Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#26 23/08/2016 18h42 → Zglorg [13] : étude de cas immobilier (résidence principale à Marseille) (achat, immobilier, résidentiel)

Membre
Réputation :   70 

Pour les fanas OM c’était pas très loin de la Commanderie non ?


Ericsson…!  Qu'il entre !

En ligne

 

#27 23/08/2016 18h54 → Zglorg [13] : étude de cas immobilier (résidence principale à Marseille) (achat, immobilier, résidentiel)

Membre
Réputation :   

Quand même un peu smile

Hors ligne

 

#28 24/08/2016 09h50 → Zglorg [13] : étude de cas immobilier (résidence principale à Marseille) (achat, immobilier, résidentiel)

Membre
Réputation :   84 

zglorg a écrit :

La maison est construite sans vide sanitaire. en dessous de la rue de 60 cms Sur une pente legere qui descend doucetement vers l’huveaune.

Si il y a un légère pente, elle récupère indirectement l’eau d’eau dessus.
Une option serai de placer une dérivation en amont pour forcer l’eau descendante à faire le tour de la maison.
C’est assez simple à réaliser, mais si le problème est autre (par exemple l’ensemble du terrain est humide), ça ne suffira pas.

Autre question : les gouttières vont où ?
Dans mon ancienne RP, il n’y avait pas de gouttière, donc l’eau allait au pied de la maison.
Le puisard existant était à 3m au Nord de la maison.
Le tout avec une couche d’argile à 1m sous terre qui étanchéifiait le sol.
Donc rapidement humide en hiver!

Hors ligne

 

#29 24/08/2016 12h02 → Zglorg [13] : étude de cas immobilier (résidence principale à Marseille) (achat, immobilier, résidentiel)

Membre
Réputation :   342 

Traiter les remontées capillaires, c’est un vrai casse-tête :
- déjà, il faut être bien sûr du diagnostic "remontées capillaires" : là ça semble être le cas.

- ensuite, il faut comprendre pourquoi… D’où vient l’eau, pourquoi, que peut-on faire pour qu’il y en ait moins…

- selon les cas, on peut déjà commencer pour qu’il y ait moins d’eau au pied du mur, avec parfois des solutions simples et pas trop coûteuses, comme le suggère gunday, et notamment :
- vérifier que les chéneaux sont en bon état, sinon les réparer ou les remplacer
- idem avec les tuyaux de descente
- s’assurer que les tuyaux de descente sont suffisamment longs et évacuent l’eau suffisamment loin (et de façon autorisée, ne pas mettre l’eau de pluie avec les eaux usées par exemple sauf si c’est expressément accepté sur cette commune).
- parfois, on peut procéder avec un simple caniveau de surface, qui recueille l’eau de pluie et l’envoie plus loin. Par exemple, si une surface type terrasse recueille l’eau de pluie et l’envoie ensuite au pied d’un mur, on peut y placer un caniveau pour recueillir l’eau et l’envoyer plus loin. C’est une sorte de cheneau au ras-du-sol ou de drain de surface, si vous voyez ce que je veux dire.

Enfin, quand on veut vraiment empêcher la remontée capillaire :
- Zglorg, vous évoquez le fait de découvrir une partie du mur pour drainer et étanchéifier. C’est assez casse-gueule car ça peut faire bouger le mur (lézarde…) surtout si les fondations sont peu profondes. D’après ce que vous évoquez, la partie étanchéification est entre le mur et l’extérieur, et non pas entre le mur et le dessous (difficile d’aller sous les fondations) ; or cela pourrait être inefficace, par exemple si la nappe phréatique est très haute, car cette solution traite plutôt l’eau de pluie, de ruissellement. Là, les murs sont humides, après 3 mois de sécheresse, alors que la maison est à proximité d’un fleuve et en zone potentiellement inondable ; il est assez probable que l’humidité ne vient pas de l’eau de pluie…
- l’autre solution assez efficace, c’est l’injection de produits chimiques étanchéifiants. Mais, non seulement on n’est pas sûr que ça soit efficace à 100 % (ça dépend de la qualité de l’application), mais on ne sait pas non plus comment va réagir un mur ancien, "habitué" à être humide, quand on l’assèche. Il peut se lézarder ou se fragiliser.

Bref :
- ça nécessite une expertise au cas par cas, par un expert à la fois bon et indépendant (pas le vendeur d’une solution technique)
- dans le cas de cette maison, vous avez probablement raison de renoncer.

Dernière modification par Bernard2K (24/08/2016 12h16)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech