Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Screeners actions Consultez l’analyse boursière de Boiron sur les screeners actions de l’IH.

[+1]    #351 13/01/2020 16h41

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1779  

@Ilovevalue : Je suis globalement d’accord avec vos exemples, mais je distinguerais 3 situations :

1) les situations où la faiblesse est dans le produit lui-même : le ver est dans le fruit. Il s’agit d’entreprises dont les produits attirent momentanément des consommateurs "irrationnels" - au sens de l’instinct de survie (des produits nocifs) et/ou au sens de l’irrationalité économique (des produits inutiles). C’est le cas par exemple du secteur du tabac, de Coca Cola (produits nocifs), ou de Boiron (produits inutiles).

2) les situations où le produit est potentiellement menacé par une disruption (de nature technologique ou sociologique) : c’est sans doute le cas de la plupart des entreprises. Le transport aérien par exemple est effectivement peut-être menacé par des changements de comportements liés à des inquiétudes sur l’environnement.

3) les situations où le caractère superflu du produit est ce qui motive l’achat : c’est le cas du luxe - par définition superflu.

Quand on achète un foulard ou un sac Hermès, on fait une décision consciente d’acheter un bien superflu, essentiellement inutile. Alors que quand une Maman achète un "médicament" homéopathique pour son enfant grippé, elle en espère une certaine efficacité. C’est une différence fondamentale :

- Vendre des biens inutiles, à des prix délirants, à des consommateurs en quête perpétuelle de superflu, est un business en or : c’est pour cela qu’Hermès atteint ces niveaux de valorisations (et que j’en suis actionnaire).

- Vendre des produits inefficaces à des consommateurs en attendant une utilité réelle est, à plus ou moins long terme, promis à l’échec, lorsque l’irrationalité des consommateurs se sera dissipée. Perso je pense que la décision de déremboursement de l’homéopathie va accélérer le retour des consommateurs à la rationalité.

De façon plus générale, j’évite donc les entreprises du type (1), je suis extrêmement diversifié sur celles du type (2) (parce que je reconnais le risque idiosyncratique de disruption sur ces entreprises), et j’adore celles (rares) du type (3).

Dernière modification par Scipion8 (13/01/2020 16h52)

Hors ligne Hors ligne

 

#352 13/01/2020 16h55

Membre
Réputation :   65  

C’est amusant. De mon côté, j’ai de grandes difficultés à acheter une action appartenant au type (3) car je cherche dans ma vie à éviter les objets superflus car inutiles pour moi.

J’ai aussi la faiblesse d’espérer qu’après avoir accompli leurs besoins d’appartenance et d’estime (cf Maslow) que confèrent probablement les produits superflus, "les gens" chercheront plutôt à s’accomplir. Mais je m’éloigne du sujet ici.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/7528_mass.png

Dernière modification par zeboulon (13/01/2020 18h02)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #353 13/01/2020 17h18

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   198  

Cette file montre ce qu’est le marché : un endroit rempli d’émotions.

Recentrons le débat sur Boiron.

Que l’on aime ou pas l’homéopathie, il y a une clientèle pour ce type de produit.
Je lis les études scientifiques qui démontrent l’absence d’efficacité. Mais il y a aussi un effect placebo distinct, qui marche sur certaines personnes.
Perso, je donne des petites boules d’homéopathie à ma petite fille quand elle se fait une petite bosse sans gravité et ça la calme tout de suite car elle pense sincèrement que c’est un médicament.
Est-ce que je pense que ces petites boules ont eu un effet: absolument aucun mais elle y croit et j’économise 20min de pleurs, c’est cela de gagné.

Pour en revenir à un investissement Boiron.
Les points positifs:
- distribution dans toutes les pharmacies efficace: ils sont en tête de gondole
- marques très reconnues comme Oscillomachin
- un suivi d’une partie de la population

Le dossier a des inconnues très fortes:
- volume d’affaires en France post déremboursement
- devront-ils baisser les prix? Si oui, trajectoire de la marge?

Les opportunités:
- consolidation des producteurs d’homéopathie? Scenario winner takes all?
- croissance à l’international?
- vague Sustainability / Vegan / Produits naturels

Imaginons que le CA se stabilise vers €500m avec une marge op vers 8% soit environ €40m de résultat opérationnel.
Une marque de produits de consommations avec revenus croissants vers 3-4% par an devrait se payer environ 12-14x EV/EBIT.
Ma cible serait de €480-560m d’EV.
On est pas loin avec la position cash actuelle.

Donc qu’ils revendent de l’eau sucrée ou pas, il y a un business qui a une certaine valeur.
On pourrait y être.
Ou pas.

Hors ligne Hors ligne

 

#354 13/01/2020 18h08

Modérateur
Top 50 Réputation
Réputation :   462  

Bonsoir,

Kiwijuice juste une détail qui a son importance selon moi, l’homéopathie et Boiron donc ont à ce jour une patientèle et non une clientèle.

Certaines personnes consomment l’homéopathie car c’est prescrit par un médecin et/ou remboursé.
Peut-être ne restera t’il que les "adeptes", mais le seront-ils face aux hausses de prix qui semblent être la suite des déremboursements.

2 articles intéressants à mon sens se complétant sur la même source:

drees.solidarites-sante.gouv.fr/etudes- … aments-non

L’année 2011 a fait l’objet d’une attention particulière. Après les déremboursements de cette année-là, la majorité des laboratoires ont augmenté le prix des médicaments concernés, de 39 % en moyenne, ce qui n’a pas empêché une diminution du chiffre d’affaires de ces médicaments récemment déremboursés, de 26 % en moyenne.

www.lesechos.fr/industrie-services/phar … nts-994865


"Never argue with an idiot. They will drag you down to their level and beat you with experience" Mark Twain

Hors ligne Hors ligne

 

#355 13/01/2020 18h19

Membre
Réputation :   85  

Des mouvements au capital (légers mais quand même) :

- Thierry Boiron cède 17.796 actions de la société le 12 décembre 2019 : Lien

- SOFABI SARL (l’une des holdings familiales) a acheté 17.796 actions à cette même date : Lien

- SOFABI SARL a ensuité cédé 8.898 actions sur le marché le 20 décembre : Lien

En résumé, un allégement de 8.898 titres.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par ilovevalue (13/01/2020 18h19)

Hors ligne Hors ligne

 

#356 13/01/2020 22h26

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   138  

L’homéopathie a une patientèle et une clientèle.
Parce que les usagers (anciens) d’homéopathie sont en général peu enclins à consommer du médicament classique et donc remboursable. Et s’ils en ont les moyens et en général ils les ont ou consentent à la dépense, ils rechignent moins à dépenser quelques euros de produits non remboursables dont ils ont la conviction que c’est moins toxique que les effets secondaires de l’allopathie.
Contrairement aux personnes âgées qui elles consommeront culturellement toute l’allopathie qui leur sera prescrite et même quitte à stocker du médicament jusqu’à péremption, mais pourvu que ce soit remboursé et qu’elles ne paient rien de leur poche.
En ce sens, je pense que perdre un brevet exclusif sur un médicament classique pour une pharmaceutique classique a plus d’impact que le déremboursement de l’homéopathie par la secu.
Ensuite, pendant des années, Boiron a racheté tous les petits distributeurs d’homéopathie qui existaient en France… Ils se sont donc construits un monopole sur ce marché, en tous cas en France.
Et l’an dernier j’ai bossé dans un IME où il y avait beaucoup d’homéopathie dans la pharmacie. Qu’on y croit ou non, cela m’a bien aidé à pourvoir à certaines demandes de soins quand on ne peut obtenir une consultation de médecin sans attendre trois jours pour des trucs pas graves, ou alors il faut aller poireauter quatre heures aux urgences, ce que bien sûr un infirmier a tout le loisir de faire pour un seul patient en se rendant indisponible pour le reste de l’établissement.
Donc certaines institutions utilisent de l’homéopathie, et paient pour cela.

Donc pour ma part je ne suis pas sûr que Boiron soit prêt à mourir demain.

Hors ligne Hors ligne

 

#357 11/03/2020 20h59

Modérateur
Top 50 Réputation
Réputation :   462  

Bonsoir,

Ce qui devait sans doute arriver, arriva…

Le laboratoire Boiron, spécialiste de l?homéopathie, supprime 646 postes en France

Boiron a fait dans le remède de cheval, voire la médecine dure, comme le redoutaient employés et syndicats. Le laboratoire lyonnais, spécialisé dans les produits homéopathiques, a annoncé, mercredi 11 mars, la suppression de 646 postes en France, soit le quart de ses effectifs dans l’Hexagone. Il justifie ce plan social sans précédent par « les attaques virulentes, injustifiées et réitérées contre l’homéopathie en France », deux ans après la décision du gouvernement de supprimer progressivement son remboursement par les caisses d’assurance-maladie (le déremboursement sera total en 2021).

C’est le prix à payer, selon le laboratoire, leader mondial de ce secteur, pour « pérenniser l’entreprise et assurer son avenir et celui des salariés qui restent ». Le marché hexagonal représente en effet 60 % de ses ventes. Le début des déremboursements (de 30 % à 15 % au 1er janvier 2020) les a fait chuter, selon les résultats de 2019 publiés à la fin janvier : le chiffre d’affaires est tombé à 557 millions (– 8,6 %) et les ventes ont plus fortement reculé (– 12,6 %) dans l’Hexagone, avec un recul encore plus net au quatrième trimestre (− 14,9 %).

Et le communiqué officiel de Boiron.


"Never argue with an idiot. They will drag you down to their level and beat you with experience" Mark Twain

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Screeners actions Consultez l’analyse boursière de Boiron sur les screeners actions de l’IH.

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur