Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#51 15/12/2015 21h36 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   

Pour être plus précis, il manque la localisation de votre studio… Une réfection d’un parquet est plus coûteuse au 6eme étage sans ascenseur d’un immeuble parisien que dans une ferme de la Creuse.

Connaissant assez bien le marché de l’assurance, le prix d’une PNO de qualité pour un studio doit être de 55 À 70 euros suivant la localisation…souvent le prix se fait sur le nombre des pièces plutôt que la surface.

La Responsabilité civile personnelle du propriétaire est rendue obligatoire par la loi alur dès lors que l’appartement est dans une copropriété, les contrats Rc simple sont assez rare et il est intéressant d’avoir un contrat plus complet avec des garanties couvrant les dommages et parfois une extension de protection juridique pour couvrir les litiges propriétaires locataires.

La cidre même si c’est une usine à gaz a pour objectif de faciliter les indemnisations en évitant les recours entre assureurs … Le principe général … C’est l’assurance du lésé qui prend en charge sans faire de recours sur la source du sinistre … Elle intervient sur les petits sinistres … De mémoire maxi 1600 euros ht pour les embellissements (enduits, peintures, papiers) et 240 euros ht pour l’immobilier (réfection complète d’un parquet en chêne).
La cidre a l’avantage de ne pas appliquer la franchise au contrat pour le lésé. Moralité, si vous avez un dégât des eaux… Mieux vaut être en cidre.

L’expert peut être désigné en cas de difficulté à chiffrer le dommage ou s’il est difficile de déterminer les circonstances du sinistre ou encore en cas de suspicion de fraude. Sinon pour faire baisser les coûts, les assureurs ont un seuil à partir duquel ils envoient un expert… L’estimation se fait maintenant régulièrement sur devis avec des barèmes établis pour des réparations types. Le seuil est variable suivant les compagnies.

Le dégâts des eaux en copropriété est un des sinistres les plus complexes à indemniser … Je vous conseille de vous assurer chez un assureur local qui gère ses sinistres lui même.. Plutôt que de tenter d’expliquer à une plateforme téléphonique située en Asie que la chasse d’eau de la  mamie partie en vacances et habitant au dessus semble fuir et que votre plafond s’écroule …
 
Enfin, les syndics et gestionnaires d’immeubles ne sont plus aussi sérieux et solide qu’avant … Parfois certains peuvent mettre la clé sous la porte et peut être ne pas payer la prime d’assurance de votre immeuble… Que se passe-t-il alors si dans le même temps un incendie intervient…la PNO est une sécurité

Picsou

Hors ligne

 

#52 10/10/2016 12h19 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   138 

Bonjour à tous;

Je suis bailleur de 2 biens en meublés depuis plus de deux ans.

J’avais fait le choix de ne pas prendre d’assurance PNO pour mes appartements (cout environ 10€/appart).

En Septembre un appartement a subi un dégât des eaux venant d’un appartement du dessus.
Un constat a été établi en bon et dû forme.

Cependant, alors même que la responsabilité de l’appartement du dessus est reconnu, que ma locataire est assurée (convention CIDRE non applicable car loué en meublé).

L’assurance du tiers responsable ne veut pas traiter avec moi et me demande de me tourner vers mon assureur !

Franchement je galère depuis 1 mois, je pense que lorsque ce litige sera soldé je vais prendre une PNO.
Je détestait les assureurs mais là mon aversion est encore plus prononcée, je pense que la dépense d’une PNO est finalement gage de rapidité dans l’exécution même si je la vis comme un racket.

Des avis sur la question ?

Hors ligne

 

#53 10/10/2016 13h52 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   12 

Si ma mémoire est bonne l’assurance PNO est obligatoire depuis le 1er janvier 2016.

J’ai eu la même mésaventure que vous et c’est à votre assurance d’intervenir si vous louez en meublé. Si vous n’avez pas d’assurance, cela risque de fortement se compliquer pour vous.

Hors ligne

 

#54 10/10/2016 14h43 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   761 

C’est la loi ALUR qui a introduit (article 9-1 de la loi de 1965) l’obligation d’une assurance responsabilité civile pour tous les copropriétaires (occupants ou non) :
Assurance propriétaire non occupant et loi ALUR. Par Christophe Jervolino, Avocat.
Ce qui veut dire que :
- le PNO d’une maison individuelle n’est pas concerné
- la seule obligation d’un copropriétaire porte sur l’assurance RC, même si les assureurs proposent évidemment des choses en plus dans leurs contrats PNO.

Hors ligne

 

#55 10/10/2016 14h53 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   49 

En complément, un peu plus d’informations parce ce qui peut être couvert par une PNO :
http://www.assoedc.com/ce-que-vous-deve … upant-pno/

Ce n’est pas rien. On peut le voir comme du "racket" comme vous, ou voir cela comme une contribution ridicule si un sinistre majeur survient… A l’instar d’autres assurances, quand je vois le prix pour avoir refait la portière de ma voiture rayée par le camion poubelle, j’en ai pour 4 ans d’assurance… Et je ne parle pas des montants en cas de dommages envers des personnes.

10€ / appart : je trouve que cela vaut largement les difficultés (et le temps que vous y consacrez) pour un "simple" dégâts des eaux …

Setanta

Hors ligne

 

#56 10/10/2016 15h50 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   36 

Bonjour,

En effet l’assurance PNO semble parfois obscure mais là malheureusement vous êtes dans un cas type.
Ce serait intéressant de savoir finalement comment vous avez réussi à vous en sortir car je n’ai aucune idée.

Dans mon cas personnel je ne me suis pas posé de question (50€/mois pour 5 lots dans un immeuble).

Pour compléter, nous avions publié une infographie sur le sujet récemment. Peut-être que cela en intéressera certains.

Bruno


Auteur du bestseller "107 Principes Immobiliers" (TOP 3 Amazon - Noté 4,8/5)

Hors ligne

 

#57 10/10/2016 16h17 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   138 

Je ne m’en suis pas encore ’sorti’.
La responsabilité civile est obligatoire depuis 01/01/2016, je viens de l’apprendre en faisant mes recherches. Cependant, il me semble totalement fou de ne pas pouvoir être couvert pour un risque dont je ne peux être tenu pour responsable et dont le responsable est trouvé et assuré !

Je ne manquerai pas de vous tenir au courant.

Je suis d’accord avec le caractère insignifiant des 10€ par lots, j’ai commencé les consultations pour me mettre en conformité et pour ma sérénité, cependant je trouve quand même que c’est du racket surtout au regard de l’aventure énoncée plus haut.

Hors ligne

 

#58 10/10/2016 16h27 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   761 

Ca serait à vérifier mais, à mon avis, l’assurance de la tierce partie vous doit effectivement le dédommagement pour le sinistre.

Ils ne veulent parler qu’à votre assurance parce que c’est l’habitude, mais il y a sans doute moyen de les ramener à de meilleures dispositions.

Hors ligne

 

#59 10/10/2016 16h48 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   138 

Bonjour Bertrand2K;

Je suis du même avis que vous mais à part une réflexion laconique du genre : ’Mais si vous n’avez pas de PNO alors que c’est obligatoire c’est votre problème…’.

Bref, le manège continue, je vous tiendrai informé wink

Nota : Le sinistre est de 600€, soit ce que j’ai économisé en PNO depuis que j’ai commencé. Au pire ce sera une leçon qui ne coute pas trop cher.

Merci à vous.

Hors ligne

 

#60 10/07/2017 15h55 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   312 

Je viens interroger la communauté sur son expérience des assureurs distribuant des assurances PNO.

Si j’ai toujours réussit à trouver des assureurs bon marché pour les appartements (+/- 65€ pour des T2) dès qu’il s’agit de maisons, les prix s’envolent.
Je comprends parfaitement qu’assurer une maison présente des risques de coût supplémentaires par l’absence de mutualisation des risques, notamment pour la toiture… mais je ne trouve rien à moins de +/- 140€/an (maison en T2) et +/- 180€/an (maison T3) devis pour des maisons nues et l’écart me parait important.

Avez vous de meilleurs filons ?


"Cesse de croire, instruis toi"- André Gide

Hors ligne

 

#61 11/07/2017 17h06 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   71 

Bonjour DDtee,
Les tarifs doivent aussi dépendre de la région ; pour une maison T5/6 je paie plus de 200 (près de Royan) et pour une autre (T5 près de Limoges) je payais environ 150.
Donc pas de meilleur filon.

Hors ligne

 

#62 11/07/2017 17h26 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   31 

Sur Lille, 260€/an pour une maison T6 qui comporte 5 lots. C’est moins cher que de faire 5x70€/appartement. Apparemment ça ne pose pas de souci de "regrouper" lorsque vous êtes propriétaire de l’immeuble (pacifica)


Pour vivre heureux, vivons cachés

Hors ligne

 

#63 15/07/2017 11h35 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   164 

Je suis aussi en train de me pencher pour optimiser cette question.

Jusqu’à maintenant j’avais pris mon assureur habituel sans trop étudier les prix, la MAAF.

C’est à n’y rien comprendre. Il me facturent quasiment la même chose pour une maison T5, que pour un appartement T2 (distants de 6 km..)

Je pense que c’est sur les appartements qu’ils sont trop chers. Même si quelques autres facteurs peuvent jouer (chauffage au gaz, 1er étage)

Dernière modification par julien (15/07/2017 11h35)

Hors ligne

 

#64 15/07/2017 11h36 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   69 

Avez vous identifié un assureur qui ferait une sorte de parrainage?


Parrainage Direct Énergie: 103 287 544

Hors ligne

 

#65 17/08/2017 15h57 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   

L’envers de la PNO : quand une "convention inter-assureurs" prive le propriétaire de ses droits à être indemnisé… sans lui retirer sa responsabilité juridique.

Bonjour, c’est en lisant des posts de cette discussion que j’ai entrepris de m’inscrire ici en tant que "petite" investisseuse, afin de vous faire part, notamment, de ma mésaventure, s’agissant de la PNO.

Je possède des studios locatifs à Paris, et ai souscrit pour chacun une PNO, sachant qu’elle est devenue de toute façon obligatoire.
En mai 2016, changement de locataire pour l’un de ces studios, qui se trouve au RDC sur cour d’un immeuble situé dans le sud du XXe, dans une petite rue très calme et sans aucun problème connu – ce qui fait que, depuis que je possède ce studio (2005), j’hésitais parfois à faire poser des persiennes ou une grille devant la grande fenêtre qui l’éclaire, mais que, finalement, les locataires et leurs assureurs respectifs ne l’ayant jamais réclamé, je ne l’ai jamais fait, quoique j’aie eu l’autorisation de l’AG.

J’avais donc, pour ce studio, simplement une fenêtre de bonne facture, avec des vitres en verre sécurit et un dispositif de verrouillage intégré dit "pack de sécurité" par le fabricant.

La locataire retenue avec un peu d’hésitations de ma part, ses revenus ne correspondant pas à ma demande, s’inquiète néanmoins du manque de persiennes, après m’avoir quasi supplié d’accepter son dossier, et je lui souligne que, avant de signer le bail, elle doit bien prendre en compte que je n’ai pas l’intention de poser grille ou persiennes, vu que,  à ma connaissance, il n’y a jamais eu le moindre problème dans cet immeuble, et qu’il y a un double code d’accès en venant de la rue…
Et vu, aussi, que je venais de baisser un peu le loyer, pour être moins éloignée du loyer "encadré" autorisé, que je dépassais de pas mal…

Elle maintient son intention de louer, nous signons le bail, et… tout se passe bien avec elle, jusqu’en novembre, où… elle se fait cambrioler en son absence ! Incroyable mais vrai : le type est passé par la fenêtre, dont le cadre a apparemment cédé facilement, probablement sous une simple pression du pied bien maîtrisée et bien placée. En plein milieu de la cour, entourée de 4 bâtiments, donc visible d’une multitude de fenêtres et en risquant que quelqu’un sorte d’un bâtiment ou arrive du dehors au même moment !

Choquée, ma locataire change complètement de comportement envers moi. Après avoir fait constater, averti son assurance et porté plainte contre X pour le cambriolage, elle me semble tout de même prendre correctement les choses en main. Quoique se disant "en dépression"…
De mon côté, je culpabilise et prends contact avec mon assureur (Macif), puisque le propriétaire est responsable de la fenêtre sur le plan juridique : celle-ci doit être réparée au plus vite.

Mais la Macif m’informe alors que, s’agissant de dégradations du bâti dues à un cambriolage, il y a une convention inter-assureurs qui dit que c’est l’assureur du locataire qui prend la chose en charge et que c’est, du reste, "dans mon intérêt", puisque l’assurance du locataire, contrairement à  l’assurance PNO, ne prévoit pas de franchise…
Ma locataire me confirme, du reste, que son assurance a envoyé un ouvrier le soir même de sa déclaration pour sécuriser la fenêtre provisoirement, et lui a annoncé le passage d’un expert pour chiffrer la réparation nécessaire.

Tout paraît, donc, se dérouler correctement, sauf que… je n’ai aucun moyen de contrôler quoi que ce soit, puisque ce n’est pas MON assureur qui agit à ma demande, mais l’assureur de ma locataire, par  suite de la subrogation.
Cela alors même que c’est MA responsabilité qui est en jeu.

Au bout de quelques jours, ma locataire m’informe que l’ouvrier est passé, mais "n’a rien fait" et que sa fenêtre, donc, "ne ferme toujours pas", au point qu’elle n’ose plus habiter dans le studio…
Des jours et  des semaines vont alors s’écouler, durant lesquels elle ne cessera de m’interpeller de plus en plus exaspérée, sous prétexte que la fenêtre est "de la responsabilité du propriétaire" – j’ai beau lui dire que, de mon côté, mon assureur, lui, m’affirme que c’est SON assureur qui doit agir…
Elle m’envoie donc à répétition des mails incendiaires, me répétant inlassablement ses "Je vous signale que je ne peux toujours pas venir réhabiter le studio, la fenêtre ne fermant pas…"

Je lui propose alors de l’aider à s’imposer auprès de son assureur, une fois qu’elle m’aura transmis son contrat d’assurance pour que je puisse me faire une idée plus précise des obligations de MMA : "Ne vous en mêlez pas, c’est pas à vous de discuter avec MON assureur, c’est à MOI", me dit-elle, alors, de plus en plus parano…

Habitant en province, et le studio se trouvant à Paris, je m’inquiète tout de même de cette situation qui paraît bloquée, et demande à un ami à l’oeil exercé de passer voir la fenêtre :  il me certifie qu’elle ferme ! Certes, un verrou est cassé, mais les deux autres fonctionnent encore, donc… je comprends de moins en moins la parano de ma locataire : qui me dit ne pas pouvoir envisager de revenir habiter le studio, d’une part, et qui refuse mon aide auprès de son assureur, d’autre part, pour tenter de faire avancer les choses.

Elle finit quand même par m’informer que l’expert de MMA est passé… Et, à partir de là, je n’aurai plus de nouvelles de la fenêtre, sauf que, supposément, "elle ne ferme toujours pas", me dit et répète ma locataire, et que son assureur "ne fait rien"…
Pour finir, elle me donne son congé pour la mi-décembre.

Je comprends alors que je vais récupérer le studio avec la fenêtre toujours pas réparée, depuis presque deux mois qu’a eu lieu le cambriolage.

Ce qui se confirme le jour de l’état des lieux (heureusement, j’y ai donc inscrit que la fenêtre n’avait pas été réparée !), quoiqu’on puisse tout à fait fermer cette fenêtre : deux verrous sur trois fonctionnent et, à vrai dire, très peu a été dégradé réellement.

Pas question, tout de même, de remettre en location en l’état, et je prends finalement la décision de mettre en vente, ayant entre-temps fait d’autres projets et ayant des acheteurs déjà prêts à acheter depuis pas mal de temps.

Je recontacte la Macif, mon assureur, et lui précise que, maintenant, c’est bien à elle d’intervenir, puisque je n’ai plus de locataire…
Et puisque je me suis engagée envers mes acheteurs à ce que la fenêtre soit réparée à la vente…

La Macif commence d’abord par essayer de se défiler : "Nous pouvons, certes, prendre en charge, mais vous aurez une franchise…" Puis elle envoie donc un "expert" sur place, qui se contente de constater qu’une pièce métallique est cassée – mais "ne voit pas" que le PVC, lui aussi, a souffert : une petite cassure est très peu visible, mais mal placée, juste là où s’ancre le verrou à changer.
2e visite d’expert, donc, après contestation…

Puis le temps qu’il rédige son rapport, et, là, SURPRISE ! J’ai demandé à pouvoir disposer de ce rapport, et j’y lis que l’expert de la Macif a pris contact avec l’assureur de mon ex-locataire (MMA). ET je découvre que… celle-ci avait été grassement indemnisée, non pas pour une réparation à bas prix (300 € environ), comme me l’a chiffré l’expert de la MACIF, mais pour le remplacement intégral de la fenêtre, soit plus de 1 200 €, selon l’expertise de MMA !

Ce qui fait que, au final, j’ai dû payer moi-même la réparation de la fenêtre, puisque le camp des assureurs, lui, avait déjà indemnisé une fois et n’était pas prêt à me réindemniser, bien sûr. Sauf si ma locataire rendait l’argent reçu… Or la Macif ne disposait pas de son adresse et n’avait visiblement pas très envie de donner suite.

Par chance, je n’ai pas eu à remplacer la fenêtre, les dégâts réels pouvant se réparer sans problème, pour environ 300 €, comme l’avait bien chiffré l’expert de la Macif, contrairement à MMA… qui avait chiffré quatre fois plus !

Mais… ça m’est tout de même resté sur l’estomac : ma locataire qui ne cessait de m’invectiver durant des semaines en me lançant qu’elle ne "pouvait toujours pas habiter le studio", "tant que la fenêtre ne serait pas réparée", et qui finit par quitter le studio en laissant la fenêtre en l’état et… après avoir secrètement empoché l’indemnisation qui, en théorie, ME revenait, puisque, selon la loi, JE restais responsable de cette fenêtre !

Je lui avais, hélas, rendu son dépôt de garantie, sauf un chouïa conservé pour la régularisation des charges. J’ai donc inclus dans cette régularisation la facture que je venais de payer pour la fenêtre, en lui joignant le rapport de l’expert, où figurait en toutes lettres que la seule chose à faire, pour la Macif, serait de se retourner contre cette locataire… (si j’avais insisté pour être indemnisée par MON assureur, quoi qu’il en soit ! Lequel venait de me faire savoir que, de toute façon, comme, dans la PNO, une franchise est prévue, ma réparation ne dépassait qu’à peine la franchise).

Et je l’ai mise en demeure dès ce premier courrier de me régler la facture payée pour la réparation de la fenêtre sur mes deniers personnels. J’ai également mis en demeure son amie qui s’était portée caution… Bref, j’ai tapé fort tout de suite, et… elle m’a payé les sommes dues illico presto.

Mais tout de même : il reste que le propriétaire non occupant est assuré et paie ses cotisations, que les assureurs s’entendent entre eux dans notre dos sans nous demander notre accord pour se subroger entre eux comme ils l’entendent, et que… comme me l’a, du reste, expliqué un technicien de chez Tryba : "Nous, on voit ça tous les jours, des locataires qui partent après avoir été indemnisés, mais sans avoir fait réparer…"
Il semble que ce soit monnaie courante, en fait !

Et c’est ainsi que les assureurs déroulent aux locataires un tapis rouge pour gruger leur propriétaire… La moindre des choses, je trouve, aurait été que MMA, après avoir indemnisé ma locataire, m’en informe ! Ce qui m’aurait permis, le jour de l’état des lieux, de lui demander de me restituer la somme perçue, puisque, n’ayant pas fait réparer elle-même, elle n’avait aucun droit à cette indemnisation, qui ne lui a été versée que du fait de la subrogation d’un assureur à l’autre.
Car ce qui est indemnisé ici, ce n’est pas le préjudice subi par le locataire, mais le préjudice subi par le propriétaire, puisque la responsabilité de la fenêtre revient au propriétaire.
A charge, pour ce dernier, de dédommager éventuellement le locataire pour le dérangement occasionné.

Ma locataire, en l’occurrence, aurait aussi fort bien pu rester dans les lieux et me faire porter le chapeau, à moi, qui "ne faisais pas réparer sa fenêtre", comme c’était normalement mon obligation Elle a, du reste, essayé… pensant sans doute pouvoir conserver la somme empochée, tandis que je lui enverrais de mon propre chef un ouvrier pour réparer à mes frais, vu que "son assureur ne faisait rien", supposément ! Et qu’il refusait, bien sûr, de communiquer directement avec moi, sous prétexte que je n’étais pas sa cliente…

En clair : le propriétaire non occupant, ici, est le dindon de la farce.

La question que je me pose aujourd’hui est : le propriétaire non occupant a-t-il le droit de refuser cette subrogation entre assureurs ? Car on arrive à la situation absurde où, dans le cas où la fenêtre aurait dû être réellement remplacée, J’aurais moi-même dû payer tout aussi bien ce remplacement intégral, pour plus de 1200-1500 euros, alors même que l’argent indemnisant cette réparation venait d’être versé à cette locataire !

Dernière modification par Kiwala (17/08/2017 15h59)

Hors ligne

 

#66 17/08/2017 16h18 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   761 

Navré pour votre mésaventure.

D’après quelques recherches rapides, il semble que le remboursement de l’assurance ne soit pas subordonné à la réalisation des travaux, même si les assurances demandent parfois les factures acquittées pour rembourser. Il semble donc qu’en conservant l’indemnité de l’assurance sans faire les travaux, la locataire était dans son droit ! Source :
Cour de Cassation, Chambre civile 3, du 2 décembre 2003, 02-17.106, Inédit | Legifrance
et notamment : "l’indemnisation du propriétaire d’un bien endommagé n’est pas subordonnée à l’exécution par celui-ci des travaux de restauration dont il demande réparation".

Certes, s’y rajoute de plus la subrogation, qui fait que c’est l’assurance du locataire qui paie, alors que la remise en état est de votre responsabilité. Tout cela paraît un peu fou mais je ne crois pas qu’on puisse y faire grand chose ! En tout cas votre pugnacité vous a permis de récupérer les sous et de remettre en état, donc même si vous avez galéré, ça finit plutôt bien.

Hors ligne

 

#67 18/08/2017 01h23 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   

Je crois que vous avez raison, on n’est pas obligé de faire réaliser les travaux pour lesquels l’assurance nous indemnise.
Le problème, ici, est qu’il y a un dévoiement ou un flou artistique, car la fenêtre étant de la responsabilité du bailleur, celui-ci se tourne tout naturellement vers SON assureur, qui lui doit ici de l’indemniser. Or celui-ci, du fait de la convention inter-assureurs, se défausse sur l’assureur du locataire.
Alors que le locataire, lui, n’a aucune obligation de faire réparer… et peut même se retourner contre son bailleur, en lui disant que c’est à lui de faire réparer et qu’il le lui doit – ce qui est vrai !

C’est complètement tordu, et ça suppose hypocritement que tout locataire va se montrer solidaire du bailleur, qui dépend de lui pour pouvoir remplir des obligations qu’il a envers… lui. Si le locataire ne joue pas le jeu, c’est le bailleur qui trinque, alors même qu’il est assuré de son côté.

C’est tout de même un peu fort de café, et je me demande si le bailleur est obligé d’accepter cette subrogation. Peut-être aurais-je pu exiger dès le début de mon assureur, la Macif, qu’elle m’indemnise MOI, en prenant le parti de faire moi-même réparer la fenêtre, quitte à subir la franchise. Ou est-ce qu’une convention entre assureurs aurait force de loi et s’imposerait à l’assuré par devers lui, faisant en sorte qu’il ne soit plus assuré par SON assureur, mais par celui du locataire avec le locataire pour intermédiaire ?
En quelque sorte, cela rend le bailleur comptable envers son locataire d’un accord passé entre les deux assureurs… Bizarre, tout de même…

Ça s’est terminé "proprement"pour moi, c’est vrai, mais ça m’a fait perdre ma locataire, d’une part, et ça m’a coûté des mois sans loyer, le temps d’activer après son départ mon assureur, puis son expert, pendant que ma locataire, elle, était déjà partie avec l’indemnisation en poche… Alors que, en réalité, la fenêtre a pu ensuite être remise en état avec une réparation succincte, réalisée en à peine plus d’une heure de travail. Au bout d’un mois et demi pendant lequel ma locataire n’avait cessé de me faire croire que son studio était plus ou moins ouvert à tous les vents et avait fait monter la mayonnaise ! Tout en refusant que je m’en mêle, bien sûr… Puisque c’était SON assureur qui prenait en charge…

J’ai eu de la chance que la réparation ne me coûte pas trop cher et que j’aie pu trouver de quoi convaincre ma locataire de me la rembourser, mais, selon Tryba, beaucoup de bailleurs se retrouvent, quoique assurés, avec des réparations plus ou moins lourdes sur les bras pour lesquelles leur locataire sortant a empoché l’indemnisation à leur place, et… on se demande un peu pourquoi le législateur, ici, permet ça.

Hors ligne

 

#68 18/08/2017 03h17 → Assurance propriétaire non occupant : votre avis sur l'assurance PNO ? (assurance vie, assurance, assurance-vie, locatif, location, meublé, pno)

Membre
Réputation :   237 

La convention a bon dos.
Le principal problème est que votre locataire s’est mal comportée avec vous, voilà tout. Je pense que si elle est partie, c’est à cause du cambriolage (ça peut être la goutte d’eau si d’autres choses indépendantes de votre volonté lui déplaisaient) ou pour une autre raison que vous ne connaissez pas, ce n’est pas à cause de la convention.
Elle a essayé au passage d’empocher un peu d’argent, vous vous en êtes aperçue, elle l’a rendu, fin de l’affaire.
Aviez-vous signé un constat avec elle? Il aurait fallu, avec son numéro d’assuré, vérifier si elle avait été indemnisée, renseignement pas forcément possible à obtenir au premier abord mais que vous auriez pu obtenir avec un peu d’obstination.
Malheureusement dans ces histoires il faut traquer les assureurs, appeler rappeler et être un peu parano au passage.

Un jour avec ces conventions idiotes mon assureur et celui du syndic se renvoyaient la balle pour les réparations d’un enduits mural suite à un dégât des eaux. J’ai fini par obtenir un remboursement de 1500€ de la part des 2 ! En toute innocence, si j’avais voulu le faire, je n’y serais pas parvenu. J’ai refait l’enduit en quelques heures avec un ami. Un jour vous y gagnerez peut-être.
Certains assureurs remboursent jusqu’à 80% d’un devis et le reste sur présentation de facture, il est alors très rentable de tout faire soi-même et en effet rien n’empêche de laisser en l’état hormis la gêne que cela occasionne.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech