Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

[+5]    #1 05/10/2013 20h47

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonjour,

Je suis un investisseur en actions avec une approche valeur, dans une optique long terme sur des positions longues. Si le contexte s’y prête, j’utilise un effet de levier via la marge IB et/ou via les options.

Le portefeuille est en date du 21/06/2021.

Actions JP (ticker / nombre de titres / PRU)

8046    3500    1745,2 JPY
5971    1900    3216,1 JPY
7399    8900    476,9 JPY
6496    1500    2226,8 JPY
5921    2000    2034,8 JPY
5983    800    5576 JPY
4224    2400    1713,5 JPY
9995    10000    390,8 JPY
7266    6000    690 JPY
6346    1200    3500 JPY
7877    3100    1342,8 JPY
6964    10000    429,5 JPY
2055    18000    242,6 JPY
8152    2700    1625,4 JPY
8881    25000    354,9 JPY
8871    1600    1675 JPY
5449    2000    1318 JPY
4987    6600    400 JPY
5923    1000    2689,9 JPY

9201    1600    2301,12 JPY
5985    7900    463 JPY
1879    4300    869,95 JPY
5232    1100    3309,97 JPY
9678    1400    2605 JPY
7942    2200    1683 JPY
3948    7700    482,14 JPY
4042    1800    2061 JPY

Actions US (ticker / nombre de titres / PRU)

FB    180    265,7 USD
BKNG    23    2099,56 USD
ETSY    400    163,99 USD
MORN    250    259,91 USD
FOXA    1700    38,372 USD
LBTYK    2500    27,796 USD
AMZN    18    3349,61 USD
MSFT    235    258 USD
GOOG    24    2524,92 USD

Ventes à découvert d’actions US (ticker / nombre de titres / PRU)

AMC    -500    58,004 USD

Options UE

GLE SBF (SGE) Dec20’24 32 CALL @DTB    400    0,392
TTE SBF (TOTB) Dec20’24 40 CALL @DTB    180    0,93
ORA SBF (FTE) Dec20’24 12 CALL @DTB    350    0,413
ORA SBF (FTE) Dec20’25 12 CALL @DTB    850    0,408
RDSA (AEB) Dec19’25 16 CALL @DTB    160    3,06

Options US

IBKR Jan20’23 55 CALL         33    7,5
IBKR Jan20’23 45 CALL         35    13,7
INTC Jan20’23 35 CALL        40    13

CAR Jan21’22 40 PUT            18    1,35
CAR Jan21’22 60 PUT            5    5,35
CAR Jan20’23 45 PUT            4    6,2
AAL Dec17’21 15 PUT            35    0,73
AAL Jan20’23 15 PUT            12    1,96
AAL Jan20’23 17 PUT            17    2,75
GRPN Jan20’23 25 PUT        7    3,61

Liquidités à placer

-180 K€ (marge IB)

Actions vendues

Mes transactions passées (achat suivi d’une vente) depuis 2007 et ma performance annuelle sont disponibles dans le message suivant: Portefeuille d’actions de Vauban (2/3)

Je suis notamment intéressé par d’éventuels commentaires critiques argumentés sur mon portefeuille.

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (Hier 10h27)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #2 05/10/2013 22h04

Membre
Réputation :   74  

Bonsoir Vauban,

1/ Le risque des value est d’avoir raison tout seul, et d’acheter des sociétés pas chères mais qui vont le rester, ce qu’on appelle une « value trap ». Pour éviter cela, on cherche des catalyseurs, c’est-à-dire, une raison qui fait que la sous-évaluation qu’on mesure va être corrigée (Marc Renaud)
Prenons EXAC : c’est vrai que la société est énormément décotée par rapport à ses fonds propres (sans parler de l’immobilier parisien). Toutefois, quand je regarde la rentabilité des fonds propres je me dis que depuis des années il y a un problème avec la stratégie de l’entreprise. Donc, je constate que l’Echiquier est scotché depuis de nombreuses années, et à moins d’être de la famille Nusse et de toucher un bon salaire annuel, je ne vois pas le catalyseur, mais j’espère me tromper.

2/ « Le plus grand risque pour un investisseur, c’est l’entreprise qui fait faillite avant de se retourner. On peut donc trouver des dossiers pas chers en période de crise, mais il faut éviter qu’une situation de retournement ne se transforme en crise de liquidité (Marc Renaud)

Si je prends le Groupe Vial, les comptes 2012 ne sont pas validés, et vu les dettes, on joue au poker entre la société et les créanciers. Donc sur un secteur non porteur (voir Huis Clos), le risque est très important.

NB : Moneta s’était planté sur la valeur, comme quoi, même les meilleurs ont droit à l’erreur.

Bonne chance.

A+

CPaulus

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #3 05/10/2013 23h07

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonsoir CPaulus,

Value trap

J’ai bien conscience du piège des "value trap". J’avais par exemple une ligne de TAIT (sur marchés US) que j’ai revendue pour cette raison.

Mon idée est que le prix et la valeur d’une action sont liés par un élastique et que plus cet élastique est tendu, plus il y a de chance que le prix revienne à sa vraie valeur. Lorsque l’écart est considérable, comme pour EXAC, cet écart même peut être le catalyseur car les acteurs du marché peuvent constater ce décalage et agir. Bien sûr, un catalyseur externe (que je ne vois pas bien non plus pour EXAC), permettrait également éventuellement d’amorcer le retournement.

Si je regarde la courbe historique d’EXAC, je note les cours suivants:
* 200 euros en 1996
* 60 euros en 2000
* 200 euros en 2004
* 40 euros en 2013

J’ai l’impression que l’encéphalogramme n’est pas plat et que la progression est possible sur des échelles de temps longues (je suis un investisseur long terme). A mon avis, il est probable qu’elle atteigne 160 euros au moins une fois dans les 10 ans qui viennent.

Pour ma part, je regrette la faible liquidité qui ne m’a pas permis d’en prendre plus d’une louche vers 40 euros. Et pour être complet, j’en avais également acheté une autre louche vers 80 euros (que je ne regrette pas).

Finalement, en observant mon portefeuille historique, il est rare que je constate que des actions stagnent sur des périodes de temps longues, en pratique.

Faillite

Je partage tout à fait votre analyse sur VIAL. Vous frappez là où le bât blesse ! Il me semble également que cette position relève plus de la roulette que de l’investissement. Je ne considère pas cette ligne représentative de ma façon habituelle d’investir. En réalité, quand je suis entré sur cette valeur, je n’avais pas conscience que son PDG avait été assassiné (faute d’analyse) ! Sinon, je n’y serais pas entré. Mais une fois parti sur le radeau de la méduse, il faut boire le calice jusqu’à la lie… En tous cas, avoir vécu la période du 19/09 au 24/09 (x 4 entre les extremums en 4 jours) était une expérience baroque. Après cette remontée délirante, je suis exactement revenu au niveau de mon PRU (1,2 euros), en clôture, vendredi. Je pense éventuellement vendre mes titres pour me remettre en conformité avec ma philosophie générale.

En revanche, en général (et je ne parle pas ici de VIAL), je pense que la peur de la faillite n’est pas pleinement justifiée. J’ai parfois l’impression que la peur de la faillite produit plus d’effets négatifs que la matérialisation du risque de faillite. Je ne dis pas que ce risque n’existe pas mais qu’il est exagéré. Par exemple, dans mon expérience limitée d’investisseur, je n’ai été actionnaire que d’une entreprise qui a fait une quasi faillite (passée en pink sheet) et de VIAL, dont la faillite est peut-être prochaine.

De plus, je pense, par ma diversification, être protégé contre ce risque. L’un des avantages des positions longues est qu’il n’y a pas de limite à la hausse mais une limite à la baisse. Si vous avez 10 actions, que l’une fait x 10 et que les 9 autres font faillite, vous n’avez pas perdu d’argent. Si 5 entreprises font x 2 et les 5 autres font faillite, vous n’avez rien perdu (et je pense que l’évènement que le cours d’une entreprise fasse x 2, sur mes actions, est plus probable que le risque de faillite).

Enfin, je suis d’accord avec les problèmes de liquidité que vous soulevez (une société en crise peut devoir faire une OPA à un mauvais moment, par exemple). C’est pour cela que j’essaie d’investir dans des sociétés qui ont une structure de bilan saine (généralement, endettement < capitaux propres, par exemple) et stable.

Je pense que CMO et LNC sont plus à même de correspondre à votre profil d’investisseur, tel que je l’ai perçu (sociétés solides avec des dividendes élevés).

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (18/11/2017 10h04)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 06/10/2013 10h53

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   572  

Je ne sais pas si c’est important et pertinent mais je n’ai pas exactement la même définition du value trap.
Pour moi ce n’est pas simplement un titre décoté et oublié par le marché qui peut conserver sa décote 5 ans, voire 10 ans mais un titre qui est décoté à raison parce que l’entreprise va lentement mais surement détruire de la valeur.

Dans le premier cas on peut légitimement espérer que la métaphore de l’élastique soit pertinente et que le titre se rapproche un jour ou l’autre de la valeur qu’on peut espérer (pour moi la juste valeur sera toujours celle du marché), dans le second cas l’élastique perd en vigueur publication après publication jusqu’à devenir une ficelle sans ressort.

En soit ce n’est pas un gros problème d’être rentré sur une valeur oubliée par le marché ni même sur une valur trap ou effectivement on perdra au mieux 100% de son investissement pour un espoir de x2 supérieur.
Le problème se pose pour renforcer sa position à la baisse. Dans le cas simple valeur délaissée, la valeur a toutes les chances de remonter forcément au moins sur ses niveaux bas mais habituel (genre SCBSM ou CMO).
Le vrai problème se présente lorsqu’on s’obstine sur une vraie value trap qui détruit de la valeur.
Sans voir le mal partout des initiés connaissent la situation et vendent avant creusant l’apparente décote et on risque de s’obstiner sur un actif qui ne remontera jamais.

Sinon je pense qu’une OPA est rarement une bonne nouvelle sur ce genre de titre et représente un risque certain. Si on achète un titre espérant faire x2 ou x4 on ne saurait être content de s’en voir offrir 40% voire 80% de prime sur un cours qui est souvent plus bas que son PRU.
Certaines sont faites à des cours raisonnables (genre Sucrière de Pithiviers) d’autres à la limite (genre GNI et CRCL) jusqu’au vol pur et simple (MILU)


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 06/10/2013 18h40

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonjour Wawaoum,

Merci de votre message et de votre accueil.

CMO

CMO est une valeur assez tranquille (vu les niveaux de dividende), surtout pour un achat autour de 30 euros. Personnellement, je pense sortir autour de 50 euros, s’il y a de meilleures opportunités sur le marché, bien que son cours dépassera ce prix, à mon avis, à terme.

UG

Un achat d’UG à ce stade ne me semble pas nécessairement judicieux (j’ai acheté autour de 7 euros). La marge de sécurité ne me semble pas très importante. Probablement je vendrai autour de 20 euros, pour ma part.

LNC

LNC est mon meilleur investissement à ce jour. Entré à 1,5 euros (!) grâce à un Mr Market suicidaire (quelques promoteurs immobiliers avaient fait faillite et ce spectre a massivement fait fuir les actionnaires; j’aime le "risque" de faillite perçu), je pense qu’elle a le potentiel d’atteindre 15 euros dans les 10 ans (surtout si l’on tient compte des dividendes généreux), ce qui serait mon premier x 10. Je suis également curieux de voir ce qui se passera à partir du 8 octobre, date à laquelle Natixis passe à l’attaque (mandat de rachat de titres). Il existe également une possibilité de retrait de la cote vu le faible flottant.

EXAC

Je ne considère pas (encore ?) cette action comme une "value trap", pour ma part. Je pense qu’elle peut rejoindre les 160 euros dans les 10 ans. Mais il est clair par ailleurs que cette valeur est faiblement liquide.

VIAL

Je suis tout à fait d’accord avec vous. Il vaut mieux rester loin du dossier VIAL. J’ai expliqué dans un message précédent que je suis entré sur cette valeur en raison d’une erreur d’analyse et que se placer sur cette valeur relève plus de la roulette russe que de l’investissement. Et il est probable que j’en sorte prochainement, sans trop de dégâts (hormis le manque à gagner: - 30 % par rapport au CAC40).

Par contre, je ne suis pas d’accord sur votre analyse sectorielle: le principal défaut de VIAL ne me semble pas lié au secteur d’activité (mais à l’histoire haute en couleur de son PDG, assassiné par un snipper alors qu’il voguait tranquillement sur son yacht au large de la Corse et s’apprêtait à dîner !).

Performance

Comme indiqué dans ma présentation générale, j’ai une performance annualisée de 16 % depuis le début de la crise, en 2007, dont voici le détail:
2008: -10 %
2009: +100 %
2010: +32 %
2011: -17 %
2012: + 3 %
2013: + 30 %
2014: + 18 %

Je ne considère pas que cette performance soit nécessairement reproductible. Je vise de manière plus raisonnable un taux de 6 % annualisé dans la durée pour mes investissements actions.

Diversification vs concentration

Comme indiqué, j’ai une préférence personnelle pour un nombre de lignes entre 15 et 20. Comment pensez-vous gérer le risque d’une OPA/OPR à vil prix sur l’un de vos 7 titres (ou comment ressentiriez-vous le fait de perdre 14 % de votre portefeuille sur une action) ?

Exposition US / FR

Je ne cherche pas à diversifier fortement géographiquement. Je suis plutôt un stock picker d’actions individuelles qui a tendance à ne pas faire de pronostic sur le niveau macro.

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (18/11/2017 10h04)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 07/10/2013 20h26

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonjour,

VIA

Je suis sorti de VIA aujourd’hui. Etant entré sur une faute d’analyse, une sortie à mon prix d’entrée est finalement déjà très bien (bon il y a tout de même un manque à gagner de l’ordre de 33 % par rapport au CAC40). Et je préfère l’investissement à la roulette bien que cette dernière ait aussi ses charmes ! Mais ce n’est pas ce que je recherche principalement en bourse.

LNC

Quand j’ai acheté LNC à 1,5 euros, personne n’en voulait car d’autres entreprises du secteur avaient fait faillite. Mais une capitalisation boursière inférieure à 10 % du total du bilan était pour moi alléchante. Et finalement, quand les entreprises d’un secteur font faillite, les survivantes n’en bénéficient-elles pas, à terme ?

Concernant les intérêts de Premier Investissement, bien malin qui sera plus malin que Mitterrand:
* Le dividende est distribué en actions mais PI ne souscrit pas au dividende en actions à 100 % !?
* Il reste entre 10 % et 20 % de flottant
* Des achats de titres sont régulièrement effectués par Mitterrand
* Des rachats de titres par la société ont déjà eu lieu
* Programme de rachat via Natixis
* Mitterrand a déjà racheté sa société dans les années 1990

Mais si tout le monde parie sur un retrait probable de la cote, n’est-ce pas déjà l’essentiel !

Enfin, merci à Wawaoum et à CPaulus d’avoir soutenu le cours, aujourd’hui, en attendant que Natixis prenne le relais demain ! Bienvenue à bord et espérons que notre investissement soit conforme à nos attentes.

Catalyseurs

En réfléchissant, grâce à vous aux catalyseurs, je me suis posé les questions suivantes:
* Si j’identifie un catalyseur, suis-je le seul à le détecter ?
* Si je ne suis pas seul, le prix de l’action n’a-t-il pas déjà intégré cette information ?
* Qu’est-ce qui me laisse penser que je ne suis pas le dernier à le détecter ? Est-ce que le catalyseur aura toujours de l’effet pour moi ?
* Ne vaut-il pas mieux investir avant qu’un catalyseur n’ait été identifié avec un upside permettant statistiquement plus facilement l’émergence de nouveaux catalyseurs ?

Pour l’anecdote, l’un de mes meilleurs investissements est dû à un vrai faux catalyseur apparu après mon achat ! Il s’agit de Parrot, achetée à 4,5 euros (lorsque tout le monde prédisait la fin des innovations Parrot) et vendu à 25 euros. Après mon achat, l’entreprise a sorti son drone… et le cours s’est envolé. Personnellement, je n’ai jamais cru que le potentiel commercial du drone serait un jour significatif par rapport à celui des kits mains libres mais j’ai pris le pari que le public le croirait. L’essentiel n’est pas seulement la vérité mais ce que les gens peuvent croire. Quand j’ai vendu à 25 euros, je me suis senti soulagé.

Entreprises bénéficiaires contre entreprises déficitaires

Une entreprise systématiquement déficitaire sur les 5 derniers exercices me semble en effet problématique (à moins que l’écart prix/valeur soit si important qu’il contrebalance ce facteur pour moi négatif). En revanche, une entreprise tantôt bénéficiaire et tantôt déficitaire sur les derniers exercices et par exemple déficitaire sur le dernier ne me semble pas un obstacle important, pour la raison que CPaulus a indiqué (le retour aux bénéfices sera apprécié par le marché et le prix de l’action augmentera).

Invariants

L’un des points qui m’intéresse, quand j’analyse une société, ce sont les données invariantes à long terme (c’est à dire sur l’horizon temps de mon investissement). En effet, une société comme Peugeot n’est pas fort différente aujourd’hui de ce qu’elle était lorsqu’elle cotait à 60 euros. Le bilan me semble bien plus représentatif du fond d’une société que son compte de résultats très volatil et par nature conjoncturel. Je me base donc principalement sur le fond, invariant, pour évaluer une entreprise. Par exemple, des données stables me semblent être le CA, le bilan, le nombre d’employé, etc… Bien sûr, s’il y a croissance dans le positif plutôt que stabilité, je ne m’en plains pas.

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (18/11/2017 10h05)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 10/10/2013 14h06

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   503  

jacko a écrit :

A mon avis, la meilleure manière de perdre de l’argent, c’est d’investir selon des critères autres que économiques et financiers.

Vous avez parfaitement raison.

J’ajouterais qu’une autre meilleure manière de rapidement perdre de l’argent, c’est d’investir selon des critères exclusivement économiques et financiers.

Il ne s’agit pas de trancher l’éternel débat de l’art contre la science, mais de reconnaitre à chacun sa place dans le subtil équilibre sur lequel une stratégie d’investissement intelligente doit nécessairement s’appuyer.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #8 10/10/2013 14h52

Membre
Réputation :   11  

thomz a écrit :

J’ajouterais qu’une autre meilleure manière de rapidement perdre de l’argent, c’est d’investir selon des critères exclusivement économiques et financiers.

Allez dire ça à walter schloss !

L’interessement des managers aux résultats ou la présence d’avantages concurrentiels sont, pour moi, des critères économiques et financiers.

Je ne vois pas quels critères autres peuvent bien servir votre art.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 28/06/2014 00h35

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonjour Namo,

Merci de votre message et de votre intérêt qui m’a donné l’occasion de réactualiser mon portefeuille sur le premier message de cette file.

J’avais rédigé une analyse rapide de TEU dans ce message: Box ships : percutera-t-elle un iceberg ?

Depuis la rédaction de ce message, la société a fait une augmentation de capital en avril et a annoncé un programme de rachat d’actions en juin ! Les voies du management grec sont impénétrables.

Il faut avoir le cœur bien accroché et ne pas craindre le naufrage qui demeure l’une des issues possibles. Si c’était à refaire, je reprendrais pour ma part le TEUTANIC (en assumant le risque de percuter un iceberg) car j’aime bien avoir quelques dossiers "tout ou rien" (si leur espérance mathématique me semble positive) et j’ai un côté "tête de mule" qui me fait généralement garder le cap par gros temps. Mon opinion est la suivante: si la société passe la tempête, quelque chose de bien pourrait arriver à l’actionnaire entré à ces niveaux de prix.

Si vous voulez un dossier moins houleux (mais avec un potentiel moindre, à mon avis), allez-voir du côté de NISTI, par exemple (le gros de la tempête semble passé sur ce dossier, sans préjuger pour autant de l’évolution des prix, alors que sur TEU, nous sommes encore en pleine tourmente): Nieuwe Steen : foncière néerlandaise investie en Hollande, Belgique…

Suite à la vente récente de mes actions HF, je vais repartir à la chasse à l’opportunité, en espérant trouver un nouveau cheval.

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (28/06/2014 00h39)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 01/09/2014 22h24

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonjour,

Vous trouverez ci-dessous l’ensemble de mes transactions passées (achat et vente) depuis début 2007 ainsi que mes performances annuelles.

A noter:
- S’il y a plusieurs achats et plusieurs ventes, les lignes sont fractionnées par vente. S’il y a plusieurs achats, la date est celle de l’un des achats et le PRU est celui de l’ensemble des achats cumulés.
- Les actions achetées sur marché US sont en $ et les actions sur marché UE en €.
- Les actions achetées mais non encore vendues ne se trouvent pas dans cette liste mais dans mon portefeuille, disponible en début de file: Portefeuille d’actions de Vauban

Titre  / Quantité / Date d’achat / PRU / Date de vente / Prix de vente

BNP          120         25/01/2007    85,15    07/06/2007    86,00
FTE        885        28/05/2007    22,52    22/01/2008    22,64
GAZ        575        24/09/2007    34,65    21/01/2008    36,50
SAN        350        02/10/2007    59,80    18/10/2007    60,02
FP        360        10/10/2007    55,06    16/01/2008    54,42
MTP        500        04/01/2008    51,51    14/04/2008    52,18
FTE        1100        08/04/2008    22,40    06/06/2008    18,01
NRG        1600        04/06/2008    6,40        15/07/2008    5,01
KN        2100        07/08/2008    5,72        04/09/2008    6,17
TRI        1250        05/08/2008    9,18        15/09/2008    9,93
AF        1250        29/12/2008    9,54        05/01/2009    9,89
RNO        650        31/12/2008    18,73    05/01/2009    19,61
SPR        270        29/12/2008    44,62    05/01/2009    46,28
VIV        525        29/12/2008    22,98    05/01/2009    24,00
NRG        1900        21/07/2008    6,12        14/09/2009    6,49
GG        150        01/09/2008    81,21    17/09/2009    68,49
KN        4800        26/09/2008    2,52        17/09/2009    3,48
JCQ        370        05/01/2009    33,00    17/09/2009    42,98
PSAT        1200        05/01/2009    2,57        17/09/2009    8,48
EXE        500        29/12/2008    23,97    17/09/2009    28,98
PSAT        1200        05/01/2009    2,57        12/10/2010    8,95
PSAT        1200        05/01/2009    2,57        15/10/2010    9,48
PSAT        1200        05/01/2009    2,57        16/10/2010    9,89
SAMP        117        18/09/2009    21,76    04/06/2010    26,70
PVL        929        18/09/2009    15,39    16/09/2010    19,95
PARRO    2680        29/12/2008    4,49        23/12/2010    24,95
PIG        1400        06/08/2008    8,41        06/01/2011    11,48
NSGP        20        17/09/2009    40,28    27/05/2011    57,95
CAMT    240        22/09/2008    51,00    15/08/2011    55,55
CRSU        150        11/08/2008    80,74    15/08/2011    104,50
CIV        400        02/04/2009    30,00    15/08/2011    45,36
CRLO        300        24/07/2008    39,40    15/08/2011    38,87
CMO        547        22/07/2008    32,50    15/08/2011    40,00
CNF        970        06/08/2008    14,40    15/08/2011    17,11
NXI        800        04/08/2008    14,23    15/08/2011    28,37
ACA        16397    04/09/2008    7,11        12/09/2011    4,91
DEXB        5150        07/08/2008    4,37        12/09/2011    1,43
GLE        229        15/09/2008    59,18    12/09/2011    17,45
ACMR    10500    07/01/2011    2,40        22/11/2011    1,60
PARL        17800    28/12/2010    3,00        27/12/2011    6,20
CONN    6211        28/12/2010    4,39        27/12/2011    10,68
NSGP        35        17/09/2009    40,28    16/02/2012    57,95
GVLT        49        18/09/2009    24,96    16/02/2012    60,00
GVLT        501        18/09/2009    24,96    13/03/2012    59,50
BAMM    30000    15/09/2011    2,62        01/05/2012    3,05
AEY        21000    30/12/2011    2,10        15/05/2012    2,26
PCC        5245        27/12/2011    7,20        15/05/2012    8,16
UPG        7557        30/12/2011    1,87        15/05/2012    1,96
SMSI        700        15/09/2011    1,82        11/06/2012    1,78
LAF        1699        22/09/2009    11,47    18/09/2012    25,17
GAIA        2000        22/03/2012    4,02        21/09/2012    3,48
CRV        400        30/12/2011    2,24        21/09/2012    2,06
UPG        6095        30/12/2011    1,87        21/09/2012    2,18
CMO        150        24/06/2012    31,31    08/11/2012    33,92
HF        200        24/06/2012    5,27        08/11/2012    5,68
LAT        670        18/09/2009    7,32        08/11/2012    7,51
LAT        500        18/09/2009    7,32        09/11/2012    7,58
SMSI        20300    15/09/2011    1,82        28/01/2013    1,52
MEAD    12150    22/02/2011    4,15        20/05/2013    3,38
CRC        15210    28/12/2010    2,00        20/05/2013    0,57
GAIA        8000        22/03/2012    4,02        10/06/2013    4,25
AGFB        8130        17/10/2011    1,93        10/06/2013    1,43
LATBS    1933        08/08/2010    0,66        10/06/2013    1,43
LAT        2696        18/09/2009    7,32        10/06/2013    9,00
YCRI        135        17/03/2010    55,00    10/06/2013    82,10
CRI        3392        13/10/2009    7,15        10/06/2013    3,12
DBT        4804        29/09/2010    4,74        10/06/2013    2,10
GUYD    300        02/06/2011    2,10        10/06/2013    1,00
TAIT        10156    01/03/2010    1,50        10/06/2013    0,90
GUYD    5000        02/06/2011    2,10        14/06/2013    0,96
GUYD    700        02/06/2011    2,10        26/06/2013    0,91
CMO        13        24/06/2012    31,31    01/07/2013    35,60
ALCS        6580        18/02/2011    12,11    25/07/2013    13,80
VIA        37423    20/06/2012    1,20        07/10/2013    1,20
CMO        735        24/06/2012    31,31    28/10/2013    44,00
TRI        5000        26/09/2008    9,30        14/01/2014    19,97
UG        5600        20/06/2012    7,81        21/01/2014    10,10
TBAC        16700    24/02/2011    3,15        22/01/2014    0,23
HAST        43073    15/09/2011    1,87        17/03/2014    3,01
LNC        3000        05/01/2009    3,18        20/03/2014    10,25
LNC        3000        05/01/2009    3,18        21/03/2014    10,25
LNC        4000        05/01/2009    3,18        24/03/2014    10,35
LNC        3760        05/01/2009    3,18        25/03/2014    10,95
HF        7400        24/06/2012    5,27        27/06/2014    9,90
TEU        20420    19/03/2014    2,40        31/07/2014    1,39
BAMM    10812    21/09/2012    2,92        31/07/2014    2,05
AIG        280        20/05/2013    45,25    31/07/2014    52,29
NISTI    25480    24/03/2014    4,33        01/08/2014    4,30
GIRO        316        04/11/2013    27,60    01/08/2014    24,95
PAN        50        16/01/2014    1,35        01/08/2014    1,29
CVG        4033        08/10/2013    3,90        01/08/2014    4,60
VET        330        05/01/2009    8,81        01/08/2014    9,60
GIRO        139        04/11/2013    27,60    04/08/2014    23,95
VET        180        05/01/2009    8,81        04/08/2014    9,20
PAN        7500        16/01/2014    1,35        21/08/2014    1,35
VET        1023        05/01/2009    8,81        01/09/2014    9,20
PAN        10000    16/01/2014    1,35        02/09/2014    1,35
PAN        19168    16/01/2014    1,35        03/09/2014    1,35
CMCT    1316         28/01/2013    15        10/10/2014    19,3
ES        850        12/02/2014    41        13/10/2014    31,22
BAF        12500    01/07/2014    3,33        13/10/2014    2,64
AIG        893        20/05/2013    45,25    16/10/2014    49,421
3599        1430        16/10/2014    628        12/11/2014    775
BAMM    22856    21/09/2012    2,924    12/11/2014    1,5
VET          100           05/01/2009       8,813        01/12/2014       6,8
(3)           472           06/08/2014    7,2           02/12/2014        7,4
CVG         7447          08/10/2013    3,9           07/04/2015        5,5
(2)        8271      04/08/2014    2,517    21/04/2015    2,54
PAN       10000    16/01/2014    1,35      22/04/2015    2,67
EXAC      287      17/09/2009    68,62    23/04/2015    78
VET       100       05/01/2009    8,813    23/04/2015    4,87
TEU       33690    19/03/2014    2,4        23/04/2015    1
DBT       22         15/01/2014    2,5        23/04/2015    2
EXAC     196       17/09/2009    68,62    24/04/2015    78
(3)        681       06/08/2014    7,2        24/04/2015    7,2
EXAC     34         17/09/2009    68,62    27/04/2015    78
PAN       15716    16/01/2014    1,35      27/04/2015    2,53
(3)        3847     06/08/2014    7,2        30/04/2015    7
ORCL     1113     21/08/2014    41,77    30/04/2015    43,66
VRSN     850       11/08/2014    55,228    30/04/2015    63,25
(0)         12306    19/09/2014    4,01      07/05/2015    1,841
(2)        10587    04/08/2014    2,517    07/05/2015    2,4
(1)        1766     01/08/2014    19,61    29/06/2015    26,808
NISTI    7990     24/03/2014    4,33      29/06/2015    3,5
DBT       5291     15/01/2014    2,5        19/07/2015    1,9
GIRO     507       04/11/2013    27,6      19/07/2015    19,79
VET       2381     05/01/2009    8,813    19/07/2015    4,44
VET       1413     05/01/2009    8,813    10/08/2015    1,99
2117        400        14/10/2014    2401,92    16/11/2015    4095
VRSN        1000        08/05/2015    63,917    24/11/2015    87,94
POT        2700        02/11/2015    26,91    14/12/2015    23,84
(6)        27        02/09/2015    3,35        14/12/2015    2,83
(5)        3610        01/09/2015    3,76        14/12/2015    2,04
(7)        30000    20/09/2015    0,82        14/12/2015    0,28
YELP        2280        12/10/2015    24,69    14/01/2015    22,02
OUTR    925        02/11/2015    59,64    14/01/2015    31,8
NSI        13123    21/07/2015    3,81        15/01/2016    3,7
(4)        3860        20/07/2015    18,24    15/01/2016    14,2
IBM        383            28/09/2015    144,33    21/01/2016    120,1
6298        1500        14/10/2014        600,32        25/07/2016        1506
4033        1400        14/10/2014    650,52    26/07/2016     831
6490        900        03/02/2015    888,111    26/07/2016    1030
3768        1300        03/02/2015    580        26/07/2016    632
3828        700        03/02/2015    1296        26/07/2016    1487
4094        1000        03/02/2015    875        20/02/2017    1385
1828        1300        14/10/2014    731        28/02/2017    1585
5971        2000        25/11/2015    624        09/03/2017    1105
1960        2000        14/10/2014    450,36    03/07/2017    730
4234        300        14/10/2014    505,404    25/08/2017    838,41
4234        1500        14/10/2014    496        25/08/2017    838,41
9880        2700        25/11/2015    529        11/09/2017    963,34
6265        3000        12/02/2015    290        25/09/2017    387
4705        800        12/02/2015    1116        25/09/2017    900
2185        300        13/02/2015    3290        25/09/2017    4210
6882        2000        14/10/2014    480,384    25/09/2017    945
9776        1000        04/02/2015    920        13/10/2017    1450
6863        2200        25/11/2015    643        14/11/2017    1078
DBT        11585    15/01/2014    2,5        06/02/2018    5,33
GIRO        999        04/11/2013    27,6        06/02/2018    24,28
LAT        5500        02/05/2017    3,62        06/02/2018    4,95
HF        2200        09/10/2017    9,17        06/02/2018    9,02
PSAT        3500        09/10/2017    5,75        06/02/2018    5,4317
TWTR    1000        27/07/2017    16,9        06/02/2018    25
7399        1000        14/10/2014    425,34    07/02/2018    620
7399        1000        17/10/2014    424        07/02/2018    620
6930        1400        14/10/2014    650,52    07/02/2018    697
7420        1300        14/10/2014    695,23    07/02/2018    1075
2329        900        03/02/2015    878,333    07/02/2018    851
2329        2000        03/07/2017    726,8    07/02/2018    851
6943        100        12/02/2015    7000        07/02/2018    6580
6943        300        09/03/2017    5070        07/02/2018    6580
2055        6000        25/11/2015    250        07/02/2018    337
3892        3000        25/11/2015    478        07/02/2018    689
4621        2000        25/11/2015    649        07/02/2018    1060
4624        600        25/11/2015    2730        07/02/2018    3705
5357        4000        25/11/2015    352        07/02/2018    607
5816        6000        25/09/2017    457,4    07/02/2018    452
5900        3100        10/10/2017    850        07/02/2018    850
4957        3500        10/10/2017    768,23    07/02/2018    754
5951        3100        14/11/2017    855        07/02/2018    854
6256        100        14/11/2017    6660        07/02/2018    6851
6256        100        14/11/2017    6660        07/02/2018    6851
7877        3400        16/10/2014    267        09/02/2018    377
1906        6330        16/10/2014    140        08/02/2018    135
5983        184        16/10/2014    4720        08/02/2018    6648
7565        1530        16/10/2014    580        07/02/2018    978
7901        360        16/10/2014    2530        08/02/2018    3390
7887        216        16/10/2014    4170        04/04/2018    6100
5973        5000        25/09/2017    545        09/04/2018    537
7957        1500        25/09/2017    1794,3    09/04/2018    1891
6416        20000    25/09/2017    150        09/04/2018    161
6964        6000        25/09/2017    473,6    09/04/2018    575
3600        1400        25/09/2017    1955        09/04/2018    2020
6303        1200        25/09/2017    2421        09/04/2018    2725
6022        1400        25/09/2017    1992        09/04/2018    1968
9885        5500        25/09/2017    499        09/04/2018    528
9909        1800        14/11/2017    1470        10/07/2018    4093
4239        4300        30/07/2019    560        02/09/2019    997
6256        400        11/03/2019    6000        15/11/2019    11890
5983        1000        20/02/2019    5017        21/01/2020    11668
4120        2600        22/01/2020    1122        31/01/2020    2150
BNP        700        11/03/2019    42,51    27/02/2020    47,2
GLE        1200        11/03/2019    25,54    27/02/2020    27,94
6466        2200        25/09/2017    1282,4    28/02/2020    1542,64
7703        3400        10/10/2017    790        28/02/2020    1008,15
3841        2400        14/11/2017    1100        28/02/2020    1076,67
3848        400        14/11/2017    1600        28/02/2020    1486,5
5951        3400        20/02/2019    740,32    28/02/2020    600,09
5951        4100        16/05/2019    614,4    28/02/2020    600,09
2055        10500    20/02/2019    242,1    28/02/2020    250,4
2329        4300        20/02/2019    602,5    28/02/2020    625,67
7399        4700        20/02/2019    545,7    28/02/2020    503,72
6964        5600        11/03/2019    458,9    28/02/2020    447,27
6964        4300        06/09/2019    423,8    28/02/2020    447,27
5973        5300        11/03/2019    485,8    28/02/2020    436,08
7887        500        11/03/2019    5689,8    28/02/2020    5758
7877        1500        11/03/2019    1691        28/02/2020    1644,93
5816        6400        11/03/2019    397,5    28/02/2020    340,83
5357        4500        11/03/2019    559        28/02/2020    630,2
7420        2700        11/03/2019    946,7    28/02/2020    761,96
9074        900        13/03/2019    2872        28/02/2020    2858,33
6496        900        13/03/2019    2869,1    28/02/2020    2620,9
7841        4500        13/03/2019    577        28/02/2020    510,11
5921        1000        29/07/2019    2450        28/02/2020    2399,7
8046        1100        29/07/2019    2219        28/02/2020    2063,09
6346        700        29/07/2019    3920        28/02/2020    3795
7902        3200        29/07/2019    770        28/02/2020    745,19
6863        2700        29/07/2019    920        28/02/2020    742
2497        1600        30/07/2019    1454        28/02/2020    977,31
7266        2800        30/07/2019    892,5    28/02/2020    779,18
8013        5300        02/08/2019    446        28/02/2020    387
5971        600        02/08/2019    4195        28/02/2020    3930
9995        4100        06/11/2019    450        28/02/2020    406,54
1782        400        18/11/2019    6000        28/02/2020    5500
4224        1400        18/11/2019    1750        28/02/2020    1817,79
7758        2400        22/01/2020    1220,04    28/02/2020    969,2483333
3424        2800        22/01/2020    939,5    28/02/2020    1323
4365        300        22/01/2020    11950    28/02/2020    11173,3
(1)        5300        03/02/2020    531        28/02/2020    432,6792453
4957        1100        20/02/2019    734,8    28/02/2020    628,0909091
5900        2000        11/03/2019    663        28/02/2020    740,05
8152        1400        29/07/2019    1820        28/02/2020    1806,069286
(2)        3700        03/02/2020    757        28/02/2020    653,54
4621        100        20/02/2019    775,8    28/02/2020    786
6022        200        20/02/2019    1960        28/02/2020    1709
7703        5000        22/06/2020    880        06/08/2020    1697
TSLA Oct09’20 365 CALL        1        10/09/2020        5765    11/09/2020    4396
4120        5400    31/03/2020    1122,33    23/09/2020    1305
BNP            1614    27/03/2020    30,293    11/09/2020    30,525
GLE            2828    27/03/2020    17,1        11/09/2020    11,072
3841        4400    09/04/2020    940,2    29/10/2020    1600
3440        8000    09/04/2020    524,4    29/10/2020    705,61
6022        1100    20/02/2019    1960    29/10/2020    1448
5900        1800    11/03/2019    663        29/10/2020    797,33
MT AEB Dec20’24 16 PUT @FTA    -10    28/09/2020    7,54    29/10/2020    7,6
CRTO        7000    30/03/2020    7,918    29/10/2020    15
DDS Jan20’23 45 PUT @DTB -6 20    03/10/2020    29/10/2020    20,5
7902        6000    14/04/2020    699,7    30/10/2020    758
4957        2400    20/02/2019    734,8    30/10/2020    558
4621        1800    20/02/2019    775,8    30/10/2020    731
4621        1400    20/02/2019    775,8    02/11/2020    717,93
4624        700        11/03/2019    3720    04/11/2020    2957,29
STX Jan20’23 35 CALL        30    30/10/2020    15    06/11/2020    19,258
AF SBF (AFR) Jun18’21 5,2 PUT @DTB        63    05/11/2020    2,35    10/11/2020    1.59
DDOG Jan20’23 90 CALL        10    09/11/2020    33,5    10/11/2020    28,9
SHOP Jan20’23 950 CALL        2    09/11/2020    288,5    10/11/2020    253
DDOG Jan20’23 90 CALL        10    10/11/2020    29,9    11/11/2020    22,685
5816    14000    09/04/2020    302,5    05/02/2021    568
6863    9100    31/03/2020    660,8    12/04/2021    1126,24
MT AEB Dec20’24 20 CALL @FTA            100    02/11/2020    1,65    07/05/2021    10,4
CSCO Jan20’23 30 CALL        60    30/10/2020    8,4    07/05/2021    22,5
GLE SBF (SGE) Dec20’24 14 CALL @DTB    50    11/09/2020        2,90        10/05/2021        11,51
GOOG Jan20’23 1100 CALL     1    08/10/2020    515    11/05/2021    1218
DDOG Jan20’23 90 CALL        15    11/11/2020    23,17    11/05/2021    15
SHOP Jan20’23 950 CALL        2    11/11/2020    238    11/05/2021    289
AMC        -300        02/06/2021    63,42    07/06/2021    57,662

EDIT du 03/09/2014: le nombre de titres tient maintenant compte des dividendes versés en actions.

Date / Pourcentage des liquidités investi en actions

01/01/2020        100%
28/02/2020        7%
27/03/2020        17%
30/03/2020        20%
31/03/2020        39%
01/04/2020        40%
03/04/2020        43%
09/04/2020        84%
10/04/2020        95%
14/04/2020        99%
26/05/2020        98%
22/06/2020        105%
06/08/2020        98%
07/08/2020        105%
11/09/2020        107%
23/09/2020        103%
02/10/2020        95%
05/10/2020        96%
08/10/2020        100%
20/10/2020        87%
02/11/2020        91%
04/11/2020        89%
05/11/2020        94%
06/11/2020        90%
09/11/2020        96%
05/02/2021        92%
07/02/2021        97%
12/04/2021        92%
19/04/2021        96%
10/05/2021        93%
11/05/2021        84%
17/05/2021        96%
08/06/2021        99%
14/06/2021        106%
17/06/2021        110%

Année / Performance des actions / Performance des actions et liquidités / Performance du CAC40

2008        -9,47%     N.d.            -42,64%
2009        99,75%     N.d.            21,44%
2010        32,32%     N.d.            -3,72%
2011        -16,59%    N.d.            -17,88%
2012        2,58%      N.d.            15,29%
2013        30,33%     N.d.            15,98%
2014        -5,59 %    N.d.            -0,86 %
2015         6,7 %      N.d.            6,7 %
2016        2,38 %     N.d.            4,86 %
2017        50,31 %    N.d.            8,32 %
2018        8,59 %      N.d.            -11,06 %
2019         21,94 %      N.d.            26,37 %
2020         10,84 %    35,06 %            -7,73 %
2021         28,87 %    31,66 % (au 08/06/2021)

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (Hier 10h27)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 03/09/2014 00h02

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonjour,

Performance 2013

Maxicool, je pense que le décalage que vous percevez entre ma performance telle que je l’ai calculée et la performance des titres vendus en 2013 s’explique de la manière suivante:
1/ Vous tenez compte uniquement des actions vendues en 2013. Il faudrait également tenir compte de la performance 2013 des actions achetées avant 2013 et vendues après 2013 (ou encore en portefeuille) et des actions achetées en 2013 et vendues après 2013 (ou encore en portefeuille). Par exemple, j’avais l’année passée une ligne fortement pondérée d’actions LNC achetées avant 2013 et vendues en 2014 qui a fait une performance 2013 de + 50 % environ. Idem pour TRI (performance 2013 de + 50 %). J’ai bien conscience qu’un exemple ne prouve rien mais illustre simplement que des éléments importants et déterminants n’ont pas été pris en compte dans votre calcul de la performance 2013.
2/ Même si la performance d’une action vendue en 2013 a été négative par rapport à la date de son achat, cela ne signifie pas nécessairement qu’elle a été négative ou fortement négative en 2013.
3/ Mes lignes n’étaient pas équipondérées.

En mai / juin 2013, j’ai effectué un "nettoyage de printemps" en me séparant d’un assez grand nombre d’actions de mon portefeuille (ce qui peut en effet biaiser la perception qu’on peut avoir de la performance de mon portefeuille en regardant uniquement les ventes de 2013).

Performance 2014

Les actions "vendues en 2014" ont pu l’être partiellement. Je suis actuellement en train de terminer un exercice visant à repartir d’un portefeuille globalement équiréparti à 20 lignes. J’ai donc vendu toutes les lignes dépassant 1/20ème de mon capital en actions pour libérer des liquidités pour augmenter le nombre de lignes (l’idée était d’ailleurs moins de viser l’équirépartition stricte que d’augmenter mon nombre de lignes).

Enfin, mes transactions historiques se bornent aux transactions passées (achat et vente). Mes actions achetées et non encore vendues sont listées dans mon message initial: Portefeuille d’actions de Vauban

Méthode de calcul de la performance

Je ne prétends pas que ma méthode de calcul de la performance soit idéale mais elle correspond néanmoins globalement à ce que je souhaite mesurer.

De mon point de vue, ce qui est intéressant est l’accroissement du capital hors effet des entrées / sorties de capitaux et non nécessairement strictement la performance des actions (avec comme prérequis que les investissements se fassent sans levier direct, ce qui a toujours été le cas de mes investissements actions).

Imaginons par exemple qu’un investisseur est liquide à 95 % dans un marché actions fortement baissier (disons - 20 % pour l’indice de référence) et que ses 5 % d’actions génèrent une performance inférieure à celle de l’indice de référence (disons - 40 %).

De mon point de vue, l’investisseur a fait une performance exceptionnelle cette année (par rapport à l’indice de référence), ce que la performance du seul volet actions ne permettrait pas de mesurer.

Faut-il tenir compte dans la performance: de la fiscalité, des frais de courtage/gestion, des dividendes, de l’effet devises, et, plus important encore, de la pondération des lignes ou d’une éventuelle poche de liquidité ?

En conclusion, je ne vois pas pour ma part d’erreur manifeste de logique dans mon calcul de la performance mais comme la performance est une notion qui a plusieurs définitions, j’admets sans mal que ma définition ne corresponde pas à celle d’autres personnes (et même potentiellement à celle d’une large majorité). J’ai expliqué ma méthode de calcul avec ses limites, qui, je pense, donne une impression globale sur la gestion en montrant une augmentation de capital d’un facteur légèrement inférieur à x 3 depuis 2008. Je n’en fais pas une religion. J’ai explicité ma définition et je pense qu’elle donne un éclairage marginalement complémentaire à l’historique de mes transactions d’une part et à mon portefeuille d’actions actuel d’autre part.

BAMM

Tout d’abord, j’ai été un actionnaire historique de BAMM, avant l’OPR avortée. J’ai vendu à l’annonce de l’OPR. J’ai racheté après que l’OPR ait raté, à un prix inférieur au prix cible de l’OPR. L’OPR a renforcé mes convictions initiales sur le dossier (si le management est prêt à racheter au-dessus de $3, peut-être la valeur est-elle en effet supérieure à $3) et a ajouté un risque (le management pourrait faire descendre le cours pour racheter à vil prix…).

Voici mon point de vue sur la société à ce jour:

++ Coussin de sécurité: Actifs courants (attention, les stocks n’ont pas été dépréciés, ce qui est une hypothèse optimiste) - Dettes: $ 28.8 M (= capitalisation boursière de $ 29.4 M)
++ Immobilier au bilan (sans préjuger de sa valeur réelle): $ 77.4 M (dont $ 268.5 M avant dépréciations d’actifs) = 2.6 x la capitalisation boursière (mais pas de dette)
++ Capitalisation boursière < 10 % du total du bilan
+ Courbe historique des prix comme je les aime (alternance de creux et de pics avec 4 pics supérieurs à x 4 du cours actuel sur les 20 dernières années)
+ L’entreprise n’a pas été, jusque-là, chroniquement déficitaire (les années de bénéfice alternent avec les années de déficit)
+ Structure de bilan relativement stable sur les dernières années
+ Prix de l’OPR avortée > $3
o CA = 1.5 x le bilan (bilan sensible aux variations de revenus, à la hausse comme à la baisse)
- Risque de manipulation de cours pour racheter à vil prix
- Taux de rotation des stocks 2013: 218 jours en stock
- Les capitaux propres représentent 1/3 du bilan (levier indirect x 3)
--- Type de business: fortement concurrentiel et subit de plein fouet la concurrence d’Amazon

Avec BAMM, j’ai l’impression d’avoir un business certes en déclin, mais à prix bradé. En cas de retour aux bénéfices (ce qui reste à prouver), le prix de l’action pourrait fortement augmenter. L’espérance mathématique sur ce type de dossier me semble positive, vu la marge de sécurité (ce qui ne veut pas dire que le prix de cette action ne va pas aller à 0, risque couvert par la diversification).

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (18/11/2017 10h01)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 03/09/2014 08h34

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   255  

Merci Vauban pour votre retour.

- Concernant BAMM, j’ai également acheté avant l’OPA et regrette d’avoir conservé mes titres. Je m’interroge sur l’intérêt de ma ligne, même si le titre n’est pas cher. Je vais regarder de nouveau le dossier de près.

- Au sujet de votre méthode de calcul performance, vous avez le droit d’utiliser ce que vous voulez, vous êtes maître chez vous. Mais dans ce cas, vous ne pouvez appeler votre résultat une performance. Certes, il existe plusieurs définitions de performance, mais derrière chacune d’entre elles se cache une logique mathématique implacable. Ce qui, pardonnez-moi d’être si brutal, n’est pas le cas dans votre méthode. Il y a en effet un décalage entre ce que vous souhaitez mesurer et ce que vous mesurez réellement. En voici deux preuves :
    1. Les apports et les retraits ont "travaillé" pendant l’année. Or, vous les traitez comme si ce n’était pas le cas.
    2. L’exemple que vous décrivez se concentre uniquement sur la partie "actions". Je le reprends en l’étoffant un peu. Supposez que vous ayiez un capital initial de 100 EUR, investi à 5%. En fin d’année, en essuyant une perte de 40% sur votre placement, vous vous retrouvez avec 98 EUR. Votre performance est donc -2%. Nous sommes d’accord ?
Maintenant, si, en tout début d’année, vous mettez au pot 100 EUR de plus en liquide et que vous les retirez à la fin, votre performance sera logiquement de -1% (car c’est bien 200 EUR qui auront travaillé, même si tout n’a pas été placé), alors que d’après votre méthode, elle sera de -2% (= (198 en fin d’année - 100 d’apports + 100 de retraits) / 100 en début d’année - 1).
Qu’en dites-vous ?

Dernière modification par valeurbourse (03/09/2014 08h37)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #13 03/09/2014 18h56

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   255  

Vauban,

remarquez que je n’ai donné aucune définition. Mais si tel avait été le cas, je vous aurais suggéré une définition communément admise, en particulier par les membres de ce forum. Et il y en a deux, associées aux méthodes du TRI ou du calcul de la part. La différence entre les deux réside dans la manière de prendre en compte les liquidités qui ne travaillent pas. Elles donnent des performances assez proches, et sont toutes deux logiques d’un point de vue mathématique.
Si vous ne l’avez pas déjà fait, je vous invite à regarder la file idoine sur ce forum (je n’ai pas le lien à portée de souris).

Pour moi, la définition de performance n’a de sens que si elle est logique et partagée. Avec les deux que j’ai mentionnées, vous êtes tranquille là-dessus. Après, libre à vous d’y inclure les frais de courtage, les impôts ou autres, tant que vous le précisez.

Voilà, je crois qu’on a fini par se mettre d’accord smile. Je reconnais que c’est un sujet difficile, et je vais vous donner un scoop : le post qui le traite sur mon blog est celui qui a de très très loin le plus de visites.

Cordialement,
Boris

Dernière modification par valeurbourse (03/09/2014 19h57)

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #14 14/12/2015 14h09

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonjour,

L’alignement astral de Sat(urne) me permet à présent de poster la suite.

Ce message fait suite au précédent message posté, la base de données ayant eu quelques difficultés à digérer le message initial, ce qu’on ne saurait lui reprocher !

3768:Tse (2300 M JPY)

Total assets/K:       210,5% (4842,1 M JPY)   
  Current assets:     52,8%    Cash: 44,3%    Receivables: 0%    Inventories: 0,2%
  Net properties:     22,8%    Gross/K: 31,2%    Depreciation/K: 8,4%
  Total liabilities:  21,5%
Assets-Liabilities:   31,3%    (A-L)/K: 65,8%    (A+I(net)-L)/K: 113,8%    (A+I(gross)-L)/K: 131,5%

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Ops Cash-flow / K:    23,67%    17,77%    19,19%    15,9%    16,84%   
CapEx / K:            11,03%    10,9%    11%    10,29%    56,41%   
CapEx / Ops CF:       46,6%    61,31%    57,33%    64,75%    334,87%   
FCF / K:              12,64%    6,88%    8,19%    5,6%    -39,56%    K/FCF (5 y): -79,95 x    (K+L)/FCF (5 y): -116,15 x    (K+L-A)/FCF (5 y): -27,35 x    (K+L-A-I(net))/FCF (5 y): 11,02 x
Debt issued / K:      0%    0%    0%    0%    26,09%    Total debt issued / K: 26,09%
Debt repayment / K:   2,56%    3,91%    0,33%    -0%    1,02%    Total debt repayed / K: 7,81%    Total variation debt / K: 18,27%   
Stock issued / K:     0%    0%    0,43%    7,82%    0%    Total stock issued / K: 8,25%   
Stock repaid / K:     0,03%    -0%    -0%    -0%    3,32%    Total stock / K: 3,35%    Total variation stock / K: 4,9%   
Dividend / K:         -0%    0,83%    1,25%    1,35%    1,55%    FCF (5 y)/dividend (last): -0,81 x    FCF (last)/dividend (last): -25,49 x   

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Revenue / K:          107,01%    108,07%    105,74%    106,57%    113,04%   
  R&D / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
  SGA / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
Ops rev / Revenues:   9,69%    8,85%    10,16%    9,56%    9,28%   
Interest / Revenues:  0,11%    0,06%    0,01%    0%    0,1%   
Net income / Rev:     5,05%    4,73%    5,42%    6,64%    5,76%   

Liabilities: 21,5%   
(A-L)/K:  65,8%  (A+I(net)-L)/K: 113,8%  (A+I(gross)-L)/K: 131,5%
K/FCF (5 y): -79,95 x  (K+L)/FCF (5 y): -116,15 x
Delta stock / K: 4,9%  Delta debt / K: 18,27%
Ops margin: 9,28%      R&D: 0%   
Revenues growth: 1%  -2,16%  0,79%  6,07% 
Capex/Rev ops: 106,7%
Dividend: 1,55%  FCF (5 y)/dividend (last): -0,81 x  FCF (last)/dividend (last): -25,49 x

Le niveau d’endettement est faible.
Légère décote sur actifs tangibles.
Le flux a plusieurs caractéristiques remarquables: le FCF a été volatil, son niveau en 2014 a été décevant avec des CapEx très élevés cette année (je pense qu’il s’agit d’un investissement apériodique vu le secteur d’activité de l’entreprise), la marge opérationnelle est de 9 %, le CA en faible croissance. Le parachute constitué par la décote sur actifs tangibles a ici été activé !

6265:Tse (2300 M JPY)

Total assets/K:       174,9% (4022 M JPY)   
  Current assets:     43,2%    Cash: 18,8%    Receivables: 13,4%    Inventories: 8,6%
  Net properties:     47%    Gross/K: 87,1%    Depreciation/K: 40,1%
  Total liabilities:  11,4%
Assets-Liabilities:   31,8%    (A-L)/K: 55,6%    (A+I(net)-L)/K: 137,8%    (A+I(gross)-L)/K: 208%

                      2010-03    2011-12    2012-12    2013-12    2014-12   
Ops Cash-flow / K:    23,7%    29,37%    24,05%    26,28%    12,26%   
CapEx / K:            2,98%    12,56%    4,79%    9,83%    10,69%   
CapEx / Ops CF:       12,56%    42,76%    19,94%    37,42%    87,15%   
FCF / K:              20,73%    16,81%    19,25%    16,45%    1,58%    K/FCF (5 y): 6,68 x    (K+L)/FCF (5 y): 8,01 x    (K+L-A)/FCF (5 y): 2,97 x    (K+L-A-I(net))/FCF (5 y): -2,52 x
Debt issued / K:      8,7%    0%    0%    0%    0%    Total debt issued / K: 8,7%
Debt repayment / K:   14,44%    13,33%    12,42%    -0%    -0%    Total debt repayed / K: 40,19%    Total variation debt / K: -31,49%   
Stock issued / K:     0%    0%    0%    0,56%    0%    Total stock issued / K: 0,56%   
Stock repaid / K:     -0%    3,28%    0,49%    1,96%    0,59%    Total stock / K: 6,32%    Total variation stock / K: -5,76%   
Dividend / K:         0,4%    2,81%    3,01%    2,31%    3,08%    FCF (5 y)/dividend (last): 4,85 x    FCF (last)/dividend (last): 0,51 x   

                      2010-03    2011-12    2012-12    2013-12    2014-12   
Revenue / K:          95,55%    114,07%    92,21%    91,13%    103,09%   
  R&D / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
  SGA / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
Ops rev / Revenues:   12,41%    19,77%    17,42%    16,34%    15,81%   
Interest / Revenues:  0,8%    0,25%    0,12%    0%    0%   
Net income / Rev:     8,03%    11,91%    8,62%    10,76%    9,9%   

Liabilities: 11,4%   
(A-L)/K:  55,6%  (A+I(net)-L)/K: 137,8%  (A+I(gross)-L)/K: 208%
K/FCF (5 y): 6,68 x  (K+L)/FCF (5 y): 8,01 x
Delta stock / K: -5,76%  Delta debt / K: -31,49%
Ops margin: 15,81%      R&D: 0%   
Revenues growth: 19,38%  -19,16%  -1,17%  13,12% 
Capex/Rev ops: 35,32%
Dividend: 3,08%  FCF (5 y)/dividend (last): 4,85 x  FCF (last)/dividend (last): 0,51 x

Très faible niveau d’endettement, y compris pour une entreprise japonaise.
Légère décote sur actifs tangibles en tenant compte des immobilisations corporelles.
Le flux semble très intéressant: CA volatil mais légèrement en croissance, en moyenne, sur les 5 derniers exercices, la marge opérationnelle est correcte à 16 %, FCF volatil avec des capex très élevés (et probablement apériodiques) sur 2014, l’entreprise ne devrait pas verser de dividende. Le prix pour le FCF est vraiment extraordinaire: l’entreprise rachète sa capitalisation boursière et sa dette en 8 ans, si les FCF se maintiennent à ce niveau !
On peut également que l’entreprise a racheté de la dette et des actions à hauteur de presque 40 % de sa capitalisation boursière, en 5 ans, ce qui est très positif.

4705:Tse (4800 M JPY)

Total assets/K:       146,2% (7017 M JPY)   
  Current assets:     83,2%    Cash: 79,8%    Receivables: 0,2%    Inventories: 1,7%
  Net properties:     5,2%    Gross/K: 9,5%    Depreciation/K: 4,4%
  Total liabilities:  11,2%
Assets-Liabilities:   72%    (A-L)/K: 105,3%    (A+I(net)-L)/K: 112,9%    (A+I(gross)-L)/K: 119,2%

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Ops Cash-flow / K:    16,31%    13,07%    11,67%    8,93%    8,07%   
CapEx / K:            0,55%    1,57%    0,85%    0,71%    3,04%   
CapEx / Ops CF:       3,39%    12,04%    7,26%    7,98%    37,68%   
FCF / K:              15,76%    11,5%    10,82%    8,22%    5,03%    K/FCF (5 y): 9,74 x    (K+L)/FCF (5 y): 11,34 x    (K+L-A)/FCF (5 y): -0,51 x    (K+L-A-I(net))/FCF (5 y): -1,25 x
Debt issued / K:      0%    0%    0%    0%    0%    Total debt issued / K: 0%
Debt repayment / K:   -0%    -0%    -0%    -0%    -0%    Total debt repayed / K: -0%    Total variation debt / K: 0%   
Stock issued / K:     0%    0%    0%    0%    0%    Total stock issued / K: 0%   
Stock repaid / K:     0%    -0%    0%    0%    -0%    Total stock / K: 0,01%    Total variation stock / K: -0,01%   
Dividend / K:         2,8%    3,74%    3,74%    3,74%    4,67%    FCF (5 y)/dividend (last): 2,2 x    FCF (last)/dividend (last): 1,08 x   

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Revenue / K:          100,28%    103,21%    101,43%    92,98%    80,61%   
  R&D / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
  SGA / Revenues:     8,84%    8,85%    9,07%    9,62%    10,25%   
Ops rev / Revenues:   20,74%    20,94%    20,04%    18,3%    14,96%   
Interest / Revenues:  0,09%    0,08%    0,08%    0,08%    0,09%   
Net income / Rev:     11,77%    12,53%    11,69%    10,57%    8,96%   

Liabilities: 11,2%   
(A-L)/K:  105,3%  (A+I(net)-L)/K: 112,9%  (A+I(gross)-L)/K: 119,2%
K/FCF (5 y): 9,74 x  (K+L)/FCF (5 y): 11,34 x
Delta stock / K: -0,01%  Delta debt / K: 0%
Ops margin: 14,96%      R&D: 0%   
Revenues growth: 2,91%  -1,72%  -8,34%  -13,3% 
Capex/Rev ops: 11,59%
Dividend: 4,67%  FCF (5 y)/dividend (last): 2,2 x  FCF (last)/dividend (last): 1,08 x

Le niveau de la dette est très faible, même pour une entreprise japonaise !
Légère décote sur actifs tangibles (y compris en tenant uniquement compte des actifs courants).
Le flux semble moyen: la marge opérationnelle est honorable à 15 % mais le CA a baissé de manière importante, l’entreprise ne devrait pas payer de dividende, le FCF est volatil, l’entreprise présente une intensité capitalistique faible. Le prix est néanmoins faible également: si le FCF se maintient au niveau moyen des 5 derniers exercices, l’entreprise pourrait racheter sa capitalisation boursière et sa dette en 11 ans !

6943:Tse (5200 M JPY)

Total assets/K:       281% (14612,1 M JPY)   
  Current assets:     74,9%    Cash: 42,4%    Receivables: 0%    Inventories: 18,6%
  Net properties:     10,7%    Gross/K: 76,9%    Depreciation/K: 66,2%
  Total liabilities:  18,9%
Assets-Liabilities:   56%    (A-L)/K: 157,4%    (A+I(net)-L)/K: 187,5%    (A+I(gross)-L)/K: 373,5%

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Ops Cash-flow / K:    26,81%    16,68%    15,23%    9,15%    12,38%   
CapEx / K:            3,15%    4,72%    13,24%    6,1%    9,57%   
CapEx / Ops CF:       11,75%    28,32%    86,9%    66,63%    77,29%   
FCF / K:              23,66%    11,96%    1,99%    3,05%    2,81%    K/FCF (5 y): 11,5 x    (K+L)/FCF (5 y): 17,59 x    (K+L-A)/FCF (5 y): -6,6 x    (K+L-A-I(net))/FCF (5 y): -10,06 x
Debt issued / K:      0,16%    0%    0%    0%    0%    Total debt issued / K: 0,16%
Debt repayment / K:   0,13%    0,12%    0,49%    -0%    -0%    Total debt repayed / K: 0,75%    Total variation debt / K: -0,58%   
Stock issued / K:     0%    0%    0%    0%    0%    Total stock issued / K: 0%   
Stock repaid / K:     0%    0,02%    0,02%    0,02%    0,01%    Total stock / K: 0,08%    Total variation stock / K: -0,08%   
Dividend / K:         1,26%    1,61%    1,58%    1,9%    1,58%    FCF (5 y)/dividend (last): 5,5 x    FCF (last)/dividend (last): 1,78 x   

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Revenue / K:          142,14%    137,29%    138,48%    143,45%    159,29%   
  R&D / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
  SGA / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
Ops rev / Revenues:   8,08%    6,63%    8,82%    8,59%    8,43%   
Interest / Revenues:  0,03%    0,03%    0,02%    0,02%    0,02%   
Net income / Rev:     9,93%    5,85%    6,99%    5,81%    6,7%   

Liabilities: 18,9%   
(A-L)/K:  157,4%  (A+I(net)-L)/K: 187,5%  (A+I(gross)-L)/K: 373,5%
K/FCF (5 y): 11,5 x  (K+L)/FCF (5 y): 17,59 x
Delta stock / K: -0,08%  Delta debt / K: -0,58%
Ops margin: 8,43%      R&D: 0%   
Revenues growth: -3,41%  0,87%  3,59%  11,04% 
Capex/Rev ops: 45,83%
Dividend: 1,58%  FCF (5 y)/dividend (last): 5,5 x  FCF (last)/dividend (last): 1,78 x

L’endettement est faible.
Belle décote sur actifs tangibles, y compris en considérant uniquement les actifs courants.
Le flux semble intéressante: croissance moyenne du CA volatil, marge opérationnelle mauvaise à 8 %, FCF volatil, l’entreprise ne devrait pas payer de dividendes. Le prix à payer pour la capitalisation boursière et le FCF moyen est de 18 x les FCF.

2185:Tse (7300 M JPY)

Total assets/K:       189,5% (13835,7 M JPY)   
  Current assets:     66,2%    Cash: 36,2%    Receivables: 0%    Inventories: 6,3%
  Net properties:     19%    Gross/K: 0%    Depreciation/K: -0%
  Total liabilities:  28,3%
Assets-Liabilities:   37,9%    (A-L)/K: 71,8%    (A+I(net)-L)/K: 107,8%    (A+I(gross)-L)/K: 71,8%

                      2010-09    2011-09    2012-09    2013-09    2014-09   
Ops Cash-flow / K:    8,35%    6,35%    26,01%    6,85%    20,25%   
CapEx / K:            1,57%    2,86%    4,87%    5,18%    2,39%   
CapEx / Ops CF:       18,77%    45%    18,71%    75,65%    11,78%   
FCF / K:              6,78%    3,49%    21,14%    1,67%    17,86%    K/FCF (5 y): 9,81 x    (K+L)/FCF (5 y): 15,08 x    (K+L-A)/FCF (5 y): 2,76 x    (K+L-A-I(net))/FCF (5 y): -0,76 x
Debt issued / K:      0%    0%    0%    0%    0%    Total debt issued / K: 0%
Debt repayment / K:   -0%    10,38%    -0%    -0%    -0%    Total debt repayed / K: 10,38%    Total variation debt / K: -10,38%   
Stock issued / K:     0%    0%    0%    0%    1,67%    Total stock issued / K: 1,67%   
Stock repaid / K:     0%    0%    0%    -0%    0%    Total stock / K: 0,01%    Total variation stock / K: 1,67%   
Dividend / K:         1,22%    1,84%    1,83%    2,15%    2,16%    FCF (5 y)/dividend (last): 4,71 x    FCF (last)/dividend (last): 8,26 x   

                      2010-09    2011-09    2012-09    2013-09    2014-09   
Revenue / K:          155,46%    173,37%    205,29%    194,32%    219,72%   
  R&D / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
  SGA / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
Ops rev / Revenues:   10,5%    5,41%    8,21%    6,9%    9,14%   
Interest / Revenues:  0,01%    0,05%    0%    0%    0,01%   
Net income / Rev:     5,19%    2,76%    3,54%    3,69%    5,65%   

Liabilities: 28,3%   
(A-L)/K:  71,8%  (A+I(net)-L)/K: 107,8%  (A+I(gross)-L)/K: 71,8%
K/FCF (5 y): 9,81 x  (K+L)/FCF (5 y): 15,08 x
Delta stock / K: 1,67%  Delta debt / K: -10,38%
Ops margin: 9,14%      R&D: 0%   
Revenues growth: 11,52%  18,41%  -5,34%  13,07% 
Capex/Rev ops: 24,87%
Dividend: 2,16%  FCF (5 y)/dividend (last): 4,71 x  FCF (last)/dividend (last): 8,26 x

Endettement limité.
Légère décote sur actifs tangibles.
Le flux présente plusieurs caractéristiques intéressantes: marges opérationnelles correctes à 9 %, assez forte croissance du CA, FCF volatils, bonne couverture du dividende, faible intensité capitalistique. Le prix payé pour le flux semble raisonnable: 15 ans de FCF à ce niveau pour payer la capitalisation boursière et la dette.
Par ailleurs, on notera un léger désendettement de la société soit - 10 % au total sur les 5 derniers exercices.

2055:Tse (4800 M JPY)

Total assets/K:       563,8% (27062,2 M JPY)   
  Current assets:     72,9%    Cash: 24,6%    Receivables: 38,6%    Inventories: 8,3%
  Net properties:     13,7%    Gross/K: 75,6%    Depreciation/K: 61,9%
  Total liabilities:  40,1%
Assets-Liabilities:   32,8%    (A-L)/K: 184,9%    (A+I(net)-L)/K: 261,9%    (A+I(gross)-L)/K: 610,8%

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Ops Cash-flow / K:    -8,64%    25,67%    -5,31%    41,1%    43,59%   
CapEx / K:            13,36%    4,5%    9,7%    4,13%    5,02%   
CapEx / Ops CF:       -154,56%    17,55%    -182,77%    10,05%    11,52%   
FCF / K:              -22%    21,16%    -15,01%    36,97%    38,57%    K/FCF (5 y): 8,38 x    (K+L)/FCF (5 y): 27,34 x    (K+L-A)/FCF (5 y): -7,11 x    (K+L-A-I(net))/FCF (5 y): -13,56 x
Debt issued / K:      0%    0%    0%    0%    0%    Total debt issued / K: 0%
Debt repayment / K:   0,36%    0,36%    0,36%    -0%    -0%    Total debt repayed / K: 1,08%    Total variation debt / K: -1,08%   
Stock issued / K:     0%    0%    0%    0%    0%    Total stock issued / K: 0%   
Stock repaid / K:     0,01%    0%    0%    0%    0,01%    Total stock / K: 0,03%    Total variation stock / K: -0,03%   
Dividend / K:         2,01%    2,01%    2,02%    2%    2,02%    FCF (5 y)/dividend (last): 5,92 x    FCF (last)/dividend (last): 19,13 x   

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Revenue / K:          903,38%    1008,86%    964,16%    1027,78%    1019,65%   
  R&D / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
  SGA / Revenues:     7,04%    6,54%    8%    6,72%    6,91%   
Ops rev / Revenues:   0,52%    0,53%    0,17%    0,58%    1,42%   
Interest / Revenues:  0,16%    0,15%    0,14%    0,13%    0,13%   
Net income / Rev:     0,31%    0,22%    0,18%    0,32%    0,68%   

Liabilities: 40,1%   
(A-L)/K:  184,9%  (A+I(net)-L)/K: 261,9%  (A+I(gross)-L)/K: 610,8%
K/FCF (5 y): 8,38 x  (K+L)/FCF (5 y): 27,34 x
Delta stock / K: -0,03%  Delta debt / K: -1,08%
Ops margin: 1,42%      R&D: 0%   
Revenues growth: 11,68%  -4,43%  6,6%  -0,79% 
Capex/Rev ops: 38,08%
Dividend: 2,02%  FCF (5 y)/dividend (last): 5,92 x  FCF (last)/dividend (last): 19,13 x

Le niveau d’endettement est limité.
Très belle décote sur actifs tangibles (y compris en tenant compte uniquement les actifs courants).
Le flux semble moyen: la marge opérationnelle est très faible (1,4 %), le dividende est en moyenne très bien couvert par le FCF (mais vu la volatilité du FCF, ne pas s’y fier !), le CA est volatil et en moyenne en augmentation sur les 5 derniers exercices, le FCF a été fortement volatil sur les derniers exercices. Le prix à payer pour ce flux ? La capitalisation boursière et la dette représentent 27 x le FCF moyen, ce qui semble assez élevé… mais ce n’est pas pour cette raison que l’investisseur achètera cette action…

3892:Tse (2700 M JPY)

Total assets/K:       446,7% (12061,2 M JPY)   
  Current assets:     59,7%    Cash: 23,3%    Receivables: 14,7%    Inventories: 6,1%
  Net properties:     20%    Gross/K: 105,9%    Depreciation/K: 85,8%
  Total liabilities:  33,3%
Assets-Liabilities:   26,4%    (A-L)/K: 117,8%    (A+I(net)-L)/K: 207,4%    (A+I(gross)-L)/K: 590,7%

                      2011-05    2012-05    2013-05    2014-05    2015-05   
Ops Cash-flow / K:    26,71%    18,28%    27,74%    12,5%    20,66%   
CapEx / K:            14,77%    11,19%    10,71%    10,04%    1,85%   
CapEx / Ops CF:       55,29%    61,22%    38,61%    80,32%    8,93%   
FCF / K:              11,94%    7,09%    17,03%    2,46%    18,81%    K/FCF (5 y): 8,72 x    (K+L)/FCF (5 y): 21,69 x    (K+L-A)/FCF (5 y): -1,55 x    (K+L-A-I(net))/FCF (5 y): -9,36 x
Debt issued / K:      0%    0%    0%    0%    0%    Total debt issued / K: 0%
Debt repayment / K:   -0%    -0%    -0%    -0%    -0%    Total debt repayed / K: -0%    Total variation debt / K: 0%   
Stock issued / K:     0%    0%    0%    0%    0%    Total stock issued / K: 0%   
Stock repaid / K:     0,05%    7,45%    4,39%    0,02%    2,83%    Total stock / K: 14,74%    Total variation stock / K: -14,74%   
Dividend / K:         3,12%    3,1%    2,81%    2,66%    2,66%    FCF (5 y)/dividend (last): 4,31 x    FCF (last)/dividend (last): 7,08 x   

                      2011-05    2012-05    2013-05    2014-05    2015-05   
Revenue / K:          336,45%    339,2%    321,87%    314,59%    319,93%   
  R&D / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
  SGA / Revenues:     9,58%    9,2%    9,26%    9,63%    9,47%   
Ops rev / Revenues:   8,33%    6,46%    5,78%    2,33%    1,43%   
Interest / Revenues:  0%    0%    0%    0%    0%   
Net income / Rev:     4,25%    2,4%    4,16%    1,52%    0,89%   

Liabilities: 33,3%   
(A-L)/K:  117,8%  (A+I(net)-L)/K: 207,4%  (A+I(gross)-L)/K: 590,7%
K/FCF (5 y): 8,72 x  (K+L)/FCF (5 y): 21,69 x
Delta stock / K: -14,74%  Delta debt / K: 0%
Ops margin: 1,43%      R&D: 0%   
Revenues growth: 0,82%  -5,11%  -2,26%  1,7% 
Capex/Rev ops: 45,85%
Dividend: 2,66%  FCF (5 y)/dividend (last): 4,31 x  FCF (last)/dividend (last): 7,08 x

Le niveau d’endettement est limité.
Bonne décote sur actifs tangibles (en particulier, légère décote sur actifs courants).
Le flux est mitigé: la marge opérationnelle est très faible à 1,4 %, le FCF est volatil, la progression du CA est en moyenne légèrement négative, l’intensité capitalistique est moyenne à 46 %, le dividende semble bien couvert par le FCF (mais la faible marge opérationnelle rend ce paramètre incertain). Le prix à payer pour la capitalisation boursière et la dette est de 22 fois le FCF moyen.

4621:Tse (12200 M JPY)

Total assets/K:       330,8% (40358 M JPY)   
  Current assets:     51,1%    Cash: 21%    Receivables: 14,5%    Inventories: 14,1%
  Net properties:     38,4%    Gross/K: 106%    Depreciation/K: 67,6%
  Total liabilities:  18%
Assets-Liabilities:   33,1%    (A-L)/K: 109,7%    (A+I(net)-L)/K: 236,6%    (A+I(gross)-L)/K: 460,4%

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Ops Cash-flow / K:    9,38%    4,13%    16,99%    14,57%    13,19%   
CapEx / K:            -0%    -0%    -0%    -0%    -0%   
CapEx / Ops CF:       -0%    -0%    -0%    -0%    -0%   
FCF / K:              9,38%    4,13%    16,99%    14,57%    13,19%    K/FCF (5 y): 8,58 x    (K+L)/FCF (5 y): 13,68 x    (K+L-A)/FCF (5 y): -0,83 x    (K+L-A-I(net))/FCF (5 y): -11,72 x
Debt issued / K:      0%    0%    0%    0%    0%    Total debt issued / K: 0%
Debt repayment / K:   -0%    -0%    -0%    -0%    -0%    Total debt repayed / K: -0%    Total variation debt / K: 0%   
Stock issued / K:     0%    0%    0,02%    0%    0%    Total stock issued / K: 0,02%   
Stock repaid / K:     0,01%    -0%    -0%    -0%    -0%    Total stock / K: 0,01%    Total variation stock / K: 0,01%   
Dividend / K:         2,36%    2,36%    2,36%    2,36%    2,36%    FCF (5 y)/dividend (last): 4,94 x    FCF (last)/dividend (last): 5,59 x   

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Revenue / K:          175,11%    176,32%    185,46%    194,97%    195,11%   
  R&D / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
  SGA / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
Ops rev / Revenues:   3,09%    2,51%    3,26%    3,5%    3,54%   
Interest / Revenues:  0%    0%    0%    0%    0%   
Net income / Rev:     2,6%    1,92%    3,74%    3,75%    4,27%   

Liabilities: 18%   
(A-L)/K:  109,7%  (A+I(net)-L)/K: 236,6%  (A+I(gross)-L)/K: 460,4%
K/FCF (5 y): 8,58 x  (K+L)/FCF (5 y): 13,68 x
Delta stock / K: 0,01%  Delta debt / K: 0%
Ops margin: 3,54%      R&D: 0%   
Revenues growth: 0,69%  5,18%  5,13%  0,08% 
Capex/Rev ops: -0%
Dividend: 2,36%  FCF (5 y)/dividend (last): 4,94 x  FCF (last)/dividend (last): 5,59 x

L’endettement est faible.
Belle décote sur actifs tangibles, en tenant compte des immobilisations corporelles.
Le flux a les caractéristiques suivantes: la marge opérationnelle est faible (3,5 %), le CA est en légère croissance, le dividende semble bien couvert par le FCF. Le prix payé pour la capitalisation boursière et la dette est de 14 fois les FCF, ce qui est tout à fait honorable, vu les points positifs du flux… et la décote sur actifs tangibles par ailleurs…

4624:Tse (5000 M JPY)

Total assets/K:       334% (16698,6 M JPY)   
  Current assets:     55,8%    Cash: 31,9%    Receivables: 15,5%    Inventories: 7,5%
  Net properties:     16,5%    Gross/K: 29,1%    Depreciation/K: 12,6%
  Total liabilities:  24,8%
Assets-Liabilities:   30,9%    (A-L)/K: 103,3%    (A+I(net)-L)/K: 158,5%    (A+I(gross)-L)/K: 200,5%

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Ops Cash-flow / K:    13,52%    18,32%    10,97%    19,41%    13,77%   
CapEx / K:            1,26%    1,33%    0,97%    7,35%    0,41%   
CapEx / Ops CF:       9,34%    7,28%    8,83%    37,88%    2,95%   
FCF / K:              12,26%    16,98%    10%    12,06%    13,36%    K/FCF (5 y): 7,73 x    (K+L)/FCF (5 y): 14,14 x    (K+L-A)/FCF (5 y): -0,26 x    (K+L-A-I(net))/FCF (5 y): -4,52 x
Debt issued / K:      0%    0%    0%    0%    0%    Total debt issued / K: 0%
Debt repayment / K:   1,04%    1,04%    1,04%    1,04%    1,04%    Total debt repayed / K: 5,2%    Total variation debt / K: -5,2%   
Stock issued / K:     0%    0%    0%    0%    0%    Total stock issued / K: 0%   
Stock repaid / K:     -0%    -0%    -0%    -0%    -0%    Total stock / K: -0%    Total variation stock / K: 0%   
Dividend / K:         2,01%    2,02%    2,04%    2,03%    1,91%    FCF (5 y)/dividend (last): 6,77 x    FCF (last)/dividend (last): 7 x   

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Revenue / K:          155,44%    158,65%    162,18%    167,54%    164,4%   
  R&D / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
  SGA / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
Ops rev / Revenues:   9,91%    10,94%    10,95%    10,18%    8,75%   
Interest / Revenues:  0,28%    0,25%    0,22%    0,2%    0,18%   
Net income / Rev:     7,35%    6,98%    7,99%    8,99%    6,54%   

Liabilities: 24,8%   
(A-L)/K:  103,3%  (A+I(net)-L)/K: 158,5%  (A+I(gross)-L)/K: 200,5%
K/FCF (5 y): 7,73 x  (K+L)/FCF (5 y): 14,14 x
Delta stock / K: 0%  Delta debt / K: -5,2%
Ops margin: 8,75%      R&D: 0%   
Revenues growth: 2,07%  2,22%  3,31%  -1,88% 
Capex/Rev ops: 14,9%
Dividend: 1,91%  FCF (5 y)/dividend (last): 6,77 x  FCF (last)/dividend (last): 7 x

Le niveau d’endettement est faible.
Décote sur actifs tangibles (y compris légère décote sur actifs courants).
Le flux présente les caractéristiques suivantes: faible croissance du CA en moyenne, marge opérationnelle moyenne à 9 %, FCF assez stables, faible intensité capitalistique, le dividende est très bien couvert par les FCF. Le prix payé est très raisonnable pour ce flux: la capitalisation boursière et la dette représentent 14 fois les FCF.
On notera également de manière anecdotique un rachat de dette à hauteur de 5 % de la capitalisation boursière, sur les 5 derniers exercices…

5357:Tse (7700 M JPY)

Total assets/K:       318,9% (24558,3 M JPY)   
  Current assets:     71,6%    Cash: 13,4%    Receivables: 0%    Inventories: 19%
  Net properties:     17,7%    Gross/K: 17,7%    Depreciation/K: -0%
  Total liabilities:  26,7%
Assets-Liabilities:   44,9%    (A-L)/K: 143,1%    (A+I(net)-L)/K: 199,6%    (A+I(gross)-L)/K: 199,6%

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Ops Cash-flow / K:    10,93%    6,05%    32,63%    11,73%    20,52%   
CapEx / K:            5,74%    7,05%    6,1%    7,91%    7,02%   
CapEx / Ops CF:       52,53%    116,5%    18,7%    67,39%    34,19%   
FCF / K:              5,19%    -1%    26,52%    3,83%    13,51%    K/FCF (5 y): 10,41 x    (K+L)/FCF (5 y): 19,27 x    (K+L-A)/FCF (5 y): -4,49 x    (K+L-A-I(net))/FCF (5 y): -10,36 x
Debt issued / K:      0%    0%    0%    0%    0%    Total debt issued / K: 0%
Debt repayment / K:   3,9%    -0%    3,9%    -0%    -0%    Total debt repayed / K: 7,79%    Total variation debt / K: -7,79%   
Stock issued / K:     0%    0%    0%    0%    0%    Total stock issued / K: 0%   
Stock repaid / K:     0,01%    0,02%    0,01%    1,68%    0,02%    Total stock / K: 1,74%    Total variation stock / K: -1,74%   
Dividend / K:         2,9%    2,91%    2,91%    2,63%    2,86%    FCF (5 y)/dividend (last): 3,36 x    FCF (last)/dividend (last): 4,72 x   

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Revenue / K:          265,12%    282,03%    264,38%    261,13%    274,33%   
  R&D / Revenues:     0,84%    0,73%    0,72%    0,74%    0,79%   
  SGA / Revenues:     4,9%    4,66%    4,81%    5,39%    5,05%   
Ops rev / Revenues:   7,09%    7,17%    7,08%    4,4%    5,58%   
Interest / Revenues:  0,08%    0,05%    0,03%    0,01%    0,01%   
Net income / Rev:     3,96%    4,12%    4,19%    3,95%    4,37%   

Liabilities: 26,7%   
(A-L)/K:  143,1%  (A+I(net)-L)/K: 199,6%  (A+I(gross)-L)/K: 199,6%
K/FCF (5 y): 10,41 x  (K+L)/FCF (5 y): 19,27 x
Delta stock / K: -1,74%  Delta debt / K: -7,79%
Ops margin: 5,58%      R&D: 0,79%   
Revenues growth: 6,38%  -6,26%  -1,23%  5,05% 
Capex/Rev ops: 41,3%
Dividend: 2,86%  FCF (5 y)/dividend (last): 3,36 x  FCF (last)/dividend (last): 4,72 x

Le niveau d’endettement est faible.
Belle décote sur actifs tangibles (y compris sur l’actif courant uniquement).
Le flux présente les caractéristiques suivantes: le CA a été volatil, le FCF a été volatil, la marge opérationnelle est faible à 5,6 %, le dividende semble bien couvert par les FCF. Le prix du flux est modéré soit une capitalisation boursière et une dette représentant 19 fois les FCF.
L’entreprise a racheté pour 8 % de dette et 2 % de stocks.

5971:Tse (4300 M JPY)

Total assets/K:       251,6% (10817,9 M JPY)   
  Current assets:     64,3%    Cash: 40,9%    Receivables: 0%    Inventories: 4,3%
  Net properties:     20,9%    Gross/K: 90,3%    Depreciation/K: 69,4%
  Total liabilities:  15,6%
Assets-Liabilities:   48,7%    (A-L)/K: 122,5%    (A+I(net)-L)/K: 175,2%    (A+I(gross)-L)/K: 349,7%

                      2011-04    2012-04    2013-04    2014-04    2015-04   
Ops Cash-flow / K:    36,24%    11,2%    23,83%    23,08%    21,19%   
CapEx / K:            4,7%    14,97%    8,8%    14,24%    5,78%   
CapEx / Ops CF:       12,98%    133,7%    36,94%    61,7%    27,28%   
FCF / K:              31,53%    -3,77%    15,03%    8,84%    15,41%    K/FCF (5 y): 7,46 x    (K+L)/FCF (5 y): 10,38 x    (K+L-A)/FCF (5 y): -1,68 x    (K+L-A-I(net))/FCF (5 y): -5,61 x
Debt issued / K:      0%    9,3%    0%    0%    5,81%    Total debt issued / K: 15,12%
Debt repayment / K:   4,25%    4,43%    3,27%    3,14%    2,14%    Total debt repayed / K: 17,23%    Total variation debt / K: -2,11%   
Stock issued / K:     0%    0%    0%    0%    0%    Total stock issued / K: 0%   
Stock repaid / K:     0,01%    -0%    0,01%    0%    0%    Total stock / K: 0,03%    Total variation stock / K: -0,03%   
Dividend / K:         2,37%    2,38%    2,37%    2,38%    2,37%    FCF (5 y)/dividend (last): 5,65 x    FCF (last)/dividend (last): 6,5 x   

                      2011-04    2012-04    2013-04    2014-04    2015-04   
Revenue / K:          255,7%    246,2%    177,48%    188,2%    180,04%   
  R&D / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
  SGA / Revenues:     6,16%    0%    0%    0%    0%   
Ops rev / Revenues:   15,71%    13,66%    8,4%    6,77%    6,84%   
Interest / Revenues:  0,03%    0,01%    0,03%    0,02%    0,01%   
Net income / Rev:     9,71%    7,91%    5,78%    4,68%    -11,41%   

Liabilities: 15,6%   
(A-L)/K:  122,5%  (A+I(net)-L)/K: 175,2%  (A+I(gross)-L)/K: 349,7%
K/FCF (5 y): 7,46 x  (K+L)/FCF (5 y): 10,38 x
Delta stock / K: -0,03%  Delta debt / K: -2,11%
Ops margin: 6,84%      R&D: 0%   
Revenues growth: -3,72%  -27,91%  6,04%  -4,33% 
Capex/Rev ops: 41,98%
Dividend: 2,37%  FCF (5 y)/dividend (last): 5,65 x  FCF (last)/dividend (last): 6,5 x

Le niveau d’endettement est faible.
Belle décote sur actifs tangibles (y compris sur actifs courants).
Le flux est caractérisé par un CA en baisse et volatil, un FCF volatil, une marge opérationnelle à 7 %, une intensité capitalistique moyenne, une bonne couverture du dividende (si cela signifie quelque chose, vue la baisse du CA…). Le prix à payer pour le flux (rappelons-le, en décroissance) ? La dette et la capitalisation boursière représente seulement 10 x les FCF !

6863:Tse (4600 M JPY)

Total assets/K:       285% (13108,3 M JPY)   
  Current assets:     70,5%    Cash: 32,5%    Receivables: 20,7%    Inventories: 14,3%
  Net properties:     17,2%    Gross/K: 32,2%    Depreciation/K: 15%
  Total liabilities:  15,2%
Assets-Liabilities:   55,3%    (A-L)/K: 157,4%    (A+I(net)-L)/K: 206,6%    (A+I(gross)-L)/K: 249,3%

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Ops Cash-flow / K:    17,2%    -3,67%    15,82%    23,76%    2,18%   
CapEx / K:            -0%    -0%    -0%    -0%    -0%   
CapEx / Ops CF:       -0%    0%    -0%    -0%    -0%   
FCF / K:              17,2%    -3,67%    15,82%    23,76%    2,18%    K/FCF (5 y): 9,04 x    (K+L)/FCF (5 y): 12,96 x    (K+L-A)/FCF (5 y): -5,2 x    (K+L-A-I(net))/FCF (5 y): -9,64 x
Debt issued / K:      0,43%    13,04%    3,48%    0%    13,04%    Total debt issued / K: 30%
Debt repayment / K:   0,43%    13,04%    0,35%    0,7%    1,13%    Total debt repayed / K: 15,65%    Total variation debt / K: 14,35%   
Stock issued / K:     0%    0%    0,57%    0,69%    0,74%    Total stock issued / K: 2%   
Stock repaid / K:     -0%    0%    0%    0%    4,11%    Total stock / K: 4,11%    Total variation stock / K: -2,11%   
Dividend / K:         1,91%    1,91%    2,59%    3,33%    3,26%    FCF (5 y)/dividend (last): 3,39 x    FCF (last)/dividend (last): 0,67 x   

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Revenue / K:          146,93%    158,09%    156,34%    150,45%    133,48%   
  R&D / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
  SGA / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
Ops rev / Revenues:   4,27%    4,53%    5,93%    4,22%    -0,09%   
Interest / Revenues:  0,1%    0,06%    0,06%    0,03%    0,05%   
Net income / Rev:     4,79%    3,45%    7,24%    5,4%    0,15%   

Liabilities: 15,2%   
(A-L)/K:  157,4%  (A+I(net)-L)/K: 206,6%  (A+I(gross)-L)/K: 249,3%
K/FCF (5 y): 9,04 x  (K+L)/FCF (5 y): 12,96 x
Delta stock / K: -2,11%  Delta debt / K: 14,35%
Ops margin: -0,09%      R&D: 0%   
Revenues growth: 7,6%  -1,11%  -3,76%  -11,28% 
Capex/Rev ops: -0%
Dividend: 3,26%  FCF (5 y)/dividend (last): 3,39 x  FCF (last)/dividend (last): 0,67 x

L’endettement est très faible.
Belle décote sur actifs tangibles (y compris sur actifs courants).
Le flux présente les caractéristiques suivantes: FCF et CA volatils, CA en baisse en moyenne, l’entreprise ne devrait pas verser de dividendes. La capitalisation boursière et la dette ne représentent que 13 x le FCF moyen sur les 5 derniers exercices.

9880:Tse (9400 M JPY)

Total assets/K:       319,1% (29996,4 M JPY)   
  Current assets:     53,8%    Cash: 11,8%    Receivables: 0%    Inventories: 7,7%
  Net properties:     33,9%    Gross/K: 51,1%    Depreciation/K: 17,2%
  Total liabilities:  21,7%
Assets-Liabilities:   32,1%    (A-L)/K: 102,4%    (A+I(net)-L)/K: 210,4%    (A+I(gross)-L)/K: 265,3%

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Ops Cash-flow / K:    30,48%    20,38%    28,58%    9,6%    11,85%   
CapEx / K:            0,35%    1,69%    1,01%    1,87%    3,27%   
CapEx / Ops CF:       1,16%    8,31%    3,55%    19,45%    27,56%   
FCF / K:              30,12%    18,69%    27,57%    7,73%    8,59%    K/FCF (5 y): 5,39 x    (K+L)/FCF (5 y): 9,12 x    (K+L-A)/FCF (5 y): -0,13 x    (K+L-A-I(net))/FCF (5 y): -5,95 x
Debt issued / K:      0%    0%    0%    0%    0%    Total debt issued / K: 0%
Debt repayment / K:   7,98%    -0%    -0%    2,43%    6,04%    Total debt repayed / K: 16,45%    Total variation debt / K: -16,45%   
Stock issued / K:     0%    0%    0%    0%    0%    Total stock issued / K: 0%   
Stock repaid / K:     0%    -0%    -0%    -0%    -0%    Total stock / K: 0%    Total variation stock / K: -0%   
Dividend / K:         1,3%    2,77%    2,59%    2,61%    2,61%    FCF (5 y)/dividend (last): 7,1 x    FCF (last)/dividend (last): 3,29 x   

                      2011-03    2012-03    2013-03    2014-03    2015-03   
Revenue / K:          275,34%    267,89%    218,61%    250,9%    281,74%   
  R&D / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
  SGA / Revenues:     0%    0%    0%    0%    0%   
Ops rev / Revenues:   5,62%    6,17%    3,7%    4,64%    2,73%   
Interest / Revenues:  0%    0%    0%    0%    0%   
Net income / Rev:     2,97%    2,96%    2,54%    2,24%    2,09%   

Liabilities: 21,7%   
(A-L)/K:  102,4%  (A+I(net)-L)/K: 210,4%  (A+I(gross)-L)/K: 265,3%
K/FCF (5 y): 5,39 x  (K+L)/FCF (5 y): 9,12 x
Delta stock / K: -0%  Delta debt / K: -16,45%
Ops margin: 2,73%      R&D: 0%   
Revenues growth: -2,71%  -18,4%  14,78%  12,29% 
Capex/Rev ops: 8,12%
Dividend: 2,61%  FCF (5 y)/dividend (last): 7,1 x  FCF (last)/dividend (last): 3,29 x

Le niveau d’endettement est faible.
Belle décote sur actifs tangibles (et très légère décote sur actifs courants).
Le flux a plusieurs caractéristiques remarquables: intensité capitalistique faible, CA volatil en moyenne croissant, FCF volatil, la marge opérationnelle est faible à 3 %, le dividende est bien couvert. La capitalisation boursière et la dette représentent 9 fois le FCF moyen sur les 5 derniers exercices (avec un FCF ayant certes fortement diminué) !

Quelques réponses à Sat

Le nom des actions 5 à 7 ont été volontairement masquées par soucis de "confidentialité" (je les ai indiquées ici pour être exhaustif et l’idée est plutôt de partager des idées de méthodes que des actions individuelles). Mais le niveau de confidentialité n’est pas tel qu’un soucis se présenterait si une personne intéressée retrouvant leur nom après un travail de recherche  (la confidentialité n’a pas pour origine un abonnement payant).

De mon point de vue, la taille maximale d’une ligne au moment de l’achat doit être de 5 % du patrimoine net maximum (si une entreprise fait faillite, elle nous expose à hauteur de 5 % de notre patrimoine net au maximum, ce qui est pour moi supportable) par soucis de diversification et éventuellement de 5 % de son patrimoine placé en actions. Ensuite, je ne fixe pas de limite de surpondération à la hausse.

Auto-critique:

* De manière générale, le portefeuille présente une bonne diversification (chaque ligne correspondait au départ à une valeur de moins de 5 % de mon actif net, en considérant mon patrimoine global; normalement, chaque ligne aurait dû correspondre à un montant initial maximum de 5 % du montant placé en actions, ce qui n’est pas le cas en raison d’une opération de crédit qui n’a pas pu être réalisée).
* Concentration (trop ?) forte au Japon avec les risques spécifiques associés, bien que la marge de sécurité exigée ait été renforcée de ce fait.
* Quelques idées sortant du cadre sécurisant de la décote sur actifs tangibles (et pas nécessairement les plus judicieuses…) ont une pondération individuelle trop forte. Le problème s’explique en réalité par l’anticipation d’une opération qui n’a finalement pas pu se réaliser (crédit à hauteur de 300 K€ pour acheter des actions).
* Il pourrait m’être reproché une approche trop robotique de l’investissement  tenant globalement faiblement compte des spécificités de l’activité des entreprises achetées, ce qui me semble à la fois une force et une faiblesse.
* Exposition aux fluctuations des devises (mes JPY sont hedgés par des USD à hauteur de mon investissement initial, pour des raisons historiques, mais hedger en EUR serait actuellement probablement plus judicieux…).
* Il pourrait également m’être reproché de m’engluer dans des "value traps", mais je conteste la notion de "value traps" (une entreprise peut rebondir du seul fait de la divergence prix / valeur, y compris en l’absence de catalyseurs)…
* Le niveau d’endettement global de l’ensemble est modéré, ce qui constitue une bonne sécurité en cas de remontée des taux d’intérêt.
* J’assume le fait que superficiellement, le portefeuille ne soit pas très sexy, mais fondamentalement, il me semble globalement solide à quelques exceptions.
* Je n’ai pas actuellement suffisamment de liquidités pour pouvoir profiter des soldes. Là encore, il s’agit d’un problème lié à l’anticipation d’une opération qui n’a pas pu se réaliser in fine (endettement pour achat d’actions). Je vais peut-être vendre mes actions POT qui n’entrent pas dans mon cadre habituel d’investissement pour créer de la liquidité et peut-être utiliser modérément la marge de mon compte T-margin.

En conclusion, je suis globalement satisfait du portefeuille, avec quelques petites incongruités dans l’une ou l’autre de mes acquisitions…

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (18/11/2017 10h00)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 08/01/2016 23h49

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonjour JeromeLeivrek,

Merci de votre message. La complétude est un idéal que je ne pourrais prétendre avoir atteint qu’après avoir posté sur le forum tous les volumes de la Bibliothèque de Babel, pour citer un autre auteur intéressant. Je m’y applique, comme vous avez pu le constater. Je me plais à imaginer les lecteurs de certains de mes messages comme des bibliothécaires en quête de sens dans le chaos des lettres formant mes messages.

Comment espérer contracter un "crédit de 300 K€ pour acheter des actions" ?

Je pense qu’il y a plusieurs pistes permettant de répondre à cette question et mon approche a été celle de l’honnêteté totale vis à vis du banquier (concernant la destination des fonds, en particulier):
1/ Avoir un objectif clair; savoir ce que l’on veut. J’avais ici pour objectif de verrouiller un taux d’intérêt bas sur une période longue supérieure à 10 ans pour bénéficier d’un différentiel entre un taux de crédit et un taux sur placement actions tout en étant capable d’assumer par mes actifs par ailleurs et mes revenus la volatilité (c’est à dire la perte pure et simple du capital emprunté => montant de l’emprunt correspondant à 25 % de mon patrimoine net). Je souhaitais un crédit si possible in fine (les deux propositions que j’ai eues étaient en amortissable), à taux fixe, pas d’appels de marge, liberté du support d’investissement (actions US, UE, JP, CA etc… / obligations). En contrepartie, j’étais prêt à nantir sur un compte-titres jusqu’à 200 % du montant emprunté (y inclus le montant emprunté).
2/ Avoir un projet pertinent, cohérent et rationnel (peu importe le montant) montrant au banquier par A+B qu’il n’y a pas de risque réel pour la banque: moins de risque qu’un primo accédant faisant l’acquisition de sa résidence principale sans apport ni réserves finançant uniquement le bien avec 33 % des revenus d’un ménage qui pourrait se trouver en difficulté financière en cas d’accident de la vie: maladie, handicap, divorce, etc… Montrer que les actifs et les revenus par ailleurs rendent la probabilité d’une matérialisation du risque pour la banque quasiment nul et pour soi faible.
3/ Trouver des banquiers réceptifs aptes à traiter des situations sortant des standards avec plusieurs sous-méthodes:
a/ Trouver une personne connaissant des banquiers ayant réussi à monter des dossiers atypiques… J’ai réussi à trouver un très bon notaire (de ce que je peux en juger) en contactant tous les notaires d’une ville, en sélectionnant ceux prêts à me recevoir pour discuter un vendredi de pont (jeudi férié uniquement): le notaire dont je parle s’est déplacé spécialement pour discuter plus d’une heure avec moi. Le courant est bien passé. J’ai demandé à ce notaire s’il connaissait des banquiers ayant traité des dossiers atypiques sur des opérations immobilières (avec pour raisonnement qu’un banquier capable de traiter des dossiers atypiques en immobilier aura plus de chance d’être capable de traiter des dossiers atypiques pour l’achat d’actions). En effet, il connaissait un banquier que j’ai contacté et rencontré et avec lequel je me suis senti en phase.
b/ Contacter des banquiers banque privée, plus à même de faire du sur mesure. J’ai également trouvé un banquier banque privée intéressé par le projet.
c/ Prendre son bâton de pèlerin et faire le tour des banques. Lorsqu’une banque ne peut pas répondre positivement à la demande, demander à son banquier s’il connaît une autre personne à même de répondre positivement à la demande.
d/ Une autre idée (non encore testée) est de faire appel à un courtier en crédit immobilier pour profiter de son réseau pour trouver ce financement "atypique". Je pense essayer d’exploiter cette idée pour bénéficier du réseau de contacts du courtier.
4/ Préparer le dossier de son projet sérieusement avec une explication claire du projet, des projections en terme de flux sous différentes hypothèses, en terme patrimonial, du point de vue du risque pour la banque et pour soi-même (en particulier le scenario du pire peut-il être digéré et sous quelles conditions/probabilités peut-il se matérialiser), une explication de la compatibilité de ce projet avec les autres projets en cours, un descriptif de la performance passée, des projets d’investissement d’envergure déjà réalisés avec succès, le reste à vivre, etc…
5/ Réussir à faire passer le dossier en comité crédit. Je n’ai pas de truc puisque j’ai échoué dans deux banques différentes précisément à ce niveau: le premier comité refusait par principe un crédit pour acheter des actions même si mon dossier a été défendu âprement par mon banquier (qui trouvait l’approche rationnelle à titre personnel) et la seconde m’imposait un placement en assurances vie sur fonds actions de la banque des montants nantis (150 % du montant du crédit y inclus le montant du crédit) au lieu d’un placement en actions géré en direct par moi-même (initialement accordé avec le banquier avec lequel j’étais en contact).
6/ Viser une région dans laquelle les banques régionales ne savent pas quoi faire de leur cash
7/ Viser une région dans laquelle notre situation personnelle (patrimoniale / revenus) est bien meilleure que celle du client moyen de la banque (pour que le banquier ait un intérêt à considérer la dimension atypique du projet).

En conclusion, je pense avoir frôlé mon objectif (en acceptant le principe du crédit amortissable + durée 10 ans + taux fixe autour de 2,5 % + pas d’appel de marge + nantissement d’actifs à hauteur de 150 % du montant du crédit y inclus le crédit) mais j’ai à ce stade échoué à l’atteindre comme je l’ai indiqué plus haut. Le chemin a néanmoins été enrichissant et ce n’est que partie remise. Pour grossir volontairement le trait, en étant de mauvaise foi et par provocation, je dirais que je regrette un peu que les banquiers ne "prêtent qu’aux pauvres" sur des projets parfois douteux d’un point de vue financier/risque mais standards plutôt que sur des projets atypiques mais pertinents (y compris du point de vue risque pour la banque)…

Comme alternative, il est bien sûr possible d’utiliser la marge du compte T-margin IB… mais dans des conditions bien moins avantageuses, je ne vous apprends rien (niveau de marge, révision de ce niveau décidé par le broker de manière unilatérale, pas de possibilité de verrouiller un taux fixe lorsque les taux sont faibles, appels de marge, etc…), raison pour laquelle je n’ai pas utilisé cette possibilité à ce jour.

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (09/01/2016 12h35)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #16 09/01/2016 10h52

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

Bonjour Vauban, Boursorama propose un crédit in fine pour une durée de 3 ans avec en nantissement PEA/CTO/AV (à prendre chez Boursorama bien sur).

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #17 28/09/2017 20h14

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonjour,

J’ai fait un bilan en début de semaine de l’ensemble de mes transactions sur actions japonaises.

Actions japonaises vendues (donc sorties du portefeuille)

Ticker    Perf en % (JPY)    Perf en % (EUR)
3599        23,41    17,41
7262        3,12        5,62
9405        -0,65        1,76
4694        -1,03        1,37
2117        70,49    76,3
6298        150,87    192,36
4033        27,74    50,85
6490        15,98    34,36
3768        8,97        26
3828        14,74    32,93
4094        58,29    75,97
1828        116,99    147,3
5971        77,08    91,36
1960        62,09    71,98
4234        65,89    74,24
4234        69,03    77,54
9880        82,11    82,5
6265        33,45    35,56
4705        -19,35    -18,08
2185        27,96    29,67
6882        96,72    99,61

Actions japonaises en portefeuille

Ticker Perf en % (JPY)
7877    28,46
1906    3,57
5983    25
7565    52,93
7901    20,95
7887    47,48
7399    47,65
7399    48,11
6930    -5,15
7420    41,68
2329    -14,04
2329    3,88
9776    62,39
6943    -22,86
6943    6,51
2055    12,4
3892    17,15
4621    19,57
4624    14,65
5357    23,01
6863    30,95
5973    -0,18
7957    0,54
6416    0,67
6964    -1,18
3600    0,77
6303    0,78
6022    -1,61
5816    0,57
6466    -1,36
9885    -0,2


Les actions en gras ont été achetées en début de semaine: https://www.devenir-rentier.fr/p261927#p261927. Cerise sur le gâteau: Fujix (3600) a fait un bond de + 25 % aujourd’hui (28/09), ce que je mentionne simplement de manière anecdotique et sans que cela ne soit en rien significatif. Mais ça fait toujours plaisir !
29/09: Pour prolonger le fun d’hier (et sans que cela ne soit en rien significatif), Fujix a de nouveau fait un saut de kangourou de + 20 % aujourd’hui… Je ne serais bien entendu pas surpris si cette performance de + 55 % en une semaine, depuis l’achat, était complètement gommée prochainement.
02/10: Et pour faire bonne mesure entre le positif et le négatif, Fujix perd aujourd’hui 16 %.

Ces performances n’ont bien sûr pas pour objet de présenter une vision trop optimiste de l’investissement en actions. J’ai également eu mon lot de casseroles (je pense à Box Ships et Outerwall, en particulier).

Enfin, le marché des actions japonaises présente des risques particuliers:
* Marché durablement sous-évalué
* Risque de change
* Normes comptables non (encore ?) IFRS
* Dette d’état abyssale
* Décroissance démographique
* Barrière de la langue (pas de possibilité de lire les documents d’information financière sauf quand ils sont traduits donc pas de possibilités de vérifier les données financières à la source ni de possibilité de comprendre le business)
* Différence de culture

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (18/11/2017 09h58)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #18 28/09/2017 22h45

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonjour pvbe et Durun,

Merci de vos messages.

Analyse quantitative

L’analyse quantitative permet d’effectuer un premier filtre sur les entreprises dans lesquelles j’investis, quel que soit le marché, en effectuant des filtrages ou classements par screener maison.

Accès à l’information

Je n’ignore ni le nom, ni le secteur d’activité des entreprises dans lesquelles j’investis. J’exploite simplement les informations qui me sont accessibles, de manière pragmatique.

Sur le marché japonais spécifiquement, la barrière de la langue induit des limites évidentes dans l’accès à l’information (pour les entreprises dont les données financières ne sont pas disponibles en Anglais).

La question clé me semble être la suivante: les informations disponibles sont-elles suffisantes pour prendre une décision d’achat ?

Mes réponses personnelles à cette question sont les suivantes:
1/ La diversification permet de limiter l’impact de problèmes individuels.
2/ Les divergences prix / valeur observées sont-elles du même ordre que celles observées sur les autres marchés ou nettement plus importantes ? Autrement dit, peut-on renforcer les critères de sélection par rapport à d’autres marchés où l’information détaillée est accessible ? Dans le cas des entreprises japonaises dont je suis actionnaire, la réponse était pour moi positive: les chiffres étaient suffisamment intéressants par rapport à ceux de sociétés d’autres marchés pour assumer le risque de l’accès limité à l’information et justifier l’achat selon moi.
3/ Je possède plus d’informations sur mes entreprises qu’un investisseur qui achèterait un tracker d’actions japonaises
4/ Lire toutes les données financières de toutes les actions d’un marché, comme je l’ai fait pour les 3750 entreprises japonaises cotées, dans le cadre de mon marathon de l’analyse financière, permet d’avoir une vue d’ensemble sur la diversité et la variabilité des situations du marché.

Critères de sélection

Mes critères de sélection sont multiples mais principalement orientés décote sur actifs tangibles et, marginalement, décote sur flux.

Je ne sélectionne pas a priori les entreprises dont je suis actionnaire sur leur taille.

Risque de change

Je suis toujours surpris d’entendre parler de risque de change sans jamais entendre parler d’opportunité de change. Pourtant, sur la plupart des actions japonaises que j’ai vendues, le risque de change se serait matérialisée en pratique par une opportunité de change puisque la performance en EUR était supérieure à la performance en JPY.

Rien ne nous empêche par ailleurs de nous couvrir contre le risque de change, en conservant une dette en JPY égale au montant investi en JPY.

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (28/09/2017 22h59)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #19 18/11/2017 09h37

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonjour Bibike,

Voilà quelques réponses à vos questions.

Ma performance sur une période de 10 ans (hors dividendes, excepté ceux versés en actions depuis le 03/09/2014), en partant du dernier pic avant le krach, est mise à jour dans ce message (voir la fin du message après la liste des transactions): Portefeuille d’actions de Vauban (2/3)

Évolution de la part

Base 100 fin 2007
Valeur de la part au 14/11/2017: 398
Évolution de la part: x 4 sur une période de 10 ans

TRI moyen sur 10 ans

TRI: 14,8 %

Performance du volet japonais

J’ai considéré ci-dessous l’ensemble des actions japonaises que j’ai achetées depuis que j’ai démarré l’exploration de ce marché, il y a un peu plus de 3 ans (certaines actions ont été vendues; les actions que je détiens actuellement en portefeuille sont indiquées dans le message suivant, rafraîchi régulièrement: Portefeuille d’actions de Vauban):

Ticker    Perf en % (JPY)    Perf en % (€)    Perf/an (JPY)    Perf/an (€)    Durée de détention   
2117    70,49    76,3    63,11    68,2    1,090411   
6298    150,87    192,36    67,61    82,65    1,780822   
4033    27,74    50,85    14,71    25,92    1,783562   
1828    116,99    147,3    38,51    46,34    2,378082   
1960    62,09    71,98    19,43    22,05    2,720548   
4234    65,89    74,24    19,32    21,38    2,865753   
4234    69,03    77,54    20,1    22,18    2,865753   
6882    96,72    99,61    25,77    26,4    2,950685   
7399    34,48    38,15    10,03    10,99    3,09863   
6930    -2,23    0,43    -0,73    0,14    3,09863   
7420    47,43    51,45    13,35    14,33    3,09863   
3599    23,41    17,41    2056,34    941,59    0,068493    Période non significative
7877    44,57    48,51    12,66    13,64    3,093151   
1906    5,71    8,6    1,81    2,7    3,093151   
5983    26,91    30,37    8,01    8,95    3,093151   
7565    63,79    68,26    17,29    18,32    3,093151   
7901    31,62    35,21    9,29    10,24    3,093151   
7887    48,68    52,74    13,68    14,68    3,093151   
7399    34,91    38,58    10,17    11,14    3,090411   
7262    3,12    5,62    1550,17    14583,12    0,010959    Période non significative
9405    -0,65    1,76    -44,85    391,36    0,010959    Période non significative
4694    -1,03    1,37    -61,12    246,12    0,010959    Période non significative
6490    15,98    34,36    10,56    22,14    1,476712   
3828    14,74    32,93    9,76    21,26    1,476712   
4094    58,29    75,97    25,12    31,75    2,049315   
2329    -14,27    -13,6    -5,37    -5,1    2,791781   
9776    57,61    60,08    18,42    19,11    2,690411   
3768    8,97    26    6,01    17,01    1,471233   
6265    33,45    35,56    11,65    12,32    2,619178   
4705    -19,35    -18,08    -7,88    -7,33    2,619178   
6943    -18,57    -16,26    -7,15    -6,21    2,767123   
2185    27,96    29,67    9,88    10,44    2,616438   
5971    77,08    91,36    55,86    65,53    1,287671   
9880    82,11    82,5    39,59    39,75    1,79726   
6863    67,65    64,81    29,95    28,82    1,972603   
2055    42    40,08    19,34    18,52    1,983562   
3892    33,47    31,67    15,67    14,88    1,983562   
4621    33,28    31,48    15,58    14,79    1,983562   
4624    19,41    17,8    9,36    8,61    1,983562   
5357    55,97    53,85    25,12    24,26    1,983562   
6943    12,43    2,63    18,34    3,8    0,69589   
2329    3,6    0,65    9,81    1,73    0,378082   
5973    2,2    3,47    15,85    25,93    0,147945    Période non significative
7957    0,32    1,56    2,18    11,03    0,147945    Période non significative
6416    16    17,44    172,7    196,42    0,147945    Période non significative
6964    6,21    7,53    50,27    63,35    0,147945    Période non significative
3600    6,14    7,45    49,6    62,53    0,147945    Période non significative
6303    11,52    12,91    108,96    127,21    0,147945    Période non significative
6022    1,15    2,41    8,04    17,46    0,147945    Période non significative
5816    2,97    4,25    21,88    32,49    0,147945    Période non significative
6466    4,02    5,31    30,53    41,87    0,147945    Période non significative
9885    5,01    6,31    39,16    51,22    0,147945    Période non significative
7703    8,23    8,53    109,63    115,13    0,106849    Période non significative
5900    -1,65    -1,37    -14,42    -12,11    0,106849    Période non significative
4957    -1,07    -0,79    -9,58    -7,15    0,106849    Période non significative
5951    -2,46    -2,13    -89,7    -85,98    0,010959    Période non significative
9909    -0,07    0,26    -6,19    26,74    0,010959    Période non significative
3841    -3,55    -3,22    -96,31    -94,95    0,010959    Période non significative
6256    1,8    2,14    409,31    590,42    0,010959    Période non significative
6156    -4,53    -4,21    -98,54    -98,03    0,010959    Période non significative
3848    2,5    2,84    851,8    1187,59    0,010959    Période non significative

En excluant les périodes non significatives (car trop courtes pour que le calcul de la performance ait un sens) et en postulant une équirépartition initiale des autres lignes du portefeuille, la performance moyenne annualisée de ces actions japonaises a été de 17,73 % en JPY et de 19,90 % en EUR (en excluant les dividendes, qui ont dû représenter à la louche 2 %/an en moyenne sur la période).

Conclusions

Attention, ces chiffres qui semblent globalement positifs sont à prendre avec des pincettes:
* 2017 a été pour moi une année exceptionnelle en terme de performance.
* Je ne prétends pas ma performance reproductible dans la durée. Je vise plutôt à titre personnel une performance de 6 %/an dans la durée (et 3 %/an après impôts et inflation en période de rente, dans quelques années). Mais cet objectif conservateur ne m’empêche bien entendu pas d’essayer de chercher à maximiser ma performance. On n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise.
* Le niveau des marchés US/UE me semble actuellement élevé (même si, pour faire bonne mesure, j’ai démarré le calcul de ma performance au plus mauvais moment: le dernier sommet avant le dernier krach). Il faudra donc logiquement réévaluer ma performance à la lumière du prochain krach (sans anticiper sa date), en creux de krach et après la remontée qui suivra.
* Ma performance est fortement volatile d’une année à l’autre.
* La performance indiquée est calculée uniquement sur la part de mon patrimoine investie en actions (en excluant la poche de liquidités éventuelle à placer en actions, actuellement un peu plus de 100 K€).
* Je n’ai pas utilisé de levier direct pour mes placements en actions sur les 10 dernières années (étant entendu qu’il y a par ailleurs un levier indirect du fait de l’endettement des entreprises que j’achète). Mais je n’exclue pas d’y recourir, en période de krach mais de façon raisonnable tenant compte de la volatilité du support donc pour 20 % à 25 % de mon patrimoine net, par exemple. Voir Effet de levier et investissement immobilier…

AMF: je suis actionnaire de certaines actions listées dans ce message.

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (18/11/2017 11h48)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #20 11/12/2019 12h25

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2260  

Bonjour Vauban,

Notre discussion sur les différentes approches de l’investissement sur ma file de portefeuille m’a incité à regarder de plus près votre file de portefeuille. Je l’avais déjà regardée, mais pas en détail car je n’ai pas d’intérêt particulier pour l’investissement au Japon (pour les raisons que j’ai expliquées) et surtout, je n’avais pas compris que vous mettiez à jour votre portefeuille par ré-édition de 2 messages :
- celui-ci pour le portefeuille actuel
- celui-là pour l’historique des transactions

Votre portefeuille actuel :

Note : Les montants investis en €, donc les plus- et moins-values en €, ne sont que des estimations car j’ai utilisé le même taux de change EUR/JPY (le taux de change actuel).

Clairement vos résultats sont excellents, bravo ! Non seulement il y a beaucoup plus de vert que de rouge, avec quelques très belles plus-values, mais surtout, les quelques moins-values latentes sont très modestes, ce qui tend à confirmer la pertinence de votre approche value (la marge de sécurité semble fonctionner).

Cette excellente performance me semble aussi confirmée par un coup d’oeil rapide à votre historique de transactions : peu de gros plantages et quelques très beaux coups. Cet historique suggère à la fois un bon stock-picking et aussi (surtout ?) une capacité psychologique à garder longtemps des lignes (plusieurs années) (moi aussi je garde longtemps voire éternellement mes lignes mais j’ai beaucoup moins de mérite car ma diversification est extrême, quasi indicielle).

Ce qui m’a surpris le plus en reconstituant votre portefeuille, c’est la capitalisation boursière de vos valeurs japonaises : que des micro caps (capi entre 50 et 300 millions $), voire des nano caps (capi < 50 millions $) !

D’où mes questions (en espérant éviter des redites par rapport à vos explications plus haut sur cette file) :

1) Je comprends que vous travaillez / avez travaillé à l’étranger. Avez-vous une bonne connaissance du Japon et de sa langue ?

2) Votre approche de stock-picking est-elle purement quantitative ou recherchez-vous aussi des informations non quantitatives sur les entreprises (rumeurs, management etc.) ? (Evidemment cette question est en lien avec la première.)

3) S’agissant de l’approche quantitative, quels sont vos ratios préférés, ceux qui vont déclencher un achat ?

4) Dans vos listes d’entreprises, K désigne la capitalisation boursière, correct ?

5) Selon votre expérience, pensez-vous que votre surperformance est plus largement due à votre stock-picking, ou bien à vos qualités psychologiques ? Votre utilisation de l’approche value n’est-elle pas plus utile aux secondes qu’au premier ? (C’est une question un peu subjective, mais on pourrait y répondre assez objectivement avec une analyse de votre historique de transactions.)

6) Ciblez-vous délibérément les micro caps ou est-ce le résultat d’une analyse quantitative qui suggère davantage d’opportunités (de valeurs "décotées") sur ce segment plutôt que sur les big caps ? (par exemple les big caps japonaises)

7) Selon votre expérience, votre approche value fonctionne-t-elle mieux au Japon qu’en France, par exemple ? Si oui, quelles explications y voyez-vous ? (Vos excellents résultats au Japon remettent en cause mon intuition que le QE conduit à l’évaporation progressive des inefficiences "négatives", c’est-à-dire les sous-évaluations, et donc réduit les opportunités pour les investisseurs value.)

8) Je comprends bien que vous ne faites pas de pari macro, mais de facto avec une telle concentration de votre portefeuille sur des micro caps nippones vous faites à mon sens un gros pari sur l’économie nippone (une récession peut être destructrice pour les small caps). Ou bien considérez vous que vos valeurs sont relativement découplées (dans la mesure du possible) des évolutions macroéconomiques ? (ce que suggère votre belle surperformance en 2018)

Merci.

PS : Pour vous faire plaisir je me suis résigné à acheter en ligne "Security Analysis", en complément de "The Intelligent Investor" que j’avais déjà. J’avais repoussé mon achat de cette "bible" de l’approche value justement parce que je ne trouvais pas ce livre très value (50€…). Je souhaite mieux comprendre les approches bilantielles, que vous semblez utiliser et sur lesquelles j’ai un doute fondamental lié au risque de captation des actifs par les autres acteurs (banques et autres créditeurs) - un risque qui existe quel que soit l’endettement de l’entreprise à l’instant "t".

Dernière modification par Scipion8 (11/12/2019 12h39)

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #21 11/12/2019 18h13

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonjour Scipion8,

Concernant la mise à jour de mes messages, je privilégie en effet l’approche hétérodoxe consistant à lister mes transactions dans un message unique de "track record" (pour éviter au lecteur d’avoir à balayer l’ensemble des messages pour reconstituer un historique de transactions) Transactions historiques et à lister mon portefeuille dans un unique message à la date de la dernière mise à jour  (pour éviter les multiples versions): Portefeuille d’actions de Vauban

Je ne considère pas la performance de mon portefeuille actuel significative vu la durée de détention des actions s’y trouvant. La performance des transactions (achat / vente), tenant compte de la durée de détention, souvent sur plusieurs années (mais pas dans une optique transgénérationnelle), me semble à l’inverse plus significative.

En réalité et à titre d’illustration de mon propos, mes meilleurs investissements en terme de performance en 2019 sont déjà sortis de mon portefeuille pour rejoindre le track record:

Titre  / Quantité / Date d’achat / PRU / Date de vente / Prix de vente

4239        4300        30/07/2019    560        02/09/2019    997
6256        400        11/03/2019    6000        15/11/2019    11890

Bien entendu, ces 2 transactions particulières ne sont pas représentatives de ma performance. Je note que mon portefeuille a également largement bénéficié de la hausse générale des marchés en 2019.

Concernant la capitalisation des entreprises, je cherche les divergences prix / valeur où elles se trouvent: je n’ai pas d’a priori sur la taille de l’entreprise. Après tout, je pourrais investir sur la ’femto-cap Scipion8" selon les modalités discutées dans votre file ! Il me semble également logique de trouver plus d’aberrations de marché sur ces niveaux de capitalisation, du fait des problématiques de profondeur de marché et du niveau de sophistication des autres acteurs de marché. Le fait que toutes ces entreprises soient obscures, laborieuses et rebutantes avec des fondamentaux solides n’est pas pour me déplaire ! Typiquement pas le genre d’entreprises dont nous discuterions lors d’un cocktail. Je serais à vrai dire bien plus inquiet avec en portefeuille des entreprises bien en vu et séduisantes du fait de leur renommée superficielle mais dont la réalité fondamentale serait à l’inverse bien plus mauvaise.

1) Je travaille en effet à l’étranger. Je n’ai jamais travaillé en France et n’y travaillerai probablement jamais, comme il y a de meilleures opportunités d’un point de vue de la divergence prix / valeur dans d’autres pays ! Mais je n’ai aucun lien avec le Japon (si ce n’est 2 amis y résidant) et ne maîtrise en rien le Japonais. J’ai une connaissance objectivement médiocre du Japon. Néanmoins, après mon "marathon de l’analyse financière" consistant à passer en revue manuellement toutes les données financières des 5 derniers exercices des 3750 entreprises japonaises cotées, j’ai une vision globale intuitive des possibles et de la variabilité de différents paramètres sur cet univers d’investissement.

2) Mon approche de stock-picking peut généralement se résumer à 2 phases distinctes:
a/ Phase quantitative automatisée de présélection d’opportunités potentielles sur base de critères "durs" en balayant largement les marchés cibles.
b/ Étude manuelle des dossiers (critères non quantitatifs) et post-filtrage sur base de critères "mous". Un exemple de critère mou: je n’aime pas les biotechs. C’est un secteur dans lequel je n’investis pas.

Ensuite, il m’arrive de prendre des "tickets de loto" en faible proportion de mon capital investi ou de faire des expérimentations (< 10 % au total), mais c’est plutôt anecdotique. Deux exemples de tickets de loto dans mon portefeuille: BNP et GLE. Pour l’instant, j’ai été chanceux.

3) J’utilise en réalité tout un panel de ratios quantitatifs, par exemple:

Bilan:

Niveau d’endettement: Dettes (court terme + long terme) / total du passif

Décote sur actifs courants: (Actifs tangibles - dettes) / capitalisation boursière

Décote sur actifs tangibles après amortissement: (Actifs tangibles + immobilisations corporelles tenant compte de l’amortissement - dettes) / capitalisation boursière

Décote sur actifs tangibles avant amortissement: (Actifs tangibles + immobilisations corporelles avant amortissement - dettes) / capitalisation boursière

Flux:

Volatilité du FCF

Sur base du FCF moyen à 5 ans, nombre d’années qu’une entreprise mettrait à racheter toute sa capitalisation boursière et toute sa dette

Rachats d’actions

Émission de dette sur les derniers exercices

Marge opérationnelle: Revenu opérationnel / CA

Dépenses R&D

Évolution du chiffre d’affaire

Capex / revenus opérationnels

FCF (5 ans)/ dividende

J’aime les entreprises dont le revenu net et le free cash flow racontent la même histoire.

Conclusion

J’aime les entreprises qui présentent une forte décote sur actifs tangibles (notamment après amortissement des immobilisations corporelles et dont les immobilisations corporelles ont déjà été bien amorties). Si, en plus, l’entreprise a un flux "correct" qui lui permettrait de racheter toute sa dette et sa capitalisation boursière en un faible nombre d’années, c’est un plus ! Le business (et je sais que cela va heurter votre sensibilité d’investisseur souhaitant financer et accompagner un projet entrepreneurial), c’est la cerise sur le gâteau.

Accessoirement et de temps en temps, j’achète des entreprises pour la qualité de leur flux mais je suis dans ce cas beaucoup plus exigeant sur celui-ci (et donc moins sur le bilan). Par exemple:
1/ CA en croissance sur chacun des 5 derniers exercices
2/ Marge opérationnelle peu volatile et supérieure à 20 % (donc un éventuel moat qui se traduit dans les chiffres et non un moat "a priori")
3/ Volatilité et importance du FCF.

Un exemple assez représentatif de ce type d’investissements est Verisign, achetée vers $ 60 et revendue vers $ 90: www.devenir-rentier.fr/t6939

Verisign est typiquement une entreprise dont vous diriez que j’ai raté l’accompagnement de la croissance d’un "bon" business à long terme mais cela m’a permis en peu de temps de redéployer le capital sur d’autres opportunités.

4) Oui.

5) Je pense qu’il s’agit d’une combinaison des deux aspects mais si je devais en choisir un, je dirais le stock picking. Bien entendu, comme vous le savez, j’ai une tête de mule de paysan alsacien, qui, dans le contexte de l’investissement, me semble également être un avantage. Enfin, avoir une boussole rationnelle dans un contexte qui ne l’est pas aide également à ne pas avoir peur d’avoir "raison contre tous". Par ailleurs, je dirais qu’un autre point fort est que je ne dépends en rien de l’argent investi, qui n’affectera en rien mon niveau de vie. L’argent m’intéresse assez peu fondamentalement et seulement pour deux choses à ce stade, la sécurité financière de ma famille étant "assurée": acheter du temps et créer un moteur qui s’auto-alimente pour les générations futures (d’ailleurs pas forcément une bonne idée tant que la génération suivante n’a pas prouvé sa capacité à se gérer elle-même mais je travaille bien entendu sur ce plan également, par ailleurs, avec pour l’instant des résultats concrets qui me semblent plus que satisfaisants). Pour ce qui est de l’achat d’objets n’ayant pas une divergence prix / valeur avantageuse (voiture de luxe, villa de 500 m2, objets bling bling, etc…), je n’en vois pas l’intérêt et ils ne répondent pas philosophiquement à mes aspirations (coût en temps des possessions matérielles, ennui). Ce qui m’intéresse dans l’investissement, c’est plutôt la compétition, l’optimisation, la quantification, la mathématique, démêler le vrai du faux, etc… Enfin, d’un point de vue risque, il faudrait perdre plus de 80 % du prix pour revenir à mon niveau de 2007 et me placer dans une situation inconfortable, de ce points de vue.

En conclusion, et c’est bateau puisque ce  point fait consensus chez les stock pickers: je pense avoir un profil bien adapté à ce qui est attendu de l’investisseur. Je me sens en phase et en paix avec mes investissements.

6) Il ne s’agit pas d’un choix délibéré mais simplement le résultat du préfiltrage quantitatif. Cela me semble assez logique puisque les acteurs sur ce type de valeurs seront moins sophistiqués que sur d’autres.

7) Mon approche ne me semble fonctionner ni mieux en France ni au Japon. L’arbitrage géographique, c’est plutôt pour moi une question liée aux opportunités à un instant donné. Actuellement, c’est le Japon mais je ne m’y sens pas attaché émotionnellement. Finalement, est-ce que concentrer tout son patrimoine en actions éligibles au PEA n’est pas ce que font la plupart des investisseurs individuels français, ne serait-ce que pour des raisons fiscales ? Investir sur le deuxième marché mondial est-il plus risqué a priori ?

Mon impression est que les variations de prix sur les actions au Japon sont souvent plus tassées qu’en Europe ou aux États-Unis. Mais il ne s’agit que d’un sentiment que je n’ai pas vérifié de manière quantitative. De ce fait, je n’attends généralement pas une augmentation de prix supérieure à x 2 au moment de mon achat d’actions japonaises.

8) Je pense qu’un poids trop important est généralement accordé au côté "noble" macroéconomique (ainsi qu’au côté "noble" de la dimension business).

Concernant l’impact d’une récession japonaise sur mes entreprises, je distinguerais deux aspects:
* Du point de vue de l’économie réelle, mes entreprises me semblent très bien armées pour faire face à une récession ou à une remontée éventuelle des taux d’intérêt (faible endettement, fort niveau de liquidités, immobilisations corporelles largement amorties, flux correct même s’il n’est pas "à la Verisign", etc…).
* Du point de vue des marchés, il y aura un fort impact négatif sur le prix à court terme en cas de krach. À moyen terme, j’anticipe (peut-être à tort) que le marché constatera que ces entreprises performent en réalité correctement du point de vue de l’économie réelle et malgré la récession. Cela se reflètera alors dans le prix des actions.

Donc, je pense en effet qu’il y a une décorrélation à moyen terme en cas de krach (mais je peux me tromper). Enfin, je ne prétends pas nécessairement conserver à très long terme (optique inter générationnelle) mes actions japonaises. Je pense plutôt "faire tourner" mon portefeuille en moyenne tous les 3 ans et bénéficier des divergences prix / valeur là où se trouvent les opportunités les plus intéressantes, de mon point de vue.

Un point sympathique de l’investissement au Japon est que les investisseurs japonais rapatrient leurs capitaux investis à l’étranger dès que les marchés s’agitent, ce qui atténue légèrement l’effet d’un krach.

Enfin, les actions ne sont qu’une branche de mon patrimoine (55 % de mon patrimoine brut).

Cordialement,

Vauban

P.S.: Security analysis n’est pas nécessairement pour moi une bible. Si je respecte l’esprit de certains concepts de Graham, qui me parlent d’un point de vue philosophique (Mr Market, les divergences prix / valeur, les inefficiences de marché, la marge de sécurité, acheter 2 € pour 1 €, les expériences et résultats pratiques de Graham and Dodd’s ville, le prix est ce qu’on paie et la valeur ce qu’on a, etc…), je n’en respecte pas nécessairement la lettre ! Je préfère me faire ma propre idée sur base des données financières actuellement à disposition. Donc je prends le pari que votre lecture de Security Analysis va vous décevoir du point de vue de la divergence prix / valeur ! Votre achat ne m’a donc malheureusement procuré aucun plaisir. Ce qui me procurerait du plaisir, en revanche, comme je vous l’ai déjà écrit et comme nos positions sont en théorie irréconciliables, serait de vous voir "vous faire violence" en changeant d’approche d’investissement si la performance long terme de votre approche actuelle était plus faible en pratique que celle d’une approche valeur. Néanmoins, je n’ai pas nécessairement cette ambition et je ne considérerais pas, sur un autre plan, totalement satisfaisant d’avoir infléchi quelque peu votre destinée puisque cela signifierait que vous tomberiez peut-être dans un travers "gourou / suiveur" ! Donc, il est important que ce cheminement vienne fondamentalement de vous. En réalité, je n’ai pas de doute sur le fait que vous avez une indépendance d’esprit. Enfin, cela se ferait également au prix d’une performance moindre de votre approche, ce que je ne vous souhaite pas, bien entendu. Vous voyez que je suis difficile à satisfaire !

Dernière modification par vauban (10/04/2020 20h19)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #22 10/04/2020 21h27

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonjour Jérôme,

Pour information, mon portefeuille est à jour sur ce message: Portefeuille d’actions de Vauban

Comme je le proposais fin février 2020, mon niveau d’exposition et ma performance sont listés en fin de ce message: Portefeuille d’actions de Vauban (2/4)

Pour répondre à votre question et en un mot, je suis à nouveau investi à 95 % de mes liquidités.

J’ai racheté des actions qui me semblaient présenter une belle divergence prix / valeur à partir de la fin mars 2020 et jusqu’à aujourd’hui. La plupart me semblent être aptes à passer la crise (endettement faible, niveau de liquidité important, flux positif par le passé qui ne préjuge bien entendu pas du futur).

Au final, je conclue que le market timing à faible fréquence a été pour moi profitable, cette fois, puisque j’ai racheté des actions que j’avais déjà eues en portefeuille à des cours bien inférieurs. Ma performance 2020 sur mes liquidités + actions est de - 3,5 % à ce jour, ce dont je suis satisfait. Mais je n’exclue pas qu’il s’agisse éventuellement simplement d’un hasard. En tous cas, j’ai bien dormi pendant la baisse de mars.

J’avais déjà indiqué les raisons qui m’avaient poussé à sortir du marché (market timing à faible fréquence dans un contexte de niveau des marchés élevé et d’une anticipation d’une poursuite de la baisse car la propagation aux États-Unis n’avait pas encore eu lieu). Les raisons qui m’ont fait revenir sur les marchés sont les suivantes:
1/ Le Japon (ma zone principale d’investissement, actuellement, en raison des nombreuses opportunités d’investissement valeur), à ce jour moins touché que l’Europe et la Chine
2/ La propagation du virus aux États Unis
3/ L’intervention massive des banques centrales
4/ Le niveau de peur est bien retombé (VIX, Google Trends, etc…)
5/ Le climat de "fin du monde" sur les marchés en mars
6/ Le prix des actions au moment de ma vente supérieur à leur prix au moment de mon achat
7/ L’étude fondamentale d’opportunités d’investissement présentant une forte divergence prix / valeur, accentuée par la baisse globale des marchés
8/ Le redémarrage de l’activité en Chine
9/ Fin février, je pensais que les pays de l’hémisphère sud allaient être autant impactés que ceux de l’hémisphère nord. Au final, cela ne me semble pas le cas. Le virus serait-il finalement moins virulent durant les périodes chaudes de l’année, ce qui nous conduirait à une période d’accalmie ?
10/ Coût d’opportunité sur liquidités dormantes (et risques divers associés)

Si je résume mes objectifs:
* Je souhaitais acheter à un prix inférieur à celui de mes ventes => OK
* J’anticipais que la baisse des prix se poursuivrait au moins jusqu’au moment où le virus se propagerait largement aux États Unis => OK
* Je ne souhaitais pas nécessairement avoir une large position cash en liquide à long terme => OK
* Je souhaitais attendre que le niveau de peur/panique retombe => Partiellement OK. Le niveau de peur a bien baissé mais plusieurs facteurs pourraient potentiellement nous faire rebasculer dans un niveau de peur élevé (deuxième vague, deuxième confinement, impact sur l’économie et les résultats des entreprises, etc…).

Conclusion

Je suis content d’être passé liquide sur une partie de la baisse et je suis également content d’être à nouveau pleinement investi. Voyons maintenant la suite du krach et si l’impact sur les résultats des entreprises induit une deuxième phase de peur et de baisse des marchés. Je ne prétends pas nécessairement être entré au plus bas. L’histoire n’est sans doute pas finie…

Finalement, je suis prêt à utiliser à nouveau l’outil de market timing à faible fréquence, même s’il ne me semble pas que cette stratégie soit nécessairement meilleure qu’une exposition en continu à 100 %.

Cordialement

Vauban

Dernière modification par vauban (11/04/2020 13h07)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #23 28/10/2020 11h32

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonjour Ulysse,

Non. Je ne suis pas (encore ?) passé liquide. Peut-être à tort.

Tout d’abord, comme je l’avais indiqué, je souhaite utiliser le market timing à faible fréquence pour une large part de mes actifs. Donc un mouvement aussi radical que la vente de l’ensemble de mes actions (93 % en pratique du fait de problématiques de liquidités) devrait rester un évènement relativement rare.

Mon idée principale en février était que l’impact à la fois réel et psychologique du Coronavirus s’accentuerait encore aux US, vu l’évolution en Europe, avec une continuation à la baisse des prix sur les marchés (ma décision n’était en rien motivée par le confinement en France). Google Trends, entre autres (VIX, nombre de messages postés sur la file "Encore un krach sur les marchés actions" par jour, etc…), m’avait été utile pour "timer" ma sortie et mon entrée:
[url=Error 429 (Too Many Requests)!1&geo=US]Error 429 (Too Many Requests)!1[/url]
Error 429 (Too Many Requests)!1

Je n’exclue pas que cette analyse ait été totalement erronée (je ne prétends pas avoir des analyses pertinentes au niveau macro) et que j’ai peut-être simplement eu de la chance. En tous cas, cela m’a permis de bien vivre la période du krach du début d’année.

Actuellement, je ne vois pas de frémissements psychologiques majeurs ou de panique liés au Coronavirus, au niveau mondial. Bien entendu, un nouveau confinement en France ne serait pas une bonne nouvelle pour l’économie française. Mais je n’ai quasiment aucun instrument financier lié à la France. Je suis principalement exposé au Japon et un peu aux US.

Par ailleurs, j’ai d’autres outils de protection contre une baisse des marchés (moins radicaux qu’un passage à 100 % liquide) que je peux également utiliser :
* Diminution de l’utilisation de la marge. Actuellement, j’ai une exposition à 100 % (hors levier via mes positions longues sur options CALL). J’ai donc des réserves avec ma marge IB pour augmenter mon exposition si la baisse se poursuit.
* Augmentation de la proportion des positions longues sur des CALL par rapport à l’ensemble de mes actifs financiers après une baisse significative des marchés.
* J’ai une forte position en actions Japonaises qui n’est pas hedgée. En période de baisse des marchés, le JPY augmente par rapport à l’EUR et à l’USD.
* La plupart de mes investissements ont une forte divergence prix / valeur, qui peut potentiellement jouer comme amortisseur, étant entendu qu’en cas de krachs, ces actions baisseront également.
* Achats de PUT.

Depuis mon plus haut 2020 à +14,5 %, j’ai pour l’instant perdu un peu moins de 1 % soit une performance 2020 de + 13,7 % à ce jour. Voyons ce que l’avenir nous réserve…

Mes positions sont listées dans ce message: Portefeuille d’actions de Vauban
Mon exposition est visible en fin de ce message: Portefeuille d’actions de Vauban-2#p109645

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (05/11/2020 14h10)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+2]    #24 28/11/2020 16h18

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonjour Ulysse,

Suite à notre précédente discussion et comme la baisse ne me semblait pas correspondre à un mouvement de panique, j’ai décidé d’augmenter la voilure en vendant des actions par ordre de divergence prix / valeur croissant pour acheter des options CALL peu aggressives sur la maturité. Sur le strike, certaines sont très aggressives (OTM) et d’autres plus douces (ITM), enfin autant qu’une scie sauteuse puisse l’être. Certaines de ces positions sont purement spéculatives et d’autres relèvent de l’investissement.

Je suis débutant dans le domaine des options et j’ai fait quelques tests et erreurs mais il faut bien sortir de sa zone de confort pour apprendre. Si des abonnés des Daubasses qui liraient ce message sont intéressés par mes idées et mon parcours de débutant en options, j’ai commencé à les documenter dans cette file sur le forum éponyme, et je ne me répéterai donc pas ici: il Forum 100% Actions - Les Daubasses - Connexion

Le vent de novembre ou devrais-je dire l’ouragan a soufflé dans notre dos, conditions météorologiques extrêmement favorables, probablement dûes au déréglement climatique ou à la chance du débutant. Mes performances ci-dessous ne sont donc en rien représentatives.

Options vendues et performance

TSLA Oct09’20 365 CALL    10/09/2020    11/09/2020    -23,75
MT AEB Dec20’24 16 PUT @FTA    28/09/2020    29/10/2020    -2,7 (vente de PUT)
DDS Jan20’23 45 PUT @DTB    03/10/2020    29/10/2020    -2,5 (vente de PUT)
STX Jan20’23 35 CALL    30/10/2020    06/11/2020    +28,39
AF SBF (AFR) Jun18’21 5,2 PUT @DTB    05/11/2020    10/11/2020    -32,34
DDOG Jan20’23 90 CALL    09/11/2020    10/11/2020    -13,73
SHOP Jan20’23 950 CALL    09/11/2020    10/11/2020    -12,31
DDOG Jan20’23 90 CALL    10/11/2020    11/11/2020    -24,13

Options actuellement en portefeuille et performance

GLE SBF (SGE) Dec20’24 14 CALL @DTB    11/09/2020        +96,83
GLE SBF (SGE) Dec20’24 32 CALL @DTB    11/09/2020        +139,8
FP SBF (TOTB) Dec20’24 40 CALL @DTB    02/11/2020        +277,42
MT AEB Dec20’24 20 CALL @FTA    02/11/2020        +86,67
ORA SBF (FTE) Dec20’24 12 CALL @DTB    02/11/2020        +47,7
           
IBKR Jan20’23 55 CALL    02/10/2020        +27,6
IBKR Jan20’23 45 CALL    02/10/2020        +4,96
GOOG Jan20’23 1100 CALL    08/10/2020        +46,41
INTC Jan20’23 35 CALL    30/10/2020        +15,38
CSCO Jan20’23 30 CALL    30/10/2020        +61,55
DDOG Jan20’23 90 CALL    11/11/2020        +34,53
SHOP Jan20’23 950 CALL    10/11/2020        +36,55

Hedger mes positions en JPY

Comme j’anticipais une hausse des marchés et que le JPY est une monnaie refuge en cas de baisse des marchés., j’ai hedgé mes positions en JPY en contractant une dette en JPY du montant de mes positions en JPY, en conservant les liquidités générées en EUR.

Performance 2020

Suite à ces transactions, ma performance 2020 à ce jour sur mes actions + options + liquidités grimpe à + 31,93 % avec une exposition de 96 % (levier via les CALL non compté), moyennant une prise de risque plus importante via le levier sur les options CALL.

Je m’approche à 40 K€ près de l’objectif de patrimoine net à 10 ans que je m’étais fixé en 2013.

Bien entendu, il faut prendre ces bonnes nouvelles de manière neutre et factuelle, avec détachement, et ne pas se laisser emporter par l’euphorie actuelle des marchés afin de garder son sens critique pour prendre les bonnes décisions: le vent pourrait souffler en sens inverse, ce qui ne semble pas improbable à court terme après l’augmentation incroyable du mois de novembre, et le levier s’appliquerait également dans ce sens. Mais, à moyen terme, je suis haussier car la plupart des sous-jacents de mes CALL ne me semblent pas encore avoir atteint leur potentiel donc je garde mes positions pour le moment. Je les garde également pour des raisons fiscales mais si c’était la seule raison, je pourrais acheter des PUT pour équilibrer en attendant les 6 mois de détention, seuil à partir duquel mes plus-values sont exonérées d’impôt dans mon pays de résidence fiscale.

J’espère que vous avez bien négocié le virage, en convertissant vos BX4 à temps en actions (voire en CALL): Portefeuille d’actions d’Ulysse (2/2)

Voyons ce que nous réserve l’avenir…

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (17/03/2021 21h20)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+3]    #25 08/05/2021 00h49

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Bonjour,

La chance du débutant m’a permis de bien performer sur mes positions en options (positions longues sur des CALLs).
J’ai vendu ce jour mes options CALL MT (+ 530 % en 6 mois) et mes options CALL CSCO (+ 168 % en 6 mois).

Performance de mes positions longues sur options CALL en portefeuille (achetées à partir de septembre 2020)

GLE SBF (SGE) Dec20’24 14 CALL @DTB    + 273,66 %
GLE SBF (SGE) Dec20’24 32 CALL @DTB    + 632,14 %
FP SBF (TOTB) Dec20’24 40 CALL @DTB    + 312,9 %
ORA SBF (FTE) Dec20’24 12 CALL @DTB    -15,25 %
                                                           
IBKR Jan20’23 55 CALL    + 168,4 %
IBKR Jan20’23 45 CALL    + 100,15 %
GOOG Jan20’23 1100 CALL    + 157,86 %
INTC Jan20’23 35 CALL    + 79,69 %
DDOG Jan20’23 90 CALL    -32,54 %
SHOP Jan20’23 950 CALL    + 32,77 %

Performance globale annualisée sur mes actifs financiers

Ces bonnes performances sur ces positions longues en options CALL couplées à la performance de mes actions m’ont permis de bien performer en 2020 sur l’ensemble de mes actifs financiers + liquidités (+ 35,06 %) et en 2021 (+ 33,25 % au 07/05/2021).

Ma performance annualisée depuis 2007 sur mes investissements en actions s’élève à 18 % / an.

Avec l’utilisation des options, je pense que ma performance dépassera probablement 20 % / an (en moyenne géométrique) sur le volet actions + options + liquidités sur base de mon expérience d’investisseur en actions depuis 2000, au prix d’une plus forte volatilité (sans nécessairement prétendre que ma performance soit reproductible à ce niveau et sans vouloir relancer la polémique d’une anticipation de performance élevée dans la durée). Bien entendu, il ne s’agit en rien d’un objectif et j’écris cela à titre indicatif. Si ma performance sur actifs financiers est au final par exemple de 10 % / an dans la durée, je ne m’en plaindrai pas. Mon patrimoine net serait alors à 8 chiffres, au moment où je prendrai ma retraite, dans 14 ans. Pas si mal pour un plan B !

La suite ?

De manière générale, le niveau des marchés US / UE me semble relativement élevé (moins vrai pour le Japon) et donc inadapté à l’achat de CALL. Je suis prêt à passer entièrement liquide à tout moment si la situation me semble l’exiger (market timing à faible fréquence).

Mon approche actuelle est de réduire la voilure en vendant des CALLs qui ont atteint leur potentiel pour acheter des actions. Avec le produit de la vente des CALLs MT et CSCO, j’ai acheté des actions de 4 entreprises US dans une optique flux / croissance, sur lesquelles je pourrais ultérieurement acheter des CALLs: ETSY, MORN, FOXA et LBTYK. En cas de forte baisse du cours de ces actions (par exemple en cas de krach), j’envisage de vendre ces actions pour acheter des CALLs de ces mêmes entreprises pour augmenter ma voilure.

L’achat de quelques PUT pourrait également compléter le tableau.

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (08/05/2021 09h04)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur