Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#51 23/04/2019 18h07

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   168  

Bonjour

Il n’empêche que c’est une excellente performance depuis le début 2019. Et comme je constate que votre approche des marchés a évolué et que vous envisagez de faire aussi des ventes à découvert, vous semblez parti pour réaliser une année 2019 exceptionnelle. Chapeau.

Concernant les ventes à découvert, beaucoup de valeurs ont déjà bien baissées, en particulier celles dont les perspectives économiques se sont assombries depuis mi et fin 2018. Aujourd’hui, les actions encore chères sont majoritairement surévaluées mais en bonne santé financière, ce qui les rend plus difficile à traiter, car elles impliquent beaucoup de subjectivité. Même si LVMH descend, à combien s’arrêtera la baisse ?

Je vous souhaite bonne chance pour la suite.
Au plaisir de vous lire.


Sur Twitter @Boursovision et Facebook /Boursovision Suggestions gratuites de valeurs pour investir

Hors ligne Hors ligne

 

#52 23/04/2019 23h14

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   515  

Kapitall a écrit :

D’où sortent ces 10 mois, Lopazz ? J’avais décidé de reprendre le suivi avec régularité depuis le 1er Janvier 2018 (graphique fourni à chaque fois) et lors d’une conversation avec gandolfi (message 41) j’ai fourni les chiffres qui remontent jusqu’à début 2016, donc vous avez 3 ans et 2 mois de perf’.

Ceci étant dit, vous aurez parfaitement raison de dire que même ces 40 mois ne prouvent rien du tout, statistiquement. Même si je sortais tous les chiffres à ma disposition, cela ne prouverait toujours rien en soi. Il faudrait un échantillon beaucoup plus fourni.

Mon propos n’est d’ailleurs pas de prouver quoi que ce soit à quiconque, seulement de suggérer que d’autres chemins profitables sont possibles quand les sirènes de la gestion indicielle deviennent trop fortes à mon goût.

Et… c’est un long débat mais je considère que mon portefeuille est moins risqué qu’un tracker SP500 aux cours actuels. C’est l’éternel débat entre risque et volatilité etc. 

Tant que chacun est parfaitement informé de ce qu’il fait…

Ok, je n’avais pas vu le message en question ! Je vous souhaite autant de succès pour la suite, mais vous avez l’air de savoir ce que vous faites smile

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #53 24/04/2019 08h51

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

Bonjour Durun,

Dans mon cas, les positions short n’ont pas vocation à exprimer un avis sur une entreprise en particulier mais à diminuer l’exposition brute aux actions. Sans altérer la composition de mon portefeuille, le plus simple est donc de shorter un ou plusieurs indices (par le biais d’options, de futures ou, pour de plus petits montants, de ventes à découvert d’ETFs). Tout en gardant à l’esprit que ce qui coute le moins cher en performance dans un scénario de « melt up » hypothétique, c’est tout simplement d’alléger au fil de l’eau.
Comme je n’ai aucune exposition au secteur de l’énergie (fossile), je dois faire attention à ne pas accroitre de manière excessive ce biais structurel, le choix des indices à shorter est donc stratégique. 

Shorter LVMH me rendrait très nerveux. Le bilan est en béton armé, le CA continue à croitre très rapidement, le BPA suit, il peut y avoir des opérations de croissance externe… cela reviendrait, au fond, à émettre un avis fort sur l’économie asiatique et chinoise en particulier. Si vous shortez LVMH, vous pronostiquez soit un ralentissement marqué de l’Asie, soit une autre campagne du parti communiste chinois contre la consommation ostentatoire. C’est osé et je passe mon tour. Par contre, j’ai allégé ma position LVMH d’un quart la semaine dernière.

@Lopazz : je vous remercie.

Hors ligne Hors ligne

 

#54 01/05/2019 11h20

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

Depuis le 1er Janvier 2019, le portefeuille (en bleu) a progressé de 22,7%.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_depuis_1er_janvier_.png

Depuis le 1er Janvier 2018, le portefeuille (en bleu) a progressé de 35%.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_depuis_janvier_18_avril_19.png

Top 3 depuis le 1er Janvier 2019 :
Nemetschek 72,7%
Ingenico 64,3%
Arcadis 60,9%

Osram perd 11,9% depuis sont entrée dans le portefeuille. L’entreprise a annoncé que l’année se finirait sur un FCF négatif. On note qu’un concurrent sur certaines activités, comme Signify, s’en sort beaucoup mieux. Par ailleurs, les négociations pour un rachat par un groupe d’acteurs du PE sont devenues plus tendues voir incertaines depuis la révision des prévisions. Osram veut se faire racheter mais n’est plus en position de force…

Wessanen a quitté le portefeuille, à mon grand regret, suite à une proposition de retrait de la cote initiée par l’actionnaire majoritaire associé à un acteur du PE. A posteriori, c’était assez largement prévisible au regard de la valorisation dépréciée du titre sur un secteur en croissance forte comme le bio, et de la structure actionnariale. J’aurais dû en détenir plus selon mes critères, c’est donc une erreur de gestion de ne pas en avoir profité d’avantage. Le sizing des positions est vraiment un art délicat. Trop et le stress augmente, ce qui n’est pas souhaitable. Pas assez et on s’en veut presque d’avoir raison.

Le cash est toujours à environ 15% du portefeuille, ce pourcentage est voué à augmenter.

Hors ligne Hors ligne

 

#55 01/06/2019 11h26

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

Voici la performance depuis le 1er Janvier 2019, à +16,6% :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_depuis_janvier_19.png

Et la performance depuis le 1er Janvier 2018 :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_depuis_janvier_18.png

Le trio de tête reste inchangé. La pire performance depuis son entrée en portefeuille revient à Umicore, à -22%. 

Ce mois de Mai, je me suis concentré sur des projets bien éloignés des marchés financiers et ne me suit connecté qu’une fois pendant une pause café pour acheter au marché quelques titres Accor avec des dividendes qui venaient de tomber. Je n’ai lu aucun rapport financier, aucun communiqué, aucun des indicateurs que je suis habituellement et je découvre en tapant ces lignes que le mois de Mai fut bien agité.

Il semblerait qu’il soit bientôt temps de déployer à nouveau du capital sur certains titres.

En terme d’allocation d’actifs dans mon patrimoine, entre les dividendes qui tombent sur les titres européens actuellement et les gains que j’escompte des projets que je viens de mener à bien, que j’estime à 6-10% de mon patrimoine net, je suis à peu près dans ma zone de comfort, même dans l’hypothèse d’un marché baissier.

Hors ligne Hors ligne

 

#56 03/07/2019 10h03

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

Voici la performance en date du 2 Juillet à 20,1% :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_au_2_juillet.png

Voici la performance depuis début 2018 :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_depuis_2018.png

Aucune activité au cours du mois de Juin, trop pris par autre chose pour avoir de l’intérêt pour les marchés… 

J’ai brièvement survolé mon portefeuille et on peut résumer le déroulé comme suit : la poche value (certaines smalls caps industrielles notamment, certaines financières) et les foncières ne se comportent pas bien et plombent la progression, sauf exceptions. Les valeurs de qualité et les technologiques compensent.

Altran se fait racheter par Capgemini, ce qui ajoute 1% environ à ma poche de liquidités, qui continue à augmenter. Le cash commence à peser significativement sur la performance mais le bénéfice psychologique en terme de confort n’a pas de prix. C’est ce qui fera la différence lors de la prochaine période de stress sur les marchés.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #57 03/08/2019 09h53

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

Après des mois de désintérêt total, j’ai fini par avoir envie de repenser à la planète finance.

Reprise tranquille des lectures des publications trimestrielles, mise à jour de mes informations sur certaines entreprises que je suis, lecture de quelques papiers académiques… 

Depuis le 1er Janvier 2019 +18,85% (en bleu) :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_janvier_19_aout_19.png

Depuis le 1er Janvier 2018 + 30,76% (en bleu) :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_janvier_18_auout_19.png

Mon portefeuille ne s’est pas très bien comporté depuis son pic atteint courant Avril. Cela, du fait de la sous-performance forte de certaines de ses composantes qui n’ont cessé de s’enfoncer encore et encore : notamment l’immobilier commercial ou résidentiel, les small caps industrielles et une grande partie des financières. Les valorisations de ces composantes sont basses en relatif comme en absolu, sauf à ce que les marchés aient raison dans leur prédiction d’une dégradation durable des résultats de ces secteurs.

De façon générale, l’univers value sous-perform depuis une douzaine d’années maintenant. Ainsi que le montre cette étude de GMO, nous sommes à un tiers environ de décote par rapport au marché en général, ce qui est historiquement élevé… et peut-être un indicateur que, pour un investisseur patient, des opportunités se présentent.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_value_gmo.png

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_bloomberg_opinion.png

On sait qu’au moindre accroc sur les tendances de croissance, les sociétés « growth » peuvent se prendre des gadins spectaculaires. A vrai dire, conjugué à des marchés en général qui ne sont abordables (SP500 : forward PE de 17.2 contre 14.5 en janvier) qu’à la condition expresse que les banques centrales se montrent de plus en plus accommodantes, cet état des lieux me conforte dans un rééquilibrage value du portefeuille: prendre des profits sur les entités les mieux valorisées, pourvu que je puisse trouver des actions avec une marge de sécurité très supérieure.

4 achats value ont été effectués ces derniers temps, notamment pour compenser la vente de Coface (suite aux rumeurs de retrait de la cote) et la liquidation de la ligne Altran. Osram est en attente de confirmation de l’offre à 35 euros de fonds de private equity, à moins qu’AMS ne surenchérisse à 37,50 euros… quoi qu’il arrive, 1%+ de liquidités à récupérer et à replacer.

Il y a environ 10-15% du portefeuille à migrer d’un style de gestion vers l’autre. Cela prendra un certain temps, en fonction des opportunités. Par ailleurs, il est aussi possible que cette analyse change si d’aventure le marché en général devait décrocher, la nervosité liée aux risques de guerre commerciale ou d’accident politique faisant son retour.

Le portefeuille est, en l’état, à 75% exposé aux actions. Autrement dit, si le marché doit continuer à monter, il y a un réel risque de sous-performance. Mais au vu de ma lecture des marchés, c’est l’exposition qui me semble appropriée, surtout après une très bonne année 2018 (+10%) si on raisonne en relatif par rapport au marché.

Hors ligne Hors ligne

 

#58 03/08/2019 11h19

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   421  

Toujours intéressant de vous lire. Thanks.

Quelles sont les sources académiques dont vous parlez plus haut? Il doit y avoir un tel volume de publications spécialisées, avez vous un pipe line ou une voie d’accès particulière?


L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître (A. Dumas )

Hors ligne Hors ligne

 

#59 31/08/2019 09h44

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

@ MisterVix : désolé pour la réponse tardive. Ce sont souvent des publications que des amis, qui travaillent dans la finance au sens large (assurances etc), me font passer. 

Le portefeuille depuis début 2019 (à +18%):

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_depuis_janvier_19_aout.png

Le portefeuille depuis début 2018 (à +30%):

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_depuis_18_aout.png

Longtemps spectaculaire, l’histoire boursière de Deutsche Wohnen s’est singulièrement compliquée ces derniers mois suite à une résistance croissante de la part de la population berlinoise face à l’augmentation des loyers. La question est devenue politique, Die Linke et la gauche en général en a fait un symbole, des gels pluriannuels vont être votés, d’autres parlent de caper les loyers au mètre carré par la loi… en face, on saisit les tribunaux et on argue que toutes ces mesures seraient anticonstitutionnelles, on prophétise le délabrement à venir de tout le parc locatif (l’exemple historique du Portugal laisse, en effet, dubitatif)…

Je me garderai bien de prédire ce qui va se passer. L’investisseur value en moi est passé à l’action, les chiffres étant trop tentants, l’immobilier résidentiel allemand représente maintenant 7.5% du portefeuille (pour moitié par utilisation de cash, pour moitié par réallocation). C’est de l’immobilier, le risque politique en plus… C’est donc un pari un long cours sur la capacité des allemands à trouver des compromis raisonnables dans le cadre d’une économie de marché pas complètement démente. Nous verrons bien…

Ceci étant dit, une partie de moi souhaiterait presque que le grand capital perde et que Berlin garde sa singularité, celle d’une immense ville populaire, extraordinairement vivante, créative, stimulante, où il fait (faisait ?) tellement bon vivre sur un budget « provincial » selon les normes françaises. Disons, aux antipodes de la bourgeoise Hambourg (le centre est d’un chiant…) et des capitales gentrifiées qui, partout en occident, se ressemblent de plus en plus… et m’intéressent de moins en moins, tellement lisses, tellement prévisibles…

RAS sur le reste du portefeuille qui ne fait rien de bon depuis Avril : les secteurs qui l’ont plombé continuent à le faire, les autres se comportent mieux et le cash leste la performance en phase de rebond. La structure me convient cependant très bien, permettant d’attendre une rotation sectorielle vers les secteurs délaissés (et aux valorisations actuellement vraiment déprimées) ou, au contraire, une baisse significative des marchés, que je pourrais mettre à contribution pour passer à 100% actions… En gros, c’est un portefeuille que je pourrais carrément oublier pendant des années… et ça, c’est un grand confort mental.

Hors ligne Hors ligne

 

#60 20/10/2019 12h07

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

Avec un peu de retard, voici la performance en date d’hier, le 18 Octobre.

Depuis le 1er Janvier : 20,5%.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_janvier_a_octobre_19.png

Depuis le 1er Janvier 2018 : 32,5%.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_janvier_a_octobre_18.png

Certaines des positions (plus ou moins) "value" initiées dans le courant de l’année commencent à se revaloriser doucement, notamment l’immobilier retail et le résidentiel allemand, certaines financières, quelques small caps. Mais tout cela est encore balbutiant. Donc recèle un potentiel d’appréciation non négligeable.

Au fond, le portefeuille ne va sans doute pas faire grand’ chose jusqu’à ce qu’il y ait une rotation sectorielle marquée des secteurs "growth" vers le secteur "value". Ou alors qu’on assiste à un décrochage des marchés suffisamment significatif pour me convaincre d’investir les 20%+ de cash qui me servent pour l’instant de coussin (ou de poids mort, selon l’orientation des marchés…).

D’ici là, pas grand’ chose au programme. Les résultats trimestriels donneront peut-être l’opportunité d’investir un peu du cash en attente. A moins que l’opportunité ne vienne d’un accident politique. C’est la confort de ne pas être 100% investi: quoi qu’il arrive, on n’a pas (trop) de regrets. Personnellement, je suis complètement indifférent à la volatilité des cours. Les seuls moments que j’ai mal vécu dans mon parcours en tant qu’investisseur en bourse, ce sont ces rares moments où j’étais à court de munitions dans un marché en pleine bérézina. Dont acte: cela n’arrivera plus.

Hors ligne Hors ligne

 

#61 20/10/2019 12h16

Membre
Réputation :   30  

Bonjour Kapitall,

Pourriez-vous détailler quelques lignes de votre portefeuille ?
Les values que vous avez en portefeuille représentent quelle proportion ? En cas de risque de correction (Hong Kong , Iran-Russie-Turquie…) les values et smalls sont massacrées en premier lieu non ? On l’a vu en octobre et décembre 2018.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #62 20/10/2019 14h15

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

Bonjour peakykarl ,

Le portefeuille est actuellement composé de 114 lignes. Le temps de la concentration forte est, pour ma part, définitivement révolu. Je n’ai plus besoin de courir après l’ultra performance… avec ce que ça implique comme stress. Donc aujourd’hui je minimise tous les risques et je place mon confort avant tout. Les marchés font leur vie, moi la mienne, et c’est très bien comme ça.

Les trois positions les plus importantes sont Berkshire Hathaway, Unibail et Deutsche Wohnen. La première est historique, les deux autres des opportunités de 2019.

Les trois plus petites sont Take-Two Interactive Software, ServiceNow Inc et Moncler.

Il me semble que mon portefeuille devrait bien réagir dans le cadre d’une baisse forte des marchés, tout simplement:
- parce qu’il y a une composante cash qui amortira une partie de la baisse
- que la valorisation de certaines entreprises est dorénavant tellement basse qu’il est probable qu’elles ne feront pas -40% quand un -40% est parfaitement « normal » dans le cadre d’une correction des composantes growth (cf. l’année dernière)… Si mon portefeuille fait « seulement » -20%, je surperforme et ça me donne l’occasion, potentiellement, de me placer sur des titres plus dynamiques dans l’optique d’une reprise.

Mais surtout, il faut réfléchir en terme de portefeuille (et de patrimoine) global. En l’état, je me sens à l’aise même si je dois ne pas me connecter pendant un an. Les boites dans leur majorité sont soit très solides, soit tellement peu chères qu’un retournement est inévitable, seul le timing du retournement est inconnu (désendettement, rachat par un actionnaire majoritaire, amélioration des marchés finaux, reprise de la croissance après une période de décroissance etc.).

A mon avis, la bourse, c’est 1/ beaucoup d’humilité et de patience 2/ la capacité de saisir des opportunités pendant les moments de ventes forcées par des acteurs acculés à liquider des positions (c’est cyclique et apparemment l’histoire se répète sans cesse) 3/ ça aide si on comprend ce qu’on fait, c’est à dire qu’on comprend qu’on achète des entreprises et qu’une entreprise, ça s’évalue.

Après, les débats sur les styles de gestion (value, growth, garp, whatever) ou le market-timing m’ennuient de plus en plus donc je n’ai rien à dire là-dessus. Le plus important, c’est vraiment d’être à l’aise avec ce qu’on fait et d’avoir un portefeuille qui correspond tant à son caractère qu’à sa situation de vie.

Hors ligne Hors ligne

 

#63 20/10/2019 14h24

Membre
Réputation :   30  

Waouh effectivement cela fait un paquet de lignes ! J’avais compris à la lecture de plusieurs postes sur le forum qu’au début le néophyte faisait cela pour ensuite se concentrer sur quelques lignes. Cela n’est pas une généralité il semblerait.
Avez-vous également des ETF ou fonds en portefeuille ou que du vif ?
Quel est le % pour chacune de ces trois lignes ?
Deutsche Wohnen est l’équivalent de Altarea cogedim en France ? Pourquoi préférer cette action ?
Deutsche Wohnen et Unibail sont des saisies d’opportunités uniquement ou vous croyez aux foncières côtés ? quel est le % des foncières dans votre allocation et patrimoine global ?

Hors ligne Hors ligne

 

#64 20/10/2019 14h31

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   421  

Thanks Kapitall pour votre suivi de portefeuille toujours apprécié et instructif.

Je m’interroge également sur DW. J’ai du mal à trouver des données sur cette foncière dans la tourmente. Surtout j’ai compris qu’elle était soumise à un risque politique (choix ou non de caper les loyers et de maintenir l’immobilier bas dans la capitale allemande) donc très imprévisible.

Pourtant je lis ici et là que le dividende est bien couvert, et à ces taux c’est intéressant.

Néanmoins la diversification géographique et de classe (essentiellement immobilier résidentiel) me paraissent très intéressant, si vous avez quelques arguments supplémentaires pour apporter de l’eau au moulin c’est avec plaisir que je prends.

EDIT: C’est drôle je viens de relire la file et je vois que vous avez exprimé votre avis sur DW un peu plus haut. Désolé ca m’avait échappé.

Dernière modification par MisterVix (20/10/2019 14h34)


L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître (A. Dumas )

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #65 20/10/2019 14h59

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

@ peakykarl :

Le nombre de lignes, ça fait partie de ces fameux débats sans fin. Peter Lynch en avait 1000 quand il explosait tout le monde et à une époque où il était effroyablement long de rassembler, de compiler et de comparer les données comptables de ces entreprises… J’ai fait de l’ultra-concentré dans le passé, ça ne m’intéresse plus. Trop de stress: la moindre erreur d’analyse, le moindre impondérable se paie trop cher. Et quel coût d’opportunité quand une thèse au demeurant juste met 3 ou 5 ans à se réaliser…

Ceci dit, les 5 premières positions de mon portefeuille représentent quand même 22% de sa valeur liquidative (cash compris), donc il y a une part de conviction forte dans la taille des positions.

Je ne souhaite pas m’étendre sur le reste de vos questions, désolé. Pour Altarea et Deutsche Wohnen : ouvrez leurs rapports annuels et vous pourrez vous faire une idée.

@ MisterVix :

Vous avez raison, le principal risque est politique. D’ailleurs, un texte de limitation des loyers berlinois sur 5 ans aurait été voté vendredi, je n’ai pas encore pris le temps de le lire pour refaire mes calculs.

J’ai un PRU d’environ 31 euros, ce qui, au vu des prix de l’immobilier berlinois laisse environ 40-45% de marge de sécurité dans le cadre d’une vente à la découpe de DW. Ce n’est toutefois pas ma thèse : je pense que DW va tout faire pour atténuer la pression politique en concédant des augmentation de loyers modérées, de l’accompagnement social, en finançant des initiatives locales etc.

Donc le FFO qui croit à 2 chiffres, à mon sens c’est fini. Par contre, on peut arguer que l’Allemagne est un pays qui a la culture du compromis et que quelque chose de raisonnable pourrait s’imposer. D’ailleurs, ce serait une bonne chose: les conséquences politiques d’un immobilier hors de prix sont délétères… il n’y a que les populistes pour en profiter.

Donc, brièvement: décote suffisamment forte sur la valeur de marché des immeubles (du résidentiel de qualité, je le rappelle: emplacement, emplacement, emplacement), bilan solide, on peut raisonnablement espérer 15-20% de revalorisation du cours si un compromis censé est trouvé, au-delà… il faudra voir ce qu’ils peuvent sortir comme croissance, mais 5-8% annuels dans le cadre d’une gestion active de leur patrimoine, ça parait tout à fait raisonnable.

Regardez aussi Ado Properties, même marché, plus petit, bilan un peu pus fragile… j’en ai à hauteur de la moitié de ma position DW.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #66 08/11/2019 08h59

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

Mise à jour de la performance en date du 7 Novembre.

Le portefeuille a finalement dépassé ses plus hauts d’Avril dernier, à la faveur des records des marchés mais aussi du rattrapage boursier de certains dossiers.

24,13% depuis le premier Janvier 2019 :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_depuis_1er_j_19.png

36,5% depuis le premier Janvier 2018 :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_depuis_1er_j_18.png

En comptant le cash (stable vers 20%) qui leste la performance dans un marché haussier et considérant la sous-performance forte sur l’année de la première position du portefeuille (Berkshire Hathaway), tous deux témoins d’un positionnement défensif en fin de cycle, on doit la bonne tenue du portefeuille à la poche "growth"/techno. Celle où j’ai finalement le moins de convictions, étant donné que c’est un secteur très compliqué à appréhender et dans lequel je morcèle mes investissements de façon à minimiser et les risques et les regrets.

Je viens seulement de m’apercevoir que Boursorama avait fait évoluer son interface et propose désormais de suivre sa performance de façon plus ludique. J’avais jusqu’à présent exclu ce PEA du reporting pour deux raisons : ne pas facilement pouvoir faire de screenshot "parlant" et parce qu’il est moins significatif en volume dans mon patrimoine que le CTO IB. C’est un PEA qui est toujours pleinement investi, je n’y exprime aucune vision des marchés : juste une sélection d’entreprises de qualité qui versent des dividendes appréciables dans la durée (moyenne du portefeuille : 3,3%).
Eh bien, ce portefeuille retourne 28,5% depuis le 1er Janvier (en euros, Boursorama indique 34% de performance mais ce n’est pas ce que me dit ma calculatrice). En investissant seulement sur le marché tricolore et sans y regarder plus d’une fois par trimestre. Je crois que c’est Bifidus qui disait, en somme, que c’était inutile d’aller chercher la poule aux oeufs d’or sur des marchés exotiques…

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_bourso_19.png

Hors ligne Hors ligne

 

#67 08/11/2019 17h27

Membre
Réputation :   87  

En investissant seulement sur le marché tricolore et sans y regarder plus d’une fois par trimestre. Je crois que c’est Bifidus qui disait, en somme, que c’était inutile d’aller chercher la poule aux oeufs d’or sur des marchés exotiques…

Peut-être est-ce une combinaison détonante de 3 éléments :
- La simplicité, qui me parait l’un des piliers de l’investissement
- l’humilité
- l’art de ne rien faire : couper l’image et le son et laisser les entreprises travailler et le marché avancer.

… et pourtant, comme il est difficile d’avoir la discipline et la patience de s’y tenir !

Hors ligne Hors ligne

 

#68 09/11/2019 09h40

Membre
Réputation :   65  

Kapitall a écrit :

Ceci étant dit, je pense qu’un portefeuille de ce type a un avantage que les adeptes des ETF et des 4% balaient bien trop rapidement du revers de la main : on aura, un jour, un marché baissier durable. Personne ne sait quand, mais ça finira par arriver. Et là, celui ou celle qui ne compte que sur ses dividendes, dans le cadre d’un portefeuille bien construit, il le vivra (relativement) bien. Et quand on sait l’importance prépondérante de la psychologie dans la réussite d’un processus d’investissement durable…

Justement, concernant les ETF, il en existe de nombreux qui sont axés sur les dividendes.
Quelques exemples parmi tant d’autres :

SPDR® S&P® Euro Dividend Aristocrats
SPDR® S&P® UK Dividend Aristocrats
SPDR® S&P® U.S. Dividend Aristocrats

VANGUARD FTSE All-World High Dividend Yield

iSHARES MSCI World Quality Dividend

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #69 25/12/2019 10h13

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

Comme l’année boursière est pour ainsi dire finie, je profite d’un moment de calme pour faire le point sur 2019.

D’un point de vue boursier, le CTO IB terminera sur une performance 2019 proche de 28%.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_2019.png

Depuis le 1er Janvier 2018, la performance sera proche de 41% :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_2018.png

Le portefeuille est constitué de 88% d’action européennes et de 12% d’actions US. Cela me fait d’ailleurs penser qu’il n’est donc pas très pertinent de le comparer au SP500…

Par secteurs, selon la terminologie IB :

Basic Materials: 1,35%
Cyclical Consumers: 8,18%
Consumers Non-cyclicals : 1,24%
Energy: 0,94%
Financials : 11,41%
Healthcare: 5,02%
Industrials : 8,38%
Real Estate : 13,05%
Technology : 15,27%
Telecommunications services : 2,39%
Utilities : 0%
Cash : 32,77%

Le PEA Boursorama a fait 36% selon Boursorama mais 31,5% seulement selon mes calculs.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_bourso_2019.png

Mon positionnement, comme le démontre la poche de cash, est assez prudent. Je n’aurais pas dû l’être tant car mon PEA pleinement investi fait mieux que ma gestion active, et détenir du cash coûte de l’argent en 2019 !

Mais je dois bien dire que le monde, sa reconfiguration économique et les tensions qui en découlent, ses délires politiques (selon ma sensibilité, en tout cas), ne m’inspirent que le plus grand scepticisme. Je sais bien que cela n’empêche pas les entreprises les plus performantes de créer de la valeur, ou le marché d’offrir régulièrement des occasions en or, mais tout de même… pour moi il s’agit avant tout de dormir tranquille et de vivre la prochaine débâcle boursière comme une opportunité et non un moment douloureux. Vanguard pense que le marché à 50% de chance de subir une correction en 2020, contre 30% habituellement. Positionné comme je le suis, tout me va : que ça monte ou que ça baisse, bring it on! Cela libère énormément d’énergie mentale.   

A la fin du premier trimestre, j’ai pris des profits sur le CTO IB pour financer mon apport d’un projet immobilier dont moi et mes partenaires attendons une rentabilité d’environ 8% brut. Sans stress ni travail car je ne le gère pas au quotidien.

La meilleure performance en % vient tout de même de mon activité professionnelle, ma sàrl, dont j’estime grossièrement (car je n’ai pas les chiffres de Décembre) que le CA aura augmenté de 40-50%, pour des profits qui auront plus que doublés, peut-être même triplés. J’attends de m’entretenir avec mon comptable pour affiner tout ça. Tous les investissements pour 2020 sont faits, ce qui augure d’un exercice à venir très satisfaisant, même si le CA devait baisser sensiblement car il s’agit d’une activité cyclique.
C’est un rappel que l’entrepreneuriat, investir en soi, c’est ce qui paie le plus… Philippe ne cesse de le dire tout au long de ses newsletters, et il a bien raison de le faire. Ce n’est jamais un long fleuve tranquille, on frôle parfois le burn-out mais…

J’ai doublé les dons que je fais annuellement à des associations de protection de l’environnement  : cette année, je suis à environ 1% de mon patrimoine net en dons. Une partie vient évidemment en déduction de l’IR et de l’IS et j’encourage chacun à se demander s’il n’a pas envie avant la fin de l’année de soutenir des causes qui comptent pour lui. Faire ces dons, en plus, me procure bien plus de plaisir que d’avoir raison sur un dossier en bourse…

Pour 2020 : le maître mot sera pragmatisme et flexibilité. On peut imaginer un scénario positif dans lequel le soutien monétaire des banques centrales couplé à une reprise économique modérée, un abaissement des tensions politiques, conduirait à des marchés haussiers, portés notamment par un rattrapage des cycliques et de certaines dossiers value. Ou, tout le contraire… c’est assez vain, cet exercice. J’ai bien plus de convictions sur des entreprises spécifiques que sur les marchés en général. Et c’est bien pour ça que je compte continuer à investir en titres vifs, et pas en ETFs !

Excellente fin d’année à tous et merci à tous les contributeurs de qualité qui font vivre ce forum.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #70 25/12/2019 14h10

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2681  

Kapitall a écrit :

Mon positionnement, comme le démontre la poche de cash, est assez prudent. Je n’aurais pas dû l’être tant car mon PEA pleinement investi fait mieux que ma gestion active, et détenir du cash coûte de l’argent en 2019 !

En même temps, faire environ +30% en 2019 avec 32% de trésorerie, cela rend tout de même les choses supportables.

Kapitall a écrit :

C’est un rappel que l’entrepreneuriat, investir en soi, c’est ce qui paie le plus…

Eh oui. Je l’ai compris à la vingtaine, mais certains ne comprennent jamais. Et encore, que ne l’ais-je compris avant. Quand je me souviens avec quelles désinvoltures je traitais par exemple mes cours d’anglais à l’école. Que de temps bêtement perdu qu’il a fallu en plus rattraper par la suite !

PS : vous pourriez éventuellement partager votre top 10 sociétés.

Bonnes fêtes.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #71 25/12/2019 16h19

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

Puisque c’est vous qui le demandez, Philippe…

Les dix premières lignes :

Berkshire Hathaway: no comment.

Unibail Rodamco Westfield : l’année prochaine sera une année test. La vente d’un gros portefeuille européen, si elle aboutit, permettra de servir de « price discovery » et de se faire une meilleure idée de la NAV réelle. En attendant, le cash rentre et les indicateurs ne sont pas mauvais. Bémol : Green Street a estimé que la valeur des malls A aux US aurait baissé de 10% rien qu’en 2019… et en général, Green Street savent ce qu’ils disent… L’achat de Westfield était-il vraiment pertinent ? On va finir par le découvrir…

Deutsche Wohnen : ligne constituée vers 32 euros. C’est un dossier un peu politique : quel marché du logement veulent les berlinois ? En cas de compromis un peu sensé, ça vaut 15-20% de plus. En attendant, ils rachètent leurs actions avec le cash excédentaire et c’est du résidentiel de qualité…

Vastned Retail : du commerce de centre-ville, emplacements souvent prestigieux. En fait, c’est un peu comme une SCPI de commerce. A mon avis, le véhicule est trop petit pour rester côté en bourse et la décote sur NAV ne permet pas de croitre par émission de titres. Si j’étais Sofidy (donc Tikheau, donc une entité qui cherche à accroître les encours sous gestion rapidement), j’essaierais de les racheter.

SAP : géant IT qu’on ne présente plus. De ce que j’ai compris, les fonds activistes au capital pensent que le BPA peut croitre de façon significative dans les années à venir.

Activision Blizzard : acquis vers $45. Mauvaise passe en phase d’être résorbée, bon ROE, le secteur des jeux vidéos est par ailleurs très résilient en phase de ralentissement économique.

Ado Properties : le titre a chuté suite à une histoire de rachat de leur actionnaire majoritaire etc. Les minoritaires seraient lésés et on passe d’une entité de logement résidentiels sur Berlin (un pure player) à une entité qui non seulement va détenir du résidentiel dans d’autres villes allemandes mais en plus prendre le risque de développer ses propres programmes immobiliers… le titre va rester sous pression quelques mois mais je ne pense pas qu’il y ait eu autant de destruction de valeur que ce que le cotation suggère.

Dassault Systèmes : pépite française, sempiternellement chère. Va se développer dans le secteur médical. Aux cours actuels, je me suis un peu allégé. 

Capgemini : OPA sur Altran, que j’ai vendu sur le marché. Quoi qu’il arrive, ils ont les moyens de croître et de consolider leur position.

Essilorluxottica : chère mais va bénéficier de synergies & continuer à consolider le secteur de la vision.

Je tiens à préciser, pour répondre à votre remarque, que je suis passé d’environ 20% de trésorerie (niveau moyen sur l’année) à 32 % sur le mois de Décembre, pendant lequel j’ai liquidé quelques lignes du top 10 : Iliad (en attendant de voir ce que fera le cours après l’opération de Niel), Bristol-Myers Squibb (dont la décote manifeste vers $45 s’est résorbée) etc. Je me suis aussi allégé sur des grosses positions comme Nvidia dont j’ai conservé la moitié de ma ligne seulement, ce qui la place maintenant juste en dehors du top 10. Bref, c’est une gestion active.

Hors ligne Hors ligne

 

#72 25/12/2019 20h58

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   536  

Bonjour Kapitall,

Deutsche Wohnen : bravo pour le call à 32 EUR. J’avais un temps envisager de rentrer pour profiter du "Berlin bashing". Savez vous dans quelle proportion ils ont racheté leur actions depuis leur chute ? J’imagine que cela doit être limité à 2% voire 3% maxi !?

Ado Properties : Pitch intéressant, est-ce que vous avez des sources pour analyses complémentaires ?

Vastned Retail  : A première vue, CA semble une piste intéressante : small (500M€ capi), belge (pas un marché "principal)", REIT commercial (pas trop à la mode en ce moment). Bref, 3 attributs qui pourraient justifier une décôte actuellement !
Autant je serais très positif sur les emplacements centre ville de qualité (cf selectirente en france), autant je serais plus mesure sur les centre commerciaux de périphérie. Dans la description de la société sur zonebourse, il est indiqué une répartition à :
- 59,4% de magasins dans les centres villes, dont certains à emplacements de premier ordre dans les grandes villes
- 40,6% de magasins le long d’axes routiers.
D’après ce que je comprends, cette réparation est faite en fonction de la surface. Etant donné que les loyer en centre ville doivent être plus cher qu’en périphérie, alors on pourrait avoir un mix en terme de CA plus proche de 70/30 !?
Concernant la NAV, les actifs en centre ville devraient encore mieux valorisés que les surfaces périphériques. On pourrait atteindre une NAV à 80% actifs centre ville / 20M périphérique

Edit : sur Bousorama, je viens de trouver :

Boursorama a écrit :

A fin 2018, le portefeuille immobilier du groupe s’élève à environ 1,6 MdEUR, et est composé à 82% de « core city assets ». Le solde du portefeuille concerne les magasins situés dans des emplacements mixtes et comprend des « baanwinkels » belges, des supermarchés et des magasins de grande surface dans des petites villes, situés essentiellement aux Pays Bas et en Belgique.

Ça correspond à mon estimation "au doigt mouillé".

Selon le Rapport financier semestriel 2019, la VANN est estimée à 50€ en page 9.
Avec un cours à 45€, la décôte est limitée à 10%.

Au niveau des perspectives, le rapport de gestion n’est pas très optimiste :

rapport de gestion a écrit :

Une pression est exercée sur les loyers dans tous les segments (magasins de premier ordre, centres commerciaux et commerces hors des villes).
Les détaillants sont sous pression en raison de leurs marges et tentent de renégocier les loyers en cours ou de les lier au chiffre d’affaires réalisé. Les loyers maximums pour les magasins de 150 m² à Bruxelles et Anvers restent cependant stables. Pour les grands magasins, les loyers diminuent, même dans les grandes villes comme Anvers et Bruxelles.
À court et moyen termes, nous prévoyons que la tendance susmentionnée se poursuivra et que les valeurs locative estimée dans l’immobilier commercial stagneront ou diminueront légèrement.


Considérant la décôte réduite (10%) et les perspectives "moroses", je ne vois pas d’opportunité dans le dossier actuellement. Ai-je loupé quelque chose ?


Merci et Bonnes fêtes

Dernière modification par oliv21 (25/12/2019 21h18)


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #73 26/12/2019 10h15

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

Bonjour oliv21,

DWI : l’autorisation cours jusqu’au octobre 2020 et porte sur un maximum de 7% du capital. Ce qui est significatif pour une foncière. Pour moi, c’est non seulement de l’optimisation dans le cadre de l’allocation de capital mais aussi un message politique : ces fonds devaient servir à des investissements dans le parc berlinois (rénovations, énergies renouvelables etc) et face à l’incertitude législative, ils ont préféré montrer à leurs interlocuteurs que le capital pouvait être utilisé autrement que dans leur circonscription… ils le disent d’ailleurs assez explicitement : trouvons un terrain d’entente et nous investirons au bénéfice de tous.

Ado Properties : www.ado.properties/websites/ado/English … tions.html
Il y a aussi un conference call dont la transcription est disponible via IB.
Dès que le rachat d’Adler (payé en actions) sera effectif, il y aura un retour de papier significatif sur le marché, à moins que ce ne soit déjà en cours dans le cadre de stratégies long-short.

Vastned Retail : Vos avez mélangé les données de Vastned Retail Belgium (dont Vastned Retail détient les 2 tiers du capital, ils ont d’ailleurs essayé de racheter le reste récemment mais l’affaire a capoté suite à un désaccord sur le prix de retrait) avec Vastned Retail.

Vous avez une EPRA NNNAV de € 45.84 en date du 30 Juin dernier, pour un cours en bourse d’environ 26 euros. La tendance de la NAV ces dernières années est, très logiquement, à la baisse…

Et attention : les dernières ventes d’actifs (non stratégiques toutefois, dont de moindre qualité) se sont fait légèrement en deçà de la book value. Par ailleurs, on peut penser que certains emplacements vont être reloués à des loyers inférieurs à ceux en place (voir Paris, récemment). Donc vous n’avez pas 40% de marge de sécurité mais moins.

Deuxième bémol, la foncière va distribuer un dividende stable à 2.05 euros pour un résultat net attendu entre 2 et 2.10 euros. Autrement dit : ils distribuent tout. Par contre, l’estimation du management c’est que le point bas a été atteint. Et c’est ça le nerf de la guerre : dès que le point bas est atteint factuellement, le news flow s’inverse et là le titre peut remonter. C’est de l’immobilier donc c’est forcément long : est-ce que ce sera vraiment en 2020 ?

A noter qu’ils n’hésitent pas à vendre des actifs pour racheter leurs propres titres.

Au niveau de l’actionnariat, vous avez Aat van Herk qui détient 25% du capital. Il a 67 ans. Est-ce qu’il voudra passer la main ? Vendre le bloc ? A mon sens, Vastned Retail serait parfait entre les mains d’un gestionnaire d’actifs ou d’un assureur vie qui a tant besoin de rendement pour servir ses engagements. En bourse, il me semble qu’ils n’ont pas la taille critique pour optimiser les frais de structure, leur WACC n’est pas optimal etc.

Je tiens à préciser que ces trois dossiers me semblent moins risqués dans l’environnement actuel que des entreprises qui dépendent d’hypothèses de croissance forte, d’une bonne tenue des relations sino-américaines ou de la poursuite de l’expansion des multiples… il y a déjà pas mal de mauvaises nouvelles dans le cours. Cela vient contrebalancer certaines industrielles ou certaines technologiques que j’ai en portefeuille, à des niveaux de conviction moindres. Mais il faut les deux pour dormir tranquille car c’est mon objectif premier.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #74 01/01/2020 15h22

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

Les chiffres définitifs pour 2019, pour être à jour:

Depuis le 1er Janvier 2019, + 28,3%.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_2019_final.png

Voici la composition du portefeuille par secteurs.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_allocation_final.png

Le cash à 31% est l’élément le plus stratégique pour aborder 2020. Un peu trop prudent en 2019, même si je suis très satisfait de la performance. 2019 fut une année que je ne pensais pas voir se dérouler de cette façon, niveau macro, j’ai eu tout faux ou presque… ce qui m’a sauvé, c’est une règle qui est de ne jamais désinvestir totalement un secteur porteur (la technologie par exemple, que je trouve hors de prix) et de ne pas surinvestir dans mes positions value, celles où je me sens paradoxalement le plus à l’aise. Se protéger de soi-même et de ses biais… 

Voyons comment mon positionnement me servira en 2020. J’ai pris un peu de temps pour survoler la cote et je trouve qu’il y a quelques dossiers qui mériteraient d’être investis : quelques holdings avec des décotes proches des plus hauts historiques, par exemple, ou des industrielles qui pourraient avoir mangé leur pain noir en 2019. Des titres sous pression pour cause d’opérations capitalistiques, aussi. Je vais sans doute y aller… mais très progressivement.

Depuis le 1er Janvier 2018, +41,1%.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/611_depuis_2018_final.png

Et Boursorama est en plein bug, donc pas de capture d’écran pour le PEA. La performance est encore annoncée vers 36%, sans grand changement depuis le dernier message à ce sujet.

Bonne année à tous.

Hors ligne Hors ligne

 

#75 01/01/2020 17h08

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   221  

Superbe performance! Vous faites donc beaucoup de rotation de positions ou vous êtes plus en buy and hold?

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur