Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+1]    #101 03/06/2017 10h14

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1031  

Sissi je ne suis pas du tout d’accord avec vous. Lorsque vous avez évoqué votre train de vie dans une autre discussion je vous ai fait remarqué que ça n’empêchait pas les gens de vivre avec moins de 2000€ par mois et il n’y avait aucune condescendance ou autre dans vos différents messages.
Ce qui est reproché à Tssm est le dédain avec lequel il évoque son cas et traite du coup ceux qui ne sont pas capables d’obtenir ce genre de salaire. Aucun des intervenants ici n’est jaloux, si c’est son cas tant mieux et il peut en parler ici sans moquerie, sans se cacher, mais en relatant comment il y est parvenu de sorte que les autres s’en inspirent plutôt que d’exprimer ce qu’il lui est arrivé et de la façon qu’il l’a faite et qui était au minimum maladroite.
Ca ne va pas plus loin.
Et voilà juste ensuite vous enchaînez avec la comparaison US où tout le monde aurait applaudi. L’exemple est mal choisi.

Dernière modification par kc44 (03/06/2017 10h15)

Hors ligne Hors ligne

 

#102 03/06/2017 10h29

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   366  

@SurinBernard2k (désolé)
Je suis souvent étonné des moyennes communiquées par l’INSEE ou autres sur des chiffres, d’ailleurs vieux de plusieurs années en général. Ces chiffres ne reflètent pas la réalité de ce que je vois dans mon entourage ou en lisant ce forum justement qui permet aussi de pouvoir comparer nos situations avec d’autres.

J’ai souvent l’impression que dans la tranche des 10% les plus aisés à laquelle beaucoup sur le forum appartiennent (Tssm est dans la tranche des 1%), il y a beaucoup de disparités.

Je pense plutôt aussi que 150000€ est plutôt un salaire moyen pour un dirigeant. Il y a une multitude de cadres moyens et sup qui sont à 100-120k€. Il y en a aussi une plus grande multitude qui sont dans une fourchette inférieure autour de 60k€ mais pourquoi regarder en bas si on a le vertige?

Pour prendre un exemple, Tssm travaillait dans la finance, notre Président aussi travaillait dans la finance et en 3 ans avait eu des revenus de 2,5 M€ je crois soit 800k€ par an. 150k€ paraît une bien faible somme en comparaison.

Ce qui était maladroit de la part de Tssm je trouve aussi était de conclure "tout le monde peut le faire". Non en effet c’est tout à fait démagogique voire condescendant, tout le monde ne peut pas le faire car sinon le SMIC serait à 150k€…

Dernière modification par Jef56 (03/06/2017 10h33)


To achieve fair investment results is easier than you think; superior results are harder than you thought

Hors ligne Hors ligne

 

#103 03/06/2017 10h31

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   467  

InvestisseurHeureux a écrit :

Est-ce que c’est foncièrement différent ? :-)

Certains achètent des voitures de luxe, des appartements dans les beaux quartiers, des vacances lointaines. D’autres achètent du temps.
Les plus chanceux (ou les plus talentueux) obtiennent les deux mais ils sont rares.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #104 03/06/2017 10h34

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   658  

Surin vous écrivez:
"Et voilà juste ensuite vous enchaînez avec la comparaison US où tout le monde aurait applaudi. L’exemple est mal choisi."

J’echangeais avec Isild sur le besoin de "pudeur" quand on a de forts revenus pour "ménager les suceptibiltes"

Et c’est la que j’ai compare avec pas juste les US mais aussi Les UK - je ne referais pas au post de Tssm qui semble vous irriter. D’ailleurs connaissant Tssm dans la vraie vie … j’ai une autre lecture de son propos.

C’est un sujet tabou meme avec la plupart des expats français que je rencontre dans le sud mais pas avec les Brits. Quel soulagement ! Mes voisins Brits mi-40 ans sont proches de quitter la rat race et on echange des tips sur cies UK et cies française , italiennes ou espagnoles…C’est gagnant - gagnant.
C’est stimulant et …libérateur.

Dernière modification par sissi (03/06/2017 10h35)

Hors ligne Hors ligne

 

#105 03/06/2017 10h38

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1031  

Jef vous vous adressiez à B2K je pense. Vu.
Puisque vous parlez du SMIC à 150k€ faisons-le car Tssm évoque un salaire "juste mais correct".
C’est donc idéal pour définir le SMIC. Vous devriez vous engager en politique, les gens voteraient pour vous avec une telle mesure. Ca en jette bien plus qu’un revenu universel de 500-600€.
Non il faut vraiment resituer, un salaire "juste mais correct" à 150k€ doit être davantage expliqué du fait du contexte, de la personne et son expérience, domaine d’activité, carnet d’adresse etc. Il manquait des explications mais dire que même sur un site d’investissement on ne peut évoquer de hauts salaires est faux, c’est la façon de le faire.
Ok Sissi je comprends mieux, perso je m’en fiche, ça ne m’irrite pas mais je comprends franchement ceux que cela pouvait ou pourrait irriter. Sauf si c’est de l’humour mais ça n’en était pas.

Dernière modification par kc44 (03/06/2017 10h44)

Hors ligne Hors ligne

 

#106 03/06/2017 10h38

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   481  

De grâce, pas le salaire moyen …. mais au moins, vous l’avez pris pour les dirigeants d’entreprise et évoque la disparité entre les secteurs, merci !

A titre informatif, pour parler salaire sans pudeur et sans excès
Un stagiaire dans mon ancienne branche d’activité, c’est 3000 euros par mois. Le stagiaire a 21/22/23 ans environ, en cours d’étude dans une école de commerce ou d’ingénieur de premier rang. Quand il est embauché, donc grosso modo un an plus tard, il touche 100K de revenu au bout de sa première année, environ 60K de fixe et le reste en bonus
Pour l’histoire, mon premier salaire en 1999 était de 275KF (40K) et mon premier bonus à la fin de cette année là de 180KF (30K)
Maintenant, les salaires FIXES sont plafonnés en bancaire, généralement pas plus de 240K en France
Le gars est au sommet de la chaine alimentaire au bout de 12/15 ans
Certains vont trouver cela excessif, d’autres non, c’est juste le prix de marché et cela fonctionne très bien comme cela

Merci Sissi, STOP au varlopage :-)

Hors ligne Hors ligne

 

#107 03/06/2017 11h06

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   233  

Pourriez vous développer un peu ce qu’est votre branche en question ? Quels sont les bonnes écoles ou les bon parcours pour y arriver ?

Je connais pas mal de monde qui souhaiterait avoir un salaire à 5 chiffre avant leur trente ans. Ceci dit entre les "on dit" et la réalité, c’est pas toujours facile de bien s’orienter.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #108 03/06/2017 11h09

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   572  

Tssm a écrit :

Un stagiaire dans mon ancienne branche d’activité, c’est 3000 euros par mois
(…)
Certains vont trouver cela excessif, d’autres non, c’est juste le prix de marché et cela fonctionne très bien comme cela

N’employons pas des termes de valeur, soyons simplement objectifs.
- 3000€, c’est dans les 16% des plus hauts revenus français.
C’est dans le haut du panier, mais sans être si élevé que ça.
- un stagiaire peut-il mériter une telle rémunération ?
Oui, probablement. Après tout j’étais payé ce tarif là pour 6h de présence par jour, sans avoir jamais évolué de poste en 13 ans de "carrière".
Un tel stagiaire fournit probablement beaucoup plus de travail, et sans doute plus de valeur ajoutée également.

Merci Sissi, STOP au varlopage :-)

Pour rappel, à sissi et vous même:
Ici, personne n’a dit que 150K était excessif pour un dirigeant de boite, personne ne vous a reproché de gagner une telle somme, ni supposé que vous ne le mériteriez pas.

Ce qui a suscité des réactions vives, c’est ceci:

Si on vient encore et toujours me chercher pour ce type de job alors que je suis retiré des affaires en 2010 bien avant mes 40ans, je pense que ceux qui se plaignent de leur job Ne font pas forcément le nécessaire pour améliorer leur situation

Au début, j’ai aussi été choqué par votre phrase.
Notamment parce qu’elle part de votre exemple particulier pour en tirer des conclusions pour tout un chacun.

Si vous avez été contacté après 7 ans d’inactivité, c’est parce que la boite en question manque de courage: au lieu d’aller chercher un nouveau talent, elle s’est juste demandé "qui a déjà occupé le même poste ?"
Un biais classique du recrutement: débutant accepté à condition qu’il ait de l’expérience dans le même poste… … …

Pour revenir à votre phrase, je pense qu’elle est juste dans les domaines dont le marché de l’emploi est fluide: je vois de nombreux collègues se plaindre de leur boulot (j’ai aussi été dans ce cas), et se trouver mille justifications pour ne pas en changer alors que leur expérience et leur compétences le leur permettrait.
Mais vous avez fait une phrase généraliste, incluant dans le lot des gens dont la priorité est de nourrir leur famille et qui ne peuvent pas se permettre de tout lâcher pour un hypothétique meilleur futur.

Pour résumer:
Tssm: personne ne vous a critiqué sur votre salaire.
Sissi: personne ne vous a reprocher de dépenser "beaucoup plus" de 2000€
Les "varlopages" sont venu à cause de propos périphériques.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #109 03/06/2017 11h15

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   481  

Je finis sur la rat race finalement car c’est le sujet

Viens 2010, j’en ai marre, plus trop de motivation, cela commence à se voir et la pyramide se rétrécit

Je décide de quitter la banque d’investissement pour un grand groupe, disons mutualiste ou plutôt humaniste, recyclage classique avec un fixe correct de cadre supérieur de 130K. Bien sur retraite chapeau, bonus, et tout le reste… rémunération en forte baisse mais pression et horaire de travail aussi, la bonne planque :-)
Le genre du groupe qui dit ou dire pourrait que l’humain est au centre de tout, la bonne blague …
Même pas fini ma période d’essai, le vendredi de noël, on peut difficilement l’inventer,  qu’il me vire ou plutôt qu’il mette fin à ma période d’essai (donc départ immédiat sans préavis), mon boss avait changé, nouveau boss, nouvelle équipe… Même le pire des groupes capitalistes, AXA par exemple (que j’adore), n’aurait pas fait cela. Ils ont souvent l’intelligence de ne pas insulter l’avenir eux, à défaut d’être réellement humain

J’avis bien gagné en salaire, j’avais acheté plusieurs millions en immobilier (j’étais d’ailleurs en train d’emprunter 1,6M quand j’ai été viré, quelques sueurs froides), je me suis dit stop, bye bye

Ma plus belle réussite est d’avoir eu un enfant en 2012 du fait de l’arrêt de la rat race ce que je n’arrivais pas à avoir du fait de la pression et des horaires contraintes  (jamais de diner à la maison, week end au bureau, voyages à l’étranger …)

Des 2013, la décision de quitter le France devait être prise pour assurer la pérennité financière de la famille

Voilà ma rate race

Un peu de « flavour » pour comprendre que 150K pour un poste de DG en France, ce n’est plus pour moi, et cela sans vouloir insulter personne

Dernière modification par Tssm (03/06/2017 11h19)

Hors ligne Hors ligne

 

#110 03/06/2017 11h26

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1031  

Sissi l’avait évoqué, vous connaissant… Je comprends mieux. En fait votre dédain est envers la rate race, rassurant finalement de voir que même au delà de 100k€ par an on peut être "malheureux" au travail, ça n’est pas tellement une question de salaire.
Votre explication du contexte tranche complètement avec votre premier message qui, pour un néophyte qui vous lit, était surprenant. Merci de l’avoir fait.

Hors ligne Hors ligne

 

#111 03/06/2017 11h27

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   658  

Faith un peu réducteur et pas tres flatteur ce que vous écrivez"

Si vous avez été contacté après 7 ans d’inactivité, c’est parce que la boite en question manque de courage: au lieu d’aller chercher un nouveau talent, elle s’est juste demandé "qui a déjà occupé le même poste ?"
Un biais classique du recrutement: débutant accepté à condition qu’il ait de l’expérience dans le même poste… … …

Et errone je crois… car "débutant" ? et "inactif" ne s’appliquent pas dans ce cas-ci.

Faith : oui on ne m’a presque pas reproche de dépenser "beaucoup plus" de 2000€ … mais mea culpa …surtout que je viens de lire : 300 euros/couple pour manger c’est la "norme" d’après Surin
Et la je suis dépassée ou alors totalement inadéquate dans ma gestion du budget nourriture: 10 euros par jour pour un couple ? La viande ou poisson d’1 repas c’est déjà entre 5 et 10 euros selon…et on achète en France pas au Lux
Il est vrai que ce sont des portions nord-américaines mais.. avec 1 légume ou 2 et 1 salade, pain de qualité on arrive presque  a 10 euros pour le souper avec eau minérale et vin !

Hors ligne Hors ligne

 

#112 03/06/2017 11h28

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   467  

Surin a écrit :

Sissi l’avait évoqué, vous connaissant… Je comprends mieux. En fait votre dédain est envers la rate race

Le même dédain que l’ancien fumeur a pour la cigarette…
J’appelle plutôt ça cracher dans la soupe, si vous me passez l’expression.

Dernière modification par dangarcia (03/06/2017 11h28)

Hors ligne Hors ligne

 

#113 03/06/2017 11h28

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   572  

Tssm a écrit :

Je finis sur la rat race finalement car c’est le sujet

Merci pour ce partage.
Une question: pourquoi avoir voulu vous recycler dans un nouvel emploi (même tranquille), plutôt que de vous arrêter ?
Etait-ce pour avoir un filet de sécurité, parce que vous n’envisagiez pas de ne pas travailler, etc ?

En tout cas, c’est un beau retournement de voir que votre employeur vous a plutôt rendu service en vous licenciant wink


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#114 03/06/2017 11h35

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1031  

sissi a écrit :

Faith : oui on ne m’a presque pas reproche de dépenser "beaucoup plus" de 2000€ … mais mea culpa …surtout que je viens de lire : 300 euros/couple pour manger c’est la "norme" d’après Surin

Pas du tout, j’ai du mal m’exprimer. Le budget nourriture que j’ai évoqué est un minimum, pour se nourrir, sans plus. C’était en réponse à quelqu’un parlait de 100€ par mois ce qui est irréaliste.
Je comprends parfaitement que l’on ne puisse se contenter de cela et c’est du hors restaurants mais quand on a des enfants, c’est marrant, on perd complètement l’envie d’aller au resto (budget et surtout gestion de la marmaille).
Idem pour vos dépenses, vous faites comme bon vous semble et l’avez très bien expliqué, c’est juste qu’on disait qu’il est possible de vivre convenablement avec 2000€ par mois. Au dessus ce n’est plus du vital mais plutôt du confort, de l’agrément et il n’y a aucun mal à vouloir en faire ainsi!

Dernière modification par kc44 (03/06/2017 11h36)

Hors ligne Hors ligne

 

#115 03/06/2017 11h38

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   572  

sissi a écrit :

Faith : oui on ne m’a presque pas reproche de dépenser "beaucoup plus" de 2000€ … mais mea culpa …surtout que je viens de lire : 300 euros/couple pour manger c’est la "norme" d’après Surin
Et la je suis dépassée ou alors totalement inadéquate dans ma gestion du budget nourriture: 10 euros par jour pour un couple ? La viande ou poisson d’1 repas c’est déjà entre 5 et 10 euros selon…et on achète en France pas au Lux

Mon budget est également de 5€ par jour par personne.
Je comprends que vous dépensiez plus (mon père par exemple dépense monstrueusement plus), mais on est loin du nécessaire.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #116 03/06/2017 11h43

Membre
Réputation :   12  

Tssm a écrit :

On m’a proposé pas plus tard qu’hier un poste à 150k de fixe à Aix avec accès au capital de la boîte

Pas exceptionnel mais de De quoi faire une culbute intéressante sur 3/5 ans sur l’equity en ayant un salaire juste mais correct sous le  soleil de Provence

Si on vient encore et toujours me chercher pour ce type de job alors que je suis retiré des affaires en 2010 bien avant mes 40ans, je pense que ceux qui se plaignent de leur job Ne font pas forcément le nécessaire pour améliorer leur situation

Je rejoins Surin et Isild notemment.
Ce n’est pas le fait d’avoir un tel salaire qui est choquant, tant mieux pour vous mais c’est juste la manière de dire ça qui est… Wowww ! Il n’y a pas trop de précisions, c’est un peu hors contexte c’est vrai, mais oui ça fait un drole d’effet : condescendance, mépris… Oui, c’est choquant quand on lit que 150 K/an c’est pas exceptionnel, que c’est un salaire juste mais correct et que "si l’on a pas ça, c’est que l’on ne fait pas les efforts" !
Si c’est vraiment exceptionnel pour le commun des mortels.
"Mode humour on" : Vous avez pas un petit plan pour moi, car je suis prêt à faire 6 mois, 1 an à ce tarif sans problème.

@ Sissi : C’est vrai, les américains sont fières de parler argent, d’exhiber leur richesse. D’ailleurs l’argent est leur valeur première, leur raison de vivre. 
Le problème c’est que là  bas, dans le business ils sont prêt à tout, ce sont des voleurs et s’ils peuvent vous écraser ils n’hésitent pas. C’est un pays où si vous êtes riche c’est cool, si vous n’avez pas beaucoup d’argent c’est l’enfer. Il ne faut jamais être en position de faiblesse là bas. c’est la règle numéro 1.
En France, c’est vrai c’est l’opposé, c’est trop tabou. Un juste milieu serait bien je pense.

PS : c’est vraiment galère ce robot…. Au moins, s’il situait là où il faut corriger ce serait bien !

Hors ligne Hors ligne

 

#117 03/06/2017 11h46

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1031  

Vegas, Tssm s’est expliqué dans son message #109 qui permet de mieux comprendre.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #118 03/06/2017 12h19

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   481  

Chers membres, pas de dédain ou de haine, j’ai acquis des expériences fabuleuses, côtoyés de personnes exceptionnelles, gagné de l’argent et préparé le futur

Vous savez, quand vous êtes trentenaire et que vous voyez la crise financière au première loge et le monde se dérober sous vos pieds, ou que vous conseillez les patrons des plus grandes entreprises sur les opérations financières stratégiques alors finalement que vous ne savez pas grand chose, c’est quelque choses qui sort de l’ordinaire. Pour l’anecdote, j’ai adoré prendre le jet au Bourget avec assis en face de moi, Henri de Castres ou Dennis Kessler pour aller préparer un raid sur une boite ou rencontrer des investisseurs…. Je me rappelle aussi d’un autre groupe mutualiste pour qui je préparais une offre hostile aux USA, je disais au patron, je dis souvent les choses, vous ne trouvez pas c’est contraire à vos valeurs ?  « Nous utilisons les règles du capitalisme à notre profit, sans en avoir les contraintes », les chinois n’auraient pas dit mieux, intéressant de voir l’envers du décor derrière les postures bien pensantes

Passer du conseil au client final est souvent synonyme de délivrance en terme de vie privée, j’ai souhaité suivre cette voie dans un premier temps. Mon dernier employeur m’a délivré en quelque sorte, vous avez raison, car j’ai vu que je pouvais faire autre chose certes de moins en vue socialement mais qui me correspond mieux

Aujourd’hui, même si je me suis capable de reprendre une activité salariée, je n’ai pas envie. On me sollicite souvent sur certains thèmes, mais je n’ai jamais été plus loin à ce jour

Sur la phrase qui gêne certains membres
J’ai toujours pensé que je m’adressais sur ce forum à des gens qui sont au dessus de la moyenne. Volonté d’apprendre, partage des d’expériences, volonté de réussir sa vie y compris en sortant des sentiers battus, sachant que nous avons tous un bagage différent
Les quelques lignes de mon expérience le montre, j’ai aussi des coups de mou, comme fin 2010 quand je suis débarqué ou par exemple plus récemment fin 2015 quand j’ai été victime de l’escroquerie espagnole et perdu 400K alors que je suis désormais sans filet
Donc quand je dis de se bouger le cul, ce que dit régulièrement CRICRI sans se faire "varloper", c’est pour le bien de chacun et bien sur, chacun fera ce qu’il voudra

Dernière modification par Tssm (03/06/2017 13h07)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #119 03/06/2017 13h50

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   581  

@Tssm: je voudrais vous féliciter d’avoir parlé de la rémunération très élevée qu’on vous a proposée, même si la fin de votre post était un peu maladroite, comme certains l’ont écrit plus haut.

C’est en effet une source d’inspiration pour des jeunes et moins jeunes, pour les pousser à être plus ambitieux, s’ils le souhaient vraiment. Même si tout le monde ne pourra pas le faire, une personne suffisamment motivée a des chances non négligeables de réussir à avoir un parcours professionnel stimulant intellectuellement ET avec rémunération élevée, où en plus on côtoit des gens et/ou des situations intéressantes.

Un exemple: Au début de ma carrière, j’étais sur un petit poste d’ingénieur dans une assez petite filiale de province. Ni cette filiale ni mon poste n’était stratégique pour ce groupe, donc pu d’espoir de  promotions rapides ou de rémunérations élevées. J’aurai pu végéter longtemps là-bas, avec un salaire correct sans plus, peu de stress et une bonne qualité de vie, comme beaucoup de cadres de cette filiale.
Un évènement a changé ma vie professionnelle : une formation interne à ce groupe, en résidentiel, a  fait que j’ai côtoyé pendant une semaine deux jeunes de mon âge de l’audit interne / inspection générale. Ils discutaient entre eux le soir:
-  de leurs missions aux quatre coins du monde pour auditer des filiales, en rencontrant à chaque fois le président  et le DAF de la filiale, avec qui ils dialoguaient d’égal à égal
- de leur salaire plus élevé que le mien,
- de leurs brilliantes perspectives professionnelles où ils allaient par exemple devenir DAF ou Directeur Marketing d’un pays ou d’une grosse filiale dès leur prochain poste ou celui d’après
- en cachant à peine leur léger mépris envers leurs "collègues" ingénieurs tâcherons de province

J’aurais pu me dire: ils sont indécents; ou c’est injuste car qu’ont-ils fait pour avoir cela.
Je me suis plutôt dit: pourquoi pas moi? Je vais faire encore plus fort qu’eux, le mépris des autres en moins.

En m’auto-formant sur les techniques financières, comptables, et autres que je ne maitrisais, et en faisant le siège de mon DRH local, j’ai réussi 18 mois plus tard à me faire muter sur un des rares postes au siège mixte ingénierie et finance, avant d’avoir des promotions rapides car j’étais près des décideurs qui voyaient l’excelence de mon travail, etc.

Il est vraiment important de ne pas s’auto-limiter ou de croire que seule une infime minorité a à 25 ans la possibilité d’un  parcours professonniel rapide pour atteindre des rémunérations confortables brutes > 200 K€/an, qui sans être de rémunérations de comex de groupes ou de grosses filiales  (qui eux sont de 500K€ ou 1 M€, voire davantage) permettent d’atteindre assez vite une confortable indépendance financière.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #120 03/06/2017 14h14

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   503  

Exact … on en revient à " se bouger le cul "
On n’a pas rien sans rien .
Tssm, je pense que votre " phrase " fait  un boum pour certains car beaucoup n’a pas votre expérience … et si on avait cette expérience on se serait sans doute exprimer comme vous …

Dernière modification par cricri77700 (03/06/2017 14h26)


Maintenant je profite !!!

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #121 03/06/2017 15h14

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   505  

Quand j’étais collégien, je révais d’occuper un poste de cadre supérieur du style DAF, ou trader… Je me souviens encore feuilletant les fiches métier de l’ONISEP, les imprimant avec soin et les rentrant bien correctement dans des pochettes plastiques.
Je regardais même, alors que je devais à peine être en quatrième ou en troisième, les Universités  et/ou Écoles permettant de se former à ce type de postes.
De plus, toujours lorsque j’étais encore collégien, mes parents s’étaient renseignés (pour moi) auprès de leur conseiller bancaire sur la façon d’acheter des actions en bourse…

Vient ensuite les années lycée. Au fond de moi, j’avais toujours les mêmes ambitions. Dans la pratique, les années passaient, seconde, première puis terminale.
J’ai toujours été un élève moyen. Non pas parceque j’avais des difficultés, mais tout simplement parce que je me contentais du minimum. J’avais 10/11 de moyenne sans trop en faire, alors pourquoi me casser le c** à bosser deux fois plus pour gagner trois ou quatre points de moyenne supplémentaire ? Ça changera quoi ? Finalement, j’ai eu mon bac avec un 11/20. Parfait, je l’ai, ça me suffit… Next !

Viennent les études supérieures… Entretiens à l’IUT, parceque mes parents voulaient que je fasse des études en alternance, afin notamment de garder une organisation "scolaire". Je me plante en beauté lors du débat en groupe, moi qui n’avais jamais vraiment pu prendre la parole en public. En même temps cela m’arrangerais, parce que ce que je voulais faire, c’était des études universitaires.

Entrée donc en fac d’économie / gestion, pile le jour de mes 18 ans (je m’en souviens comme si c’était hier). La première année se passe pas trop mal, bien que je ne la valide qu’à l’issue des rattrapages. Pourtant je bossais (en intensité) quand même bien plus qu’au lycée. Mais cela suffisait à peine.
Je m’accroche, je passe en seconde année… Macro-économie, micro-électronique, maths… Rien que du théorique, zéro application concrète… je décroche lamentablement, me prends violement les pieds dans le tapis lors des examens et "redouble" pour la première fois de ma vie. J’insiste comme cela encore trois ans. Parvenant à valider quelques matières supplémentaires (la moitié de ma seconde année de licence), je suis autorisé à intégrer la troisième année de licence par "enjambement". Je peux donc mener en parallèle la L3 et ce qu’il me reste à valider en L2. Un vrai beau carnage !
Après cinq années passées à l’Université, le bilan est plutôt deplorable. J’ai eu ma première année, valide à peine la moitié de ma deuxième année, et seulement les 3/4 de ma troisième année. La troisième année, dans une situation "normale", je pense que j’aurais pu l’obtenir relativement facilement, car elle m’intéressait vraiment et était largement à la portée. Ce qui m’a plombé c’est le fait de ne pas parvenir à me démarquer de ma deuxième année et de ses matières 100% théoriques et sans application concrètes.

Durant la fin de mon "expérience universitaire", j’ai tenté de me lancer. J’ai créé ma propre société, depuis chez mes parents, de façon autodidacte, une maison d’édition.
J’achète du matériel pour imprimer les livres moi-même, bref, je gère absolument tout. Mon gros point faible ? La vente, le côté commercial. J’abandonne (sans aucun regret quant à cette belle expérience) au bout d’un an et demi.

Arrivé là, j’arrête mes études et ferme ma société à deux mois d’intervalle. Ayant tout de même bien pris conscience de qui je suis et de ma façon de travailler, il est clair que bosser 36h par jour et 60 semaines par an, ce n’est pas pour moi.
Mètre de côté tout un pan de ma vie juste pour avoir plus d’argent, ce n’est définitivement pas pour moi.

Je mets donc de côté mes "rêves" adolescents, pour finalement faire une année de service civique à 550€/mois, puis quelques mois de plonge dans un restaurant pour un salaire comparable au service civique, avant me trouver mon emplois actuel, la première année, avec un salaire toujours du même ordre (mon volume horaire à augmenté depuis, ainsi donc que mon salaire).

Au final je ne fait pas le métier qui me faisait rêver il y a 15/18 ans, et je gagne peu d’argent, moins d’un SMIC par mois.
Néanmoins je fais un métier qui, au final, me plaît quand même. J’ai fondé une famille. J’ai du temps libre la journée (quoi que le travail en coupures c’est pas non plus la panacée), le week-end et pendant les vacances scolaires.
Je ne suis pas devenu DAF, mais je sais gérer mon argent, le placer, développer mon petit patrimoine et préparer celui de ma fille. Je ne suis pas devenu trader, mais je suis tout de même présent sur les marchés financiers (à mon modeste niveau) sans avoir de comptes à rendre à personne. Je ne gagne pas des sommes folles, mais mon petit salaire me permet de vivre et cela me suffit amplement.
Finalement j’en serais presque, à la fin de ce pavé, arrivé à me demander si je suis réellement entré dans la rat race…

Bien sûr, je félicite celles et ceux qui parviennent à gagner plusieurs dizaines de milliers d’euros par an an et qui sont satisfaits de leur situation, mais sans pour autant les envier. Tout simplement parce que ma situation personnelle me convient parfaitement. Cela correspond à qui je suis et à ma façon de vivre les choses.
Chacun a ses propres expériences, ses propres besoins, sa propre vision de la réussite. Je ne me suis certainement pas assez "bouger le cul" il y a quelques années, mais je n’en absolument aucun regret.

Je dirais même que c’est désormais pour mon "challenge". À savoir réussir à me créer une situation financière en partant de zéro (il y a 5 ans), et en me contentant fort aisément de peu de moyens financiers.

(Je m’excuse par avance pour ce pavé, qui je l’espère n’est pas trop indigeste, et encore moins trop égocentrique).


le Petit Actionnaire - Suivi de mes investissements dans les dividendes et Éducation financière.

Hors ligne Hors ligne

 

#122 03/06/2017 15h39

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   366  

Cette file va devenir autre chose que la rat race!

Je retrouve une partie de ce que vous décrivez Neo45 dans ma propre expérience à la différence peut-être que j’ai tapé le plafond de verre un peu plus tard peut-être parce que j’avais plus de facilités que vous à l’école et l’université (j’ai fait tout mon cursus sans redoubler mais toujours à la moyenne ou presque).

C’est dans mes premières années professionnelles que je n’ai pas atteint les rêves que j’avais et cela m’a énormément frustré et aussi rendu malheureux je pense.
J’ai donc accepté car il s’agit beaucoup de cela; accepter c’est une part de subi mais aussi de prise en compte de la réalité pour sortir de son état malheureux pour trouver un équilibre comme vous l’avez fait et comme je l’ai fait aussi en quittant les sièges et la vie parisienne qui me renvoyaient mes échecs à la face tous les jours, pour la province puis l’Afrique.

Je ne suis personnellement pas satisfait de ce que je n’ai pas fait et aurait pu faire dans mes jeunes années. Cela dépend aussi je crois à la contribution des parents et à comment cela est fait. Peut-être que mes parents ont manqué d’ambition pour moi? J’ai réussi au-delà de ce qu’ils avaient réalisé mais pas suffisamment à mes yeux. Les jeunes, écoutez les vieux lorsqu’on vous dit qu’il faut faire de bonnes études. On devrait vous dire aussi de prendre votre destin en main le plus tôt possible.

Pour autant que fais-je aujourd’hui pour changer les choses? Car même si le système français conditionne une grande part de notre avenir professionnel dès l’école, ce n’est pas non plus une situation immuable. Nous avons de beaux exemples sur ce forum de succès en dehors d’un parcours scolaire d’excellence. 
Je pense que l’école devrait nous apprendre à réfléchir à cela et je pense que certaines cultures comme les anglo-saxons par exemple ont plus d’outils pour répondre à ces questions.

Il y a un déterminisme culturel en France qui est très dur à casser.
Pour paraphraser notre Président, je souhaite aussi que tous les jeunes deviennent millionnaires ou en tout cas libres de réaliser leurs rêves.


To achieve fair investment results is easier than you think; superior results are harder than you thought

Hors ligne Hors ligne

 

#123 03/06/2017 16h16

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   505  

Au contraire, Jef56. Des facilités à l’école (collège / lycée) j’en avais, et je m’apuyais (un peu trop) dessus. Puisque je parvenais à m’en sortir de façon moyenne / honorable, sans trop me fouler (je travaillais, mais sans plus), je n’ai jamais vraiment mis le "coups de collier" qui m’aurait peut-être permis d’aller plus haut.
Mais je ne le regrette absolument pas, bien au contraire.

Je n’exclue pas, un jour, de recréer une société et me mettre à mon compte, à faire quelque chose que j’aime (j’ai un faible pour le monde de l’écriture et de l’édition). Non pas pour l’argent, mais pour peut-être pouvoir vivre de ce que j’aime faire.
Par contre, reprendre des études, ça je ne l’imagine même pas. Je suis bien trop autodidacte pour pouvoir bien vivre le fait de "me faire enseigner", qui plus est si cela se déroule de façon scolaire.

Mais là effectivement, je m’éloigne grandement du sujet de la rat race.


le Petit Actionnaire - Suivi de mes investissements dans les dividendes et Éducation financière.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #124 03/06/2017 16h40

Membre
Réputation :   8  

Neo45 a écrit :

Au contraire, Jef56. Des facilités à l’école (collège / lycée) j’en avais, et je m’apuyais (un peu trop) dessus. Puisque je parvenais à m’en sortir de façon moyenne / honorable, sans trop me fouler (je travaillais, mais sans plus), je n’ai jamais vraiment mis le "coups de collier" qui m’aurait peut-être permis d’aller plus haut.

je me permets une petite remarque (surement HS) :
Des personnes qui ont des vraies facilités au collège/lycée et qui travaillent sans plus, sans se fouler, sont à 15-16 au collège et 14-15 au Lycée.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #125 03/06/2017 16h45

Membre
Réputation :   93  

Pour ma part, des facilités mais une indiscipline constante, une critique du système récurrente et donc des conflits répétés avec l’administration et le corps enseignant
Bac de justesse, école de commerce de province mais là! miracle! en troisième année de sup de co je me suis découvert une passion: l’entreprise, bien aidé par un prof lui même actionnaires de plusieurs boites. Mes notes ont décollé, que dis je, se sont envolées…
Puis patatras, premiers boulots de m.rde jusqu’à ce qu’un recruteur (une dame en l’occurrence), découvre ce qu’on pouvait faire de moi, à condition de lâcher la bride.
6 ans dans une boite super où j’ai fait ce que je voulais (et oui! ce que je voulais!). Beaucoup d’argent, un job intéressant (j’avais en fait créé mon poste), des rencontres époustouflantes. Puis changement d’actionnaire, nouveau tour de vis et départ donc….pour aller racheter une petite entreprise dans le sud de la France.
Aujourd’hui prof (toujours en conflit avec l’administration, ça n’a pas changé ça) et le bonheur d’apprendre à mes étudiants que la réussite ce n’est pas renoncer à être soi même, mais bien le contraire….

mafo

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur