Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#426 30/01/2017 23h25 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   11 

Bonjour à tous;

Personnellement, quand j’entends Monsieur Trump s’exprimer, je me sens très loin de lui. Pour ceux qui pensent que la politique de Trump va créer de la valeur, je dirai que pour moi ça ne peut pas être le cas à moyen terme et long terme. Je suis de ceux qui pensent que l’économie s’enrichit grâce aux échanges et aux négociations. Les premières mesures de Trump sur la sortie de plus ou moins tous les traités et la construction médiatique d’un mur avec le Mexique ne me paraient pas être d’une nature à créer de la valeur.

Mais ce que je voudrais dire aussi c’est que je souhaite me tromper (je vais le répéter).

Mon analyse n’est pas du type passionnel. Je ne trouve pas que les troubles provoqués actuellement ne soient du même type que ceux contre les républicains en général. Le nombre de diplomates remerciés ou licenciés paraît excessif. La mesure brutale et vexatoire sur 7 pays musulmans crée des troubles dans la silicone valley et je ne suis pas sûr qu’elle n’avantage pas certains pays autres que les USA.

La bourse a anticipé une hausse avec l’investiture. Est-ce que cela peut vraiment durer avec les mesures prises. L’arrêt du commerce avec le Mexique et le Canada et les attaques frontales contre l’Europe sont elles de nature à créer de la valeur . Une alliance avec la Russie et une sortie de l’OTAN va-t-elle sécuriser l’est de l’Europe et créer de la valeur ?

J’ai l’habitude de dire qu’on fait des affaires quand on est en confiance. Est-ce que l’Europe et même le Royaume-Uni peuvent ils faire confiance aux décisions de Trump ? Les tweets de Monsieur Trump auquel je suis abonné ne me donnent pas l’impression de quelqu’un de stable.

Je souhaite me tromper mais je suis en écoute permanente sur les décisions outre atlantique et elles me semblent trop rapides et excessives.

On peut vouloir faire changer et protéger davantage l’Amérique quand on est président des US. Mais faut-il le faire aussi vite et dans des conditions pareilles ? Qui va négocier avec le Royaume-Uni ? l’Europe ? la Chine ? la Russie ? les états comme la Californie ? Des accords ne se font pas par décrets et réclament du temps et de la confiance.

Ce démarrage de présidence ressemble plus à une cacophonie qu’à une série de mesures bien maitrisées et concordantes vers un objectif conservateur.

Quand on conduit un grand et beau navire comme les États unis, je pense qu’il faut éviter de se prendre à la tête d’un hors-bord. Ce n’est que mon avis et je souhaite me tromper.

Enfin le changement d’un monde d’aujourd’hui pour retourner vers un monde qui n’existe plus me parait porter en lui-même sa propre contradiction.

Bonne soirée à tous et si mes propos vous paraissent inadaptés, n’hésitez pas à me le faire remarquer;


Embrassez tous ceux que vous aimez

Hors ligne

 

#427 31/01/2017 00h05 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   

bibike a écrit :

La Bourse avait aussi anticipé le non au Brexit… Même si la fin du monde n’est pas arrivée, maintenant je me méfie du pouvoir d’anticipation de la Bourse personnellement.
 ?

Bonsoir Bibike ,

j’ai du mal à suivre votre raisonnement concernant la réaction au Brexit ; car là aussi "on" nous prédisait les 10 plaies d’Egypte pour UK ; je vous invite à regarder la courbe du FTSE100  .

Pensez vous que les médias représentent la "foule" ? j’ai un doute ..
Concernant la pensée unique  des médias ; personnellement il y a bien longtemps que je la lis d’un oeil amusé … est-ce vraiment être à contre courant ?
Tout ceci n’engage que moi bien entendu .. et on s’égare du sujet ; revenons à "casque d’or" et les US
Bonne soirée à tous

Hors ligne

 

#428 31/01/2017 01h58 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   121 

La politique de trump est probablement plutôt mauvaise pour les exportateurs à bas prix st plutôt bonne pour l’américain pauvre qui cherche un emploi (donc paradoxalement bonne pour les noirs et latinos). Tout comme la mondialisation exacerbée à détruit des industries et des classes sociales en occident, elle a sorti des millions de la pauvreté en Asie. C’est le système. Trump roule pour les Usa et pas pour le monde.

Il y a une certaine déstabilisation dû à son style unique et populiste, et discriminatoire sur le dernier décret, mais le monde s’y fera.

Petite anecdote : Il y a un an, une proche a la peau on va dire colorée voyageait d’un pays lointain et pauvre vers notre belle Europe, avec escale à Dubai. Le premier jour, au départ, la compagnie refuse de la prendre. Motif; le pays européen (de gauche, peace and love etc) veut des documents. Bon on s’arrange fournit beaucoup de choses non requises normalement. Deuxième jour, arrivée a l’aéroport avec tout un dossier non requis; idem refus. Discussions pendant 2 heures, envois de documents scannés en urgence par email, et finalement acceptée dans le vol. Arrivée à Dubai dans un pays sans aucune attache, sans ressources, malgré papiers en règle, détention et sur la liste pour être renvoyée car notre beau pays européen, envoie une missive "rejettez cette personne" (il nous fut confirmé que l’ordre vient de notre pays européen). Donc une jeune personne passe la nuit dans une pièce à futurs renvoyés. Correspondance ratée. Bon, au final, on re contacte le pays de destination, le service d’immigration, après nous avoir accusé de passer des clandestins (ce pays était pourtant sur la liste des pays sans visas) la personne peut venir si elle a 1000 euros en liquide sur elle pour prouver des ressources. Western union, réglé, arrivée chez nous.

Je suis tout autant choqué par le trump ban, que par le fait que l’on ignore que cela se passe tous les jours en Europe dans nos belles démocraties sans que cela ne choque nos medias et nos Hollandes et Merkels. (je doute bien que c’est pareil pour rentrer dans bien des pays asiatiques).

Cela me fait penser au syndrome de l’enfant refugié mort sur une plage. Il ya des souffrances invisibles et puis des fois les medias en mettent une en photo et c’est parti. En choisissant quand et ou on prend ses photos, on peut ainsi choisir les gentils et les méchants.

Hors ligne

 

#429 02/02/2017 16h53 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   303 

Voici un article intéressant que je souhaite partager avec vous sur cette file intitulée
"Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis"

Donald the Unready, par Paul Krugman JAN. 20, 2017
Titre de l’article en français : "Donald celui qui n’est pas prêt"… à présider les Etats Unis…

N.Y. Times Paul Krugman a écrit :

Betsy DeVos, que Donald Trump a nommé secrétaire de l’éducation, ne connaît pas les termes de l’éducation de base, ne connaît pas les lois fédérales qui régissent "l’éducation spécialisée", mais pense que les responsables scolaires devraient porter des armes à feu pour se défendre contre les grizzlis.

Monica Crowley, choisie comme conseillère adjointe de la sécurité nationale, s’est retirée après avoir révélé qu’une grande partie de ses écrits passés étaient plagiés. Beaucoup d’autres postes de sécurité nationale restent vacants et on ne sait pas combien de documents d’information préparés par l’administration sortante ont été lus.

Pendant ce temps,Rex Tillerson, choisi comme secrétaire d’État, a déclaré que l’Amérique bloquerait l’accès des Chinois aux bases de la mer de Chine méridionale, apparemment inconscient qu’il menaçait réellement d’aller à la guerre si la Chine "reagissait à" son bluff.

Voyez-vous un modèle ici?

La suite de l’article est également intéressante.

Beaucoup d’électeurs Trump ont certainement pensé qu’ils choisissaient un homme d’affaires intelligent qui allait faire le job .
Et ceux qui pouvaient espérer que,une fois le président élu, son ego finalement séduit, il se déciderait à diriger le pays - ou du moins à déléguer l’ennuyeuse affaire de gouverner l’Amérique à des gens réellement capables de faire le travail.

Mais ce n’est pas le cas. M. Trump … /… s’entoure de gens qui partagent plusieurs de ses défauts - peut-être parce qu’ils sont le genre de personnes avec qui il est à l’aise.

Par ailleurs, président d’Iran a lui aussi son opinion. Iranian president calls Trump ’novice in politics’

Malgré toutes ces nouvelles le marché se comporte comme si de rien n’était…
encore une hausse ce matin le Dow Jones Industrial Average  (INDU) ets a 19910 pts en hausse de 0.10%

Dernière modification par Miguel (02/02/2017 17h09)


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.1, 2, 3

Hors ligne

 

#430 02/02/2017 17h10 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   256 

Autres articles sur Le Huffington Post :
Donald Trump sera destitué, mais quand?

Le Huffington Post a écrit :

Etant donné le danger qu’il représente pour la république et pour le parti républicain, la destitution de Donald Trump n’est qu’une question de temps. La question est de savoir quelles catastrophes l’Amérique devra surmonter d’ici là.

Exemple de catastrophe :
La première opération militaire de Donald Trump a tué un soldat américain et plusieurs civils au Yémen

Le Huffington Post a écrit :

Un soldat américain mort, et plusieurs civils tués dont des enfants. La première opération militaire importante autorisée par le président Donald Trump, un raid commando contre Al-Qaïda au Yémen, a mal tourné et provoqué plusieurs victimes.


Dif tor heh smusma

En ligne

 

#431 02/02/2017 17h15 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   45 

Le raid militaire avait été préparé sous Obama, Et je pense qu’à leur niveau ils ne font qu’avaliser ce que les conseillers militaires leur suggère.

Hors ligne

 

#432 02/02/2017 17h40 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   256 

Le raid était la première opération militaire importante autorisée par le nouveau président américain.

Le Huffington Post a écrit :

Des victimes civiles qui font le jeu d’Al-Qaïda

Dans son rapport publié jeudi sur l’expansion d’Al-Qaïda au Yémen, l’International Crisis Group (ICG) a noté que l’opération a tué "de nombreux civils, dont au moins 10 femmes et enfants", ainsi que des hommes de tribus locales. Pour l’organisation indépendante qui analyse les conflits à travers le monde cela "ne présage rien de bon" dans les efforts pour "contrer intelligemment et efficacement Al-Qaïda", car ces victimes civiles font le jeu d’Al-Qaïda qui affirme "défendre les musulmans contre l’Occident".

Le raid a eu lieu un peu plus d’une semaine après la prise de fonction de Donald Trump. Il était la première opération militaire importante autorisée par le nouveau président américain, qui a promis d’intensifier la lutte contre le "radicalisme islamique".


Dif tor heh smusma

En ligne

 

#433 02/02/2017 18h17 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   153 

Miguel, l’article de Krugman est pas mal, mais il ne parle pas du plus gros problème selon moi. Le Conseiller Special Du Prince Orange est Steve Bannon, un homme que David Duke, le chef du KKK avait dit admirer mais trouvait un peu extreme ! C’est l’ex CEO de Breibart News, un site alt-right qui se spécialise dans les thèses complotistes.

Le dit Bannon s’est attribué une place permanente au NSC tout en excluant les pros (chefs des services de renseignement et JSC) qui interviendront qu’au besoin. C’est du jamais vu, les politiques n’ont au plus qu’un rôle d’observateur au NSC normalement.

Hors ligne

 

#434 02/02/2017 19h21 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   193 

Bonsoir,

Il me semble que tout ce qui est écrit dans les médias notoirement hostiles au président Trump, tels le NY Times, le Washington Post ou le Huffington Post, doit être considéré à tout le moins avec circonspection. De façon générale, ceux qui incitent à manifester et à contester la légitimité du président élu jouent un jeu dangereux ; ces mouvements de foule sont à peu près aussi spontanés que ceux qui agitèrent la place Maïdan de Kiev et ils peuvent avoir des conséquences tragiques dans un pays dont la population est en armes et qui a de surcroît connu une terrible guerre civile il y a 150 ans.
Ceux qui contestent la légitimité de Trump sont à peu près aussi inconséquents que leurs ancêtres refusant de reconnaître le président Lincoln après les élections de 1860. Il me semble qu’il faut garder à l’esprit que la guerre de sécession a été la conséquence directe des élections de 1860.

Sur ce fameux décret anti-immigration, il est en effet inepte : d’une part, les terroristes ayant frappé sur le sol américain ne venaient pas des pays visés par le décret ; d’autre part, on se demande pourquoi il exclut l’Arabie Saoudite et le Qatar, fourriers du terrorisme international ; en revanche, il inclut l’Iran qui joue pourtant un rôle décisif dans le combat contre daesch. Pour inepte qu’il soit, il fera moins de mal à ces pays que les centaines de bombes que leur a larguées Obama, pas moins de 70 bombes/jours rien que pour l’année 2016. Sur le fond, ces dispositions ne vont pas gêner beaucoup de monde : qui peut croire que de nombreux yéménites, somaliens ou soudanais envisageaient un voyage aux USA ?

Sur le cas particulier du Yémen, cela fait maintenant des années que les forces armées saoudiennes de ce maudit régime wahabitte martyrisent les populations yéménites de confession chiite, cela dans la totale indifférence des médias, le choeur des pleureuses d’Alep (Raphaël Glucksmann et autres) étant ici inaudible. J’observe que les américains s’en sont pris cette fois à Al Qaïda, que les bombardements saoudiens avaient jusqu’ici épargné. Bizarrement, les médias évoquent des effets collatéraux alors qu’ils étaient jusqu’ici muets sur les crimes commis contre les populations civiles du Yémen.

Dernière modification par stokes (02/02/2017 19h22)

Hors ligne

 

#435 02/02/2017 20h05 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Modérateur
Réputation :   1314 

@stokes : Vous écrivez "Sur le fond, ces dispositions ne vont pas gêner beaucoup de monde : qui peut croire que de nombreux yéménites, somaliens ou soudanais envisageaient un voyage aux USA ?" :
Vous devriez quand même croire toutes les personnes qui ont des visas en règle, et/ou des cartes vertes ou/et qui résident déjà aux USA, qui étaient hors des USA, et, parce qu’ils ont une double nationalité ou sont nés dans un de ces pays, se sont vus interdire l’entrée aux USA depuis que ce décret présidentiel a été signé. Même des media très orientés n’auraient pas pu les inventer (il y a même un multiple champion olympique d’athlétisme dans le lot).
Ce décret est un exemple de mesure prise à l’emporte-pièce par un décideur qui ne semble avoir compris (ou même identifié) ni les conséquences de son acte, ni son inefficacité à l’égard du but annoncé (sauf si c’était juste de faire plaisir à une frange de son électorat, qui a peut-être un niveau de compréhension similaire de la problématique). 
On peut craindre que cet exemple, qui ne semble pas une exception, ne soit représentatif d’autres actions à venir (et pouvant avoir un impact économique) . Vouloir le nier n’est pas une preuve de perspicacité.

En ce qui concerne ceux qui protestent contre de telles décisions, je ne pense pas qu’une attitude à la Ponce-Pilate soit préférable. Pas plus que comparer la situation actuelle aux USA avec celle de l’Ukraine (pas tout à fait la même tradition démocratique, à minima), ou celle des USA en 1860, ne me semble très responsable.

Par ailleurs, comme modérateur, je vous rappelle que le titre de cette  message évoque la situation économique des USA (rien dans votre message n’est "économique", même de très loin), et vous recommande de vous en tenir aux valeurs de la communauté.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#436 02/02/2017 23h12 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   303 

Gaspode a écrit :

Miguel, l’article de Krugman est pas mal, mais il ne parle pas du plus gros problème selon moi. Le Conseiller Special Du Prince Orange est Steve Bannon, un homme que David Duke, le chef du KKK avait dit admirer mais trouvait un peu extreme ! C’est l’ex CEO de Breibart News, un site alt-right qui se spécialise dans les thèses complotistes.
…/…

Dem offers bill to remove Bannon from National Security Council

A Democratic lawmaker introduced legislation on Wednesday that if passed would kick President Trump’s top political adviser, Stephen Bannon, off the National Security Council.

Dernière modification par Miguel (02/02/2017 23h17)


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.1, 2, 3

Hors ligne

 

#437 03/02/2017 23h04 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   193 

GoodbyLenine a écrit :

Par ailleurs, comme modérateur, je vous rappelle que le titre de cette  message évoque la situation économique des USA (rien dans votre message n’est "économique", même de très loin), et vous recommande de vous en tenir aux valeurs de la communauté.

Puisque vous voulez de l’économie voici une analyse intéressante d’Oddo, un peu plus nuancée que tout ce que l’on peut lire dans Le Monde ou le Washnington Post :

"Oddo" a écrit :

Le 45ème président des États-Unis fait l’actualité. Non seulement car il est le chef de l’Etat le plus puissant de la planète mais aussi parce que son style rompt complètement avec celui de ses prédécesseurs. C’est vrai sur le plan diplomatique, c’est vrai aussi sur le plan économique. Dans le pays du laissez-faire, voilà un Président qui, à coups de tweets vengeurs, menace et montre du doigt, telle ou telle entreprise parce qu’elle a délocalisé (l’industrie automobile) ou pratiqué des tarifs abusifs (Boeing). Alors que les États-Unis sont l’architecte de l’ordre financier mondial, qu’ils ont encouragé le commerce, qu’ils ont été à l’origine de l’organisation mondiale du commerce (OMC), qu’ils ont orchestré la mondialisation, ils sont, sous la houlette de Donald Trump, sur le point de faire un virage à 180°. Fini le libre-échange, voilà le temps des barrières douanières et des accords bilatéraux.

Le monde des affaires ne sait pas très bien comment appréhender cet OVNI qu’est Donald Trump. On peut saluer le pragmatique, l’homme qui a promis de simplifier la vie des entreprises, de leur dérouler le tapis rouge à la place du ruban rouge (« red tape », la paperasserie administrative) et qui adoptera une politique budgétaire à faire pâlir d’envie les keynésiens les plus convaincus. Dans cette optique, il ne faut pas prendre le programme de Trump au pied de la lettre. Le mur entre le Mexique et les États-Unis ne sera jamais construit. D’ailleurs, comme le dit l’ancien conseiller de G.W. Bush, on ne va pas construire un mur au milieu du Rio Grande, le fleuve qui sépare les États-Unis et le Mexique sur 1480 km. L’agressivité de Trump n’est qu’une tactique de deal-maker. On prend la contrepartie à la gorge pour se mettre en position de force avant de négocier. Et de toute façon, le système de « checks & balances », les contrôles et contre-pouvoirs américains, est suffisamment puissant pour empêcher le Président de faire n’importe quoi.

C’est cette version de Trump, le deal-maker, aux manières certes brutales, mais efficaces, que les investisseurs ont choisi de jouer au lendemain de son élection. La baisse des impôts, la fin du « red tape », la relance des dépenses d’infrastructure, favorisent ce que l’on a appelé la « reflation  Trump ». Celle-ci se traduit par la hausse de la bourse, notamment les valeurs industrielles et bancaires, le retour d’une certaine inflation et corollaire, la hausse des taux et le renforcement du dollar.

Mais il existe un autre Trump, nettement plus obscur, personnalisé par son conseiller politique, Steve Bannon. L’ordre du jour n‘est plus la coopération multinationale mais la lutte contre la menace islamique, au nom des valeurs judéo-chrétiennes. L’Amérique n’est plus entourée d’alliés ou de partenaires, mais de pays plus ou moins hostiles qui profitent de sa générosité à coups de pratiques déloyales ou de dumping monétaire (la Chine, le Mexique ou même l’Allemagne, la liste n’est sans doute pas close). Dans cette optique, l’échange, loin d’être un bénéfice mutuel, n’est plus qu’un jeu à somme nulle où il convient d’imposer sa force à l’autre. Ce Trump, qui coupe brutalement les flux migratoires, au risque de nuire à la croissance du secteur technologique, fait peur. Les hésitations de Wall Street, perceptibles depuis quelques semaines, sont le reflet des inquiétudes des investisseurs et des milieux d’affaires : et si Trump avait vraiment l’intention de faire ce qu’il a annoncé ? 

Nous ne savons pas aujourd’hui qui est le Trump installé à la Maison Blanche : le deal-maker brutal mais pragmatique ou l’idéologue fascinant ? Une chose est sûre : le programme économique de Trump est truffé d’incohérences. Un exemple parmi d’autres : on ne peut pas à la fois souhaiter une remontée des taux de la Fed, augmenter les droits de douane et se plaindre de l’appréciation du dollar. Sur le plan économique, Trump a tendance à vouloir mettre des carrés dans des ronds. On sait qu’in fine, cela ne sera pas possible et que la cohérence économique s’imposera. De quelle manière, c’est toute la question.

Nous serions tentés de reprendre à notre compte l’analyse qui a été faite par l’économiste Bradford DeLong au sujet de Trump. Celui-ci, dit-il peut-être au choix :

Ronald Reagan, un président pragmatique et qui a su abandonner une partie de sa rhétorique initiale pour s’adapter aux réalités du moment ;

Arnold Schwarzenegger. Terminator, devenu Gouverneur de Californie n’a absolument rien fait de son mandat et a consciencieusement évité de régler les défis qui se posaient à la Californie ; 

Silvio Berlusconi. Le « Cavaliere » a profité de sa présidence pour arranger ses affaires personnelles,  éviter les procès en tout genre, enrichir sa famille et ses amis. Les dix ans de présidence « bunga-bunga » n’ont pas fait du bien à l’Italie ;

Dernière possibilité selon DeLong : Mussolini. Nul doute que le nouveau président américain partage avec le dictateur italien, un ego démesuré, un manque d’enthousiasme pour les procédures démocratiques et une vision du monde pas totalement empreinte de compassion pour son prochain. Néanmoins, il faut restituer le contexte. Qu’il s’agisse de l’Italie, l’Allemagne, ou la Russie,  les régimes totalitaires ont pris racine dans des pays bouleversés par des crises majeures, la 1ère guerre mondiale et la crise de 29. L’Amérique ne va peut-être pas aussi bien qu’on pourrait le souhaiter mais elle dispose d’un niveau de vie encore exceptionnel, n’est pas loin du plein emploi et dispose d’institutions solides.

Pour l’instant, les investisseurs – et nous avec – optent plutôt pour l’hypothèse Reagan / Schwarzenegger. C’est ce qui semble le plus raisonnable. L’hypothèse sous-jacente est que Trump est un pragmatique qui se pliera au monde réel. Pour l’instant, nous nous laissons porter par la dynamique macro et micro-économique qui reste bonne en ce début d’année. Le Financial Times et The Economist, ont une vision beaucoup plus négative. Ils considèrent que Trump représente un péril pour la démocratie et l’ordre économique mondial.

Nous laisserons le mot de la fin à Tocqueville, qui dans la Démocratie en Amérique disait « ce qui est étonnant avec les États-Unis, ce n’est pas la médiocrité de leurs hommes politiques, mais c’est que malgré cette médiocrité, le pays arrive à de tels résultats. »

Hors ligne

 

#438 04/02/2017 02h52 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Modérateur
Réputation :   1314 

Ça serait encore mieux de citer la source précise :newsbanqueprivee.oddo.fr/#UpdateArticle/1580 (qui comporte qqs infos en plus : date, auteur)


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#439 04/02/2017 23h02 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   303 


Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis


https://www.devenir-rentier.fr/uploads/3097_screenshot_2017-02-04_115141.png

There’s risk that Washington’s plan to give Corporate America a big tax break could backfire and create a fat tax on consumers.

That’s because the key way the House Republicans would pay for the cut in the corporate tax rate from 35 percent to 20 percent depends on a controversial border-adjusted tax, which in turn relies on a sharply rising dollar. The proposal would tax all imports into the U.S. at the corporate tax rate of 20 percent, and would exempt exports from any taxes at all.

Critics say it could create a jump in prices for everything from gasoline to TVs and blue jeans. Supporters say it could create jobs in America, and companies like exporters Dow Chemical have been talking positively about the tax.

La réduction du taux d’imposition des sociétés de 35 pour cent à 20 pour cent va dépendre d’une taxe controversée ajustée à la frontière, qui s’appuie à son tour sur une forte hausse du dollar. La proposition taxerait toutes les importations aux États-Unis au taux d’imposition des sociétés de 20 p. 100 et exempterait les exportations de tout impôt.

Les critiques disent que cela pourrait créerune augmentations des prix pour tout, de l’essence, aux téléviseurs et aux blue jeans.
Les partisans disent que cela pourrait créer des emplois aux USA, et les entreprises  exportatrices, dont Dow Chemical DOW sont positifs au sujet de la taxe.

L’article complet est Washington’s plan to give Corporate America a big tax break could backfire and create a fat tax on consumers et présente deux video.

A border adjusted tax: Un aticle datant du 10 Janvier 2017 qui fait référence a cette fameuse taxe
"The border adjustability tax " a laquelle la grande distibutions est opposée car une majorité des produits vendus par les grands magasins sont importés.

WMT, Wal-mart $66.50 a la clôture le 3 Février.

Approche intéressante WMT Stock: Is Wal-Mart Stores Inc Still Worth Owning? -- Cela vaut il encore la peine de conserver Wal-mart.

Jing Pan, B.Sc, MA a écrit :

…/…The Bottom Line on WMT Stock
Walmart usually reviews its dividend policy at the end of its fiscal year. The company’s fiscal 2017 is coming to an end, and with solid performance in recent quarters, I wouldn’t be surprised if it announces another dividend increase along with its fourth-quarter earnings report in February.

If that turns out to be the case, it would be Walmart’s 44th consecutive dividend hike. Income investors seeking a dividend growth opportunity should take a serious look at WMT stock.

Ford’s stock jumps as Trump border tax plan turns Barclays bullish

Tomi Kilgore a écrit :

Shares of Ford Motor Co. surged Friday, after Barclays turned bullish on the auto maker on the view that the potential benefit of President Trump’s border tax plan hasn’t been fully priced in yet.

Analyst Brian Johnson upgraded Ford to overweight from equal weight, and raised his stock price target to $15, which is 19% above current levels, from $13.

Autres informations,

Top strategist Tom Lee says bank stock rally on Trump only halfway through

Tom Lee a écrit :

The rally in bank stocks is only halfway through, according to top wall street strategist Tom Lee, who told clients Friday to be "steady buyers" of the shares.

"We see tail winds building for the sector — higher interest rates/inflation, deregulation, pro-growth policy — all add upside to EPS and multiples," wrote Lee, who’s head of research at Fundstrat Global Advisors, in a note to clients Friday.

Bank stocks were underperforming the market until Friday when news broke that President Donald Trump will sign two executive orders aimed at reversing the "overarching" banking rules that were put in place after the financial crisis in 2008.

Les banques amréricaine devraient bien performer si l’on veut bien croire en cet article.
BACcours actuel,  BAC cours de Vendredi 3 Février en hausse de 2.51%

Homeland Security suspends actions associated with Trump’s travel ban; ’standard policy’ now in effect

Brian Snyder Reuters a écrit :

A Seattle federal judge on Friday put a nationwide block on U.S. President Donald Trump’s week-old executive order that had temporarily barred refugees and nationals from seven countries from entering the United States.

The judge’s temporary restraining order represents a major setback for Trump’s action, though the White House said late Friday that it believed the ban to be "lawful and appropriate" and that the U.S. Department of Justice would file an emergency appeal.

As a result of the ruling, the Department of Homeland Security suspended its enforcement of the ban, announcing on Saturday that "standard policy and procedures" were now in effect.

À la suite de cette décision, Ce matin, Samedi, le ministère de la Sécurité intérieure a suspendu l’application de l’interdiction, annonçant samedi que la «politique et les procédures standard» étaient maintenant en vigueur.
Donc plus de Muslim Ban …

et l’indice Dow Jones Industriel Average (INDU)
20,071.46+186.55 (+0.94%)
at Fri, Feb 3, 2017, 4:37PM EST - U.S. Markets

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/3097_screenshot_2017-02-04_133444.png

Suite a toutes ces nouvelles … comment vont réagir les marchés?


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.1, 2, 3

Hors ligne

 

#440 10/02/2017 17h31 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   63 

La visite d’état du Premier ministre japonais Abe va être intéressante à suivre. Nous allons enfin voir comment Trump gère ses "deals". En tous cas, Abe fait preuve de pragmatisme et d’intelligence malgré les propos durs de Trump à l’égard du Japon.

Donald Trump reçoit Shinzo Abe pour tisser des liens personnels - Le Point

Hors ligne

 

#441 10/02/2017 18h11 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   101 

Bonsoir !

Les USA (de Trump) ont besoin du Japon, notamment pour contrer la Chine.
Le Japon a besoin des USA, notamment sur le plan militaire.
Tout va dans le sens d’une bonne entente entre ces deux pays.


M07

Hors ligne

 

#442 12/02/2017 17h49 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   239 

La réforme fiscale sera une des priorités de la présidence Trump et des Républicains, qui disposent actuellement de la majorité des voix dans les deux chambres.

Si on doit rester factuel, on ne dispose actuellement que de peu d’éléments tangibles sur ce que contiendra cette réforme. Ceci dit, la tendance générale est esquissée dans le programme du parti Républicain et dans les propositions du candidat Trump.

Un des aspects techniques qui concernera beaucoup de monde sur ce forum tient :
1/ à la réforme, en clair la suppression, de la déductibilité des intérêts (ce qui aura un impact sur la façon dont les entreprises structureront leur capital ; quid des entités pass-through, comme les REITs?)
2/ du possible alignement de la fiscalité des dividendes et des intérêts
3/ de la possible introduction d’une withholding tax de 30% (au lieu de 15%) qui concernerait à la fois les dividendes et les intérêts.

Voici un extrait du numéro de Janvier du « Journal of Accountancy » :

"Journal of Accountancy" a écrit :

The Hatch Plan, as reported, would allow a deduction for all dividends, limited by the amount that is subject
to full taxation. The limitation denies a deduction for dividends paid out of preference income or foreign- source income that has been sheltered by foreign tax credits. A withholding tax of 30% would be imposed
on the deductible dividend.
The withholding tax would be included in the income of a dividend recipient and would be a nonrefundable credit for U.S. taxpayers. The credit would not be refundable for foreign taxpayers and exempt organizations. Thus, it would be a final tax for those entities.
To equate the tax treatment of dividends and interest, a 30% withholding tax would be imposed on interest payments. The interest withholding tax would be treated the same way as the dividend withholding tax, thus ensuring at least one level of tax on interest income.

Ce dernier point est potentiellement explosif pour des non-résidents US car il n’est pas certain du tout que cette taxe soit compensée en intégralité par un crédit d’impôt. Au jour d’aujourd’hui, il est déjà peu intéressant pour un résident fiscal français d’investir dans l’optique d’une rente en dividendes par exemple dans une entreprise allemande ou suisse du fait d’une fraction non-récupérable (ou difficilement récupérable) du prélèvement à la source.

Si les USA devaient s’ajouter à la liste, il y aurait de moins en moins d’entreprises attractives dans cette optique d’investissement basée sur des titres vifs. Et basculer sur une stratégie obligataire en direct ne serait plus une option non plus.

Pour l’instant rien n’est acté. Je propose de recenser à l’avenir les avancées législatives sur ce sujet, en se basant uniquement sur des sources solides.

Hors ligne

 

#443 12/02/2017 19h33 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Modérateur
Réputation :   1314 

Pour un résident fiscal en France, il me semble que le fait que "The credit would not be refundable for foreign taxpayers and exempt organizations." ne conduit pas à "Thus, it would be a final tax for those entities.", tant que la convention fiscale actuellement en vigueur n’est pas amendée : le prélèvement à la source au USA est compensé par un crédit d’impôt en France (et le revenu mobilier est bien entendu imposé en France). Voir par exemple Détail de la fiscalité d’un dividende étranger - Newsletter de l’investisseur heureux

J’imagine (même si c’est à vérifier pays par pays) que c’est souvent similaire pour un résident fiscal d’un autre pays, par exemple du Luxembourg.

Ceci dit, ça ne dispense pas de rester informé des évolutions potentielles de la fiscalité US.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#444 14/02/2017 20h38 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   193 

Nous avons appris avant-hier la démission du général Flynn, conseiller à la sécurité nationale, accusé par les agences de renseignement d’avoir eu des "contacts inappropriés" avec la Russie. Le président Trump a finalement choisi d’accepter cette démission, cédant ainsi aux agences de renseignement et à la presse libérale qui n’ont pourtant eu de cesse de vouloir entraver son action.

On verra bien ce que l’avenir réserve, mais cette démission est clairement un succès du camp "néo-conservateur" partisan de la continuation de la guerre froide. Flynn parti, on peut se demander ce qu’il restera des velléités de réchauffement des relations avec la Russie. Le président Trump s’est privé de l’un de ses conseillers les plus loyaux, qui le soutenait depuis son entrée en campagne.

Hors ligne

 

#445 14/02/2017 21h20 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   54 

Trump n’est pas du genre à céder. S’il a accepté de se séparer de son conseiller, c’est que les agences de renseignement lui ont apporté les preuves suffisantes…tout simplement. L’autre hypothèse pourrait éventuellement être des négociations avec le camp républicain du type "vous vous séparez de votre conseiller, et en échange on vous appuie pour telle nomination ou telle réforme".

Hors ligne

 

#446 15/02/2017 02h18 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   63 

Oui, c’est assez étonnant. Peut-être qu’il ne s’entendait pas tout bêtement avec lui, et qu’il se sont engueulés. Bref, juste une question de personne et non de politique.

Ça serait inquiétant que les néocons (sic, c’est le terme en vigueur) soient de retour alors que Trump a fait campagne contre cette idéologie. S’il pouvait le remplacer par Kissinger - qui serait déjà son conseiller dans l’ombre - ça serait une bonne nouvelle.

Dernière modification par Vibe (15/02/2017 02h20)

Hors ligne

 

#447 15/02/2017 09h43 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   153 

Ce n’est pas une victoire des neocons ni une conspiration libérale.

Le fait que Flynn ait été en communication avec les Russes avant l’élection  est une claire violation du Logan Act (1799) une loi très importante, qui interdit toute diplomatie parallèle. De plus, en fonction de ce qui a été discuté, il y a possible trahison. Le plus inquiétant est que certaines sources insistent, d’une  part que Trump était au courant, d’autres part que d’autres collaborateurs de la Maison Blanche étaient aussi en relation avec les Russes.

Dan Rather a dit que si l’une ou l’autre hypothèse était vraie, c’était plus gros que le Watergate.

Hors ligne

 

#448 15/02/2017 14h29 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   63 

Donc ce que vous dites semble conforter le fait que Trump ne changera pas de politique étrangère, et a juste fait "sauter un fusible".

Hors ligne

 

#449 20/02/2017 12h55 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   130 

zeb a écrit :

Bonsoir,

Des quelques discussions que j’ai eu avec quelques un de mes collègues (New York, Texas et Californie), il en ressort qu’ils en ont plus que plein le c.. de la mondialisation, de ses effets sur les "Work Force Reduction", les délocalisations de tous ces jobs en Inde, aux Philippines, en Malaisie, au Costa Rica ou encore en Argentine.
Ils n’en peuvent plus de voir leurs proches qui ont perdu leur job se retrouver en situation de précarité et même de pauvreté.

Je pense que ce phénomène de mondialisation et donc d’appauvrissement de certaines classes sociales est le phénomène majeur qui a conduit à cette élection.

Une étude qui illustre ce "sentiment" de certaines classes sociales, que je décrivais il y a quelques semaines.

Le graphique qui explique la tentation protectionniste

A+
Zeb

Hors ligne

 

#450 20/02/2017 14h04 → Situation économique des Etats-Unis et avenir des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   153 

@zeb, tout à fait, et encore en ne montrant que les pourcentages et pas la valeur ce graphique sous-estime cet effet.

En gros, les très pauvres (tiers monde, Asie) le sont maintenant un tout petit peu moins, les + riches (dont nous rentiers captant les profits du capital) le sont beaucoup plus, et tous les autres, la majorité de la population de pays développés  se sont appauvris.

Un autre indicateur, l’indice de Gini, qui n’avait cessé de baisser depuis 45 en France jusqu’à 0.283 en 1990 remonte fortement depuis d’une façon constante (>0.295 aujourd’hui). Et la mondialisation a eu un impact moindre ici qu’ailleurs à cause de notre protection sociale. Un changement de 0.01 de cet indice est très significatif.

les anglos saxons avaient commencé dès 1980 (Reagan/Thatcher) et chez eux l’impact a été encore plus fort :

» 0220 Les inégalités de revenus aux USA (1/3)

Sur le lien cité, voir notament le graphique sur l’évolution de la part du P99 !
Le site est parfois peu fiable, mais ces données sont conformes à d’autres sources

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech