Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+1]    #51 27/05/2019 22h46 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2393 

M07 a écrit :

Cher IH, j’ai un avis qui diffère légèrement de vos propos. En voici la teneur :

Europe : en 2005, interdiction de l’utilisation des antibiotiques comme facteurs de croissance dans les élevages :
  Commission Européenne - COMMUNIQUES DE PRESSE  - Communiqué de presse - Interdiction des antibiotiques comme facteurs de croissance dans les aliments pour animaux
à noter que l’Europe est la seule région du monde à avoir pris cette mesure.

En 2018, cette interdiction a été étendue aux pays qui exportent de la viande vers l’Europe :
  Les règles de l?UE sur l’usage des antibiotiques dans les élevages s?étendent aux pays tiers – EURACTIV.fr
(les USA contestent cela comme étant contraire à la liberté du commerce).

En 2018 également, l’Europe a interdit l’usage prophylactique des antibiotiques dans les élevages :
  L’Union Européenne interdit l’utilisation prophylactique d’antibiotiques pour l’agriculture | CIWF Agroalimentaire

Alors, oui, il peut y avoir quelques éleveurs qui continuent, de manière illicite, à donner des antibiotiques. Mais il ne faut pas généraliser le comportement illégal de quelques personnes à toute une profession.

Et pourtant, les liens que vous indiquez contredisent votre conclusion : l’interdiction ne concerne qu’une certaine catégorie d’antibiotiques, ceux à facteurs de croissance.

D’ailleurs, votre dernier lien fait référence à une interdiction possible (à ma connaissance cela n’a pas été voté) des antibiotiques utilisés en "prévention", à partir de 2022, ce qui confirme bien que c’est parfaitement possible à l’heure actuelle en Europe et également en France.

Votre dernier phrase est donc trompeuse et erronée. D’ailleurs, cela n’a rien à voir avec l’intégrité/l’éthique ou non de l’éleveur, mais c’est simplement inhérent aux conditions de l’élevage intensif, il y a une telle surpopulation que sans traitement, les animaux seraient tous malades.

Vous doutez encore ? Il suffit de lire le site du Ministère de l’Agriculture français :

Site du Ministère de l’Agriculture français a écrit :

Des antibiotiques sont-ils mélangés aux aliments pour animaux ?

Depuis 2006, il est interdit par un règlement européen d’utiliser des additifs antibiotiques, à effet facteur de croissance, dans les aliments pour animaux.
En revanche, l’usage d’antibiotiques à visée thérapeutique (préventive ou curative) pour traiter des maladies bactériennes. Ces antibiotiques peuvent être introduits dans l’aliment pour faciliter leur administration à un groupe d’animaux. Il s’agit alors d’un aliment médicamenteux, qui est un mode d’administration par voie orale des antibiotiques aux animaux. C’est un médicament vétérinaire à part entière soumis à prescription, la prescription faisant suite à un diagnostic établi par un vétérinaire.

Source : Questions / réponses : les antibiotiques à usage vétérinaire et l?antibiorésistance | Alim’agri

Ou encore :

Site du Ministère de l’Agriculture français a écrit :

L’accompagnement des éleveurs pour réduire l’utilisation des antibiotiques



Un binôme au service de la réduction de l’usage des antibiotiques

Source : L?accompagnement des éleveurs pour réduire l’utilisation des antibiotiques | Alim’agri

S’il faut faire de la prévention pour une réduction de l’usage des antibiotiques chez les éleveurs, c’est donc qu’il y a un usage, vous ne croyez pas ?

Hors ligne

 

#52 27/05/2019 23h24 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   434 

donc forcément moins de cancer.

En dehors de surpoids/obésité, si c’est le cancer qui vous inquiète, ça n’est pas du côté de l’alimentation qu’il faut chercher (tabac, alcool, activité physique, UV, traitements hormonaux, agents infectieux -papilloma, hépatites B et C, EBV, helicobacter pylori, radon, amiante, particules fines).

N’oubliez qu’il y bien d’autres causes de morbidité que l’alimentation et de mortalité que le cancer smile.

Dernière modification par Geronimo (27/05/2019 23h25)

Hors ligne

 

#53 27/05/2019 23h39 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Réputation :   31 

Je privilégie aussi la production locale de qualité qui est souvent bio. Mais sans contact avec la filière on se repose sur les labels qui sont ce qui sont.
Je vient de visionner ce reportage sur le panel de poulet bas prix et de qualité et ces images illustrent bien ce qu’a évoqué IH à plusieurs reprises


Mieux vaut manger moins de viande et payer le prix en allant au boucher.
Les industriels ont optimisés toute la filiale et l’industrialisation de la viande à ses limites (espace réduit qui aide les bactéries à proliférer, utilisation à outrance des antibiotiques…).

Dernière modification par FunnyDjo (27/05/2019 23h40)

Hors ligne

 

#54 27/05/2019 23h47 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Réputation :   26 

cricri77700 a écrit :

boire avec modération ( hein smile )

Parfois, il se fait long à venir ce Modération, alors on boit un peu plus que prévu smile

Hors ligne

 

#55 27/05/2019 23h58 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   600 

La solution que j’ai trouvée depuis 12 ans, et qui me satisfait pleinement : consommer dans une scop (paniers) bio avec les avantages suivants :
- bio
- local (donc minimisation de transports)
- petits producteurs
- circuit court (uniquement quelques salariés)
- produits de saison
- pas de choix donc pas de prise de tête (mais il y a une caisse d’échange pour les produits qu’on n’aime pas)
- temps pour faire les courses hyper réduit (15 min/semaine) et agréable
- je ne vais plus en supermarché à part exceptionnellement
- satisfaction politique de faire ce que je peux pour l’environnement
- satisfaction politique car la scoop est une cogestion salariés/producteurs/consommateurs
- emballages réduits au minimum (aucun pour les fruits et légumes, minimum pour produits transformés).

Dernière modification par JeromeLeivrek (28/05/2019 10h49)


Parrainages Binck : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne

 

#56 28/05/2019 10h54 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   116 

Bon j’ai écris 2 messages que j’ai perdu donc je vais faire plus court que prévu.

IH vous vous trompez non pas sur ce qui est admis mais sur votre raisonnement. Les causes et les conséquences sont maniées par L214 ou autre en les inversant.

1) L’alimentation animale est bourrée OGM + source ministère écologie.
FAUX : il y a des OGM dans l’alimentation animale mais pas bourrée et en petite quantité. Une vache ca mange par exemple du foin (40-50% de sa ration), des céréales, etc… en très grosses quantités versus du tourteau de soja (max 1-2% si c’est pas un autre légumineux). La très grosse majorité vient de France voire du champ de l’éleveur ou d’un de ces voisins ou d’un gros bassin céréalier. D’ailleurs le ministère de l’écologie le dit : on importe ce qu’on a pas. Et ce qu’on a pas c’est du soja principalement. Et il vient très probablement d’Amérique du sud qui autorise les OGM. La production mondiale de soja est polluée par les OGM.
Il existe aussi des aliments industriels en élevage et là encore la teneur en OGM est réglementé par un règlement européen.

2) Les antibiotiques c’est pour pallier aux conditions horribles d’élevage.
FAUX : les antibiotiques en élevage étaient historiquement des facteurs de croissance. Maintenant ils sont uniquement sur prescription d’un vétérinaire en prévention ou en curatif. Je pense qu’il est le mieux placé pour savoir si oui ou non il doit prescrire des antibiotiques ou pas en préventif ou pas. Après, pourquoi parle-t-on de prévention auprès des éleveurs ? C’est simple, pour réduire les traitements au antibiotiques tels que le veut Ecoantibio, il faut améliorer les conditions d’élevage (ça ne veut pas dire qu’ils sont horribles). Donc faire de la prévention chez les éleveurs. Et comme Ecoantibio encadre la délivrance d’antibiotique par les vétérinaires l’effet est donc important. Franchement, le duo marche très bien. Les antibiotiques sont en baisse constante.

3) La Croix : ce journal est juste méga orienté et de mauvaise foi. Dire que les antibiotiques donnés aux animaux est la cause principale de la résistance aux antibiotiques actuelles, c’est juste n’importe quoi. D’ailleurs si cela avait été le cas, on aura eu plus de prévention en vétérinaire qu’en humaine dès 2005. Or Ecoantibio n’a que quelques années (2017?) alors que la réduction chez les médecins a commencé en 2006.

Hors ligne

 

[+1]    #57 28/05/2019 11h16 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2393 

@Kabal,

Je ne vois aucune contradiction dans votre réponse avec mon message.

1) Vous citez les vaches, mais les vaches ne font pas parties de l’élevage industriel (on voit des vaches en pâturage dans les campagnes, mais ni cochon, ni poule). Dans les élevages industriels, la nourriture principale est le soja, et il est importé et il contient des OGM.

D’ailleurs, pas plus tard que l’année dernière, il y a même eu un scandale car des aliments contenaient des OGM interdits : Un OGM interdit détecté dans des tonnes d?aliments pour animaux d?élevage en Europe - Libération

2) Le ministère de l’agriculture est complètement pro-agriculture, et pourtant, on peut y lire :

Réduire ses antibiotiques et améliorer la santé d’un élevage est une opération délicate où il faut tirer l’ensemble des ficelles… Simple à dire mais lorsque l’on travaille sur du vivant, c’est lent et compliqué à mettre en place ! Le processus de démédication d’un élevage n’est pas anodin. Lorsque l’on décide l’arrêt de l’antibiotique préventif chez les jeunes porcelets d’à peine un mois qui pèsent 7-8 kilos, c’est très angoissant pour l’éleveur. Il perd alors une grosse protection !

Il va de soi que le vétérinaire qui est payé par l’éleveur prescrira tous les antibiotiques qu’il faut prescrire pour éviter les maladies, et elles sont inhérentes à l’élevage intensif, donc il y aura des prescription préventives.

3) La Croix est un journal de droite bien traditionnel. Les animaux ils s’en foutent. Donc si même eux mentionnent l’abondance d’antibiotiques en prévention…

Par contre, il est vrai que l’usage des antiobiotiques est en diminution depuis les années 2000.

-

Je maintiens donc mon propos.

Quand vous mangez de la viande industrielle (cochons, poulets et dérivés), vous mangez la majorité du temps :
- des animaux élevés dans des conditions misérables,
- des animaux nourris aux céréales OGM,
- des animaux qui reçoivent des vitamines & minéraux (quid de leur fabrication ?),
- des animaux qui reçoivent des antibiotiques,
- des animaux transportés dans des conditions lamentables jusqu’au lieu d’abatage,
- des animaux souvent abattus dans des conditions discutables, dans des abattoirs hors d’âge.

Si vous mangez du bio, c’est un peu mieux, notamment en ce qui concerne les poules.

Le propos est également valable pour les poissons d’élevage, où il y a aussi bcp à dire.

Just the facts.

Je sais bien que le propos dérange, et on peut se ranger derrière des "c’est pas partout comme ça, tous les animaux sont pas élevés comme ça, etc.", sauf que c’est comme ça que fonctionnent les élevages industriels et la majorité des animaux et produits animaux consommés (poulets, cochons, œufs, charcuterie) viennent de ce type d’élevages.

Hors ligne

 

#58 28/05/2019 11h38 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   396 

Concernant la viande , chez le boucher c’est industriel pout vous ?

Par exemple ce matin j’ai pris des côtes de porc label rouge , de la viande haché et du filet de dinde chez le boucher et des légumes bio surgelé et non surgelé ainsi que des céréales en vrac bio pour le matin également.

Chez le poissonnier de Leclerc par exemple , il y a des choses à dire ?

Du saumon ect cette semaine ( 1× par jour )

Pour conclure, cela m’a coûté 160 euros pour 1 semaine pour 4 pour :

- poisson tout les jours le midi et viande du bouché le soir.
- légume et feculent à chaque repas bio.
- fromage bio à chaque repas
- compote bio dessert et carré de chocolat bio.
- pain bio au céréale.

Je ne choisis pas vraiment les légumes mais plutôt en fonction des promo également surtout sur la viande et poisson.


Maintenant je profite !!!

Hors ligne

 

#59 28/05/2019 11h42 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   104 

Faith a écrit :

quand mon frère s’inquiétait de manger la peau d’un concombre tout en avalant sa 10ème rondelle de saucisson et son 3ème verre de vin rouge.

Dans mes bras…


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne

 

[+1]    #60 28/05/2019 11h50 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   116 

Les propos ne me dérange pas puisque je sais exactement de quoi il retourne et que j’ai vu des élevages de tous les types d’animaux et de tous les types de conditions, des abattoirs, des vétérinaires prescripteurs, des laboratoires pharmaceutiques, des autorités de santé et de l’agriculture. J’ai bossé dans un élevage et j’ai fabriqué du fromage.

J’ai également accès au volume des antibiotiques dont vous parlez et je connais aussi les tendances. Je connais les gens qui ont rédigé Ecoantibio.

Je sais ce que je mange bien plus que vous probablement et je sais aussi ce que je ne mange pas. Par exemple, je ne mange pas de viande Halal de mon plein gré ni aucun plat qui marque explicitement que c’est de la viande Halal. Ça pour moi, c’est un vrai sujet en lien avec le bien être animal.

Vos propos ont un son de vérité mais complètement déformer au final. Même en bio (que je connais peu), abattage et transport sont les mêmes que le non bio. Les antibiotiques sont les mêmes et les temps d’attente avant abattage sont basés sur les mêmes normes. A abattage, le porc aura de toute façon des résidus jugées acceptable par les autorité de santé européenne, validée par des experts des 27.

Cela ne m’empêche pas d’être d’accord avec vous, moins d’antibio et moins d’élevage intensif serait le mieux. Et le pire des élevages restent évidement les poulets en batterie. Mais je suis en total confiance quant à ce que je mange.

Cricri a écrit :

Concernant la viande , chez le boucher c’est industriel pout vous ?

Ce dont parle IH, c’est la filière dite industrielle qui concerne les élevages de porc et de volaille. Même le poulet de Bresse est considéré dans cette filière alors qu’il est loin d’être industrielle au sens (intensif). Le boucher n’est qu’un distributeur de ces filières. Il peut vendre du poulet en batterie comme du poulet de Bresse. Du porc de Bretagne industriel ou du porc sauvage corse. Idem pour Leclerc.
Si vous voulez sélectionné, il faut connaitre les conditions d’élevage. Pas si facile de s’y retrouver mais il vaut mieux prendre de la viande avec des labels qualités ou des AOC (je ne sais pas si sur la viande c’est le bon label) type "Poulet de Bresse" (celui avec les pattes bleues).

Dernière modification par Kabal (28/05/2019 11h56)

Hors ligne

 

[+2]    #61 28/05/2019 14h34 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Réputation :   41 

Kabal a écrit :

Les antibiotiques sont les mêmes et les temps d’attente avant abattage sont basés sur les mêmes normes

Si je peux ajouter ma pierre à l’édifice car je connais bien le milieu de l’élevage bovin (en conventionnel), des extranets existent (obligation réglementaire) pour tracer toutes les interventions sur chaque animal (antibiotiques, vaccins, vermifuges, antiparasitaires (aussi pour le bien être animal)…).

Je vois apparaître effectivement les mêmes noms de produit ! A l’exception près qu’ils sont suffixés par le terme "bio" (véridique) et que le délai en jours de carence (pour la consommation de lait ou de viande) est doublé par rapport au conventionnel.

J’administre très peu de produits et en général lorsque les animaux sont des veaux lorsqu’ils ont 9-12 mois (plus sensibles à cet âge) sachant que les blondes d’aquitaines sont en général vendues vers 36 mois voir plus.

Sans vouloir prêcher ma paroisse, acheter de la viande rouge française reste un modèle assez extensif (par rapport au poulet par exemple) : les animaux pâturent plus de 200 jours par an et sont en moyenne à 3 UGB (Unité Gros Bovins) par hectare. C’est à dire que dans un herbage de 1 hectare, il n’y aura que 3 bovins âgés de 36 mois à l’intérieur.

Il n’y a aucun Label Rouge pour le moment dans mon secteur (dans la viande bovine). Je vends à l’abattoir qui est seulement à une vingtaine de kilomètres (nous avons cette chance car énormément d’abattoir ont fermés pour cause de faillite ces dernières années).
La viande Halal va AMHA effectivement à l’encontre du bien être animal ("norme" d’abattage).

Finalement, l’exploitation a des bovins pour 2 choses très importantes :
- occuper les prairies permanentes (aux yeux de la PAC) le fait de les transformer en labour serait une catastrophe écologique : ruissellement des eaux, inondations… Sans compter le rejet de CO2 avec l’emploi d’une charrue…
- Et pour obtenir du fumier, un engrais très efficace et naturel.

Tout ceci, les médias ne le mettent pas beaucoup en évidence (voir jamais) alors que c’est la base même de l’agronomie ou "l’équilibre polyculture-élevage". J’ai lu un article comme quoi 66 % des exploitants bio ne possédaient pas d’élevage, si ce ratio continue, ils vont droit dans le mur car les sols vont comporter des carences, la matière organique va disparaître petit à petit…

Derniers points fâcheux : le prix de vente des carcasses actuellement (en conventionnel) : les cours sont en moyenne de 4,70 € HT/Kg (!) pour de la Blonde d’Aquitaine (qualité supérieure).

Dernière modification par Gamma76 (28/05/2019 14h37)

Hors ligne

 

#62 28/05/2019 15h43 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   116 

Outch ! A 4.70€ HT/kg poids vif, ça fait pas énorme (environ 2000€ la vache). A ce prix au kilo, je vous prends les cotes de bœuf et l’araignée ! Même si vous faites pas du bio wink

Pour les produits bio dans l’extranet, je ne connaissais pas mais ça me fait bien marrer.

Hors ligne

 

[+2]    #63 28/05/2019 19h09 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Réputation :   41 

Finalement, j’ai même l’impression qu’il s’agit du même médicament (entre le bio et le conventionnel) et que seul les délais d’attente pourraient changer mais ne connaissant pas le monde du bio je ne voudrait pas trop m’avancer…

Je prends un exemple avec un médicament contre la toux s’appelant "KEFLORYL FL", voici les délais d’attente avant de consommer :
- en bio : 90 jours pour le lait, 60 jours pour la viande
- en conventionnel : 90 jours pour le lait (comme en bio), 30 jours pour la viande

Certains seraient étonné de la traçabilité lié à un bovin (qui est très aboutie), il est possible de connaitre la lignée exacte des ascendant de la bête (sur plusieurs générations), les dates exactes de ses vêlages, les dates exactes de ce qu’on lui a administré de sa naissance à sa mort…
De plus, l’éleveur doit impérativement conserver l’ensemble des ordonnances et l’ensemble des factures sur les aliments sec qu’il aurait pu acheter pour l’hiver.

Et à côté de cela, on importe massivement de la viande qui n’a pas du tout la même traçabilité par des traités comme le MERCOSUR… Le monde va mal !

@Kabal, et encore 4.70 € c’est pour du haut de gamme, la charolaise et vendue moins cher et pour de la vache de réforme encore bien moins ! Certaines génisses pèsent jusqu’à à 590 Kg, ça peut aller jusqu’à 2800 €. Navré mais je ne pourrais vous faire ce prix sur de bons morceaux ;-) Et développer le circuit court, j’y pense, mais ça peut s’avérer très chronophage ! Et la vente à un supermarché local a été un échec, il n’y a pas eu de marge complémentaire par rapport à l’abattoir…

Nous pouvons aussi discuter de la pomme de terre de consommation ! (en conventionnel), saviez-vous que lors de mauvaises années, où il y trop d’offres par rapport à la demande, il nous est arrivé de la vendre 0,05 € du Kg voir moins à notre courtier (nous livrons par format de 20 tonnes).

Hors ligne

 

#64 30/05/2019 22h52 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   434 

Si je peux me permettre un exemple de Bio-washing qui m’a bien fait rire :

Céréales Nesquik

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/3207_20190530_223538.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/3207_20190530_223634.jpg

----

Céréales Nesquik Bio

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/3207_20190530_223559.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/3207_20190530_223652.jpg

Je vous laisser comparer les prix au kg et les compositions nutritionnelles.

Le paquet bio est 2x plus cher alors qu’il n’est pas enrichi en vitamines et minéraux.

En clair :
-le produit Bio c’est de la daube qui coûte très chère.
-et le produit conventionnel c’est de la daube qui a au moins l’intérêt d’être renforcée en vitamines et minéraux (le seul intérêt nutrionnel de ces céréales, par exemple en fer qui est essentiel pour les jeunes enfants surtout s’ils sont passés au lait de vache très tôt).

Je ne sais pas si le label Bio vaut le coût (sic!) smile

Dernière modification par Geronimo (30/05/2019 22h59)

Hors ligne

 

#65 30/05/2019 23h06 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   396 

Le label bio vaux le coût peut être uniquement pour les légumes !?


Maintenant je profite !!!

Hors ligne

 

#66 30/05/2019 23h12 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   434 

Hors ligne

 

#67 30/05/2019 23h30 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Réputation :   18 

Pour ma part je maintiens que c’est aussi au consommateur de s’éduquer et savoir faire la différence entre le "bio marketing" (l’exemple du nesquik etc) et le bio réellement sain ie lire les étiquettes.

Idéalement il faudrait un label qui garantisse l’origine bio+eco-responsable+durable+local+solidaire pour être complètement satisfait…

Quelqu’un veut se lancer ?

Moi je ne suis toujours pas éduqué sur l’opacité des origines des produits distribués par les marchés ou les bouchers ou les poissonniers ou les boulangers…etc A part faire vivre l’économie locale est-ce vraiment mieux que l’équivalent au supermarché où l’origine est souvent claire, les étiquettes détaillée etc…

Hors ligne

 

#68 31/05/2019 10h36 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2393 

cricri77700 a écrit :

Le label bio vaux le coût peut être uniquement pour les légumes !?

Pas nécessairement.

Les produits préparés comme céréales de petit déjeuner, etc. sont de toute façon des daubes, bio ou non : bourrés de sucre, bourrés de sirop de glucose/fructose et souvent de graisses hydrogénées. Ils sont principalement responsables de l’épidémie d’obésité dans les pays occidentaux, avec la sédentarité.

Par contre, si vous prenez un bête produit comme de la sauce tomate, un comparatif de 60 M de consommateur a montré que les versions non-bio contenaient des résidus de pesticides et autres joyeusetés : destinationsante.com/sauces-tomates-ind … cides.html

Personnellement j’applique cet algorithme :

1) des aliments les moins transformés possibles, que je peux voir,
2) des aliments bio et français, ou sinon
3) des aliments français, ou sinon
4) des aliments bio UE, ou sinon
5) des aliments non-bio UE, ou sinon
6) des aliments bio monde, ou sinon
7) des aliments non-bio monde.

Et je lave tout avec de l’eau. Même dans un bête produit comme du riz on trouve à présent des traces d’arsenic (www.doctissimo.fr/html/nutrition/securi … on-riz.htm). Donc il faut tout laver !

Si vous ne voyez pas un aliment (cas des préparations industrielles), il faut avoir conscience que ce sont les pires produits que l’on vous met dedans, et que l’on va masquer le manque de qualité avec des colorants et des arômes.

Un livre très intéressant qui fera prendre conscience à chacun des abominations de la nourriture "industrielle" : Vous êtes fous d’avaler ça ! Un industriel de l’agro-alimentaire dénonce

Hors ligne

 

#69 31/05/2019 10h53 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   485 

InvestisseurHeureux a écrit :

Et je lave tout avec de l’eau. Même dans un bête produit comme du riz on trouve à présent des traces d’arsenic (www.doctissimo.fr/html/nutrition/securi … on-riz.htm). Donc il faut tout laver !

Cette phrase me semble emblématique du "problème" du bio:

Vous lisez un article mentionnant que "Le riz et les produits à base de riz n’apparaissent pas comme de forts contributeurs", selon l’ANSES (moins de 1% de l’exposition alimentaire de la population pour l’arsenic, que ce soit pour les adultes ou les enfants)."
Vous en concluez qu’il faut tout laver (sous entendu, le riz aussi… )

Voilà où je trouve qu’il y a un problème:
- l’arsenic dans le riz n’est manifestement pas un problème (sinon les 99% restant vous auraient tués 99 fois)
- l’arsenic est présent dans à peu près tout ce qui pousse dans la terre
- le riz bio contient également de l’arsenic
- vous pouvez manger tout le riz à l’arsenic que vous voulez: ça ne représentera encore pas grand chose par rapport à ce qu’ingère un pécheur.

Bref, le "problème" du bio est, selon moi, qu’il part sur le même biais que vous dans ce post: on part d’un produit qui fait peur (arsenic/pesticide) et on cherche à le fuir sans se poser la question de sa dangerosité avérée en situation réelle.

Dernière modification par Faith (31/05/2019 10h53)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne

 

#70 31/05/2019 11h02 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2393 

Faith a écrit :

Bref, le "problème" du bio est, selon moi, qu’il part sur le même biais que vous dans ce post: on part d’un produit qui fait peur (arsenic/pesticide) et on cherche à le fuir sans se poser la question de sa dangerosité avérée en situation réelle.

Le truc c’est que je prends toutes les recommandations de l’ANSES ou que sais-je avec des pincettes.

Tous les seuils sont toujours définis individuellement et ne prennent pas en compte les cumuls ou les interactions. Ils différent aussi parfois selon les pays.

Par ailleurs, pour suivre l’évolution sur les "conseils" alimentaires depuis deux décennies, j’ai pu voir de nombreux changement dans les préconisations qui sont données.

Un exemple, sur le poisson, dont aujourd’hui on ne recommande de ne pas manger plus de deux fois par semaine à cause des métaux lourds.

Ou le dioxyde de titane, présent notamment dans les bonbons pour les enfants, qui sera interdit en 2020 (Le dioxyde de titane (E171) interdit à partir de janvier 2020 : qu’est-ce que cet additif controversé et où le retrouve-t-on ? - LCI), alors que ça fait des années qu’il est soumis à controverse et que les "insiders" évitent tous les produits qui en contiennent.

C’est un peu comme la bourse quand un titre baisse : parfois le marché se trompe, mais parfois il n’y a pas de fumée sans feu…

Hors ligne

 

#71 31/05/2019 11h10 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Réputation :   41 

Dans l’idéal, comme le dit IH, il faudrait acheter le moins de produits transformé possible.

Les produits encore plus "bidouillés" comme les yaourts 0% ou encore les pâtes cuites en 3 minutes au lieu de 10 seraient à radier de la liste d’achat.

Acheter du bio venant des pays de l’Est ou hors Europe (avec des normes totalement différentes) sans compter le bilan carbone du transport doit également faire réfléchir. Faut-il mieux privilégier le local que d’acheter du bio coûte que coûte… ?

Il y a des paradoxes dans le bio : en France, la culture de tomates bio sous serre chauffée (au fioul) est autorisée (j’espère que cette hérésie sera bientôt interdite ?).

La banane bio du Honduras contient des pesticides interdit en France depuis bien longtemps dans le conventionnel !

C’est compliqué pour le consommateur lambda…

J’ajouterais qu’il n’y a aucune volonté politique : les politiciens veulent l’arrêt du glyphosate dans à peine 2 ans, et à l’échelle de la Normandie (soit 5 départements) une aide Contrat de transition : Glyphosate Normandie 2021 est proposée mais la candidature est pour 50 exploitations maximum !
D’autant plus que des projets de réduction d’aides PAC pour la transition vers le bio tendent à être réduits, sans compter qu’une partie des subventions bio sont perçues 2 ans plus tard par les exploitants, c’est extrêmement difficile pour la trésorerie…

Dernière modification par Gamma76 (31/05/2019 11h17)

Hors ligne

 

#72 31/05/2019 11h15 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   434 

IH a écrit :

Les produits préparés comme céréales de petit déjeuner, etc. sont de toute façon des daubes, bio ou non : bourrés de sucre, bourrés de sirop de glucose/fructose et souvent de graisses hydrogénées.

Tout à fait d’accord.
C’est toutefois je pense une bonne illustration de ce que la label Bio n’est pas : ni un label qualité, ni un label nutritionnel/santé.

IH a écrit :

Par contre, si vous prenez un bête produit comme de la sauce tomate, un comparatif de 60 M de consommateur a montré que les versions non-bio contenaient des résidus de pesticides et autres joyeusetés : […] Et je lave tout avec de l’eau.

Ca doit être compliqué pour les graines de café.

Gamma76 a écrit :

C’est compliqué pour le consommateur lambda…

Je pense que ce qui déroute le consommateur lambda, c’est qu’il pense acheter un label qualité/santé alors que ça n’en est pas un.

Dernière modification par Geronimo (31/05/2019 11h28)

Hors ligne

 

#73 31/05/2019 11h19 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2393 

Gamma76 a écrit :

Il y a des paradoxes dans le bio : en France, la culture de tomates bio sous serre chauffée (au fioul) est autorisée (j’espère que cette hérésie sera bientôt interdite ?).

La banane bio du Honduras contient des pesticides interdit en France depuis bien longtemps dans le conventionnel !

Oui il n’y a pas d’uniformité dans le bio à l’échelle mondiale, et c’est problématique.

C’est pour cela qu’il vaut mieux préférer le local quand c’est possible et bien laver les aliments, voire les éplucher.

Il y a aussi des pays considérés comme notoirement douteux pour le bio : la Chine, l’Inde et l’Italie (à cause de la mafia).

Hors ligne

 

#74 31/05/2019 11h24 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Réputation :   41 

Avez-vous également entendu parlé de la variété de blé bio Renan ? Celle-ci soulève une certaine polémique :

OGM ou pas ? Le point sur le blé Renan

Hors ligne

 

#75 31/05/2019 11h27 → Comment manger et acheter bio ou solidaire ? (bio, local, manger, nourriture, solidaire)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   434 

La banane bio du Honduras contient des pesticides interdit en France depuis bien longtemps dans le conventionnel !

Pour info, le bio français contient également des pesticides interdits en conventionnel.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech