif. Aux USA, la phase 2 est financée par le US Department of Health and Human Services (HHS).
- Vaccin contre pseudomonas aerguinosa : En phase 3 en partenariat avec Novartis. Très gros marché. Résultats de la phase 2 avec une diminution statistiquement significative de la mortalité sur un gros échantillon de patients (400).
- Vaccin contre la tuberculose incluant l’adjuvant IC31 : En phase 2 en partenariat avec Novartis et Sanofi. Très gros marché.
- Vaccin contre clostridium difficile : En phase 1b en partenariat avec Novartis. Très gros marché. Néanmoins, Sanofi est plus avancé avec une phase 3 lancée.
- Vaccin contre borrelia (Lyme) : En phase 1 en partenariat avec Novartis. Très gros marché.
- En fin d’exercice, la trésorerie nette du groupe s’établissait à 40,2 millions d’euros contre 12,1 millions fin décembre 2012.
- Le 24 janvier, Valneva a annoncé l’initiation d’un quatrième programme de découverte d’anticorps monoclonaux pour Sanofi Pasteur, la divisions vaccins de Sanofi, sur sa plateforme propriétaire de criblage de cellules VivaScreen, ciblant plusieurs maladies infectieuses cliniquement significatives. Valneva pourra recevoir des paiements allant jusqu’à 35 millions d’euros par maladie infectieuse, payés à différentes étapes du développement, ainsi que des redevances associées aux ventes des produits.
- Le 7 mars, Valneva a annoncé la signature d’un nouvel accord de recherche avec Emergent BioSolutions Inc, ainsi que le transfert d’un accord commercial existant, pour le développement de vaccins sur sa lignée cellulaire EB66. Selon ces accords, Emergent et ses divisions obtiennent des droits de recherche et de commercialisation de candidats vaccins nouveaux ou existants basés sur la technologie EB66 de Valneva. La licence commerciale, qui avait été initialement octroyée à Oxford-Emergent Tuberculosis Consortium (OETC) pour le développement de vaccins contre la Tuberculose, est transférée à Emergent. Les termes financiers de l’accord n’ont pas été communiqués mais incluent un paiement initial ainsi que des paiements d’entretien annuels. Ces candidats vaccins pourront également générer des paiements d’étapes liés à l’état d’avancement des produits ainsi que des redevances sur les ventes futures.
- Le 13 mars, Valneva a annoncé l’autorisation de mise sur le marché et le lancement d’un second vaccin vétérinaire produit sur la lignée cellulaire EB66. Le vaccin destiné à prévenir le virus de l’Hépatite à Corps d’Inclusion (HCI) a été développé par la société biopharmaceutique FARVET SAC (FARVET) basée à Lima (Pérou) et sera distribué au Pérou ainsi que dans plusieurs autres pays d’Amérique du Sud. L’Hépatite à Corps d’Inclusion est une maladie aigüe contractée par les jeunes poulets entraînant une anémie et des troubles hémorragiques. Le vaccin est couramment utilisé dans de nombreux pays d’Amérique du Sud et d’Amérique Centrale. FARVET, qui a signé un accord de licence pour l’utilisation de la lignée cellulaire EB66 en juin 2012, a développé et lancé le vaccin sur le marché en seulement 20 mois. "Chez FARVET, nous sommes extrêmement satisfaits des performances et de l’utilisation des cellules EB66. Le vaccin contre l’HCI que nous avons produit avec les cellules EB66 s’est révélé très efficace et offre une excellente protection. Nous pouvons d’ores et déjà affirmer que nous allons continuer à développer d’autres vaccins avec les cellules EB66 car ils représentent une excellente alternative à la production de vaccins dans des oeufs. Nous avons également apprécié l’aide apportée par Valneva durant ce programme," a indiqué le Dr. Manolo Fernandez Diaz, Directeur Général de FARVET. "C’est un jalon important pour Valneva car l’utilisation de la plateforme EB66 continue à s’étendre dans le monde entier. Nous attendons avec impatience que FARVET développe d’autres vaccins basés sur la lignée cellulaire EB66, surtout après le succès rencontré par ce programme qui souligne la rapidité avec laquelle il est possible de développer un vaccin avec les cellules EB66," ont ajouté Thomas Lingelbach, Président et CEO de Valneva et Franck Grimaud, Président et CBO. Selon les termes de la licence commerciale actuellement en cours, FARVET possède les droits de développement de deux vaccins supplémentaires sur la lignée cellulaire EB66. Les termes financiers de l’accord n’ont pas été communiqués mais incluent des paiements d’étapes ainsi que des redevances sur les ventes nettes du produit.
mon sentiment : Au vu des bons résultats scientifiques, un pipeline très riche, des nombreux partenariats solides avec des grosses pharmas, un très bon chiffre d’affaire déjà et une bonne croissance, je ne considère pas Valneva comme une biotech risquée, mais plutôt comme une biotech qui affiche déjà un succès avéré et dont la capitalisation boursière ne va cesser d’augmenter dans les années à venir. Lors du précédent topo je l’avais fortement recommandée car 2014 allait être riche en news et pour l’instant on est pas déçus! L’AMM H5N1 au Japon sera la prochaine grosse news à venir.
perspectives : CT +++, MT +++, LT +++
précédent objectif CT de 8e : presque atteint (7.85e)
prochain objectif CT : 11e
objectif MT : 16e
ma position actuelle sur le titre : +++

3. Nanobiotix
ma connaissance du dossier : +++
siège : Paris, France
- Technique ’NanoXray’ : Une forme de radiosensibilisation. Des nanoparticules (et oui, vous allez souvent entendre le mot ’nano’ ici !) de 50 nanomètres (par comparaison, la taille d’un virus est de 100 nanomètres) rentrent dans les cellules cancéreuses, et interagissent fortement avec les rayons X lors de la radiothérapie, libérant des électrons, ce qui augmente x9 l’effet de la radiothérapie et les dégâts aux cellules cancéreuses par rapport à la radiothérapie conventionnelle! Avec la même dose de rayons X, l’efficacité de la radiothérapie et donc démultipliée, sans pour autant causer plus d’effets nocifs sur les tissus sains. Il y a 3 produits dans le pipeline.
http://w
ww.nanobiotix.com/en/wp-content/files_mf/1370204567Nanobiotix_June2013NanoXrayIn terimresultsSTS.pdf (enlever espace)
- NBTXR3 : Phase 1. Les particules nano sont injectées directement dans la tumeur. Pourrait faire l’objet d’un marquage CE et mise sur le marché dès 2016. Actuellement en développement pour traiter les sarcomes et les cancers de la tête, et par la suite le cancer du foie.
- Pour son développement en Asie, la Société a ainsi conclu en août 2012, un premier partenariat d’un montant maximum de 57 millions de dollars avec la société taïwanaise PharmaEngine, portant sur le développement et la commercialisation du NBTXR3 dans la zone Asie-Pacifique. Le programme devrait démarrer au second trimestre 2014 avec deux indications, le cancer rectal et le cancer de la bouche, localement avancés.
- Pour son développement aux États-Unis, Nanobiotix estime qu’avant la fin de l’année 2014, elle pourrait démarrer un partenariat avec un acteur pharmaceutique afin d’assurer le développement et la commercialisation du NBTXR3.
- La Société se focalisera sur la mise sur le marché et la préparation du lancement commercial du NBTXR3 en Europe. Pour ce faire, Nanobiotix conservera sa stratégie de financement, fondée sur le recours au marché associé aux bénéfices générés par les partenariats conclus et à venir.
- NBTX IV : Les particules nano sont injectées en par voie intraveineuse pour atteindre tous les endroits du corps et ainsi attaquer même les métastases.
- NBTX TOPO : Les particules nano sont dans un gel appliqué localement pendant la chirurgie pour enlever la tumeur, pour préparer le lit tumoral à la radiothérapie postopératoire.
- Potentiel dans tous les types de cancers !
- Article intéressant sur cette nanotechnologie :
ht tp://ar.iiarjournals.org/content/34/1/443.Long (enlever espace)
- blog du CEO, pour trouver une tonne d’informations utiles :
http://w ww.laurentlevy.com/ (enlever espace)
- En juin 2013, la société a annoncé des premiers résultats positifs concernant le NBTXR3 ; Les résultats intermédiaires pour 12 patients traités dans une phase 1, ont démontré qu’une injection unique de NBTXR3 permet une distribution des nanoparticules dans la tumeur adaptée aux besoins, et cela pendant toute la durée de la radiothérapie de 5 semaines. Ils ont prouvés l’absence de passage du NBTXR3 vers les tissus environnants la tumeur et une présence négligeable dans la circulation systémique.
- Pour l’instant il n’existe aucune donnée sur l’efficacité clinique (p.ex : la diminution de la taille de la tumeur, la survie des patients).
- Un Comité d’experts indépendants (IDMC) réuni le 10 février 2014 a fait une évaluation très positive des dernières données issues de la phase pilote ; ’’le NBTXR3 démontre un profil de tolérance très bon, peu fréquent en oncologie’’. Cette nouvelle a fait exploser le cours de l’action qui est passé de 7e à 33e en 2 jours (quasiment du x5) !
- AK très dilutive ; Nanobiotix a levé 24 millions via 2,3 millions d’actions nouvelles au prix unitaire de 10,6 euros. Pour ce faire, chaque actionnaire de ’Nano’ a reçu un DPS pour une action détenue comptablement au soir du 24 février. Puis 14 de ces DPS ont permis de souscrire à trois actions nouvelles.
mon sentiment : La théorie est très intéressante, et si ça marche cette technologie pourra être utilisé dans de nombreux cancers, le potentiel est donc énormissime. Pour l’instant on sait que le médicament se distribue comme espéré dans les cellules cancéreuses et pas ailleurs, et qu’en plus la tolérance est bonne. Maintenant il faut attendre les premières données sur l’efficacité, et si ces données sont également bonnes il y aura une nouvelle explosion boursière. Grace à une excellente news concernant la sécurité, mon précédent objectif de 11e a été largement dépassé et on a atteint le triple, ce qui montre l’engouement pour cette biotech. Par la suite le titre a beaucoup consolidé en raison d’une AK très dilutive, mais le cours actuel est une aubaine pour ce placer/renforcer avant le prochain décollage de la fusée, qui se fera grâce aux news importantes à venir au cours de l’année 2014 (promises par la société).
perspectives : CT +++, MT +++, LT +++
précédent objectif CT de 11e : largement dépassé (33e)
prochain objectif CT : 30e
objectif MT : 50e
ma position actuelle sur le titre : ++

4. Pharming
ma connaissance du dossier : +++
siège : Leiden, Pays Bas
- Un excellent produit déjà sur le marché dans tous les pays en Europe depuis 2010, et en Israël récemment ; le Ruconest.
- Le Ruconest : Traitement de l’angio-œdème dû à des anomalies génétiques (HAE) qui entraînent un déficit de la protéine C1 inhibiteur. Le gros avantage du traitement de Pharming (une protéine recombinante), par rapport au traitement actuel, qui est un concentré de C1-INH extrait du sang d’un donneur, c’est que le côté pratique à ne pas à avoir besoin du sang d’une autre personne, cela coûte moins cher, et le risque de contamination (avec des virus par exemple) est évité! Pharming a donc de loin le meilleur produit sur ce marché (et cela inclus les médicaments commercialisés aux USA).
- Ce traitement avait d’abord été rejeté par la FDA en raison de données insuffisantes, ce qui avait provoqué un effondrement du cours de l’action. Une nouvelle demande FDA a été effectuée avec plus de données disponibles. La FDA a accepté de revoir le dossier et une acceptation de la FDA mi-juillet 2014 pour ce produit résultera en une explosion du titre.
- Un article dans le ’Annals of Allergy, Asthma & Immunology’ datant du 7 janvier 2014, publication officielle du ’American College of Allergy, Asthma and Immunology’, une phase 3 du Ruconest a de nouveau confirmé l’efficacité et la sécurité du produit (responsable du précédent pic haussier) :
http://w ww.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24468257 (enlever espace)
- Vu que Pharming a suivi à la lettre les exigences de la FDA et qu’ils l’ont fait en partenariat avec une grosse pharma américaine (Santarus, maintenant Salix), les chances de succès sont élevées (je dirais 90%).
- Santarus s’est fait racheter par Salix, qui devrait verser 20 millions à Pharming à l’acceptation de la FDA.
- Pharming et Salix ont probablement rajouté des données supplémentaire en février 2014, ce qui a entrainé une extention de 3 mois du délai de la réponse FDA, qui a besoin de plus de temps pour analyser les données, mais qui jouera en faveur du Ruconest.
- Pharming collabore avec les autorité chinoises pour la commercialisation du Ruconest en Chine, qui devrait être une simple formalité, mais ce ne sera pas avant 2 ans.
- Le chiffre d’affaire actuel du Ruconest est petit (environ 1 million par année), mais un accès à l’énorme marché américain (qui est d’ailleurs en forte croissance vu l’évolution du chiffre d’affaire des concurrents) provoquerait une grande augmentation du chiffre d’affaire.
- Le marché de traitement d’ HAE (angio-oedème héréditaire) peut se diviser en deux partie ; attaque aigue et prophylaxie (la prévention de maladie). Viropharma, une pharma qui avait un traitement commercialisé pour le marché de la prophlaxie, avec un chiffre d’affaire de 400 millions de dollars, s’est fait racheté par Shire (pharma irlandaise) récemment pour 4.2 milliards de dollars. Le BLA (Biologics License Apllication) du Ruconest est soumit actuellement pour l’indication de l’attaque aigue, et pourra éventuellement étendre son indication à la prophalxie, avec BLA possible en 2016 ; le chiffre d’affaire pourrait alors très fortement augmenter.
- Salix considère le Ruconest comme un potentiel blockbuster. Il existe donc une sérieuse possibilité d’OPA de la part de Salix. Si Salix ne payait que la moitié de la somme versée par Shire pour Viropharma, le prix de l’action serait multiplié par un facteur 10.
- Selon des données préliminaires, le Ruconest pourrait avoir une utilité dans d’autres pathologies dont le marché est encore plus grand que l’angio-œdème et des études sont en cours ; la prévention du rejet d’organes et le traitement de la pancréatite aigue (marché énormissime).
- Mise à part une bonne hydratation et un régime pauvre en graisse, il existe peu d’options thérapeutiques actuellement pour le traitement de la pancréatite aigue, affection mortelle chez un tiers des patients.
- Une trésorerie solide ; pas de besoin d’AK pendant en tout cas une année.
mon sentiment : En dépit de la forte hausse du titre depuis le début de l’année, le plus gros de la hausse reste à venir avec la décision de la FDA cet été. A plus LT, l’indication dans la prophylaxie de l’angio-oedème, la commercialisation en Chine (et le reste du monde) et l’utilisation dans la pancréatite, pourraient propulser cette biotech dans une tout autre dimension, si par miracle il n’y a pas eu d’OPA entre temps!
perspectives : CT ++, MT +++, LT +++
précédent objectif CT de 0.7e : atteint
prochain objectif CT : 0.9e
objectif MT : 1.5e si accord FDA
ma position actuelle sur le titre : +++

5. Genfit
ma connaissance du dossier : +++
siège : Lille, France
- La crème de la crème de la recherche scientifique française.
- GFT505 ; La valorisation actuelle est largement basée sur cette molécule. Elle a un effet positif sur le taux de cholestérol, la sensibilité à l’insuline et la fibrose hépatique, ce qui lui donne un gros potentiel dans de nombreuses pathologies importantes (NASH, hépatites, diabète, maladies cardiovasculaires).
- Des études récentes in vitro ont montré une activité anti-tumorale du GFT505 sur plus de la moitié des lignées humaines de cellules cancéreuses.
- TGFTX1 et TGFTX3 : Autres molécules en stade plus précoce de développement. Le TGFTX1 vise principalement des maladies auto-immunes comme le psoriasis ou l’arthrite rhumatoïde via le récepteur nucléaire RORgammaT. Le TGFTX3 vise le récepteur nucléaire Rev-Erb alpha qui joue un rôle clé dans la régulation des cycles circadiens, sa modulation offre des perspectives pour le traitement de nombreuses pathologies, comme les maladies métaboliques dont le diabète, certaines maladies inflammatoires, mais également des pathologies liées aux troubles du comportement et de l’humeur comme le trouble bipolaire.
- Soutenu financièrement par Sanofi. Le 4 mars 2014, Genfit a annoncé que sa collaboration avec Sanofi se poursuivait avec succès. Genfit a en effet démontré l’activité bénéfique de plusieurs molécules dans différents modèles in vivo. Genfit collabore avec Sanofi dans le but de développer des médicaments visant à corriger les dysfonctions mitochondriales associées à certains désordres métaboliques, dont en particulier, le diabète de type 2. Conformément aux modalités de cet accord en vertu duquel Sanofi a obtenu les droits exclusifs mondiaux pour développer et commercialiser les molécules résultant de cette collaboration de recherche, Genfit a reçu le troisième des paiements d’étape prévus au contrat de collaboration et d’accord de licence. L’ensemble des paiements d’étape prévus dans le cadre de ce contrat peut générer jusqu’à 39 millions d’euros de revenus pour Genfit, hors les royalties sur les ventes des produits développés par Sanofi et résultant de la collaboration.
- Favoris pour dominer un marché gigantesque et vierge de tout traitement actuellement ; le NASH.
- Chez l’animal (le rat) des résultats spectaculaires sur la stéatose et fibrose hépatique ; les résultats 2b (en octobre/novembre 2014) ont donc une forte probabilité de réussite car le succès sera jugé selon les résultats histologiques (microscopiques).
- Une nouvelle étude récente chez les souris, dont les résultats ont été annoncés le 19 mars 2014, ont montrés que les trois paramètres de la NASH (stéatose, ballooning et inflammation) sont améliorés simultanément à l’examen microscopique. Plus important, les animaux traités avec GFT505 ne présentent presque plus de fibrose. Enfin, par rapport au groupe contrôle, dans le groupe traité GFT505, on observe une perte de poids malgré une prise alimentaire inchangée, une amélioration du diabète et des lipides plasmatiques. Cette étude confirme les résultats passés démontrés chez les rats, et augmente encore plus la probabilité de bons résultats pour la phase 2b chez l’homme.
- La sécurité de la molécule a été démontrée à de nombreuses reprises, notamment avec le feu vert DSMB suite aux résultats intermédiaires de la phase 2b (responsable du pic haussier à 14e).
- Suivent le protocole d’étude FDA et EMA à la lettre. Ces derniers ont d’ailleurs tous 2 cités en 2012 qu’ils étaient très encouragés par le potentiel du GFT505 dans le NASH, ce qui avait provoqué le premier réveil du titre.
- Des publications dans des revues scientifiques de prestige (Hepatology, Diabetes Care etc).
- Une biotech qui montre une telle transparence dans ses résultats cliniques inspire la confiance.
ht tp://genfit.com/fr/science-discovery/patents-publications/index.html (enlever espace)
- Le principal concurrent de Genfit ; Intercept a vu sa valorisation augmenter de 6 milliards de dollars suite à des bons résultats de phase 2 dans le NASH, 10x plus que le cours actuel de Genfit (mais à mon avis Intercept est une bulle).
- Une valorisation très en dessous du concurrent américain Intercept, qui a pourtant des problèmes évidents de sécurité pour sa molécule. En effet, en dépit d’un effet positif sur le foie, les autorité de santé américaines ont évoqué leur inquiétude concernant le traitement d’Intercept, le obeticholic acid, car il augmente le taux de cholestérol, ce qui est très mauvais, car les patients souffrant de NASH ont par définition déjà un risque cardiovasculaire augmenté. La molécule de Genfit est donc pour l’instant favorite pour le marché NASH (à mon avis).
- Attention, si les résultats 2b ne sont pas bons, c’est le plongeon garanti (mais je le doute assez fortement au vu les excellents résultats sur le foie dans le modèle animal)! La société ne sera pas pour autant coulée, car les espoirs se porteront alors sur le TGFTX1 et TGFTX3.
- La société communique très bien avec ses actionnaires. Il y a même des journées portes ouvertes pour les petits actionnaires, chapeau!
- Un PDG exemplaire, Jean François Mouney.
- Il y a des rumeurs d’annonces d’AK à venir, cependant les AK n’ont jamais freiné la hausse du titre.
mon sentiment : En 2012 l’action a touché un plus bas de 1.35e, depuis des résultats ont montré que la molécule avait un fort potentiel dans le NASH et l’action s’est littéralement envolée ; x15 en 1 an et demi ! L’extase boursière! Après avoir atteint un pic de 21e, beaucoup de gens (moi-même inclus) ont pensé qu’une grosse consolidation était probable à CT… c’est sans compter sur le fait que la FDA a accordé au GFT505 le status ’fast track’ (ce que JFM avait promis!). Vu qu’il s’agit de la molécule phare de Genfit, le cours s’est à nouveau envolé pour atteindre un pic de 36e! L’enjeux principal reste les résultats 2b en fin d’année ; s’ils sont bons je pense qu’on pourrait se retrouver avec un cours à 3 chiffres (si le marché traite Genfit de la même manière que Intercept, et vu la popularité du titre, c’est bien possible). Le fait que Sanofi poursuit son soutien à Genfit grâce à des bons résultats dans le diabète augmente encore plus l’attractivité du titre. Le risque de déception est néanmoins non négligeable et il ne faut en aucun cas tout miser sur Genfit!
perspectives : CT +, MT +++, LT +++
précédent objectif CT de 25e : largement dépassé (36.64e)
prochain objectif CT : 37e
objectif MT : 100e suite aux résultats 2b
ma position actuelle sur le titre : ++

6. Adocia
ma connaissance du dossier : ++
siège : Lyon, France
- Biochaperone : Forme des complexes moléculaires avec des protéines comme des anticorps. Pour chaque protéine, un polymère est possible et Adocia en possède déjà environ 50! Cette technologie améliore les traitements qui utilisent des protéines en diminuant la fréquence d’application, diminuant la dose, augmentant la délivrance et l’efficacité. Elle augmente la solubilité et la stabilité des formulations de protéines, ce qui permet de maintenir un stockage plus long de nombreux médicaments, démontrée par exemple avec l’Avastin (Bévacizumab) de Roche ou encore le Remicade (Infliximab) de Janssen. Les études Biochaperone actuelles sont en phase préclinique pour les anticorps monoclonaux. Le marché des anticorps monoclonaux est évalué à 60 milliards en 2014. Avec des nombreuses grosses pharmas qui pourraient vouloir en acheter pour mieux conserver leurs produits, le potentiel de cette technologie est donc incalculablement énorme.
http://w ww.ddfevent.com/pdf/OlivierSoula.pdf (enlever espace)
- Autre exemple ; l’insuline, qui est une protéine utilisé dans le traitement du diabète. Le 6 janvier 2014, Adocia a annoncé le lancement d’une étude clinique de phase IIa sur la formulation ultra-rapide de l’insuline Lispro (Humalog, Eli Lilly) combinée à sa technologie propriétaire BioChaperone. Cette étude vise à démontrer que la formulation BioChaperone Lispro a une action plus rapide que Humalog, ce qui conduirait à un meilleur contrôle de la glycémie des patients après la prise d’un repas. Lors de la première étude clinique de phase I réalisée par Eli Lilly sur des volontaires sains, la formulation BioChaperone Lispro a atteint tous les objectifs cliniques définis. Plus de 380 millions de personnes souffrent actuellement du diabète dans le monde.
- PDGF-BB : Traitement des ulcères du pied diabétique et des personnes âgées. Les personnes diabétiques souffrent d’une atteinte des nerfs périphériques et ressentent moins la douleur, pour cette raison ils se blessent plus facilement et leurs vaisseaux sanguins sont aussi plus facilement atteints d’athérosclérose ce qui diminue la circulation sanguine aux extrémités, ce qui rend le processus de guérison plus difficile et augmente le risque de gangrène. Les personnes âgées souffrent également d’une guérison des tissus plus difficile. Le PDGF est un facteur de croissance qui favorise la formation de nouveau vaisseaux sanguins (angiogenèse). Avec ce traitement la formation de nouveau vaisseaux est augmentée, car la meilleure oxygénation du tissu améliore la guérison. Actuellement le traitement est de bombarder la plaie d’antibiotiques pour éviter une infection, et de faire une greffe de peau (en général de la cuisse) pour fermer la plaie si elle ne guérit pas.
- Regranex : PDGF dans du gel, traitement de référence pour le traitement du pied diabétique et commercialisé en Europe et aux USA. En avril 2012 Adocia a annoncé des résultats cliniques positifs de phase II pour le traitement de l’ulcère du pied diabétique associant la technologie Biochaperone au Regranex. Adocia prévoit de réaliser une étude de phase III en Inde au quatrième trimestre 2012, dans le but de pouvoir enregistrer ce produit dans les pays émergents fin 2014. En parallèle, Adocia prépare activement des essais de phase III aux Etats-Unis et en Europe.
- En 31 décembre 2013, la trésorerie et équivalents de trésorerie s’élevaient à 19,4 millions d’euros. La trésorerie est suffisante pour terminer les essais en cours.
- Le 27 février 2014, Adocia a annoncé des résultats préliminaires positifs (phase I/II réalisée sur des patients diabétiques de type 1) pour sa première étude clinique d’une formulation innovante associant l’insuline analogue Glargine (Lantus, Sanofi), l’insuline lente de référence, à une insuline analogue rapide, Lispro (Humalog, Eli Lilly) grâce à sa technologie BioChaperone. Huit demandes de brevets ont été déposées pour protéger cette innovation jusqu’en 2032.
- Olivier Soula, Délégué Général d’Adocia a dit « De plus, d’un point de vue réglementaire, nous devrions bénéficier d’un plan de développement clinique simplifié. Dans la mesure où les insulines Glargine et Lispro sont commercialisées depuis de nombreuses années et ont fait la preuve de leur sécurité, le temps de développement de notre produit devrait être plus court, limitant les coûts associés».
- Fin 2013, Adocia a acquis une licence exclusive sur une nanotechnologie qui améliore l’efficacité des agents anticancéreux en ciblant leur action dans les tumeurs solides. Cette nanotechnologie, appelée DriveIn, s’est révélée particulièrement efficace en préclinique pour véhiculer les principes actifs et les délivrer au sein des tumeurs solides. Cette nouvelle plateforme nanotechnologique constitue une opportunité exceptionnelle pour entrer dans le marché des thérapies du cancer en améliorant l’efficacité de traitements déjà approuvés. Adocia développe des produits propriétaires à base de Doxorubicine et de Docétaxel, deux anticancéreux très utilisés qui pourraient grandement bénéficier d’une meilleure pénétration dans les cellules des tumeurs solides. D’autre part, Adocia propose à des sociétés pharmaceutiques sa technologie DriveIn pour optimiser l’efficacité de leurs molécules propriétaires. A noter néanmoins que Bioalliance sont largement devant dans ce domaine, avec une formulation de Doxorubicine dans des nanoparticules en phase 3 et avec commercialisation prévue en 2016.
mon sentiment : Après mon topo 3 de nombreuses personnes m’ont demandé mon avis sur Adocia. Malheureusement j’ai été un peu paresseux et ce n’est que récemment que j’ai étudié le dossier de manière approfondie. Lors de l’étude du dossier j’ai eu des frissons! C’est clairement une des toutes meilleures biotechs ; le stockage des médicaments, les marchés des anticorps monoclonaux, du diabète, des ulcères du pied… tous sont des marchés gigantesques! Valorisé actuellement 100 millions, la société a tout juste atteint son prix d’introduction. Portée par d’excellents résultats d’études, je vois bien la hausse continuer à la manière prononcée, car vu le potentiel, chaque news aura l’effet d’une bombe ici.
perspectives : CT +++, MT +++, LT +++
prochain objectif CT : 21e
objectif MT : 36e
ma position actuelle sur le titre : ++

7. Tigenix
ma connaissance du dossier : ++
siège : Louvain, Belgique
- Une technique impliquant des cellules souches qui est autorisé par l’EMA (et autorisation confirmé encore une fois il y a quelques mois).
- Un excellent pipeline de traitements en développement.
- Chondroselect : AMM réussi en Europe et un produit déjà mis sur le marché, avec un chiffre d’affaire d’environ 5 millions par année (en croissance de +25% entre 2012 et 2013), ce qui représente une entrée de cash non négligeable. Ce traitement a reçu un prix du American Journal of Sports Medicine en 2009, mais n’est pas encore commercialisé aux USA car la FDA voudrais plus de données cliniques (un peu comme Pharming). Grâce à ces ventes la société est en passe de générer un cash flow positif en 2014.
- Cx601 : Un traitement pour les fistules dans la maladie de crohn actuellement en phase 3. Le traitement actuel de cette pathologie est lourd, compliqué et couteux, avec une combinaison de médicaments agressifs et de chirurgie. Le traitement de Tigenix pourrait donc remplir un gros vide thérapeutique. La maladie de crohn étant très répandue et cette complication étant fréquente, un succès de cette phase 3 devrait résulter en une explosion haussière du titre. Les résultats définitifs de l’étude sont attendus au S2 2014. A savoir que la phase 2 avait montré de très bons résultats :
ht tp://link.springer.com/article/10.1007%2Fs00384-012-1581-9 (enlever espace)
- Il y a eu validation des démarches réglementaires américaines et de développement du Cx601 lors d’une rencontre fin de phase 2 avec la FDA ; ce produit devrait donc avoir plus de succès outre-atlantique que le Chondroselect.
- Cx611 : Traitement pour l’arthrite rhumatoïde en phase 2 dont le PDG est également très enthousiaste.
- Cx621 : Traitement en phase 1 pour les maladies auto-immunes. Potentiel créateur de valeur future.
- Sont passé d’une société à quelques mois de la faillite, avec des AK désastreuses, à être protégé et financé (12 millions d’euros apportés déjà) par une grosse pharma espagnole, Grifols, un leader mondial dans la thérapeutique de dérivés du plasma.
- Quand leurs traitements seront autorisés aux USA : bingo!
- Si les traitements à base de cellules souches prennent une grande place dans la médecine de demain, il vaut mieux être placé sur des sociétés comme celle-ci qui sont spécialisées et ont une grande expérience dans ce domaine!
- Une valorisation très intéressante et un potentiel LT énorme.
- 15,9 millions d’euros de trésorerie et équivalents de trésorerie au 31 décembre 2013, avec un cash-burn mensuel moyen réduit (par rapport à 2012) à 1,1 million d’euros.
mon sentiment : Le cours a triplé depuis l’été 2013 mais correspond à rattrapage logique suite à une quasi faillite. Si Grifols ont investi si lourdement dans Tigenix et c’est sûrement car ils y voient un fort potentiel. La trésorerie est suffisante pour plus d’un an est la société est en passe de générer un cash flow positif, il n’y a donc à priori plus de risque d’AK qui avaient été si desastreuses pour le titre dans le passé. Le pipeline est très prometteur et ils ont déjà eu une AMM, ainsi qu’une expérience dans la mise sur le marché d’un produit. Ce sont des éléments qui m’inspire confiance. Une très forte croissance est donc possible dans les années à venir. C’est le moment idéal de se placer sur ce titre.
perspectives : CT ++, MT +++, LT +++
précédent objectif CT de 1.5e : non atteint (1.03e)
prochain objectif CT : 1.5e
prochain objectif MT : 3e suite aux résultats phase 3 crohn
ma position actuelle sur le titre : +++

8. Cardio3
ma connaissance du dossier : ++
siège : MSG, Belgique
- La priorité de la société est de développer de nouvelles thérapies régénératives destinées au traitement de l’insuffisance cardiaque et de l’infarctus du myocarde, pathologies nécrosantes, chroniques ou aigues, des tissus cardiaques. Les produits candidats et programmes de recherche de Cardio3 BioSciences reposent sur une plate-forme technologique unique, dite ’’cardiopoietique’’. Elle est fondée sur une technologie sous licence appartenant à la Mayo Clinic, établissement de renommée mondiale, situé aux Etats-Unis.
- ’’Nous transformons une cellule omnipotente (souche) en une cellule d’un organe, en l’occurrence le cœur’’.
- C-Cure : Phase 3 pour l’insuffisance cardiaque ischémique (post infarctus). Des cellules souches de la moelle osseuse du patient sont prélevées puis guidées vers la différentiation en cellules cardiaques, et sont ensuite injectées directement dans le coeur du patient. Ceci provoque une régénération du tissu cardiaque car la greffe produit de nouvelles cellules cardiaques fonctionnelles et stimule le tissu cardiaque avoisinant par des facteurs excrétés par les cellules transplantées. Les résultats de phase 2 (publiés dans le Journal of the American College of Cardiology) sont tellement spectaculaires et tellement au-dessus du minimum requis pour une autorisation FDA, que ça paraît gagné d’avance. En effet, la fraction d’éjection du ventricule gauche du coeur a été augmentée de 25%, alors qu’avec le traitement habituel ce n’est que de 0.7% ! Ces résultats ont été publiés dans le ‘Journal of the American College of Cardiology’. Le fait que la FDA et l’EMA ont autorisé la phase 3 indique que ces données difficilement croyables sont fiables.
- Les résultats intermédiaires de cette phase 3 seront publié en fin 2014, et pourraient faire exploser le cours de l’action.
- Une phase 3 aux USA et en Europe --> autorisation FDA et EMA en perspective.
- Si cette phase 3 montre des résultats supérieurs aux traitements actuels, le monde médical sera obligé de changer les guidelines du traitement post infarctus : banco !
- Le concurrent le plus proche (Mesoblast) utilise des cellules allogéniques (d’une autre personne) alors que autogéniques (la même personne) pour Cardio3, donc pas de risque de rejet. Ceci est un avantage majeur pour Cardio3 ; ils sont donc clairement loin devant leurs concurrents. Cardio3 possède non seulement un avantage scientifique, mais temporel également, vu que les résultats de Mesoblast seront connus en 2018 alors que pour Cardio3 ce sera 2015.
- Une valorisation très intéressante vu la taille gigantesque du marché visé et très en dessous par rapport au principal concurrent australien pourtant nettement inférieur ; Mesoblast est valorisé 1.8 milliards de dollars, 5x plus que Cardio3 !
- C-Cathez : Un cathéter d’injection de nouvelle génération, qui offre une performance supérieure dans l’administration d’agents bio-thérapeutiques dans le myocarde. Ce produit est marqué CE. Il est disponible à la commercialisation sur le marché européen et sur d’autres marchés où le marquage CE autorise les ventes.
- C3BS-GQR-1 : un produit candidat protéinique destiné à la protection des tissus cardiaques, et à l’activation des CSC (Cellules Souches Cardiaques) du patient ayant subi un infarctus du myocarde. Une étude pré-clinique sur porcins a montré une réduction de 65 % de la taille de la cicatrice à six semaines post-infarctus, contre une réduction de 25 % seulement après injection d’un placebo. Cardio3 BioSciences entend poursuivre le développement de C3BS-GQR-1, en incluant l’enrobage de ces facteurs dans des matrices à libération prolongée, relarguant le principe actif sur une période de deux semaines. Cardio3 envisage de rechercher un partenariat avec un fabricant de stents ou une compagnie pharmaceutique afin d’exploiter ce programme.
- Des analystes très optimistes, avec des objectifs très élevés. Par exemple, Invest Securities reste à l’achat sur Cardio3 et relève l’objectif de cours à 61,7 euros, contre 27,3 euros précédemment, après que le groupe a obtenu l’accord de la FDA pour l’initiation de l’étude clinique CHART-2 de C-Cure.
mon sentiment : Suite à l’accord de la FDA pour l’initiation de la phase 3, le cours a quadruplé en quelques mois. Par la suite le titre a logiquement subit une grosse conso et le cours s’est ensuite stabilisé ; la prochaine étape est donc la poursuite de la hausse! La société est tellement sous valorisée par rapport au potentiel que ça parait étonnant qu’elle ne soit que 8ème dans cette liste, mais cela montre à quel point nous sommes gâtés en terme de pépites biotechs!
perspectives : CT +++, MT +++, LT +++
précédent objectif CT de 60e : non atteint
prochain objectif CT : 60e
objectif MT : 120e si les résultats intermédiaires sont bons
ma position actuelle sur le titre : ++

9. Ablynx
ma connaissance du dossier : +
siège : Gand, Belgique
- Découverte de nanobodies (des sortes d’anticorps) pour traiter des pathologies très variées.
- 3 phases 2.
- ALX-0061 : Phase 2 ; Agit au niveau de la cascade cellulaire pour bloquer la production de IL6 qui favorise l’état inflammatoire. La phase 2a pour l’arthrite rhumatoïde a montré des bons résultats.
ht tp://w ww.ablynx.com/wp-content/uploads/2013/06/ALX-0061-at-EULAR-2013_beyond-TNF.pdf (enlever espaces)
- Caplacizumab : Phase 2 ; Pour traiter le purpura thrombotique thrombocytopénique, en agissant sur le facteur vWF. Les résultats sont attendus fin 2014.
- Ozoralizumab : Phase 2 ; Anti-TNF pour traiter l’arthrite rhumatoïde, qui pour l’instant montre des bons résultats.
ht tp://w ww.ablynx.com/wp-content/uploads/2012/11/ACR-2012_Ablynx-poster-1311.pdf (enlever espaces)
- Ablynx a signé un accord de licence avec Abbvie (pharma US) d’une valeur de 840 millions de dollars pour des paiements d’étape, pour le développement du Ozoralizumab, avec un paiement initial de 175 millions de dollars!
- Ablynx collabore également avec Merck pour développer des traitements contre le cancer, avec un contrat potentiel de 1.7 milliards d’euros!
- La sécurité ne devrait pas être un problème.
- Trésorerie hallucinante : 200 millions!
mon sentiment : Même si cette biotech n’a pas encore la moindre phase 3, ils ont un bon portefeuille de nanobodies, avec pour l’instant des bons résultats cliniques. Des grosses pharmas semblent y croire fortement vu les sommes astronomiques versées à Ablynx. A mon avis la probabilité de succès est plus que bonne et avec une trésorerie pareille ils ont largement assez de cash pour mener à bien leurs études sans le moindre besoin de AK, impressionnant! Je suis donc passé à l’achat.
perspectives : CT +, MT ++, LT ++
précédent objectif CT de 8.5e : dépassé (10.18e)
prochain objectif CT : 14e
prochain objectif MT : 21e
ma position actuelle sur le titre : ++

10. Hybrigenics
ma connaissance du dossier : ++
siège : Paris, France
- L’inécalcitol est la molécule phare. Elle a un potentiel dans le cancer de la prostate et la leucémie lymphoïde chronique, tous deux actuellement en phase 2.
- Pour l’instant il n’y a aucune donnée concernant la survie des patients, mais une diminution d’au moins 30% du taux de de PSA (antigène spécifique de la prostate ; un marqueur de diagnostic de la maladie et de réponse au traitement) en association avec le Docétaxel (Taxotère), chez un nombre important de patients ; 85%, alors qu’avec le Docétaxel seul il y a une diminution de la PSA chez seulement 67% des patients.
- L’EMA a récemment rendu un avis favorable à la désignation de l’inécalcitol d’Hybrigenics comme médicament orphelin dans la leucémie lymphoïde chronique (LLC), ce qui a permis au titre de se réveiller enfin. La Commission Européenne a par la suite confirmé ce jugement, ce qui a fait exploser le titre de 40% en une seule journée !
- Le 5 mars, une nouvelle explosion boursière d’environ 60% (!) a suivi l’annonce, au 12ème Congrès International sur les Thérapies Anticancéreuses Ciblées, à Washington, des résultats d’un groupe international de chercheurs sur l’activité de l’inécalcitol dans des modèles in vitro et in vivo de leucémie myéloïde aiguë (LMA) qui montraient que l’inécalcitol est 1000 fois plus puissant in vitro que le métabolite actif de la vitamine D pour inhiber la croissance de lignées cellulaires de LMA humaines, stimuler leur différenciation en un type cellulaire myéloïde fonctionnel plus mature, et pour induire leur mort programmée (apoptose). Par ailleurs, dans un modèle in vivo de LMA induite génétiquement chez la souris, le traitement par inécalcitol a permis de retarder significativement l’apparition de la maladie.
- Le bénéfice clinique doit maintenant être significativement démontré chez l’être humain lors de la phase suivante du développement de l’inécalcitol dans la LLC.
- Une collaboration avec Servier pour découvrir de nouveaux médicaments inhibiteurs de protéases spécifiques de l’ubiquitine (USPs), ceux-ci induisent la mort de lignées de cellules cancéreuses humaines in vitro.
- Une faible valorisation : 65 millions c’est peu cher payé pour une pharma avec 2 phases 2 prometteuses dans le domaine de l’oncologie. Si les résultats d’efficacité suivent les PV seront vite grandioses.
mon sentiment : Lors de mon précédent topo j’avais évoqué une valorisation très basse et le fait que la moindre bonne nouvelle pouvait faire décoller brutalement le cours de l’action. Cette prédiction s’est avérée correcte, vu que le titre a pris +40% et par la suite encore +60% sur des news, peu de temps après. La suite semble prometteuse, on parle de phase 3 maintenant!
perspectives : CT +, MT ++, LT ++
précédent objectif CT de 3.5e : dépassé (3.98e)
prochain objectif CT : 4e
objectif MT : 6e
ma position actuelle sur le titre : +

11. Theradiag
ma connaissance du dossier : +
siège : Croissy Beaubourg, France
- Entré en bourse en décembre 2012.
- Lisa Tracker : Les traitements anti-TNFalpha (p.ex Infliximab, Adalimumab et Etanercept) sont largement utilisés pour traiter des maladies très fréquentes telles que la polyarthrite rhumatoide, la maladie de Crohn, la spondylarthrite ankylosante et le rhumatisme psoriasique. Le Lisa Tracker permet de doser 3 paramètres très importants de ce traitement ; le TNFalpha circulant, l’anti-TNFalpha prescrit et la présence d’anticorps dirigés contre le médicament (ADAb). Par rapport à 2012, les ventes de Lisa Tracker ont été multipliées par 3 en 2013.
- Le 26 février 2014, deux abstracts ont démontré l’importance du dosage des anticorps anti-médicaments (ADAb) dans la prédiction de la réponse aux traitements par anticorps monoclonaux infliximab (Remicade) et adalimumab (Humira). Ces études valident l’approche théranostique de Theradiag avec Lisa-Tracker, le premier kit marqué CE permettant un dosage simultané du taux de médicament prescrit et d’anticorps anti-médicaments. Michel Finance, Directeur Général de Theradiag a souligné que ’’L’intérêt croissant des spécialistes des maladies auto-immunes et inflammatoires pour le monitoring des biothérapies est une nouvelle validation de notre approche théranostique. Il s’agit d’une avancée importante de la médecine vers des traitements plus personnalisés. Nos kits Lisa-Tracker, qui permettent le dosage du médicament et des anticorps anti-médicaments, sont aujourd’hui utilisés en routine dans de nombreux hôpitaux français et internationaux’’.
- Prestizia : Plateforme MicroARN. Theradiag sont spécialisée dans l’utilisation des microARN pour la recherche appliquée au diagnostic (p.ex. de cancers) et monitoring des biothérapies. Les nouveaux tests diagnostics utilisant cette technologie ont un très fort potentiel commercial.
- Le 11 mars, la revue de référence ’Nature Reviews Clinical Oncology’ a publié un article qui a souligné la pertinence des travaux de Theradiag sur les microARN circulants.
- CLA Optigen 30 : Permet un diagnostic précis et précoce, et constitue ainsi la première étape du processus de contrôle et de prise en charge des allergies.
- Tests diagnostics et pronostics pour : les maladies auto-immunes, les maladies génétiques, maladies infectieuses ; Borrelia, Chlamydia pneumoniae et trachomatis, Clostridium difficile, CMV, EBV, Influenza, HPV, Herpès, Mycobactéries, Mycoplasma Pneumoniae, parasites, Parvovirus B19, Rotavirus, Adenovirus, Streptocoque B, Tétanos, Virus Respiratoire Syncitial), dépistages des drogues, mesure de la fertilité, bilan phosphocalcique de la Vitamine D, etc.
- Le 20 janvier 2014, Theradiag a annoncé avoir signé, via sa filiale Prestizia, deux accords de collaboration avec les équipes du CNRS / Institut de Génétique Moléculaire de Montpellier et l’Université 2 de Montpellier pour le développement de tests théranostics dans le VIH/SIDA.
- Les résultats de l’année 2013 confortent la nouvelle stratégie de Theradiag ; En effet, comme présenté lors de l’introduction en bourse, la société a fait le choix stratégique de développer et commercialiser en priorité ses produits théranostique et diagnostique in vitro propriétaires. L’activité de distribution, pour sa part, est repositionnée sur les produits de diagnostique in vitro les plus innovants ; les gammes les moins performantes bien que toujours promues ne seront quant-à-elles pas renouvelées. L’activité in house et distribution de produits à forte valeur ajoutée constituent aujourd’hui les facteurs de croissance principaux de la société, et devraient permettre à terme le retour à l’équilibre.
- 70% du CA est réalisé en France, il y a donc un potentiel de croissance énorme avec les ventes internationales.
- Théradiag ambitionne de se développer aux USA.
- Trésorerie solide de 4 millions d’euros, alors que la perte de 2013 s’élève à 2 millions.
mon sentiment : Theradiag est un pari audacieux ; possédant un énorme pipeline de produits diagnostics, une importante croissance des produits à forte valeur ajoutée et avec des nouveaux blockbusters à venir, dont le test HIV, Theradiag pourrait voir son chiffre d’affaire rapidement décoller. Avec une capitalisation de 25 millions et un chiffre d’affaire proche de 7 millions, le rapport CA/valorisation est très bon, alors si en plus la société devient plus profitable alors un cours 3x plus élevé vers 20e semble possible à MT.
perspectives : CT ++, MT +++, LT +++
prochain objectif CT : 10e
objectif MT : 20e
ma position actuelle sur le titre : ++

12. Erytech
ma connaissance du dossier : +++
siège : Lyon, France
- GRASPA (aka ERY-ASP) : La L-asparaginase est une enzyme qui détruit l’asparagine, un acide aminé utilisé comme nutriment par les cellules cancéreuses, et qui prive donc ces dernières d’un élément nutritif important. Certaines cellules cancéreuses sont particulièrement vulnérable, telles que les cellules de la Leucémie Aiguë Lymphoblastique (LAL), car elles sont incapables de produire l’asparagine comme les cellules normales. Privé de ce nutriment ces cellules meurent. Dans le passé (depuis les années ’70) la L-asparaginase (fabriqué par des bactéries E.coli), traitement efficace, fut largement utilisé pour traiter les leucémies, mais son usage a peu a peu été abandonné en raison d’effets secondaires, dont des réaction allergiques sévères pouvant entrainer la mort des patients. Le principe de GRASPA est d’encapsuler L-asparaginase à l’intérieur d’un globule rouge ; vu que l’asparagine est une très petite molécule elle diffuse à l’intérieur du globule rouge et est dégradée, par contre la L-asparaginase se trouvant hors de portée du système immunitaire, ne déclenche pas (ou moins) de réactions allergiques. Tout simplement génial !
- Erytech teste ce médicament dans la Leucémie Aiguë Lymphoblastique (LAL) en phase 3 et la Leucémie Aiguë Myéloïde (LAM) en phase 2b ; si les résultats sont bons, la L-asparaginase fera un comeback fracassant !
- Résultats d’étude I/II pour la Leucémie Aiguë Lymphoblastique (LAL) :
http://w ww.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21332712 (enlever espace)
- Analyse de ces résultats : 24 patients ; 18 avec le traitement de Erytech et 6 avec le traitement L-asparaginase habituel. Sur 18 patients, 8 (55%) ont du arrêter le traitement GRASPA à cause d’effets secondaires, mais ce qui est intéressant c’est que aucun de ces 18 patients n’ont eu des réactions allergiques. Dans le groupe avec le traitement habituel, seulement 1 patient sur 6 est allé jusqu’au bout du traitement ; 2 des patients ont du arrêter à cause d’une réaction allergique (33%). Même si cette étude préliminaire a montré un taux élevé d’effets secondaires du traitement GRASPA, elle a montré que la théorie de Erytech, comme quoi la couverture du globule rouge diminuait le risque d’allergie, avait de bonnes chances d’être juste. Ce traitement est maintenant en phase 3. Ce qui est également intéressant, c’est que une injection de GRAPSA a autant baissé le taux d’asparagine que 8 injections successives du traitement standard, ce qui montre que la L-asparaginase est protégé de la dégradation par le globule rouge, et son effet dure donc plus longtemps. Ceci est très pratique du point de vue clinique, car le patient a besoin de moins d’injections.
- Un autre article encourageant :
ht tp://bloodjournal.hematologylibrary.org/content/122/21/2642.short (enlever espaces)
- Phase 2b pour la Leucémie Aiguë Myéloïde (LAM) a été lancée en mars 2013, depuis le DSMB a approuvé la poursuite d’une étude, indiquant que la sécurité semble être bonne.
- L’Agence Européenne du Médicament (EMA) a accordé à GRASPA le statut de Médicament Orphelin dans la LAL et la LAM lui offrant une exclusivité de commercialisation postérieure à l’obtention de l’AMM pendant 10 ans en Europe.
- Erytech a terminé une étude de Phase I dans le cancer du Pancréas, qui a montré un bon profil de tolérance, et une phase 2 a été lancée.
- L’EMA et la FDA ont accordé à ERY-ASP la désignation de Médicament Orphelin dans le traitement des tumeurs solides.
- La société envisage donc de démarrer un essai de Phase II au quatrième trimestre 2013 dans le traitement des tumeurs solides.
- ENHOXY : Préclinique ; Encapsulation d’une molécule permettant le relargage plus important d’oxygène en présence de tissus ou de cellules hypoxiques, comparativement à un globule rouge normal. Pourrait avoir un potentiel dans la drépanocytose selon Erytech.
- Vaccin ERY : Préclinique ; Vaccin anti-tumoral ; l’encapsulation intra-érythrocytaire (globule rouge) d’antigènes tumoraux et d’adjuvant(s) pour activer in situ des cellules de l’immunité et générer une réponse immunitaire contre le cancer.
- TOL-ERY : Préclinique ; Désensibilisation des allergies en encapsulant les antigènes dans des globules rouges.
mon sentiment : Une phase 3, et 2 phases 2 valorisé 80 millions c’est un bon prix, et il n’y a pas que ça! La valorisation n’est pas très élevée car il n’y a pas encore de données concernant la survie des patients, mais quand les premiers résultats vont tomber (cette année).. ça va faire mal, très mal ! J’adore le concept ; on prend un traitement déjà autorisé et on le rend moins dangereux, comment pourraient-ils ne pas réussir ? Une biotech avec une technologie innovante et prometteuse qui est certainement une bonne carte à jouer.
perspectives : CT +, MT ++, LT ++
précédent objectif CT de 18e : atteint (18.36e)
prochain objectif CT : 18e

Hors ligne

 

#3 06/02/2015 17h26 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   

suite de zeb:

13. Innate Pharma
ma connaissance du dossier : ++
siège : Marseille, France
- Technologie basée sur des anticorps monoclonaux qui modulent l’activation des cellules du système immunitaire (NK par exemple) ou attaquent les cellules cancéreuses en visant des récepteurs cellulaires de surface.
- Un large portefeuille d’anticorps.
- Des traitements très prometteur mais seulement au mieux en phase 2.
- L’efficacité supposé serait en lien avec des résultats sur des cellules de rats in vitro…
ht tps://ash.confex.com/ash/2013/webprogram/Paper62461.html (enlever espaces)
- Le Lirilumab : Licencié à Bristol-Myers Squibb, le dixième groupe pharmaceutique mondial. Le traitement le plus avancé de Innate. Repose sur des anticorps qui rendent les cellules NK du système immunitaire plus agressives envers les cellules cancéreuses. Les seules données chez l’être humain concerne 12 patients, ce qui est trop peu pour faire la moindre analyse statistique. On en saura plus suite avec les résultats de la phase 2 en 2016.
- Le 4 février, un analyste de Goldman Sachs a initié la couverture du titre Innate Pharma à l’achat et l’ajoute à sa liste de conviction, fixant également l’objectif de cours à 18 euros. L’analyste souligne que les données livrées par le groupe concernant le Lirilumab, le rendent confiant et ne se reflètent pas véritablement dans le prix du titre, et rappelle que les points d’étapes cliniques sur le lirilumab constitueront certainement des catalyseurs majeurs.
- EffiKIR : Phase II randomisé contre placebo testant lirilumab en traitement de maintenance chez des patients âgés atteints de leucémie aigüe myéloïde (« LAM ») en première rémission complète. Le 12 mars, le comité de revue des données et de la tolérance (Data and Safety Monitoring Board, « DSMB ») a effectué sa deuxième évaluation de l’étude EffiKIR et a recommandé la poursuite de l’essai tel que prévu.
- Le 10 avril 2014 à New York, Innate présentera le plan de développement de IPH2201, un anticorps immunomodulateur anti-NKG2A dont l’entrée en Phase II est prévue en 2014.
http://www.innate-pharma.com/sites/defa … ct2696.pdf (copier sur google recherche)
http://www.innate-pharma.com/sites/defa … 3117_0.pdf (copier sur google recherche)
- Récemment Innate a acquis les droits pour une nouvelle phase 2 qui appartenait à Novo Nordisk ; l’anti-NKG2A, ce qui étoffe un peu plus leur pipeline.
- Excellente trésorerie de 41,3 millions d’euros au 31 décembre 2013.
- Une probabilité de succès à LT assez bonne. Néanmoins, Transgene avec une technologie très similaire (stimulation des cellules NK) montrent pour l’instant des résultats mitigés.
- La sécurité ne devrait pas être un problème.
- La valorisation actuelle de 500 millions peut paraître excessive en raison du stade relativement peu avancé des recherches.
mon sentiment : Le titre a quadruplé de 2.4e en novembre 2013 à plus de 10e actuellement (pic à 12.3e), grâce à une impressionnante vague de spéculation, alimentée encore plus par un avis positif des requins de Goldman Sachs… Ce n’est quand même pas rien qu’un analyste de l’institution financière qui dirige le monde soit si positif sur la valeur! Je reste néanmoins prudent, car le passage de 2 à 10e n’a pas été accompagné de véritable news concernant des résultats scientifiques, mais plutôt de news concernant l’entrée de certains fonds américains et de l’avis de Goldman Sachs. Jusqu’aux premiers résultats cliniques solides ça reste une des actions biotechs les plus spéculatives, mais ça peut marcher, et dans le LT donner un très bon retour. Dans la même catégorie ’sans résultats cliniques’ préférer Nanobiotix, Hybrigenics et Erytech qui ont des capitalisations bien plus raisonnables.
perspectives : CT +, MT +, LT ?
précédent objectif CT de 11e : dépassé (12.3e)
prochain objectif CT : 14e
objectif MT : 18e
ma position actuelle sur le titre : non

14. Cellectis
ma connaissance du dossier : ++
siège : Paris, France
- Spécialisés dans l’intervention sur l’ADN et les cellules souches.
- Les méganucléases : Sont capables de couper l’ADN à des endroits très précis et une fois la cassure de l’ADN réalisée, la cellule active son système de maintenance et de réparation. Ceci permet de modifier le génome de l’organisme vivant, pour par exemple corriger des mutations génétiques :
ht tp://w ww.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0078678 (enlever espaces)
- Cellectis ont récemment gagné un procès dans lequel ils ont été reconnus inventeurs de ces méganucléases.
- Un accord récent avec Axxam (services de découverte de médicaments), permettra aux clients de mener des essais cellulaires grâce à l’ingénierie génomique.
- Le 17 février 2014, Cellectis a annoncé la conclusion d’un accord de collaboration stratégique avec Servier, pour développer et commercialiser de 6 nouveaux candidats médicaments ciblant des leucémies et des tumeurs solides, dont UCART19 (lymphocytes T CD19 allogéniques ingéniérés), le premier candidat médicament en développement chez Cellectis. Pour ces programmes, Cellectis est responsable de la recherche et du développement de candidats médicaments jusqu’à la fin de la Phase I. Servier pourra exercer une option afin de se voir concéder une licence exclusive et mondiale pour chaque candidat médicament développé dans le cadre de l’accord. À la levée de chaque option, Servier prendra en charge la poursuite du développement clinique, l’enregistrement réglementaire et la commercialisation de chaque médicament. Les conditions financières de cet accord prévoient le paiement d’un montant de 7,55 millions d’euros à la signature, et jusqu’à 105 millions d’euros pour chacun des six candidats médicaments potentiellement développés, répartis sous forme de jalons liés aux phases de développement et de commercialisation. De plus, Cellectis recevra des redevances sur les ventes des médicaments commercialisés.
- 11 milions de chiffre d’affaire en 2012.
mon sentiment : J’adore le projet scientifique ; la modification du génome in vivo a un potentiel énorme dans une très large panoplie de pathologies, et franchement à mon avis cette technologie c’est l’avenir de la médecine. L’accord avec Servier pour trouver des traitements contre le cancer a donné un nouveau souffle au titre et énormément d’espoir. Si tout se passe bien, Servier apportera de l’argent qui sera crucial pour le développement du magnifique projet de cette société. Je la sent bien cette action, mais dans un horizon plus LT que CT.
perspectives : CT ++, MT ++, LT +++
précédent objectif CT de 4e : largement dépassé (5.28e)
prochain objectif CT : 7e
ma position actuelle sur le titre : +

15. Oncodesign
ma connaissance du dossier : +
siège : Dijon, France
- Fondée à Dijon en 1995 par le docteur Philippe Genne (pharmacologue et actionnaire majoritaire), s’est donnée pour objectif de découvrir de nouvelles thérapies efficaces contre le cancer.
- Services d’expérimentation préclinique : L’évaluation et la validation des thérapies anticancéreuses (la sélection des meilleurs médicaments candidats contre le cancer), ainsi que pour le développement et le suivi des biomarqueurs.
- Depuis 19 ans cette activité de prestation de services pour des groupes pharmaceutiques lui assure des recettes significatives ; 7,2 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2012.
- Activité de découverte : La combinaison de quatre plates-formes complémentaires de recherche ; PREDICT , Chi-Mice, Pharmimage et Nanocyclix.
- PREDICT : Permet de procéder à la caractérisation pharmacologique complète des thérapies anticancéreuse et d’apporter la preuve de concept de l’efficacité des molécules.
- Chi-Mice : La combinaison de xénogreffes dérivées de patients et de modèles murins dotés d’un système immunitaire humain permet d’évaluer les thérapies anticancéreuses pour les essais précliniques.
- Pharmimage : Les résultats des études précliniques basées sur les images peuvent influer sur la décision précoce de poursuivre ou d’interrompre la progression d’un candidat médicament prometteur dans le pipeline.
- Nanocyclix : Une technologie de chimie médicinale propriétaire, sur laquelle Oncodesign appuie ses programmes de découverte de médicaments et de biomarqueurs.
- Nanokinib : Une bibliothèque d’inhibiteurs de kinases (traitements potentiels du cancer), composée de petites molécules macrocycliques propriétaires créées par Oncodesign à partir de la technologie Nanocyclix. La bibliothèque contient actuellement plus de 5000 inhibiteurs de kinases différents.
- Un pipeline de 7 médicaments, prévus pour entrer dans la phase clinique d’ici 3 ans, dont 3 qui développés en partenariat avec Sanofi, Ipsen et UCB.
- Le IPO le 2 avril 2014 devrait permettre de lever entre 9 et 11 millions d’euros. Il y aura 25% de flottant.
mon sentiment : Cette société m’inspire confiance ; elle a clairement un savoir faire précieux et unique. Oncodesign voudrait passer à l’étape supérieure et développer ses propres médicaments et fait donc appel au marché pour financer leurs projets. Vu leurs outils de sélection et d’évaluation de molécules candidats je dirais qu’ils ont tout pour réussir sauf du cash. Moi je suis preneur mais attention aux introductions en bourse car le cours de l’action a tendance à décoller au début puis s’effondrer peu après!
perspectives : CT +, MT +, LT +++
prochain objectif CT : ?
ma position actuelle sur le titre : non

16. Transgene
ma connaissance du dossier : ++
siège : Strasbourg, France
- Comme Innate Pharma, ils sont sur le filon de la stimulation du système immunitaire afin de lutter contre le cancer.
- En théorie leur technique semble prometteuse et il y a une chance de succès à LT.
- Une valorisation déjà importante alors qu’ils ne sont pas encore en phase 3.
- Le TG4010 ; le traitement le plus avancé, pour le cancer du poumon « non à petites cellules », repose sur la stimulation des cellules NK (cellules du système immunitaire qui tuent les cellules cancéreuses) par des récepteurs MUC1 et IL2 exprimés sur un virus recombinant fabriqué par Transgene. Pour l’instant les résultats montrent une amélioration de 25% de la survie chez 75% des patients, ce qui représente 1 ou 2 mois de plus pour le cancer du poumon… Des résultats d’études récents ont été mitigés, avec un objectif primaire d’étude non atteint, méfiance!
- Un deal Novartis pourrait faire exploser l’action dans les jours/semaines à venir, mais vont-ils débourser 700 millions de dollars (par étapes, dont 70 millions d’euros dès la signature) pour des résultats pas encore convaincants? Les analystes (Dupont, Portzamparc) sont néanmoins confiants ; "Nous estimons que le produit de Transgene est clairement une réponse aux défauts du pipeline de Novartis".
- Sanofi et Transgene ont récemment annoncé le lancement de la phase de construction de la nouvelle plateforme de fabrication destinée à la production de vecteurs viraux, tels que le TG4010.
- Pexa-Vec : Phase 2 pour le cancer du foie avancé, résultats connus. Virus modifié, armé d’une cytokine immuno-stimulatrice, le GM-CSF qui induit une réponse immunitaire. Pexa-Vec a été conçu pour cibler sélectivement et détruire les cellules cancéreuses grâce à trois différents mécanismes d’action : la réplication virale causant la lyse (destruction) de ces cellules, le ciblage et la disruption de leur vascularisation qui restreint leur alimentation sanguine, et la stimulation du système immunitaire à leur encontre. Une différence significative a été observée dans cette étude concernant la survie médiane globale entre le groupe de patient recevant une dose élevée de Pexa-Vec contre le groupe recevant une des doses plus faibles ; 14.1 mois pour le groupe recevant la dose élevée contre 6.7 mois pour le groupe recevant de la faible dose.
- Le 25 février, Transgene ont annoncé la préparation d’une étude de phase 1b/2 avec Pexa-Vec, en combinaison avec du cyclophosphamide, dans des tumeurs solides avancées, avec ses partenaires. Cette étude fera partie d’un programme financé par l’INCa (Institut National du Cancer), appelé CLIP2. L’étude devrait débuter fin 2014.
- Le 28 février, Transgene a annoncé une augmentation de capital avec DPS destinée à lever 45,5 millions d’euros, au prix de 10 euros par action (décote de 23%). Cette opération permet à la société de renforcer sa structure financière afin d’avancer dans son programme d’études, et notamment la préparation des études de phase 3 pour les produits TG4010 et Pexa-Vec. L’Institut Mérieux, qui détient à ce jour 54,87% du capital de Transgene à travers sa filiale TSGH, a fait part à Transgene de son engagement de souscrire à l’AK. Cette AK est maintenant terminée.
- Transgene précise qu’en l’absence de levée de l’option Novartis sur TG4010, il lui manquerait 15 à 20 millions d’euros pour boucler les douze prochains moins, soit l’équivalent de quatre mois de trésorerie. En d’autres termes, Transgène serait à court de ressources en novembre prochain environ et va se servir de ces fonds pour améliorer sa visibilité. Attention, cela ne signifie pas que la société a des échos négatifs des intentions de Novartis, mais seulement qu’elle souhaite se préparer à tous les scénarios.
mon sentiment : Lors de mon précédent topo je me suis trop focalisé sur le TG4010 et je n’avais pas étudié le Pexa-Vec. Il est clair que le Pexa-Vec a l’air très prometteur! Concernant le TG4010, si le deal Novartis est un échec, le cours de l’action va dégringoler, car cela voudra dire que le traitement le plus avancé de Transgene a peu de chances de réussite selon les experts de Novartis et qu’en plus de nombreuses AK dilutives seront nécessaires dans les années à venir. Par contre, si la décision de Novartis est favorable : BOOM, clairement !!! C’est vraiment du bourse-casino en ce moment sur cette action, faites vos jeux! (ou pas!) et personnellement je n’ai pas misé beaucoup dessus car je pense que c’est du 60/40…
perspectives : CT ?, MT ?, LT ?
précédent objectif CT de 13e : dépassé (14.1e)
prochain objectif CT : 28e si deal Novartis
ma position actuelle sur le titre : +

17. Neovacs
ma connaissance du dossier : +
siège : Paris, France
- Une technologie audacieuse ; induire une réponse immunitaire contre des molécules inflammatoires via un vaccin de Kinoïde.
- Des résultats en 2010 de phase I/IIa avaient montré des résultats prometteurs dans la maladie de crohn, mais des résultats intermédiaires pendant l’été 2012 n’avaient pas permis de mettre en évidence, sur une cohorte de 60 patients, de différence statistiquement significative de taux de rémission clinique comparé au groupe placebo (ceci avait provoqué un effondrement du cours de l’action).
- Pour le lupus les résultats de la phase I/II a montré une réduction du taux d’INF ce qui est encourageant, mais ces résultats sont très précoces. Le programme dans le Lupus n’est pas financé, mais les négociations pour le poursuivre avec un partenaire continuent. Si elles aboutissent, le bureau de recherche Invest Securities estime qu’un paiement initial de 20 millions d’euros pourrait être encaissé par Neovacs.
- Des résultats de la phase 2b pour la polyarthrite rhumatoïde sont prévus fin 2014. Le 12 mars 2014, le DSMB a donné un avis positif concernant l’innocuité du vaccin thérapeutique observé à ce stade de l’étude.
- Le 25 février, Neovacs ont annoncé le renforcement de leur portefeuille produits avec la reprise de quatre programmes de développement préclinique sur l’IFN-Kinoïde, le VEGF-Kinoïde et l’IL-4-Kinoïde, portant à sept le nombre d’indications visées par ses vaccins thérapeutiques.
mon sentiment : Classée dernière de mon précédent topo ; j’avais même dit ’’Franchement il y a mieux à faire actuellement que Neovacs’’, l’action a par la suite doublé! OK je mange mon chapeau! La nouvelle concernant la sécurité du vaccin est certainement bonne, mais je reste sceptique quand à l’efficacité réelle. Les enjeux en 2014 concernant principalement un partenariat pour le lupus et les résultats 2b pour la polyarthrite rhumatoïde en 2014 ; au vu de la faible valorisation, ces 2 news pourraient faire exploser le cours le l’action.
perspectives : CT +, MT ++, LT ?
précédent objectif CT de 3e : largement dépassé (4.4e)
prochain objectif CT : 4.5e
ma position actuelle sur le titre : non

18. Galapagos
ma connaissance du dossier : +
siège : Malines, Belgique
- GLPG0778 et GLPG0555 : 2 produits développés en partenariat avec GSK. Ces derniers ont acquis les droits pour continuer les études de ces produits pour le lupus, le psoriasis et la colite ulcéreuse. Galapagos a reçu des upfronts et recevra aussi des royalties en cas de commercialisation de ces produits. Renommé GSK2586184, le GLPG0778 a déçu ; en effet l’étude de phase 2 pour le lupus a été stoppée par manque d’efficacité.
- GLPG0634 : Phase 2b commencée en juin 2013. Inhibiteur JAK1 pour traiter l’arthrite rhumatoïde et d’autres pathologies inflammatoires. Les résultats de 2 phases 2 ont montré une bonne efficacité et sécurité. La phase 2b va inclure 875 patients pendant 24 semaines. Les résultats sont prévus Q4 2014.
http://w ww.glpg.com/files/9213/2194/6190/31.pdf (enlever espace)
- Le GLPG0634 est également testé en phase 2 contre la maladie de crohn chez 180 patients. Les résultats sont prévus Q2 2015.
- GLPG0974 : Phase 2a. Traitement de la colite ulcéreuse. Réduit la migration des neutrophiles (cellules du système immunitaire) par inhibition du récepteur FFA2, ce qui donne à cette molécule une activité anti-inflammatoire. Les résultats sont prévus pour juin 2014.
- GLPG1205 : Phase 2a. Traitement de la maladie chronique de l’intestin. Partenariat avec Jassen Pharma.
- GLPG1837 : En phase préclinique pour la mucoviscidose. Partenariat avec Abbvie. Des milestones jusqu’à 360 millions de dollars sont possibles.
- Traitement de l’arthrose : partenariat de développement avec Servier. Des milestones jusqu’à 290 millions de dollars sont possibles.
- Une collaboration avec Servier inclue aussi la découverte de traitements contre le cancer, avec des milestones de 260 millions de dollars également possibles.
- GLPG1790 : Phase préclinique. Les premiers résultats sont encourageants. Traitement contre le cancer du sein triple négatifs ER, PR et HER2. Ce médicament a aussi un potentiel dans le cancer de l’ovaire, du pancréas, de la prostate, colorectal et le mélanome.
mon sentiment : Cette biotech a un riche pipeline de médicaments candidats, mais ils n’y a pas encore la moindre phase 3, et le succès est loin d’être assuré au vu de ce qui s’est passé avec le GLPG0778. Je préfère Ablynx dans cette catégorie de biotechs. Néanmoins le titre pourrait monter cet été avec les résultats 2a pour le GLPG0974.
perspectives : CT +, MT ++, LT +++
prochain objectif CT : 18e
ma position actuelle sur le titre : non

19. Genticel
ma connaissance du dossier : +
siège : Toulouse, France
- En 2011, la société a nommé Dr Didier Hoch, ancien Président de Sanofi-Pasteur ; la division spécialisée dans les vaccins chez Sanofi, en tant que membre du Conseil de surveillance de la société. Ce dernier est un expert en matière de mise sur le marché et de lancement de vaccins novateurs tels que le Gardasil. Autant dire que la société n’aurait pas pu trouver meilleure recrue!
- Procervix : Phase 2 en Europe après consultation de l’EMA. Vaccin contre HPV16 et HVP18 (papillomavirus humain) qui causent le cancer du col de l’utérus.
- Le papillomavirus est responsable des infections sexuellement transmissibles les plus fréquentes puisque l’estimation des personnes contaminées par ce virus est comprise entre 10 et 30 %.
- Ce vaccin vise un vide thérapeutique: le traitement des femmes déjà infectées par le virus, afin d’éviter les lésions cancéreuses. En effet, le vaccin stimule le système immunitaire à tuer les cellules infectées par le papillomavirus. Le blockbuster de Merck et Sanofi, le Gardasil, n’est utile que chez les femmes non-infectées, et son usage chez les femmes infectées augmente le risque de développer des lésions cancéreuses :
http://w ww.fda.gov/ohrms/dockets/ac/06/briefing/2006-4222B3.pdf (enlever espace)
- L’étude de phase 1 a (47 patientes) a atteint tous les objectifs primaires et secondaires, et a montré une bonne sécurité.
- Grâce à un IPO, Genticel a prévu de lever environ 40 millions d’euros.
mon sentiment : C’est certainement une biotech a surveiller. Le marché visé est énorme et leur vaccin pourrait s’avérer vraiment efficace pour les femmes infectées. Avec des bons résultats en phase 2 l’action pourrait exploser à la hausse, car c’est un potentiel blockbuster en devenir. Mais attention aux introductions en bourse!
perspectives : CT ++, MT +, LT +++
prochain objectif CT : ?
ma position actuelle sur le titre : non

20. DBV Technologies
ma connaissance du dossier : +
siège : Bagneux, France
- Le diagnostic et le traitement des allergies alimentaires.
- Diallertest : Diagnostic d’allergies au lait de vache, blé et soja. Déjà en vente, avec un chiffre d’affaire de 180’000e, mais qui n’a que très peu progressé par rapport à l’année précédente.
- Viaskin : Des patchs cutanés qui exposent le système immunitaire aux allergènes, libérant une quantité insuffisante pour induire une réaction allergique dangereuse ; Cela vise à réhabituer progressivement l’organisme à l’allergène et provoque une désensibilisation. Actuellement la désensibilisation se fait par comprimés ou injections.
- Viaskin Arachide : Phase 2b (étude VIPES). A reçu un status ’fast track’ de la FDA. Désensibilisation à l’allergie aux cacahuètes. Cette allergie est très fréquente et peut provoquer des décès. Le produit de loin le plus prometteur. Résultats en octobre 2014.
- Viaskin Lait de Vache : Touche environ 2 à 3% des nourrissons de moins de 2 ans, elle disparaît dans 90% des cas vers 3 ans.
- Viaskin Accariens : La désensibilisation précoce permet d’éviter l’apparition de nombreuses complications respiratoires (asthme, bronchites spasmodiques, rhinites allergiques) ou cutanées (eczéma).
- Le 4 mars 2014, DBV a annoncé des résultats précliniques démontrant l’efficacité du mécanisme d’action de Viaskin, lors de la conférence annuelle de l’American Academy of Allergy, Asthma & Immunology à San Diego. Les nouvelles données de recherche montrent la capacité d’EPITTM (l’immunothérapie épicutané) à rééquilibrer durablement le système immunitaire et à traiter les allergies les plus sévères. Ces données ont été publiées dans le Journal of Allergy and Clinical Immunology :
http://w ww.jacionline.org/article/S0091-6749(13)02960-6/abstract (enlever espace) à noter que si vous voulez investir sur cette biotech je conseille fortement la lecture de cet article dans son entier!
- En février 2014, le DSMB a donné un avis positif concernant la sécurité.
- Le dépôt du dossier d’autorisation de mise sur le marché du Viaskin auprès de la FDA est prévu pour 2016.
- Le 18 février 2014, DBV Technologies a annoncé la signature d’un accord de collaboration avec l’Icahn School of Medicine, de New-York, visant à étudier l’efficacité et le mécanisme de tolérance épicutanée induit par Viaskin pour le traitement de la maladie de Crohn.
- Une bonne trésorerie : 39 millions fin 2013, avec une perte nette de 19,3 millions d’euros en 2013.
- Le cours a doublé depuis octobre 2013, apparemment suite à une entrée de fonds américains au capital.
mon sentiment : Lors du topo 3 cette biotech était classée assez basse dans le classement et je n’en ai jamais acheté, mais elle a fortement monté par la suite! Pour l’instant les résultats sont bons, mais mon avis sur cette biotech reste mitigé, d’autant plus que la valorisation est encore plus élevée que lors de ma dernière analyse! Il faudrait un succès commercial énorme de ces patchs pour justifier une telle valorisation (mais tout à fait possible). Les résultats VIPES en octobre 2014 seront la prochaine étape cruciale en ce qui concerne le cours de l’action.
perspectives : CT +, MT ++, LT ++
précédent objectif CT de 18e : largement dépassé (23.5e)
prochain objectif CT : 25e
ma position actuelle sur le titre : non

21. Diaxonhit
ma connaissance du dossier : +
siège : Paris, France
- Issu de l’acquisition par Exonhit de la société InGen BioSciences.
- Développement des tests diagnostics in vitro pour diverses maladies.
- Si leurs tests diagnostiques sont efficaces, ils seront rapidement adoptés dans le monde médical.
- Tétanos Quick Stick : Commercialisé, permet de déterminer le statut vaccinal des patients.
- AlloMap : Après une greffe cardiaque, ce test permet la surveillance régulière et non-invasive du rejet cellulaire aigu. Les résultats ont été publiés dans le très prestigieux New England Journal. Développé et commercialisé aux USA depuis 2005 par XDx, Diaxonhit commercialisera de façon exclusive ce produit en Europe par l’intermédiaire de sa filiale InGen.
- BJI InoPlex : En développement, permet de détecter les infections liées aux prothèses articulaires.
- Dx15 : En développement, pour le dépistage du cancer de la thyroïde. Très fort potentiel.
- D’autres tests diagnostics en stade plus précoce de développement, comme pour le cancer du sein (très fort potentiel).
- Le chiffre d’affaires de 2013 a été de 30,5 millions d’euros, en hausse de 8% par rapport au chiffre d’affaires de 28,2 millions d’euros au 31 décembre 2012.
- Résultats annuels 2013, le 26 mars 2014.
- Un super rapport chiffre d’affaire/valorisation, mais la société est toujours déficitaire.
mon sentiment : Je trouve que la valorisation (55 millions) est faible par rapport au chiffre d’affaire et au potentiel. Le portefeuille de tests diagnostics est assez riche, et les tests diagnostics pour les cancers de la thyroïde et du sein ont un fort potentiel. Dans la catégorie de ’biotechs specialisées dans les diagnostics’ je préfère néanmoins Theradiag qui ont plus de produits prometteurs et semblent plus aptes à rapidement d’augmenter leur CA ; à TCT les résultats financiers le 26 mars prochain apporteront une indication de cela et pourraient booster le cours.
perspectives : CT ++, MT +, LT +++
précédent objectif CT de 1e : atteint
prochain objectif CT : 1.8e avec des super résultats le 26 mars
ma position actuelle sur le titre : non

22. Thrombogenics
ma connaissance du dossier : ++
siège : Louvain, Belgique
- Monoproduit.
- Ocriplasmine (JETRA) : Le seul traitement non chirurgical actuel de l’adhésion vitréomaculaire. Cette pathologie implique un corps vitré (le liquide transparent à l’intérieur de l’oeil) qui adhère trop à la rétine, induisant de graves troubes de la vue, dont la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). L’alternative à ce traitement est la chirurgie. Ce traitement de Thrmbogenics permet de liquéfier le corps vitré et donc de diminuer cette adhérence. C’est le seul traitement actuellement autorisé par la FDA dans cette pathologie, en dépit d’une incertitude sur la sécurité. En dehors des USA le médicament est commercialisé en partenariat avec Alcon (filiale de Novartis), qui vise une commercialisation dans plus de 40 pays ; Thrombogenics recevra des royalties. Le médicament est maintenant aussi remboursé au Royaume Unis, en France, en Allemagne et récemment en Suisse.
http://w ww.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1723695/ (enlever espace)
http://w ww.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24062204 (enlever espace)
- Une phase 4 pour le JETRA a été initié (étude post commercialisation), qui vise à apporter des preuves supplémentaires de l’efficacité et lever les incertitudes sur la sécurité (pour booster les ventes).
- Le chiffre d’affaire a explosé depuis la commercialisation du JETRA, mais les ventes du JETRA ont néanmoins déçu et l’action a dévissé, perdant la moitié de sa valeur depuis début 2013.
- Le JERTA a montré des résultats encourageants pour la DLMA en phase 2a ; 24% des patients traités ont eu une résolution des symptômes, comparé à 12% dans le bras d’injection simulée. Marché énorme.
- Le JERTA est actuellement en phase 2 pour la rétinopathie diabétique. Marché énorme.
- 2 échecs importants ; le TB-402 pour la prévention des thromboses a été abandonné en phase 2, ainsi que le TB-403, un anticancéreux. Avec l’abandon du TB-402 et la marche arrière du TB-403, Thrombogenics est quasiment devenue monoproduit.
- JP Morgan a initié un suivi de l’action avec un conseil à ’neutre’ et un objectif de 21e.
- Des ventes à découvert ont massacré le titre, un jour ils vont peut être devoir racheter…
- Le 17 mars, la société a annoncé un chiffre d’affaire de 112,8 millions d’euros en 2013, contre 75,1 millions l’année précédente. La société a notamment reçu au cours de l’année des paiements intermédiaires pour 90 millions d’euros d’Alcon en vertu d’un accord stratégique destiné à commercialiser le médicament oculaire Jetrea hors des Etats-Unis. Le bénéfice net de l’entreprise a quant à lui reculé de 30,4 millions à 26,4 millions. Aux Etats-Unis, le médicament Jetrea a rapporté à peine 20,2 millions d’euros à l’entreprise ; décevant.
mon sentiment : Introduite à 5e, Thrombogenics fut une véritable ’success story’ après avoir réussi la commercialisation de son produit aux USA et en Europe. Après une année 2012 d’anthologie, l’action a atteint un pic de 45e. Depuis l’action a été massacrée car les ventes ne décollent pas aussi rapidement que prévu. Il est vrai que les injections dans l’oeil ne doivent pas être très populaires, mais bon c’est déjà mieux que la chirurgie. L’action devrait continuer de stagner encore un bon moment car le dernier CA a montré que les ventes sont toujours décevantes. Néanmoins, à LT cette biotech a du potentiel ; si les ventes du JETRA s’améliorent grâce à une meilleure reconnaissance du produit (grâce à la phase 4?) et une plus grande distribution au niveau mondial, et s’ils peuvent commercialiser leur médicament pour la DMLA et la rétinopathie diabétique. A surveiller!
perspectives : CT -, MT +, LT ++
précédent objectif CT de 25e : non atteint (22.4e)
prochain objectif CT : 24e
ma position actuelle sur le titre : non

23. Intergragen
ma connaissance du dossier : +
siège : Boulogne-Billancourt, France
- En analysant la génétique (basé sur l’identification de 8 gènes associés à l’autisme), Integragen se disent capables de donner une valeur prédictive du développement de l’autisme et permet d’identifier des individus ayant un frère ou une sœur déjà diagnostiqué autiste, comme étant à risque d’être atteint. Le but étant d’aider les médecins à améliorer le diagnostic précoce, pour une prise en charge plus efficace des enfants atteints d’autisme.
- La recherche de facteurs génétiques et de biomarqueurs de réponse aux thérapies, pour le cancer hépatocellulaire et le cancer colorectal.
- Le 14 janvier 2014, Integragen a annoncé une collaboration avec l’équipe d’investigateurs de l’étude New EPOC afin de valider le rôle du bio-marqueur hsa-miR-31-3p dans le cancer colo-rectal métastatique (mCRC). Ce bio-marqueur est un microARN dont le niveau d’expression serait prédictif de la durée de survie sans progression chez les patients atteints d’un mCRC recevant un anticorps monoclonal anti-EGFR.
- La société propose les servies suivants : Extraction des ADN (via la plateforme robotique d’IntegraGen), Design d’études, Sélection des marqueurs, Génotypage, Contrôle qualité des données, Formatage, Analyse Biostatistique.
- Integragen a publié un chiffre d’affaires 2013 en hausse de 15% à 5,454 millions d’euros. Les ventes du seul test ARISk au Etats-Unis, visant à prédire l’autisme, ont représenté 55 000 euros sur l’année. Les résultats annuels seront publiés en avril prochain.
mon sentiment : Cette société présente déjà un bon chiffre d’affaire et une bonne croissance. Les ventes des tests diagnostics de l’autisme sont très faibles actuellement mais pourraient procurer une croissance supplémentaire à venir. Un peu plus sûre que Biosynex.
perspectives : CT +, MT ++, LT ++
prochain objectif CT : 10e
ma position actuelle sur le titre : non

24. Biosynex
ma connaissance du dossier : +
siège : Strasbourg, France
- Amnioquick : Produit commercialisé. Ce test biologique consiste à mettre en évidence au niveau vaginal, l’IGFBP-1, qui permet de détecter la rupture prématurée des membranes (RPM) chez la femme enceinte.
- Immunoquick Malaria : Produit commercialisé. Ce test simple et rapide permettant de détecter la présence in vitro de Plasmodium falciparum dans le sang. Le test utilise un système de capture de l’antigène soluble spécifique de Plasmodium falciparum : Histidin rich protein II (PfHRP II).
- Immunoquick Malaria 4+ : Produit commercialisé. Peut détecter les 4 espèces différentes de Plasmodium.
- Tests de détection des agents entéropathogènes (gastro-entérites).
- Obtention du marquage CE, en fin 2013, pour les tests de détection du virus de l’hépatite C, du VIH et de l’antigène HBs du virus de l’hépatite B.
- En 2013 la société s’est restructuré ; la centralisation progressive en France de l’outil de production, la préparation du transfert de la plate-forme logistique et des affaires règlementaires de Göttingen vers Strasbourg ainsi que le développement en Allemagne de la R&D et de l’activité commerciale, premier marché des tests de diagnostic rapide en Europe. Ces opérations ont été associées à une réduction des effectifs en Allemagne au profit d’un renforcement des équipes en France.
- Le chiffre d’affaire est resté stable (donc pas de croissance) entre 2013 et 2015, autour de 5 millions.
- Super rapport de chiffre d’affaire/valorisation.
- Début 2014, Biosynex a démarré l’automatisation de sa production de tests de diagnostic rapide. La nouvelle unité de production va permettre à Biosynex d’assurer la production et l’assemblage de tests immunochromatographiques de format bandelette ou cassette à raison de trois secondes minimum par dispositif. La maîtrise et l’accélération des processus de fabrication qui vont réduire sensiblement les coûts de production vont améliorer la réactivité de Biosynex sur ses marchés et faire face à l’accroissement de ses commandes.
mon sentiment : Une restructuration, une production plus rapide et moins couteuse des produits et des nouveaux produits prometteurs laissent espérer une forte croissance du chiffre d’affaire à venir, et un retour dans le vert. Si cela est la cas, vu la faible capitalisation, le cours pourrait fortement monter si les résultats financiers sont bons. Néanmoins, la cession récente de titres des dirigeants provoque la prudence. Cette action est donc un joli coup boursier à essayer, mais avec modération.
perspectives : CT +, MT ++, LT ++
prochain objectif CT : 12e
ma position actuelle sur le titre : non

25. Ab Science
ma connaissance du dossier : +++
siège : Paris, France
- Le Masitinib : La molécule phare du groupe, a un potentiel en oncologie et les maladies neuro-dégénératives (alzheimer, sclérose latérale amyotrophique etc).
- Des résultats spéctaculaires dans le cancer gist en combinaison avec le Stutent de Pfizer, mais le caractère exploratoire de cette phase 2, avec un nombre de patients trop petit, n’a malheureusement pas été suffisant pour une autorisation de commercialisation conditionnelle de l’EMA. La phase 3 est en cours ; il s’agit d’un essai comparatif contre sunitinib chez les patients résistants à l’imatinib. A savoir qu’une autre phase 2 avait montré une efficacité similaire à l’Imatinib, traitement de 1ère ligne du gist, donc les chances de succès sont assez bonnes.
- Une demande d’ATUc (Autorisation temporaire d’utilisation de cohorte) déposée par Ab Science concernant le Masican (pour gist). L’indication demandée pour l’ATUc est différente de celle de l’AMM, dans la mesure où le laboratoire demande une troisième ligne après échec de l’imatinib et du sunitinib. Le groupe de travail Oncologie Hématologie (GTOH) de l’ANSM a émis un avis défavorable (10 votes contre, 0 votes pour) à cette demande d’ATUc chez les patients porteurs de GIST ayant reçu au moins deux lignes de traitement. L’avis du groupe s’appuie sur l’absence de données sur des patients ayant reçu au moins deux lignes de traitement et sur le fait que les données disponibles ne concernent que des patients en échec d’une première ligne de traitement. Aussi, des atteintes cutanées sévères, de type syndrome de Lyell, ont été rapportées avec masitinib. Ces éléments ne permettent ainsi pas de présumer d’un rapport bénéfice/risque favorable du masitinib dans cette situation clinique.
ht
tp://ansm.sante.fr/content/download/60129/773643/version/3/file/CR-Commission_ev aluation-initiale_R_7_14032014.pdf (enlever espace)
- L’autre gros dossier concernait le cancer du pancréas. Ab Science n’ont pas atteint le l’objectif primaire de l’étude sur la survie globale des patients, mais l’espoir résidait dans le fait que le médicament a montré une efficacité spectaculaire dans un sous-groupe de patients avec un certain biomarqueur et semblait également très efficace chez les patients avec une douleur importante. Malheureusement l’EMA a de nouveau rejeté la demande de commercialisation conditionnelle, principalement en raison de l’objectif primaire de l’étude n’ayant pas été atteint. Une étude confirmatoire est en cours pour confirmer l’efficacité dans le sous groupe avec le biomarqueur.
- Beaucoups de phases 2 et 3 pas pris en compte dans la valorisation, mais suite aux échecs récents elles ne sont pas prêtes à être valorisées de si tôt…
- Le 20 février, Ab Science a annoncé le lancement d’une étude de phase 3 pour évaluer la tolérance et l’efficacité du masitinib en association avec docetaxel, en première ligne de traitement pour les patients atteints d’un cancer de la prostate métastatique hormono-résistant (mCRPC).
- Prochaine news importante à prévoir : Résultats de phase 3 sur mastocytose fin 2014/début 2015.
- Le 20 mars 2014, l’appel de la décision gist a été refusé, et celui pour le pancréas le sera également à mon avis.
- Une bonne trésorerie, mais qui ne va pas durer éternellement…
- Alain Moussy, un PDG ambitieux mais qui manque d’expérience dans le domaine de la pharma.
- Quand une biotech recrute une tonne de scientifiques en demandant de l’expérience pour mener des études cliniques (en 2013) on se demande ’’n’auraient-ils pas dû faire cela avant?’’
- En 2013 ils ont engagé beaucoup de grosses pointures scientifiques, on comprend mieux maintenant pourquoi cela a été le cas…
- Ab Science pensent qu’ils réussiront tout seuls, sans partenariats avec des sociétés pharmaceutiques expérimentées, on voit le résultat pour l’instant!
- Un manque total de transparence (cachent des données d’études cruciales aux investisseurs, par exemple ; sur le déroulement de leurs études cliniques, les effets indésirables, le biomarqueur dans le cancer du pancréas…).
- Une communication nullissime ; en gros les seuls fois où communiquent c’est pour annoncer des désastres…
mon sentiment : Toujours les mêmes reproches que la dernière fois ; brûler les étapes, donner des fausses informations aux investisseurs… Après le refus de l’appel pour le gist, Ab chute logiquement encore plus bas dans le classement. Le rapport ATUc avait été clair, dans l’état actuel des choses le masitinib ne sera pas commercialisé. Avec les nombreuses recrues effectuées en 2013, il est possible que Ab Science puisse se relever et apprendre de ses erreurs, et mettre un jour le médicament sur le marché (en tout cas chez les chiens ça marche ce traitement!). Le médicament semble efficace, donc certains vont s’accrocher pour essayer de passer la tempête, mais à CT et même MT franchement c’est moche. Personnellement ils n’ont plus mon bénéfice du doute et il faudra des résultats d’études solides avec des études menées des les règles de l’art, une meilleure communication et plus de transparence, afin de regagner ma confiance (et mes sous!).
perspectives : CT -, MT +, LT +++
précédent objectif CT de 13e : largement dépassé (16.15e)
prochain objectif CT : 13e
ma position actuelle sur le titre : non

26. Nicox
ma connaissance du dossier : +
siège : Sophia Antipolis, France
- A l’origine dédiés au développement de composés donneurs d’oxyde nitrique. Maintenant recentré sur le domaine de l’ophtalmologie.
- Naproxcinod : Leur produit phare initial. Composé anti-inflammatoire donneur d’oxyde nitrique unique et le premier de la classe des CINODs. Les études de phases 3 ont montré une très bonne efficacité dans l’arthrose. Néanmoins la FDA a refusé d’autoriser ce médicament à la commercialisation en raison d’effets secondaires, et Nicox ont par la suite retiré leur demande EMA, voyant un nouvel échec arriver. La dégringolade du cours de l’action fut cataclysmique, passant d’un pic de 23e à 2.5e actuellement.
- En octobre 2013, après des résultats pré-cliniques encourageants, la Commission Européenne a rendu un avis favorable à la désignation du Naproxcinod comme médicament orphelin de la maladie de Duchenne (dystrophie musculaire génétique très grave).
- Le 14 février, Nicox a annoncé la cession des droits de développement du Naproxcinod pour le traitement de la dystrophie musculaire de Duchenne. Cette cession, qui ne concerne pas le domaine de l’ophtalmologie, a été réalisée auprès d’un partenaire financier et pour un montant non divulgués. Nicox ne poursuivra pas d’activités de développement ni d’autres discussions avec des tiers pour le Naproxcinod
- Latanoprostene bunod : Un analogue de la prostaglandine F2-alpha donneur d’oxyde nitrique. Acquis grâce au rachat de Eupharmed, une petite pharma italienne. Phase 3 pour le glaucome, aux USA, Europe et Japon, en partenariat avec Bausch et Lomb. L’étude 2b, incluant 413 patients, avait montré un objectif primaire atteint, avec une réponse significativement positive chez 69% des patients (p=0.006).
- Xailin : Lubrifiant oculaire pour soulager les symptômes de sécheresse oculaire. Nicox commercialisera la gamme Xailin en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. Nicox prévoit de lancer d’autres lubrifiants oculaires au cours de l’année 2014.
- AdenosPlus : Un produit diagnostic de la conjonctivite aigue (afin de réduire l’utilisation inappropriée d’antibiotiques). Nicox a pris en licence AdenoPlus auprès de Rapid Pathogen Screening, Inc. en juin 2012 et dispose des droits de commercialisation exclusifs auprès des professionnels de la vision aux Etats-Unis, ainsi que des droits exclusifs complets pour la commercialisation dans le reste du monde. AdenoPlus est commercialisé par Nicox aux Etats-Unis depuis novembre 2012.
- Sjo : Test diagnostic pour le syndrome de Sjogren (oeil sec). Commercialisé aux USA.
- En début 2014, Nicox a renforcé son portefeuille de tests diagnostiques avec le RetnaGene AMD, un test génétique de laboratoire pour prédire le risque de progression de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).
- L’action Nicox s’était envolée de près de 40%, début 2013, sur fond de rumeurs d’OPA par Pfizer. Ces rumeurs ont été démenties par la suite par le PDG, ce qui a entraîné la chute du titre.
- Toujours en perte et une trésorerie en baisse.
mon sentiment : Nicox sont des battants, cela il faut le reconnaître! Après le débâcle du Naproxcinod la société a survécu, et cherchent encore par tous les moyens de devenir profitable, notamment grâce à des produits dans l’ophtalmologie. L’espoir semble maintenant porté par le Latanoprostene bunod, un traitement prométteur du glaucome acquis grâce au rachat de Eupharmed. C’est une biotech qui peut potentiellement un jour se relever et elle est donc à surveiller d’un oeil attentif!
perspectives : CT +, MT +, LT ++
précédent objectif CT de 4e : non atteint (2.79e)
prochain objectif CT : 3.5e
ma position actuelle sur le titre : non

Hors ligne

 

#4 07/02/2015 15h46 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Banni
Réputation :   58 

Un bel os à ronger pour les amateurs (de sensations fortes) de biopharmas.

Prochaine étape : arriver à en dégager une substantifique moelle. J’avais moi-même noté, en m’intéressant rapidement au dossier ADOCIA, cette réflexion d’un intervenant :

…/…

GDIVRY

Sources forum ADOCIA sur Boursorama

12:06 - 05.01.2015 

Bonjour

Je vois finalement beaucoup de petits porteurs qui, interpellés par le buzz fait autour des BIOTECH, examinent les valeurs avec leurs outils et méthodes habituels d’investisseurs avisés et donc prudents.

Le problème c’est que ces outils ne sont pas adaptés aux biotechs en général et à GENFIT et ADOCIA en particulier.

Je vais donc essayer d’être didactique :

en Bourse une entreprise est valorisée par sa capacité à dégager des bénéfices et sur la valeur de son actif. On va dire que c’est la valorisation établie a un instant T. Selon les secteurs la valorisation s’évalue généralement sur la base d’un PER qui est un coefficient appliqué aux résultats. Pour une petite PME non cotée il est généralement autour de 6, sur la marché il oscille sauf exceptions entre 10 et 20 - bien que l’on ait vu des ratios bien plus élevés - l’investisseur cherche à gagner de l’argent et on ne peut que l’en féliciter, pour cela il a deux leviers : la plus-value ou/et les dividendes.

L’actionnaire prudent, confiant dans une valeur pépère et bien établie n’est pas un spéculateur mais un rentier, il place ses économies dans une valeur sure qui bon an mal an va lui rapporter un dividende supérieur a ce que lui propose un livret A ou une assurance vie, il parie sur le fait que la valeur de l’entreprise va croître dans la durée d’au moins la valeur de l’inflation Ce qui fait que le jour où il voudra changer de support d’épargne son capital initial sera conservée ou légèrement augmentée l’actionnaire spéculateur ( dans le bon sens du terme latin speculator, observateur),
ne compte généralement pas sur les dividendes, il essaye d’anticiper sur la base des informations en sa possession (d´où le terme observateur) sur l’évolution du cours de l’action dans le futur.

Ces évolutions peuvent être progressives dues à des évolutions du marché de l’entreprise, de sa capacité à optimiser son rendement, ou plus brutales suite à des événements de rupture, saut technologique ou rachat par un concurrent.

Le rachat par un concurrent (OPA) est un événement de rupture augmentant temporairement la valeur de l’entreprise de manière importante entre + 10 et + 100 %.

C’est aussi une manière d’évaluer la valeur d’une entreprise en observant le prix proposé lors de rachats d’entreprises similaires.

Pour certaines entreprise, au delà du PER on prend aussi en compte sa part de marché captive du fait d’un brevet qui la protège bien au-delà de l’horizon classique des investisseurs, un brevet sur une technologie de pointe ayant 15 ans de protection, garantit un revenu sur cette période.

POUR UNE BIOTECH 

Les mécanismes sont les mêmes mais la lecture doit être différente.

Une Biotech est par définition une entreprise de recherche, elle ne vend quasiment rien, consomme beaucoup de cash pour payer ses locaux, ses chercheurs, son matériel.

C’est une entreprise qui perd de l’argent tous les jours.

Un investisseur prudent qui veut gagner de l’argent va se dire que jeter le sien dans un puits sans fond n’est pas une bonne idée.

"L’analogie avec des boites comme Facebook ou Twitter est flagrante".

Il n’y a évidemment pas de dividende.

Et pourtant ces sociétés ont des actionnaires qui investissent massivement, GENFIT en est un exemple. 

Une bande de fous sans doute se dira l’investisseur traditionnel. Ils achètent du vent.

Il n’a pas tort sur ce dernier point, ils achètent le vent qui va propulser leur investissement vers le haut.

Ils spéculent sur le fait que le produit développé par la Biotech va démontrer sa capacité à soigner les gens mieux que les médicaments existants et que donc, cette molécule va se vendre dans le futur.

Le marché du médicament est un des plus rentable au monde (pour les bons médicaments). Il existe des médicaments appelés blockbusters, ce sont des médicaments qui génèrent plus d’un milliard de de dollars de CA par an. Ce sont les plus recherchés car ils génèrent d’énormes profits.

La vocation d’une Biotech n’est normalement pas de vendre directement le médicament, c’est le boulot des labos de pharma .

Comment la Biotech finit-elle par gagner de l’argent ?

Une fois le médicament assez avancé dans ses études, elle vend des licences à un ou plusieurs labos qui vont finaliser le développement avec elle et lui reverser une part du chiffre d’affaire généré par les ventes sous forme de redevance.

Développer un médicament prend entre 10 et 15 ans, avec un taux d’échec très élevé, les labos de pharma prennent de moins en moins ce risque en le laissant aux Biotechs qui sont donc nombreuses à échouer. Mais quand le produit est un blockbuster potentiel , qu’il a passé les phases d’études cliniques avancées 2b avec succès, les labos évaluent le CA prévisionnel, regardent la durée de protection (brevet) de la molécule et se battent pour récupérer le médicament

Deux options s’offrent à elles:

- établir un partenariat le plus tôt possible en prenant une part de risque mais en négociant une redevance plus faible pour la Biotech, attendre que le produit soit validé tant en terme d’efficacité et de sécurité, mais elle va devoir alors payer plus de redevance et risque de se faire piquer le produit par une autre Pharma plus téméraire.

- Faire un OPA sur la Biotech, et là il faut sortir le chéquier des grands jours. Les dernières transactions se sont presque toutes effectuées sur la base de 5 à 10 fois le CA prévisionnel annuel , "ce n’est pas une faute de frappe, je ne parle pas du résultat mais bien du CA".

L’investisseur qui a parié sur le bon cheval se retrouve avec soit :

Des actions d’une Biotech qui va gagner entre 20 et 30 % du CA annuel de sa molécule et dont la quasi totalité sont de la marge (80)% , la valorisation est alors de l’ordre de 20 fois le résultat, 20 x (CA x 25% x 80%) environ soit pour un blockbuster de base (1Md $ de CA annuel) environ 4 Mds de dollars mais AVEC DE GROS DIVIDENDES chaque année en plus (une distribution de 30% des résultats, ça ferait déjà 60 à 80 Millions de $ après impôts).

Soit ayant cédé ses parts lors d’une OPA sur la base indiquée ci dessus, soit pour un blockbuster de base (1Md de $ de CA annuel prévisionnel) 5 à 10 Mds de $.

…/…

Dossier ouvert et à suivre.

Dernière modification par raskolnikobimbo (07/02/2015 15h50)

Hors ligne

 

#5 07/02/2015 16h43 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   

Merci a tous pour vos reco, et merci raskolnikobimbo d’avoir précisé ce que je n ai su développer pour les fondamentalistes de ce forum.

Pour continuer ma mise a jour, Adocia a fait un gros bon ce vendredi en validant un phase 2 de ses recherches et lui fait faire un bon de 15% en intra day.

d’après ce que j ai pu comprendre de cette entreprise, c’est que sa valorisation est encore loin de ce qu’elle vaudra réellement d’ici quelques années.

Voici donc l’exposé d’adocia réactualisé avec des chiffres clefs qui aideront certainement a comprendre les marchés .
Tres bon Travail fait par un foromeur du site bourso: M3601291

Adocia représente un tournant pour la Médecine et pour des millions de diabétiques.
Ce n est pas un hasard evidemment si la pharma Américaine Lilly vient de signer le plus gros partenariat de l histoire Française des biotechs avec Adocia pour un seul de ses produits, l ultra fast!!. D autres partenariats suivront négociés à prix d or

Topo insuline sans prétention
-Le diabète correspond à un défaut d absorption du sucre dans les cellules entrainant un taux de sucre dans le sang élevé, à l origine des multiples complications.Il faut donc controler cette anomalie par les insulines pour des millions de patients
- insuline Humaine/Analogue : les insulines Humaines sont les premières insulines commercialisées qui ne coutent pas cher. Les analogues sont les insulines plus récentes des années 2000 plus efficaces mais beaucoup plus chères
- En général, le taux de sucre du diabétique insulino dépendant est élevé toute la journée avec des pics importants pendant les repas qu il faut controler
- insuline analogue ultra fast : nouvelle génération beaucoup plus rapide et efficace que les analogues rapides actuellement commercialisées dans les pays "riches". Elles servent à controler le pic de glycémie pendant les repas
-insuline analogue lente : la lantus phogocyte quasiment tout le marché pour 8 milliards. Son but est de controler la glycémie sur 24h mais pas forcement celle des repas.
-insuline analogue combo : l idée est d associer une analogue lente et de controler le pic de glycémie du repas. Marché non existant pour le moment.
- insuline Humaine : insuline moins efficace que les analogues des "pays riches" jusqu à présent mais beaucoup moins chère donc accessible aux pays en voie de développement

1 .L ulcere du pied diabetique
- indication honteusement négligée par beaucoup d actionnaires
- marché de 3 milliards
- Actuellement : traitements basés soit sur des pansements classiques soit sur des produits biologiques plus efficaces mais très couteux
(uniquement regranex en produit biologique à ce jour représentant 200-300 millions de CA mais cout 10 fois plus cher que les traitements classiques)
- Demain : spray PDGF Adocia, nouveau produit biologique : cout global proche des traitements classiques, beaucoup plus pratique car application tous les 2 jours seulement au lieu de tous les jours pour le regranex
-phase 3 en cours, commercialisation en 2016
- adocia serait leader au moins sur les produits biologiques et prendrait surement une part de marché des traitements classiques

2 . Insuline Analogue Ultra fast Adocia (lispro ou insuline analogue tres rapide)

-produit le plus connu de adocia suite au deal récent
- Actuellement : insulines type Humalog injectées souvent 15-30 min avant les repas
- ultra fast lispro adocia : permettrait d etre beaucoup plus proche de la sécrétion endogène d insuline et d éviter ainsi les déséquilibres glycémiques. Permettrait de faire l injection au moment du repas et pas 15 min avant par exemple.
Comparé à l Humalog insuline de référence pour des millions de patients, lispro d adocia augmente l exposition précoce à l insuline de 136% et augmente l effet métabolique de 70%
- Ultra fast adocia peut aussi etre utilisée pour les pompes à insuline ++++++++ en remplacement des analogues rapides actuelles
début étude Q1 2015 pour les pompes. marché des pompes actuellement de 3 milliards
- fast track? Adocia envisage de pouvoir passer directement en phase 3 et shunter la phase 2b
-début phase 3 :fin 2015? commercialisation 2017?
- marché de 7-8 milliards appelé à exploser
- Concurrence : Adocia leader.
Les ultra fasts prendront la place des analogues rapides classiques type humalog, novorapid, …
le seul concurrent est novonordisk mais il présente un moins bon profil. Halozyme et Biodel sont hors course dorénavant.
pour les pompes à insuline : pas de concurrence ultra fast à ma connaissance
- La pharma Américaine Lilly a signé fin décembre 2014 le plus gros deal de l histoire pour les bios Françaises. Un demi milliard de droit d entrée et de paiements d étapes. Les royalties sont gardés secrets.

3. Insuline Analogue Combo Lente et rapide

- celle qui aura le plus beau partenariat?
- adocia est la seule a avoir réussi l association Lantus (insuline lente, star des insulines, 8milliards de CA) avec une insuline rapide et en l occurence dans notre cas avec l ultra fast adocia !!
personne d autre n a réussi à stabiliser la Lantus avec une rapide ++++
- le but est réduire le nombre d injections d insulines en créant une association fixe
- début derniere phase 2a escalade de dose au T1 2015
- date fast track? , phase 3 à suivre fin 2015 ou debut 2016?, commercialisation 2017-18?
- marché inexistant biensur mais en devenir et évalué à 3 milliards par adocia, devrait prendre une bonne partie des parts de marché de la Lantus
- Adocia serait leader sur la base des elements connus : novonordisk concurrent aurait un moins bon produit ( article investir) et surtout aurait un prix de revient 70% supérieur

4 . Insuline Humaine Hinsbet
- Le joker de luxe +++
- marché des insulines Humaines à la différence des autres qui sont des analogues
- interet : cout beaucoup moins élevé donc interesse pays émergents, BRICS
- Actuellement : les insulines humaines sont beaucoup moins efficaces que les rapides type humalog mais beaucoup moins cheres
- Avec Hinsbet Adocia : le but est de montrer la supériorité par rapport à Humulin insuline Humaine de référence ce qui permettrait de conquérir le marché des pays en voie de développement.
Adocia se donne un objectif supérieur à savoir etre aussi efficace que les analogues rapides actuelles
En cas de confirmation ( fin janvier) ce serait un tsunami médical +++++++++++++++++++++ car cela voudrait dire que les insulines de demain des pays en voie de développement seraient aussi efficaces que les insulines actuelles des pays riches !!!!!!!!!!!
- Marché enorme de 4 milliards pour les pays émergents appelé à exploser
- adocia serait leader aussi!!!
- résultats phase 2 : Tfin janvier 2015
- partenariat : avec une big pharma chinoise ou indienne?

5 . Driveln : nanotechnologie en cancérologie
- principe : meilleure délivrance des produits de chimiotherapie existants type adriamycine et taxotere en intra cellulaire
-résultats précliniques impressionnants : temps de survie multiplié par plus de 2
- début phase 1 : T1 2015

6 . Mabs
- principe : améliorer la solubilité, la viscosité et la stabilité des formulations innovantes d Ac monoclonaux grace aux molécules biochaperones. En sorte
une offre de service à d autres sociétés
- marché de plusieurs milliards

J espère que beaucoup d entre vous aurons compris qu Adocia représente un marché énorme de 20 milliards, déjà existant celui du diabète (pas comme d autres bios), en situation de quasi non concurrence, leader sur au moins 4 produits, proche de la commercialisation et avec une capitalisation encore faible.

Mon anticipation : passé ce deal énorme, plusieurs fonds devraient s intéresser à la société adocia qui est proche de la commercialisation finalement
Je pense que 500 millions de capitalisation est logique à court terme et 1 milliard d euros dans la foulée si analyste us ou nasdaq (cette année ama)
On pourrait viser 2-3 milliards dans la suite d une introduction au nasdaq

AMF : ceci n est pas un conseil d achat et je suis actionnaire adocia non vendeur

Hors ligne

 

#6 07/02/2015 17h48 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   38 

Je suis fasciné par votre connaisance du domaine des biotechs, même si ma connaissance du terrain ne rejoint pas votre enthousiasme sur certains médicaments commercialisés cités.

- Loramyc, Sitavig: peu d’avantage concurrentiel
Livatag: attention, le cancer hépatocellulaire est beaucoup moins fréquent que le cancer du sein (Abraxane). Je pense que vous extrapôlez rapidement sur la market cap de Celgène, due en grande partie aux traitements médicamenteux du myelome (Abraxane <10% des revenus).
- Validive: attention, le traitement des mucite repose sur des soins peu coûteux Prescrire - Tous les articles en Une: Archive ’’Traitement anticancéreux : prévention des mucites orales’’,  1er avril 2007
etc.

Encore merci pour votre partage

Trahcoh,
expert en médicaments,
ignare en biotechs.

Hors ligne

 

#7 08/02/2015 18h11 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   

Merci Trahcoh,

votre point de vue "médicamenteux" est très intéressant et me parait primordiale pour la pérennité des mises sur ces bio.

Auriez vous des conseils a donner en ce sens et des médicaments auxquels vous croyez?
Au final, c’est sur le marché qu il faut compter en terme de valorisation réelle.

Hors ligne

 

#8 08/02/2015 18h57 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   38 

Hélas, je peine à appliquer les conseils de Peter Lynch d’investir dans mon cercle de compétence.

Pour compléter les remarques de l’anesthésiste Simouss dans une autre file, voici quelques éléments sur Adocia qui semble beaucoup vous intéresser:

1. l’ulcère du pied diabétique:
Le Regranex n’a pas beaucoup percé en France, en l’absence de résultats très enthousiasmants. Quid de ce nouveau gel, probablement très coûteux comme le Regranex? Il existe des alternatives pour traiter ces plaies (aspiration, électrothérapie…)

2. Insuline Ultra fast
Quel intérêt pour le patient? Cet intérêt peut-il être mis en avant pour obtenir un prix plus important ou balayer le marché? réponse en phase 3. Les analogues rapides ont réussi à prendre des parts très importantes de marché en France (vendues au même prix que les inulines natives), ce nouveau produit pourrait s’en accaparer une partie si aussi efficace avec un nouveau confort pour certains patients (s’il s’agit juste d’injecter 5 minutes plus tard, ce n’est pas non plus une révolution).

3. Insuline combo avec la Lantus (Sanofi)
Beau potentiel, pas d’alternative stricte, actuellement (il s’agit de diminuer le nombre d’injections quotidiennes), mais nécessite quand même plusieurs injections d’insuline rapide quotidienne pour les différents repas. Actuellement, le schéma qui se rapproche est 1 injection de combo matin et soir + 1 injection de rapide le midi. on passerai avec le combo lantus à 1 injection par jour + 2 injections de rapide, donc pas une révolution. Néanmois une alternative intéressante pour certains patients équilibrés à moins de 3 injections pas jour.

4 . Insuline Humaine
Je n’ai pas compris cette partie, elle existe depuis longtemps (Atrapid, Umuline rapide…)

5 . Driveln
Pure spéculation avant résultats cliniques chez l’homme

6 . Mabs
Intéressant… si cela fonctionne.

Comme Simouss, je trouve l’investissement très spéculatif (à fort potentiel, comme les médicaments que vous présentze), mais je ne vois aucun moyen d’anticiper le marché. Outre les rachats, ce qui fait décoler la valorisation d’une entreprise ce sont les résultats, en l’occurence les résultats des études de phase 3 chez l’humain. Ou de phase 2 à la limite.

Je ne connais malheureusement pas le moyen d’obtenir ces résultats avant les traders.

A dispo si vous avez besoin d’autres éclairages.

Hors ligne

 

#9 19/02/2015 08h48 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Banni
Réputation :   58 

Intéressera les amateurs de biopharma : les résultats 2014 d’Innate Pharma

Hors ligne

 

#10 21/04/2015 18h31 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   

En regardans les top fonds sur 10 ans, 5 ans et 1 ans sur morningstar, c’est quasi que des fonds biotechs qui sortent du lot avec des rendements de 25% par an en moyenne.
On est très certainement au début de l’histoire des biotechs et je pensais miser 5 à 10% de mon portefeuille dessus. QUelques avis ? les fonds semblent surperformer les trackers sur ces 2 dernières années.

Dernière modification par sylv (21/04/2015 18h31)

Hors ligne

 

#11 21/04/2015 18h45 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   174 

L’éternel dilemme, est-ce que ce qui vient de monter va continuer à le faire?
Les revenus futurs seront ils bien ceux prévus par le marché aujourd’hui?
Êtes-vous prêt à perdre ces 5 à 10% de votre patrimoine sans que cela remette en cause votre mode de vie?

Les fonds télécom étaient les plus performants fin 1999…

Carpediem


«Voir c’est savoir, vouloir c’est pouvoir, oser c’est avoir. »Alfred De MUSSET

Hors ligne

 

#12 21/04/2015 18h52 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   320 

Attention au biais du survivant également. Après je continue de penser que si je devais investir sur des biotechs, la stratégie d’investir sur un panier d’une dizaine de biotechs seraient la plus sure (pas forcément la plus performante) et donc qu’un fond bien réparti pourrait être une solution.


Portefeuille - Le poker est un jeu passionnant permettant de perdre son argent, son temps et ses amis

Hors ligne

 

#13 01/05/2015 19h49 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   

Lecteur régulier de ce site et amateur de biotechs, je me permets d’intervenir rapidement:
-la valeur d’Adocia est non pas celle de ses insulines, mAbs ou autres sprays à ulcères pris séparéments mais celle plutôt de sa plateforme biochimique, BioChaperone. Adocia propose en effet d’optimiser des solutions existantes (drug design) pour en augmenter l’efficacité ou encore en réduire les coûts (intérêt majeur de nos jours, surtout en France), ce qui a une grande valeur de nos jours quand les big pharmas font de moins en moins de R&D mais ont quand même besoin de renouveler leurs brevets quant ils expirent… par exemple pour l’insuline, Sanofi va perdre ses droits sur le Lantus et Toujeo, son remplaçant, est un mauvais produit. Idem pour Lilly qui s’est acheté les droits de la Lispro d’Adocia pour $570M (soit dix fois plus que le premier contrat que Lilly et Adocia avaient signé un an plus tôt et que Lilly avait annulé). La société possède une trésorerie de €77M (soit 1/5 de la CB) et Lilly finance le développement de la lispro.
-la valeur de Cellectis, depuis sa réorientation des services vers la R&D est celle de ses solutions d’édition du génome: la société a en effet plus de quinze ans d’expérience dans la recherche génétique et possède plusieurs familles de brevets majeurs lui garantissant des droits dans l’application de ses procédés notamment dans deux secteurs lucratifs: la thérapeutique et l’agro-alimentaire. Servier a signé un accord avec Cellectis l’année dernière suivi de Pfizer qui est entré au capital à la hauteur de 10%. Cellectis possède depuis l’IPO une trésorerie de grosso modo €300M (soit 1/3 de la CB) et voit le développement de ses produits thérapeutiques financés par Servier et Pfizer, tout en en gardant les droits d’exploitation. Cellectis a par ailleurs mis en champ ce printemps sa pomme de terre améliorée au Minnesota.

En règle générale et comme investisseur, je pense que la "bulle des biotechs" n’est qu’à moitié véridique. Beaucoup de ces start-up échouent ou échoueront faute que leurs produits soient efficaces/rentables, mais celles qui réussiront recevront en général de grosses royalties de big pharmas (voire se feront simplement racheter) tout simplement car les grands acteurs investissent de moins en moins dans la R&D: il leur est beaucoup plus rentable de racheter une biotech qui a déjà fait ses preuves et dont l’efficacité du produit est convaincante plutôt que de financer soi-même des essais cliniques qui peuvent (et souvent vont) échouer.

Hors ligne

 

#14 02/05/2015 13h00 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   23 

A noter sur les essais cliniques des biotechs en France : La frénésie fiscale menace le dynamisme des biotechs en France
La frénésie fiscale menace le dynamisme des biotechs en France, Infos marchés - Les Echos Bourse

Pour ma part, je privilégie des biotechs belges ou hollandaises, ou encore des biotechs françaises mais dont les essais cliniques sont conduits à l’étranger, notamment aux US.

Hors ligne

 

#15 10/01/2016 19h57 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   

En ce basant sur les prédictions indiquées ci dessous et en prenant les cours du 08/01/2016, on obtient ce résultat.

Action            Prévision    Cours               Progression   
                                  08/01/2016         Valeur    %
Ab science              13,00    11,54             -1,46    -11,23%
Adocia              21,00    67,00             46,00    219,05%
Ablynx              14,00    14,55              0,55    3,93%
Cellectis              7,00    24,84             17,84    254,86%
Erytech              18,00    23,51             5,51     30,61%
Genfit              37,00    30,05             -6,95    -18,78%
Hybrigenics      4,00    1,00                     -3,00    -75,00%
Innate pharma      14,00    12,76             -1,24    -8,86%
Nanabiotix              30,00    15,92             -14,08    -46,93%
Nicox                      3,50    8,15                     4,65             132,89%
Pharming              0,90    0,27                     -0,63    -69,89%
Theradiag             10,00    3,32                     -6,68    -66,80%
Tigenix              1,50    1,10                     -0,40    -26,67%
Valneva             11,00    3,47                     -7,53    -68,45%
                                  Total             32,58    248,72%

Sauf erreur de ma pars, la progression dans sa totalité a été supérieur à vos prévisions. Vous avez su détecter de sacré pépites comme Adocia et Cellectis, bravo à vous.

Dernière modification par happyjo (10/01/2016 19h59)

Hors ligne

 

#16 15/02/2016 17h35 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   10 

happyjo a écrit :

Action            Prévision    Cours               Progression   
                                  08/01/2016         Valeur    %
Ab science              13,00    11,54             -1,46    -11,23%

Bonjour,

Ce titre traîne actuellement autour des 9€.

Pourtant, AB science va déposer sa première AMM pour le mastinib, molécule phare de la société.

Cdlt,

doug

Hors ligne

 

#17 12/05/2016 11h46 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   80 

Bonjour,

Les biotechs sont un terrain favorable à la commission de délits d’initiés ; c’est ainsi qu’un médecin français a été condamné aux Etats-Unis pour avoir livré des informations confidentielles sur les expérimentations d’une nouvelle molécule dans le traitement de l’hépatite C :

USA : 5 ans de prison pour délit d’initié

Le trader new-yorkais, le médecin français et le délit d’initiés
| Reuters


Ce qui ne manque pas de sel, c’est que ce médecin,après avoir purgé sa peine de pénitencier aux USA, a été réintégré dans un hôpital parisien où il vient à nouveau de se mettre sous les feux de la rampe : il  a été suspendu à la suite d’une enquête révélant qu’il avait racketté des migrants en situation irrégulière pour leur fournir de faux certificats !

Hors ligne

 

#18 20/05/2016 10h31 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   

AB science a réalisé un rattrapage conséquent. La société a plusieurs phase 3 en cours sur la même molécule. Un effet domino peut être envisagé si un accord de commercialisation tombe pour l’une des phases 3. Cependant un refus, et le cours peut vite déraper.
Comme pour les autres biotechs, il faut prévoir une petite ligne car cela se rapproche plus du pari qu’autre chose (bon conseil de ma part alors qu’il représente 50% de mon portefeuille actions!).


Parrainage LINXEA, n'hésitez pas à me contacter.

Hors ligne

 

#19 20/05/2016 11h07 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   320 

happyjo a écrit :

En ce basant sur les prédictions indiquées ci dessous et en prenant les cours du 08/01/2016, on obtient ce résultat.

Action            Prévision    Cours               Progression   
                                  08/01/2016         Valeur    %
Ab science              13,00    11,54             -1,46    -11,23%
Adocia              21,00    67,00             46,00    219,05%
Ablynx              14,00    14,55              0,55    3,93%
Cellectis              7,00    24,84             17,84    254,86%
Erytech              18,00    23,51             5,51     30,61%
Genfit              37,00    30,05             -6,95    -18,78%
Hybrigenics      4,00    1,00                     -3,00    -75,00%
Innate pharma      14,00    12,76             -1,24    -8,86%
Nanabiotix              30,00    15,92             -14,08    -46,93%
Nicox                      3,50    8,15                     4,65             132,89%
Pharming              0,90    0,27                     -0,63    -69,89%
Theradiag             10,00    3,32                     -6,68    -66,80%
Tigenix              1,50    1,10                     -0,40    -26,67%
Valneva             11,00    3,47                     -7,53    -68,45%
                                  Total             32,58    248,72%

Sauf erreur de ma pars, la progression dans sa totalité a été supérieur à vos prévisions. Vous avez su détecter de sacré pépites comme Adocia et Cellectis, bravo à vous.

Ma réponse est très tardive par rapport à votre post de janvier mais pour calculer la performance (par rapport aux estimés de funkyslt et non les cours de l’époque) vous effectuez juste l’addition des cours et des performances relatives ? C’est du grand n’importe quoi, je suis étonné que personne ne vous l’ai dit avant.

Par ailleurs Nicox a regroupé 5 actions pour 1 fin 2015 donc son cours doit être divisé par 5 pour comparer (donc avec 1.63 ça fait -54% en corrigeant votre tableau).

En faisant rapidement un excel ou je mets 1000 euros par ligne (14) et en calculant la performance par rapport aux estimés (votre colonne la plus à droite et après correction de Nicox) je passe de 14000 à 14640 soit +4.5% de plus que les estimés.

Ce qui au final nous donne une estimation très proche de la valeur du panier attendu par rapport aux objectifs. Mais si on n’imagine qu’on aurait vendu l’action à proximité de l’estimé, on rate les pépites et la performance de la poche devient très très négative. La stratégie du panier auquel on ne touche pas pendant un temps donné et que j’évoquais plus haut montre bien son intérêt.

Mais ce calcul n’a que peu (aucun) d’intérêt, il faudrait prendre les cours à dates de la "recommandation" et refaire le calcul pour avoir la performance réelle (qui in fine est la plus importante), même si on peut trouver assez remarquable (mais à mon sens très lié à la chance) que l’approximation finale du panier par rapport aux objectifs soit si rapprochée.

Dernière modification par simouss (20/05/2016 11h09)


Portefeuille - Le poker est un jeu passionnant permettant de perdre son argent, son temps et ses amis

Hors ligne

 

#20 20/07/2016 11h53 → Actions de biopharmacie : un suivi des biopharmaceutiques françaises... (biopharma adocia genfit erytch)

Membre
Réputation :   

Medtech (le robot Rosa) vient d’être rachetée avec une prime de 86% sur son cours d’intro, ça fait cher payé (ve/ca  13) mais il faut dire que les ventes de Rosa sont en forte croissance. Du coup je viens d’acheter Stentys, la ve/ca n’est "que" de 5, et la dernière publication il y a quelques jours confirme  que les ventes de stents sont régulièrement en forte croissance (+40% sur le premier semestre 2016).

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech