Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

[+1]    #1 14/05/2011 10h33

Membre
Réputation :   11  

je vais rencontrer Nicolas Sérès autour d’un café la semaine prochaine.

Il a l’air dispo pour le dialogue et c’est en général bon signe d’avoir quelqu’un qui propose de se rencontrer plutôt que téléphone ou mail.

n’hésitez pas à me mettre une série de questions je transmettrai smile

je vais notamment demander des renseignements sur leur mode de sélection des start up

plus d’info sur le montage "holding"

et encore 2 3 questions qui me viendront d’ici là smile

Mots-clés : bpi france, financement participatif, love money, wiseed

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 11/06/2013 12h31

Membre
Réputation :   1  

j’ai trouvé plusieurs sites :
Wiseed.fr, Particeep.com, smartangels.fr… http://www.particeep.com/http://www.wiseed.fr/  http://www.smartangels.com/

avez- vous testé ? quelles sont leurs différences ?

Dernière modification par azerty538 (11/06/2013 12h57)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #3 18/01/2015 23h42

Membre
Réputation :   58  

Je ne connais que WiSeed, mais j’imagine qu’il y a peu de différences fondamentales entre eux, Axanogo et Particeep.

WiSeed fait de la start-up (pre-revenus) et de la PME (capital croissance).

Leur modèle est assez similaire à un fundless sponsor, c’est-à-dire qu’ils effectuent:
-le sourcing des deals
-la due diligence
-le gestion des participations avec une place au conseil d’administration de la start-up
-mais n’investissent pas leurs propres deniers

Ils se rémunèrent avec 3 couches :
-Frais de closing entre 5% et 10%
-5% de frais de management par an
-20% de la plus-value éventuelle à la sortie

Les fonds de Venture Capital/Private Equity prennent typiquement 20% de la plus-value, mais sur la totalité du fonds, pas sur un seul investissement. Ici cela me parait donc bien cher. D’autant plus que Wiseed ne mettent pas leurs propres fonds et que cela peut entrainer des coûts d’agence.

Le crowfunding a quelques inconvénients, dont une potentielle selection adverse (les meilleurs deals arrivent-ils sur la plateforme ?) et également un risque stratégique pour les sociétés à faibles barrières à l’entree qui divulguent publiquement leur stratégie.

Cela dit, le crowdfunding est une solution -certes couteuse- pour diversifier son portefeuille avec une notion plaisir, intéressant pour les personnes qui n’ont pas accès aux fonds classiques VC et/ou PE (où le ticket d’entree minimum est plus élevé).
Pour ceux qui ont du temps et veulent avoir une relation avec le management, participer à un club de business angel est une excellente alternative.

A noter que si les investissements sont sur de la start-up uniquement, il est conseillé d’investir sur au moins 20 start-ups pour diluer le risque, dixit le réseau de business angels français "France Angels".


SmartPortfolio.org : outil gratuit pour se constituer un portefeuille de trackers personnalisé

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 09/03/2016 19h50

Membre
Réputation :   98  

Bonjour,

Vous pouvez lire les sujets ci-dessous:

Unilend : votre avis sur la plateforme de prêts Unilend ?
Sur Unilend mais le crowlending en générale qui est moins "carré" que ce que vous semblez penser.

Investir dans des start-up et PME…
Cet sujet traite de l’equity.

Vous parlez de garantie mais on est sur du capital tout de même, qui plus est des
business un peu innovant en générale.Je pense que le rapport de force est totalement
différent du cadre d’un cercle de business angel offline.Là c’est c’est pour un publique large,
prétexte à des valorisations d’entrée exotiques.

Dernière modification par Nek (09/03/2016 19h53)


Parrainage Bourse Direct et Fortuneo (code 12583139)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 09/03/2016 20h28

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   182  

Sur Wiseed, il y a une clause de ratchet et une clause de rendez-vous pour trouver/forcer de la liquidité avec un TRI de 15%. Est-ce que quelqu’un s’en occupera dans 8 ans? Pas sur, mais pour le montant unitaire des investissements, je ne vais pas me bouger non plus.

Sur ce qui préserve l’investisseur c’est aussi le code du commerce et l’abus de minoritaire.

C’est plus light niveau protection et plus cher que des investisseurs en direct, mais vous avez quand même peu de travail à faire. C’est tout de même plus sécurisé que pas mal d’investissement de particuliers dans les startups que j’ai pus voir (valo délirante, pas le moindre pacte d’associés, pas de due diligence).

Pour vivre l’aventure ou mettre du fun dans ses placements, c’est un bon deal.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #6 09/03/2016 20h49

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   581  

JesterInvest a écrit :

Sur ce qui préserve l’investisseur c’est aussi le code du commerce et l’abus de minoritaire.

C’est plus light niveau protection et plus cher que des investisseurs en direct, mais vous avez quand même peu de travail à faire. C’est tout de même plus sécurisé que pas mal d’investissement de particuliers dans les startups que j’ai pus voir (valo délirante, pas le moindre pacte d’associés, pas de due diligence).

Pour vivre l’aventure ou mettre du fun dans ses placements, c’est un bon deal.

Je suis en désaccord total.
Tous ces investissements au capital de start up  sont casse-cou.
Ce n’est pas fun d’être pris pour un pigeon par les actionnaires existants de la start-up et par les fondateurs de la plateforme.
Autant faire un chèque de don aux fondateurs de la start-up: au moins les choses sont claires dès le début et on aura montré  qu’on n’est pas dupe !

Pour investir sérieusement en private equity, même si le montant du chèque n’est que de 20 K€, il faut:

- être protégé par un pacte d’actionnaires béton, comme l’exigent les business angels chevronnés, ou mieux encore, les fonds d’amorçage (venture capital)

- et avoir des éléments convaincants pour justifier la valo retenue.
Souvent les plate-formes fixent ainsi la valo, à l’envers: les actionnaires d’origine ont besoin de 400 K€ et sont prêts en contrepartie à lâcher 12% max de leur capital. Valo retenue: 400/12% = environ 3,4 M€! Il n’y a plus ensuite qu’à bâtir un business plan ne reposant sur rien mais qui aboutira à  cette valo !

Agir ainsi est le seul moyen, non seulement de préserver ses intérêts financiers, mais aussi de se faire respecter par les fondateurs de la start-up.

Dernière modification par parisien (09/03/2016 20h51)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 14/03/2016 11h38

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   139  

A ce jour j’ai investi dans 3 projets immobiliers:

1° Projet LES ALLEES DU MARQUIS (wiseed)

Montant investi 5.000 EUR 18/03/2015 au 18/03/2016, taux de 9%
La société est en train d’organiser le remboursement des obligations.
Pas de défiscalisation ce qui a pour résultat: 450 EUR intérêts bruts x 1 - 15,5% (prélèvement sociaux) - 41% (TMI) = 195.75 EUR d’intérêts nets, pas de frais bancaires donc rendement net de 3.92% sur 1 an.

2° Projet LE PARC MONT BLANC - CHEVRY (wiseed)

Montant investi 5.000 EUR 16/03/2015 au 16/09/2016, taux de 10%
Rendement brut attendu: 769,20 EUR x 1 - 15,5 - 41% = 334,6 d’intérêts net donc rendement net du projet 6,69% (sur 18 mois).

3° Projet L’ENVOL (anaxago)

Montant investi 3.000 EUR avril 2015 sur 12 mois taux de 10%
Montant sur PEA donc rendement brut 300 EUR, net de 253,50 EUR frais bancaires 29,90 EUR (frais de garde) + 17 EUR (frais de gestion PEA). Selon les CGV de Hello Bank je vais devoir également payer 150 EUR de frais sur cette opération donc net de frais plus value de 56,60 EUR… (1.89%).

Au final le montant sur PEA est intéressant si on peut amortir les frais fixes (la plupart des banques prennent une centaine d’euros à l’achat et une centaine d’euros à la vente).

Par exemple je vais acquérir 40.000 EUR de titres non cotés via boursorama avec des frais de 250e (500e négociés à 250e) pour les placer sur mon PEA. Comme la PV potentielle de ces titres est élevée je vais pouvoir amortir largement les frais.

Au global je ne pense pas réitérer ce genre d’investissement, le rendement net est peu élevé par rapport à la prise de risque réelle.

Dernière modification par maxlille (14/03/2016 11h42)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #8 14/03/2016 12h03

Membre
Réputation :   39  

Bonjour,

Juste un retour rapide sur mon expérience personnelle.

En 2010 j’ai participer à une des premières opérations equity crowdfunding en France via la plateforme Wiseed.
Il s’agissait de la startup biotech Antabio.
J’étais encore étudiant (dans la biotech) et vraiment charmé par cette nouvelle manière de financer l’entrepreneuriat.
18 mois plus tard un business angel qui voulait investir dans la startup à décider de racheter toutes les parts des crowdinvestisseurs Wiseed.
Retour de x1,8 en 18 mois.
C’est à dire un super rendement.
Cependant, à ma connaissance, c’est un des seul deal d’equity crowdfunding qui à eu la chance d’aboutir à un exit pour les crowdinvestisseurs.
Donc j’ai eu une chance incroyable.
Lorsqu’on investi en crowdfunding, on fait du capital-risque. Donc oui c’est très risqué. Je crois que dans cette branche de la finance d’entreprise, il est admis qu’1 dossier sur dix sera très profitable. 2 rembourseront le capital investi. Et 7 seront des totales pertes…

Pour le crowdfunding immobilier c’est selon moi une approche sensiblement différente.
Car en général c’est plus du "prêt" que de "l’equity". Le principe consiste à remplacer le rôle des banques.
Je pense que le risque est plus faible, même si existant. La preuve est qu’il existe beaucoup plus de cas de remboursement  dans les dossiers immobiliers que dans les dossiers startup.

D’une façon général, pour conclure, je crois que le crowdfunding ouvre de nouvelles voies pour les investisseurs et les entrepreneurs (immobiliers ou startup).
Cependant les entrepreneurs ne devraient pas penser que c’est la formule magique pour lever des fonds.
Et les investisseurs devraient avoir une exposition limitée dans ces actifs plutôt très risqués. Pour moi c’est le facteur émotionnel qui est le plus enrichissant dans ces investissements.

Bruno


Auteur du bestseller "107 Principes Immobiliers" (TOP 3 Amazon - Noté 4,8/5)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 14/03/2016 12h18

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   581  

maxlille a écrit :

Au global je ne pense pas réitérer ce genre d’investissement, le rendement net est peu élevé par rapport à la prise de risque réelle.

Et en fait, même sur les opérations que vous venez de citer, votre prise de risque est réelle, plus élevée que que ce que vous avez probablement en tête.

Vous aviez apporté des FONDS PROPRES (actions) et pas un prêt. Vous aviez pris en fait un risque actions:

- risque certes plus faible que si vous aviez investi en actions dans une biotech,

- mais très nettement plus élevé que celui d’un prêteur à une opération de promotion immobilière, où même si l’opération tourne mal, le prêteur récupérera au moins une partie de son investissement (sauf si la partie financée par crédit bancaire avec nantissement, donc prioritaire sur votre prêt, est trop grande) , car il y a toujours un actif immobilier pouvant être vendu, pour rembourser les prêts.
Par contre, dans ce même cas d’opération tournant mal, l’investisseur en actions dans ce projet pourrait bien parfois tout perdre.

Il faudra alors SEIZE opérations tournant bien et vous rapportant - selon vos chiffres - 6% net, pour compenser (et donc juste arriver globalement à un rendement de 0%) UNE SEULE opération tournant mal et vous faisant perdre tout votre investissement.

En conclusion, je ne pense pas que ces opérations soient forcément mauvaises, surtout si on peut les placer dans un PEA, et sans frais, pour optimiser l’aspect fiscal. Mais ce sera loin d’être l’affaire du siècle.
Et surtout, les particuliers qui y investissent le font en sous-estimant fortement le risque qu’ils prennent et les plateformes n’attirent pas vraiment leur attention sur ce point.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 31/01/2017 10h53

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   247  

Bonjour,

Pardonnez moi d’etre direct mais l’investissement en start up est un metier de pros, avec beaucoup de temps passé et d’apprentissage…

Il y a parfois de bons projets mais il faut savoir faire le tri

Cdt

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 07/04/2018 21h44

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   169  

Bonjour,

Petit bilan sur 7 ans de crowdfunding:

Actions via Wiseed et Anaxago
20 investissements: 18 sur wiseed et 2 sur anaxago
Je privilégie Wiseed car quitte à prendre des risques je préfère financer de l’amorçage alors qu’ axanago est plus positionné sur du capital développement.
Wiseed le ticket commence à 100 euros
Ànaxago le ticket commence à 2000 euros

Au niveau diversification, le ticket plus faible me fait privilégier wiseed
Au niveau reporting wiseed
Au niveau présentation du dossier je préfère anaxago
Au niveau plate-forme je préfère wiseed

Sur 20 investissements
2 sorties positives avec des TRI entre 3 et 10% pas transcendant
3 crash
2 entreprises à fort potentiel (x5 et x 7 à ce jour en 3 ans)
3 entreprises pas loin du crash
10 trop récentes pour avoir une bonne visibilite

Conclusion
Wiseed sans hésitation mais j’apprécie les beaux dossiers en capital développement d’ana ago ce qui manque pour l’instant sur wiseed

Crowdfunding immobilier: 10 dossiers
Wiseed, lymo, anaxago
Reporting: 1 lymo, 2 wiseed, 3 anaxago
Plateforme: 1 lymo, 2 wiseed, 3 anaxago
Projet: 1 lymo,, 2 wissed, 3 anaxago

Projets remboursés 2
Crash 0
Encours 8

Conclusion
Lymo qui est promoteur également et qui présente de beaux projets

Enfin pour l’innovation et le développement durable j’apprécie wissed

C’est mon bilan intermédiaire. Rendez vous dans 5 ans pour un vrai premier bilan
Au final je dirais qu’avec 5% de frais ça ne pourra pas être pire que les
FCPI avec 55% de frais sur 10 ans

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 07/04/2018 22h17

Membre
Réputation :   10  

Merci corsair,

De mon coté, j’ai tendance à préférer Anaxago, pour des sociétés déjà lancé, parfois déjà rentable.

Pouvez vous nous dire sur quels dossiers vous avez souhaiter miser?

Pour ce qui est de mes investissements, j’ai choisi
Chez anaxago:
1/ Lady green, le BP était trop ambitieux, mais j’y crois toujours grâce a l’attitude des actionnaires historique.
2/ acticor biotech, parce que j’aime les biotech
3/eglantine (sortie au rendement prévu,16% sur la durée)
4/genepred (biotech) pour diversifier mes investissement Biotech
5/payplug (sortie +40%)
6/coral biome (biotech) par pur affinité (je trouve la recherche sur le corail passionnante et du coup je n’ai pas vraiment étudier le BP et les conséquences sur mon capital)
7 axe sud (immo)
8/estrella (immo)
9/la colombière (immo)
10/Cj investissement (immo)

Chez wiseed:
1/ wicap ecrins terapeutics (j’aime décidément les biotechs, sans doute un peu joueur)
2/renouvier (sortie au rendement prévu,12%)
3/En cours: ffly4u qui me séduit beaucoup, mais je n’ai mis qu’un petit ticket, étant donné les risques de concurrence. (mais qui pourrais s’avérer un avantage pour qui veux sortir rapidement du dossier si un acheteur se présente rapidement pour consolider sa position dans l’IOT)

Chez smartangels,
/ octopus robots, parce que leur concept est vraiment disruptif et le marché énorme.
On peut déjà sortir, le dossier étant coté en bourse.

Chez pre -ipo, j’ai découvert la plateforme grâce a boostheat, un dossier vraiment disruptif aussi, mais je n’ai pas pu investir le closing déjà fait le temps de comprendre le dossier.
Je regrette aussi de ne pas avoir souscrit à spotify….pas encore assez geek et il fallait se décider vite, et je n’ai pas voulu prendre le temps d’étudier le dossier.
/ NH theraguix, ayant une affinité avec la recherche contre le cancer.

Après ces investissements nombreux, je compte réinvestir toutes les plus-values dans des investissements de ce type, tant que je n’aurai pas subit de "crash" majeur.

Dernière modification par frcclair (07/04/2018 22h37)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+2]    #13 11/12/2020 09h07

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   318  

Je n’avais pas fait de crowdlending jusqu’à maintenant. Avec la baisse des taux d’intérêts, et une absence de solution pour placer mon allocation obligataire en laissantces fonds  indépendants du marché actions, je m’y suis à nouveau intéressé.

Pourquoi je n’avais pas regardé jusque-là ? car le simple fait de poser la question Pourquoi une entreprise saine irait  emprunter sur une plateforme de crowdlending à un taux d’intérêt plus élevé ? me semblait conduire à exclure le crowdlending.

En fait, il y a 3 réponses possibles à la question.

Pourquoi une entreprise saine irait  emprunter sur une plateforme de crowdlending à un taux d’intérêt plus élevé ?

- 1. Car elle n’arrive pas à se financer dans les circuits classiques = Société peu solide -> Même pour un taux d’intérêt plus élevé, le jeu n’en vaut pas la chandelle, le risque sur le principal est trop élevé.

- 2. Pour des raisons de communication. Elle veut impliquer des citoyens dans son projet. Mais la solidité de la Société peut être difficile à analyser -> Comment savoir que ce n’est pas juste une raison officielle et que la raison officieuse ne nous fait pas revenir au 1 ?

- 3. Car la Société a un intérêt financier à payer un taux d’intérêt plus cher, avec cet intérêt financier qui surpasse le surcoût d’intérêt.

C’est le cas n°3 qui va particulièrement nous intéresser, et que je n’avais pas identifié au moment de mon analyse initiale excluant le crowdlending comme opportunité.

Ce cas n°3 existe en effet dans le domaine des projets d’énergie renouvelable, notamment photovoltaïques.

Afin de soutenir la filière, la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) effectue des Appels d’offres. Les porteurs de projets lauréats peuvent vendre leur énergie à un prix garanti par l’Etat, sur un contrat de 20 ans. Ce prix de vente de l’énergie est bonifié par rapport au prix de marché classique de l’électricité : c’est la façon de subventionner la filière pour la développer.

Or, les lauréats qui s’engagent par ailleurs à proposer une opération de financement participatif (à une certaine hauteur de l’investissement) aux habitants du département du projet et des départements voisins voient leur tarifs de vente d’électricité  bénéficier d’un sur-bonus de 3 €/MWh. Et ce, sur les 20 ans du contrat.

Nous avons donc des porteurs de projets qui sont dans le cas n°3, et qui ont une raison rationnelle d’emprunter à un taux élevé via des plateformes de financement participatif.
Une fois lauréat, le tarif de vente étant garanti, les incertitudes dans l’équation économique du projet sont limitées. Les travaux restent certes à exécuter.

Pour ma part, je rajoute ensuite un filtre supplémentaire sur le porteur de projet : pas de Société indépendante, mais que des projets estampillés Total, Engie, EDF, et CNR.
Même si le prêt est fait à une Société Projet filiale de ces Groupes, voire filiale de filiale, j’estime en effet que l’enjeu d’image de ces grosses boîtes de planter des prêteurs de financement participatif serait trop fort. Et que cela en réduit donc fortement la probabilité.

Les plateformes qui proposent ce type de financement participatif spécialisé sur les projets de production d’énergies renouvelables, sont Lumo, Lendosphere, et Enerfip. Les investissements sont majoritairement en obligation in fine ou amortissables avec des taux autour de 5 à 5.5% avant PFU d’une durée d’environ 4 ans. Quelquefois on peut se voir proposer une participation indirecte en actions.

On a accès aux projets de son département et des départements limitrophes. On peut étendre sa zone géographique si on possède une résidence secondaire, car sous réserve de fournir la taxe d’habitation à la plateforme, on est également considéré comme riverain à l’adresse de notre résidence secondaire. Bref, à une échelle de quelques mois, avec les projets qui sortent, il y a moyen de déployer du capital, sauf peut-être avec une résidence à Paris où le foncier pour ce genre de projet est plus rare.

Ce cas n°3 me semble le seul vraiment pertinent en crowdlending, et j’y ai réalloué une partie - raisonnable - de mon allocation cash/obligataire. Mais à chacun de faire ses devoirs.

Dernière modification par julien (11/12/2020 19h15)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #14 11/12/2020 11h56

Membre
Réputation :   26  

Comme Julien, j’ai de gros doutes sur la qualité des boîtes proposées par les plateformes de crowfunding de startups (hors cas particuliers intéressants qu’il décrit).

Sur la qualité des projets
J’ai à plusieurs reprises eu accès à la documentation de levée de fond d’une part, et à la réalité des comptes et de la stratégie des entrepreneurs d’autre part, et à chaque fois il en ressort :

- que les start-ups qui font du crowdfunding sont celles qui n’arriveraient pas à lever des fonds autrement (via Business Angels, Bpifrance, VCs) : les valorisations des VCs sont habituellement les meilleures, et sur des petits projets qui tiennent la route avec un début de traction, les gros BAs stars qui mettent des tickets à 100k€ sur des valos à 1-2M€ au moment du lancement du projet ne manquent pas. De plus, aucun intérêt pour un entrepreneur de se coltiner tous les côtés relous du "crowd", à savoir gérer une foule de petits porteurs qui posent plein de questions, veulent tout savoir, alors qu’ils ont mis 5k€ (soit 1/400e = 0,25% d’une boîte valorisée 2M€).

- que les dossiers sont vraiment très marketés tant sur les aspects quali (perspectives de marché, notoriété et positionnement actuel, place à prendre dans l’écosystème) que quanti (chiffres du business plan, hypothèses sur l’acquisition client, le churn, l’augmentation du panier moyen…)

Pour des valorisations pas forcément revues à la baisse…

(sur le financement de projets immo que ces plateformes proposent parfois, je n’ai aucun point de vue par contre)

Sur la notoriété qu’apportent les plateformes de crowd aux statups
Je ne souscris pas non plus à la thèse que ces plateformes de crowdfunding (que ce soit en equity ou sur de la prévente type KissKissBankBank / KickStarter) apportent une notoriété substantielle aux projets.

C’est certes ce que ces plateformes promettent aux entrepreneurs. Mais la réalité, c’est qu’en dehors de quelques projets stars que la plateforme a envie de pousser (sur ses réseaux sociaux, homepage, newsletter), il y a 99% de projets qui ne tirent pas de ventes supplémentaires liées à la plateforme en elle-même. C’est plutôt la plateforme qui se nourrit de l’énergie de tous les petits projets qui amènent leur réseau naissant.

C’était peut-être différent il y a 5 ans, avec l’effet nouveauté du crowdfunding et la viralité qui existait encore sur Facebook, mais plus aujourd’hui.

Par contre il est vrai que les plateformes apportent une "techno" à des petits projets qui n’ont pas envie de monter un site e-commerce et un système d’encaissement sur un galop d’essai. Ça vaut bien les quelques points de commissions qu’elles encaissent. Fair deal.

Bilan
Je pense que les startups qui passent par les plateformes de crowd, ce sont un peu celles de la "dernière chance" du financement.

Ce ne sont pas des projets mauvais en tant que tels. Sinon ils ne lèveraient pas, nulle part.
Mais c’est le dernier décile qui arrive à trouver du financement. Ce que ni les gros BAs, ni les fonds de seed ou les VCs, ni les banques, n’ont eu envie de financer.

On est sur du risque maximal, sans pour autant bénéficier de décote à l’achat quand on y met les pieds.
Pas très intéressant si un raisonne en espérance mathématique de gain.

Dernière modification par JeanPoney (11/12/2020 11h57)


Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 14/05/2021 22h54

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   169  

Bonjour à tout le monde

   Depuis 2015, j’ai investi dans quelques projets ,
- en prêts  via des plateformes (Wiseed, crédit.fr, Weximmo, Fundimmo, Clubfunding, Raizers, Lymo)
- En actions non-côtées (Wiseed)

Globalement , j’ en suis très satisfaite : Sur 15 prêts, je n’ai eu qu’ un seul défaut partiel de paiement (crédit.fr : 27€/500 € prêtés)

Concernant les actions,(8 sociétés)  7 "avancent bien" et 3 ont même vu leur valeur augmenter, Seule une "stagne", mais plutôt dû à un impact covid (à suivre)

Jusqu’à présent, il n’ y avait pas de frais d’ investissement, ni en prêt, ni en  action, sur aucune plateforme.

Mais depuis +2 ans, Wiseed met en place peu à peu des frais d’ entrée :
Après "sondage", les wiseeders ont approuvé la participation de 0,9% de frais d’ entrée sur les souscriptions d’ actions.(0% sur les prêts) pour le travail de sélection de l’ équipe. Normal..
  Puis, se sont rajoutés des frais,  en % sur les "gains" de sortie…

  Je n’ai pas investi (ni en action, ni en obligation ou titres participatifs) depuis 2 ans et je viens de recevoir un bilan personnel (re-questionnaire investisseur), où il est mentionné LES NOUVEAUX TARIFS (La mise en gras est faite par moi)

Tarifs Wiseed mai 2021 a écrit :

Actions
Définition du produit : Titre d’une entreprise cotée ou non-cotée.
Avantages du produit : Fort rendement potentiel.
Contraintes et risques : Absence de liquidité, risque de défaut, investissement de long terme, risque de perte en capital.
Coûts et frais liés : 5.9% des montants collectés.

Obligations
Définition du produit : Un titre de créance, émis par une entreprise, et qui représente une dette financière sur son émetteur.
Avantages du produit : La durée du placement (de court ou moyen terme) ainsi que le rendement sont déterminés contractuellement.
Contraintes et risques : Absence de liquidité, risque d’insolvabilité de l’émetteur, risque de perte en capital.
Coûts et frais liés : 0.9% des montants investis.

Part de fonds d’investissement alternatif
Définition du produit : Part de fonds de placement collectif régulé par l’AMF, géré par une société de gestion et investissant
principalement dans des actifs non cotés.
Avantages du produit : Mutualisation des risques et investissement dans des cibles de taille importantes grâce à l’appel public à
l’épargne.
Contraintes et risques : Liquidité limitée, volatilité potentielle, absence de garantie sur le rendement et risque de perte en capital.
Coûts et frais liés : Entre 3 et 12% des sommes investies ainsi que des frais de gestion (3.06% maximum des encours gérés)

Titre participatif

Définition du produit : Valeur mobilière qui donne droit à une rémunération fixe et variable émise par une société coopérative.
Avantages du produit : La durée du placement, le rendement fixe et le rendement variable complémentaire indexé sur les résultats de
l’entreprise au moment du remboursement, sont déterminés contractuellement.
Contraintes et risques : Absence de liquidité, risque d’insolvabilité, investissement de long terme (minimum 7 ans), risque de perte en
capital.
Coûts et frais liés : 0.9% des montants investis

J’ en suis restée "scotchée" : Plus cher que des fonds d’ investissement connus et bien plus gros !
Sur le principe de rémunérer le travail en amont et en aval de sélection et suivi des investissements, je suis d’accord, mais là !…. Il vaut mieux se tourner vers des fonds de "stock-picking" !

Et sur le site Wiseed , n’apparaissent nulle part les tarifs, avant de cliquer sur "investir" pour passer l’ ordre…(y compris les frais de "sortie", non mentionnés sur ce document).

Je n’ai pas regardé si les autres plateformes suivaient cette même politique de frais d’ entrée et de gestion, mais soyez vigilants …(kisskiss.., Ulule, et bien d’ autres..)

Les plateformes de crowdfunding et le crowdlending ont bien changé …wink

Mimizoé1


Parrainages Binck, BourseDirect, Véracash, BullionVault, WeSave, (Me contacter en MP)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #16 08/06/2021 10h58

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   161  

Bonjour,

Hier se tenait une présentation d’Enerfip (financement participatif pour la transition énergétique) sur le PEA-PME. La retranscription n’est pas publique, mais voici un extrait concernant les banques qui acceptent de loger des actions et obligations non cotées :



Les établissements comme BforBank (considéré comme fluide et facile par Enerfip), Crédit Agricole et BNP Paribas (bonne relations avec Enerfip) l’acceptent. Caisse d’Epargne a priori OK.
A l’inverse, Boursorama, Fortuneo, ING Direct et SocGen n’acceptent pas de genre d’investissements, proposent des frais exorbitants, ou font le maximum pour que la lourdeur administrative décourage ce type d’investissements.

Les intervenantes ont mis en avant la lourdeur administrative de certaines banques, ainsi que les frais parfois importants (mais la loi PACTE peut faire bouger les choses). Les délais de recouvrement étant de 15 jours, si les banques font trop trainer, il sont obligés de bloquer l’investissement.

Un extrait du processus de souscription :



A+
Sylvain


Be the change that you wish to see in the world

Hors ligne Hors ligne

 

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur