Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+4]    #526 02/01/2020 09h15

Membre
Réputation :   5  

J’ai le même problème de ventes de calls couverts (via IB) sur les actions présentes sur mon PEA (bourse direct). Je le fais quand même, sur les deux portefeuilles de façon séparée.

Cela a les inconvénients suivants, à mettre en regard de l’intérêt de l’opération intrinsèque:
- en cas d’assignation: coût des opérations de vente (sur PEA) et achat (sur IB). Je le fais avec des ordres Market-On-Close (MOC) pour éviter les déviations de prix. Cela nécessite de temps en temps d’être devant les écrans à l’expiration des options. Le coût financier reste assez faible (probablement 0,2%).
- consommation de marge IB: la marge IB consommée est plus élevée, car c’est un call non couvert. Cela ne représente pas un problème important pour moi, car je suis assez loin de l’utilisation maximale de marge.

Cela représente cependant aussi un avantage du point de vue fiscal. Lorsque l’action est au-dessus du strike du call, la différence est une plus-value pour le PEA (indolore) et une moins-value pour le CTO IB (qui s’impute sur les autres plus-values).

Je ne fais pas ces opérations pour les ventes de put, car je tente de remplacer toutes mes lignes d’actions par des lignes d’ETF sur le PEA.

Hors ligne Hors ligne

 

#527 02/01/2020 18h21

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   829  

fbn7, je retiens votre astuce "market-on-close", c’est très intéressant je vous remercie. Je ne réalisais pas de call couverts entre portefeuilles "croisés" notamment à cause de ça. Je ne fais des calls couverts que de portif à portif (donc IB et de temps en temps CTO Binck).

Quant à la question plus générale de MisterVix… eh bien comme vous je gère mal les liquidités. Il y les 2 PEAs du couple (Binck et Bourse Direct) et 3 CTO chez IB, Binck et Bourse Direct. Pour des raisons purement fortuites, j’ai surtout vendu en 2019 sur le PEA Binck qui commence à avoir une énorme ligne de cash alors que j’aimerais bien avoir du cash sur le PEA Bourse Direct pour renforcer certaines lignes (je sais c’est surtout psychologique mais je déteste avoir des lignes éparpillées…). Je sors de temps en temps du cash de IB car c’est de loin le plus rapide je trouve et le plus pratique. Je suis assez fainéant et réalloue rarement (à tort sans doute) le cash des CTO Binck et Bourse Direct.

En 2019, comme le dollar était "élevé" (sur une moyenne de 10 ans, c’est net même si un dollar élevé veut tout et rien dire), j’ai changé deux fois plusieurs milliers de dollars dormants en euros pour les envoyer sur mon CTO Binck (sur lequel j’ai des ordres de courtage gratuites et qui gère mieux les foncières donc je préfère acheter sur Binck). Chacun de mes comptes a ses avantages et inconvénients je trouve même si je préférerais de loin avec un seul CTO (s’il arrivait à réunir toutes les qualités bien sûr), le cash serait bien mieux géré !


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

#528 02/01/2020 18h28

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   407  

Autant le pea me paraît incontournable, autant je ne vois vraiment pas quel avantage vous trouvez à Binck ou BD pour un CTO. IB me semble bien meilleur, et en centralisant tout chez eux vous gagneriez en marge voir en tarifs (au dessus de 100k$)


L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître (A. Dumas )

Hors ligne Hors ligne

 

#529 02/01/2020 19h23

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   829  

Oui Bourse Direct ce n’est plus le cas, je ne vois pas trop quoi dire, vous avez raison. Binck si j’ai pas mal d’avantages : j’ai des centaines d’euros ordres gratuits, Binck gère bien l’imposition des foncières européennes (contrairement à IB), gère bien l’imposition des dividendes de Payton Planar (pas simple une entreprise israélienne cotée en Belgique pour un Français, je leur avais écrit et ils avaient bien tenu compte de la législation, je sais que d’autres ont des soucis de surtaxation avec leur courtier).

Et je suis déjà au-dessus de 100 k$ pour IB. Cela étant, pour la marge en général vous avez raison mais comme en 2019 j’étais plutôt cash qu’avec levier… C’est d’ailleurs justement ce que j’étais en train d’écrire pour la partie 2 de mon reporting ! Une réflexion sur la marge : revenir ou ne pas revenir à un peu de levier comme en 2018 mais chat échaudé craint l’eau froide, j’avais utilisé de la marge pour la première fois en plein "mini krach" de 2018 et j’ai vu que ça fondait très vite. J’ai été quelque peu vacciné alors, qu’à l’inverse, de très bons investisseurs ont littéralement multiplié leurs résultats en 2019 grâce à la marge et j’imagine qu’ils ont une vision bien plus positive de la marge que moi. Je me tâte encore sur son utilisation en 2020…


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #530 02/01/2020 19h36

Membre
Réputation :   23  

Meilleurs voeux pour cette nouvelle année PA !
Bravo pour cette belle performance 2019 et vos arbitrages sur BESI, GVO …

Le secteur des semi conducteurs en a encore sous la semelle mais est aussi en première ligne des frénésies twiteresques de M.T. J’attends patiemment pour rentrer à nouveau sur BESI, voire MICRON.

Je vous rejoins sur la thématique de l’eau et pour le moment un simple ETF WATER pourrait me convenir.

Dans le prolongement de GVO, il me parait pertinent de trouver des sociétés dans l’alimentaire qui anticipent le réchauffement climatique du aux élevages industriels trop important de bétail au Brésil par exemple avec comme impacts :  une déforestation due à la culture de soja et aux prouts prouts méthaneux de nos chères vaches.
Soit par la production d’aliments végétariens nutritifs , soit par la production de solutions alternatives d’élevages.

Pour reprendre le sujet d’IB, je m’interroge sur l’ouverture d’un second CTO chez eux pour acheter un ETF de foncières cotées US (HOMZ).
J’ai bien envie aussi d’utiliser la marge avec cet ETF.
Quels sont les frais par rapport à DEGIRO et les conditions minimums de souscription ?

Dernière modification par peakykarl (02/01/2020 19h36)

Hors ligne Hors ligne

 

#531 02/01/2020 22h53

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   521  

Bonsoir PA,
Je serais intéressé par initier une position short sur Tesla et serait intéressé par une explication sur votre stratégie short ?
En gros, vous vendez des call out of the money à brève échéance que vous renouvelez tous les mois ?
C’est sur cette stratégie qu’on capture une valeur temps la plus élevée en théorie en encaissant les primes sans jamais se "faire exercer".
Après, il faut aussi gérer la volatilité et le sous jacent. Il peut être intéressant de prendre des puts plus lointains lorsque la volatilité est faible pour profiter de la future hausse de la volatilité (si on prends des options trop courtes, alors il y a de grandes chances qu’elles soient arrivées à échéances avant que la volatilité revienne).
Concernant la stratégie de short pure, vous préférez les puts ou la VAD sur IB ?
Pour l’instant, je fais uniquement du pur short mais pas encore positionné sur Tesla.
Merci


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #532 02/01/2020 23h15

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   829  

BILAN ANNUEL - 2019 (Partie 2)

Et maintenant, le traditionnel décompte de l’argent dans toutes les enveloppes avec le PEE le plus long à analyser pour moi (site merdique). Pour les AV, j’ai pris 1,5 % de rendement (je n’ai que des fonds boostés, un fonds euro boosté actions et un fonds euro boosté immobilier, je pense qu’ils feront mieux que 1,5 % mais je suis ainsi safe dans mon calcul du patrimoine). Les fonds du PEE ne se sont pas trop mal comportés cette année, moins bien que les indices bien sûr (ce ne sont jamais que des fonds de PEE hein…) mais mieux que je ne l’aurais pensé.

L’ensemble de mon patrimoine a connu une croissance de 11,4 % en 2019.

==> Au 31/12/2019 pour l’ensemble de mon patrimoine [entre crochets, pourcentage fin 2018] :
- Cash (cash pur, monétaire et équivalents) :                                                  7,8 % [5,6 %]
- Obligations (HY, fonds oblig PEE, fonds euro “déduits” du % pierre-papier) :  22,1 % [19,3 %]
- Pierre-papier (REIT, SIIC, tracker et parts sur AV) :                                     8,1 % [9,1 %]
- Actions (tous types de support) :                                                                 62,1 % [66,0 %]

J’ai retrouvé un vieux fichier qui m’a permis de remonter plus loin dans mon allocation. Je ne pensais pas que j’avais tant joué les montagnes russes. Lorsque j’avais décidé d’investir dans les entreprises mondiales en 2012, on peut dire que j’y étais allé franco. Je vais tenter de retomber vers 60 % de mon patrimoine en actions :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_image1.png
1er objectif pour 2020 : continuer l’allocation mensuelle sur ETFs et fonds. J’ai déjà fait tout mon agenda pour 2020 en accélérant même un peu sur le EWLD (pour rebalancer un peu plus de USA, je pensais que j’étais plus chargé en USA).

2ème objectif : augmenter le % de pierre-papier notamment française tant que je ne suis pas propriétaire. Je vais charger plus l’ETF EPRA Europe et sans doute prendre quelques SIIC en direct (oups un peu de stock-picking quand même wink ). Le pourcentage a même baissé en 2019 alors que je m’étais fixé 10 % minimum.

3ème objectif : toiletter le portefeuille notamment sur certaines valeurs à faible encours (au hasard Apogee)

4ème objectif : très simple, en allant sur mon PEE (que, décidément, je ne suis pas assez), je me suis rendu compte qu’un nombre certain de k€ était disponible, je vais les délivrer rapidement car je pense mieux les faire fructifier.

5ème objectif : s’interroger sur la marge… vais-je en réutiliser en 2020 ? (comme en 2018 mais pas du tout en 2019)

Je ne me le mets pas en objectif mais je n’exclus pas d’étudier un peu les entreprises en haut de ma watch-list notamment : Sage Group, Ipsos, Exacompta Clairefontaine, Americold, Anthem, MSCI, Apollo, Adobe, un petit équipementier trop peu liquide pour en parler pour l’instant. 

A ce propos, est-ce que certains d’entre vous ont un progiciel du SAGE Group ? (CRM ou comptabilité, etc.) Est-ce que SAP domine dans votre entreprise ? Est-ce que Salesforce réalise une percée ?


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #533 03/01/2020 05h52

Membre
Réputation :   26  

PoliticalAnimal a écrit :

A ce propos, est-ce que certains d’entre vous ont un progiciel du SAGE Group ? (CRM ou comptabilité, etc.) Est-ce que SAP domine dans votre entreprise ? Est-ce que Salesforce réalise une percée ?

Bonjour,

Travaillant sur SAP, ma vision est un peu faussée mais ce que je peux dire c’est que la nouvelle version de SAP (S/4) est censé tuer le marché car on va enfin avoir du sexy (écran web). Niveau CRM, ils auraient fait des efforts aussi mais je ne suis pas un connaisseur de cette partie là (mais SAP met le paquet pour en faire la promo, je dois avoir une présentation de leur part courant janvier). Le côté négatif de SAP pour les entreprises est le modèle économique car on paye des licences tous les ans à des "fournisseurs" qui prennent une marge confortable pour un service quasi nul

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #534 03/01/2020 09h42

Membre
Réputation :   72  

Salesforce : leur force commerciale est très agressive, les entreprises clientes se retrouvent assez vite bloquées chez eux. La solution rentre en général par la porte du commerce ou du marketing, moins par la DSI. Mais une belle plateforme qui permet de faire beaucoup de choses - ce qui nécessite de brider un peu les demandes métiers pour éviter de se retrouver avec une usine à gaz. La solution est adaptée aux grosses entreprises aux processus bien rodées, le mettre en place dans une ETI ou une PME aura un cout assez vite rédhibitoire, sauf à bien négocier (et signer pour de nombreuses années) et s’en tenir aux standards en terme de fonctionnalités.

Sage : solution très adaptée aux PME, permet de faire beaucoup de choses. Dans mes expériences, j’ai surtout travaillé à le retirer pour passer sur des solutions plus complètes et beaucoup plus chères, comme SAP. Je l’ai surtout vu utiliser sur des périmètres financiers, moins sur le CRM.

SAP : effectivement la nouvelle version S/4 Hanna apporte du mieux en terme de visuel, mais l’année dernière, c’était encore loin d’être effectif sur l’ensemble du périmètre et l’ancienne interface restait prioritaire. Je pense que SAP ne peut de toute façon pas révolutionner les choses du jour au lendemain vu le type d’utilisateurs en face - des financiers, de la supply chain, etc. Reste que cette nouvelle version est un potentiel moteur de croissance intéressant, pour redynamiser une clientèle captive et aller chercher de nouveaux marchés.
Ma société, une fortune 500 très présente en France, semble néanmoins opter la solution d’Oracle, SAP étant vu comme trop complexe et trop coûteuse - je n’ai pas participé aux ateliers de décision, menés par les US. A mon avis, sauf à rentrer dans les détails vraiment en profondeur, ces grosses solutions se valent.

Dernière modification par chlorate (03/01/2020 09h44)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #535 03/01/2020 12h39

Membre
Réputation :   61  

PoliticalAnimal a écrit :

A ce propos, est-ce que certains d’entre vous ont un progiciel du SAGE Group ? (CRM ou comptabilité, etc.) Est-ce que SAP domine dans votre entreprise ? Est-ce que Salesforce réalise une percée ?

Jamais utilisé de SAGE mais Xero (au hasard bien sûr yikes ) a 10 ans d’avance sur Sage.
Ici nous avons Hana depuis 2 ans mais parce qu’à l’époque (fin 2016) je pense que le management ne s’est pas posé les bonnes questions, on tue des mouches avec un bazooka pour ce qu’on lui demande de faire
Côté force de vente je sais qu’on utilise salesforce pour le suivi des linéaires. Personnellement j’avais monté rapidement une base de données salesforce analytics, c’était sympa, mais je l’ai abandonnée faute d’intérêt des utilisateurs. Hâte de voir ce qu’ils vont faire de tableau qui avait un cran d’avance côté reporting.
Malgré la valo j’avoue avoir une faiblesse pour workday des démos que j’ai vues, et surtout j’ai implémenté et utilisé depuis 1 an la solution de planning financier qu’ils ont rachetée (Adaptive Insights) qui est absolument "mindblowing", pour 10 fois moins cher que les solutions traditionnelles (moins bien) chez Oracle/IBM/SAP.

Hors ligne Hors ligne

 

#536 03/01/2020 13h02

Membre
Réputation :   23  

Concernant vos objectifs :

1) quelle place donner à EWLD par rapport à un fonds comme COMGEST MONDE ?
Vous visez quelle pondération de EWLD ?

2) j’ai eu la même interrogation sur EPRA et pour le moment je préfère le stock picking.
Cependant un ETF HOMZ avec des REIT US fait mieux que VNQ et a une réelle approche MACRO de HOYA CAPITAL.

Je suis dans la même situation, non propriétaire, je me dis que SIIC/SCPI doivent être au moins de 30% de mon patrimoine.

5) Je m’interroge sur le fait de faire de la marge sur des SIIC/REIT sur 2020.
Quel a été votre retour d’expérience en 2018 et quelle stratégie aviez-vous adoptée sur la sélection des actions à financer par marge ?
L’intérêt serait aussi de faire de la marge sur des blue chips et des actions décotées , ten bagger.

SAGE est assez utilisée et convient assez bien pour les TPE/PME.
Fortement concurrencé par CEGID.

SAP pour les ETI, très lourd et pas assez ergonomique. Ils ont fait beaucoup d’effort avec HANA mais le déploiement est long malgré toutes les formations effectuées par les organismes de formations privés…

Je pense que l’avenir est plus orientée sur des solutions comme TABLEAU et POWERBI (Microsoft).
D’ailleurs les expert-comptables et autres conseils se tournent de plus en plus vers PowerBI pour implémenter ces solutions dans les PME / ETI.

Salesforce orienté PME/ETI, pour avoir utilisé le logiciel chez des clients lors d’audits, très bonne impression , agile et ergonomique.
A ne pas mettre dans les mains de TPE.

Pour toute ces solutions, il faudra une solution agile dont le redéploiement est simple, car pour l’avoir vécu, une migration de SAP prend en moyenne 1 an et demi…

De manière générale, des solutions comme SMARTSHEET sont aussi très intéressantes.

Dernière modification par peakykarl (03/01/2020 13h02)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #537 03/01/2020 13h49

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   829  

oliv21 a écrit :

Bonsoir PA,
Je serais intéressé par initier une position short sur Tesla et serait intéressé par une explication sur votre stratégie short ?
En gros, vous vendez des call out of the money à brève échéance que vous renouvelez tous les mois ?
C’est sur cette stratégie qu’on capture une valeur temps la plus élevée en théorie en encaissant les primes sans jamais se "faire exercer".
Après, il faut aussi gérer la volatilité et le sous jacent. Il peut être intéressant de prendre des puts plus lointains lorsque la volatilité est faible pour profiter de la future hausse de la volatilité (si on prends des options trop courtes, alors il y a de grandes chances qu’elles soient arrivées à échéances avant que la volatilité revienne).
Concernant la stratégie de short pure, vous préférez les puts ou la VAD sur IB ?
Pour l’instant, je fais uniquement du pur short mais pas encore positionné sur Tesla.
Merci

Bonjour, pour mes positions shorts, je n’utilise jamais la vente de calls. C’est une possibilité en effet, on a le temps "avec nous" mais c’est aussi un gros risque : si la valeur s’envole, la perte peut devenir immense (potentiellement "infinie" avec tous les guillemets qui s’imposent). Mes ventes de calls sont toujours couvertes et ne sont pas réalisées dans une démarche de vente à découverte mais pour ajouter du rendement à mon portefeuille.

Pour shorter, je préfère utiliser l’achat de puts, comme ça je connais à l’avance ma perte maximale. Pour les valeurs dont le nominal est élevé (comme Tesla justement…), acheter un put avec un peu de valeur temps (pour laisser le temps à la thèse de se réaliser) peut vite coûter cher. C’est pour cela que j’ai utilisé aussi des bear put spreads.
Vous trouverez tous les détails ici :
(27/40) Vente d’options PUT pour améliorer le rendement d’un portefeuille…
et : (28/40) Vente d’options PUT pour améliorer le rendement d’un portefeuille…
Maintenant que mon portefeuille est plus gros et tout en respectant mes règles de ne jamais dépasser 1 % du portefeuille en short Tesla, je peux me permettre de ne faire qu’acheter des puts sans mettre en place un bear put spread (qui conserve d’autres avantages cela étant). IB permet de construire ses propres bear put spreads.

D’autre part, j’ai comme objectif secondaire en 2020 de me mettre aussi au CFD, ne serait-ce que pour la stimulation intellectuelle. A la hausse, comme à la baisse, les CFD ont l’avantage d’être plus "directs" (pas de notion de volatilité). Je sais que l’on peut être short un CFD et se couvrir en partie avec une vente de put aussi mais tout ça ce sont des choses que je n’ai jamais réalisées et tant que l’on n’a pas mis les mains dans le cambouis (même si j’ai lu la base sur les CFD), on reste vierge…

Enfin, on m’a posé quelques questions sur IB par email, je rappelle que le forum dispose d’une des files les plus actives justement sur Interactive Brokers : (64/71) Interactive Brokers : votre avis sur Interactive Brokers ?


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

#538 03/01/2020 21h57

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   168  

PoliticalAnimal a écrit :

BILAN ANNUEL - 2019 (Partie 2)

Et maintenant, le traditionnel décompte de l’argent dans toutes les enveloppes avec le PEE le plus long à analyser pour moi (site merdique). Pour les AV, j’ai pris 1,5 % de rendement (je n’ai que des fonds boostés, un fonds euro boosté actions et un fonds euro boosté immobilier, je pense qu’ils feront mieux que 1,5 % mais je suis ainsi safe dans mon calcul du patrimoine). Les fonds du PEE ne se sont pas trop mal comportés cette année, moins bien que les indices bien sûr (ce ne sont jamais que des fonds de PEE hein…) mais mieux que je ne l’aurais pensé.

L’ensemble de mon patrimoine a connu une croissance de 11,4 % en 2019.

==> Au 31/12/2019 pour l’ensemble de mon patrimoine [entre crochets, pourcentage fin 2018] :
- Cash (cash pur, monétaire et équivalents) :                                                  7,8 % [5,6 %]
- Obligations (HY, fonds oblig PEE, fonds euro “déduits” du % pierre-papier) :  22,1 % [19,3 %]
- Pierre-papier (REIT, SIIC, tracker et parts sur AV) :                                     8,1 % [9,1 %]
- Actions (tous types de support) :                                                                 62,1 % [66,0 %]

J’ai retrouvé un vieux fichier qui m’a permis de remonter plus loin dans mon allocation. Je ne pensais pas que j’avais tant joué les montagnes russes. Lorsque j’avais décidé d’investir dans les entreprises mondiales en 2012, on peut dire que j’y étais allé franco. Je vais tenter de retomber vers 60 % de mon patrimoine en actions :
[url]https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_image1.png[/url]
1er objectif pour 2020 : continuer l’allocation mensuelle sur ETFs et fonds. J’ai déjà fait tout mon agenda pour 2020 en accélérant même un peu sur le EWLD (pour rebalancer un peu plus de USA, je pensais que j’étais plus chargé en USA).

2ème objectif : augmenter le % de pierre-papier notamment française tant que je ne suis pas propriétaire. Je vais charger plus l’ETF EPRA Europe et sans doute prendre quelques SIIC en direct (oups un peu de stock-picking quand même wink ). Le pourcentage a même baissé en 2019 alors que je m’étais fixé 10 % minimum.

3ème objectif : toiletter le portefeuille notamment sur certaines valeurs à faible encours (au hasard Apogee)

4ème objectif : très simple, en allant sur mon PEE (que, décidément, je ne suis pas assez), je me suis rendu compte qu’un nombre certain de k€ était disponible, je vais les délivrer rapidement car je pense mieux les faire fructifier.

5ème objectif : s’interroger sur la marge… vais-je en réutiliser en 2020 ? (comme en 2018 mais pas du tout en 2019)

Je ne me le mets pas en objectif mais je n’exclus pas d’étudier un peu les entreprises en haut de ma watch-list notamment : Sage Group, Ipsos, Exacompta Clairefontaine, Americold, Anthem, MSCI, Apollo, Adobe, un petit équipementier trop peu liquide pour en parler pour l’instant. 

A ce propos, est-ce que certains d’entre vous ont un progiciel du SAGE Group ? (CRM ou comptabilité, etc.) Est-ce que SAP domine dans votre entreprise ? Est-ce que Salesforce réalise une percée ?

Avez vous un suivi du rendement du capital pour cette allocation ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #539 03/01/2020 21h58

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   171  

PoliticalAnimal a écrit :

A ce propos, est-ce que certains d’entre vous ont un progiciel du SAGE Group ? (CRM ou comptabilité, etc.) Est-ce que SAP domine dans votre entreprise ? Est-ce que Salesforce réalise une percée ?

Dans ma (grosse) COGIP, c’est SAP et Salesforce.

SAP semble indélogeable, malgré une interface et une expérience d’utilisation d’un autre âge. Je n’ai pas vu la version S/4 HANA, mais la transition risque de prendre du temps!

Je trouve Salesforce particulièrement intéressant, car ils fournissent une offre qui est véritablement du Customer 360, pour reprendre leur buzzword. Leur solution couvre notamment le e-commerce, les enregistrements de clients/prospects via d’autres sources, les campagnes marketing, le suivi SAV; et donne donc une vision complète des interactions avec les clients entre les différents systèmes. J’ai l’impression qu’une fois qu’une entreprise utilise plusieurs de ces solutions, il devient très compliqué de changer (il faut d’abord trouver mieux, et donc une solution qui permette de suivre le client sur l’ensemble des points de contact, s’assurer de la migration des données, etc). J’ai également l’impression (mais cela reste une impression) que de plus en plus d’entreprises implémentent cette solution pour développer des relations plus personnalisées avec leurs clients.
En terme de secteur en tout cas, il est clair que de plus en plus d’entreprises veulent avoir des interactions plus personnalisées avec leurs clients et Salesforce est au centre de cette tendance. L’entreprise se négocie à un multiple des ventes qui me semble raisonnable (stable depuis plusieurs années malgré l’envolée des valeurs SaaS). Bien sûr, il faut faire attention à l’allocation du capital, mais les acquisitions que l’entreprise réalise renforce son moat (même si ça me semble souvent cher payé). C’est en tout cas une entreprise que je surveille en vue d’un ajout dans mon portefeuille.

Dernière modification par SirConstance (03/01/2020 22h02)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #540 06/01/2020 18h16

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   829  

Eh bien, j’ai commencé mes achats mensuels programmés (EWLD, ETF Russell) et… j’ai aussi déjà toiletté le portefeuille.

En effet, j’ai vendu toute ma ligne APOG (Apogee Entreprises, spécialiste des vitres, façades, etc. pour bâtiments et particulièrement gratte-ciels) en légère MV et toute ma ligne MSGN (Madison Square Garden Networks) en MV significative pour redistribuer sur Pentair (spécialiste du traitement de l’eau) et Trade Desk.

Je pense que ces deux dernières entreprises ont beaucoup plus de potentiel que les deux dernières. Ne jamais raisonner par rapport à son PRU big_smile


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

#541 16/03/2020 18h19

Membre
Réputation :   23  

Bonjour,

Comment se comporte votre portif ?
Quelle est votre stratégie de gestion de crise ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #542 26/03/2020 14h31

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   151  

PoliticalAnimal a écrit :

BILAN ANNUEL - 2019 (Partie 1)

J’ai du mal à comprendre les très belles performances indiquant du cash à 20 % voire à 30 %, cela signifie que la performance « intrinsèque » des actions était de 4, 5 voire 6 ou 7 points supérieure ! Autre point, nous entendons depuis déjà 2015 que « les marchés sont hauts », sur combien de blogs, de files portefeuille, de forums francophones et anglophones voire de sites professionnels (au hasard Sextant Grand Large et Carmignac), a-t-on lu que les gens passaient à 50 % cash voire à 75 % ?! Depuis qu’il est très à la mode de parler de marchés hauts (disons mi-2015), j’ai quasiment doublé mon patrimoine actions. Imaginons que 2020 soit l’une des pires années boursières de tous les temps soit comme en 2008 avec un -38,5 % (pour le SP500 l’un de mes indices de référence). Depuis qu’il est de plus en plus courant de clamer la survalorisation des marchés, j’ai transformé 100 en 195 qui deviendrait donc 120 fin 2020 si c’était l’une des pires années (et très rare) depuis un siècle ! Dans cette hypothèse ultra pessimiste, je serais alors encore largement gagnant comparé à un livret A ou une assurance-vie avec mes 100 devenus 120 en 4 ans… le coût d’opportunités des market timers est gigantesque. Le pire est que si krach il y a (qui sera sans doute bien bien inférieure au -38,5 % sur l’année), on entendra tous ces vendeurs d’apocalypse trompeter qu’ils avaient eu raison… alors que non, ils ont eu tort et perdu largement plus d’argent que s’ils étaient restés investis…

La morale de l’histoire : une fois que l’on a défini son budget de risque et avec quelle volatilité on se sent confortable, il ne sert à RIEN de vouloir, même à la marge, même avec de prétendus bons arguments, timer le marché. On conserve son budget de risque, on conserve son pourcentage actions sur le long terme et on profite des hausses en encaissant les baisses. Le budget de risque permet une légère réallocation « quand les marchés sont hauts » (puisque l’augmentation des actions augmente le pourcentage donc il peut y avoir des reventes mais uniquement pour conserver son allocation). Toute autre stratégie dégrade le potentiel des hausses. En forme de boutade, on pourrait écrire : le market timing c’est le mal (à condition de bien définir son budget de risque). Le mien est très élevé (je vise environ 60 % actions) et c’est sans doute l’élément que chacun devrait prendre le plus de temps à analyser/pondérer : quel est mon budget de risque ?

Bonjour Political Animal, j’ai tout de suite pensé à vous en lisant cet article. Plus pour l’intérêt philosophique qu’intéllectuel, car après tout c’est toujours plus facile de regarder dans le rétroviseur.

Bonne lecture : Stratégie : la revanche du 60/40 ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+12]    #543 06/04/2020 22h25

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   829  

En février 2020, une action TOTAL permettait d’acheter 16 bouteilles de solution hydroalcoolique. Fin mars / début avril, il y eut plusieurs jours pendant lesquels il aurait fallu vendre une action Total pour acheter une seule bouteille ! yikes (avant les mesures prises par les autorités pour réguler les prix). Résultat d’un effet ciseau entre la forte baisse de l’action et l’envolée stratosphérique des solutions hydroalcooliques !

Comme quoi, l’on ne sait jamais dans une crise ce qui prendra de la valeur, i.e. ce qui sera dans l’œil du cyclone d’une demande exacerbée, puisque chaque crise est différente ! Les gold bugs n’ont toujours pas eu leur heure de gloire avec seulement une légère poussée de l’or que j’oserais qualifier de modeste et ridicule au vu de l’immense coût d’opportunités de la dernière décennie ! Si je compare aux débuts de mon portefeuille boursier (presque une décennie), l’or a fait… - 5 % en 8 ans et demi ! Le coût réel est d’ailleurs bien supérieur puisque les spreads de l’or ainsi que les coûts de conservation sont bien plus marqués que pour des actions…

Je n’ai quasiment rien changé dans ma gestion du portefeuille ce dernier mois et, vous allez le voir, la partie de mon portefeuille "stock-picking" a bien résisté (la partie indicielle, de plus en plus grande d’ailleurs, ben elle a fait comme les indices…)
- Performance brute de la part stock-picking YTD au 06/04/2020 : -14,9 %. CAC40 GR : -30,0 %, S&P 500 : -17,6 %.
- Performance brute de la part depuis le début (courant d’année 2012) : +148 % soit 11,4 % annualisé. CAC 40 GR : +57,3 % soit 5,3 % annualisé, S&P 500 : 95,7 % soit 8,3 % annualisé.

Il s’agit donc d’une surperformance significative ce trimestre comme d’ailleurs dans quasiment toutes les situations chahutées depuis le début de mon portif (à l’inverse j’ai tendance à sous-performer les périodes très haussières… je préfère donc sous-performer en fait !).

A tout seigneur, tout honneur. J’ai parlé en premier de mes puts Tesla dans mon reporting fin 2019, l’une de mes rares positions perdantes en 2019, il est logique que j’en parle en premier dans ce compte-rendu big_smile Il s’agit du plus gros gain en pourcentage de toute ma vie boursière et dans le top 10 en valeur absolue. Habituellement, je ne parle qu’en pourcentage ou en ordre de grandeur mais pour ce put je vais donner les valeurs exactes. TSLA a beaucoup plus baissé que le marché et surtout, ce qui compte grandement pour des options, sa volatilité implicite a largement plus augmenté que celle du marché => le prix des puts a explosé. J’ai eu plusieurs gains mais je ne résiste pas au plaisir coupable de détailler mon meilleur canasson :
- achat le 02/02/2020 à 10.4 USD de : TSLA JUN 19 ’20 440 PUT
- vente le 18/03/2020 à 125.4 USD soit +1 105 % (non pas d’erreur de frappe big_smile ).

Les autres mots-clés à retenir pour expliquer cette bonne tenue du portefeuille : Graines Voltz et ABC Arbitrage, de grosses positions du portefeuille qui ont fait plus que résister puisque, dividendes inclus, GRVO fait par exemple +18 % YTD ! Dividendes qui ont le bon goût d’être sans aucune retenue sur un PEA… Et la plupart de mes small caps (quasiment toutes très peu ou pas endettées) ont fait mieux ou bien mieux que le marché même si la plupart restent en territoire négatif (une Payton Planar est à -16 % YTD par exemple, etc.). La pire position est BPY-Brookfied Reit
… tout ce qui était fortement endetté a ramassé encore plus cher. Et c’est logique !

(c’est ici une file boursière, pas une file sur la santé bien sûr donc la perspective est purement boursière)
Un élément m’a fortement étonné, c’est de lire des centaines de fois, parfois chez des forumeurs aguerris, le raisonnement que je résumerais à la hache ainsi : "je pense que le pire est devant nous". C’est oublié bien vite que lorsque des valeurs de qualité ont déjà perdu -40 % voire -50 % pour certaines alors qu’à l’instant "t" leur trésorerie et leurs cash-flows n’ont pas encore bougé d’un iota, c’est bien que le marché a déjà pricé une forte baisse future de l’activité ! La bourse a entre 3 et 6 mois d’avance, c’est ainsi. Ce sont les anticipations que Mr. Market pèse, pas l’économie présente. Pour que la bourse remonte, il "suffit" que le futur anticipé "réel" soit moins catastrophique que ce qui a déjà été anticipé dans les cours… Or bien souvent, les raisonnements consistaient à dire "ah la fin mars, le pire du COVID-19 est devant nous", oui certes mais la bourse price le futur et les anticipations.

J’ai sacrifié à une once d’agitation (car ce n’est que de l’agitation) en renforçant un peu plus ce que j’avais déjà programmé (je programme en début d’année). Je n’ai donc quasiment rien changé à mes habitudes si ce n’est "renforcer légèrement plus". Une petite part de moi s’en veut d’avoir succombé à l’horrible péché véniel du… market-timing wink

Je n’aurai pas le temps de mettre à jour mon tableau habituel avec toutes les positions précises (ce que je compte faire puisque je suis le 1er à trouver ça utile. Cette file est la meilleure de mes archives !)

Fondamentalement, rien n’a beaucoup changé excepté que je suis revenu sur ma chère… Microsoft. MSFT est une des valeurs qui m’a fait gagner le plus d’argent et que j’avais stupidement lâchée en 2017. J’ai commencé à remonter une position. J’ai à peu près 1/3 de la position et je vais continuer au fil des mois et de l’arrivée de cash frais. Tout me plaît dans cette valeur, je me demande encore quelle idée stupide m’était passée par la tête quand j’avais vendu…

Et juste avant COVID-19 (ligne en forte perte donc) j’avais commencé une position sur une small-cap canadienne. Je parlerai de cette valeur lorsque j’aurai fini de composer ma ligne car elle est très peu liquide.

Ah et note purement personnelle : j’ai eu le COVID-19, c’est en effet plus qu’une grippe surtout la léthargie et la gêne respiratoire. Premier arrêt de travail de ma vie…


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

#544 06/04/2020 23h21

Membre
Réputation :   23  

Bravo pour ce put et votre performance et bravo pour avoir vaincu Covid19 !

Auriez-vous un moment pour partager l’état de vos positions actuelles qui étaient assez diversifiées de mémoire ?
Pourquoi revenir maintenant sur Microsoft ?

Avez-vous renforcé plus que d’habitude sur les points bas ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #545 07/04/2020 10h37

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   189  

PoliticalAnimal a écrit :

Les gold bugs n’ont toujours pas eu leur heure de gloire avec seulement une légère poussée de l’or que j’oserais qualifier de modeste et ridicule au vu de l’immense coût d’opportunités de la dernière décennie !

Heureusement, cela signifie que tout ne va pas si mal wink

Factuellement sur une décennie voici les cours de l’or : 1er avril 2010 - 887,25 € l’once / 1er avril 2020 - 1453 € l’once. Soit + 64%. Pas si mal pour une assurance qui a juste vocation à conserver sa valeur en temps "normal" et à offrir une couverture pour des cas extrêmes (panique bancaire, hyperinflation). Sur 5% d’un patrimoine, ça me semble plutôt sensé.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #546 07/04/2020 11h09

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   171  

Félicitations pour votre performance et cette belle revanche sur Elon Musk! Vos puts Tesla ont bien aidé avec un sens du timing absolument parfait!

Impatient de voir la composition de votre portefeuille.

Hors ligne Hors ligne

 

#547 07/04/2020 12h22

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   829  

okavongo a écrit :

PoliticalAnimal a écrit :

Les gold bugs n’ont toujours pas eu leur heure de gloire avec seulement une légère poussée de l’or que j’oserais qualifier de modeste et ridicule au vu de l’immense coût d’opportunités de la dernière décennie !

Heureusement, cela signifie que tout ne va pas si mal wink

Factuellement sur une décennie voici les cours de l’or : 1er avril 2010 - 887,25 € l’once / 1er avril 2020 - 1453 € l’once. Soit + 64%. Pas si mal pour une assurance qui a juste vocation à conserver sa valeur en temps "normal" et à offrir une couverture pour des cas extrêmes (panique bancaire, hyperinflation). Sur 5% d’un patrimoine, ça me semble plutôt sensé.

Salut Okavongo, j’ai bien indiqué que c’était sur la durée de mon portif soit grosso modo 8 ans et demi et non sur une décennie. Je ne peux pas comparer mon portif sur une décennie car il n’existait pas wink

Le S&P500 est à +140 % sur une décennie malgré la forte baisse récente wink

@SirConstance : en 2019 en revanche…  j’ai perdu de l’argent avec mes puts Tesla mais là j’ai récupéré largement plus en effet. Actuellement, j’ai des puts TSLA en baisse d’environ 30 % mais  je  prends toujours  une durée  importante pour me laisser le temps (même si ça veut dire que je sacrifie un peu de valeur temps à l’achat)

Dernière modification par PoliticalAnimal (07/04/2020 12h24)


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

#548 06/06/2020 15h50

Membre
Réputation :   23  

Bonjour PoliticalAnimal,

En tant que "spécialiste" de BESI, que pensez-vous de l’avenir du titre ? J’ai l’impression qu’il ne franchit pas la barre de 40€ et que c’est une limite haute alors même qu’il y a un forte potentiel de développement IA, 5G…
Je ne suis pas re rentré à tort sur le titre en mars et maintenant je n’ose pas rentrer car trop cher.

Votre analyse sur le titre ?

Dernière modification par peakykarl (06/06/2020 15h52)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #549 06/06/2020 19h24

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   829  

Vous avez raison pour les guillemets car, si tant est que je fusse un spécialiste de BESI, je ne le suis de toute façon plus. Cela fait plus de 2 ans que je n’ai pas lu un rapport sur BESI et je ne suis que d’un œil la valeur et le domaine depuis que j’ai vendu.

Cela étant, j’ai tout de même un avis et c’est que… BESI n’est plus un no brainer. Elle n’est plus cette valeur à la fois décotée, rentable et avec un bilan en béton armé. Le bilan par exemple est moins exemplaire, BESI qui avait commencé un long chemin de désendettement a vu sa dette court terme et long terme réaugmenter les deux derniers trimestres.

Mais surtout BESI est plutôt bien valorisée parmi ses pairs désormais. Alors que pendant de nombreuses années, elle était décotée "intrinsèquement" et par rapport à ses pairs. Ce n’est plus le cas. Elle est même parmi les mieux valorisées ! Chacun a ses façons de retraiter mais je trouve un EV/EBITDA de 25 et P/FCF de… 35 ! Pas décotée intrinsèquement. Et en plus, on trouve des valeurs de qualité du même domaine très nettement moins valorisées (pour de bonnes ou mauvais raisons, je n’en sais rien n’ayant pas creusé mais pour moi ce n’est pas un screaming buy).

Les comparables ne sont jamais parfaits mais pour BESI de nombreuses boîtes sont très proches et d’autres ont au moins une partie du portefeuille produits donc les équivalences sont relativement faciles par rapport à d’autres domaines. Je pense notamment à: KLIC, AMAT, LRCX, ASM, KLA, ASYS.

Quand je vois un Lam Research, un KLA ou un Applied Materials avoir des EV/EBITDA entre 10 et 17 versus le 25 de BESI (c’était l’inverse il y a 6 ans), j’avoue être moins attiré par la valeur ou alors il faut creuser et comprendre pourquoi le marché valorise si bien BESI Semiconductors.

Ce ne serait donc pas un mauvais choix (cela reste une belle entreprise avec des ratios de rentabilité impressionnants) mais dans le même secteur on trouve plus décotée (tout en étant rentable) alors que BESI fut à une époque la plus décotée du secteur. Par exemple AMAT me semble décotée par rapport à son historique. Il y a sans doute une raison, cela fait longtemps aussi que je n’ai rien lu sur Applied Materials, cette boîte dont l’expression du fameux article de Friedman résume très bien l’importance : "Applied Materials is one of the most important U.S. companies you’ve probably never heard of."(l’action a fait +580 % avec dividendes depuis l’article). Cette expression avait bcp été reprise dans la presse économique il y a 10 ans :
Le fameux article : Opinion | Have a Nice Day - The New York Times


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #550 06/06/2020 22h27

Membre
Réputation :   23  

Bonsoir,

J’en arrivait un peu à cette conclusion que le titre était désormais cher et qu’il était bon d’entrer à <20€.

Je vais jeter un œil à KLIC, AMAT, LRCX, ASM, KLA, ASYS que je ne connais pas.

J’aime beaucoup Lam research, je suis rentré en mars et suis ressorti, à tort fin avril, croyant que la deuxième jambe baissière arriverait et jouant au swing trader.
Je trouve qu’elle est devenue trop chère dorénavant.
Globalement je trouve le marché des semi conducteurs très porteurs avec des enjeux multiples que sont l’automobile, l’IA, la biotechnologie… Il me semble même que c’est un secteur défensif comme on a pu encore l’expérimenter avec le secteur des technologies. Ça baisse vite mais ça repart vite et fort !

Impressionnante performance pour Applied Matériels, je ne connaissais pas le titre ! Je vais aussi faire mes devoirs là-dessus !

Les ETF semi conducteurs comme ishares SOXX et Vaneck SMH ne sont pas disponibles sur CTO degiro… Des idées pour acheter un ETF semi conducteurs ? IB ?

Je me console en ayant pris PROSUS qui je l’espère sera un ten bagger si la guerre commerciale Chine USA s’arrête, autrement dit, si potentiellement Trump ne se fait pas réélire.
Je joue les semi conducteurs et la tech via une poche sur JPM US Tech et un ETF ishares Sp500 tech.

Affaire à suivre.

Bonne soirée

Dernière modification par peakykarl (07/06/2020 10h21)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur