Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 23/03/2011 12h39 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   75 

je réagis tjrs en fonction de l’actualité : maintenant que la Libye est bombardée depuis plusieurs jours, y a-t-il corrélation entre cette utilisation massive d’armes et la "bonne santé" des entreprises qui les fabriquent/fournissent ?

Faut-il se ruer sur Thalès et consorts ? Carnets d’ordres qui se remplissent à vue d’oeil quand je vois le prix de chaque missile, est-ce rentable d’y investir ?

Je sais que le commerce d’armes en rebutent beaucoup parmi nous qui boycottent ce secteur dans leur stratégie boursière, mais qu’en pensent les autres ?

Dernière modification par JOB (23/03/2011 13h56)


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne

 

#2 23/03/2011 13h10 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   11 

moi je pense plutôt à Dassault aviation avec une belle pub pour le rafale !

par contre je pense qu’il est trop tot pour voir un réel impact sur ces sociétés .

Hors ligne

 

#3 23/03/2011 13h30 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   48 

Lockheed Martin était une superbe opportunité du secteur il y a trois mois encore. Mais elle a beaucoup augmenté depuis. General dynamics et Northtrop peuvent aussi être intéressantes.

Je ne m’interdis pas ce secteur mais il faut avoir en tête qu’il est très dépendant des décisions gouvernementales et donc très volatiles. Ces titres ont des béta élevés. Si c’est pour du fond de portefeuille, y  a mieux ailleurs. Pour de la spéculation court moyen terme pourquoi pas.

Hors ligne

 

#4 23/03/2011 15h41 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Administrateur
Réputation :   1409 

Il y a eu aussi Raytheon, BAE Systems et Thalès qui ont fait parti des opportunités de la semaine il y a quelques temps, mais que je n’avais pas mis en short-list pour des raisons morales (et accessoirement car je ne suis pas convaincu que les gouvernements occidentaux auront les moyens dans le futur de financer l’industrie de la défense comme ils le font actuellement).

Hors ligne

 

#5 25/07/2012 11h42 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   75 

Un petit up : çà cogne en Syrie mais j’imagine que c’est chasse gardée pour les russes et sauf erreur, les entreprises françaises n’ont pas de contrat particulier là-bas… et qu’en serait-il des sociétés anglo-saxonnes ou US ?

Dernière modification par Job (25/07/2012 11h43)


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne

 

#6 25/07/2012 12h42 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   512 

Elbit Systems, plus grosse société privée de défense Israélienne, leader mondial en optique, drones et UAV, cyber-espionnage, système de sécurité civils et militaires, systèmes de commandement opérationnel.

La crédibilité des sociétés d’armement se juge au déploiement effectif des joujoux qu’elle fabrique; ceux d’Elbit sont sur le front toute l’année.

En heures de vol pour les UAV, Elbit est en quatrième position mondiale derrière Boeing, Lockeed, IAI (compagnie d’Etat).

Elbit est le premier fournisseur étranger de matériel d’optique aux titans américains tels Boeing ou Lockheed. C’est son coeur de métier et l’US Air Force ne s’y est pas trompée, ce qui fût sujet à polémique outre-atlantique.

Bien sur Elbit est un fournisseur attitré de l’armée Israélienne. Le principal actionnaire de la société (50%) est un très proche du gouvernement, et l’un des industriels les plus influents de l’Etat Juif.

L’industrie de l’armement israélienne, traditionnellement très fragmentée, est en pleine phase de consolidation - ne resteront que les trois plus gros, chacun sur sa niche: IAI, Rafael et Elbit.

Elbit Systems, Return on Equity %   

2002: 11.43   
2003: 10.64   
2004: 11.95   
2005: 7.34   
2006: 15.29   
2007: 14.89   
2008: 32.41   
2009: 27.62   
2010: 20.39   
2011: 9.68   

Shareholder-friendly, chaque année récompensée par Boeing et l’US Air Force et d’autres comme l’un des "best suppliers", présence vraiment globale, excellente réputation en Asie (surtout à Singapour et en Corée du Sud, deux pays avec des budgets de dépense en hausse) et développement commerciaux positifs récents en Amérique Latine, avec des premiers contrats en Colombie et au Brésil.

Je connais très bien l’industrie de la défense et Elbit est l’une des compagnies les plus respectées de toute la profession.

Market cap $1.5bln, alors que l’’entreprise a $5.5bln en backlog et au moins $15bln de brevets (très difficile à estimer cause culte du secret).

FCF positif chaque année, le CEO Mr.Ackerman est extrêmement compétent et reconnu comme tel par ses pairs. Il a notamment mené de main de maitre la diversification des activités du groupe et l’internationalisation de ses ventes.

Le cours prend une dérouillée sévère depuis qu’ont commencé les ennuis européens (entre 10 et 20% du CA, mais c’est assez difficile à estimer), tout comme le reste de l’index israélien.

La baisse des budgets de défense US devraient impacter favorablement la companie puisque le Pentagone privilégie de plus en plus les méthodes de guerre éléctroniques, les avions sans pilotes et autres systèmes de combat "non humains".

Elbit est une entreprise assise sur un savoir-faire exceptionnel, et un leader dans une industrie en pleine croissance (drones et UAV, automatisation des systèmes de défense et de renseignement, intégration du commandement).

A moins que le monde ne devienne un havre de paix demain et qu’Israel et les USA se mettent soudain à négliger leur sécurité, la société a de (très) beaux jours devant elle.

Au sujet de l’UE, les dépenses militaires sont anémiques depuis une décennie et vont à mon avis spectaculairement augmenter dans les dix prochaines années, au fur et à mesure de l’intégration politique et la mutualisation des capacités de dépense.

Le dernier plan stratégique des pays de l’UE suit les recommandations de l’OTAN, et met précisemment l’accent sur la "soft force" (renseignement, espionnage, prévention) et non plus sur la hard force devenue obsolète (tanks, bombardiers et gros machins hors-de-prix mais inefficaces contre les menaces contemporaines).

C’est précisemment le coeur du métier d’Elbit: des solutions opérationelles plus efficaces, moins coûteuses en vies humaines et en argent.

Elbit Systems est à ce jour la plus grosse position de mon portefeuille; une erreur d’exécution dans la constitution de ma ligne (acheté trop et trop vite) n’entame pas ma conviction. Aux cours actuels ($30-$35) ESLT est à mon avis une très belle opportunité.

PS/ Mon approche est 100% apolitique et je n’ai ni opinion ni parti-pris dans le conflit au proche-orient. Je n’ai rien contre les sociétés de défense; dans leur majorité, leurs produits tuent moins que ceux de l’industrie du tabac ou du pétrole.

Dernière modification par thomz (31/10/2014 12h25)

Hors ligne

 

#7 25/07/2012 13h53 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   66 

En Europe, nous perdons beaucoup de temps à nous disperser par préférence pour notre constructeur national. Par exemple quelle est la logique d’avoir trois avions de chasse différents (Eurofighter qui n’a d’euro que le nom, Grippen et Rafale) ? Il est en de même pour la marine et pour l’infanterie (chaque pays ou presque a son chantier naval et ses chars propres).

J’ose espérer que l’A400M signe le début d’une période de projets communs de plus grande ampleur et que l’armement va suivre la voie de l’aviation civile européenne en créant un géant qui peut rivaliser avec ses concurrents américains au lieu de plusieurs constructeurs de moyenne taille n’ayant pas d’assise mondiale.

Hors ligne

 

#8 25/07/2012 14h30 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   34 

vous avez le NH90, qui bien avant l’A400M, a été et est toujours un programme qui a reuni plusieurs pays europeens (France Allemagne Italie et dans une moindre mesure les pays-bas) et qui a été vendu un peu partout…
maintenant, l’harmonisation est difficile car chaque pays a ses propres besoins… et ses propres interets!!

Hors ligne

 

#9 25/07/2012 17h11 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   66 

Je ne connaissais pas le NH90 qui semble un beau succès d’après ce que je viens d’en lire.

Effectivement, chaque pays a ses besoins mais il est plus simple et moins coûteux de faire différentes versions d’un avion ou d’un navire à partir d’une même cellule avec des technologies communes (et donc plus facilement amorties) que de créer un modèle à partir de zéro.

Chaque pays peut avoir ses propres spécifications notamment en terme de motorisation ou d’options mais partir du même dessin. Cela limiterait les coûts de R&D en les mutualisant et donc en permettant en une plus grande efficacité.

Cela se fait en aviation civile (regardez l’A320 avec ses dérivés A318, 319 et 321 et ses CFM56, PW6000 et V2500), pourquoi pas dans le militaire ?

Après les intérêts de chacun sont effectivement un point de blocage mais un consortium multi national à la EADS pourrait être un compromis. Chaque pays y aurait une partie du capital en fonction de ses apports technologiques et capitalistiques.

Dernière modification par Ratpack (25/07/2012 18h01)

Hors ligne

 

#10 25/07/2012 20h11 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   152 

Investisseur Heureux a écrit :

Il y a eu aussi Raytheon, BAE Systems et Thalès qui ont fait parti des opportunités de la semaine il y a quelques temps, mais que je n’avais pas mis en short-list pour des raisons morales

Une discussion a deja eu lieu dans le fil sur l’ethique des investisseurs mais pour ma part la morale me suggere d’eviter des societes comme Kellogs (dont les snacks sucres et sales sont bourres de "mauvais" ingredients)  ou les cigarettiers. Les boites de defense et d’aeronautique ont pour vocation de fournir aux gouvernements les moyens de se proteger et/ou dissuader une attaque. Les regles en matiere d’export d’armes de la part des pays occidentaux sont quoi qu’on en dise extremement drastiques.

En revanche pour des raisons morale j’ai plus de mal avec Kellogs ou les cigarettiers entre autres… (Quel benefice pour la population ? si ce n’est de la rendre ’addict’ de produits nocifs).

Thomz -je connais aussi le secteur et Elbit est effectivement une super boite.
Aux USA je peux te dire que les echos sur ELBIT en font l’une des boites plus respectees de la place alors que la concurrence est tres vive.


investment in knowledge pays the best interest -Parrain sympa pour l'Investisseur Francais

Hors ligne

 

#11 25/07/2012 20h29 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   512 

Thomas a écrit :

Aux USA je peux te dire que les echos sur ELBIT en font l’une des boites plus respectees de la place alors que la concurrence est tres vive.

Ouep. Et la, elle est a vendre pour $1.5bln.

Hors ligne

 

#12 26/07/2012 01h16 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   58 

Personnellement, j’ai un petit faible pour BAE System que je trouve bon marché.
- C’est un dividend aristocrat (au sens européen du terme), l’historique de l’entreprise est excellent.
- Un rendement de plus de 6% ce qui est énorme pour un dividend aristocrat.
- Un taux de distribution de 42%. Il y a donc moyen de voir venir les coupes budgétaires dans les budgets de défense.
- C’est une entreprise britannique. Et la géopolitique compte terriblement dans ce secteur. Les pays arabes, qui sont un véritable moteur de croissance, vont bien évidemment favoriser cette entreprise au détriment d’Elbit, par exemple, pour une raison évidente de nationalité, quelle que soit les soient les qualités intrinsèques des produits présentés. L’entreprise a une position privilégiée aux USA (son principal marché) et possède aussi un point d’entrée en Europe.
-Les technologies de renseignements, les drones sont en plein boom et pourraient compenser les pertes sur les autres secteurs.

Je n’ai pas d’action BAE mais je me dis que c’est une bonne diversification qui peut être encore plus bénéfique dans un cas de risque de changement géopolitique mondiale important.


“prediction is very difficult—especially if it is about the future.” Niels Bohr

Hors ligne

 

#13 14/09/2012 09h33 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   512 

Elbit decroche $420millions en contrat.

Hors ligne

 

#14 27/03/2014 17h33 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   83 

Depuis ce message, l’action a quasiment doublé.

Des résultats toujours bon et des contrats qui ne cessent de tomber.

Elbit - Investor Relations -Press Releases

Je m’intéresse à l’industrie militaire et il me semble plus intéressant de rentrer sur une société fabriquant des missiles, des drones, des armes légéres et autres composants électroniques, plutôt qu’une société se basant sur des avions/navires de gros calibres nécessitant une R&D et un suivi opérationnel trés lourd, et des commandes en dents de scie rendant difficiles leur évaluation à long terme. Qu’en pensez vous?

D’ailleurs, il semblerait que la plupart de ces sociétés aient bien monté ces derniers mois. Toujours embêtant de rentrer sur un plus haut voire ne pas rentrer du tout avant plusieurs mois, mais rien ne nous dit que tout se tasse en Europe de l’est.

Dernière modification par BorderLine (27/03/2014 17h41)

Hors ligne

 

#15 15/07/2014 10h27 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   75 

Rappel de l’actualité du printemps dernier :
7 patrons de grands groupes industriels de défense avaient demandé audience à l’Elysée en mai, quand des rumeurs de réduction budgétaire planaient sur eux

Liste pour ceux que l’investissement dans ce secteur intéresse

Airbus
Dassault Aviation
DCNS
MBDA
Nexter
Safran
Thalès


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne

 

#16 20/01/2017 19h58 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   75 

Petit up pour ce post à propos de la corrélation entre les bruits de bottes actuels et les sociétés d’armement


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne

 

#17 20/01/2017 22h47 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   

Tant qu’il y aura des puissances militaires, nourries par les impôts des citoyens et par ces sociétés d’armement, il y aura des massacres de masse. Le terrorisme parait bien petit joueur à côté, face à ces armées puissantes, usines de mise à mort.
Voyons les faits en face, ce sont biens des armées régulières qui ont mis et mettent le monde à feu et à sang, bien plus que des groupe rebelles ou terroristes, tout simplement parce qu’elles disposent d’une puissance de destruction bien supérieure. Ce sont ceux qui ont la plus grande puissance qui tuent le plus, c’est un triste constat.
Et c’est bien cette puissance qu’il faut remettre en question, plutôt que de continuer la course à l’armement, d’augmenter les budgets des armées, et in fine, la destruction.

Hors ligne

 

#18 20/01/2017 23h05 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   147 

^Le bilan du "bon" président Obama est de ce point de vue édifiant ; même un journal plutôt atlantiste comme l’Express l’a relevé :

L’express a écrit :

Le journal britannique The Guardian, que l’on ne peut pourtant pas suspecter d’éprouver de la sympathie pour le président élu Donald Trump, a dressé un inventaire remarquable de l’activité militaire américaine au cours des deux mandats du président Barack Obama.

Obama a remporté l’élection de 2008 (une véritable razzia : 365 votes électoraux contre 173 pour son adversaire John McCain. Obama a ensuite emporté aussi le vote populaire  par près de 10 millions de voix de différence) sur la promesse de mettre fin à la politique militariste initiée par son prédécesseur George W. Bush. Mais huit ans plus tard, le bilan est accablant : les États-Unis n’auront jamais autant été en guerre aussi longtemps qu’au cours de ses deux mandats. Obama est aussi le seul président à avoir dirigé un pays impliqué dans des conflits au cours de ses deux mandats successifs.

Même s’il a réduit le nombre de militaires américains présents sur les théâtres de l’Afghanistan et de l’Irak, il a beaucoup étendu les conflits aériens et plus que doublé (+130 %) le nombre de pays dans lesquels l’armée américaine intervient dans le cadre d’opérations spéciales, par rapport à l’époque George W. Bush. En 2016, ces forces étaient présentes dans pas moins de 138 pays, c’est-à-dire près de 70 % de l’ensemble des pays du monde.

72 bombes par jour, soit 3 par heure

Selon les données du Council on Foreign Relations, rien qu’en 2016, ce sont 26 171 bombes qui ont été larguées sur des cibles ennemies. « Autrement dit, chaque jour l’année dernière, les USA ont fait exploser 72 bombes sur des combattants ou des civils ; cela correspond à 3 bombes par heure, 24/24.

La plupart des bombes sont tombées en Syrie et en Irak, mais d’autres ont aussi été larguées en Afghanistan, en Libye, au Yémen, en Somalie et au Pakistan, « 7 pays à majorité musulmane », note The Guardian.

Pour répondre au questionnement de Job, il me semble qu’il faut être très prudent sur les valeurs américaines de l’armement : le lobby militaro-sécuritaire est en conflit ouvert avec Trump, qui a d’ailleurs dénoncé la gabegie de certains programmes comme l’avion F35.

En Europe, les seuls budgets significatifs sont ceux du Royaume-Uni, de la France et dans une moindre mesure de l’Allemagne. Tant que les eurocrates de Bruxelles feront la chasse aux dépenses publiques, ces budgets resteront contraints ; mieux vaut investir dans des groupes diversifiés dont les technologies sont duales et trouvent aussi des débouchés civils.

Garder aussi à l’esprit que les dépenses de R&D sont énormes et que les Etats rechignent de plus en plus à les financer en totalité.

Je préfère ne pas mettre mes sous là-dedans, non pas pour des raisons morales, mais parce que je pense qu’il y a mieux à faire ailleurs.

Hors ligne

 

#19 21/01/2017 00h43 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   

L’armée américaine est une menace permanente pour le monde, étant de loin la plus grande puissance militaire, mais ces dernières années la palme d’or (d’horreur?) revient à l’armée Syrienne au service de Bachar el-Assad qui avec l’aide de l’armée russe et de l’iran, a exterminé une partie de la population syrienne et a pratiqué massivement la torture. Les estimations vont de 250 à 470 000 morts sans parler des centaines de milliers de blessés et les millions de réfugiés que l’on ne veut pas accueillir mais on a quand même près de 45 milliards à mettre dans l’armée française comme… la Russie de poutine (48 milliards), tout en étant bien loin des US (on peut multiplier par 13 ou 14 je pense pour la machine de mort américaine, 622 milliards soit 40 % des dépenses militaires mondiales).
Un petit point sur qui fait quoi en Syrie: armée ? terroristes ? rebelles ?, eh bien le doute est vite levé comme toujours What’s Happening In Syria?
Et ici les budgets 2016 consacrés aux armées Budget militaire : la France dépensera plus que la Russie en 2017 - Le Point
1 570 milliards de dollars en 2016 dans le monde pour la "défense".
Bref on en a pas fini avec les montagnes de cadavres et les millions de réfugiés.
Rediriger une grande partie de ces milliards vers le développement des pays pauvres ne serait-il pas une meilleure allocation de capital ?

Dernière modification par CaptainTrips (21/01/2017 00h46)

Hors ligne

 

#20 21/01/2017 13h21 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   

Job a écrit :

Petit up pour ce post à propos de la corrélation entre les bruits de bottes actuels et les sociétés d’armement

Avant d’investir dans une société d’armement il faut penser à dresser les cinq forces de Porter. Vous devriez vous rendre compte que ces entreprises d’armements ont un seul gros client à savoir l’état. Cela n’est pas très bon car l’état a un pouvoir de négociation très fort lui donnant la possibilité de négocier à la baisse ses achats d’armements.

Cependant, ce qui peut être une opportunité serait d’investir dans un équipementier qui fournit des produits et des services à ces entreprises d’armements car dans ce cas de figure, le pouvoir de négociation est un peu plus équilibré entre les fournisseurs et les clients.

Vous pouvez éventuellement investir dans des entreprises qui proposent du matériel de défense aux civils, dans le cas ou vous estimez que le niveau d’insécurité mondial va s’empirer. Il y aurait éventuellement les fournisseurs de consommables tel que les munitions et les produits d’entretien du matériel de défense.

Hors ligne

 

#21 21/01/2017 14h08 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   307 

vschmitt a écrit :

des entreprises qui proposent du matériel de défense aux civils

Depuis quand, dans un pays comme la France, les civils auraient-ils le droit de se défendre ? Vous voulez peut-être parler de sociétés US …

Hors ligne

 

#22 21/01/2017 16h09 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   147 

vschmitt a écrit :

Job a écrit :

Petit up pour ce post à propos de la corrélation entre les bruits de bottes actuels et les sociétés d’armement

Avant d’investir dans une société d’armement il faut penser à dresser les cinq forces de Porter. Vous devriez vous rendre compte que ces entreprises d’armements ont un seul gros client à savoir l’état. Cela n’est pas très bon car l’état a un pouvoir de négociation très fort lui donnant la possibilité de négocier à la baisse ses achats d’armements.

Cependant, ce qui peut être une opportunité serait d’investir dans un équipementier qui fournit des produits et des services à ces entreprises d’armements car dans ce cas de figure, le pouvoir de négociation est un peu plus équilibré entre les fournisseurs et les clients.

Vous pouvez éventuellement investir dans des entreprises qui proposent du matériel de défense aux civils, dans le cas ou vous estimez que le niveau d’insécurité mondial va s’empirer. Il y aurait éventuellement les fournisseurs de consommables tel que les munitions et les produits d’entretien du matériel de défense.

Bonjour,

Je suis désolé, mais vous vous trompez : en France, l’Etat paye très bien et même parfois trop bien les industriels d’armement.

La direction générale de l’armement (DGA) fait de son mieux pour réduire les coûts, mais son pouvoir de négociation n’est pas aussi fort que vous l’imaginez :

- les fournisseurs sont presque toujours en situation d’oligopole ou de monopole : pour les avions de combat, la DGA achète Dassault ; pour les avions de transport, elle achète Airbus ; pour les sous-marins, elle achète DCNS ; pour les radars, il est peut-être encore possible de mettre en concurrence 2 ou 3 fournisseurs.

- les programmes d’armement s’étalent sur plusieurs années mais restent régis par le principe de l’annualité budgétaire : les autorisations d’engagement et les crédits de paiement prévus l’année "n" sont perdus s’ils ne sont pas consommés avant le 31 décembre. Du coup, dès le mois de septembre, la priorité de la DGA n’est pas de négocier les prix mais de parvenir à notifier les contrats avant la fin de l’année, ce qui n’est pas si simple.

- les gouverneurs de crédit que sont les états-majors d’armée se fichent comme une guigne du prix des équipements ; leur priorité, c’est qu’ils soient disponibles opérationnellement le plus tôt possible. Si besoin, ils font pression auprès de la DGA pour que les négociations financières s’achèvent.

- lorsque les contrats prennent du retard, ce qui est assez fréquent, la DGA sait se montrer bonne mère : les pénalités encourues sont souvent exonérées en tout ou partie.

- idem lorsque le fournisseur se révèle incapable de tenir les performances techniques prévues au contrat : une réfaction plus ou moins symbolique tient lieu de solde de tout compte.

- dans les quelques cas où la concurrence a pu jouer initialement, le titulaire du contrat se rattrape plus tard sur la maintenance (le maintien en condition opérationnelle) où la concurrence se révèle souvent impossible à mettre en oeuvre. Il y a aussi les modifications techniques en cours d’exécution du contrat qui se payent généralement à prix d’or.

- cerise sur le gâteau, le code des marchés prévoit une procédure accélérée lorsque l’urgence opérationnelle le nécessite, en un mot lorsque nous sommes en guerre : une simple lettre de commande assortie d’un montant maximum suffit pour acheter les équipements, le prix final étant renvoyé à des négociations postérieures à la livraison. Dans ces situations, le prix finalement payé vient le plus souvent tangenter le montant maximum inscrit dans la lettre de commande.

Tout ceci pour dire qu’en France, l’Etat ne met pas, mais alors vraiment pas du tout, ses fournisseurs d’armement sur la paille, , ce qu’il n’a d’ailleurs aucun intérêt à faire. A l’exportation, les conditions sont évidemment beaucoup plus difficiles. Ajoutons à cela que, contrairement à un acheteur privé, l’Etat finit toujours par payer, même s’il prend parfois beaucoup de retard, ce qui lui coûte des intérêts moratoires.

Hors ligne

 

#23 21/01/2017 16h52 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   75 

Les sociétés d’armement Françaises vivent-elles une petite embellie pour les embauches ou alors elles restent à effectifs constants depuis 2011 à votre avis ?


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne

 

#24 21/01/2017 18h57 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   

stokes a écrit :

….
Tout ceci pour dire qu’en France, l’Etat ne met pas, mais alors vraiment pas du tout, ses fournisseurs d’armement sur la paille, , ce qu’il n’a d’ailleurs aucun intérêt à faire.
….

Comme GIAT vous voulez dire? Ils sont pas passés loin de la faillite quand même, et Nexter n’est plus que l’ombre des ses prédécesseurs, même après fusion avec KMW.
Et pour la Manufacture d’Armes de Sainté on repassera.

On peux parler de Renault Defence sinon, une entreprise tellement rentable que Renault l’a vendu, et que c’est au tour de Volvo de vouloir s’en débarrasser.

Ou le fait que l’Etat a bien en concurrence plusieurs fabricants pour le remplacement du FAMAS?
Avant de finalement choisir une boite allemande et le HK-416.

Par ailleurs, pour un certain nombre d’équipements, il est tout simplement impossible d’organiser un appel d’offre. Personne d’autres que Dassault ne dessine des avions de combat en France, et il est impossible d’acheter a l’étranger (enfin si, mais ce n’est pas envisageable).
Et la France n’a certainement plus les moyens d’entretenir plusieurs fabricants d’avions comme on a pu le faire à une epoque.

L’industrie de l’armement est particulière, mais l’Etat ne me semble pas si généreux que vous ne le pensez.

Dernière modification par fork1 (21/01/2017 18h58)

Hors ligne

 

#25 21/01/2017 19h22 → Sociétés d'armement : opportunités ?

Membre
Réputation :   147 

GIat industries a été créé de toutes pièces en 1990 par Chevènement, mais l’Etat s’est révélé incapable de doter le nouvel établissement public des fonds propres nécessaires à son activité. De surcroît, l’entreprise a été gérée en dépit du bon sens : les avances reçues sur un gros contrat avec les Emirats ont été jouées et perdues sur les marchés financiers ! En fin de compte, il aurait peut-être mieux valu conserver la structure d’arsenal public : l’Etat fabriquait pour ses besoins propres du matériel d’armement dont il ne savait même pas ce qu’il lui coûtait. Personne n’a trouvé à redire à ce fonctionnement pendant des lustres avant que la Commission ne vienne y mettre son nez.

Vous citez surtout les canards boiteux de l’armement terrestre : Thales, Safran, Airbus group ne se portent pas si mal que cela.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech