Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

[+2]    #1 19/02/2012 20h05

Membre
Réputation :   12  

Depuis 4 ans que j’ai quitté la société qui m’employait, j’ai décidé de revenir à un  mode de vie plus simple  ( je n’ai jamais été bling bling mais il me fallait une voiture de luxe pour mes clients de l’immobilier ). Depuis que ma dernière Bmw  est morte de sa belle mort ( 290.000 km ), je l’ai remplacé par une C3 qui me convient très bien en ville. Si j’ai besoin de voyager loin en France, j’emprunte la voiture d’un de mes amis à qui je prête en échange mon appartement de Cannes pour ses enfants l’été. C’est un appartement agréable et vaste que je loue aux congrès et que j’aime passer à des proches - ou à des enfants de proches. ( Quoique Cannes l’été… il faut vraiment aimer…)
C’est un deal qui fonctionne bien car ni l’un ni l’autre n’exagérons.

Je n’ai aucun poste de dépenses extravagantes mais ne me prive aucunement. J’aime les restaurants, la musique ( concerts, opéra ), la lecture et le cinéma.
Les bibliothèques municipales des grandes villes sont fantastiques et l’on y trouve beaucoup de choses. J’avais l’habitude d’acheter 2 quotidiens par jour et les 3 grands newsmagazines. Je les lis maintenant à la Bibliothèque, emprunte des DVD, des CD, n’achète vraiment que ce que je veux conserver.

Quant au cinéma avec ciné-orange ( tout client d’Orange en est bénéficiaire ) il me suffit d’attendre le mardi pour voir les films que je souhaite et qui me coutent à deux 8 euros (  avec la réduction adhérant FNAC  et un billet gratuit ).

Ah si, j’ai un poste de dépenses important : les voyages. Mais maintenant que j’ai du temps, je voyage à travers le monde à bas cout. Je reviens de Londres ( 90 E l’aller-retour par Easy Jet et ai dormi pour 86 E au Islington Hilton pendant 3 nuits). Demain, je pars à Rome ( voyage dans les mêmes eaux et l’hôtel doit être guère plus cher ).

En s’organisant, en planifiant, en utilisant les divers avantages que nous avons la chance d’avoir en France, on peut vivre très très confortablement.

Ne plus travailler me permet aussi - et surtout - de me consacrer davantage à ma famille, à mes amis et d’entreprendre des choses que je n’avais pas faites pendant des années. Apprendre des langues,dessiner etc etc…

Je dépensais trois fois plus auparavant que je ne dépense maintenant. Et j’ai l’impression d’avoir un mode de vie bien plus agréable aujourd’hui…

Dernière modification par tchakable (19/02/2012 20h10)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 20/02/2012 09h13

Membre
Réputation :   12  

@ Chers Carpediem et Thomz

J’ai travaillé pendant plus de quinze ans dans une agence immobilière de luxe sur la Côte d’Azur. J’ai tout vu au niveau des dépenses extravagantes et débiles chez mes petits camarades ( achat d’une montre à quinze mille euros quand tombait une belle commission, changement de grosse cylindrée tous les six mois ( le moins débile des achats, celui là, location d’hélicoptère pour skier à Courchevel etc etc ).
J’ai un de mes contemporains - un des meilleurs commerciaux de sa génération - qui pour continuer à  assurer un train de vie absurde et une course à l’échalote suicidaire a bouffé pendant les années maigres le peu qu’il avait économisé pendant les années grasses.

Sans dépenser des fortunes comme d’autres, je  craquais de temps en temps et comme je n’avais pas une seconde à moi et étais toujours sous pression,  je m’offrais des objets couteux et descendais dans des palaces lors de mes rares vacances, phénomène de compensation très classique.
J’avais aussi un poste de dépenses incompressible: je suis un collectionneur obsessionnel meubles, dessins anciens,tableaux objets divers etc etc…
Si le métier d’antiquaire n’était pas ainsi en crise, j’ouvrirais une boutique pour fourguer ma came, j’ai un dépôt de 250 m2 bourré de machins/trucs/choses que je me refuse à vendre pour mille et une raisons toutes plus excellentes les unes que les autres…

Mais étant d’un naturel fourmi, et souhaitant arrêter de travailler avant soixante ans, j’ai acheté des appartements pendant les années fastes, ouvrant des comptes dans chaque banque, - j’ai eu jusqu’à six comptes )apportant un petit deposit à chaque fois et montrant ma feuille d’impôt ( je reconnais même que j’ai du tricher une ou deux fois et ai dissimulé mes revenus  locatifs pour que mes préteurs ne voient pas  que j’étais multipropriétaire et surtout que ma capacité d’emprunt était largement dépassée ).

Quand j’ai cessé de travailler , comme Thomz, j’ai révé de campagne, de changement de vie, et c’est pour cela que je suis parti dans le Vaucluse. La vie effectivement  était plus saine, plus agréable  mais bon, en hiver, dans un petit village  ma femme n’a pas tenu…
Je travaillais à la rénovation de mes maison ( et là encore je voulais aller sans doute trop vite et trop en faire, y passais mes journées et  je ne me rendais pas compte qu’elle tournait en rond et n’avait pas trouvé sa place.)
Il faut trouver un juste milieu comme toujours.

Mais j’ai fait le calcul et je dépense bien moins en effet.  ( plus d’achats compulsifs, plus d’ordres dans les salles de vente, plus de visites dans les foires d’antiquaires). Comme je ne gagne plus d’argent ( je vis sur mon petit capital ) j’économise peu.  Mais je fais en sorte que mon capital boursier monte et je dois dire que ce forum m’a bien conforté dans mes décisions - Merci Philippe, Merci Candide. Pour le moment je vis de mes rendements locatifs et de coups  boursiers  sur un compte spécial que j’appelle  compte à risque.  ( représentant 15 % de mon patrimoine )

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #3 20/02/2012 21h27

Membre
Réputation :   51  

bloom a écrit :

Regret n°2 formulé par les gens en soins palliatifs : " I wish I hadn’t worked so hard."

Top five regrets of the dying | Life and style | The Guardian

C’est sûr, il vaut mieux avoir ça en tête avant.

Cependant, une remarque :

GARDIAN a écrit :

"Many did not realise until the end that happiness is a choice"

Le risque est que ceci amène à croire que le bonheur est facile à obtenir, qu’il suffit de le vouloir : c’est oublier que la répression sociale des pulsions amène l’individu à un combat quotidien pour sa satisfaction.

En pratique, l’aptitude au bonheur n’est pas simplement une question de "travail intérieur" comme nous le cornent les gourous, mais aussi de combat contre l’extérieur. Et ça c’est Freud lui-même, père de l’analyse intérieure, qui le dit : v. "Malaise dans la culture".

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #4 25/02/2017 16h53

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   378  

zeb a écrit :

Des exemples comme celui la j’en ai des dizaines, et je prends un malin plaisir à exposer notre vision du bonheur, comme faire la sieste à l’ombre d’un cerisier dans mon jardin ou passer la matinée à préparer des gateaux ou encore déguster un riz au lait maison sur la terrasse pour le goûter …..

Mais les canons de la société me font, et nous font "malheureux".

Qu’est ce que la société est con.

wink

A+
Zeb

Je suis complètement en accord avec vous.

J’essaye d’avoir une vie simple, faite de petits bonheurs quotidiens auxquels les gens ne font même plus attention.
J’ai une maison que je rénove, au milieu d’un champ d’oliviers. Au mois de décembre, j’ai ramassé les olives, en plein soleil, avec mes enfants. Ce fut un moment de plaisir intense ! Entendre le "ploc" des fruits tombant dans les seaux, le rire de mes bestioles et sentir la chaleur sur mes bras, mon bonheur était complet et total.
Mais les personnes autour de moi en veulent toujours plus, justement. Ils ne savent pas savourer ce qu’ils ont et c’est la surenchère, de loisirs, de sorties, d’achats.
Mon mode de vie, un peu monastique, les étonne et ils me prennent sûrement pour une folle mais c’est tant pis.
Moi, je milite pour "la première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules".

Si je suis sur ce forum d’investisseurs, ce n’est pas pour m’enrichir et pouvoir dépenser plus. C’est juste pour aider mes enfants le moment voulu et affronter mes vieux jours. Je suis seule, je n’aurai pas une grosse retraite alors j’anticipe…
C’est curieux et presque contradictoire de parler argent et placements financiers et de dire qu’on est pas vénal ! Et pourtant c’est mon cas et celui de pas mal de monde ici.

Et puis, dans les "investissements" il y a ce côté joueur qui me plait et me stimule intellectuellement. J’ai du mal à me nourrir des gens qui m’entourent, ils sont souvent tellement à l’opposé de mon mode de vie et de raisonnement que je ne les fréquente que superficiellement. J’ai besoin d’une autre nourriture spirituelle et je la trouve en partie sur ce forum (et d’autres, de type littéraires notamment).

Pour le reste, il n’y a pas que les INTJ qui, je cite :" aiment le calme, la tranquillité, les réunions en petit nombre et qui préfèrent l’approfondissement des relations plutôt que leur multiplicité, l’introspection solitaire".
Il y a aussi les INFJ comme moi (mais ils sont nettement moins nombreux).

Dernière modification par Isild (25/02/2017 17h06)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 01/03/2017 22h50

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   505  

En ce qui me concerne, je suis fonctionnaire à temps partiel (80%). Globalement sur une année je dois au final m’approcher d’un 90% si je prends en compte le travail estival.
Dans l’absolu, du fait du temps partiel, je gagne chaque mois (hors juillet et/ou août) moins que le SMIC.

Pourtant cette situation me convient parfaitement. Je ne cherche pas à travailler plus. Je ne serais, dans l’absolu, pas contre avoir un temps plein, ce qui me permettrait d’avoir une capacité d’épargne plus importante.
Néanmoins, je m’acomode parfaitement de ma situation.
Elle me laisse du temps libre (en coupures) la journée, généralement une semaine à chaque période de vacances scolaires, et 3/4 semaines l’été.

Une saine gestion du budget familial et des économies au quotidien permettent de s’en sortir, et même de préparer l’avenir.
Quand je vois dans mon entourage plus ou moins proche des personnes gagnant plus que ma femme et moi "perdre" chaque mois la moitié de leur salaire rien que pour combler leur solde débiteur (et surtout ne rien faire pour arranger les choses), je me dis que je m’en sort plutôt bien et cela me conforte sur ma façon de faire et de prendre mon destin entre mes mains.
Je sais bien, à priori, que je ne serais jamais riche, mais si je peux ne serait-ce que diminuer encore un peu plus mon temps de travail (d’ici quelques années) afin d’avoir encore plus de temps pour moi, pour les loisirs et pour ma famille… je dis BANCO !

Il ne faudrait pas grand chose pour y parvenir tout en conservant le même niveau de vie qu’actuellement.
. 150€ /mois et je pourrais :
     - avoir toutes mes vacances scolaires de libres (hors juillet ou août), soit au moins 11 semaines de vacances par an.
     - ou tous les mercredi après midi de l’année scolaire de libres.

. 300€ /mois me permettraient :
     - d’avoir toutes mes vacances scolaires de libre (hors juillet ou août) + tous mes mercredis après midi.
     - ou d’arrêter mon second emploi et ne plus travailler chaque jour durant la pause méridienne.

. 600€ /mois et :
     - je cumule vacances scolaires (hors juillet ou aout), mercredi après midi, et pause méridienne… quasiment le rêve.

. +600€ /mois :
     - ce serait bonus, puisque dans l’état actuel des choses je ne souhaiterai pas arrêter totalement mon activité principale.

En listant et chiffrant ces différents cas de figures auxquels j’avais déjà plus ou moins réfléchi, mais sans aller beaucoup plus loin dans mon raisonnement… je me rends encore plus compte que tout ceci est largement atteignable a moyen terme et surtout que cela n’a rien d’utopique ni même de veinal. Ki

Dernière modification par Neo45 (01/03/2017 22h51)


le Petit Actionnaire - Suivi de mes investissements dans les dividendes et Éducation financière.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 06/05/2017 00h10

Membre
Réputation :   93  

Bonsoir,

Je prends cette discussion en route mais elle me semble très intéressante.

En parlant de réveillon, comme il a été dit plus haut, je me rappelle d’un 31 décembre alors que les enfants étaient encore petits.
Nous devions aller faire le réveillon chez des amis à 100 km de là mais il s’est mis à neiger fortement vers 19 heures, alors qu’on rentrait du travail.
Nous avons appelé nos amis pour leur dire que nous ne pouvions pas venir. Et là nous avons ouvert le frigo et il n’y avait presque rien (quel réveillon!)

On a fouillé dans les placards et on avait de quoi faire des croque monsieurs. Les enfants ont dit "on s’en occupe!" et ils nous ont préparé de merveilleux croque monsieurs.
Ensuite nous sommes sortis faire un bonhomme de neige et bien entendu…une bataille de boules de neige…le meilleur réveillon de toute ma vie!

Le lendemain, il faisait beau mais très froid. je suis parti à pied au village (routes impraticables) et j’ai ramené un poulet. Et on décidé de faire un barbecue! et on a mangé dehors, avec les anoraks!
merveilleux premier janvier.

le bonheur n’est pas dans ce que nous consommons, mais dans ce que nous vivons…ce poulet était bien meilleur que tous les foies gras et que toutes les dindes, car nous étions tous ensemble, unis dans le froid….

Mafo

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 01/06/2017 18h23

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2742  

Alexis92 a écrit :

Il y’a 3 type de jeune parisiens dans la rat race

4 - Celui qui travaille à Paris/IDF et vit en IDF car ce bassin concentre l’emploi en France, et qui est obligé d’y supporter absolument tous les inconvénients (coût de la vie élevé, transports en commun interminables, grèves…) et profite bien peu des avantages (vie culturelle, hub pour voyager).

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #8 02/06/2017 11h47

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2742  

Tssm a écrit :

On m’a proposé pas plus tard qu’hier un poste à 150k de fixe à Aix avec accès au capital de la boîte

je pense que ceux qui se plaignent de leur job Ne font pas forcément le nécessaire pour améliorer leur situation

Je crois surtout que les messages des uns et des autres démontrent qu’il est bien difficile de prendre du recul sur sa propre situation et se mettre dans la peau du voisin…

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #9 02/06/2017 23h43

Membre
Réputation :   83  

Tssm a écrit :

On m’a proposé pas plus tard qu’hier un poste à 150k de fixe à Aix avec accès au capital de la boîte

Pas exceptionnel
[…]
un salaire juste mais correct […]

je pense que ceux qui se plaignent de leur job Ne font pas forcément le nécessaire pour améliorer leur situation

Je pense surtout que vous frisez l’indécence.
Je ne vous blame pas pour etre arrivé
dans une fraction  EXTREMEMENT faible de la population francaise et même locale.

En revanche, une telle condescendance  est, excusez-moi par avance du terme, à vomir.
"Correct" me semble au mieux "mal calibré ", au pire reflétant une extrêmement haute opinion de vous même.
Jai été tenté de mettre un -1 mais me suis retenu. Non par peur de représailles  (j ai déjà été maintes fois à l’encontre de pensées assez généralisées, dans la société et/ou dans le microcosme de ce forum) mais  par dépit devant telle arrogance , voire provocation.


"We judge a book by its cover ; And read what we want ; Between selected lines"

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #10 03/06/2017 07h10

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   481  

Lemouz, je suis désolé si mon post vous a contrarié mais 150k De fixe est un salaire relativement faible pour un dirigeant de boîte. Le marché du cadre supérieur est international et on est en plus sur des activités financières qui nécessitent des expériences préalables en plus du bagage commun de gestion et de management

Heureusement l’accès au capital de cette boite sous LBO permettrait de réaliser un gain au moins 10 fois supérieur au salaire fixe sur la période du LBO. Et CeSt cela qui est vendu, pas le soleil dAix ou la fiscalité française

Des propositions comme cela existent en permanence, et aussi en province Comme dans cet exemple

Donc désolé de ne pas vouloir ceder à la médiocrité et à l’autoflagellation permanente, on est sur un forum d’investisseurs et d’entrepreneurs sur lesquels on peut parler d’argent, je suis rentier aujourd’hui car jai eu des salaires bien supérieurs à cela pendant ma courte expérience professionnelle, qui m’ont permis de générer en parallèle de fortes PV mobilières. Aucune honte et aucune indescence à le dire. Certains font beaucoup mieux en terme financier ou d’ambition, un ex confrère PR par exemple…, d’autres beaucoup moins bien. Je me suis arrêté pour me centrer sur ce qui comptait le plus pour moi, ma famille, une fois que jai pensé que mon accumulation était suffisante

Bref, Je n’irai pas sur ce poste non pas parce qu’il n’est pas assez payé pour le travail à réaliser mais juste parce que pour moi c’est fini le salariat et la dépendance

Dernière modification par Tssm (03/06/2017 07h13)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #11 03/06/2017 09h52

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   378  

J’aime bien ce forum parce que justement, on peut y parler d’argent en toute simplicité.
Et je l’aime aussi parce que j’ai l’impression qu’il y a plein de profils différents avec des niveaux de vie et des revenus différents également.

Mais il n’empêche que ce n’est pas parce qu’on gagne très bien sa vie qu’on doit en oublier une certaine forme de pudeur.
On peut évoquer ses fortes rentrées d’argent en y mettant un peu les formes, juste pour ménager les susceptibilités.

Dernière modification par Isild (03/06/2017 09h53)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 03/06/2017 10h02

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2152  

Tssm a écrit :

150k De fixe est un salaire relativement faible pour un dirigeant de boîte.

Ça dépend beaucoup de la taille de la "boîte" et de son secteur d’activité.

Chiffres en net :

Le salaire net annuel moyen des chefs d’entreprise toutes tailles confondues s’élevait à 62 500 euros en 2010, selon les chiffres de l’Insee repris dans une étude publiée le 14 février par la CGPME (Confédération Générale des petites et moyennes entreprises).

Celui du patron d’une TPE de moins de 20 salariés s’élevait en moyenne à 4 248,33 euros par mois en 2010, soit 50 980 euros annuel

C’est à dire une rémunération 2,10 fois moins élevée que celle d’un dirigeant d’entreprise de plus de 50 salariés qui s’élèvait à 107 110 euros annuel.

et

Les disparités sont en outre fortes selon les secteurs : 96.440 euros en moyenne pour les dirigeants de TPE du secteur financier, contre 39.540 euros dans les métiers de la construction, (soit 3.295 euros par mois), 45.850 euros dans l’industrie et l’énergie et 52.490 dans le secteur des activités immobilières.

Sources : Salaire: un patron de TPE gagne en moyenne 4 248 euros par mois - L’Express L’Entreprise
Combien gagne un dirigeant de TPE/PME dans le BTP ?

Que vous gagniez très bien votre vie et refusiez des postes à 150 k€ (+ entrée au capital), tant mieux pour vous. Mais il est juste faux de dire que c’est un salaire relativement faible pour un "dirigeant de boîte" sans autre précision.

Dernière modification par Bernard2K (03/06/2017 10h18)


Qui sait de quoi le futur sera fait ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #13 03/06/2017 10h05

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   658  

Isild

Oui mais… c’est vraiment la que l’on voit les différences de mentalité.
En Amerique pas besoin de "pudeur" on parle librement de revenus, de bourse etc - ça ne suscite pas d’envie ou jalousie. Au contraire…
Ce sera : wow! bravo! et a question sera plutôt : comment t’as fait …tu peux me donner un "tip" tuyau ou 2 comment progresser …
Arreter de bosser a 50 max 55 est un but assez répandu …puisqu’on capitalise pour la retraite sans impôts dessus - comme aux UK d’ailleurs

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #14 03/06/2017 10h11

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   378  

C’est sûr que les français et les américains ont des relations à l’argent strictement opposées.
En France, il y a des tabous liés à l’argent et je crois qu’ils ne sont pas près de disparaître. Donc il faut en tenir un peu compte quand on en parle dans la vraie vie ou même sur un forum d’investisseurs.

Je ne jalouse pas ceux qui ont réussi, au contraire, ils sont une source d’inspiration pour moi.
Mais j’aime les gens qui ont une certaine forme de modestie dans leur réussite, sans mépris des autres.  Je trouve que ça les rend encore plus "classes" et je les admire encore plus ! wink

Dernière modification par Isild (03/06/2017 10h19)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 03/06/2017 10h14

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1030  

Sissi je ne suis pas du tout d’accord avec vous. Lorsque vous avez évoqué votre train de vie dans une autre discussion je vous ai fait remarqué que ça n’empêchait pas les gens de vivre avec moins de 2000€ par mois et il n’y avait aucune condescendance ou autre dans vos différents messages.
Ce qui est reproché à Tssm est le dédain avec lequel il évoque son cas et traite du coup ceux qui ne sont pas capables d’obtenir ce genre de salaire. Aucun des intervenants ici n’est jaloux, si c’est son cas tant mieux et il peut en parler ici sans moquerie, sans se cacher, mais en relatant comment il y est parvenu de sorte que les autres s’en inspirent plutôt que d’exprimer ce qu’il lui est arrivé et de la façon qu’il l’a faite et qui était au minimum maladroite.
Ca ne va pas plus loin.
Et voilà juste ensuite vous enchaînez avec la comparaison US où tout le monde aurait applaudi. L’exemple est mal choisi.

Dernière modification par kc44 (03/06/2017 10h15)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #16 03/06/2017 10h34

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   658  

Surin vous écrivez:
"Et voilà juste ensuite vous enchaînez avec la comparaison US où tout le monde aurait applaudi. L’exemple est mal choisi."

J’echangeais avec Isild sur le besoin de "pudeur" quand on a de forts revenus pour "ménager les suceptibiltes"

Et c’est la que j’ai compare avec pas juste les US mais aussi Les UK - je ne referais pas au post de Tssm qui semble vous irriter. D’ailleurs connaissant Tssm dans la vraie vie … j’ai une autre lecture de son propos.

C’est un sujet tabou meme avec la plupart des expats français que je rencontre dans le sud mais pas avec les Brits. Quel soulagement ! Mes voisins Brits mi-40 ans sont proches de quitter la rat race et on echange des tips sur cies UK et cies française , italiennes ou espagnoles…C’est gagnant - gagnant.
C’est stimulant et …libérateur.

Dernière modification par sissi (03/06/2017 10h35)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #17 03/06/2017 11h09

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   570  

Tssm a écrit :

Un stagiaire dans mon ancienne branche d’activité, c’est 3000 euros par mois
(…)
Certains vont trouver cela excessif, d’autres non, c’est juste le prix de marché et cela fonctionne très bien comme cela

N’employons pas des termes de valeur, soyons simplement objectifs.
- 3000€, c’est dans les 16% des plus hauts revenus français.
C’est dans le haut du panier, mais sans être si élevé que ça.
- un stagiaire peut-il mériter une telle rémunération ?
Oui, probablement. Après tout j’étais payé ce tarif là pour 6h de présence par jour, sans avoir jamais évolué de poste en 13 ans de "carrière".
Un tel stagiaire fournit probablement beaucoup plus de travail, et sans doute plus de valeur ajoutée également.

Merci Sissi, STOP au varlopage :-)

Pour rappel, à sissi et vous même:
Ici, personne n’a dit que 150K était excessif pour un dirigeant de boite, personne ne vous a reproché de gagner une telle somme, ni supposé que vous ne le mériteriez pas.

Ce qui a suscité des réactions vives, c’est ceci:

Si on vient encore et toujours me chercher pour ce type de job alors que je suis retiré des affaires en 2010 bien avant mes 40ans, je pense que ceux qui se plaignent de leur job Ne font pas forcément le nécessaire pour améliorer leur situation

Au début, j’ai aussi été choqué par votre phrase.
Notamment parce qu’elle part de votre exemple particulier pour en tirer des conclusions pour tout un chacun.

Si vous avez été contacté après 7 ans d’inactivité, c’est parce que la boite en question manque de courage: au lieu d’aller chercher un nouveau talent, elle s’est juste demandé "qui a déjà occupé le même poste ?"
Un biais classique du recrutement: débutant accepté à condition qu’il ait de l’expérience dans le même poste… … …

Pour revenir à votre phrase, je pense qu’elle est juste dans les domaines dont le marché de l’emploi est fluide: je vois de nombreux collègues se plaindre de leur boulot (j’ai aussi été dans ce cas), et se trouver mille justifications pour ne pas en changer alors que leur expérience et leur compétences le leur permettrait.
Mais vous avez fait une phrase généraliste, incluant dans le lot des gens dont la priorité est de nourrir leur famille et qui ne peuvent pas se permettre de tout lâcher pour un hypothétique meilleur futur.

Pour résumer:
Tssm: personne ne vous a critiqué sur votre salaire.
Sissi: personne ne vous a reprocher de dépenser "beaucoup plus" de 2000€
Les "varlopages" sont venu à cause de propos périphériques.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #18 03/06/2017 11h43

Membre
Réputation :   12  

Tssm a écrit :

On m’a proposé pas plus tard qu’hier un poste à 150k de fixe à Aix avec accès au capital de la boîte

Pas exceptionnel mais de De quoi faire une culbute intéressante sur 3/5 ans sur l’equity en ayant un salaire juste mais correct sous le  soleil de Provence

Si on vient encore et toujours me chercher pour ce type de job alors que je suis retiré des affaires en 2010 bien avant mes 40ans, je pense que ceux qui se plaignent de leur job Ne font pas forcément le nécessaire pour améliorer leur situation

Je rejoins Surin et Isild notemment.
Ce n’est pas le fait d’avoir un tel salaire qui est choquant, tant mieux pour vous mais c’est juste la manière de dire ça qui est… Wowww ! Il n’y a pas trop de précisions, c’est un peu hors contexte c’est vrai, mais oui ça fait un drole d’effet : condescendance, mépris… Oui, c’est choquant quand on lit que 150 K/an c’est pas exceptionnel, que c’est un salaire juste mais correct et que "si l’on a pas ça, c’est que l’on ne fait pas les efforts" !
Si c’est vraiment exceptionnel pour le commun des mortels.
"Mode humour on" : Vous avez pas un petit plan pour moi, car je suis prêt à faire 6 mois, 1 an à ce tarif sans problème.

@ Sissi : C’est vrai, les américains sont fières de parler argent, d’exhiber leur richesse. D’ailleurs l’argent est leur valeur première, leur raison de vivre. 
Le problème c’est que là  bas, dans le business ils sont prêt à tout, ce sont des voleurs et s’ils peuvent vous écraser ils n’hésitent pas. C’est un pays où si vous êtes riche c’est cool, si vous n’avez pas beaucoup d’argent c’est l’enfer. Il ne faut jamais être en position de faiblesse là bas. c’est la règle numéro 1.
En France, c’est vrai c’est l’opposé, c’est trop tabou. Un juste milieu serait bien je pense.

PS : c’est vraiment galère ce robot…. Au moins, s’il situait là où il faut corriger ce serait bien !

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #19 03/06/2017 12h19

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   481  

Chers membres, pas de dédain ou de haine, j’ai acquis des expériences fabuleuses, côtoyés de personnes exceptionnelles, gagné de l’argent et préparé le futur

Vous savez, quand vous êtes trentenaire et que vous voyez la crise financière au première loge et le monde se dérober sous vos pieds, ou que vous conseillez les patrons des plus grandes entreprises sur les opérations financières stratégiques alors finalement que vous ne savez pas grand chose, c’est quelque choses qui sort de l’ordinaire. Pour l’anecdote, j’ai adoré prendre le jet au Bourget avec assis en face de moi, Henri de Castres ou Dennis Kessler pour aller préparer un raid sur une boite ou rencontrer des investisseurs…. Je me rappelle aussi d’un autre groupe mutualiste pour qui je préparais une offre hostile aux USA, je disais au patron, je dis souvent les choses, vous ne trouvez pas c’est contraire à vos valeurs ?  « Nous utilisons les règles du capitalisme à notre profit, sans en avoir les contraintes », les chinois n’auraient pas dit mieux, intéressant de voir l’envers du décor derrière les postures bien pensantes

Passer du conseil au client final est souvent synonyme de délivrance en terme de vie privée, j’ai souhaité suivre cette voie dans un premier temps. Mon dernier employeur m’a délivré en quelque sorte, vous avez raison, car j’ai vu que je pouvais faire autre chose certes de moins en vue socialement mais qui me correspond mieux

Aujourd’hui, même si je me suis capable de reprendre une activité salariée, je n’ai pas envie. On me sollicite souvent sur certains thèmes, mais je n’ai jamais été plus loin à ce jour

Sur la phrase qui gêne certains membres
J’ai toujours pensé que je m’adressais sur ce forum à des gens qui sont au dessus de la moyenne. Volonté d’apprendre, partage des d’expériences, volonté de réussir sa vie y compris en sortant des sentiers battus, sachant que nous avons tous un bagage différent
Les quelques lignes de mon expérience le montre, j’ai aussi des coups de mou, comme fin 2010 quand je suis débarqué ou par exemple plus récemment fin 2015 quand j’ai été victime de l’escroquerie espagnole et perdu 400K alors que je suis désormais sans filet
Donc quand je dis de se bouger le cul, ce que dit régulièrement CRICRI sans se faire "varloper", c’est pour le bien de chacun et bien sur, chacun fera ce qu’il voudra

Dernière modification par Tssm (03/06/2017 13h07)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #20 03/06/2017 13h50

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   581  

@Tssm: je voudrais vous féliciter d’avoir parlé de la rémunération très élevée qu’on vous a proposée, même si la fin de votre post était un peu maladroite, comme certains l’ont écrit plus haut.

C’est en effet une source d’inspiration pour des jeunes et moins jeunes, pour les pousser à être plus ambitieux, s’ils le souhaient vraiment. Même si tout le monde ne pourra pas le faire, une personne suffisamment motivée a des chances non négligeables de réussir à avoir un parcours professionnel stimulant intellectuellement ET avec rémunération élevée, où en plus on côtoit des gens et/ou des situations intéressantes.

Un exemple: Au début de ma carrière, j’étais sur un petit poste d’ingénieur dans une assez petite filiale de province. Ni cette filiale ni mon poste n’était stratégique pour ce groupe, donc pu d’espoir de  promotions rapides ou de rémunérations élevées. J’aurai pu végéter longtemps là-bas, avec un salaire correct sans plus, peu de stress et une bonne qualité de vie, comme beaucoup de cadres de cette filiale.
Un évènement a changé ma vie professionnelle : une formation interne à ce groupe, en résidentiel, a  fait que j’ai côtoyé pendant une semaine deux jeunes de mon âge de l’audit interne / inspection générale. Ils discutaient entre eux le soir:
-  de leurs missions aux quatre coins du monde pour auditer des filiales, en rencontrant à chaque fois le président  et le DAF de la filiale, avec qui ils dialoguaient d’égal à égal
- de leur salaire plus élevé que le mien,
- de leurs brilliantes perspectives professionnelles où ils allaient par exemple devenir DAF ou Directeur Marketing d’un pays ou d’une grosse filiale dès leur prochain poste ou celui d’après
- en cachant à peine leur léger mépris envers leurs "collègues" ingénieurs tâcherons de province

J’aurais pu me dire: ils sont indécents; ou c’est injuste car qu’ont-ils fait pour avoir cela.
Je me suis plutôt dit: pourquoi pas moi? Je vais faire encore plus fort qu’eux, le mépris des autres en moins.

En m’auto-formant sur les techniques financières, comptables, et autres que je ne maitrisais, et en faisant le siège de mon DRH local, j’ai réussi 18 mois plus tard à me faire muter sur un des rares postes au siège mixte ingénierie et finance, avant d’avoir des promotions rapides car j’étais près des décideurs qui voyaient l’excelence de mon travail, etc.

Il est vraiment important de ne pas s’auto-limiter ou de croire que seule une infime minorité a à 25 ans la possibilité d’un  parcours professonniel rapide pour atteindre des rémunérations confortables brutes > 200 K€/an, qui sans être de rémunérations de comex de groupes ou de grosses filiales  (qui eux sont de 500K€ ou 1 M€, voire davantage) permettent d’atteindre assez vite une confortable indépendance financière.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #21 03/06/2017 16h45

Membre
Réputation :   93  

Pour ma part, des facilités mais une indiscipline constante, une critique du système récurrente et donc des conflits répétés avec l’administration et le corps enseignant
Bac de justesse, école de commerce de province mais là! miracle! en troisième année de sup de co je me suis découvert une passion: l’entreprise, bien aidé par un prof lui même actionnaires de plusieurs boites. Mes notes ont décollé, que dis je, se sont envolées…
Puis patatras, premiers boulots de m.rde jusqu’à ce qu’un recruteur (une dame en l’occurrence), découvre ce qu’on pouvait faire de moi, à condition de lâcher la bride.
6 ans dans une boite super où j’ai fait ce que je voulais (et oui! ce que je voulais!). Beaucoup d’argent, un job intéressant (j’avais en fait créé mon poste), des rencontres époustouflantes. Puis changement d’actionnaire, nouveau tour de vis et départ donc….pour aller racheter une petite entreprise dans le sud de la France.
Aujourd’hui prof (toujours en conflit avec l’administration, ça n’a pas changé ça) et le bonheur d’apprendre à mes étudiants que la réussite ce n’est pas renoncer à être soi même, mais bien le contraire….

mafo

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #22 29/11/2017 20h41

Membre
Réputation :   6  

Bonsoir à tous,

Voici un petit court métrage nommé "Happiness" à découvrir, je trouve qu’il résume assez bien la rat race.



Qu’en pensez vous ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+6]    #23 28/07/2019 11h38

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   306  

Comme patron de PME, la rat race au quotidien est un combat pour payer ce que l’on doit, le millefeuilles des taxes semblant sans fin.

Selon son état d’esprit du moment, on le vit plus ou moins bien, fonction aussi clairement du résultat net comptable final.

J’ai couru après la "croissance" pendant longtemps, jusqu’à saturation pour ma part : la prise de conscience a eu lieu quand j’ai vu une partie de mes salariés, pourtant alors parfaitement informés et conscients d’une situation économique  particulièrement difficile pour la bôite, se désengager(baisse de rendement, arrêts maladie intempestifs et peu plausibles), un peu comme au foot quand les attaquants ne font plus les replis défensifs et regardent stoiques leurs défenseurs ramer face à l’adversité.

Ce fut un vrai choc pour moi et une remise en question de mon mode de gestion : j’ai alors pu vraiment savoir sur qui compter dans l’équipe. La zone de turbulences passée (un tunnel dont je ne voyais pas la fin pour ma part..) , j’ai alors entamé une restructuration assez simple sur le papier par un tri sélectif des clients selon une approche inédite pour moi  (20% des clients =80% des "emmerdes") : ceux -ci ont été mis en condition de quitter notre clientèle de façon échelonnée, à peu près au même rythme que je supprimai les postes, souvent sans licencier, mais en remettant dans le feu de l’action nos collaborateurs qui avaient "lâché l’affaire" pendant l’orage chez nous. C’est d’ailleurs une décroissance très difficile à organiser dans les faits.

Certains cadres ont eu la franchise de me faire part de leurs doutes sur ce massacre à la tronçonneuse qui risquait de nous amener au dépôt de bilan, pour autant eux sont toujours là plusieurs années après.

Je conçois que cette méthode puisse paraître choquante quand on est salarié d’assister à un tel dégraissage, mais avec le recul mon seul regret est de ne pas m’être "coupé le bras plus tôt" : en résultat net final, on gagne certes moins, mais j’ai retrouvé le plaisir de bosser avec une équipe resserrée et ai de nouveau des projets alors que pendant cette crise, mon obsession était de boucler la paye de tous à la fin du mois.

Dernière modification par serenitis (28/07/2019 11h39)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #24 30/07/2019 16h14

Membre
Réputation :   44  

LoopHey a écrit :

On passe son temps à courir après l’argent pour upgrader son lifestyle.

"upgrader son lifestyle", non mais je rêve ! Bel exemple de rat race linguistique !

Hors ligne Hors ligne

 

[+7]    #25 31/07/2019 20h49

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   123  

La rat race vue par raymond devos.

Excusez-moi, je suis un peu essoufflé!
Je viens de traverser une ville où tout le monde courait …
Je ne peux pas vous dire laquelle … je l’ai traversée en courant.
Lorsque j’y suis entré, je marchais normalement.
Mais quand j’ai vu que tout le monde courait … je me suis mis à courir comme tout le monde, sans raison!
A un moment, je courais au coude-à-coude avec un monsieur …
Je lui dis:
Dites-moi … pourquoi tous ces gens-là courent-ils comme des fous?
Il me dit:
Parce qu’ils le sont!
Il me dit:
Vous êtes dans une ville de fous ici …
Vous n’êtes pas au courant?
Je lui dis:
Si, des bruits ont couru!
Il me dit:
Ils courent toujours!
Je lui dis:
Qu’est-ce qui fait courir tous ces fous?
Il me dit:
Tout! Tout!
Il y en a qui courent au plus pressé.
D’autres qui courent après les honneurs …
Celui-ci court pour la gloire …
Celui-là court à sa perte!
Je lui dis:
Mais pourquoi courent-ils si vite?
Il me dit:
Pour gagner du temps!
Comme le temps c’est de l’argent … plus ils courent vite, plus ils en gagnent!
Je lui dis:
Mais Où Courent-Ils?
Il me dit:
A la banque!
Le temps d’y déposer leur argent sur un compte courant … et ils repartent toujours courant, en gagner d’autre!
Je lui dis:
Et le reste du temps?
Il me dit:
Ils courent faire leur courses … au marché!
Je lui dis:
Pourquoi font-ils leurs courses en courant?
Il me dit:
Je vous l’ai dit … parce qu’ils sont fous!
Je lui dis:
Ils pourraient aussi bien faire leur marché en marchant … tout en restant fous!
Il me dit:
On voit bien que vous ne les connaissez pas!
D’abord, le fou n’aime pas la marche …
Je lui dis:
Pourquoi?
Il me dit:
Parce qu’il la rate!
Je lui dis:
Pourtant, j’en vois un qui marche!?
Il me dit:
Oui, c’est un contestataire!
Il en avit marre de toujours courir comme un fou.
Alors il a organisé une marche de protestation!
Je lui dis:
Il n’a pas l’air d’être suivi?
Il me dit:
Si! Mais comme tous ceux qui le suivent courent, il est dépassé!
Je lui dis:
Et vous, peut-on savoir ce que vous faites dans cette ville?
Il me dit:
Oui! Moi, j’expédie les affaires courantes.
Parce que même ici, les affaires ne marchent pas!
Je lui dis:
Et où courez-vous là?
Il me dit:
Je cours à la banque!
Je lui dis:
Ah! … Pour y déposer votre argent?
Il me dit:
Non! Pour le retirer!
Moi, je ne suis pas fou!
Je lui dis:
Si vous n’êtes pas fou, pourquoi restez-vous dans une ville où tout le monde l’est?
Il me dit:
Parce que j’y gagne un argent fou! …
C’est moi le banquier!

et en vidéo.

Hors ligne Hors ligne

 

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur