Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Cette page est une synthèse de la discussion. Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

[+2]    #1 19/01/2014 19h01 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   215 

Le Groupe

Guillin, groupe français créé en 1972, fournit des emballages plastiques pour l’industrie-agroalimentaire : barquettes de fruits et légumes, boîtes pâtissières, boîtes traiteurs, vaisselle,  barquettes, emballages de viande mais également conditionnement pour les situations de repas sociaux (prisons, maisons de retraites, etc…) et d’entreprises.
L’entreprise s’inscrit dans une filière française forte (1er producteur européen) dans le sillage du secteur agro-alimentaire, premier pourvoyeur au PIB national.
De plus, cette activité est englobée dans un mouvement de fond vers une plus grande part donnée à la restauration rapide et à emporter dans nos sociétés modernes (street-food, bar à salades, bar à pâtes, etc…).
Le PDG du groupe estime que le marché est structurellement porteur (croissance des volumes entre 3 et 5%/an).

Ses clients sont principalement des grandes surfaces, des traiteurs, des maraîchers. L’activité emballage représente l’essentiel du business (93% du chiffre d’affaires et 80% du résultat opérationnel).
L’entreprise développe également une unité de machines destinées à l’emballage, le réchauffage, le transport, le nettoyage, le scellage, etc… (7% du chiffre d’affaires et 5% du résultat opérationnel). Une activité que l’entreprise souhaite développer.

A première vue, il s’agit d’un business relativement ennuyeux qui me fait instantanément penser à Envirodyne, fabricant de couverts en plastique et de pailles que Peter Lynch cite dans « Et si vous en saviez assez pour gagner en bourse ? », société qui fut pourtant un des 10-baggers de son portefeuille (X 12 pour être tout à fait précis).

La stratégie du groupe s’inscrit dans une logique marquée de niches en offrant beaucoup de diversités à de très nombreux clients afin de répondre à leurs besoins spécifiques (6000 références).
Ainsi, le groupe possède des positions de leadership assez fortes dans de nombreuses niches en termes de part de marché.

En fonction des conditions locales et des opportunités le développement du groupe s’est opéré soit par l’implantation de filiales, soit par des rachats d’entreprises comme en UK avec Sharp Interpack en 2010.
En 2012, l’export représente 60% du marché de Guillin.

Allocation du capital

Le versement d’un dividende est ininterrompu depuis au moins 10 ans. La pay out ratio : 35% en moyenne et affiché comme un objectif par l’entreprise.
Sur la base du dernier dividende (2€) et du cours actuel, le rendement affiché est de 2,2%.
Le management procède également à des rachats comme en témoigne l’annulation de 9% du capital en 2011.

Structure du bilan

Gearing : 65%
Current ratio : 1,4 (en forte progression sur ce semestre)
Quick ratio : 0,9
Goodwill : 12% des actifs

 
La politique d’endettement de la société est conservatrice. La forte augmentation constatée en 2010 correspond à l’acquisition de sa filiale britannique. Depuis, la société s’applique à réduite son endettement net (- 16%) et la dette représente un peu plus de 2X l’EBITDA.
Les fonds propres ont cru de 48% sur la période et la valeur comptable par action de 63% (merci le rachat d’actions !).

Sur une période de 20 ans (92-2012) : les fonds propres ont été multipliés par 6,7, soit une augmentation annualisée de 10%.

Compte résultat

La société affiche une croissance solide malgré un environnement économique peu porteur, c’est un point très positif.

Sur une période longue, c’est remarquable de tenir un tel rythme.
Depuis 1992 :
-    Le chiffre d’affaires a été multiplié par 7,5, soit une croissance moyenne de 10,6%/an
-    Le bénéfice a été multiplié par 4,9, soit une croissance moyenne de 8,3%/an

Flux de trésorerie

Après l’augmentation marquée de 2009 (du fait d’un Capex significativement réduit), le FCF est stagnant aux alentours de 16M€.
Il faut mettre en avant que le FCF de 2012 a été impacté par un niveau d’investissement important (7,5% du CA), le groupe annonçant d’ailleurs que le Capex redescendrait autour de 5% en 2013, plus conforme au niveau d’investissement  historique.

D’après mes calculs, sur une année glissante au 30 juin 2013, le FCF a d’ores et déjà dépassé son niveau de 2010 (16,7M€).
On pourrait se situer sur un FCF avoisinant les 24 M€ sur l’année 2013, soit une augmentation de 80%.

Rentabilité
La marge opérationnelle évolue dans une fourchette qui varie entre 4,9% et 8,7%, pour une moyenne de 7% depuis 2007.

Calcul du retour sur capitaux employés tangibles : ROIC =  12% actuellement, ce qui est tout à fait proche de la moyenne historique.

Valorisation…

Pour les amateurs le score de Piotroski (2011 > 2012) était de 9/9.
La capitalisation est de 160M€ et la VE proche de 280M€

* Par les actifs

Je serais assez sommaire dans cette partie car il n’y a, à mon avis, aucune valeur d’actifs cachée qui pourrait significativement rehausser la valeur de Guillin, la majeure partie des actifs étant des usines et des machines.
Au 30/06/2013 la société possède 180M€ de fonds propres, soit un PB de 0,9. Il n’y a donc pas de marge de sécurité sur ce point pris indépendamment du reste de l’entreprise.

* Par les cash-flows

Calcul du FCF pré-taxes (= EBITDA – Intérêts de la dette – Capex maintenance (MCX)) :
* L’EBITDA glissant (S2 2012 + S1 2013) ressort à 60M€
* Les intérêts de la dette : 2,5M€
* Pour le capex de maintenance, je l’ai estimé à 26,9M€ (soit 76% du capex total).

>> Notre FCF pré-taxes s’élève donc 30,6M€

Notre FCF Yield (FCF pré-taxes/VE) ressort donc à 11% et à 8% si je prends en compte la totalité du capex, pour avoir une marge de sécurité supplémentaire….sauf que, sauf que… :
•    Guillin s’est fortement endettée en 2010 pour le rachat de sa filiale britannique Sharp, ce qui impacte le cash-flow d’autant.
•    D’autre part, le capex 2012 s’est révélé supérieur au niveau moyen habituellement constaté pour l’entreprise (7,5% du CA vs 6,6%).

En ajustant mes hypothèses sur le niveau de Capex plus modéré et en ajustant à la baisse les dettes de 10% dans le calcul de la valeur d’entreprise afin de prendre en compte le désendettement, le FCF pré-taxes ressort alors à 40M€ et la VE à 266M€.

Notre FCF Yield ressort à 15%, c’est beaucoup mieux !

Cette valorisation ne prend absolument pas en compte quelle que croissance que ce soit…alors que l’entreprise en fait réellement ! (+9% d’Ebitda/an ces 5 dernières années).

Des catalyseurs possibles ?

-    Reprise économique France et Europe du Sud…mais le groupe n’y peut pas grand-chose.
-    La hausse du dividende n’est pas impossible car l’année 2012 a été marquée par un ratio de distribution 2 fois moins élevé (16%) que le ratio historique (35%) alors que le bénéfice a été 2 fois supérieur à 2011 !
-    La continuité de la baisse de l’endettement de la société peut, d’une part, faire apparaître la société comme « moins risquée » car moins endettée (même si le niveau actuel est tout à fait correct) et surtout cela pourrait faire diminuer la valeur d’entreprise.
-    Ajoutons à cela la « normalisation » du Capex, ce qui boostera d’autant le FCF.
-    Le développement du secteur « Machines », encore assez marginal pour le moment, mais le S1 2013 a vu une croissance importante (+14%) sur ce pôle d’activités. L’activité n’est pas spécialement mieux margée mais cela peut alimenter la croissance organique du groupe.

Conclusion

Pour résumé, je pourrais dire que Guillin est une société en croissance régulière raisonnablement valorisée, dirigée par un management compétent et sérieux, qui plus est, respectueux de l’actionnaire.
L’entreprise est de qualité et a bien su se développer depuis 40 ans à travers tous les scénarii économiques.

Elle pourrait tout à fait apparaître dans un portefeuille GARP / buy & hold.

Pour moi, la marge de sécurité est insuffisante actuellement mais Guillin est le type de société que je pourrais tout à fait intégrer dans mon portefeuille si Mr le Marché voulait bien m’en donner un meilleur prix !

Qu’en pensez vous ?

Des actionnaires dans l’assemblée des IH ?

Pour une analyse plus complète et les détails, 3 articles à découvrir sur Berichcorp :
- L’Investisseur Français - Investir en Bourse
- L’Investisseur Français - Investir en Bourse
- L’Investisseur Français - Investir en Bourse

Mots-clés : analyse, guillin

Hors ligne

 

[+1]    #2 20/07/2015 14h48 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Réputation :   16 

A priori surtout du à une division du nominal, 1 pour 10, fin juin 2015.

ALGIL.PA Prix historiques | Action GROUPE GUILLIN - Yahoo! France Finance

Dernière modification par Guilhem (20/07/2015 14h49)

Hors ligne

 

[+1]    #3 20/07/2015 14h48 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   215 

Une division du nominal de l’action par 10 a eu lieu (un split dans le jargon). C’est une mesure technique (et cosmétique).

C’est comme-ci Gullin cotait 200€ aujourd’hui….et tout va bien pour cette entreprise.

Je ne sais pas sur quel site vous regardez les cours, mais en toute logique, le split devrait être notifié.
C’est le cas par exemple sur Google finance ; Groupe Guillin SA: EPA:ALGIL quotes & news - Google Finance

Hors ligne

 

[+1]    #4 20/07/2015 14h51 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   562 

Multiplication par 10  du nombre d’action et donc division par 10 du cours.

Pour l’actionnaire rien ne change il a toujours le même morceau du gateau  mais celui ci a été  coupé en plus petits bouts pour être plus facilement échangé.

Au final le cours est en hausse sur la période. Et, mais je suis actionnaire, je pense qu’on a encore un bel upside.

Edit: doublé, quelle réactivité..

Dernière modification par simouss (20/07/2015 14h53)


Portefeuille - Le poker est un jeu passionnant permettant de perdre son argent, son temps et ses amis

Hors ligne

 

[+1]    #5 15/08/2015 12h38 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   562 

Depuis le post initial un peu d’eau a coulé sous les ponts et les résultats 2013 et 2014 ont démontré la bonne gestion du groupe. Les actionnaires ont également été gâté avec un cours de bourse qui à fait *2 et 5.8 euros de dividendes.

Le rapport annuel 2014 : www.groupeguillin.fr/uploads/tx_dklikbd … t_2014.pdf

Compte de résultats :

CA S1 2013 236M CA S2 2013 237M
CA S1 2014 252.6M CA S2 2014 244.6M

Résultat opérationnel S1 2013 18 M S2 2013 19.6M
Résultat opérationnel S1 2014 25.1M S2 2014 21.4 M

RN S1 2013 10.9 M RN S2 2013 13.8M
RN S1 2014 17.5M RN S2 2014 13.9M

On voit que le S1 2014 était exceptionnel au niveau de la profitabilité, il sera difficile de faire mieux en 2015.

Investissements :

Les investissements ont été important sur 2014 et devraient l’être moins en 2015. Le rapport annonce 7.8% du CA en 2014 avec une diminution autour de 6% en 2015. Si le CA reste stable, à 497 millions, l’économie sera de 9 millions d’euros (39-29.82).

Les amortissements étaient d’environ 24.2 millions en 2013 et 2014 (bilan page 17). En faisant un delta entre ces amortissements et les dépenses d’investissements on peut imaginer un capex de maintenance d’environ 25M et un capex de croissance de 14M.
Donc pour 2015 on aurait seulement 5,5M de capex de croissance, ça me parait faible au vu du marché des taux actuels. Je pense que c’est le moment d’augmenter la dette pour investir dans la croissance, si les acquisitions ont un ROI intéressant bien entendu mais je fais confiance au groupe pour ça. D’ailleurs Guillin a acheté en Juin le groupe polonais Kreis qui a réalisé un CA d’environ 20M d’E en 2014.

Évaluation rendement

Cours du 14/08/2015 19.9E par action, capitalisation 369M.

Comme dit précédemment le S1 2014 était top, et même si le groupe est en croissance depuis de nombreuses années on se dira de façon conservatrice que les résultats 2015 seront égaux à 2014 (on pourrait aussi imaginer une baisse de la rentabilité pour être pessimiste).

L’EBITDA 2014 était de 71,1 millions (EBIT 44,6M + 24.2M d’amortissements + 2.3M d’intérêt).
Dette long terme 95 millions (page 20), 2.3M d’intérêt en 2014(page 17). On peut imaginer une dette à 90M pour 2015 et une charge d’intérêt ) 2M.
Trésorerie 32M (page 19)
VE = (369+95-32)= 432M  / VE corrigée = (369+90-32)= 427M
RN 2014 31.4M

PER : 369/31.4 = 11.75 soit 8.5% de rendement

FCF pré taxe : (EBITDA- intérêt dette - capex maintenance) = 71-2-25 = 44M
FCF pt/ VE = 44/427= 10.3%

Par ailleurs il y aura quelques éléments exceptionnels attendus en 2015 :
- probablement un effet de change positifsur la filiale Sharp Interpack anglaise et donc quelques M (la quasi totalité des entreprises FR que je suit en on eu un au S1)
- la vente de la participation dans Formplast (1M peut être ?)
- la résolution d’un litige en Espagne avec une reprise de 1.6M qui était en provision

Et d’autres négatifs en 2014 qui ne seront plus là :
- 2014 a été impacté par 6,8 M€ de provisions sur deux litiges (1 avec les autorités de la concurrence en Italie et 1 aux USA pour copie de brevet) (note 13 page 42).

Dernière modification par simouss (21/08/2015 21h35)


Portefeuille - Le poker est un jeu passionnant permettant de perdre son argent, son temps et ses amis

Hors ligne

 

[+1]    #6 28/10/2015 12h14 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   562 

En fait les résultats sont sortis le 26/10 ! L’absence totale de réaction du cours de bourse m’a fait raté cette sortie anticipée.

Du tout bon avec une amélioration par rapport au S1 2014 qui était déjà "exceptionnel" selon le management. En plus les marges augmentent dans un contexte difficile ! A coté de celà la dette diminue et les intérêts également. Je n’ai pas encore lu toutes les petites lignes du rapport semestriel détaillé.

Solide premier semestre pour Groupe Guillin, qui a fait état ce lundi après Bourse d’une hausse de 6,9% de son résultat net consolidé au 30 juin à 18,7 millions d’euros.

Le bénéfice opérationnel a pour sa part crû de 12,3% à 28,3 millions d’euros à la faveur d’une progression des volumes vendus sur le secteur ’Emballages’, d’un mix matières légèrement favorable et d’une hausse du produit des activités ordinaires (PAO) de 2,1% en glissement annuel à 257,9 millions.

Le susnommé secteur ’Emballages’ a progressé de 3,9 % en PAO sur la période pour des volumes en augmentation de 4,5 %, la croissance sur le deuxième trimestre ayant été plus forte qu’au premier.

Le pôle ’Matériels’ a en revanche enregistré, après 2 années consécutives de hausse, un retrait de 19% au 30 juin.

Quant à l’endettement, il a diminué de 12,5 millions d’euros à 69,9 millions, soit une baisse de 15,2% par rapport au 30 juin 2014.

Fort d’une stratégie commerciale dynamique et clairement définie, de conditions météorologiques estivales favorables et d’investissements importants, le Groupe Guillin se dit confiant quant à l’évolution positive du PAO au second semestre, ce malgré un environnement économique complexe et très compétitif.

Les liens :
- Le communiqué : www.groupeguillin.fr/uploads/tx_dklikbd … 2015v2.pdf

- Le rapport : www.groupeguillin.fr/uploads/tx_dklikbd … és2015.pdf

Je reste évidement actionnaire.

Dernière modification par simouss (28/10/2015 12h15)


Portefeuille - Le poker est un jeu passionnant permettant de perdre son argent, son temps et ses amis

Hors ligne

 

[+1]    #7 07/12/2015 12h27 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   562 

La transaction du groupe Kreis a été finalisé :

Ornans, le 30 novembre 2015

Dans le prolongement de notre communiqué du 11 juin 2015, GROUPE GUILLIN informe avoir signé, ce jour, le contrat d’acquisition de 100 % des actions de KIV Kreis GmbH et KFB GmbH, en Allemagne, ainsi que de Kreis Pack Spzoo, en Pologne. Cette transaction est devenue effective ce jour.

Ces 3 sociétés ont réalisé un chiffre d’affaires total de 38,6 millions d’euros sur l’exercice clôturé au 31 décembre 2014 et comptent environ 300 salariés. Elles sont spécialisées dans la fabrication et la distribution d’emballages plastiques thermoformés et de couverts injectés pour les métiers de bouche et l’industrie agroalimentaire.

Cette acquisition, qui s’inscrit pleinement dans la stratégie du GROUPE GUILLIN, lui permet de disposer sur le marché allemand d’une présence industrielle et commerciale de référence mais également d’accroître son offre et ses capacités de production sur le marché polonais.


Portefeuille - Le poker est un jeu passionnant permettant de perdre son argent, son temps et ses amis

Hors ligne

 

[+1]    #8 23/12/2015 15h02 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   562 

Pas mal de mouvements sur le portefeuille ces derniers jours suite à un peu de temps libre permettant un réexamen des sociétés du portefeuille et de ma watch list.

Guillin :
La hausse du cours de l’action ces 2 derniers mois a rapproché la capitalisation de la société de mon ancien estimé de 26 euros, il convient de réévaluer le potentiel de la société et d’éventuelles possibilités d’arbitrages.

Pour 2015 on a pour l’instant un EBIT de 28M.3 au S1, avec les 21.5M du S2 2014 on a un EBIT glissant de 50M. On restera vigilant du fait qu’une importante reprise de provision a eu lieu au S1 (+ 8M mais également -7.7M d’autres charges opérationnelles, nouvelles provisions ?).
Le S2 était un peu plus faible au S1 en 2014 et quasi équivalent en 2013. Lors du dernier communiqué le management évoquait une croissance au S2 (ils sont d’ordinaire prudents), on peut donc espérer un EBIT de 24M au S1 (croissance de 12% comme au S1).

L’endettement qui a bien diminué au S1 passant de 95 à 81M.[b] Il va probablement rebondir au S2 du fait de l’acquisition du groupe Kreis pour X millions, on ne connait pas le prix de la transaction, on pourrait partir sur une base d’une fois le dernier CA de la société soit 39M. La variation de trésorerie au S1 était similaire à 2014, le report à nouveau 2015 pourrait être orienté sur la trésorerie ou les investissements.

En glissant on est également à 23M d’amortissement. La charge de la dette était inférieure à 1M au S1. Il est plus difficile de différencier l’OPEX du CAPEX pour 2015 du fait des importants investissements (acquisition Kreis, construction entrepôts). Je préfère raisonner avec l’EBIT quitte à être un peu pessimiste.

On peut donc envisager un endettement de 115 M fin 2015 avec une trésorerie de 35M (si la dette est moins importante la trésorerie diminuera de façon équivalente). On a donc ce jour une EV de  420M+115M-35= 500M
Pour l’EBIT « normalisé » on pourrait retenir plusieurs chiffres :
- 52M (S1 + S2 avec croissance de 12%)
- 48M (retrait de la moitié du résultat lié aux provisions + croissance 12% au S2)
- 42 M (retrait de la totalité de la reprise sur provisions, pas de croissance au S2).
D’où des EV/EBIT de : 9.6 / 10.4 / 11.9. On a donc des earnings yeld plutôt vers 9/10%.
Avec le PER en espérant 35M en 2015 on est à 12. 

Même avec une croissance de 10% en 2016 (on ne sait pas si le rachat de Kreis sera relutif dans l’année) on resterait proche des 10% d’EY avec une structure financière qui reste certes bonne mais un peu moins qu’en début d’année 2015. Avec un cours à 26 euros, on a une capitalisation à 480M, le ratio EV/EBIT serait vers 11/12 soit un EY vers 8/9%. Ce ratio me semble bien pour une société avec un petit moat lié au réseau, une croissance entre 5 et 10% /an et un capex de maintenance quand même important (entre 25 et 30M probablement).

La marge de sécurité s’étant réduite il semble donc actuellement intéressant d’arbitrer une partie de la société en cas d’opportunités (qui sont présentes cf rapport de portefeuille à venir). J’ai vendu 40% de ma ligne à 22E.

Dernière modification par simouss (23/12/2015 16h37)


Portefeuille - Le poker est un jeu passionnant permettant de perdre son argent, son temps et ses amis

Hors ligne

 

[+1]    #9 08/01/2017 11h40 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   148 

Pour moi il y’a une corrélation assez importante pour être soulignée entre les résultats et le prix du baril quand même :

Résultats opérationnelles du groupe guillin :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/8922_gullin.png

Brent in eur :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/8922_baril.png

Pas pour les dirigeants :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/8922_mp.png

Dernière modification par vbvaleur (08/01/2017 11h46)

Hors ligne

 

[+1]    #10 26/04/2017 09h37 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   562 

Par le biais de l’avis préalable à l’AG du 9 juin on apprend que le RN est d’environ 51 millions. C’est dans la lignée du S1 où on avait 25 millions de RN. Les résultats annuels doivent normalement sortir en fin de semaine.

www.groupeguillin.fr/uploads/tx_dklikbd … N_2017.pdf


Portefeuille - Le poker est un jeu passionnant permettant de perdre son argent, son temps et ses amis

Hors ligne

 

[+2]    #11 01/05/2017 13h19 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Réputation :   53 

Bonjour à tous,

j’ai jeté un oeil sur le rapport 2016 de Groupe Guillin et j’en ai profité pour mettre à jour mes estimés sur cette (belle) valeur au management familial.
Je suis cette valeur depuis 2012 (mais je ne l’ai mise en portefeuille qu’en 2014 au cours ajusté de 18, car il ne faut pas oublier la division par 10 du nominal qui est advenue entre-temps) et entre les exercices 2012 et 2016, voici ce qui est arrivé:
CA: +21%
EBIT: +110%
Earning Per Share: +123%
Free cash flow: +99%
Dividende: + 225% (et il reste couvert très largement par le FCF…)

C’est donc plutôt une très belle histoire, avec un management efficace. Au cours actuel, on garde des ratios modérés:
PER environ 12 (un peu plus sur 2016, un peu moins sur 2017)
EV/EBIT entre 8 et 9
Cerise sur le gateau, un ratio d’endettement redevenu très faible.

Donc  à ce stade et en 3 ans, la valorisation de mes titres a, à peu près, doublé au cours actuel de 35. Que faire?
Pour ma part, je conserve en visant un cours d’environ 45 "toutes choses égales par ailleurs".
- un PER de 15 ne serait pas surpayé, soit un cours d’environ 42 avec l’EPS 2016
- ainsi qu’un ratio EV/EBIT de 12 (vu la croissance récente)  ce qui amène une cible de 47

Facteur de risque: comme le groupe est exclusivement européen, un "Frexit" serait sans doute perturbateur pour lui - mais la probabilité de ce risque me parait faible aujourd’hui

Bonne journée!

Hors ligne

 

[+2]    #12 17/01/2018 19h42 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   275 

Je viens de lire que le 12 janvier 2018, Sophie Guillin-Frappier directrice générale de la société Guillin, a acquis pour 355000 euros de titres.

Plutôt bon signe, ça !

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Isild (17/01/2018 19h42)

Hors ligne

 

[+1]    #13 10/05/2018 13h07 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Réputation :   53 

Bonjour,

comme l’an passé à la même époque, je profite du pont pour jeter un oeil sur le rapport 2017 de Groupe Guillin et mettre à jour mes estimés sur cette valeur au management familial.
Pour rappel, le S1 2017 était poussif, avec une marge dégradée qui a pris le marché à contre-pied fin octobre dernier. On est passé d’un plus haut à 46, jusqu’à baisser vers 33 début 2018 (pour ma part, renforcement bien trop tôt à 38…car je ne pensais pas que la claque serait si forte).

Que voit-on dans ce rapport:
- Une année 2017 bonne pour les affaires: CA en progression, capitaux propres en nette augmentation, bilan solide et qui continue de s’améliorer…
- Seul bémol: une marge en retrait, à cause d’une augmentation des matières premières pas complètement compensée. Et cela pourrait continuer un peu dans la mesure où le pétrole continue de grimper…
- Au final, on obtient "la deuxième meilleure performance" de l’histoire du Groupe, dixit Guillin.

Il est vrai que si on prend un peu de recul, la performance reste flatteuse entre 2012 et 2017:
CA: +28% - soit environ +5% par an
EBIT: +100%
Earning Per Share: +113%
Free cash flow: +68%
Dividende: + 250% (et il reste couvert très largement par le FCF…)

- La valorisation reste mesurée avec une VE/EBIT 2017 d’environ 9,  mais plus aussi attractive pour un achat qu’auparavant

Ma cible de cours est d’environ 45 ce qui correspondrait à un multiple de 12 fois l’EBIT.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

[+1]    #14 21/05/2018 12h53 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   275 

Un bien bel article sur Groupe Guillin :

J. Lieury - Analyste Senior - Olier Etudes & Recherche - Membre du Cercle des Analystes Indépendants - olier-etudes-recherche.fr a écrit :

Groupe Guillin : PME familiale et gestion de long-terme

LE CERCLE DES ANALYSTES INDÉPENDANTS 17/05/2018 à 11:19

Les critères ESG complètent l’analyse financière d’une société, mais la rentabilité reste le juge de paix.

Quand on veut investir dans une action, toute information sur la société en question est bonne à prendre (pourvu qu’elle soit publiée, bien entendu), et ce pour une excellente raison : il ne suffit pas de regarder les comptes, de considérer les prévisions, de soupeser longuement les multiples de valorisation, et de se munir de bons conseils, pour prendre une bonne décision. En d’autres termes, il faut aussi s’attarder autant que faire se peut sur les informations moins financières, qui donnent souvent aussi de bonnes indications sur la qualité de la gestion de la société, notamment les fameux critères ESG pour Environnement, Social et Gouvernance, sur lesquels les entreprises cotées ont aussi l’obligation de communique.

Et même si on est plus dans le subjectif, puisqu’on a moins de chiffres à analyser dans ces domaines extra-financiers, on peut aussi se faire avec ces critères ESG une idée sur la qualité de l’affaire dans laquelle on envisage d’investir (une partie de) ses économies. Et il n’y a pas que ce que la société elle-même communique, bien au contraire : avec une recherche par nom sur Internet, par exemple, qui vous ressort instantanément les nouvelles récentes et moins récentes, on peut voir vite les sociétés qui ont des problèmes en tous genres de façon récurrente : pollution, conflits sociaux, plaintes d’actionnaires, puisqu’elles ont pour ces raisons droit à des articles dans la grande presse. Et, a contrario, ou peut voir aussi que d’autres sociétés font finalement peu parler d’elles, parce qu’elles ne fabriquent pas tous ces ennuis : autrement dit, partant du principe que les problèmes coûtent cher, on peut penser que ces sociétés qui n’en ont pas sont souvent les mieux gérées, et délivrent dans la durée la meilleure performance économique pour le plus grand bien de leurs actionnaires. Et que c’est donc éventuellement dans ces dernières que l’on peut mettre quelques billes pour ses vieux jours.

Les critères ESG pour une approche qualitative de son investissement

Parmi ces critères ESG, le G pour Gouvernance, reste assez financier cependant, puisqu’il mesure quel traitement est réservé à l’actionnaire par la direction de la société, ceci surtout pour l’actionnaire minoritaire qui ne détient qu’une toute petite partie du capital et qui n’a donc par construction pas beaucoup voix au chapitre. De fait, l’investisseur qui veut devenir cet actionnaire minoritaire d’une société doit bien regarder la composition de son capital avant de sauter le pas : quel que soit le cas de figure, la structure de l’actionnariat d’une société influe sur sa stratégie, sa gestion, et sa valorisation in fine.

On peut penser que la question se pose d’autant plus quand la société en question a aussi de grands actionnaires, voire un actionnaire dit "majoritaire" qui détient plus de 50% des actions et/ou des droits de votes, et qui peut décider seul ou presque des nominations de dirigeants, et surtout de la distribution du dividende. Ce qui n’est pas rien, on en conviendra aisément.

Cependant, et c’est presque un paradoxe, c’est plutôt dans les grands groupes cotés, dans lesquels il n’y a le plus souvent que des actionnaires minoritaires peu ou pas identifiés, que l’on a pu trouver, çà et là, dans l’histoire boursière, les abus de mauvaise gouvernance les plus caractérisés. L’explication la plus plausible étant que dans cet actionnariat très anonyme, les mécontents votent avec leurs pieds, et revendent leurs titres plutôt que de faire de la contestation et, ce faisant, laisse encore plus de latitude à la dite direction pour continuer à mal se conduire avec le minoritaire, c’est-à-dire faire fortune sur son dos, et sur le dos de la société. C’est pourquoi, juste retour des choses, les grands groupes doivent à présent abriter toutes sortes de comités (audit, rémunérations, etc…) pour contrôler les actions de leurs dirigeants. C’est pourquoi aussi les sociétés de gestion de portefeuilles participent aux assemblées générales et votent au nom de leurs clients. Et c’est pourquoi enfin des fonds dits "activistes" s’incrustent dans les sociétés où il y a éventuellement à redire et qui se traînent en Bourse, et se font bien entendre lors des assemblées générales, souvent pour la plus grande joie des autres minoritaires.

Inversement, et c’est presque un paradoxe aussi, le petit porteur actionnaire minoritaire n’a pas souvent à se plaindre de l’actionnaire majoritaire quand il y en a un : l’explication la plus plausible étant qu’on est alors le plus souvent dans une société "familiale", et que la gestion "familiale" étant patrimoniale avant tout, elle se fait avec une vision de long-terme, et une prudence qui fait éviter les mouvements les plus risqués, et que cette bonne gestion profite à tout le monde.

Groupe Guillin: une belle midcap victime de défiance

Le Groupe Guillin, dirigé par la famille éponyme, qui l’a créé et qui détient toujours près de 64% de son capital, rentre assez bien dans ce cadre. C’est tout d’abord une belle PME, qui fabrique des emballages plastiques thermoformés (la boîte transparente qui contient la salade qui fait votre déjeuner et que vous achetez dans votre sandwicherie préférée, ou votre grande surface préférée, ou votre marchand de primeurs préféré), et qui a conquis en 25 ans une vraie prééminence sur son marché en Europe, avec 12 milliards de boîtes fabriquées en 2017 pour 180 000 tonnes de matières plastiques (PET, PET recyclé, polypropylène) dans 25 usines, le tout pour presque 600 millions d’Euros de chiffre d’affaires, avec 1 400 salariés dans six pays. Une position de leader qui doit vraisemblablement beaucoup à la richesse de l’offre de la société : Groupe Guillin a 12 000 références produits en tout, dont une bonne partie ont été conçus à la demande de clients, produits qui sont de plus livrés presque en juste à temps grâce à un outil logistique puissant : la société vend aussi du service, en quelques sortes. Et un métier qui dégage de bonnes marges en valeur absolue, lesquelles qui se retrouvent in fine dans un bilan très peu endetté.
Bref : il n’y aurait pas grand-chose à redire sur cette belle midcap.

Sauf que, malgré toutes ses qualités fondamentales, son cours de Bourse (37€) est loin de ses plus hauts (47€) atteints en novembre dernier. La mauvaise nouvelle, qui s’est confirmée depuis, étant que le résultat de l’année 2017, est en retrait, sans chuter toutefois, avec une marge opérationnelle en baisse de plus de 1 point. Une baisse qui vient du fait que Groupe Guillin n’a pas pu, ou pas su, répercuter intégralement dans ses prix de vente la hausse de ses coûts de matières premières, hausse due elle-même à la forte remontée des cours du pétrole. Ce qui, aux yeux des analystes, est vraiment un problème, et incite fortement à se défier de la capacité de la société à répercuter à l’avenir dans ses prix ces hausses de coûts, surtout si celles-ci s’amplifient, ce qui n’est pas exclu il est vrai.

Cette défiance est peut-être exagérée cependant : un effet retard n’a rien d’étonnant, puisque, selon la direction, tous les contrats avec les clients ne contiennent pas de clauses d’indexation, loin s’en faut. De plus, la marge opérationnelle de l’exercice 2016 a été la plus forte dans l’histoire récente de la société, et constitue de ce fait une base de comparaison très élevée pour 2017.

Il faut se dire surtout qu’il faudra bien s’y habituer : la direction a bien expliqué aux investisseurs qu’elle ne veut pas brusquer ses clients, des clients qui sont là depuis longtemps pour la plupart, en insistant sur sa position de grand fournisseur. Ce qui est bien la logique d’une PME familiale, gérée avec une vision de long-terme, ce que le marché, qui est soumis comme chacun sait à la dictature du court-terme, peut avoir du mal à comprendre.

Au diable le "pricing power" ? Difficile à conceptualiser, c’est vrai, pour le boursier, qui souvent ne jure que par cela. Mais on peut remarquer, pour se consoler, que ce pincement de marge impitoyablement sanctionné par le marché est assez relatif somme toute : cette marge reste à un très bon niveau en valeur absolue pour une société industrielle, il n’y a pas vraiment péril en la demeure. Et remarquer par-dessus tout, que si le plus grand risque à courir est une rentabilité un peu moins élevée qu’avant, cela vaut peut-être la peine d’être petit actionnaire minoritaire au côté d’un grand actionnaire majoritaire.
C’est un raisonnement qui en vaut d’autres, croyez-moi.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

[+1]    #15 17/09/2018 23h33 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Réputation :   

Bonsoir,

https://www.emballagesmagazine.com/alimentaire/coup-de-froid-sur-la-vente-a-emporter.47035 a écrit :

Les députés ont voté l’interdiction des couverts et contenants à usage unique en plastique. -

En plus des pailles et des touillettes qui étaient déjà dans le collimateur, l’Assemblée nationale a approuvé, vendredi 14 septembre, l’interdiction des couverts, gobelets et contenants - "saladiers" et autres "boîtes" - jetables à usage unique en plastique, au 1er janvier 2020. Adopté en nouvelle lecture, un amendement au projet de loi agriculture et alimentation, porté par quatorze députés de la majorité, François-Michel Lambert (LREM) en tête, vise à interdire aussi les "couverts, piques à steak, couvercles à verre jetables, plateaux-repas, pots à glace, saladiers, boîtes". C’est donc le segment de la vente à emporter, du traiteur et de la restauration rapide qui est directement mis en cause par cette mesure. "La France a les moyens d’agir, d’être fer de lance sur ce sujet, comme nous avons pu l’être sur les sacs en plastique, comme nous avons pu déjà le voter sur les assiettes jetables. Allons plus loin ! Faisons en sorte d’attaquer la prochaine décennie en nous éloignant de cette dépendance au plastique", a lancé François-Michel Lambert. Stéphane Travert y était opposé : "Il y a une nécessité de changement de comportement pour diminuer le nombre de déchets, notamment ceux issus des produits plastique. Mais il faut être cohérent". Le ministre de l’Agriculture "souhaite que l’on puisse disposer d’informations pour mieux évaluer l’impact économique et écologique".

Quid de cette décision sur les ventes de Guillin en France (environ 1/3 du CA de mémoire)

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

[+1]    #16 18/09/2018 13h57 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Réputation :   21 

JayNom a écrit :

Bonsoir,

https://www.emballagesmagazine.com/alimentaire/coup-de-froid-sur-la-vente-a-emporter.47035 a écrit :

Les députés ont voté l’interdiction des couverts et contenants à usage unique en plastique. -

En plus des pailles et des touillettes qui étaient déjà dans le collimateur, l’Assemblée nationale a approuvé, vendredi 14 septembre, l’interdiction des couverts, gobelets et contenants - "saladiers" et autres "boîtes" - jetables à usage unique en plastique, au 1er janvier 2020. Adopté en nouvelle lecture, un amendement au projet de loi agriculture et alimentation, porté par quatorze députés de la majorité, François-Michel Lambert (LREM) en tête, vise à interdire aussi les "couverts, piques à steak, couvercles à verre jetables, plateaux-repas, pots à glace, saladiers, boîtes". C’est donc le segment de la vente à emporter, du traiteur et de la restauration rapide qui est directement mis en cause par cette mesure. "La France a les moyens d’agir, d’être fer de lance sur ce sujet, comme nous avons pu l’être sur les sacs en plastique, comme nous avons pu déjà le voter sur les assiettes jetables. Allons plus loin ! Faisons en sorte d’attaquer la prochaine décennie en nous éloignant de cette dépendance au plastique", a lancé François-Michel Lambert. Stéphane Travert y était opposé : "Il y a une nécessité de changement de comportement pour diminuer le nombre de déchets, notamment ceux issus des produits plastique. Mais il faut être cohérent". Le ministre de l’Agriculture "souhaite que l’on puisse disposer d’informations pour mieux évaluer l’impact économique et écologique".

Quid de cette décision sur les ventes de Guillin en France (environ 1/3 du CA de mémoire)

Merci pour l’article. Il y a deux questions soulevées ici :
1) Quelle part du CA cela toucherait exactement, et quel impact sur la profitabilité ?
2) Dans le pire des cas, est-ce que cela amputerait vraiment cette partie du business ?

Pour la 1), effectivement ils ne réalisaient en 2017 que 35% du CA en France (contre 50% il y a 10 ans). Mais pour essayer d’estimer le CA qui serait touché en France par cette interdiction (les "métiers de bouches" en l’occurence), pas d’autres choix que d’identifier les filières concernées et d’aller chercher les infos à la main dans les comptes sociaux : Guillin Emballages (et ses filiales commerciales à l’étranger), Alphaform, Guillin Polska, Rescaset Concept, Sharpak Aylesham, KIV Verpackungen et Guillin Nederland.

Le CA cumulée de ces 3 filiales françaises est ~38% du CA. Or il y a d’autres filiales françaises (mais sur d’autres segments) et le total pèse ~52% du CA. Comme le CA France total est seulement de 35% du CA total, on a donc un CA France "métiers de bouches" entre 25 et 30%.

Pour la profitabilité, quasiment impossible de savoir en revanche. Mais les marges nettes de ces 3 filiales sont plutôt dans la fourchette haute…

Pour la 2), il est intéressant de lire :

RA 2017 (p.9) a écrit :

Veille des évolutions et des tendances du marché, détection
des besoins émergents, études pour le développement de
nouveaux designs, recherche de nouvelles fonctionnalités
produits et de nouveaux matériaux… sont les facteurs clés
du succès de la politique d’innovation du Groupe.
Les études et recherches concernent également de nouvelles
technologies, plus particulièrement pour l’activité
« matériels ».
Le Groupe Guillin continue sa démarche d’innovation en proposant
au marché une offre d’emballage éco-conçue qui utilise
à la fois des matériaux 100 % recyclables et/ou des matières
premières renouvelables.
Par ailleurs, il répond aux attentes
du marché avec des concepts novateurs comme par exemple
une barquette en carton, 100 % étanche, entièrement personnalisable
« Food K » ou sa gamme Luxipack qui remporte
un succès certain auprès des clients. Le Groupe Guillin,
conscient des enjeux et des évolutions législatives
, a pris
un tournant encore plus marqué sur la maîtrise et le développement
de nouveaux matériaux de thermoformage biosourcés
ainsi qu’une utilisation accrue de matière première
recyclée et ce, de façon déterminée et professionnelle. L’un
de ses objectifs est de compléter et de renforcer la gamme
de produits offerts à ses clients.

Ils investissent 4 à 7% du CA en R&D chaque année, et ont plutôt un bel historique de retour sur investissement à ce niveau là. Certes, ils peuvent très bien rester sur le plastique et se planter si celui-ci parvient finalement à être substitué, mais la communication du groupe à ce niveau est plutôt rassurante. En effet, on voit qu’ils ont bien compris les forces s’opposant aux emballages plastiques (notamment la raison écologique) et essaient de s’aligner en identifiant les nouveaux marchés que cela va créer. On peut donc très bien imaginer qu’ils se développent en France sur d’autres types d’emballages. Enfin, on peut également apprécier leur diversification géographique ces 10 dernières années, qui viennent limiter les risques législatifs comme celui-ci.

Conclusion : Si l’interdiction prend vraiment effet, on aura a priori un impact non négligeable sur environ 30% du CA (et de façon plus incertaine, sur les marges). Mais cet impact peut très bien être dilué par un fort développement à l’étranger (ce que Guillin fait déjà très bien), et par des innovations en France pour conserver le plus possible ses parts de marché.

Dernière modification par Wift (18/09/2018 14h05)

Hors ligne

 

[+1]    #17 18/09/2018 19h09 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Réputation :   

Effectivement je pense que l’on en saura plus lors de la prochaine AG et/ou lors de la prochaine communication financière du groupe. Je vois mal comment ils pourraient passer à côté de la question.

La R&D prend un temps non négligeable sans parler du temps de commercialisation post création de produit. Ici l’interdiction est dans 5 trimestres…
Ceci étant dit la société est bien gérée, a anticipé l’évolution législative et doit donc avoir les armes pour défendre son CA.

À suivre

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par JayNom (18/09/2018 23h00)

Hors ligne

 

[+1]    #18 18/09/2018 21h56 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   250 

En fait, c’est le genre de situation qui peut profiter à une société qui a su anticiper. Il va falloir rapidement (a peine plus d’un an) remplacer un produit basique que tout le monde peut fabriquer et où on se bat uniquement sur le prix unitaire, par un produit plus technique à mettre en oeuvre (les bioplastiques sont difficiles à thermoformer, et les bases carton ont du mal à mixer sauces et passage au four). Si, et c’est un gros si, leur R&D sait leur procurer les bons produits à un coût acceptable, c’est une source de moat potentielle.

La communication va dans le bon sens, les faits suivront ils ?

Hors ligne

 

[+1]    #19 26/09/2018 18h22 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   92 

Ca devient tout de même très cheap pour une société supérieurement gérée, acyclique.

Je pense aussi que le marché, selon mon opinion perso, reste porteur malgré une progression dans la conscience écologique des Francais :
-Baladez-vous en supermarché. La progression du snacking et de l’ultra frais à emporter assure de beaux jours aux plats en plastique. Idem avec les services de plats à domicile.
"Avec une croissance de 5,8% selon les données de Nielsen en cam arrêtée à P5 2018, le rayon traiteur frais LS se porte bien " Source LSA 2018.

- Les gens ont souvent tendance à ne pas faire ce qu’ils disent, notamment sur l’écologie et le tri.
Source : les poubelles de ma résidence d’un quartier bobo parisien

Hors ligne

 

[+2]    #20 10/10/2018 21h50 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   275 

Groupe Guillin qui a encore perdu plus de 6% aujourd’hui et qui cote désormais 23,10 euros soit le plus bas depuis deux ans.
Bref, en ce moment, le plastique c’est pas fantastique.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Isild (10/10/2018 22h06)

Hors ligne

 

[+1]    #21 15/10/2018 14h54 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Réputation :   21 

http://www.plastiques-caoutchoucs.com/Le-gag-de-Francois-Michel-Lambert.html a écrit :

Confronté à une rédaction particulièrement confuse qui rend la définition du périmètre concerné hasardeuse, Elipso estime au minimum à 800 millions d’euros la perte potentielle de chiffre d’affaires et à 2500 les emplois directement menacés. […] Tandis que les recours juridiques sont lancés, des juristes tentent de déterminer la portée exacte de l’amendement. Un recours porté par des sénateurs de la droite et du centre a été déposé au Conseil constitutionnel. Réponse le 5 novembre.

À voir si cela débouche sur un compromis le 5 novembre, notamment sur l’utilisation des plastiques recyclables. Pour info Guillin a déjà un taux de recyclage de ~70% mais connait des difficultés d’approvisionnement en matière première recyclée. Ils comptent sur les système de consignes pour avoir un cycle plus fluide.

Source : Guillin et Paprec Recyclage vont concevoir une filière « de barquette à barquette »

Hors ligne

 

[+1]    #22 24/10/2018 18h25 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   186 

Résultats semestriels 2018
CA stable
RO et RNPG -15%
Pas d’indications précises sur la nouvelle visant à reteindre l’utilisation du plastique. Ils indiquent juste avoir déposé un recours.

J’ai commencé une ligne entre 19 et 22€ ces derniers jours.

Quelqu’un sait où l’on peut consulter les comptes sur leur site internet ?
Merci

EDIT : Cotons-tiges, pailles, couverts… Les eurodéputés votent l’interdiction des plastiques à usage unique

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par oliv21 (25/10/2018 00h34)

Hors ligne

 

[+1]    #23 25/10/2018 15h10 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   91 

Bonjour tcheco,

Il y a de nombreux sites avec de bons screeners qui apporteront la réponse à votre question

Cordialement


Parrain: LEGALSTART -20%, YOMONI, MACOMPTA.FR

Hors ligne

 

[+1]    #24 25/10/2018 16h15 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   711 

corsaire00 a écrit :

Il y a de nombreux sites avec de bons screeners qui apporteront la réponse à votre question

Réponse super sympathique :-(
Nous sommes sur un forum pour échanger, non ?
Si vous souhaitez garder vos idées pour vous, pas de souci (c’est votre droit), mais dans ce cas, dites le ouvertement car votre réponse au-dessus ressemble plutôt à un "débrouillez-vous, cherchez vous-même".

> OLIV21

On peut consulter les informations sur ce lien mais il faudra peut-être vous s’inscrire pour y avoir accès.
Vous pouvez utiliser n’importer quelle identité.
Par contre, le site rame pas mal (il ne faut pas être pressé).

Dernière modification par maxicool (25/10/2018 16h57)


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne

 

[+1]    #25 25/10/2018 17h52 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   92 

Je partage l’avis de maxicool corsaire et vous l’ait fait savoir en vous gratifiant d’un +1.
J’ai trouvé votre réponse assez limite.

Dernière modification par tcheco (25/10/2018 17h52)

Hors ligne

 

[+5]    #26 08/11/2018 16h53 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Réputation :   21 

Wift a écrit :

http://www.plastiques-caoutchoucs.com/Le-gag-de-Francois-Michel-Lambert.html a écrit :

Confronté à une rédaction particulièrement confuse qui rend la définition du périmètre concerné hasardeuse, Elipso estime au minimum à 800 millions d’euros la perte potentielle de chiffre d’affaires et à 2500 les emplois directement menacés. […] Tandis que les recours juridiques sont lancés, des juristes tentent de déterminer la portée exacte de l’amendement. Un recours porté par des sénateurs de la droite et du centre a été déposé au Conseil constitutionnel. Réponse le 5 novembre.

À voir si cela débouche sur un compromis le 5 novembre, notamment sur l’utilisation des plastiques recyclables. Pour info Guillin a déjà un taux de recyclage de ~70% mais connait des difficultés d’approvisionnement en matière première recyclée. Ils comptent sur les système de consignes pour avoir un cycle plus fluide.

Source : Guillin et Paprec Recyclage vont concevoir une filière « de barquette à barquette »

Evolution de l’environnement réglementaire


Le recours a échoué. Le conseil constitutionnel a validé la nouvelle interdiction le 25 octobre et je comprends que ça touche même le recyclable. À entendre parler François Guillin, c’est très négatif, même pour le groupe. Le Royaume-Uni parle également de taxer les emballages plastiques. En tout cas, c’est étonnant que le groupe n’ait pas décalé la publication des résultats du S1 au 25 ou 26… À un jour près ils auraient pu mieux informer les actionnaires.

Quelques commentaires sur le S1


Dans les faits, je trouve le S1 plutôt positif. Le groupe fait face à de nombreux vents contraires depuis le début de l’année (mauvaise récolte, augmentation du prix des matières premières, nouvelles lois anti-plastiques) mais montre une bonne résilience/réaction :
- Le PAO reste stable.
- Capacité à augmenter les prix (+3,1% YoY sur le segment Emballage qui représente 95% du CA).
- Croissance en volume toujours présente car la perte de volume est seulement dû à l’activité Fruits & Légumes (le reste croit de 2%).
- Discussion avec le groupe Thiolat (31M€ CA) pour rentrer sur le marché de l’emballage alimentaire en carton. Bonne initiative, quoiqu’un peu inquiétante sur le fond car ça souligne aussi qu’ils partent de 0 et n’ont donc aucun avantage compétitif sur ce segment a priori.
- Capex stable : visiblement ils n’ont pas peur de continuer d’investir. C’est à double tranchant car d’un côté ils profitent de l’instabilité pour renforcer leur position mais de l’autre il y a plus à perdre si l’emballage plastique alimentaire devient obsolète (espérons qu’ils investissent principalement hors France).

Les marges vont encore se pincer car le prix des matières plastiques augmente plus vite que le prix de leurs produits mais ça reste raisonnable au niveau de la marge brute (-0,8 pts YoY). À cela vient s’ajouter le repli du segment Matériel (5% du CA, -13,2% YoY), pas inquiétant car le H1 2017 était exceptionnel mais qui pèse sur l’absorption des 2 principaux coûts fixes (charges externes + personnel, qui ont augmenté de ~3%). Je pense qu’une MOC normative autour de 9% est raisonnable pour 2018 et 2019.

Enfin, la situation financière reste correcte avec un gearing de 15% (et c’est précisément dans ce genre de période qu’on l’apprécie !) malgré une génération de cash mise à mal par la perte de vitesse des activités Matériel & Fruits/Légumes et l’augmentation du BFR (effet prix matières plastiques + décalage des ventes à cause des mauvaises récoltes).

Perspectives et tentatives de valorisation


Je ne connais pas assez bien le secteur pour que mes scénarios soient pertinents mais je mets quand même quelques idées afin d’alimenter la discussion et réfléchir à la valorisation (j’essaierai d’affiner dans les semaines/mois à venir).

Cas moyen : pas de déclin, pas de croissance (70%+ d’upside avec options)


Dans l’état actuel, sans croissance et sous pression des prix de matières plastiques, on aurait un ROC normatif de 600M€*9% = 54M€
Sachant que ces 5 dernières années les immo corporels représentaient ~37% du CA, le capex 6% du CA et que la croissance organique était en moyenne de 4%, j’estime le capex de maintenance (pour maintenir la position de Guillin) à 6%-37%*4% = 4,5% du CA, soit 27M€ ici. De plus, le taux d’imposition se situe autour de 27% et le % de dépréciation en terme de CA, toujours ces 5 dernières années, est autour de 5% (décalage à cause du capex de croissance).
Cela ferait donc ROC*(1-27%)+Dépréciation-Capex de maintenance = 42,5M€ de cash qui rentrerait dans les caisses chaque année. Ou 47M€ si on prend une marge normative de 10%.

Etant donné la position de leader de Guillin actuellement, la VE devrait se payer autour de 12x le FCF = 530M€ si on prend un discount rate de 8%. Or la VE 2018 est autour des 300/350M€. On a donc une bonne décote sur l’equity dans ce scénario (70%+), et une belle option sur les marges et la croissance.

Pire des cas (-40% de downside et stagnation de la création de valeur sur 4 ans)


Je suis du même avis qu’oliv21 pour l’absence crédible de substituts et ça va engendrer des surcoûts dans toute la chaîne de valeur et donc les collectivités (par exemple dans mon école tous les stands du CROUS utilisaient massivement des barquettes en plastique). Peut-être que le gouvernement sera plus laxiste à ce moment là face à la réalité et autorisera par exemple le plastique recyclable (où Guillin est bien positionné). Bref, difficile de valoriser le scénario post-2020 mais je pense que dans le pire des cas on pourrait facilement amputer 30% du CA et beaucoup plus sur la profitabilité (car je comprends qu’elle vient, pour moitié, de France). Sans compter que l’entreprise passera sous son point mort pendant quelques années car elle ne pourra pas réduire instantanément les importants coûts fixes de son activité historique (usines, machines, personnel…).
Admettons que son CA soit de 450M€ et sa marge opérationnelle courante de 5% en 2022 (je considère 2020 et 2021 dans le rouge), le ROC ne serait plus que de 22,5M€ donc 16,5M€ après impôts. Sous les mêmes conditions de capex qu’aujourd’hui (pour faire simple), on aurait au mieux une génération de cash de 19M€. Si Guillin est obligé de se rediriger complètement vers les emballages alimentaire en carton, ils ne seront peut-être pas encore bien positionnés en 2022 donc la VE 2022 se paiera sûrement moins que 12x le FCF.
Grossièrement, si on a deux années bénéficiaires en 2019 et 2020 à ~40M€ de FCF chaque année (cf scénario précedent) puis du rouge en 2021 et 2022 (admettons -20M€ chaque année car Guillin a déjà montré une certaine capacité à anticiper et s’adapter) on aurait juste gagné 40M€ entre 2019 et 2022. Donc en payant la VE autour de 300M€ aujourd’hui, on paie 300-40=260M€ celle de 2022. Or on a justement dit avant que la VE 2022 serait au mieux 230M€ (12x FCF) et au pire quelque chose comme 150M€ (8x FCF).

En se ramenant à l’equity, le downside peut-être important et durable (-40% au prix actuel et sur 4 ans…) si Guillin est obligé de se reconvertir dans le carton ou si le plastique recyclé est moins rentable/moins gros en terme de marché. Je soulignerais aussi qu’en 2011, Guillin faisait le CA et les marges utilisés dans ce scénario, et la VE se payait 7,5x le FCF alors que les perspectives étaient bien meilleures (seul le prix des matières plastiques pesait sur le titre à l’époque).

Conclusion


En ne regardant que le passé, la société ne se paie pas cher du tout et si les perspectives ne sont pas aussi moroses que ce que la nouvelle réglementation laisse penser (possible car économiquement/pratiquement absurde), il y a clairement possibilité de faire x2 d’ici 2 ans. En revanche, si effectivement le gouvernement est intransigeant (et c’est ce que laisse penser la décision du conseil constitutionnel), je comprends pour l’instant que Guillin peut être très fortement impacté à cause de sa concentration sur le plastique et l’action est limite trop chère aujourd’hui… Pas évident d’être à l’aise avec le profil de risque ici…

La recherche scientifique s’intéresse de plus en plus aux migrations des particules de plastique dans l’eau et l’alimentation. Je comprends qu’il y a effectivement migration si la température dépasse un certain seuil, mais pas d’évidence encore en terme d’effet sur la santé (même si j’imagine que d’ici 30 ans on va encore se rendre compte que c’était cancérigène ou quelque chose du genre…). En revanche, environnementalement parlant, ça me semble évident d’interdire le plastique à usage unique (recyclable ou pas) car les gens en font n’importe quoi.

Dernière modification par Wift (08/11/2018 17h08)

Hors ligne

 

[+1]    #27 08/11/2018 17h10 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Réputation :   47 

La France représente 35% du CA et max 50% concernés soit 17% soit 100Mio. CA total d’Alphaform est de 68mio.

Je pense aussi qu’une partie de l’activité est de distributeur (non fabricant) ; DONC va garder ses parts de marché SAUF  si les autres fabricants s’adressent directement à la grande distribution. APPAREMMENT parts de marché très stables dans le secteur.
Substituts possibles : bois, fibres (pulpe), bambou… A MON AVIS LE SUBSTITUT POUR LES SALADIERS ET AUTRES CONTENANTS POUR LES VENTES DIRECTES VA ETRE LE CARTON RECYCLE. Idéalement le gouvernement devrait aussi autoriser les emballages avec un minimum de matière  recyclée : 50% par exemple. Très bon pour Guillin et ses emballages en RPET dans ce cas.

Au passage, l’histoire initiale de pollution de la mer par les couverts plastiques jetables est de la pure démagogie : car actuellement l’Amérique du Nord et l’Europe ne représentent que 2% des rejets dans les mers. 80% proviennent de 6 grands fleuves, tous basés dans des pays émergents. On ferait bien d’arrêter la catastrophe écologique en s’occupant prioritairement de ces fleuves. L’autre grande priorité est d’augmenter le taux de traitement et de recyclage des déchets en France qui est anormalement bas afin de faire fonctionner enfin l’économie circulaire.

Dernière modification par etzanas (08/11/2018 17h55)

Hors ligne

 

[+4]    #28 09/11/2018 10h56 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Réputation :   47 

Bonjour Wift,

Pour répondre à vos commentaires :

-    Socamel et Rescaset sont aussi potentiellement touchées mais par la loi s’appliquant en 2025 principalement sur les cantines. On parle d’une ligne de 45 personnes apparemment mais 7 ans laisse largement le temps à Guillin de s’adapter. D’autre part l’un des arguments de cette loi s’appuyait sur le risque des perturbateurs endocriniens qui ne sont pas présents dans ses emballages en PP…
-    Concernant la nouvelle loi s’appliquant en 2020, j’estime en fait l’impact seulement sur 10-15% du CA total et il n’est pas dit que Guillin ne trouve pas une issue favorable. Il ne faut pas sous-estimer les avantages liés à sa position de leader en France. Guillin vend déjà dans ses catalogues une grande partie de la gamme biosourcée. Ses concurrents de moindre taille et plus spécialisés vont souffrir beaucoup plus et donc comparativement la position de Guillin va se renforcer sur le marché français.
-    Concernant le sourcing du RPET, actuellement les fabricants achètent du RPET issu du recyclage des bouteilles en PET. Mais la mise en place du recyclage des barquettes en PET directement est bien évidemment stratégique à de nombreux niveaux (cout du sourcing, démonstration de la viabilité de la filière RPET, argument commercial sur l’aspect écologique de l’économie circulaire…).
-    Finalement, le talon d’achille de cette industrie c’est de mettre en place l’économie circulaire suffisante pour le PET. Logiquement Guillin devrait aussi se doter d’une division carton recyclable pour pouvoir offrir l’ensemble des solutions possibles à ses clients. Il doit couvrir tout le terrain et continuer à conforter sa position de leader.

Ma vision, c’est que Guillin est toujours en pleine croissance avec un élargissement de sa gamme produit : achat cette année au UK d’une ligne de CPET permettant de passer les plats directement du congelateur aux micro-ondes ; négociation en cours du Groupe Thiolat qui détient 40% du marché des emballages cartons pour les boulangeries en France.

Au niveau européen, les emballages plastiques rigides sont en plein essor et une fois la boucle de recyclage refermée, je pense que c’est la meilleure alternative en terme d’émission de CO2 par rapport aux autres solutions (carton recyclé…). J’aimerais bien trouver une étude comparative sur le sujet.

Au global, vous l’avez compris je suis très positif. Guillin est un leader sur le secteur. Ce secteur est en croissance et en voie de consolidation au niveau européen. Plus j’étudie le secteur, plus je comprends ses forces. A mon avis, Guillin a encore du potentiel de croissance en terme géographique (pays de l’Est) et dans l’industrie agro-alimentaire alors que le groupe a des positions très fortes en Europe auprès des métiers de bouche, grande distribution et fruits et légumes.

Bien entendu, je suis surtout intéressé pour collecter plus d’informations et recevoir de la contradiction ce qui permet d’affiner la compréhension du dossier. Je ne partage pas toute l’information sur un forum public mais effectivement comme vous l’avez dit je pense que Guillin a réussi à se construire progressivement de sérieux avantages compétitifs.


Si vous voulez savoir combien vaut vraiment Guillin, allez voir combien s’est vendu cette année la filiale  CGL Pack de PSB (même activité et ratios financiers similaires) : un ratio de VE/EBITDA = 10,8. La famille Guillin si elle le souhaitait pourrait vendre cette année le Groupe à des fonds de Private Equity avec le même ratio de x10-11 l’EBITDA. Il existe au moins 2 acheteurs stratégiques évidents avec les poches très pleines…

En conclusion : à mon avis, le Groupe Guillin vaut actuellement sur le marché du Private Equity au moins une VE de 900 millions d’euros. Soit un prix de l’action AU MINIMUM de 46 euros sur le marché privé.

Evidemment, il serait idéal que la société adopte un plan de rachat d’actions agressif mais il faut bien reconnaître que la famille Guillin détient déjà 65% du capital et que le flottant est particulièrement peu liquide. C’est dommage malgré tout qu’elle n’adopte pas un programme de rachat d’actions même sans annulation de titres afin de profiter des fortes variations de cours.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par etzanas (09/11/2018 14h36)

Hors ligne

 

[+2]    #29 14/11/2018 18h30 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Réputation :   46 

Déclarations AMF de ce jour, Sophie Guillin a acheté 50.000 titres ces derniers jours soit 0.26% du capital.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

[+1]    #30 15/11/2018 12h29 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Réputation :   

etzanas a écrit :

Sophie Guillin a acheté 50.000 titres ces derniers jours soit 0.26% du capital.
Pour information, les barquettes 100% PET recyclé (rPET) existent déjà sur le marché par exemple au UK. De plus, je me rappelle avoir lu dans un article la direction de Guillin affirmant que le taux global de plastique recyclé utilisé chez Guillin est déjà de 70%.

A mon avis il s’agit alors de recyclage post-production dans le cas dont vous parler (Source?). Le post consommation est bien plus compliqué et l’on se heurte tout de suite à ce que kiwijuice mentionnait. Il faut bien distinguer les deux, le métier n’est pas du tout le même.

S’agissant d’un accord avec Paprec, gros récupérateur de déchet ménagers, j’imagine qu’on est sur du post-conso qui demande un travail conséquent. Même avec les meilleures technologies du marché il est compliqué de gérer la couleur dans le recyclage, d’où la limite à 25%/30% d’incorporation de PET recyclé dans le cas du Bottle To Bottle. Dans le cas des barquettes, cela sera vraisemblablement le même problème.

Perso je travaille dans une PME du secteur du recyclage, on fait que du noir, et encore il faut gérer la teinte^^

Hors ligne

 

[+2]    #31 26/11/2018 11h50 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   667 

Pour contrer la désinformation de Etzanas issue des industriels et prétextant aller à l’encontre de "fausses formations sur cette file", voici le genre de documentaire qui explique un peu mieux au particulier ce qui est fait avec son tri, il y en a foison et on en découvre chaque jour :

Hors ligne

 

[+1]    #32 26/11/2018 12h01 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Réputation :   47 

Surin a écrit :
Pour contrer la désinformation de Etzanas:

J’aimerais bien connaitre factuellement l’élément de désinformation dans les éléments que j’ai présenté sur cette file? C’est l’intérêt que je trouve dans l’échange et la contradiction sur un forum : cela permet d’approfondir et de mieux comprendre les sujets et les enjeux.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par etzanas (26/11/2018 12h03)

Hors ligne

 

[+1]    #33 26/11/2018 12h30 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Réputation :   47 

Surin a écrit :
En théorie oui c’est possible, techniquement, mais concrètement, dans la vraie vie, c’est combien de pourcentage des emballages mis sur le marché qui sont concernés ?

Actuellement, suivant mon niveau d’information :

En 2016, le taux de recyclage français était de 26% pour l’ensemble des emballages plastiques (sur plus d’un million de tonnes): 55% pour les bouteilles, 1% pour les pots et barquettes, et 1% pour les films.

https://www.capital.fr/economie-politiq … in-1302752

En réalité les fournisseurs de barquettes en PET ont acheté le PET recyclé des bouteilles jusqu’à maintenant et je pense qu’ils sont montés à des taux d’utilisation de 70% de ce rPET (surtout pour les fruits et légumes). Donc effectivement la situation actuelle est lamentable surtout en France qui est en retard par rapport au Nord de l’Europe sur le tri. Les industriels n’ont pas établi les filières dédiées de recyclage de barquettes mais d’un autre coté le tri sélectif n’est pas encore en place pour approvisionner ces filières.

Mais je pense que pour le long terme, il serait possible d’établir une filière de PET recyclé viable en France. Par exemple, la Hollande a rendu obligatoire le tri des barquettes PET cette année au niveau des centres de tri et non des consommateurs. Je pense que cela va aussi venir en France, c’est un problème surtout de volonté politique. Avec les systèmes optiques intelligents, une grande partie du tri peut se faire dans les centres. A mon avis, c’est un problème de sous-investissement sans doute parce que les industriels ont toujours volontairement minimisé leur contribution.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par etzanas (26/11/2018 12h46)

Hors ligne

 

[+1]    #34 26/11/2018 12h30 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   250 

C’est bien beau de taper sur les industriels, mais le premier problème est les Français. Dans les pays d’Europe du Nord, ils ont jusqu’à 7 poubelles pour le recyclage et peuvent recevoir une amende si le tri est mal fait.

Vous croyez vraiment que ça serait accepté, et surtout respecté, par les gilets jaunes ?

Hors ligne

 

[+1]    #35 26/11/2018 12h45 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   667 

Je vous trouve dur Gaspode. C’est aussi une responsabilité politique. Après vous me direz les gilets jaunes et consorts élisent leurs représentants donc ce sont eux les responsables.

Que pensez-vous Etzanas (et les autres) du logo des 2 flèches enchevêtrées qui sous-entendent le recyclage alors qu’en pratique ce n’est pas le cas, cela veut dire "filière éco-emballage" ou Citeo, bébé des industriels ?
Ils défendent leur intérêts mais on voit bien que comme pour l’automobile, ils orientent la réalité vers ce qui arrange leurs intérêts commerciaux malheureusement au détriment de l’écologie.
La désinformation commence par là à mon sens.

Hors ligne

 

[+1]    #36 26/11/2018 14h09 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   85 

Le meilleur déchet c’est celui qu’on ne produit pas. Pour commencer il ne faut plus acheter de trucs emballés, et donc acheter local. Je vous renvoie vers Bea Johnson, la papesse du zéro déchet (Française expatriée aux US et assez géniale il faut le dire)
Zero Waste Home

et à son credo :
Refuse (les emballages)
Reduce (les achats, les besoins)
Reuse (utiliser des emballages réutilisables)
Recycle (les rares emballages qu’on a embarqués)
Compost (ce qui peut l’être).

Le recyclage ne vient qu’en position 4, c’est un pis-aller.

(entre parenthèses, le succès de Bea Johnson illustre un changement en cours dans les modes de consommation - encore hyper marginal mais qui sait?)

Dernière modification par Youplaboum (26/11/2018 14h56)


The only real failure is the failure to try.

Hors ligne

 

[+1]    #37 26/11/2018 14h58 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   667 

Mouais, tapons sur le particulier, ça arrange beaucoup les industriels… Bref ne répondons pas aux questions de fond, je vais m’arrêter là car je me suis pris une volée de -1 un jour en ayant eu le malheur de critiquer Coca-Cola sur la file la concernant. Là je sens que ça en titille certains.

Ici c’est la discussion des actionnaires alors analysez et ne nous éparpillons pas.
Ce que je constate c’est que, comme pour l’automobile ou pire les méthaniers ou autres gros consommateurs de carburants en tout genre, ce sont les discussions sur lesquelles les enjeux écologiques reviennent le plus mais dans le sens d’une bonne conscience et de bons points attribués aux industriels.
Je ne sais pas où va ce monde mais il y va à fond et en pleine ligne droite ! Aucune embuche.

Hors ligne

 

[+1]    #38 23/01/2019 19h03 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Réputation :   46 

Bonjour,

Pour alimenter le débat, ci-après un courrier reçu de la part du management de Groupe Guillin il y a quelques semainescourrier_groupe_guillin.pdf

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

[+2]    #39 18/04/2019 18h09 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   186 

Boursier.com a écrit :

Groupe Guillin : l’heure de la revanche ?

Echéance. Groupe Guillin sera sur le pont la semaine prochaine pour présenter ses comptes annuels. Sans surprise, la performance financière sur l’exercice 2018 sera ternie par la hausse des matières premières. Le premier semestre avait donné un aperçu des dégâts occasionnés par cette revalorisation des produits de base sur la rentabilité avec une marge opérationnelle revenue à 9,6%, en recul de 170 points de base. L’ensemble des indicateurs de profitabilité avait courbé l’échine au 30 juin, mettant en relief un contexte compliqué. Pour ne rien arranger, le spécialiste des emballages plastiques avait pâti de conditions climatiques très défavorables. Elles ont entraîné une baisse significative des volumes de l’activité Fruits et Légumes. Peut-on en conclure que Groupe Guillin a mangé son pain noir ? Là est toute la question pour les investisseurs. Sur le papier, la photographie du deuxième semestre 2018 devrait être plus présentable, compte tenu des efforts pour répercuter l’effet matières premières auprès des clients et d’un niveau de revenus sans doute mieux orienté. Compte tenu des attentes relativement modestes des analystes, une bonne surprise est même possible…

Réglementation. L’autre sujet du moment pour Groupe Guillin - et sans doute le plus important - concerne l’évolution de la règlementation. Fin mars, le Parlement européen a donné l’assentiment officiel à une directive visant à lutter contre la pollution due au plastique. Les produits en plastique à usage unique, pour lesquels il existe des alternatives sans plastique, seront interdits dès 2021. En France, la loi Egalim tend également à durcir le cadre pour un certain nombre de produits en plastique jetables. L’impact sur Groupe Guillin est encore difficile à quantifier, mais nul doute que le groupe saura trouver la parade grâce à son savoir-faire sur les boîtes en carton et le recyclage, notamment. La trajectoire baissière du titre depuis un an est largement liée à cette épée de Damoclès, mais on peut estimer que les mauvaises nouvelles sont aujourd’hui largement dans les cours. Malgré une gestion très efficiente et un bilan de qualité, Groupe Guillin se négocie sur la foi d’un multiple de 0,6 fois ses ventes estimées, pour un PE 2019 inférieur à 9. Au regard de cette valorisation attractive, nous sommes positifs sur ce beau dossier industriel. On met en portefeuille.

source

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

[+1]    #40 27/04/2019 08h36 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   96 

Guillin a écrit :

Par ailleurs, remplacer 100 % des emballages plastiques par tout autre matériau reviendrait à multiplier par 2 la consommation d’énergie et par 3 les émissions de gaz à effet de serre.

A ce niveau là c’est plus du marketing mais de la propagande, le principe étant d’affirmer une vérité sans justification aucune et avec pour levier principal la peur. Pur lobbying (relation publique en français).

De tels propos sont corrosifs et vous avez raison de vous insurger Surin.


Who’s the more foolish, the fool or the fool who follows him?

Hors ligne

 

[+3 / -1]    #41 10/05/2019 12h02 → Guillin : investir dans des emballages plastiques (analyse, guillin)

Membre
Réputation :   -2 

Une bonne source d’info

FAQs on Plastics - Our World in Data

https://ourworldindata.org/uploads/2018/08/plastic-fate.png

Cordialement

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech