Informations À propos…   Chercher Cherchez sur le site, les forums et nos screeners :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#26 21/11/2017 20h48

Membre (2014)
Top 20 Année 2022
Top 20 Expatriation
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Crypto-actifs
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   550  

On savait que les ventes n’avaient aucun lien avec les anticipations et les évolutions du titre: il y a de multiples bonnes raisons pour vendre des titres indépendamment de la bonne santé ou pas de son entreprise.

Par contre vous dites aussi que les achats ne sont pas significatifs et vous le justifiez avec des exemples et votre expérience personnelle. En effet je ne peux pas vous contredire et ce que vous dites est frappé du bon sens.

Toutefois si je pense aussi que l’information d’achat d’initié à elle seule n’a pas beaucoup de valeur, dans un contexte particulier, je trouve qu’elle peut en avoir.

Cela peut aussi bien-sûr être un acte de communication comme pour GE le DG qui achète pour envoyer un signal. Je ne pense pas que les DG soient aussi "légers" avec leur propre argent et que s’ils veulent se payer une campagne de pub à bon compte ou pas, ils ont d’autres moyens de le faire sans dépenser un kopeck personnel.

Je trouve donc significatif des dirigeants qui achètent un titre au plus bas. Ils peuvent certainement se tromper (biais d’engagement) et il faut relativiser, mais c’est pour moi certainement un point positif.

Le fait que le management de CBL n’achète pas alors que le titre est au plus bas est aussi un signe fort qu’il faut rester à l’écart du titre.

Après on aura plein de contre exemples et peu de cas de lien avéré entre l’évolution d’un cours et les achats d’insiders. Mais c’est un critère comme les analyses des sociétés de gestion par exemple, qui a son poids dans l’équation et qui peut même être rédhibitoire (CBL).

Un autre exemple que j’ai suivi, les dirigeants de CHK ont acheté à 8$ avant la poussée du cours du pétrole; le titre est aujourd’hui à 4$ avec un baril qui a pris plus de 10%. Certes le gaz est resté anémique mais clairement les dirigeants ont sur-estimé leurs capacités de redressement ou la réaction des marchés, ou le timing de la réalisation dans le cours de leurs actions… C’est toutefois un indicateur qu’ils ne visent pas la banqueroute.


Le train de la vie ne s'arrête jamais deux fois à la même gare.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #27 22/11/2017 11h33

Membre (2012)
Top 5 Portefeuille
Top 10 Dvpt perso.
Top 10 Actions/Bourse
Réputation :   956  

Oui nous avons tous nos contre-exemples d’insider tradings peu inspirés (ma dernière erreur, même si je n’ai pas perdu d’argent, juste gagné moins, a été de conserver PSB Industries alors que je voulais vendre, j’ai conservé suite à un gros achat d’actions par un directeur, en direct l’achat d’actions qui plus est ; 15 jours après, PSB annonçait des résultats très moyens).

Mais en tout cas, la littérature scientifique sur le sujet semble d’accord : les papiers les plus cités font bien état d’une "anomalie" d’efficience de marché et que suivre les insider trading est en moyenne… gagnant. Cela ne signifie pas que ça peut faire une stratégie d’investissement puisque, comme tjs avec les papiers académiques, il s’agit de moyennes sur des milliers de titres et sur plusieurs décennies, difficilement reproductible… mais en moyenne il y a un effet.

Là où il semble y avoir un débat et où les universitaires ne sont pas encore "alignés", c’est sur la raison de cette inefficience positive de marché (j’ai vu plein d’explications) et sur le delta entre le gain pour les insiders et le gain pour un outsider qui voudrait suivre leur trade (car il y a toujours un lag d’information, des spreads, etc. donc les retours ne sont pas forcément les mêmes).

Ce n’est pas (du tout) mon domaine d’expertise mais les papiers sont cités des centaines voire des milliers de fois sur ce point donc je pense que c’est bien documenté. Parmi des papiers cités de nombreuses fois et pour ceux qui ont accès (le résumé est tjs en accès libre au moins) :
JSTOR: Access Check
et ce papier du MIT encore plus cité (des milliers de fois) et, à mes yeux de béotien plus facile à lire (je peux envoyer l’article par MP si besoin) :
MIT Press Journals

Les auteurs démontrent un effet significatif de +6 % au-delà de tout "doute" (mais encore une fois ce sont des moyennes de moyennes donc pas forcément une stratégie d’invest). Plus intéressant, les ventes d’insiders n’ont aucun avantage significatif (elles ont le même retour que le marché) ce qui démontre aussi au passage que les ventes d’insiders, et là dessus je pense que nous sommes tous d’accord, ne signifient rien dans aucun des 2 sens (positif ou négatif). C’est juste la moyenne de milieirs de personnes ayant besoin d’argent à des instants t.


Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe. Meduse Paris :)

Hors ligne Hors ligne

 

[+11]    #28 24/06/2018 22h04

Membre (2017)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 5 Portefeuille
Top 20 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 10 Invest. Exotiques
Top 5 Crypto-actifs
Top 5 Finance/Économie
Réputation :   2516  

En France, les initiés gagnent-ils en bourse ? Faut-il les suivre ? Ou plus précisément : quels initiés peut-on suivre pour optimiser les chances de gain ?

J’ai fait une analyse statistique des achats d’actions par des initiés en France depuis début 2017, sur la base de l’excellent site lestransactions.fr de Geronimo.

Evidemment, toutes les conclusions sont à prendre avec grande prudence, car on peut difficilement dire si elles restent valides sur un horizon de temps plus long.

J’explique d’abord ma méthodologie avant de présenter les résultats :

1) Je n’ai regardé que les achats d’actions : je n’ai pas regardé les cessions, les exercices d’options, les souscriptions aux augmentations de capital etc. On peut penser que l’information associée à des achats par des initiés est en général plus pertinente que celle associée à des ventes par des initiés, car les motivations pour vendre incluent souvent des facteurs non pertinents pour la perception de l’entreprise, par exemple les besoins de liquidité de l’initié.

2) J’ai éliminé (ou essayé d’éliminer) tous les achats d’actions à prix "subventionné" par l’entreprise (par exemple dans le cadre de la rémunération variable des dirigeants). Les acquisitions d’actions gratuites sont faciles à détecter dans la base de données ; en revanche certains plans d’attribution d’actions à prix "subventionné" sont moins évidentes à identifier (mais je pense avoir éliminé la plupart par un contrôle de vraisemblance).

3) Je ne garde donc que les achats d’actions à des conditions de marché (les mêmes conditions qui s’appliquent à nous tous petits porteurs).

4) J’ai corrigé manuellement quelques erreurs évidentes (inversion du nombre d’actions achetées et du prix). En cas de doute face à des données invraisemblables, j’ai éliminé les transactions de mon analyse (très peu).

5) Je me retrouve au final avec 2052 transactions sur la période analysée (sur une base de données totale de 7251 transactions).

6) J’ajoute (manuellement…) à la base de données 3 informations : (a) le cours actuel de l’action (ou le dernier cours en cas de retrait de la cote), (b) la capitalisation boursière, et (c) le "type" d’initiés. J’ai défini 7 types d’initiés : PDG, DG, DG délégué, DAF (directeur administratif et financier), autres dirigeants (managers), Président du conseil d’administration ou de surveillance, administrateur. J’ai essayé d’identifier les initiés au mieux (parfois c’est compliqué en raison du cumul de fonctions).

7) Je calcule la plus- ou moins-value théorique de chaque transaction d’initiés sur la base de la différence entre le cours actuel de l’action et le cours d’achat, multipliée par le nombre d’actions achetéees. Je fais donc l’hypothèse (plus ou moins correcte) que les initiés font du buy and hold (je ne tiens pas compte des éventuelles cessions).

Maintenant les résultats :

a) Les meilleurs initiés semblent de loin les DAF et les DG délégués. Les initiés les plus hauts placés (PDG, Président du Conseil d’administration) font des performances assez moyennes. Quant aux administrateurs "lambdas" et aux dirigeants de 3e rang, leurs performances semblent médiocres.


NB : Le pourcentage de performance affiché est un dirty return (PV / montant investi). Pour affiner le jugement, on pourrait calculer un TRI en tenant compte de la date d’achat.

Mon interprétation : les DAF et DG délégués ont la compréhension la plus fine des entreprises (et probablement aussi du marché), et ils ne souffrent pas des biais "émotionnels" qui peuvent influencer le fondateur ou PDG de l’entreprise (son entreprise, c’est sa vie). Par ailleurs, le DAF ou DGD est généralement parvenu à ce poste par son seul mérite (ou alors l’entreprise est mal gérée…), alors que d’autres positions d’influence sont héritées.

b) En termes absolus, les plus gros gains sur des opérations d’initiés ont été réalisés par des actionnaires majoritaires renforçant encore leur position au capital. La holding de Bernard Arnault a ainsi acheté continuellement des actions Christian Dior, ce dont un petit porteur opportuniste aurait pu profiter par une stratégie "rémora". A noter que Predica, filiale de Crédit Agricole Assurances, est l’auteur de 4 jolis coups sur la période analysée.


Ma conclusion : Suivre un actionnaire majoritaire qui monte au capital est une stratégie payante. Sur les dossiers à faible flottant, les achats du majoritaire sont étalés sur longue période, offrant de nombreux points d’entrée au petit porteur.

c) En termes relatifs (% de gain), les plus belles performances d’initiés sont sur des micro caps, voire des nano caps à profil souvent spéculatif.


NB : l’échelle pour les gains (k€) est différente de celle de la table précédente (millions €) !

Ma conclusion : Il y a évidemment beaucoup de "déchet" dans une stratégie de suivi d’initiés sur des micro/nano caps. Beaucoup de pertes sur les biotechs, par exemple. Il est sans doute utile d’ajouter le critère DAF/DGD quand on envisage de suivre des initiés sur des micro caps spéculatives.

Je continuerai l’analyse plus tard en regardant les performances des initiés selon la capitalisation boursière des entreprises : vaut-il mieux suivre les initiés (et lesquels ?) sur des small caps ou des big caps ?

Dernière modification par Scipion8 (24/06/2018 22h07)

Hors ligne Hors ligne

 

#29 24/06/2018 23h31

Membre (2012)
Top 20 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   717  

Superbe étude, à continuer !

Quelques remarques :

- dans votre dernier tableau, le dernier achat de la liste (prodware) pointe à +43 %, donc je ne comprends pas pourquoi il manque les valeurs pointées dans le tableau précédent à plus de 43 % (Gaumont par exemple).

- dernier tableau vous écrivez : "En termes relatifs (% de gain), les plus belles performances d’initiés sont sur des micro caps, voire des nano caps à profil souvent spéculatif." Quand quelqu’un d’autre que soi investit dans une valeur et que l’on ne connait pas ses raisons, cela m’étonne qu’on puisse qualifier cela de "spéculatif". La personne qui investit a peut-être des raisons très solides de le faire. Surtout quand il s’agit d’un initié. Donc définir un "profil" spéculatif ne fait pas sens pour moi, tout dépend qui investit.

- effectivement, ce serait bien de pondérer l’analyse par la durée. Un achat réalisé il y a deux ans est plus significatif qu’un achat réalisé il y a deux semaines. Si on enlève toutes les durées < 1 an par exemple, que devient le tableau a) ?

- pour beaucoup d’initiés, il n’est pas facile d’attribuer une fonction unique, beaucoup on deux casquettes. Conrard (prodware) est DGD aux finances, donc DAF aussi.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+3]    #30 25/06/2018 14h47

Membre (2017)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 5 Portefeuille
Top 20 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 10 Invest. Exotiques
Top 5 Crypto-actifs
Top 5 Finance/Économie
Réputation :   2516  

Suite de l’analyse (+ réponses aux remarques de JeromeLeivrek) :

1) Dans mon message précédent, la table (a) est une vue par transaction, alors que dans les tables (b) et (c) j’ai effectué une consolidation des transactions effectuées par un même initié sur une action donnée. Cette consolidation est faite de façon manuelle, car l’utilisation de fonctions SUMIF sur Excel est compliquée par le fait qu’un même initié peut utiliser différents canaux (en personne, par son conjoint ou par diverses sociétés) pour acheter des titres (ainsi que par des petits problèmes de non-uniformité des données texte). Voici des tables plus complètes :

Plus grosses plus-values (en termes absolus) (à noter l’addition de Naturex, que j’avais loupée en raison de l’étalement de la plus-value sur un très grand nombre de transactions ; j’ai corrigé aussi les dates) :


Meilleures performances (en termes relatifs, non annualisés = dirty returns) :



2) Sur un horizon d’observation aussi court, les baggers par des initiés ne sont que sur des micro caps (capi entre 50-300M€) et des nano caps (capi <50M€), mais des initiés ont aussi fait de très belles affaires sur des large caps (capi > 10.000M€). Il serait intéressant de mesurer la performance sur un horizon beaucoup plus long (j’ai tendance à penser que cela serait à l’avantage des valeurs moyennes et grandes).


NB : L’axe des abscisses (capitalisation boursière) est en échelle logarithmique. Il s’agit d’une vue par transactions individuelles (pas de consolidation par mêmes initiés).

3) En moyenne, les meilleures performances sur la période d’observation ont été réalisées sur les large caps. Aussi bien en termes de (dirty) return (+19,0% contre +13,7% en moyenne), qu’en termes de pourcentage de transactions gagnantes (66% contre 55% en moyenne), les initiés ont enregistré les meilleures performances moyennes sur les large caps. Les micro caps semblent intéressantes en termes de pourcentage de transactions gagnantes (67%) mais la performance moyenne est médiocre (+3,6%). Les pires performances moyennes des initiés ont été enregistrées sur les nano caps : seulement 33% de trades gagnants et une perte moyenne de 24,4%.


NB : Le nombre total de transactions de l’échantillon est passé de 2052 à 2041 car en analysant les meilleurs trades j’en ai trouvé (encore) une dizaine qui n’ont pas été faits aux conditions de marché (achats "subventionnés").

Mon interprétation :

a) Les initiés des large caps ont sans doute un avantage en termes de compétence financière (compréhension des marchés etc.), d’expérience et d’accès à l’information.

b) La mauvaise performance des initiés sur les nano caps peut s’expliquer de 3 façons :

- Biais statistique : j’ai utilisé la capitalisation actuelle. Or certaines micro caps dont le cours a baissé sont devenues des nano caps. Donc les entreprises dont le cours a baissé sont statistiquement sur-représentées dans le compartiment nano caps.

- Un initié de nano cap se rapproche peut-être, en termes de compétence financière (compréhension des marchés) d’un petit porteur lambda. Donc son avantage informationnel comme initié se dilue peut-être dans son incompétence financière (ce qui ne l’empêche pas d’être éventuellement un bon professionnel, hein).

- Achats "tactiques" : Le cours d’une nano cap étant en général illiquide, des initiés peuvent être tentés de l’influencer par des achats "tactiques" (non motivés par les fondamentaux de l’entreprise), espérant peut-être inciter certains petits porteurs à les suivre.

Sans doute un mélange des 3 explications, à mon avis.

4) Ma conclusion stratégique générale perso (qui reflète mon style d’investissement), c’est :

- Ne pas hésiter à suivre nos grands capitalistes (Arnault etc.) quand ils enclenchent manifestement un processus de renforcement capitalistique graduel - particulièrement sur des valeurs à flottant faible (même s’il faut garder en tête le risque d’une OPRO à prix injuste).

- Ne pas hésiter à suivre les initiés à compétence "technique" (DAF, DGD) sur des large caps solides ou des mid caps déjà en portefeuille ou sur ma watch list (donc a priori avec des fondamentaux solides).

- Sur les small / micro caps, envisager de suivre avant tout les initiés à compétence technique.

- Se méfier des transactions d’initiés sur nano caps.

@JeromeLeivrek :

- C’est vrai que je fais un jugement de valeur quand j’appelle certaines micro caps "spéculatives" : ce jugement reflète ma perception d’un plus grand risque sur la continuité de l’activité de l’entreprise (en gros, la probabilité de défaut à 5 ou 10 ans, qui n’est pas du tout la même, par exemple, pour Atari ou Kering). On pourrait mesurer ce risque par des Credit Default Swaps (malheureusement rarement disponibles pour des small caps) ou une mesure harmonisée du coût de financement (malheureusement confidentielles pour des entreprises qui n’émettent pas d’obligations). [Un investisseur (deep) value, lui, voit le risque comme inversement proportionnel à la (supposée) "décote" sur la (mystérieuse) "valeur intrinsèque". Ce n’est pas mon référentiel.]

Cela dit, le profil plus "spéculatif" des nano / micro caps se voit à la bien plus grande dispersion des résultats des transactions d’initiés (cf. graphique ci-dessus).

[Et puis je ne dis pas du tout que c’est "mal" d’investir dans des micro caps ou des titres plus "risqués" ou "spéculatifs" que LVMH ou Air Liquide (dont je suis actionnaire) : dans la table (b), je suis par exemple heureux actionnaire de Réalités, Prodware, Guillemot Corporation, Fountaine Pajot, Microwave Vision, Ateme, Clasquin… et Gaumont ;-), ainsi que de Kering, IDI, Ubisoft, Akka Technologies, Faurecia et Aéroports de Paris, qui ont à mon sens un profil de risque différent des premières citées.]

- Oui, un développement utile de l’analyse serait d’utiliser les returns annualisés (ce qui est possible, puisque la base de données inclut les dates d’achat), plutôt que les dirty returns. Je ferai ça quand je mettrai à jour cette analyse.

- En cas de double casquette, j’ai utilisé la fonction exécutive, plus pertinente à mon sens. Donc un DG qui est aussi administrateur est considéré comme DG. Sinon, j’ai fait confiance à la base de données initiale, donc j’ai considéré M. Conrard comme DGD. Je n’ai fait des recherches de fonctions qu’en cas d’absence de mention de la fonction (cas heureusement rares).

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Scipion8 (25/06/2018 14h53)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #31 25/06/2018 15h25

Membre (2012)
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 20 Invest. Exotiques
Réputation :   561  

Félicitations pour ce travail.

Je suis content de voir que LesTransactions.fr peut également être utile pour mener ce genre de recherches.

C’est un peu ce que j’avais en tête en laissant l’accès libre à toute la base historique en plus des alertes e-mail.

Si vous avez une version un peu au propre de ces analyses, je peux créer une partie Analyse sur le site et la référencer.

Dernière modification par Geronimo (25/06/2018 15h28)

Hors ligne Hors ligne

 

#32 25/06/2018 15h32

Membre (2012)
Top 20 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   717  

Merci pour vos réponses.

Personnellement je fais très attention au montant investi. Relativement à la capitalisation c’est encore mieux. L’idéal est ensuite de particulariser en regardant le salaire et la richesse de l’insider. Mais disons qu’au niveau statistique on peut en rester à la capi.
- quand Conrard achète pour 6 M€ d’actions, ça compte plus que quand un insider d’une même capi achète pour 20 k€,
- quand Conrard achète pour 6 M€ d’actions, ça compte plus que quand Lagardère achète pour 6 M€.
Donc à mon avis il serait intéressant, quand vous faites les moyennes, de pondérer chaque achat par le ratio montant de l’achat/capi.

Pour déterminer pourquoi les insiders des nano se plantent autant (ce qui me surprend) je crois qu’il faut encore chercher un peu. Il n’y a pas que 3 raisons possibles. Et cela peut résulter d’un biais, à ce stade.

Go on smile

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#33 25/06/2018 16h58

Admin (2009)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 5 Finance/Économie
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   3503  

INTJ

Oui.

Rétrospectivement j’ai eu des biais de confirmation en suivant des achats d’initiés de plusieurs centaines milliers de $ alors qu’en fait c’est juste une goutte d’eau pour eux.

Quand vous avez $3 M de rémunération (avant impôts certes), $500 k ne représente in fine que deux mois de rémunération.

Par exemple, sur Washington Prime Group, le CEO Lou Conforti gagne plus de $5 M par an tout compris. Le 2 mars, il a acheté pour $183 k de titres, mais franchement, vu sa rémunération, cela ne signifie strictement rien du tout.

Même sur DDR Corp, la famille Otto achète par millions de dollars, mais ils sont milliardaires, du coup, est-ce significatif ?

Sur Kinder Morgan, depuis que le cours est dans les choux, les initiés n’investissent quasi-plus, alors qu’ils le faisaient quand le cours était à $30-40 (source). Je pense que c’était une façon de "booster" le cours de bourse pour lever de l’equity pas cher et permettre à la société de croître par le cercle vertueux "émission d’actions bon marché et rachat de pipelines existants".

Au final, c’est assez rare de trouver des achats d’initiés "pertinents" et avec des montants significatifs. Il y avait bien Jean-Marie Messier qui s’était endetté pour investir sur Vivendi, mais c’est un contre-exemple ! ;-)

Hors ligne Hors ligne

 

#34 25/06/2018 18h05

Membre (2012)
Top 20 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   717  

IH a écrit :

Au final, c’est assez rare de trouver des achats d’initiés "pertinents" et avec des montants significatifs.

C’est rare mais ça rapporte smile
Ces deux dernières années, je connais au moins : Prodware, Les Nouveaux Constructeurs, Fimalac, Graines Voltz. Mais il y en a surement quelques autres.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#35 02/03/2020 17h59

Admin (2009)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 5 Finance/Économie
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   3503  

INTJ

Voilà qui fait plaisir à voir :



Tout président ou CEO "respectable" devrait acheter des actions de sa boîte en ce moment.

Hors ligne Hors ligne

 

#36 08/03/2020 18h50

Membre (2016)
Réputation :   264  

Bonjour IH et tout le monde

Suite à la newsletter 326, j’ai tenté vainement de trouver la liste des transactions sur AMF (c’est vrai que c’est un site pénible!), puis sur "les transactions", mais même inscrite , je n’ y trouve rien de récent.

  Pouvez-vous m’indiquer sur quel site , vous avez eu ce tableau ?
  Ou me suggérer d’autres liens ?

Bonne soirée/journée

Mimizoé1


Parrainages Boursorama, BourseDirect, Véracash, BullionVault, WeSave, MeilleurPlacement, GMF, MAAF (Me contacter en MP)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #37 08/03/2020 18h53

Membre (2016)
Top 20 Année 2022
Top 10 Année 2021
Top 20 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Réputation :   1411  

ISTJ

Dataroma

Pour la France, privilégiez PEA Performance

Dernière modification par bibike (08/03/2020 18h54)


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Fortuneo 12470190 Degiro Linxea iGraal RedSFR BSDirect eBuyClub

Hors ligne Hors ligne

 

#38 08/03/2020 20h56

Membre (2016)
Réputation :   47  

mimizoe1 a écrit :

Suite à la newsletter 326, j’ai tenté vainement de trouver la liste des transactions sur AMF (c’est vrai que c’est un site pénible!), puis sur "les transactions", mais même inscrite , je n’ y trouve rien de récent.

C’est normal ! Le site AMF est en cours de modification et les données ne sont malheureusement plus accessibles, ni sur le site de l’AMF, ni sur le site "PEA PERFORMANCE" dont la dernière mise à jour date du 26 février.

J’ai appelé l’AMF vendredi dernier et l’on m’a indiqué que cela fonctionnerait "prochainement". Un peu dommage car en cette période de massacre boursier, j’aurais été curieux de voir quels sont les gros mouvements, à la fois en VAD, qu’en achats.

Dernière modification par max52 (08/03/2020 20h58)


Less is more

Hors ligne Hors ligne

 

#39 09/03/2020 16h06

Membre (2016)
Réputation :   113  

Exactement, je pense aussi que c’est le bon moment pour regarder qui achète en ce moment.
Cette baisse générale des marché permet aux management d’acquérir des parts qui selon eux en vision long-terme devrait performer.

Hors ligne Hors ligne

 

[+6]    #40 09/03/2020 22h31

Membre (2012)
Réputation :   55  

max52 a écrit :

mimizoe1 a écrit :

Suite à la newsletter 326, j’ai tenté vainement de trouver la liste des transactions sur AMF (c’est vrai que c’est un site pénible!), puis sur "les transactions", mais même inscrite , je n’ y trouve rien de récent.

C’est normal ! Le site AMF est en cours de modification et les données ne sont malheureusement plus accessibles, ni sur le site de l’AMF, ni sur le site "PEA PERFORMANCE" dont la dernière mise à jour date du 26 février.

Les données ont toujours été accessibles mais l’emplacement a changé et est difficile à trouver.
Bravo l’amf…

Voici le lien

Hors ligne Hors ligne

 

#41 10/03/2020 13h35

Membre (2016)
Réputation :   264  

Bonjour à tout le monde,

  Je viens de feuilleter le début des déclarations AMF, et je me pose des questions sur des 3 sociétés

1/ CGG :
4 déclarations, qui sont des régularisations de déclarations des transactions (achats, ici) faites par la même administratrice, en janvier 19, avril 19, mai 19 et juin 19.
Consulter le document (1 parmi 4)
Bas de page 2 et haut de page 3 du lien de Tigrou :
Je n’arrive pas à mettre le lien direct souligné ! Ca me sort un copié-collé, en "quote",  long comme 6 bras )

N’y a t’il pas un délai pour faire ces déclarations ?
Y’a t’il eu des changements de modalités de déclaration, qui expliqueraient ces déclarations rétroactives ?
Ou une "découverte" de ces achats non déclarés, couplée à une obligation de le faire ?
Ou une déclaration "officielle", en vue de pouvoir les revendre ?
Ou rien du tout , tout est normal (courant).. ?

1/ Caterpillar
Plusieurs déclarations " d’acquisitions" d’actions,
à 0$,
mais qui ne sont pas des "attributions d’actions gratuites, ou opérations sur actions" etc
Consulter le document (un parmi plusieurs)
Pages 4, 5 et 6 du lien de Tigrou

A quoi cela peut correspondre ?

3/ URW
"Commentaire : Achat de 350 Actions "jumelées" : C’est quoi ?

Comme quoi, il me reste encore un million de choses à apprendre, c’est très stimulant !

A bientôt pour vos réponses
Bonne journée/soirée
Mimizoé1

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Parrainages Boursorama, BourseDirect, Véracash, BullionVault, WeSave, MeilleurPlacement, GMF, MAAF (Me contacter en MP)

Hors ligne Hors ligne

 

#42 04/04/2020 14h49

Admin (2009)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 5 Finance/Économie
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   3503  

INTJ

Si certains veulent investir dans des actions cycliques et/ou financièrement douteuses massacrées, je leur suggère vivement de suivre le critère #1 de la dernière newsletter : Détecter les fausses-bonnes opportunités boursières.

Lors de la crise 2008/2009, Olivier Mitterrand achetait massivement des actions de sa société Les nouveaux constructeurs, lorsqu’elle cotait quelques euros, le "marché" anticipant une faillite. Finalement, ça n’a pas été le cas, et le cours a ensuite été démultiplié.

Je ne vois aucune raison d’être plus "couillu" que le management, en achetant des titres, alors que lui-même n’achète pas : typiquement sur L Brands, Gap, Macy, il n’y a pas d’achats d’initiés. Même des cessions sur Macy !

Pour trouver les achats d’initiés (très facile pour les actions US, plus fastidieux pour les autres) : Comment suivre les actions d’insiders/initiés (liste des sites internet) ?

Hors ligne Hors ligne

 

#43 05/04/2020 13h04

Membre (2019)
Réputation :   12  

tigrou a écrit :

Les données ont toujours été accessibles mais l’emplacement a changé et est difficile à trouver.
Bravo l’amf…

Voici le lien

Merci à Tigrou pour le lien. J’ai trouvé sur le site la page qui permet de trouver les transactions par société, ce qui est plus pratique.

AMF-recherche par société

Hors ligne Hors ligne

 

#44 16/04/2020 13h51

Membre (2016)
Réputation :   264  

mimizoe1 a écrit :

Bonjour à tout le monde, 10/3/2020

  Je viens de feuilleter le début des déclarations AMF, et je me pose des questions sur 3 sociétés

1/ CGG :
4 déclarations, qui sont des régularisations de déclarations des transactions (achats, ici) faites par la même administratrice, en janvier 19, avril 19, mai 19 et juin 19.
Consulter le document (1 parmi 4)
Bas de page 2 et haut de page 3 du lien de Tigrou :
Je n’arrive pas à mettre le lien direct souligné ! Ca me sort un copié-collé, en "quote",  long comme 6 bras )

N’y a t’il pas un délai pour faire ces déclarations ?
Y’a t’il eu des changements de modalités de déclaration, qui expliqueraient ces déclarations rétroactives ?
Ou une "découverte" de ces achats non déclarés, couplée à une obligation de le faire ?
Ou une déclaration "officielle", en vue de pouvoir les revendre ?
Ou rien du tout , tout est normal (courant).. ?

1/ Caterpillar
Plusieurs déclarations " d’acquisitions" d’actions,
à 0$,
mais qui ne sont pas des "attributions d’actions gratuites, ou opérations sur actions" etc
Consulter le document (un parmi plusieurs)
Pages 4, 5 et 6 du lien de Tigrou

A quoi cela peut correspondre ?

3/ URW
"Commentaire : Achat de 350 Actions "jumelées" : C’est quoi ?

Comme quoi, il me reste encore un million de choses à apprendre, c’est très stimulant !

A bientôt pour vos réponses
Bonne journée/soirée
Mimizoé1

Bonjour à tout le monde

   Je viens d’avoir les réponses à mes questions 1 et 2
Comment suivre les opérations d’initiés/insiders en bourse ?

   Bonjour la fiabilité !

Bonne journée à tout le monde
Mimizoé1

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Parrainages Boursorama, BourseDirect, Véracash, BullionVault, WeSave, MeilleurPlacement, GMF, MAAF (Me contacter en MP)

Hors ligne Hors ligne

 

#45 04/11/2022 15h53

Membre (2013)
Réputation :   119  

Ces achats/ventes étant publics j’imagine que des études se sont déjà intéressées au pouvoir prédictif des initiés. Je n’ai jamais entendu parler de ce critère donc je doute que cela soit un très bon indicateur, en tout cas à moyen-long terme. Intéressant cela dit.

Dernière modification par NicolasV (04/11/2022 15h53)

Hors ligne Hors ligne

 

#46 04/11/2022 16h10

Admin (2009)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 5 Finance/Économie
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   3503  

INTJ

Mon point de vue est que sur les entreprises matures, on peut se fiche des achats/cessions d’initiés.

Mais plus une entreprise est sensée générer de la croissance dans le futur, plus j’aurais tendance à regarder les achats/cessions d’initiés.

Car si les types ne croient pas en la croissance de leur entreprise rapportée à sa valorisation, je ne sais pas qui doit y croire…

On a pu voir aussi en 2021 des cessions d’initiés à gogo sur des récentes IPO de sociétés growth : CoinBase, Peloton ou même Moderna.

C’est quand même de mon point de vue un signal fort que vous êtes à une table de poker, mais que vous n’avez pas compris que le pigeon c’est vous.

Maintenant, je vous l’accorde, des achats massifs d’initiés c’est rare. Il y en a eu il y a huit ans sur Digital Realty quand la société était attaquée par un short-seller. Et acheter en même temps qu’eux était pertinent. Mais je n’ai pas tant d’exemples que ça !

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #47 04/11/2022 18h18

Modérateur (2010)
Top 10 Année 2022
Top 10 Année 2021
Top 20 Dvpt perso.
Top 10 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 20 Actions/Bourse
Top 10 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 SCPI/OPCI
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   2662  

Mon point de vue (de quelqu’un qui s’est trouvé plusieurs fois dans sa carrière en position d’initié, en détenant pas mal d’actions ou d’options [*] d’actions de son employeur, côté en bourse) est que, pour ces entreprises :

   1) les actions gratuites ou à prix privilégié ou options ou BCE ou similaire, sont une part importante de la rémunération d’un certain nombre de salariés (voire prépondérante pour certains dirigeants), qui ont souvent aussi des contraintes les empêchant de céder leurs titres avant un certain temps, ou en dehors de certaines périodes/fenêtres;

   2) conserver tous ces titres (et encore plus en acheter : ces "initiés" ont rarement le cash ou la capacité d’emprunt pour le faire ! X.Niel est une exception…) conduirait ces salariés à avoir un patrimoine très peu diversifié, majoritairement constitué des actions de leur employeur;

   3) à cause des 2 points précédents, il me semble donc tout à fait naturel que ces salariés soient structurellement en immense majorité VENDEURS des titres de leur employeur, sans que ceci n’ai une réelle signification sur le sentiment de sous ou sur-valorisation des titres qu’ils pourraient avoir, et tout en conservant potentiellement une grosse exposition à la valeur de l’action de leur employeur (on ne sait que rarement combien chaque initié qui vend des titres en conserve par ailleurs…):

   4) les salariés, même ceux à des postes pouvant les faire qualifier d’initié, ne sont, dans la plupart des cas (exception : quand une opération capitalistique est en préparation, ou qu’une information importante n’est pas encore publique, et qu’ils font partie des quelques personnes informées … encore que, j’ai vu maintes fois le marché beaucoup monter/baisser sur une nouvelle, dans le sens contraire de celui qui pouvait raisonnablement être anticipé avant la diffusion de la nouvelle) pas vraiment mieux à même de juger avec objectivité de la valeur de leur employeur :
     a) quand l’entreprise va bien, il n’est pas aisé de savoir si les finances et les perspectives futures sont aussi belles que la bourse le croit;
     b) quand il y a des nuages; ça n’est pas facile du tout de savoir si ça aura des conséquences décisives sur l’entreprise ou pas, et si la bourse les sur- ou les sous-estime;
     c) prendre de la distance (pour évaluer avec objectivité son entreprise) vis à vis du quotidien qu’on vit dans son entreprise n’est pas aisé;
     d) et mélanger l’affectif (car, quand on est dans une telle entreprise, il y en a souvent…) et le rationnel est souvent à éviter pour choisir un investissement.

[*] J’en ai d’ailleurs eu qui étaient valorisées plusieurs M€ (selon les modèles en vigueur), et plusieurs fois mon "net worth", quand elles n’étaient pas encore exerçables, et qui au final n’ont jamais rien valu (j’ai ainsi une liasse de quelques cm de papiers juridiques, "en souvenir").


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#48 05/11/2022 13h59

Membre (2011)
Top 20 Année 2022
Top 20 Année 2021
Top 10 Actions/Bourse
Réputation :   483  

Je me permets d’apporter une idée à cette discussion :

Au même titre que tous les dirigeants ne se valent pas, certains étant plus ou moins de bons gestionnaires ou stratèges des entreprises qu’ils pilotent, je pense que tous les insiders ne se valent pas.

Si vous avez un insider qui ne fait que passer dans la boite car il est salarié de la boite qu’il dirige ou qu’il siège au CA pour X années, amha ce n’est pas du tout la même implication qu’un dirigeant qui pilote la boite depuis 20 ans , qui l’a faite grandir, et qui a une bonne partie de son patrimoine personnel dedans.

Un Feuillet qui achète du Trigano, un Vincent Bolloré qui achète du Odet etc , ce n’est pas pareil que l’insider du coin.

En synthèse : les achats d’insiders sont-ils à suivre ? => à mon humble avis , en plus des arguments déjà avancés ici, ca dépend :

- du track record de l’acheteur 
- de l’alignement des intérêts (est-il skin in the game, ou juste un mec de passage)


Youtube Ici - Twitter Ici

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur