Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Attention Cette page est une synthèse de la discussion. Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

[+1]    #1 05/03/2015 17h47

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   452  

Ecoutez c’est assez facile : vous avez 31 M€ d’actifs courants réévalués et 18 M€ de dette financière/fournisseurs en face. L’un moins l’autre, ça donne la valo actuelle.

Donc même à ce prix, on a toujours les immo corporelles (avec sans doute quelques bonnes surprises coté terrains/constructions jamais réévaluées depuis 10 ans) et l’activité (qui est rentable) gratuitement. Alors certes il n’y a pas de visibilité sur le carnet de commande, mais on fait pire comme affaire wink.

Ca n’est certes plus "très bon marché" (j’en connais ici qui sont rentrés à 0.9€), mais il reste beaucoup de potentiel (on peut viser entre 2.5 et 3.5€, mais bon on verra les résultats en avril pour remettre tout celà à jour !).

PS : c’est très bien de calculer la valeur de l’actif net net ou de l’actif net tangible pour avoir un prix plancher, mais quand la boite est rentable, il ne faut pas oublier que la meilleure option n’est sans doute pas de parier sur la liquidation wink

Dernière modification par Geronimo (05/03/2015 17h59)

Mots-clés : cofidur, sous-traitance, électronique

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 18/05/2015 07h44

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   234  

portedo a écrit :

le ROE de Cofidur pour 2014: 11.39%

Le ROE isolé ne vous donnera pas grand-chose. C’est juste un chiffre, au demeurant assez moyen dans ce cas-là, mais qui vous ne dit rien en lui même. Pour aller plus loin, demandez-vous ce que cela représente ; une manière assez courante de le décomposer est le R (R/Sales) d’un côté et le E de l’autre (Sales/Equity) : ROE = R/S x S/E

Le "R", soit votre bénéfice net par rapport aux ventes n’est pas glorieux, environ 2-3 millions sur un CA de 85 millions d’euros, en gros 3% de marge nette. Monteriez-vous un business pour 3% de marge ? La réponse est bien sûr comme toujours "çà dépend", car si vous faites assez de volume et faites assez tourner vos actifs ou dans ce cas précis votre equity, cela peut-être un bon business et une bonne affaire pour les actionnaires (cf Walmart ou Best Buy ou autres retails à succès).

Maintenant le "E", le problème ici, c’est que vous n’avez qu’un petit "E" dénominateur car l’equity a fondu les années précédentes. En redutio ad absurdum, une entreprise qui a zéro equity est une entreprise qui a un ROE infini. Malheureusement, ce n’est pas parce que l’entreprise créée de la valeur, mais parce qu’elle en détruit.

Votre ROE potable n’est donc ici que le reflet des pertes essuyées par les précédents actionnaires, ce qui n’est pas forcément encourageant. Une lecture du ROE doit donc se faire sur plusieurs années, pour s’assurer que le réinvestissement des profits, s’il a lieu, est créateur de valeur pour l’actionnaire. Après, quels que soient les chiffres que vous allez employer, la réponse sera la même: Cofidur a un business très moyen dont le management catastrophique a par le passé détruit de la valeur pour les actionnaires. La seule question qu’il faut se poser est de savoir si cela est un investissement judicieux à ce prix ou pas. Là, c’est à chacun de répondre en fonction de ses convictions.

Vous pouvez comparer avec d’autres business : Cofidur à 9 fois les FCF ou IBM à 11 ? (Ou aucun, ce qui est toujours une possibilité). Lesquels vous semblent plus solides ? L’écart de 2 est-il justifié ?

Dernière modification par Wawawoum (18/05/2015 08h02)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #3 03/09/2015 18h22

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   628  

Groupe Cofidur a écrit :

"Résultat premier semestre 2015

Le premier semestre 2015 se solde par un chiffre d’affaires consolidé de 39,2 M€, contre 43,9 M€ en 2014, une baisse qui s’explique par de nombreuses productions sur cette période sans facturation de matière (reprises et modifications de produits, production avec de la matière fournie pas nos Clients).

Par contre, le niveau de marge brute proche de celui de 2014 permet de faire ressortir un résultat courant bénéficiaire de 722 K€ contre 255 K€ et un résultat net de 598 K€ contre 318 K€ au titre de l’exercice précédent sur la même période.

Perspectives :
L’activité du second semestre devrait assurer au Groupe un résultat positif sur l’exercice 2015 et surtout devrait permettre de préparer une période de croissance sur les exercices suivants avec de nouveaux Clients."

Par action le benefice est de 0,07 sur le semestre et le FCF d’environ 0,21 € ! La situation semble donc excellente (je n’ai pas encore lu en détail le rapport) surtout si l’on tient compte des perspectives : la direction est optimiste pour la première fois depuis des lustres !


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #4 04/09/2015 09h18

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   452  

(1) Les perspectives sont bonnes (ce qui n’avait jamais été annoncé par le management qui parlait toujours de contexte incertain) non seulement pour le prochain semestre mais pour les prochaines années, ça normalement ça vaut de l’or pour cofidur.

(2) La trésorerie nette progresse de 1,4 millions d’euros (et l’EV baisse d’autant, à 11,1 M€)

(3) Le FCF est de 1,7 million d’euros sur le semestre (1 million hors variation du BFR) donc toutes causes égales par ailleurs on peut attendre un EV/FCF <<5 sur l’année. Personnellement je mise sur un FCF hors BFR de 2,6 M € sur l’année soit un EV/FCF de l’ordre de 4… donc très très cheap, surtout à partir du moment où les perspectives sont favorables !

(4) La VANT est à 2,5 € / action (patrimoine tangible net de tout le passif, sans prendre en compte l’activité future… qui génère et générera du cash, le perspectives sont favorables !).

Dernière modification par Geronimo (04/09/2015 09h18)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 02/11/2015 18h11

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   226  

Les bonnes nouvelles promises par la direction sont peut-être en train de se concrétiser : CG INAUGURE SON CENTRE DE SOLUTIONS ZIV SMART GRID

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 04/11/2015 12h20

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   452  

Attention à la crampe à l’index ! wink

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 12/02/2016 22h18

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   628  

Cofidur : chiffre d’affaires 2015 de 78,4 millions d’euros
12/02/2016 18:12

(Bousier.com) - Le sous-traitant électronique Cofidur a réalisé un chiffre d’affaires 2015 de 78,4 millions d’euros contre 85 ME en 2014. Cofidur rappelle que ce recul s’explique en grande partie par la forte augmentation des productions sans facturation de matière.

Certains des nouveaux clients choisissent en effet de fournir tout ou partie de la matière et Cofidur effectue par ailleurs de plus en plus d’opérations de modification, de réparation ou même de rénovation de produits (nouvelle activité en plein développement).

“Cela ne remet pas en cause la bonne tenue des résultats, stabilisés maintenant depuis plusieurs exercices, dans un contexte économique et industriel néanmoins de plus en plus difficile”, commente la société. Les résultats 2015 seront publiés le 8 avril.


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #8 09/04/2016 14h40

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   226  

En soustrayant à la marge brute d’autofinancement l’intégralité des dépenses d’investissement, j’obtiens un P/CF hors variation du BFR de 5,6. Ce qui est assez faible, même pour une boîte qui n’offre pas beaucoup de visibilité.

Au passage, Cofidur a continué de racheter de sa dette.

Un bilan de plus en plus sain pour une boîte qui cote sous ses actifs tangibles nets, qui se paye moins de 6 fois les flux de trésorerie et qui est gérée par des gens qui ont la tête sur les épaules, ben ma foi, ça me semble pas si mal du tout finalement.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 08/09/2016 21h54

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   628  

Résultats du premier semestre publiés avec ces commentaires :

Cofidur a écrit :

Le premier semestre 2016 se solde par un chiffre d’affaires consolidé de 44,7 M€, contre 39,2 M€ soit une hausse de 14% comparée à la même période de 2015. Cette augmentation est due en grande partie à des facturations d’affaires dont la part matière est plus importante et à quelques nouveaux Clients acquis en 2015.
Le résultat courant fait ressortir un bénéfice de 823 K€ contre 722 K€ et permet de dégager un résultat net de 656 K€ contre 598 K€ l’exercice précédent.

Le discours sur les perspectives est toujours aussi prudent :

L’activité du second semestre devrait être équivalente à celle du premier semestre et permettre de solder l’exercice 2016 sur un résultat positif.

Avec dans le rapport :

Pour le second semestre de l’exercice les prévisions de commandes de COFIDUR EMS laissent envisager un volume d’activité sensiblement équivalent à celui de la période. Néanmoins, la diversité des affaires ainsi que les aléas inhérents aux métiers de la sous-traitance ne permettent pas d’estimer son niveau avec précision.

Au niveau chiffres :
BNPA  = 0,08 €   (0,07 au S1-2015)
FCF/action = 0,25 €   (0,23 au S1-2015)
VANN = 2 € à peu de près inchangé.

La routine quoi !

Dernière modification par JeromeLeivrek (08/09/2016 21h54)


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 13/09/2016 11h03

Membre
Réputation :   45  

La question que je me pose souvent avec Codifur est : Que font-ils de leur argent ? Je vois qu’ils ont acquis le reste de Cofidur EMS : 2.97% pour 500k EUR. Cela valorise donc Cofidur EMS à 16.8 Millions d’EUR.

D’un point de vue purement pragmatique, j’aurais préféré qu’ils achètent des actions sur le marché puisque la capitalisation boursière est de 14 Millions. Mais il y a peut-être d’autres raisons qui justifient ce choix. Et il est difficile à ce jour d’estimer si c’est un bon investissement.


"La meilleure façon de prévoir l’avenir, c’est de l’inventer", Peter Drucker | Mon portefeuille

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #11 30/11/2016 17h34

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   824  

Léger frémissement du titre suite à l’annonce des résultats semestriels mais l’entreprise reste très décotée (j’ai toujours l’impression avec Cofidur que le marché empile les raisons de décoter le titre alors que ces raisons de décote sont parfois redondantes).

En résumé :
S1 2016 : CA consolidé de 44,7 M€ contre 39,2 M€ un an avant soit une hausse de 14%. Le résultat courant : bénéfice de 823 k€ contre 722 k€ (+14% !) permet de dégager un résultat net de 656 k€ vs 598 k€ (+9,7%). Cofidur explique que l’activité S2 devrait être comparable à celle de S1, lui permettant "de solder l’exercice 2016 sur un résultat positif" (toujours aussi "optimiste" la comm de Cofidur, ils annoncent un S1 meilleur que ce qu’ils avaient prévu il y a 1 an mais bon pour le reste de l’année, on sait jamais, on sera sans doute positif au total mais pas mieux hein les gars… hmm).

"Cette augmentation est due en grande partie à des facturations d’affaires dont la part matière est plus importante et à quelques nouveaux clients acquis en 2015". Quelques nouveaux clients, pour une boîte qui serait pricée (en termes de P/FCF) comme une boîte de croissance par exemple, ça serait moribond mais Cofidur est pricée comme une boîte en stagnation voire légère décroissance… donc c’est bon.

Le flux net de trésorerie généré par l’activité s’améliore en parallèle encore plus (donc l’augmentation du CA n’est pas bidon) : de 2 M€ (S1’15) à 2,9 M€ (S1’16) soit +44% due pour partie à une marge brute d’autofinancement en hausse donc bon signe aussi. En parallèle, les Capex augmentent de grosso merdo 200 M€ donc raisonnable. On retrouve évidemment les 500 k€ pour acheter les 2,97 % de COFIDUR EMS en acquisition d’immobilisations financières.

Ce que je trouve dommage en revanche, c’est la partie informations sectorielles : depuis 3/4 ans, ils ne progressent pas plus à l’export et restent dans le même range de 15% seulement de l’activité en UE hors France. Autre bémol : le CICE continue à avoir un impact très important sur le résultat net -je veux dire un gros %- (il leur en reste à imputer mais quid de la pérennité du dispositif ?).

Augmentation nette de l’interim aussi : j’imagine qu’ils pensent que S2’16 sera bon en fait (au-delà de leurs messages comme d’habitude ultra neutre)… et c’est bon pour ceux d’entre nous qui ont des boîtes d’interim (tjs pas mon cas à tort sans doute). Mais baisse de 5% des effectifs en propre !

AMF : je suis actionnaire COFIDUR en PV et gardant bien au chaud jusqu’à que Mr Market se réveille mais bcp de bon dans ces annonces pour une boîte décotée (mais pas du mirobolant non plus).


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 30/11/2016 17h46

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   628  

Le rapport semestriel est sorti en fait il y a deux mois, je ne sais pas pourquoi il est réapparu dans les newsflows des agences.

Le plus plaisant est le FCF, à 1900 k€, soit 0,25 € par action et pour le semestre. C’est pas mal pour une boite qui cote 1,8 €. En plus la VANN est de 2 €. Y’en a pas beaucoup des net-net qui ont un P/FCF de 3,5 (en supposant bien sûr qu’on annualise le FCF semestriel, plus sûrement vous pouvez prendre P/FCF = 6).


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #13 30/11/2016 23h02

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   628  

Le plus fou c’est que cette fausse nouvelle, donnée ici et sur mon blog depuis 2 mois, vous a fait gagner 3 points de réputation et vous permet de passer devant moi en réputation ! Y’a pas de justice. smile

Dernière modification par JeromeLeivrek (01/12/2016 06h51)


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #14 10/12/2016 23h39

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   824  

Cela doit être la qualité de l’analyse, non mais big_smile cool

N’empêche que le cours de l’action a augmenté justement… ça doit être proportionnel  tongue

Je vous ai (ah l’anti-tutoiement, ça me fait toujours bizarre pour les gens que je connais) "royalement" ajouté un +1 pour "rattraper"…


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 15/02/2017 09h22

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   144  

bonjour valeur bourse,

je crois que vous vous êtes trompé d’année, et les chiffres sont très corrects.
Je vais renforcer si je peux.

Groupe COFIDUR - Informations réglementées de la holding Cofidur, Groupe français côté en bourse depuis 1996.

Chiffre d’affaires année 2016

CA en Milliers d’Euros
2016  87 754
2015  78 397
2014  84 985

Comme évoqué lors du communiqué concernant le 1er semestre 2016, l’augmentation du Chiffre d’affaires de l’exercice est principalement due à des facturations non récurrentes dont la part matière a été plus importante que la moyenne habituelle.

Le résultat devrait rester par contre relativement stable par rapport aux exercices précédents.
Le contexte économique et industriel dans lequel évolue le groupe COFIDUR, devient de plus en plus difficile rendant la visibilité plus faible encore qu’à l’habitude pour la période à venir.

Le prochain communiqué concernant les résultats de l’exercice 2016 aura lieu le 7 avril.

Dernière modification par tcheco (15/02/2017 09h23)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #16 18/02/2017 10h34

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   628  

Eolane avait aussi tenté de racheter Cofidur à la même époque, ou un peu avant, par une opération inamicale dont le procédé avait fortement déplu aux dirigeants de Cofidur. C’est alors qu’ils ont fait valoir leurs droits prioritaires et pris une participation majoritaire.

D’après les spécialistes du secteur, Eolane n’est pas en très bonne santé en ce moment. Et en affaires, le malheur des uns peut faire le bonheur des autres.

Dernière modification par JeromeLeivrek (18/02/2017 11h14)


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #17 07/04/2017 15h29

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   628  

Les histoires de liquidité c’est du pipeau bien sûr. On ne voit pas bien comment ça pourrait l’augmenter.

Le fait de récupérer quelques rompus me semble effectivement être un des arguments possibles. Ils veulent peut-être aussi diminuer le nombre d’actionnaires (ceux qui ont moins de 400 €) en vue de simplifier (un peu) une opération financière ? Mais là je mets plusieurs points d’interrogation. Une autre explication pourrait être d’éviter le petit actionnaire qui possède une ou deux action et qui vote par correspondance contre toutes les résolutions à l’AG.


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #18 15/06/2017 22h50

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   628  

J’imagine que les rompus seront regroupés par 200 pour former des actions nouvelles et qui seront vendues sur le marché ou hors marché, mais je ne peux l’affirmer.
Quoi qu’il en soit, j’estime à 1 % du capital les rompus vendus, en un mois ce n’est pas négligeable mais c’est largement absorbable. Cela seul ne devrait donc pas provoquer de baisse de prix extraordinaire.


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #19 01/07/2017 18h53

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   267  

Analyse de Cofidur

VANN, VANE et VANT

La boite n’a pas de dette (dette négative), sa VANN (Valeur d’Actif Net Net ou actif circulant net de dette) est de 426€ par action. Ce calcul ne prends en compte les immobilisations (machines, immobilier) mais juste la trésorerie, les créances clients et les stocks desquels on soustrait toutes les dettes et provisions.

On évalue ensuite la valeur de l’immobilier en rajoutant 80% de la valeur brute (non amortie) de l’immobilier (terrains et constructions) on obtient une VANE (Valeur d’Actif Net Estate) de 472€ par action. L’action cotant sous la VANE, on peut considérer qu’on a une certaine marge de sécurité.

Il n’y a pas de goodwill. La VANT (Valeur d’Actif Net Tangible) obtenue en soustrayant des capitaux propres, les immobilisations incorporelles est de 553€ par action. Ceci peut être considéré comme un premier objectif de cours.

Analyse par les 4 ratios.

J’aime valoriser les sociétés selon 4 ratios: PER, CB/MBA, VE/CA et CB/ANC.

Je me donne en général les objectifs de vente suivants: PER=15, CB/MBA=6, VE/CA=0.75 et CB/ANC=1 (Capitalisation Boursière égale à l’Actif Net Comptable).

Pour Cofidur on a, au cours de 445€ une capitalisation boursière de 17.2 M€ et les ratios suivants:

PER = 9.6
CB/MBA = 4.9
VE/CA = 0.2
CB/ANC = 0.8

Les objectifs de vente ressortent respectivement à:

PER=15   >>  695€
CB/MBA=6  >>  549€
VE/CA=0.75  >> 1703€ !?
CB/ANC=0.8  >>  558€

Par prudence, j’écarte l’objectif n°3, qui parait ambitieux, considérant que Cofidur n’arrivera jamais à dégager une marge nette de 5% (on est actuellement à 2%).

Je fais la moyenne des 3 autres objectifs:
(695+549+558) / 3 = 601€

Objectif de cours (raisonnable) sur Cofidur: 600€

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Larbinator (06/07/2017 00h21)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #20 08/09/2017 21h45

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   450  

Pour le semestre du 1er janvier au 30 juin 2017, le groupe Cofidur réalise un chiffre d’affaires consolidé de 45,15 millions d’euros (44,73 ME au 30 juin 2016).

Le résultat d’exploitation s’établit à 615 kE (873 kE au 30 juin 2016) pour un résultat courant des entreprises intégrées de 556 kE (823 kE au 30 juin 2016).

Le résultat net part du groupe s’établit à 473 kE (656 kE au 30 juin 2016). Ainsi, le résultat dilué par action ressort à 12,22 euros. Rappelons qu’au 1er semestre, Cofidur a procédé au regroupement de ses actions par voie d’échange de 200 actions anciennes de 0,35 euros de nominal contre 1 nouvelle de 70 euros de nominal. L’opération s’est achevée le 29 juin.

Au 30 juin, la trésorerie nette de Cofidur s’établit à 8,52 ME (9,02 ME au 31 décembre 2016), pour 2,7 ME de capitaux propres. Le montant total des emprunts restant dû s’élève à 586 kE remboursables linéairement jusqu’à l’échéance des dettes en 2018 et 2020.

Perspectives

L’activité du 2e semestre devrait être équivalente à celle du 1er semestre, et permettre de solder l’exercice 2017 sur un résultat positif.


Maintenant je profite !!!

En ligne En ligne

 

[+1]    #21 28/12/2017 09h25

Membre
Réputation :   66  

Je pense que les 2 différences principales entre l’analyse étoffée de Larbinator et celle superficielle que j’ai faite sont:
1) Je n’attribue aucune valeur au stock technologique. Larbinator compte 100% des stocks dans sa valorisation. Au vu de la valeur comptable de ceux-ci, est-ce conservateur? A chacun de se faire son opinion.
2) Je ne fais pas particulièrement attention à la valeur de l’immobilier car il me semble que le but de Cofidur est de continuer ses activités actuelles et non pas de vendre son immobilier. Je considère donc cet immobilier comme neutre au bilan car ce n’est pas un actif générant des revenus. Larbinator prend en compte une valeur brute non amortie majorée de 80%. Cela a-t-il un sens au vu de l’activité de Cofidur? A chacun de se faire son opinion.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #22 06/04/2018 11h15

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   444  

Résultats opérationnel en baisse, résultats net en légère amélioration… Il y a toujours du chaud et du froid dans les publications de Cofidur (pertes de changes, hausse salaire intérim et départ retraite, reprises de provisions)…
A voir les résultats du S1, on aurait pu craindre bien pire. Finalement, je trouve les résultats annuels plutôt bons pour cette entreprise : malgré une tonalité toujours pessimiste, le RNPG et ROC se sont plutôt bien maintenus …

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2024_cofidur_resultats_2017.png

A noter que le bilan est toujours sain.
La trésorerie nette s’élève à 1,2M€ en baisse par rapport à 2016 (3,2M€). Cette baisse provient d’une augmentation du stock de matières première au plus haut depuis 5 ans.
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2024_stock_cofidur_2017.png
Sachant qu’ils n’ont pas annoncés d’augmentation de l’activité, cette hausse de stock signifierait qu’ils se couvrent contre une hausse du cours de MP.
Si l’on retraite ce "sur-stock" du bilan, la trésorerie nette  serait d’environs 5M€.
Ceci est à mettre en comparaison avec une capitalisation de seulement 13,6M€ (soit une trésorerie potentielle qui couvrirait 37% de la capitalisation).

Depuis 5 ans, la capitalisation est "plutôt stable" alors que les capitaux propres ont fortement augmentés !
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2024_cofidur_cp_2017.png

La société est géré de manière très conservatrice et améliore son bilan année après année. Actuellement, la société est en position de trésorerie nette et n’a plus vraiment besoin des marchés pour se financer. La liquidité est très faible suite au regroupement d’action.

Le jour ou la trésorerie nette sera supérieure à la valorisation du flottant, alors il y a IMO de grandes chances que les dirigeants lancent un rachat.
Je n’ai pas trouvé quel est la part du flottant. Si quelqu’un a des infos …


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #23 04/06/2018 18h29

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   444  

Bonjour,
Il s’agit simplement du détachement du dividende annuel (8€ pour l’exercice 2017).


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #24 17/07/2018 17h19

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1769  

Aucune certitude, juste des hypothèses (en précisant bien que je suis loin d’être un pro sur ces questions en général, et encore moins sur Cofidur en particulier) :

Hypothèse 1 : Vente coordonnée d’actions attribuées aux dirigeants comme rémunération complémentaire : a priori hypothèse exclue car le rapport annuel 2017 précise qu’il n’y a eu aucune attribution d’actions gratuites aux dirigeants ou salariés.

Hypothèse 2 : Vente coordonnée d’actions par les dirigeants dans le cadre du programme de rachat d’actions : ce programme porte sur maximum 10% des actions (au total 38.675 actions), soit maximum 3.867 actions. Les 4 dirigeants détiennent au total 5% des actions, soit 1.934 actions. Les 87*3 = 261 actions correspondent-ils à leur part dans ce programme de rachat d’actions ? Mais alors pourquoi seuls 3 des 4 dirigeants ont-ils apporté leurs titres au programme ?

Hypothèse 3 : Rééquilibrage des parts entre dirigeants : selon la notification AMF du 4 juillet 2011 (je ne sais pas s’il y a eu des changements depuis et s’il y a une source plus récente), Henri Tranduc détenait 1,42% du capital, Thierry Richli 1,25%, Philippe Broussard 1,17%, et Serge Villard 1,17%. Les ventes par les 3 premiers de 261 actions (soit 0,67%) viseraient-elles à faire monter la part du 4e ?

Une estimation grossière en partant du nombre d’actions détenues au 4 juillet 2011 et en tenant compte du regroupement d’actions (200 anciennes pour 1 nouvelle) et de ces ventes donnerait les parts suivantes : Henri Tranduc 1,20%, Thierry Richli 1,04%, Philippe Broussard 0,95%, Serge Villard 1,17%. (Il s’agit d’une approximation car le nombre total d’actions avait baissé de 7.784.730 au 4 juillet 2011 à 7.735.515 juste avant le regroupement.)

Les nouvelles parts estimées d’Henri Tranduc (1,20%) et de Serge Villard (1,17%) sont notablement proches. Cela préfigure-t-il une possible succession comme PDG d’Henri Tranduc (69 ans) par Serge Villard (63 ans) ?

Hypothèse 4 : Franchissement à la baisse d’un seuil par le concert de dirigeants, et/ou rupture du concert : toujours selon la notification AMF du 4 juillet 2011, les 4 dirigeants forment un concert avec la société EMS Finance (dont ils sont actionnaires à parts égales, 25% chacun). Ce concert contrôle (nettement) plus de la moitié du capital et des 2/3 des droits de votes. Les petites ventes effectuées par 3 des 4 dirigeants ne changent rien à cela.

Mais se pourrait-il que ce concert soit dissous ? Ensemble les 4 dirigeants contrôlent exactement 5,00% du capital : peut-être les petites ventes par 3 d’entre eux visent-elles à faire passer ce nouveau concert (juste les 4 dirigeants) sous le seuil des 5% ?

Cela dit, c’est étrange de voir seulement 3 des 4 dirigeants formant ce concert vendre… Se pourrait-il qu’un (Serge Villard) ou 3 (les 3 autres) souhaite(nt) sortir du concert ? Si oui, il devrait y avoir d’autres annonces prochainement sur la composition du capital.

Conclusion : Plus de questions que de réponses. Une préférence pour l’hypothèse 3, qui me semble plausible au vu de l’âge du PDG. Mais je ne peux écarter les hypothèse 2 ou 4, même s’il manque beaucoup d’informations pour en évaluer la pertinence.

AMF : Pas encore d’actions Cofidur, mais intéressé par son suivi au titre de mon expérimentation (à contrecœur) de l’approche (deep) value.

Dernière modification par Scipion8 (17/07/2018 17h25)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #25 26/07/2018 23h46

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   444  

Le management a cédé pour 354k€, Je pense les titres ont été racheté par la holding (EMS FINANCE) car la liquidité habituelle de Cofidur est bien trop faible pour absorber ces volumes si rapidement (et hors publication).
Je ne vois pas d’autres acheteurs "naturels" qui seraient intéressés par être minoritaire d’une nano cap au capital verrouillé et sans avoir aucune liquidité sur sa participation !

A noter que l’opération est réalisée sur vers les plus bas récent … ce qui permets aux vendeurs de minimiser leurs éventuelles plus values…

Scipion8 a écrit :

les 4 dirigeants forment un concert avec la société EMS Finance (dont ils sont actionnaires à parts égales, 25% chacun)

Où avez vous trouvez la répartition du capital entre les actionnaires d’EMS Finance ?

Un petit historique sur les opérations capitalistiques :
2009 : EMS finance bloque une OPA hostile et rachète les parts d’ESCA et Calyon. La holding contrôle 54,12% du capital
2011: annulation d’action Cofidur, la holding EMS finance monte à 57,23% du capital
2017 : regroupement d’action de Cofidur, entraînant un assèchement de la liquidité
2018 : les dirigeant cèdent les titres qu’ils détiennent en direct. Réorganisation capitalistique avec la holding ?
*2019 : OPR ?*

Comme évoqué dans un précédent post, la position de trésorerie a beaucoup augmenté sur les derniers exercices ! Si la holding fait une OPR, elle récupérera ensuite la trésorerie de Cofidur ce qui lui permettrait de rembourser directement une partie de l’OPR …
Pour mémoire la trésorerie brute au 31/12/2017 (6,3M€) couvrait la valorisation actuelle du flottant (5,1M€ au cours de 340€ …).

Je maintient mon scénario d’une OPR prochaine entre 400€ et 500€.
A suivre … Il est quand même bizarre qu’il n’y ai pas de communiqués de la holding.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #26 27/07/2018 00h51

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1769  

@oliv21 : note de bas de page #1 dans le document AMF n° 211C1147 du 4 juillet 2011

J’ignore s’il y a eu du changement au capital d’EMS Finance depuis 2011…

Si c’est bien EMS Finance qui achète, c’est quand même étrange qu’il n’y ait pas de notification à l’AMF : sachant que les personnes physiques qui sont derrière EMS Finance sont les mêmes que les vendeurs, la logique pour moi voudrait que les notifications d’achat et de vente soient simultanées… (pas sûr des règles de l’AMF sur le sujet)

C’est pour ça que j’ai un doute sur le fait que ce soit EMS Finance qui achète. Tout ça reste une énigme pour moi.

Dernière modification par Scipion8 (27/07/2018 00h53)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #27 27/07/2018 11h59

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   127  

Attention Olivier : le lien n’est pas le bon (et dévoile votre nom au passage wink )

Je reste circonspect devant ces ventes… Sans news, difficile de savoir à quoi elles correspondent. Je conserve ma petite ligne.

Sylvain

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Be the change that you wish to see in the world

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #28 27/07/2018 14h29

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1769  

@oliv21 : l’acheteur ne serait-il pas la société Cofidur elle-même ? Le programme de rachat d’actions voté en mai 2018 prévoit l’achat d’un maximum de 3867 actions (10% du capital) sur 18 mois, au prix maximum de 400€ / action (soit un budget maximum de 1,55M€). Cela pourrait expliquer les prix de vente identiques entre les dirigeants…

Selon ma compréhension des règles de l’AMF (dont je ne suis pas un expert), si c’était EMS Finance qui achetait elle, elle devrait le notifier dans les 3 jours. (Ou y a-t-il une exception pour Euronext Growth ? Pour moi non, il y a des règles spécifiques pour le franchissement des seuils pour Euronext Growth, mais pour des achats ou cessions réalisés par une personne morale liée aux dirigeants je ne vois pas pourquoi il n’y aurait pas de notification à l’AMF. Et que les opérations se fassent de gré à gré ou sur le marché, les règles de notification sont les mêmes, selon ce que j’en comprends.)

S’agissant du scénario d’une éventuelle OPR, les dirigeants et EMS Finance forment un concert, donc a priori pas besoin d’une vente des dirigeants à EMS Finance pour préparer une opération de ce type (?). Et si c’est Cofidur SA (et non EMS Finance) qui achète les parts des dirigeants, cela ne semblerait pas trop coller avec un scénario d’OPR : la stratégie rationnelle serait plutôt d’utiliser le programme de rachat d’actions pour réduire la part des minoritaires.

Même scepticisme que vous sur les hypothèses de l’entrée d’un fonds ou d’un concurrent. J’ai regardé un peu l’actualité de 2 entreprises régionales qui avaient été intéressées par Cofidur dans le passé :

- Eolane (auteur de l’OPA manquée de 2009, non cotée) a bien grandi : son chiffre d’affaires est passé de 140M€ en 2009 à 360M€ en 2016, y compris par croissance externe. Eolane vient d’ouvrir une usine en Estonie. Ils pourraient avoir des munitions pour faire de la croissance externe : ils viennent d’ouvrir leur capital à Hivest Capital Partners à hauteur de 49%. Mais ils sont en pleine réorganisation de leurs usines en France, avec une situation sociale compliquée notamment à Montceau-les-Mines (même s’ils semblent embaucher dans d’autres régions). Difficile pour moi d’imaginer qu’ils puissent être intéressés par Cofidur dans ce contexte (cela dit, en 2009 le PDG d’Eolane était convaincu des synergies).

- Evolis (partenaire et client de Cofidur, cotée, CA 2017 80M€) ne me semble pas un candidat crédible pour une opération capitalistique sur Cofidur : après avoir aidé Cofidur à repousser l’OPA d’Eolane en 2009 (en prenant une participation de 10%), ils avaient revendu l’essentiel de leur participation en 2011, en soulignant bien qu’ils n’avaient jamais prévu une opération capitalistique sur le long-terme. En plus, ils viennent de faire un avertissement sur leurs ventes cette année.

Pour le moment les 4 dirigeants ont vendu 1082 titres, soit environ 55% de ce qu’ils détenaient (si mon estimation est correcte). ça m’interpelle que Serge Villard (né en 1955) ait beaucoup moins vendu que les autres : peut-être s’agit-il de préparer la succession d’Henri Tranduc (1949) ?

Un autre scénario serait qu’une nouvelle équipe dirigeante rachète les parts des dirigeants actuels, qui peuvent aspirer à "devenir rentier" ;-) : Thierry Richli (1951) et Philippe Broussard (1958) approchent aussi de l’âge. En parallèle, dans ce scénario il pourrait y avoir des changements capitalistiques à EMS Finance (selon que les dirigeants actuels choisissent un "clean exit" ou souhaitent rester au capital). Dans ce scénario, les futurs dirigeants (en supposant qu’ils agissent de concert) pourraient acheter l’ensemble des actions détenues par les dirigeants actuels (5% du capital) avant de devoir en notifier l’AMF.

Donc sans aucune certitude, mes scénarios perso, par ordre décroissant de probabilité seraient :
1) Programme de rachat par Cofidur SA
2) Préparation de l’arrivée d’une nouvelle équipe dirigeante
3) Changements capitalistiques liés à un changement de PDG (Serge Villard à la place d’Henri Tranduc ?)
4) Vente des dirigeants à EMS Finance (avec un gros point d’interrogation sur l’absence de notification à l’AMF)

AMF : pas d’action Cofidur.

Dernière modification par Scipion8 (27/07/2018 14h37)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #29 02/08/2018 09h51

Membre
Réputation :   2  

Nombre d’actions inchangées en juillet.
1067 droits de vote théoriques en moins.
85 actions privées de droits de vote (probablement dû au programme de rachat)
Sur la même période les dirigeants ont vendu 1264 titres.

Sources :
www.cofidur-ems.com/wp-content/uploads/ … N-2018.pdf
www.cofidur-ems.com/wp-content/uploads/ … T-2018.pdf
www.cofidur-ems.com/wp-content/uploads/ … ts0108.pdf

Edit 1 : Ajout des 85 actions privées de droits de vote
Edit 2 : Correction du message initial suite relecture de RX

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par JRaoul56 (03/08/2018 10h54)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #30 02/08/2018 10h23

Membre
Réputation :   72  

JRaoul56 a écrit :

Le programme de rachat d’action a ramassé 1067 titres en juillet + 85 actions privées de droits de vote.

Ce n’est pas comme cela que je lis ces chiffres: le programme de rachat a dû récupérer 85 titres (différence entre droits de vote théoriques et droits de vote exerçables)

Par ailleurs le nombre de droits de vote théoriques est passé de 62 458 à 61 391, soit 1 067 actions avec droit de vote double en moins (parmi celles-ci très certainement les 1264 titres vendus par les dirigeants, et peut être en sens inverses quelques actions qui ont acquis des droits de vote double)

Je complète pour renforcer l’hypothèse du rachat par EMS Finance:
Dans le cas contraire, il me semble que le concert des dirigeants et d’EMS Finance passerait sous le seuil des 2/3 des droits de votes (en considérant toutes leurs actions avec drots de vote double, il serait à 66.2%, sous réserve que la position d’EMS Finance n’ait pas bougée depuis 2013, ce qui semble confirmé par les états comptables jusque fin 2016, l’actif net immobilisé n’ayant pas bougé).

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par RX (02/08/2018 10h35)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #31 13/09/2018 17h33

Membre
Réputation :   72  

Petite mise à jour suite aux dernières annonces:


            20/05/2009    01/07/2011    29/01/2013  Regroupement      12/09/2018     
EMS       4 927 730       4 064 989            64970             20000              ?
Tranduc    110 578          110 578                                     553              -552     
Broussard  91 088            91 088                                     455              -455
Villard        91 088            91 088                                     455              -455
Richli         97 458            97  458                                     487              -401
Total       5 317 942        4 455 201                                 21 950

- En Juillet le nombre de droits de vote théoriques est passé de 62 458 à 61 391, soit 1 067 actions avec droit de vote double en moins (parmi celles-ci très certainement les 1264 titres vendus par les dirigeants, et peut être en sens inverses pour quelques actions qui ont maintenant des droits de vote double)*

- En août, aucune info sur des opérations de dirigeants, mais 225 droits de votes double en moins (61 066) à fin juillet

- En septembre pour le moment 599 titres "cédés" par les dirigeants. Si l’on regarde les données, certains n’en n’ont plus en direct…

aucune déclaration de franchissement de seuill n’a été faite à la baisse par le pacte d’actionnaire ce qui doit signifier que EMS Finance à acquis des titres pour permettre au concert de rester au dessus des 2/3.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #32 14/09/2018 21h40

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   97  

JeromeLeivrek a écrit :

1. A ma connaissance, il n’y a pas de seuil strictement inférieur à 5 % (75 % x 5,01 % = 3,75 %).

Je piste moi aussi ce beau dossier et j’aime particulièrement les tours de table quasi annoncés sur des boites qui décotent.

Cofidur me semble être un bon cheval pour cela, risqué, mais jouable.

Comme je l’ai dit dans un autre post, les règles AMF bougent tout le temps, c’est un jeu de pistes.

Il se trouve que sur feu Alternext devenu Euronext Growth, il n’existe plus le seuil de 5% , mais il reste uniquement deux seuils à déclarer 50% et 95%.

SEUILS ALTERNEXT - EURONEXT GROWTH

A horizon 2019/2020, si je ne me goure pas, les bâtiments de Périgueux et de Laval reviennent en propriété à Cofidur.

Extraits des RFA 2009 et 2010

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/1106_perigeux.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/1106_laval.jpg

Si on cumule le regroupement de titres, les cessions des insiders, l’horizon 2019/2020 sur les bâtiments, ca bouge derrière les rideaux et sent le tour de table.

A suivre.

SRV actionnaire de Cofidur (petite ligne car probabilité d’avoir tort non négligeable)

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #33 15/09/2018 13h34

Membre
Réputation :   66  

SRV etes vous certain que Cofidur sera propriétaire a l’issu du lease back?
Dans mon entreprise nous avons réalisé cette opération et nous en mordons les doigts car maintenant nous payons un loyer a vie, enfin en 369 reconductibles.
Et à la fois sur veminem et sur wikipédia, il est mentionné que a l’issu de cette opération l’entreprise n’est plus la propriétaire.. raison pour laquelle à mes yeux, cet actif sort du bilan.
wiki

Si je ne me trompes pas, fin 2020 comptablement, Cofidur ne profitera plus des PCA mais continuera de payer un loyer.. d’où la baisse de rentabilité que j’évoquais..

Dernière modification par gdauph (15/09/2018 13h34)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #34 15/09/2018 15h37

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   97  

Effectivement, je recherche le rachat que je pensais avoir vu dans les documents (dès fois ya des options de rachats des actifs en fin de lease)

Mais je ne trouve pas (plus ?) dans les RFA ni les news de boursier et zonebourse, désolé.

J’ai peut être écrit une bêtise en pensant que le retour des actifs était dans l’alignement des planètes.

C’est malheureusement un biais qui existe dans le fonctionnement du cerveau, interpréter les observations/dires etc… pour aller dans le sens de la conclusion que l’on souhaite.

Mais je me renseigne et fais un retour.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #35 19/09/2018 15h43

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   628  

Oui, mais la MBA (ainsi que le CF(O) et le FCF) n’est pas la dernière ligne du compte de trésorerie. Et un loyer se situe avant la ligne MBA, alors que le remboursement d’emprunt se situe après la ligne MBA.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #36 19/09/2018 16h14

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   444  

valeurbourse a écrit :

oliv21 a écrit :

La question est donc : Est-ce un loyer ou un emprunt ?

je ne comprends toujours pas la différence : payer ou loyer ou rembourser un emprunt est toujours une sortie de cash. Donc la suppression de cette sortie de cash améliore de facto le cash-flow. Vous n’êtes pas d’accord ?

Dans ma compréhension :
- un loyer est une dépense opérationnelle (et ne permettent pas d’augmenter la BV)
- un remboursement d’emprunt permet de réduire la dette (et donc d’augmenter la BV)

Je pense que ces "sale lease back" sont assimilables à un emprunt car chaque année on voit au bilan une réduction de la dette d’environs 800k€.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #37 24/10/2018 09h03

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   628  

Cession de Cherbourg !

Cofidur a écrit :

COFIDUR EMS, FILIALE DE COFIDUR S.A., annonce la cession de son activité de rénovation et de réparation réalisée sur le site de CHERBOURG

COFIDUR EMS, acteur majeur de la sous-traitance électronique en France, annonce avoir vendu le fonds de commerce lié au site de Cherbourg à une filiale de la société CORDON ELECTRONICS qui, avec un Chiffre d’affaires de 200 M€ est un des leaders depuis près de 30 ans du marché européen de la maintenance, la réparation et de la rénovation industrielle de produits électroniques.

COFIDUR EMS, dont le principal métier est la sous-traitance électronique, avait développé et dédié ces dernières années au site de Cherbourg une activité de réparation et de rénovation de produits.

Souhaitant se recentrer sur son cœur métier, COFIDUR a opté pour la recherche d’une solution de cession de cette activité au profit d’un acteur majeur de ce secteur pour continuer à en assurer le développement.

CORDON ELECTRONICS dont la principale activité correspond parfaitement au savoir- faire de Cherbourg a manifesté un vif intérêt pour intégrer ce site et son personnel dans son dispositif industriel et dans sa stratégie de développement.

COFIDUR EMS et CORDON ELECTRONICS ont donc convergé vers un accord de cession de 100 % du fonds de commerce attaché au site de Cherbourg qui prendra effet à partir du 1er novembre 2018

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #38 24/10/2018 10h51

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   97  

Humm , ca sent la vente à la découpe progressive, non ?

Sauf erreur de ma part , j’ai dans mes tablettes :

Il reste donc les bâtiments de Périgueux (5 000 m2) , celui de de Laval (30 000 m2)  qui sont en crédit bail à fin 2019/2020.

A ce sujet, je n’ai pas réussi à avoir un retour de la direction sur le retour ou pas en pleine propriété de ces actifs une fois les crédits baux terminés (moi je pense que si, les actifs seront restitués à Cofidur).

Et il reste le site de Montpellier 2000 m2.

Et le site de Cherbourg fait 8000 m2, vendu maintenant.

@oliv21 :

Mon avis :

Je pense que l’hypothèse d’avoir les 4 actifs à la même valeur n’est pas bonne car les 4 sites n’ont pas la même activité, la même surface, le même nombre de salariés.

Périgueux et Laval sont des outils de production, donc auraient plus de valeur pour un repreneur du secteur (Périgueux a été refinancé pour 2 Meur en 2009 - pour 10 ans en crédit bail ; et Laval refinancé pour 4.5 Meur en 2010 pour 10 ans en crédit bail aussi)

Les sites de Montpellier et Cherbourg ne sont pas des sites de production.

Je pense, mais je peux me gourer que Montpellier et Cherbourg sont des sites tertiaires.

Qui peut compléter ?

Dans tous les cas à pister, car ca fait beaucoup de signaux
regroupement des titres
ventes quasi simultanées d’insiders
vente du site de Cherbourg

et pour moi, ya aussi les crédits baux à échéance 2019 et 2020 pour les deux sites de production.

Ca bouge derrière les rideaux (là aussi) :-)

SRV

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #39 27/10/2018 07h50

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   367  

Je comprends le recentrage….

Le secteur est en pleine crise depuis plus d’un an

Un article récent qui en parle : La profession se mobilise pour lutter contre la pénurie de composants - VIPress.net

Selon mes infos, les cartes électroniques importées par les chinois des USA feraient partie des produits taxés depuis quelques semaines ; de fait, les industriels chinois se tournent vers des sous traitants européens…

@creuser et @suivre…
Bons trades
Stan

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par stanny (27/10/2018 07h51)


stock picker de small et micro caps - France - compartiments B, C et Alternext

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #40 23/01/2019 09h45

Membre
Réputation :   69  

M. Dudognon a multiplié les ventes récemment.

Parallèlement à cela, des infos commencent à filtrer sur la cession du site de Cherbourg. Le prix, par exemple : 3,6 M €.

A priori, c’est plutôt pas mal.
Mais les signaux paraissent tout de même un peu contradictoires.

La théorie du changement du tour de table était séduisante l’été dernier. Mais pourquoi avoir attendu janvier pour recommencer les cessions de titres ?

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Ours (23/01/2019 09h46)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #41 05/02/2019 17h55

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   444  

tigrou a écrit :

Ca parait d’autant plus illogique que la capitalisation doit s’approcher du niveau de la trésorerie nette suite à la vente de la filiale de Cherbourg.

Attention, la trésorerie n’est pas nette. Il y a à peu près 5M€ d’emprunt au passif !

Même si la valorisation devient intéressante, le dossier est encore loin d’être une net-net.
Pour l’instant, je suis en stand-by. Si le business se détériore réellement, on pourrait aller beaucoup plus bas. (Le business de la société est presque une commodité …)
Historiquement, le management a été très conservateur en étant pessimiste sur ses prévisions tout en parvenant à conserver une certaine rentabilité (qui est quand même en baisse ces dernières années).

Les dernières ventes réalisées en 2018 n’avait pas un impact si important sur les cours. Cela impliquait qu’il y avait un acheter en face (et j’avais supposé que cela pouvait être la holding).
Il n’y a, à priori, plus aucun acheteur aujourd’hui pour assurer la contre partie et cela provoque des baisses plus importantes des cours (partiellement rattrapées en clôture). Je m’interroge sur cette nouvelle situation…

On n’a toujours eu aucune confirmation que les ventes des précédents insiders étaient bien rachetées par la holding. Si ce n’était pas le cas, alors cela signifierait que tous les associés auraient vendus toutes leurs parts … ce qui serait très mauvais signe…

Je préfère attendre les résultats annuels pour en savoir plus …

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #42 08/02/2019 17h26

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   628  

Dans le 2e alinéa, je doute que le mot les "dirigeants" exclue les holdings de dirigeants. Sans certitude, mais je trouverais ça très étrange, et en tout cas en dehors de l’esprit de la loi.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #43 05/04/2019 09h52

Membre
Réputation :   69  

CA consolidé pour 2018 = 85,15M€
Résultat d’exploitation : +1,4M€
RN = +3,35M€ (en intégrant la cession du site de Cherbourg).

Les résultats sont disponibles ici.

La CB doit être plus ou moins égale à la trésorerie nette à présent, non ?

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Ours (05/04/2019 10h29)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #44 05/04/2019 11h44

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   267  

Le résultat d’exploitation est en baisse notable par rapport aux dernières années : 1,4 M€ en 2018 contre 2.3 M€ en 2017 mais la cession du site de Cherbourg entraîne un résultat exceptionnel de +3.3 M€ qui vient se rajouter.

Au premier semestre on avait seulement +0.4 M€ de bénéfice, on finit donc bien l’année, le deuxième semestre hors exceptionnel a été plutôt bon.
Si on reste sur la trajectoire du deuxième semestre en 2019, on reste proche des résultats des années précédentes qui sont aux alentours de 2 M€ par an.

Suite à la cession de Cherbourg, la VANN, mon indicateur favori pour Cofidur (VANN = Valeur d’Actif Net Net = trésorerie + créances + stock - dettes - provisions) progresse fortement de 483€ à 575€ (+19%).

La VANN est en théorie considérée comme un cours plancher et ne prends en compte ni la valeur de l’outil industriel, ni celle de l’immobilier.

Au cours actuel de 300€ (capitalisation de 12 M€)  la décote sur VANN est très importante, elle est de - 48% (soit un potentiel de 575/300= + 90%)
On peut donc acquérir Cofidur environ à la moitié de la VANN, ce qui est une situation exceptionnelle.

Mon analyse multicritère sur trois ratios : avec les objectifs  PER=15, P/CF=6 et P/B=1  (j’écarte par prudence l’objectif P/S=0.75) donne un objectif moyen de 535€ (+80%).

Mon Conseil: Compte tenu des finances très saines (VANN très positive), ceux qui ne sont pas encore trop chargés peuvent renforcer Cofidur

Notes en réponses aux commentaires:

Je calcule mon objectif de PER par rapport au PER récurent (hors exceptionnel).

Un objectif de vente à PER=15 peut paraitre ambitieux pour une petite société dans un secteur soumis à forte concurrence (sous-traitant électronique) mais la société à un bilan très sain, ce qui est indéniablement un plus. Tant que mon analysa multicritère donne un résultat inférieur à la VANN, je pense qu’elle reste prudente.

L’analyse multicritère donne:
PER = 15 > objectif 465€
P/CF =6 > objectif 460€
P/B = 1 > objectif 675€
moyenne des trois objectifs:  535€
VANN : 575€

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Larbinator (05/04/2019 18h28)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #45 05/04/2019 13h29

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   628  

Larbinator a écrit :

Le résultat d’exploitation est en baisse notable par rapport aux dernières années : 1,4 M€ en 2018 cpntre 2.3 M€ en 2017

La baisse de REX ne m’inquiète pas : le REX 2019 inclus 3,6 M€ d’amortissements contre 2,9 en 2017, ce qui explique l’essentiel de la baisse. L’EBITDA est donc de 5 M€ contre 5,2 en 2017.

Dans votre objectif ’PER=15’, vous avez enlevé les exceptionnels ?

Edit : je préfère tenir compte des amortissement nets, plutôt : 1,8 M€ en 2018 contre 1,0. On a alors un EBITDA de 3,2 M€ en 2018 contre 3,3 M€ en 2017.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par JeromeLeivrek (05/04/2019 14h42)


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #46 05/04/2019 13h43

Membre
Réputation :   79  

PER de 15 vu la taille de la société et sa rentabilité, je crois que c’est un tantinet optimiste…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #47 06/04/2019 14h22

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   444  

1.Je ne pense pas que Cofidur puisse intéresser des fonds. La liquidité est bien trop faible mais pourquoi pas un family Office.

2. Oui, Cofidur est clairement sous-évalué (+100% d’upside) si on applique les multiples de Cherbourg. Bien sûr, tout n’est jamais 100% comparable mais ça donne quand même une idée.

3. La grosse question est de savoir maintenant ce qu’ils vont faire de leur trésorerie. Soit elle va dormir comme chez GEA, soit on avoir des rachats d’actions ou OPR prochainement.

Pour 2019, mes hypothèses :
CA 70M€
ROC 1,7M€
RNPG 1,22

En terme de multiple, on a : (avec cours de base à 320€)
VE/ROC 19 : 2,90x

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #48 07/04/2019 21h28

Membre
Réputation :   52  

Concernant les comptes 2018, il faut toutefois noter page 11/59 du rapport annuel, note (1)

Suite à un Audit externe portant sur les exercices 2014 à 2017, la société COFIDUR EMS a obtenu de l’administration des dégrèvements sur les taxes suivantes :
Taxes foncières             356 (a)
CFE                              299     
Honoraires d’audit      - 144 Note 5.5
Incidence nette sur      ____
le résultat d’exploitation 511

(a)Les taxes foncières à la charge des bailleurs sont refacturées à COFIDUR EMS et comptabilisées en charges locatives. En conséquence, les dégrèvements ont été enregistrés en diminution du même compte (Note 5.5).

L’impact sur les comptes 2018 est tout de même de 511 ke de Rex additionnel (hors IS donc).
Hors impact de dégrèvement, le rex 2018 s’établit à 655 K€ (1 368 ke-511 ke).
Je trouve assez limite de l’inclure dans l’exploitation, même s’il est vrai que les charges initiales avaient été comptabilisées en exploitation. On grossit le Rex 2018 "artificiellement". Ce gain s’apparente à de l’exceptionnel à mon sens.

En prenant en compte cet impact, je trouve les résultats plutôt décevant.

Déontologie : détenteur d’obligations d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par alex470 (08/04/2019 16h16)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #49 08/04/2019 09h35

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   628  

Je suis circonspect. Le bilan est excellent mais les résultats mauvais.

Sur le bénéfice 2018, je relève les exceptionnels suivants :
+3,3 M€ de la vente de Cherbourg,
+0,5 M€ de dégrèvements de taxes
-0,7 M€ d’excès d’amortissement par rapport à l’usuel
- 1,1 M€ estimés pour la quote-part des impôts liés aux exceptionnels.

Sans ces éléments, le bénéfice serait de 1,3 M€ : 35 %  de moins que les 2 M€ des dernières années.  L’EBITDA 2018 inclut quant à lui les +0,5 M€ de dégrèvements de taxes, sans cela il ne serait que de 2,7 M€ contre une moyenne d’environ 4 M€. D’un point de vue opérationnel, l’exercice 2018 est donc moins bon que d’habitude.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #50 12/06/2019 18h13

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   127  

[humour]
Excellent article ce jour sur le blog Food and Tech

Food and Tech a écrit :

COFIDUR (négociation sur le marché Euronext Growth Paris sous le symbole ALCOF, avec un code ISIN de FR0013257409) ouvert à 312.0, atteignant un maximum de 314.0 et un minimum de 312.0 avant clôture au prix de 314.0. Il y a eu un volume total de 2.0 et un chiffre d’affaires de 626.0. Nous avons observé un indice de cumul-distribution de 104.0, un volume de 52.0 en solde, un flux de chaikin de 0.98 et un indice de force de -0.0. Il est également intéressant de noter qu’il existait une cote de facilité de mouvement de 0.44, une tendance des prix en volume de -0.64 et un indice de volume négatif de 993.67.

Il existait une plage réelle moyenne de 7.19, bandes de Bolinger de 319.32, bande de Bollinger supérieure de 310.68, bande de Bollinger inférieure de 315.0, indicateur de bande haute de Bollinger de 0.0, indicateur de bande de Bollinger de 0.0, canal keltner central de 313.0, bande de haute canal keltner de 319.0, canal keltner à bande basse de 307.0, indicateur de canal keltner à bande élevée de 0.0 et indicateur de canal keltner à bande basse de 0.0. Il y avait une bande haute 318.0 du canal donchian, une bande basse du 312.0 canal donchien, un indicateur de la bande haute du canal donchian de 0.0 et un indicateur de la bande basse du canal donchian de 0.0.

Nous avons vu une divergence de convergence moyenne mobile (MACD) de -0.29, un signal MACD de -0.21, une différence MACD de -0.08, un indicateur de moyenne mobile exponentielle rapide (EMA) de 314.42, un indicateur de moyenne mobile exponentielle lente (EMA) de 314.71, un index de mouvement directionnel moyen (ADX) de nan, un ADX positif de nan, un ADX négatif de nan, un indicateur de vortex positif (VI) de 1.0, un VI négatif de 1.0, une différence de vortex de tendance de 0.0, un trix de -0.06, un indice de masse (MI) de 8.93, un indice de canal de marchandise (CCI) de 13.33, un oscillateur à prix réduit (DPO) de 0.0, un oscillateur KST (KST) de -0.0 et un oscillateur KST (signal KST) de 3.29 (laissant une différence KST de -3.29). Nous avons également trouvé une note Ichimoku de 309.0, une note Ichimoku B de 309.0, une tendance visuelle Ichimoku A de 311.1, une tendance visuelle Ichimoku B de 311.1, un indicateur Aroon (AI) supérieur à 4.0 et un indicateur bas de 16.0. Cela laissait une différence de -12.0.

Nous avons trouvé un indice de force relative (RSI) de 43.63, un indice de flux monétaire (MFI) de 55.48, un indice de force véritable (TSI) de 8.31, un oscillateur ultime de 79.44, un oscillateur stochastique de 77.78, un signal d’oscillateur stochastique de 71.96, une notation%% Williams de -22.22 et un impressionnant oscillateur de 0.2.

Il y avait un retour quotidien de 0.64, un rapport journalier de 0.64 et un rapport cumulatif de -1.26.

Désolé d’avoir pourri la boite mail des 36 abonnés à ce fil… Je n’ai pas pu m’en empêcher ! Si quelqu’un comprend je veux bien une traduction big_smile
[/humour]

Plus sérieusement, puisque son auteur n’ose pas le mettre ici, je m’en charge : mise à jour de l’analyse de Cofidur sur le Projet Lynch

A+
Sylvain

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Be the change that you wish to see in the world

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #51 06/09/2019 09h31

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   444  

A noter que la saisonnalité dans les résultats : meilleure marge au S2.
Pour le S2, je tablerais plus sur un ROC 550 k€ / 580 k€ contre 342k€ au S1 2019 et 833k€ au S2 2018.
Ça donnerait un VE/ROC dans les 2,5 / 2,7x.

Le principal atout du dossier est la décôte sur fonds propres.
Je table sur des fonds propres vers 27M€ fin 2019. La capitalisation actuelle est de 10,8 M€. On a un ratio Capi / FP = 0,40 avec :
- QUE des actifs tangibles (pas de goodwill ou intangibles)
- probablement largement sous évalués à cause de l’amortissement (cf la cession de Cherbourg en 2018 : vente 3600 k€ avec PV 3283 k€ impliquant une valorisation de l’actif au bilan de seulement 317 k€ avant cession ).
-> Il est probable que la NAV des autres "immobilisations corporelles" soit très largement supérieure à la valeur inscrite au bilan (3803 k€) !

Je pense que la NAV de ces immobilisations peut valoir entre 10 000 et 40 000 k€ (cf multiple vente site cherbourg à 10,35x la valeur immobilisée), soit après impôts sur PV, un ratio Capi / NAV plus proche de 0,3 voire même 0,2). La décôté sur actif est donc IMO très importante.
Considérant :
- l’age avancé des managers (et l’actuelle absence de repreneurs),
- une rentabilité qui faiblit chaque année (à cause de la décroissance du CA),
- la probable "grosse" décote sur actif,
-> j’envisage la cession / liquidation de la société à CT / MT, la vente du site de Cherbourg étant la première phase de ce processus.
Les managers n’ont, IMO, vraiment aucune raison de prendre leurs retraites et rester actionnaire de la société si elle n’est plus rentable … La cession, même avec décôte sur la NAV, m’apparaît clairement comme évidente.
Le board n’a pour l’instant jamais clairement indiqué leur volonté de cession (ils n’ont jamais été très loquace dans leur communication / stratégie / perspectives). Ce scénario reste donc pour l’heure spéculatif … mais tellement logique !

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #52 06/02/2020 11h36

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   444  

CA 2019 : 68 183 k€

Cofidur a écrit :

L’exercice 2019 se solde avec un chiffre d’affaires de 68,18 M€, en retrait par rapport à 2018, principalement du à une forte proportion d’affaires sans achat de composants.
L’exercice 2019 sera cependant positif, démontrant une fois de plus la grande sensibilité du chiffre d’affaires par rapport au type de prestations demandées par nos Clients.

CA S2 2019 : 33 277 k€
CA S2 2018 : 42 314 k€
Retraitement cession Cherbourg :
10 600k€ sur l’année dont 6 500k€ au S1, soit 4 100k€ à retraiter au S2.
CA S2 2018 retraité : 38 214k€ 

En organique au S2, on aurait donc un CA en baisse de 13%  due à une baisse des facturations de MP (moins margées). Le CA est donc mauvais mais pas forcément représentatif de la rentabilité car la société indique rester bénéficiaire (et que le management est historiquement pessimiste dans ses communiqués).

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par oliv21 (06/02/2020 11h58)


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #53 02/04/2020 21h13

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   628  

Rapport 2019 ici.

Au cours actuel autour de 230 €, on a un PER autour de 8 et un P/FCF autour de 5-6. Le bon train-train habituel, en mieux que l’an dernier.

En EV on est carrément négatifs. J’attends toujours et encore la descente aux enfers des indices pour renforcer.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par JeromeLeivrek (02/04/2020 21h56)


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

Attention Cette page est une synthèse de la discussion. Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur