Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Si ce message s'affiche, le changement de serveur qui a eu lieu mercredi 14 avril au matin a réussi !

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Sondage 

Résultat du sondage :

Encore un krach sur les marchés actions…


L'occasion de renforcer sur les valeurs de qualité

64% - 983
J'attends le rebond, je revends tt et fini la bourse

2% - 32
Je suis liquide, je suis serein

12% - 188
BX4 depuis les 3800 sur le CAC, je suis riche

2% - 40
Je suis en vacances, je ne vois pas le crack

3% - 57
A fond sur les valeurs de Rdt, miam, miam

15% - 233
Nombre de votants : 1533

#6976 25/02/2021 16h19

Membre
Réputation :   14  

Il pourrait arriver que le marché action soit suspendu pendant quelques mois ou années difficile d’être 100% actions mais sous optimal sûrement.

Hors ligne Hors ligne

 

#6977 25/02/2021 16h41

Membre
Réputation :   90  

Vous pouvez donner plus d’explication sur vos suppositions?

Parler de suspendre les marchés pendant quelques mois voir années me paraît surréaliste…argumentez s’il vous plait

Ou alors je ne vous ai pas compris?

Dernière modification par Rick (25/02/2021 16h45)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #6978 25/02/2021 16h48

Membre
Réputation :   14  

Marches

Il est possible qu’un jour on ne puisse plus temporairement retirer des UC d’une AV ou que la bourse soit suspendue pour une durée plus ou moins longue de la même manière qu’il est possible que vous ne puissiez plus revendre un bien immobilier ou retirer du cash.
Imaginons que le coronavirus ait eu 30% de mortalité il est probable que les marchés aient été suspendus jusqu’à résolution dès la crise.

Hors ligne Hors ligne

 

#6979 27/02/2021 09h48

Membre
Réputation :   82  

Avec 30% de mortalité, il n’y aurait eu aucune crise.
Les morts ne contaminent plus personne. c’est pour cela qu’Ebola n’a jamais fait de pandémie mondiale.


"We judge a book by its cover ; And read what we want ; Between selected lines"

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6980 27/02/2021 09h54

Membre
Réputation :   10  

Ne pas confondre le taux de mortalité et la vitesse :
- d’apparition des premiers symptômes : elle pourrait être d’une ou plus si autres virus
- de la mort en elle-même : elle peut durer des semaines.
Pendant tout ce temps, on peut être contagieux.

Dernière modification par jmoo (27/02/2021 09h54)

Hors ligne Hors ligne

 

#6981 27/02/2021 10h35

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   505  

@Double6 : C’est un vieil article (Mars 2020) et si effectivement certains réclamaient la fermeture des marchés, cela n’a pas eu lieu. Il y a trop de gens sérieux sur les marchés actions pour qu’on leur tire le tapis sous les pieds pour des raisons futiles. Par contre je me méfie fortement des assurances vies françaises : comme les SARL, c’est essentiellement l’apanage des "gens qui ne sont rien" - les autres ont des contrats luxembourgeois - et c’est un placement faiblement protégé : fonds euros comme UC sont inscrits au bilan de l’assureur, avec une garantie de 70k€ par tête de pipe et par assureur (et non pas par contrat). Le FGAP a en outre une puissance de feu ridicule (quelques milliards) comparée aux encours de plus de 1700 milliards d’euros…

Dernière modification par doubletrouble (27/02/2021 10h36)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#6982 27/02/2021 10h36

Membre
Réputation :   2  

Pensez vous que faire 100% World est obligatoire aujourd’hui? Sur le long terme n’est ce pas plus intéressant que le S&P500 (world à une rentabilité historique moindre mais peut être plus diversifié…)? Ou alors 80% World 20% Nasdaq ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6983 27/02/2021 10h36

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   449  

Double6, le 25/02/2021 a écrit :

Il pourrait arriver que le marché action soit suspendu pendant quelques mois ou années difficile d’être 100% actions mais sous optimal sûrement.

Oui c’est possible. Est-ce probable ?
Pendant la seconde guerre mondiale la bourse de Paris est restée fermée pendant des années mais celles de Londres et New York ont continué à fonctionner. Je me demande ce qu’il faudrait pour que toutes les bourses ferment simultanément.

Hors ligne Hors ligne

 

#6984 27/02/2021 13h31

Membre
Réputation :   2  

Et si certaines bourses ferment pendant un temps, les dividendes des titres et etfs correspondants sont elles quand meme perçus, ou bien ?

Les investisseurs positionnés sur la bourse de Paris pendant la fermeture de plusieurs années de la 2 eme guerre mondiale les on-t ils touchés ou pas (pour les aider a survivre aussi) ?

Il y a t’il un rattrapage des dividendes dû pendant une fermeture plus ou moins longue, ou bien il faut esperer ne pas tomber sur cette période ?

Dernière modification par Codeur (27/02/2021 13h59)

Hors ligne Hors ligne

 

#6985 27/02/2021 14h28

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   449  

Codeur a écrit :

Et si certaines bourses ferment pendant un temps, les dividendes des titres et etfs correspondants sont elles quand meme perçus, ou bien ?

Si certaines bourses ferment pendant un temps ce ne peut être que pour une raison majeure a priori bien plus préoccupante que la question de savoir si on continuera à percevoir des dividendes.
En pratique il est plus raisonnable de penser que les entreprises garderont leur cash et suspendront le versement de dividendes.

Hors ligne Hors ligne

 

#6986 27/02/2021 14h41

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2332  

Il ne faut pas oublier que les entreprises qui ne sont pas cotées en bourse distribuent aussi des dividendes (et elles sont bien plus nombreuses que celles qui sont cotées).

La cotation n’a rien à voir avec la capacité de distribuer des dividendes…


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#6987 28/02/2021 19h06

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   154  

dangarcia, le 25/02/2021 a écrit :

Tof91 a écrit :

J’ en viens à me questionner aussi sur ADC contre lump sum.
Si tous les ans les événements cygne noir font perdent 30% , je préfère mettre 1000 euros par mois et garder 5000 euros si ça descend beaucoup.

Vous oubliez un détail, c’est le niveau du marché au moment où il décroche, et jusqu’où il décroche.

Supposons que vous investissez via un ETF World au hasard le CW8.
Aujourd’hui la part est à 345€, vous choisissez d’investir 1000 et garder 5000 "si ça descend beaucoup".
Le cas favorable est celui où effectivement le fonds décroche de 30% pour tomber à 240€ et vous investissez vos 5000€ à ce moment là. Très bien, ça c’est la théorie. Encore faut-il que le seuil que vous avez défini soit atteint et que vous ayez le courage de faire un all in sur ce niveau de prix (ce n’est pas si évident que ça, il suffit de relire cette file en mars dernier !)

Autre cas possible voire même plus probable : le marché décroche de 30%, mais dans 3 ans, quand la part du tracker world a atteint disons 500€. Elle tombe d’un coup à 350€ et vous investissez vos 5000€, finalement à un prix supérieur au prix actuel. Et pendant tout ce temps vous aurez suivi les marchés en attendant un "point d’entrée"…

Bonjour à tout le monde

C’ est bien beau de voir une PV et un cours qui monte, dans son PTF  ..
Mais si on ne prend jamais ses bénéfices , ça reste une PV "latente", ça ne veut pas dire qu’ on gagne de l’ argent ..
Cette PV peut disparaitre en cas de baisse ou chute du marché
Une part de cash en livret A (0,5%), LEP (1% pour ceux éligibles) PEL (selon année).. rapporte réellement chaque année (même des miettes !).

Votre exemple 1 est autant probable que votre exemple 2 .. (pas : "voire même plus probable" : Le passé ne préjuge pas de l’ avenir !.. wink )

A chacun ses calculs et convictions : il n’ y a pas de "panacée" d’ investissement, ni d’ avenir prévisible, ou probable, ou "d’ habitude", ou "cette fois, c’est différent"..
Surtout que les WWb s’y mettent aussi .. tongue

Bonne (fin de) journée à toutes et toutes ..
Mimizoé1


Parrainages Binck, BourseDirect, Véracash, BullionVault, WeSave, (Me contacter en MP)

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #6988 28/02/2021 22h06

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   449  

mimizoe1 a écrit :

C’ est bien beau de voir une PV et un cours qui monte, dans son PTF  ..
Mais si on ne prend jamais ses bénéfices , ça reste une PV "latente", ça ne veut pas dire qu’ on gagne de l’ argent ..
Cette PV peut disparaitre en cas de baisse ou chute du marché

Exact. Le point important c’est ce que vous faites des PV que vous prenez.

Si vous les gardez en cash pour racheter dès que les cours baissent vous avez une espérance finie de gain (le pourcentage que vous aviez vendu x le pourcentage de baisse) et une espérance infinie de perte (ou manque à gagner disons) si le titre ne revient jamais sous votre prix de vente. Statistiquement vous êtes perdant.

Si vous les replacez sur un autre titre que vous estimez moins bien valorisé par le marché c’est un choix de gestion qui peut donner de bons résultats ou de très mauvais en fonction de vos talents en stock picking et market timing. Concrètement vos PV ne sont pas plus sécurisées qu’avant (le titre sur lequel vous réinvestissez peut baisser, plus ou moins que celui que vous avez vendu).

Si vous les dépensez là oui vous réalisez vos PV.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 2   [+4]    #6989 11/03/2021 19h42

Membre
Réputation :   90  

Comme certains me l’avaient demandé, je continue donc à poster la note d’orientation stratégique BNP Paribas pour ce mois.

SYNTHÈSE

BNP Paribas a le plaisir de vous faire parvenir cette note d’orientation stratégique du mois de mars 2021, qui synthétise l’actualité des marchés financiers au mois de février 2021, ainsi que nos orientations en termes de stratégie d’investissement.

- En février, les marchés d’actions ont retrouvé de l’optimisme suite à l’amélioration de la situation sanitaire mondiale et à l’espoir d’un retour à la normale de l’activité économique dans le monde. Sur le mois, les performances sont positives sur l’ensemble des marchés d’actions* : l’indice MSCI World** affiche une hausse de 2,21%. Aux États-Unis, le S&P 500 progresse de 2,61%. En Europe, la performance mensuelle est également positive, avec une hausse de 4,45% pour l’Euro Stoxx 50 et de 5,63% pour le CAC 40.

- Les dernières données économiques montrent que le rebond de l’économie est en bonne voie. En Europe, les statistiques sont meilleures qu’anticipées. Aux États-Unis, les données économiques avancées de février montrent que l’économie redevient vigoureuse, avec une production industrielle en forte augmentation accompagnée d’une hausse de prix dans certains secteurs d’activités. Ces hausses de prix aux États-Unis ont toutefois alimenté auprès des investisseurs des craintes de reprise d’inflation, avec un risque de hausse des taux longs.

- L’environnement macroéconomique actuel marqué par une hausse des prix à la production, une forte croissance économique attendue et des rendements réels (rendements obligataires après inflation) négatifs est favorable aux actifs risqués, tels les actions et les matières premières. La prise en compte de la hausse des prévisions de croissance pour 2021 nous conduit à rester optimistes et à maintenir notre opinion positive sur les marchés d’actions européens, japonais et émergents en particulier.

ANALYSE

01.EVOLUTION DES MARCHES FINANCIERS EN FEVRIER

En février, les marchés d’actions ont retrouvé de l’optimisme suite à l’amélioration de la situation sanitaire mondiale et à l’espoir d’un retour à la normale de l’activité économique dans le monde.

Sur le mois, les performances sont positives sur l’ensemble des marchés d’actions* : l’indice MSCI World** affiche une hausse de 2,21%. Aux États-Unis, le S&P 500 progresse de 2,61%. En Europe, la performance mensuelle est également positive, avec une hausse de 4,45% pour l’Euro Stoxx 50 et de 5,63% pour le CAC 40.

Les dernières données économiques montrent que le rebond de l’économie est en bonne voie. En Europe, les statistiques sont meilleures qu’anticipées. Aux États-Unis, les données économiques avancées de février montrent que l’économie redevient vigoureuse, avec une production industrielle en forte augmentation accompagnée d’une hausse de prix dans certains secteurs d’activités.

Ces hausses de prix aux États-Unis ont alimenté auprès des investisseurs des craintes de reprise d’inflation, avec un risque de hausse des taux longs. Toutefois, selon Jerome Powell, président de la Réserve Fédérale Américaine (FED), il faudra à l’économie américaine peut-être plus de trois ans pour atteindre les objectifs d’inflation fixés par la FED. La banque centrale américaine a donc confirmé son chemin accommodant adopté depuis le début de la crise sanitaire et se prépare à laisser les taux d’intérêt inchangés pour une longue période. La prochaine réunion du comité de politique monétaire de la FED en mars 2021 mettra à jour les prévisions économiques et de taux.


*Au 26/02/2021, en devises locales (S&P500, MSCI World : en USD).

**L’indice MSCI World All Countries: indice boursier mesurant la performance des marchés boursiers des pays économiquement développés et des pays émergents.


02.POINT SUR L’EPIDEMIE COVID 19

Les taux d’infection et d’hospitalisation liés à la Covid-19 ont continué de baisser aux États-Unis et dans la plupart des pays européens. A noter, le succès relatif du déploiement rapide du programme britannique de vaccination. À ce jour, plus de 25 % de la population britannique a reçu au moins 1 dose de vaccin. Le Premier ministre Boris Johnson a dévoilé les grandes lignes de la « feuille de route » du gouvernement britannique pour sortir des restrictions actuelles, laissant espérer une forte croissance de la consommation non satisfaite aux deuxième et troisième trimestre de cette année. Ces déclarations, jointes à la réduction de l’incertitude liée au Brexit, ont entrainé un fort redressement de la livre sterling.

03.UNE FORTE REPRISE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE ATTENDUE AUX ETATS-UNIS ET EN CHINE

A en juger par les prévisions de croissance des analystes pour 2021, les États-Unis sont bien placés pour bénéficier des mesures combinées de relance budgétaire et monétaire, une croissance de près de 5 % étant désormais attendue pour cette année.

La Chine prévoit également un fort rebond de la croissance à 8,4 % cette année, aidé par l’accélération de la production industrielle et des ventes au détail.

04.VERS UN RETOUR DE L’INFLATION AUX ETATS-UNIS ?

La hausse des taux longs américains s’accélère depuis le début de l’année : à 0,6 % en août 2020 puis 0,9 % en début d’année, les rendements des bons du Trésor américain à 10 ans ont récemment atteint 1,4% pour la première fois en un an.

Cette hausse de taux est plus prononcée aux Etats-Unis qu’en Europe. En effet, la hausse des anticipations inflationnistes résulte de la mise en œuvre d’un programme d’aide de grande ampleur Outre-Atlantique. Toutefois, la perspective d’une accélération de l’inflation dans un avenir proche n’inquiète pas la FED, qui réitère l’absence de hausse du taux directeur avant la fin de l’année 2023.

Nous estimons qu’à ce stade, cette hausse n’est pas alarmante pour les investisseurs, et ceci pour deux raisons :

Historiquement, une augmentation de l’inflation aux États-Unis n’est pas un obstacle à la performance du marché des actions, si elle reste entre 1,5% et 4%. Les meilleures performances de l’indice S&P 500 ont ainsi été enregistrées lorsque l’inflation se situait entre 1,5% et 2,5%.
Une hausse modérée des taux est favorable aux valeurs cycliques, c’est-à-dire aux valeurs sensibles à la reprise du cycle économique, les valeurs bancaires entre autres.

05.PERSPECTIVES POUR LES ACTIONS

La baisse des taux d’infection à la Covid-19 stimule l’activité : les taux d’infection et d’hospitalisation continuent de baisser aux États-Unis et dans la plupart des pays européens. Conjuguée à des programmes de vaccination efficaces, cette évolution favorable améliore les perspectives de réouverture des économies au deuxième trimestre.
Hausse des prévisions de croissance aux États-Unis : le consensus table désormais sur une croissance du PIB américain de 5% en 2021, soutenue par des mesures de relance supplémentaires et une consommation solide.
Pas de risque de changement de politique des banques centrales : la perspective d’une hausse temporaire de l’inflation aux États-Unis n’inquiète pas la Réserve Fédérale américaine. Des mesures de relance monétaire et budgétaire sont favorables à une forte croissance économique.
Les valeurs cycliques, c’est-à-dire les sociétés dont l’activité est très sensible à la reprise du cycle économique (ex : les valeurs de la consommation, les banques….) bénéficient d’un mois de février très favorable, portées par un regain d’optimisme à l’égard de la croissance économique, à la réouverture des économies et à l’accélération de la consommation intérieure. A contrario, les valeurs de croissance (comme les actions des sociétés du secteur technologique américain : Facebook, Amazon, Netflix, Google… ) ont subi une mini-correction, après certes une surperformance très forte depuis 2009. Cette  correction sectorielle ne présage pas pour autant d’une correction durable de l’ensemble du marché boursier. Comme le montrent les années 1990, les corrections périodiques font partie intégrante de tout marché haussier prolongé. Dans ce contexte, nous sommes en particulier positifs sur les petites et moyennes capitalisations américaines et européennes.

06.CONCLUSION

La crainte d’une récession économique, déclenchée par une hausse des taux d’intérêt par les banques centrales afin de ralentir une économie en surchauffe, n’est pas d’actualité. La perspective d’une accélération de l’inflation dans un avenir proche n’inquiète pas les banques centrales, qui réitèrent leur intention de conserver des taux directeurs durablement bas.

L’environnement macroéconomique actuel marqué par une hausse des prix à la production, une forte croissance économique attendue et des rendements réels (rendements obligataires après inflation) négatifs est favorable aux actifs risqués, tels les actions et les matières premières. La prise en compte de la hausse des prévisions de croissance pour 2021 nous conduit à rester optimistes et à maintenir notre opinion positive sur les marchés d’actions européens, japonais et émergents en particulier.

Achevé de rédiger le 10 mars 2021

IH : merci, mais il faut mettre l’URL vers le contenu. Et si c’est un contenu payant ou privé, diffuser l’intégralité ici enfreint le droit d’auteur.

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #6990 16/03/2021 14h56

Membre
Réputation :   93  

Rappelez-vous, lundi 16 mars 2020, il y a un an déjà !

Boursorama a écrit :

Débâcle historique à la Bourse de New York emportée par les craintes de conséquences économiques encore plus importantes que prévu. La baisse surprise de 100 points de base des taux annoncés dimanche par la Réserve fédérale (Fed) n’a pas convaincu les marchés. Le Dow Jones perd 13,21% ou 3.061,70 points, à 20.123,92 points (soit sa plus forte baisse depuis le lundi noir d’octobre 1987), le S&P 500 cède 12,07% et le Nasdaq 12,46% (plus fort recul en séance de son histoire).

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/17325_ewmiz9-weaaze121.jpg
Source

Hors ligne Hors ligne

 

#6991 16/03/2021 16h11

Membre
Réputation :   97  

Ah c’est donc ça, je ne comprenais pas pourquoi la plupart de mon PTF était au plus haut sur un an !

Hors ligne Hors ligne

 

#6992 19/03/2021 18h12

Membre
Réputation :   12  

Résultat du sondage :

Encore un krach sur les marchés actions…

L’occasion de renforcer sur les valeurs de qualité   
64% - 980
J’attends le rebond, je revends tt et fini la bourse   
2% - 32
Je suis liquide, je suis serein   
12% - 187
BX4 depuis les 3800 sur le CAC, je suis riche   
2% - 40
Je suis en vacances, je ne vois pas le crack   
3% - 57
A fond sur les valeurs de Rdt, miam, miam   
15% - 233
Nombre de votants : 1529

Je trouve la question mal posée car elle oriente la réponse, d’ailleurs, 2/3 des votants ont fait un choix par défaut.
La question aurait dû être, selon moi : Un krach, que faire ?

Pour avoir "survécu" à quelques-uns et avoir analysé la réaction de certains investisseurs, j’en suis venu à une conclusion ; les valeurs boursières subissent une rotation sectorielle dans la spirale baissière, certaines baissent très fortement et atteindront des niveaux de valorisation exubérants tandis que d’autres vont résister un certain temps mais seront elles aussi emportées.
Etant entendu que le krach n’est pas prévisible et que le portefeuille est investi en action à hauteur de 90% et plus, qu’il est diversifié :
Il est préférable de faire rapidement des liquidités en vendant prioritairement les valeurs les plus solides et d’observer les mouvements pour acheter "à la casse" les valeurs les plus fragiles.
J’ai neutralisé plusieurs krach de cette façon, j’ai bien subit de fortes pertes que j’ai pu rattraper en grande partie par la suite, limitant ou annulant mes pertes.
On peut le voir sur des graphismes comparatifs début 2020 à aujourd’hui, suffit de choisir les valeurs représentatives et de faire varier les dates de départ du graph.

Dernière modification par MarsAres (19/03/2021 18h15)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #6993 19/03/2021 19h45

Membre
Réputation :   38  

MarsAres a écrit :

Il est préférable de faire rapidement des liquidités en vendant prioritairement les valeurs les plus solides et d’observer les mouvements pour acheter "à la casse" les valeurs les plus fragiles.

C’est bien joli, mais vous le savez comment que la baisse est le début d’un krach et qu’il faut faire des liquidités en vendant certaines positions ? Vous écrivez vous même que le krach est imprévisible.

Et ces dites valeurs à la casse qu’il faut acheter, quand considère t’on qu’elles sont à la casse et qu’il faut les acheter ? Quand Air France côtait 6 euros c’était à la casse et il fallait acheter ou c’était pas encore assez à la casse ? Quand URW côtait 80 euros, comment savoir que ce n’était pas encore la casse, alors que trois mois tôt, 80 euros pour URW, personne n’aurait osé l’imaginer ?

Et ces valeurs à la casse, comment pouvez vous être certain qu’elles vont remonter à leur niveau d’antan ?

Si vous savez « neutraliser un krach » comme vous le dites, faites en donc un bouquin, vous serez très bientôt millionnaire…

Hors ligne Hors ligne

 

#6994 19/03/2021 20h23

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   204  

MilfordSound a écrit :

Si vous savez « neutraliser un krach » comme vous le dites, faites en donc un bouquin, vous serez très bientôt millionnaire…

Beaucoup de monde (dont moi-même, voir ma file de portefeuille) sait comment faire, mais comme tout le monde s’en fou, le bouquin ne se vendrait pas. Par contre on peut effectivement devenir millionnaire par la progression du capital plus rapide.

Quelques exemples de stratégie qui passe les krachs sans problème :
-delta (et gamma) hedging sur option (voir cet article de ma file portefeuille)
-un simple 60/40 (60% SPY 40% EDV, ou TLT dans une proportion plus forte
-tout ce qui est stratégie de type relative strength sur ETF https://www.etfreplay.com/backtest_rs.aspx
De manière générale toute stratégie neutre au marché.

Ensuite, les krachs naissent souvent dans des situations particulières et ces situations sont souvent reconnaissables. Il y a des exceptions, mais qui sont rares et moins violentes. Voir un petit article de ma file de portefeuille ici.
En janvier 2020, mon portefeuille était calibré pour encaisser un krach énorme tout en étant haussier, car sans savoir qu’il y aurait une épidémie, il y avait des signes de fin de cycle sur le marché.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6995 19/03/2021 20h43

Membre
Réputation :   55  

JohnGaltTagart a écrit :

MilfordSound a écrit :

Si vous savez « neutraliser un krach » comme vous le dites, faites en donc un bouquin, vous serez très bientôt millionnaire…

Beaucoup de monde (dont moi-même, voir ma file de portefeuille) sait comment faire

Quelques exemples de stratégie qui passe les krachs sans problème :
-delta (et gamma) hedging sur option (voir cet article de ma file portefeuille)
-un simple 60/40 (60% SPY 40% EDV, ou TLT dans une proportion plus forte
-tout ce qui est stratégie de type relative strength sur ETF https://www.etfreplay.com/backtest_rs.aspx
De manière générale toute stratégie neutre au marché.

C’est vraiment tout à votre honneur JohnGaltTagart ; lorsque je lis vos posts je suis impressionné par le jargon et la performance mais, peut être faudrait-il rappeler que le retour sur investissement que vous avez est le fruit d’un véritable travail qui s’apparente à celui d’un trader. On est loin de la stratégie "simple basique" d’un bon père de famille qui fait fructifier son épargne…

Continuez de nous impressionner !


Primum non nocere

En ligne En ligne

 

#6996 19/03/2021 21h12

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   449  

MarsAres a écrit :

Je trouve la question mal posée car elle oriente la réponse, d’ailleurs, 2/3 des votants ont fait un choix par défaut.

La question en elle même est bien posée ce qui oriente la réponse ce sont les choix de réponses possibles et la typologie des répondants (en majorité des investisseurs actions long terme)

MarsAres a écrit :

La question aurait dû être, selon moi : Un krach, que faire ?

La question posée est en substance, "un krach, que faites-vous ?" ce qui est assez différent.

MarsAres a écrit :

Etant entendu que le krach n’est pas prévisible et que le portefeuille est investi en action à hauteur de 90% et plus, qu’il est diversifié :
Il est préférable de faire rapidement des liquidités en vendant prioritairement les valeurs les plus solides

Quand ? (rappel : Le krach n’est pas prévisible).

MarsAres a écrit :

J’ai neutralisé plusieurs krach de cette façon, j’ai bien subit de fortes pertes que j’ai pu rattraper en grande partie par la suite, limitant ou annulant mes pertes.

Et vos gains. Si vous "neutralisez les krachs" vous passez aussi à côté d’une bonne partie des hausses, vous avez un portefeuille moins risqué et moins rentable que le marché, c’est un choix. Mais à ce compte là ne serait-il pas plus simple de choisir une allocation actions/cash plus prudente?

Hors ligne Hors ligne

 

#6997 19/03/2021 22h08

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   505  

@JohnGaltTagart : J’ai en effet lu votre file de portefeuille avec grand intérêt, malheureusement resté théorique car je ne peux pas toucher aux options en PEA. À vrai dire, je suis très honteux de ma gestion du risque : j’ai successivement été liquide (au début, et sans autre effet que des coûts d’opportunité), puis j’ai fait une sorte de louchage-écrémage qui coupe les gains et laisse filer les pertes (2018), j’ai brièvement joué avec le BX4 qui n’a servi à pas grand’chose de plus qu’un gri gri rassérénant, pour finalement lors du vrai krach de l’année dernière ne rien vendre mais simplement injecter autant de cash que je le pouvais (non reproductible à moins d’être la Banque Nationale Suisse). Récemment, j’ai tenté de lester mon portefeuille de valeurs de type “illiquide mais immo décôté” en guise de réserve de valeur (et faible volatilité).

Je suis curieux de ce que vous pourriez me conseiller (enfin, à ceux qui sont en PEA). Ai-je abandonné trop tôt le BX4 ?


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#6998 19/03/2021 22h38

Membre
Réputation :   12  

dangarcia a écrit :

MarsAres a écrit :

Etant entendu que le krach n’est pas prévisible et que le portefeuille est investi en action à hauteur de 90% et plus, qu’il est diversifié :
Il est préférable de faire rapidement des liquidités en vendant prioritairement les valeurs les plus solides

Quand ? (rappel : Le krach n’est pas prévisible).

J’avoue ne pas m’être bien exprimé, faire des liquidités en vendant les valeurs le plus solides, c’est une fois le krach constaté, il y a des baisses violentes qui ne sont pas des krach mais une baisse de 15% sur un indice, je pense qu’on peut considérer cela comme un krach et à ce moment, on ne sait pas quand il va s’arrêter.

Le 20 Février 2020, le CAC est autour de 6100 points, moins d’un mois plus tard, il est sous les 4000 points.     
Suivi de deux krach haussiers de 1000 points chacun ; du 10 Mai au 5 Juin puis du 30 Octobre au 15 Novembre.

J’estime m’être bien sorti de ce krach 2020, comme de celui de 2008 ou de la bulle internet car à chaque fois j’étais investi à 100%, on apprend un peu à chaque fois et mon regret pour le krach "Covid-19" est d’avoir attendu un peu trop, je pensais vraiment que le CAC irait sous les 3000 points (j’ai pas assez tenu compte de ; l’interdiction des VAD par l’AMF, de la réaction des politiques, de la BCE,…bref, il n’y a pas eu de "purge")

Néanmoins, actuellement, comme je ne comprends pas le marché, je préfère m’abstenir, je suis 95% liquide, j’ai presque tout vendu, je pense (c’est un avis très personnel) que l’on verra les 5000 points cette année.

Hors ligne Hors ligne

 

#6999 19/03/2021 22h56

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   505  

@MarsAres : l’inconvénient de votre méthode, c’est que vous cristallisez une perte de 10+% sans avoir de plan pour re-rentrer derrière. Un flash krach comme celui de 2010 ou 2015 pourrait vous faire perdre pas mal d’argent. Personnellement, je préfèrerais un instrument qui se déclenche ou augmente lorsque la baisse se prolonge. Le BX4 semble intéressant de ce point de vue mais nécessite d’être micro managé pour ne pas perdre d’argent lorsque le marché oscille sans direction.

Quant à rester liquide, c’est bien souvent un coût d’opportunité et surtout repose sur une conception pas forcément correcte que le cash est plus sûr que les actions. Une grosse réserve de cash peut s’avérer un mauvais investissement dans un nombre non négligeable de scénarios : contrôle des changes/restrictions des retraits, haircut, faillite de l’établissement bancaire, inflation incontrôlée (cf Turquie ou Liban, pas besoin d’aller chercher Weimar), …

Les actions sont détenues par un dépositaire et permettent de s’exposer à des juridictions parfois plus sûres que celles où l’on réside.


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#7000 19/03/2021 23h18

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   449  

MarsAres a écrit :

une baisse de 15% sur un indice, je pense qu’on peut considérer cela comme un krach et à ce moment, on ne sait pas quand il va s’arrêter.

Bah non, on ne sait pas. Pas plus à -15% qu’à -10 ou -5%. Tout ce qu’on sait à ce moment là c’est qu’on a perdu 15 ou 10 ou 5% par rapport au jour précédent.

MarsAres a écrit :

Néanmoins, actuellement, comme je ne comprends pas le marché, je préfère m’abstenir, je suis 95% liquide, j’ai presque tout vendu, je pense (c’est un avis très personnel) que l’on verra les 5000 points cette année.

Là encore c’est un choix, de toute évidence vous êtes très averse au risque et vous refusez de voir votre portefeuille baisser très vite de 10 ou 20% et surtout d’investir sans comprendre, c’est une position raisonnable qui ne se discute pas.

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "encore un krach sur le marché actions…"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur