Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#501 10/08/2019 19h11

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   143  

Agréable reporting, avec les arguments pour chaque ligne notamment !
En lisant le texte j’avais l’impression d’une volonté de simplification. J’ai été surpris en voyant le portefeuille, avec ces lignes si nombreuses malgré vos ventes ! Est-ce que cela concorde avec votre résolution de passer beaucoup moins de temps à suivre les marchés ?

BPR qui est en situation spéciale, j’ai loupé des news ?

Nous avons 6 lignes en commun, ça me donne confiance pour la suite smile
Bienvenue sur Baozun, bon choix, j’espère.

PS : à quoi correspond var / valo ? Je pensais à une décote par rapport à votre prix de vente cible, mais il y a des lignes à 0 donc ce serait étonnant !

Et merci pour tous ces tickers obligataires qu’il va falloir éplucher !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #502 11/08/2019 18h37

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   837  

Merci pour les questions pertinentes footeure.

Oui, il semble y avoir plus de lignes mais si vous comparez à mon portif de 2018, il y a tout de même moins de lignes… individuelles.

En effet, j’ai désormais 9 ETFs que je renforce de façon purement mécanique (tout est programmé pour un an : certains ont une fréquence trimestrielle, bimensuelle et le EWLD fréquence mensuelle). Certains de ces ETFs ne sont même pas actions et il faudrait donc comparer à « l’ensemble de mes actifs » d’avant (que je ne présentais pas puisque je me suis toujours concentré sur les actions dans cette file).

Idem pour Indépendance & Expansion et Berkshire : je renforce automatiquement. Pour ces 11 lignes, je ne fais aucun suivi, plus aucun « google alert », pas de réflexion : pour ces 11 lignes, je passe maximum 10 min par mois, en ordre d’achat/vente et décalage d’alertes emails. Je suis le programme depuis 9 mois et je pense continuer sans encombre. Par exemple, le jour de la « forte » baisse (le 5 août), je n’ai pas cédé à la tentation du market timing : j’avais des ordres ETF prévus le 6 août et j’ai bien attendu le lendemain. 

Une fois retiré ces 11 lignes de mon portif, il y a tout de même moins de lignes qu’avant suite à de multiples ventes 😊 (Seritage, Vereit, Tessi, Precia, Encres Dubuit, Rubicon technologies, CRCAM Normandie-Seine, une dizaine de preferred !, etc.) même si en effet j’ai ajouté à mon portefeuille : Disney, CyrusOne et Baozun.

Cela ne m’empêche pas lors de journées, disons chahutées, de vendre quelques puts sur des valeurs ou des indices que je voulais renforcer. Les jours de forte baisse/ haute volatilité, je vends des puts OTM à quelques semaines d’échéance (entre 4 et 8). Cela met du beurre dans les épinards et me laisse un peu de fun. Ce n’est pas sans risques notamment en cas de gros retournement des marchés. Je vends ces puts OTM sur des valeurs comme BAC, BRK.B, DIS, etc. Avec des règles strictes en termes de « levier maximal atteint » si jamais j’étais exercé sur tous mes puts. Règles précisées à l’écrit. Plus les années passent, plus je pense que le respect de règles édictées à l’avance est ce qui protège le mieux l’investisseur de son pire ennemi : lui-même. 

Outre l’augmentation de la gestion passive, mon portefeuille a significativement plus de foncières cotées ou d’entreprises ayant trait à l’immobilier qu’il y a un an. Je m’étais fixé cet objectif n’étant pas propriétaire. 

J’en profite pour présenter : CyrusOne ticker CONE. CyrusOne est une REIT de data centers de taille moyenne (6 GUSD de market cap au moment de mon achat, un peu plus de 7 GUSD actuellement). Le dividende est de 3,1 %. Fin 2018, le payout ratio n’était que de 56 %. Basée à Carrollton dans le Texas, l’introduction en bourse a eu lieu début 2013 et valorisait la boîte 1,05 milliards de dollars. Cincinnati Bell (CBB) avait cédé ses data centres avec un spin-off au Nasdaq.

Je suivais déjà d’un œil CyrusOne car le busines de data centers me plaît bien avec un effet de mutualisation bénéfique à terme. Je n’avais pas pris le wagon de DLR amplement discuté sur ce site et dont le parcours boursier est impressionnant. Les REITs ont naturellement des dettes importantes mais celles de CONE étaient un peu trop fortes pour moi début 2018 (en FFO/dette nette). Puis 2 événements m’ont fait basculer à l’achat : l’amélioration de la notation de la dette de CyrusOne mi-2018 (de Ba3 à Ba2) et le pic de dettes début 2019 (tout en ayant des loyers en augmentation donc amélioration des ratios d’endettement). CyrusOne a acquis plusieurs data centers au cours de son histoire mais pourrait être aussi une proie étant donné sa taille modérée.

Je n’ai pas trouvé de « related transactions » qui me choquaient dans les derniers rapports annuels ou proxy statements (le gendre d’un directeur embauché comme comptable a un salaire raisonnable ne m’a pas fait tomber de ma chaise).

Enfin, les insiders ne vendent pas systématiquement dès qu’ils ont des actions gratuites et achètent même de temps en temps (il y a tout de même plus de ventes que d’achats) : CONE - Cyrusone Inc. - SEC Form 4 Insider Trading Screener - OpenInsider

Dans les comparables, citons Digital Realty Trust bien sûr (DLR), CoreSite Realty (COR), Equinix (EQIX) et QTS Realty (QTS). Au-dessus de 64 USD, je ne compte pas renforcer (sauf si résultats excellents dans 3 mois).

P.S. : var / valorisation correspond en effet au "potentiel de hausse d’après ma valorisation" donc à une décote potentielle par rapport à une valeur cible. Pour tous les ETFs, je n’ai évidemment pas de valeur cible d’où le "slash". Pour les actions ayant des "/", soit je n’ai pas mis à jour la valeur cible (elle n’aurait donc guère de sens) soit j’étais incapable d’en donner/calculer une.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #503 18/08/2019 14h31

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   837  

PoliticalAnimal a écrit :

J’en profite pour présenter : CyrusOne ticker CONE. CyrusOne est une REIT de data centers de taille moyenne (6 GUSD de market cap au moment de mon achat, un peu plus de 7 GUSD actuellement). Le dividende est de 3,1 %. Fin 2018, le payout ratio n’était que de 56 %. Basée à Carrollton dans le Texas, l’introduction en bourse a eu lieu début 2013 et valorisait la boîte 1,05 milliards de dollars. Cincinnati Bell (CBB) avait cédé ses data centres avec un spin-off au Nasdaq.

Je suivais déjà d’un œil CyrusOne car le busines de data centers me plaît bien avec un effet de mutualisation bénéfique à terme. Je n’avais pas pris le wagon de DLR amplement discuté sur ce site et dont le parcours boursier est impressionnant. Les REITs ont naturellement des dettes importantes mais celles de CONE étaient un peu trop fortes pour moi début 2018 (en FFO/dette nette). Puis 2 événements m’ont fait basculer à l’achat : l’amélioration de la notation de la dette de CyrusOne mi-2018 (de Ba3 à Ba2) et le pic de dettes début 2019 (tout en ayant des loyers en augmentation donc amélioration des ratios d’endettement). CyrusOne a acquis plusieurs data centers au cours de son histoire mais pourrait être aussi une proie étant donné sa taille modérée.

Je ne pensais pas si bien dire ! Quelques jours après ces écrits, CyrusOne annonçait au marché que la direction était en négociation avec un acheteur potentiel ! L’action a monté de plus de 10 % après une année déjà très bonne. Les acheteurs potentiels sont constitués d’un pool regroupant KKR & Co., Stonepeak Infrastructure Partners et .I Squared Capital

CyrusOne Is Said to Explore Sale After Takeover Interest - Bloomberg


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #504 21/08/2019 16h06

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   837  

Bon, il faut parler des ratés… MSGN ou Madison Square Garden Networks. Ils produisent et diffusent des émissions sportives. MSGN possède et exploite deux réseaux régionaux de sport et de divertissement, MSG Network (MSGN) et MSG +. Les réseaux sont répartis sur l’ensemble de l’État de New York, la plus grande partie du New Jersey et du Connecticut ainsi que des parties de la Pennsylvanie (on parle d’un bassin de population de 31 millions d’habitants).

Concrètement, la société diffuse en direct les matchs des Knicks (NBA bien sûr), des Rangers, des Islanders, des Devils, des Sabres (c’est du hockey NHL), des New York Liberty (basket féminin), des New York Red Bulls (football au sens européen). Ils ont aussi une partie des droits pour : les jeux en ligne (partagés avec MSG) et les jeux vidéos. J’avais pas mal étudié le dossier et je voyais plusieurs relais de croissance ainsi qu’une recovery tout ça pimenté de levier financier car la dette avait fortement baissé en quelques années (tout en restant très élevée). J’avais bien précisé que le PDG de la holding de tête (donc pas celui de MSGN) était en revanche dans la colonne négative (James Dolan… un phénomène).

Et donc MSG est à -35 % YTD au moment où j’écris ouch sad  c’est de loin ma pire ligne cette année. Il a fallu quelques semaines pour passer d’une situation qui semblait OK à une valeur qui prend l’eau. D’abord un report des résultats trimestriels (-10 % au moment de l’annonce du report) et des résultats plutôt mauvais aujourd’hui. J’en avais parlé ici : Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (17/21)
A me relire, ça ne sentait pas l’enthousiasme débordant (comme quoi, on devrait toujours s’écouter) :

PoliticalAnimal a écrit :

Ah et oubli, j’ai acheté il y a 10 jours du MSGN autour de 23 $. Petite position car quelques voyants sont au rouge qui font que je n’en ferai jamais une grosse position (le propriétaire est un peu incontrôlable, boite endettée, etc.) mais véritable machines à cash pour des marques iconiques et pourtant un FCF yield d’environ 7 % !  J’ai aussi étudié MSG qui est trop complexe pour moi et dont certains avaient déjà parlé ici : site:www.devenir-rentier.fr madison square garden - Google zoeken

La circonspection de bibike au sujet de MSGN s’est avérée prémonitoire : Portefeuille d’actions de Bibike

Le marché sanctionne surtout la baisse des abonnés alors que les trimestres précédents avaient vu du mieux : -6,5 % du nombre d’abonnés en un trimestre, c’est en effet significatif. En plus, il n’y a rien mais alors rien pour rattraper cette baisse des abonnés : ils ont dépensé plus de frais de marketing, plus de frais généraux, plus de frais financiers que le trimestre précédent… donc la baisse du FCF et du résultat net est évidemment supérieure à -6,5 %.

Ils se gargarisent dans le communiqué de commencer à mieux monétiser les jeux vidéos et a avoir réussi à augmenter le prix de la minute publicitaire mais c’est minuscule comparé à la baisse des abonnés de -6,5 %.

Pour l’instant je ne sais pas quoi faire. Pas assez de recul. Je suis certain de ne pas renforcer, de toute façon, je l’avais écrit noir sur blanc : "je n’en ferai jamais une grosse position". Il me reste donc : conserver, alléger ou tout vendre. Je vais me laisser le temps de la réflexion d’autant que la ligne ne représente que 1 % de mon portif…


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #505 21/08/2019 16h32

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   271  

Vous connaissez déjà la réponse. Coupez avant l’hémorragie finale.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #506 21/08/2019 16h47

Membre
Réputation :   61  

Une partie de la baisse est certainement du au tempérament "particulier " de James Dolan le patron.

Si je ne me trompe pas il y a une action en justice d’actionnaires contre lui qui lui reprochent de toucher une très grosse rémunération alors qu’il passe surtout son temps avec son groupe de musique.

En plus MSGN propriétaire du maison square garden et des knicks subit peut être une baisse compte tenu du rachat de l’autre équipe de new York (brooklyn nets) par le propriétaire d’Ali baba. Et ce rachat s’accompagne de l’arrivée de deux superstars Durant et Irving alors que les knicks se contentent de second couteaux ce qui ne va pas augmenter leur valeur.

Dernière modification par Matinvest (21/08/2019 16h47)

Hors ligne Hors ligne

 

#507 21/08/2019 19h07

Membre
Réputation :   61  

Si ce n’est pas indiscret pourquoi avoir choisi MSG networks plutôt que MSG compagny ?
Cette dernière se porte mieux surtout avec la valorisation stratospherique des knicks par rapport à leurs qualités en basket.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #508 22/08/2019 10h50

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   837  

Bonne question. J’avais forcément croisé le chemin de MSG dans mes lectures. Notons tout d’abord que le parcours boursier de MSG est loin d’être fameux lui aussi (-3 % YTD, -14 % en un an dans un marché haussier) même si on n’assiste pas à la même dégringolade que MSG Networks (MSGN).

La réponse est  simple : MSG n’était pas dans mon type d’investissement.

MSGN est (était ?) une entreprise décotée rentable : le genre d’entreprise qui me mette à l’aise, un revenu financier récurrent (les abonnés) avec des ratios de valorisation faibles voire très faibles (en P/E, P/FCF et EV/EBITDA). J’avais en plus cru apercevoir des relais de croissance avec les jeux en ligne, les jeux vidéo et les compétitions d’e-sport (peut-être que cela s’avérera vrai avec de la patience mais c’est mal parti).

MSG propose une thèse d’investissement intéressante aussi mais très différente : c’est plutôt une entreprise avec des actifs cachés et/ou mal valorisés. On n’est plus dans une somme des parties / valeur liquidative très attrayante mais encore faut-il qu’un catalyseur existe. En tout cas, ce n’est pas une entreprise décotée rentable. C’est une sorte de Gaumont finalement (comparaison un peu osée mais c’est l’idée je pense).


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

#509 09/10/2019 16h56

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   837  

PoliticalAnimal a écrit :

Merci pour les questions pertinentes footeure.

J’en profite pour présenter : CyrusOne ticker CONE. CyrusOne est une REIT de data centers de taille moyenne (6 GUSD de market cap au moment de mon achat, un peu plus de 7 GUSD actuellement). Le dividende est de 3,1 %. Fin 2018, le payout ratio n’était que de 56 %. Basée à Carrollton dans le Texas, l’introduction en bourse a eu lieu début 2013 et valorisait la boîte 1,05 milliards de dollars. Cincinnati Bell (CBB) avait cédé ses data centres avec un spin-off au Nasdaq.

Je suivais déjà d’un œil CyrusOne car le busines de data centers me plaît bien avec un effet de mutualisation bénéfique à terme. Je n’avais pas pris le wagon de DLR amplement discuté sur ce site et dont le parcours boursier est impressionnant. Les REITs ont naturellement des dettes importantes mais celles de CONE étaient un peu trop fortes pour moi début 2018 (en FFO/dette nette). Puis 2 événements m’ont fait basculer à l’achat : l’amélioration de la notation de la dette de CyrusOne mi-2018 (de Ba3 à Ba2) et le pic de dettes début 2019 (tout en ayant des loyers en augmentation donc amélioration des ratios d’endettement). CyrusOne a acquis plusieurs data centers au cours de son histoire mais pourrait être aussi une proie étant donné sa taille modérée.

Je n’ai pas trouvé de « related transactions » qui me choquaient dans les derniers rapports annuels ou proxy statements (le gendre d’un directeur embauché comme comptable a un salaire raisonnable ne m’a pas fait tomber de ma chaise).

Enfin, les insiders ne vendent pas systématiquement dès qu’ils ont des actions gratuites et achètent même de temps en temps (il y a tout de même plus de ventes que d’achats) : CONE - Cyrusone Inc. - SEC Form 4 Insider Trading Screener - OpenInsider

Dans les comparables, citons Digital Realty Trust bien sûr (DLR), CoreSite Realty (COR), Equinix (EQIX) et QTS Realty (QTS). Au-dessus de 64 USD, je ne compte pas renforcer (sauf si résultats excellents dans 3 mois).

J’ai vendu toute ma position dans CyrusOne (CONE) pour basculer sur QTS Realty à la place (QTS) que j’avais étudiée aussi fin 2018. En 10 mois, la position CONE a rapporté +37 % dividendes inclus.

CONE a fait bien mieux que le marché et ses comparables suite à 1) de bons résultats et 2) une annonce de possible rachat… mais la seconde raison a compté pour quasiment 2/3 de la hausse. D’autre part, on atteint maintenant un P/FFO de 25 soit le deuxième plus élevé des comparables. Je préfère donc vendre la nouvelle et vendre une REIT de data centers désormais bien valorisée pour une autre REIT de data centers un peu moins bien valorisée (P/FFO autour de 19, payout ratio qui reste raisonnable, meilleur yield que CONE, etc.).


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

#510 09/10/2019 18h00

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   607  

Hello PA, un retour sur le dernier rapport semestriel de Picanol ? Ils ont intégré Tessenderlo ce qui en plus de l’ifrs16 rend un peu moins simple la lecture des comptes.

Mon résumé Tessenderlo pas mal même si ils font -15 millions (sur 73 d’ebit) en cout financier (lié à lacquisition de T power je pense) mais le segment machine de Picanol c’est un peu la cata avec -64% sur l’ebit.

A +


Portefeuille - Le poker est un jeu passionnant permettant de perdre son argent, son temps et ses amis

Hors ligne Hors ligne

 

#511 10/10/2019 20h55

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   837  

Oulà cher Simouss, ma réponse sera simple : je n’ai pas lu le RA juste les résultats. Je consacre comme prévu, je dirais environ 10 fois moins de temps à l’investissement que ces dernières années.

Je regarde de loin donc et j’aime que Picanol se renforce dans Tessanderlo qui, historiquement en tout cas, avait des activités économiques aux cycles différents des métiers à tisser. Mon analyse s’arrête là et n’est pas plus précise. Disons que tout ce qui est post Q3’2018 est nébuleux au mieux smile


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #512 15/10/2019 17h09

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   837  

PoliticalAnimal a écrit :

Sympa de voir qu’il y a de l’action sur la file, j’aime beaucoup smile N’hésitez pas à continuer, ça ne pollue pas bien au contraire !

Très intéressant votre travail Lolaclark78 ! C’est équipondéré si j’ai bien compris (donc mes surpondérations jouent un léger rôle positif même si je suis très près finalement de ce que vous avez trouvé comme performance annualisée…). Et est-ce que vous prenez bien en compte les dividendes ? Bon et il y a 1/3 de mon portif (la partie américaine) sur laquelle j’ai un rendement additionnel grâce aux options mais ça ne joue sur le perf annualisée depuis 6 ans(en revanche pour cette année 2018, 1ère année pleine avec stratégie options, ça booste l’ensemble du portif d’un bon point ! smile ).

Pour BESI versus Micron, ils sont évidemment dans le même domaine mais pas au même niveau de la chaîne. Les deux boîtes connaissent dès lors des cycles mais sont impactés avec un effet retard. BESI qui est un équipementier est, comme KLIC, AMAT et Lam Research, touché en premier… ça repart plus vite aussi.

Quand des nouvelles lignes de prod sont créées, souvent plusieurs par plusieurs concurrents (Intel, Toshiba, TSMC, etc.), les équipementiers voient un afflux de commandes et tous les compétiteurs veulent les machines vite et sont prêts à payer cher. Et ce moment survient souvent peu de temps après le bas de cycle d’où des cycles très marqués en dents de scie même si l’amplitude des cycles est devenue moins violente qu’il y a 20 ans par exemple.

Je ne travaille plus dans le domaine des semicons / optoélec / microélec (cela a été mon domaine de compétences ce qui me permet de comprendre assez vite les boîtes mais plus assez pour être "à la page"). En plus, même lorsque j’y travaillais, prévoir les cycles restait du domaine de la divination.
Cela qui ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire : en fait je renouvelle mon conseil, pour les boîtes de microélec au sens large, il ne faut surtout pas faire de Buy&Hold et être attentif à la valorisation et se donner à l’avance un niveau de vente. Vendre lorsqu’on atteint de bonnes valorisations sans hésiter (et normalement après un bon profit) même si on manquera sans doute les plus hauts, cela évite de se prendre la glissade…

Mais prévoir exactement le cycle est réservé à une poignée d’experts (et encore !). C’est pour cela que j’avais vendu BESI et que j’y reviens uniquement peu à peu (j’ai prévu 6 mois et j’ai pour l’instant seulement 1/4 de ma position comme expliqué ci-dessus).

Aujourd’hui avec BESI à 31,3 € au moment où j’écris et depuis que j’ai précisé sur cette file que je revenais sur cette valeur cyclique, en tenant compte tout naturellement des dividendes réinvestis, j’ai un bagger en portefeuille en 12 mois big_smile (Be Semiconductors : BESI : fournisseur d’équipements pour semi-conducteurs).

Sachant que BESI a déjà été un multi-bagger dans mon portefeuille que j’ai vendu quand la valorisation était passée de très décotée à stratosphérique de 2013 à 2016 voir ici et là :
Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (2/21)
Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (12/21) ("BESI intégralement vendu, +310 % en un peu plus de 3 ans")
Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (13/21)

Cela étant, point rapide du reste de mon portefeuille : je ne fais pas mieux que le marché pour l’instant cette année (à quelques dixièmes de pour-cent près).


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #513 10/11/2019 19h08

Membre
Réputation :   30  

Bonjour PoliticalAnimal

Bravo pour être revenu sur BESI!
On peut penser que le plus haut est arrivé et qu’il est intéressant d’alléger ? De même pour graine Voltz ?
Comment se présente votre portefeuille en terme de pondération depuis l’entrée des ETF, les pondérations des titres vifs a été diluée ?

Concernant invesco Real estate S&p pourquoi ne pas avoir choisi le VNQ ?

Je m’intéresse à DXC technology depuis quelques temps , point d’entrée intéressant : avez-vous étudié cette valeur ?

Dernière modification par peakykarl (10/11/2019 19h21)

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #514 04/12/2019 11h57

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   837  

Questions intéressantes, je viens (de moins en moins) sur le site d’où une réponse tardive.

- BESI : oui je pense qu’il est intéressant d’alléger en tout cas c’est que j’ai fait. Je ne fais plus que des mises à jour trimestrielles de mon portefeuille, si j’en faisais une maintenant, vous verriez que ma position a déjà fondu de moitié. Ce n’est pas parce que l’action a doublé que j’allège mais bien parce que mon estimé de valorisation a été dépassé et que si les résultats étaient moins mauvais que la guidance d’il y a un an (ce qui a fait monter le cours), on reste sur des trimestrielles largement en-dessous des résultats de 2018, on a une valorisation maintenant confortable et on n’est plus dans le décoté. Pour une valeur cyclique et donc plus risquée et même si ça peut toujours encore monter, mon process m’indique d’alléger voire de vendre. Si on prend les 3 trimestres annoncés qu’on tire un trait pour le 4ème trimestre, j’ai trouvé un FCF yield de 4,1 % c’est bien mais ça devient en-dessous de mes critères (j’ai acheté quand le FCF yield était à plus de 8 %). BESI reste une belle valeur avec un rendement de 5 % et un bilan en béton armé mais j’allège… sans exclure de re-revenir un jour wink

- GRAINES VOLTZ : c’est tout l’inverse ! Non seulement je n’ai pas allégé mais j’ai renforcé (avant et après les dernières annonces de chiffre d’affaires). J’ai quasiment fait x3 par rapport à mes premiers achats et pourtant mon PRU n’est "que" de +91 % par rapport au cours justement car renforcé à la hausse. Quasiment toutes les planètes sont alignées pour Graines Voltz dont les ratios de valorisation restent faibles malgré la forte hausse du cours, je garde, je renforce même ! En plus, nous avons maintenant des informations business détaillées, une communication financière de qualité, la montée du bio qui est excellent pour les marges de GV, une annulation d’actions de quasiment 6 % (miam !) et, cerise sur le gâteau, nous avons désormais des intérêts alignés, enfin je parierais bien que le dividende  2020 sur les résultats 2019 sera de nouveau juteux… même si je n’en sais rien bien sûr. (je pense renforcer encore dans les prochains jours)

- ETF:  excellente question et en fait je n’avais qu’une vague idée, je suis allé faire quelques calculs. Fin mars 2019, la partie de mon portif "stock-picking" représentait 78 % et la partie "gérée par d’autres" 22 % (ETF ou fonds). La proportion gérée par d’autres a augmenté mais moins que je ne l’aurais pensé (inertie naturelle puisque à qqs exceptions près, je fais peu d’arbitrages et surtout "l’argent frais" qui est mis sur ETF ou fonds). Je suis actuellement à 28 % de mon portefeuille mobiliers sur des ETFs ou des fonds.

- VNQ : réponse simple, je n’y ai pas accès, il n’est pas validé mi-FID II pour un investisseur particulier français en tout cas. Vous êtes résident d’un autre pays ?

- DXC technology : jamais étudié.

- Agfa Gevaert : comme indiqué ici (6/6) Agfa-Geveart : l’entreprise belge reprend des couleurs ? j’ai vendu l’intégralité de ma ligne, la "thèse" s’étant quasiment réalisée et le ratio bénéfices/risques me semblant maintenant en notre défaveur (il y a encore une forte possibilité de hausse du titre si le rachat de la partie Healthcare se passe bien, mais à l’inverse, comme les autre soifs où les rachats n’ont pas abouti, il y a aussi un risque de -30 % à l’annonce d’un échec…). Comme BESI, c’est une action que j’ai détenue plusieurs fois wink


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #515 06/12/2019 08h49

Membre
Réputation :   30  

Bonjour,

J’ai également vendu ma ligne Besi afin de valider ma PV car j’estime que le plus haut sur la valorisation est la.

Concernant GRAINE VOLTZ, j’arrive à une valorisation de l’action autour de 80€, donc il y a encore plus de 40% de potentiel.
Je vous rejoins sur le bio, et le potentiel à l’international est aussi intéressant. Après cela reste une PME donc risqué… J’ai déjà 20% sur cette ligne dans mon PEA…

Concernant les ETF pourriez-vous les détailler avec le poids pour chacun ? Comment appréhendez vous le poids d’un ETF dans une allocation mix titres vifs- passive ?

VNQ résident français mais accès via degiro

Hors ligne Hors ligne

 

#516 06/12/2019 10h01

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   837  

Je suis pour une diversification maîtrisée mais en effet je n’ai aucune valeur à plus de 10 % de mon portefeuille, je vous comprends donc très bien de ne pas renforcer une valeur déjà à 20 % wink

Ma plus grosse ligne est BRK qui représente presque 10 % du portefeuille d’actions. La 2ème ligne est la micro-cap / PME Payton Planar à 9,1 %. GRVO est juste derrière.

Mon ETF monde grimpe et est à quasiment 5 % de mon portif (je n’en avais même pas il y a un an). Je détaillerai l’état de mon portif à la fin de l’année (ça prend un certain temps) avec le tableau "classique" que je montre tous les trimestres. J’ai des ETF aussi bien "small caps USA" (small caps au sens américain, c’est du Russel certaines boîtes sont presque aussi grosses que des boîtes du compartiment B sur la place parisienne), des pays émergents, du World basique, de l’obligataire, du high-yield, etc.

Tant mieux pour vous pour Degiro et VNQ (je trouve cet ETF superbe !) mais je pense, sans être expert, qu’en théorie ils ne devraient pas vous laisser l’acheter.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #517 13/12/2019 12h28

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   837  

PoliticalAnimal a écrit :

Je suis pour une diversification maîtrisée mais en effet je n’ai aucune valeur à plus de 10 % de mon portefeuille, je vous comprends donc très bien de ne pas renforcer une valeur déjà à 20 % wink

Ma plus grosse ligne est BRK qui représente presque 10 % du portefeuille d’actions. La 2ème ligne est la micro-cap / PME Payton Planar à 9,1 %. GRVO est juste derrière.

Mon ETF monde grimpe et est à quasiment 5 % de mon portif (je n’en avais même pas il y a un an). Je détaillerai l’état de mon portif à la fin de l’année (ça prend un certain temps) avec le tableau "classique" que je montre tous les trimestres. J’ai des ETF aussi bien "small caps USA" (small caps au sens américain, c’est du Russel certaines boîtes sont presque aussi grosses que des boîtes du compartiment B sur la place parisienne), des pays émergents, du World basique, de l’obligataire, du high-yield, etc.

Tant mieux pour vous pour Degiro et VNQ (je trouve cet ETF superbe !) mais je pense, sans être expert, qu’en théorie ils ne devraient pas vous laisser l’acheter.

Depuis l’écriture de cette réponse sur ma file il y a une semaine et le fait que j’ai précisé renforcer GRVO après les résultats, Graines Voltz (GRVO) a pris +18 % yikes big_smile


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #518 13/12/2019 13h16

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   421  

Méfiez vous

Comment créer 290 millions de $ avec du vent ? (TUTO du Pump and Dump) - YouTube

(Humour je précise, j’ai énormément de respect pour PA et GRVO est bien assez liquide, ou ce forum bien trop petit pour un P&D)

Dernière modification par MisterVix (13/12/2019 15h09)


L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître (A. Dumas )

Hors ligne Hors ligne

 

#519 13/12/2019 17h07

Membre
Réputation :   30  

PoliticalAnimal a écrit :

PoliticalAnimal a écrit :

Je suis pour une diversification maîtrisée mais en effet je n’ai aucune valeur à plus de 10 % de mon portefeuille, je vous comprends donc très bien de ne pas renforcer une valeur déjà à 20 % wink

Ma plus grosse ligne est BRK qui représente presque 10 % du portefeuille d’actions. La 2ème ligne est la micro-cap / PME Payton Planar à 9,1 %. GRVO est juste derrière.

Mon ETF monde grimpe et est à quasiment 5 % de mon portif (je n’en avais même pas il y a un an). Je détaillerai l’état de mon portif à la fin de l’année (ça prend un certain temps) avec le tableau "classique" que je montre tous les trimestres. J’ai des ETF aussi bien "small caps USA" (small caps au sens américain, c’est du Russel certaines boîtes sont presque aussi grosses que des boîtes du compartiment B sur la place parisienne), des pays émergents, du World basique, de l’obligataire, du high-yield, etc.

Tant mieux pour vous pour Degiro et VNQ (je trouve cet ETF superbe !) mais je pense, sans être expert, qu’en théorie ils ne devraient pas vous laisser l’acheter.

Depuis l’écriture de cette réponse sur ma file il y a une semaine et le fait que j’ai précisé renforcer GRVO après les résultats, Graines Voltz (GRVO) a pris +18 % yikes big_smile

Ahah bravo pour le timing , j’ai hésité à renforcer et finalement je me suis abstenu.

Je continue de m’abstenir par contre j’ai cédé ma ligne Besi en totalité afin d’avoir une ligne cash pour des opportunités.

Hors ligne Hors ligne

 

#520 14/12/2019 10h34

Membre
Réputation :   61  

PoliticalAnimal a écrit :


- GRAINES VOLTZ : c’est tout l’inverse ! Non seulement je n’ai pas allégé mais j’ai renforcé (avant et après les dernières annonces de chiffre d’affaires). J’ai quasiment fait x3 par rapport à mes premiers achats et pourtant mon PRU n’est "que" de +91 % par rapport au cours justement car renforcé à la hausse. Quasiment toutes les planètes sont alignées pour Graines Voltz dont les ratios de valorisation restent faibles malgré la forte hausse du cours, je garde, je renforce même ! En plus, nous avons maintenant des informations business détaillées, une communication financière de qualité, la montée du bio qui est excellent pour les marges de GV, une annulation d’actions de quasiment 6 % (miam !) et, cerise sur le gâteau, nous avons désormais des intérêts alignés, enfin je parierais bien que le dividende  2020 sur les résultats 2019 sera de nouveau juteux… même si je n’en sais rien bien sûr. (je pense renforcer encore dans les prochains jours)

PoliticalAnimal a écrit :

PoliticalAnimal a écrit :

Je suis pour une diversification maîtrisée mais en effet je n’ai aucune valeur à plus de 10 % de mon portefeuille, je vous comprends donc très bien de ne pas renforcer une valeur déjà à 20 % wink

Ma plus grosse ligne est BRK qui représente presque 10 % du portefeuille d’actions. La 2ème ligne est la micro-cap / PME Payton Planar à 9,1 %. GRVO est juste derrière.

Mon ETF monde grimpe et est à quasiment 5 % de mon portif (je n’en avais même pas il y a un an). Je détaillerai l’état de mon portif à la fin de l’année (ça prend un certain temps) avec le tableau "classique" que je montre tous les trimestres. J’ai des ETF aussi bien "small caps USA" (small caps au sens américain, c’est du Russel certaines boîtes sont presque aussi grosses que des boîtes du compartiment B sur la place parisienne), des pays émergents, du World basique, de l’obligataire, du high-yield, etc.

Tant mieux pour vous pour Degiro et VNQ (je trouve cet ETF superbe !) mais je pense, sans être expert, qu’en théorie ils ne devraient pas vous laisser l’acheter.

Depuis l’écriture de cette réponse sur ma file il y a une semaine et le fait que j’ai précisé renforcer GRVO après les résultats, Graines Voltz (GRVO) a pris +18 % yikes big_smile

Bonjour,

Heuu… Je dois vous avouer que votre post, et aussi ceux-ci, ne sont pas totalement étrangers au fait que je m’intéresse à Graines Voltz.
J’ai donc acheté 2.5% des actions qui se sont échangées cette semaine wink (ça ne fait que 144 parts sur les 5692 échangées).
Je ne suis peut-être pas le seul smile

En ligne En ligne

 

#521 26/12/2019 17h44

Membre
Réputation :   19  

Bonjour PA,
Petite question sur Brookfield Property Partners. En cherchant des infos sur ce titre j’obtiens plusieurs Brookfield, notamment :
Brookfield Property Partners (BPY)
Brookfield Property Reit Inc class A  (BPR)
C’est ce dernier que vous avez en portefeuille, mais c’est le BPY qui sort en premier dans les recherches.
Sauriez-vous quelle est la différence entre les deux ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #522 26/12/2019 17h59

Membre
Réputation :   81  

C’est une question de modalités de taxation. Vous aurez plus de détails dans le récent article de Brad Thomas sur SA seekingalpha.com/article/4313853-3-reas … y-for-2020
Pour les non-résidents fiscaux US, il vaut mieux détenir BPR, qui est une REIT et dont la retenue à la source pour le dividende sera de 15% (si votre courtier fait votre travail), qui sera intégralement compensée en crédit d’impôt.
BPY est un partnership à transparence fiscale, la retenue à la source est de 37%, récupérable en partie à la seule condition de déposer une déclaration de revenus auprès de l’IRS.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #523 29/12/2019 20h24

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   837  

Comme à son habitude corran a répondu avec rigueur et clarté, pas mieux. Au passage, je conseille vivement le fichier de corran qui est sur sa file : Portefeuille d’actions de Corran (ne serait-ce que certaines formules googlesheet très pratiques et que j’ai vaillamment pillées)

BPR/BPY possède un portefeuille immobilier très diversifié (du résidentiel au commercial) et de beaux emplacements avec pourtant une décote sur NAV… mais il n’y a pas de secret, c’est qu’il y a un risque. En effet, même pour une REIT (ou simili REIT), BPR est particulièrement endetté. N’étant moi-même pas endetté et sans immobilier, j’ai l’impression… d’avoir de l’immobilier avec levier wink mais c’est à chacun de prendre ses décisions.

Enfin, je dis ça, j’ai bien étudié l’entreprise mais il y a 18 mois…
Bientôt le compte-rendu annuel big_smile


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+19]    #524 01/01/2020 19h47

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   837  

BILAN ANNUEL - 2019 (Partie 1)

Comme nombre d’entre nous, je vais écrire « comme nombre d’entre nous » wink

Comme nombre d’entre nous, j’ai eu une excellente année boursière. L’effet est même massif puisque mes plus-values (hors renforcements bien sûr) ont été supérieures cette année à mon brut annuel ! Une première yikes
- Performance brute de la part 2019 : +26,7 %. CAC40 GR : +30,4 %, S&P 500 : +28,9 %.
- Performance brute de la part depuis le début (courant d’année 2012) : +191 % soit 16,3 % annualisé. CAC 40 GR : +124 % soit 12,1 % annualisé, S&P 500 : 146 % soit 13,6 % annualisé.

J’approche le triplement du patrimoine en actions ! Le PEA a lui déjà franchi largement ce seuil (ah ! la performance de mes CTO… excepté en 2018, ils ont toujours fait moins bien que le PEA). Cette année je fais légèrement moins bien que mes deux indices de référence, avec de telles valeurs absolues, je m’en contenterais allègrement chaque année. Mon portefeuille a plutôt tendance à faire mieux dans les années difficiles qu’à surperformer les excellentes années boursières.

Toutefois, en réalisant mon bilan, j’avoue que j’étais étonné, à vue de nez, j’étais persuadé d’avoir fait mieux que le S&P 500 à tout le moins. Même si j’ai des MSGN à -24 % ou des ODET à -8 % en 2019, j’avais tellement de BESI à +91 % ou de Graines Voltz à +95 % ou Agfa à +40 % que j’aurais cru être au-dessus de 29 %. C’est plus par curiosité intellectuelle que pour trouver des excuses (à moins qu’il y ait un peu de casuistique camouflée aussi, qui sait wink ). J’ai fini par comprendre, le truc qui pèse peu une année « normale » et que l’on oublie par conséquent mais le truc qui pèse énormément une année à +30 %… c’est le cash bien sûr ! Le cash ben ça fait 0 % de performance. Cela ne change pas grand-chose une année normale à 8 % mais c’est une autre histoire à +30 %. J’ai donc calculé à la louche mon cash pondéré dans l’année sur mes 5 comptes boursiers… il a été de 10 % à peu près. Cela représente 3 points de performance par rapport à un indice, qui par définition, est 100 % investi en actions soit presque la moitié de la performance habituelle en bourse !  Je compte, bien entendu, ma poche cash dans ma performance globale… ce qui m’arrangeait bien les années négatives. Je préfère le préciser tout de même.

J’ai du mal à comprendre les très belles performances indiquant du cash à 20 % voire à 30 %, cela signifie que la performance « intrinsèque » des actions était de 4, 5 voire 6 ou 7 points supérieure ! Autre point, nous entendons depuis déjà 2015 que « les marchés sont hauts », sur combien de blogs, de files portefeuille, de forums francophones et anglophones voire de sites professionnels (au hasard Sextant Grand Large et Carmignac), a-t-on lu que les gens passaient à 50 % cash voire à 75 % ?! Depuis qu’il est très à la mode de parler de marchés hauts (disons mi-2015), j’ai quasiment doublé mon patrimoine actions. Imaginons que 2020 soit l’une des pires années boursières de tous les temps soit comme en 2008 avec un -38,5 % (pour le SP500 l’un de mes indices de référence). Depuis qu’il est de plus en plus courant de clamer la survalorisation des marchés, j’ai transformé 100 en 195 qui deviendrait donc 120 fin 2020 si c’était l’une des pires années (et très rare) depuis un siècle ! Dans cette hypothèse ultra pessimiste, je serais alors encore largement gagnant comparé à un livret A ou une assurance-vie avec mes 100 devenus 120 en 4 ans… le coût d’opportunités des market timers est gigantesque. Le pire est que si krach il y a (qui sera sans doute bien bien inférieure au -38,5 % sur l’année), on entendra tous ces vendeurs d’apocalypse trompeter qu’ils avaient eu raison… alors que non, ils ont eu tort et perdu largement plus d’argent que s’ils étaient restés investis…

La morale de l’histoire : une fois que l’on a défini son budget de risque et avec quelle volatilité on se sent confortable, il ne sert à RIEN de vouloir, même à la marge, même avec de prétendus bons arguments, timer le marché. On conserve son budget de risque, on conserve son pourcentage actions sur le long terme et on profite des hausses en encaissant les baisses. Le budget de risque permet une légère réallocation « quand les marchés sont hauts » (puisque l’augmentation des actions augmente le pourcentage donc il peut y avoir des reventes mais uniquement pour conserver son allocation). Toute autre stratégie dégrade le potentiel des hausses. En forme de boutade, on pourrait écrire : le market timing c’est le mal (à condition de bien définir son budget de risque). Le mien est très élevé (je vise environ 60 % actions) et c’est sans doute l’élément que chacun devrait prendre le plus de temps à analyser/pondérer : quel est mon budget de risque ?

Qu’est-ce qui a moins bien marché pour moi cette année ?

Tout d’abord, la vente régulière et significative de puts et de calls couverts qui m’avait aidé à avoir un bilan positif en 2018 malgré des marchés négatifs (voir ce post et suivant :  Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (19/21)), cette poche options m’a au contraire desservi en 2019 en rognant la performance (particulièrement au 2ème semestre). Excepté de rares semaines, je peux difficilement imaginer une pire configuration : volatilité basse voire très basse (donc prix des options faibles toute choses égales par ailleurs), montée en continu « sans respirations » (l’année dernière il y a eu énormément de périodes avec une hausse suivie d’une baisse assez nette, un vrai bonheur pour les calls couverts : on vend cher des calls que l’on peut racheter à bas prix quelques semaines plus tard). Cette année, au contraire, j’ai été souvent exercé sur des valeurs montées rapidement avec des +10 % en quelques semaines. Cela a rogné la hausse. C’est le principe même de mes ventes d’options que de lisser la performance et j’étais bien content lorsque les marchés étaient baissiers de dégager de la surperformance. Dès lors, je continuerai l’année prochaine.

Autre élément qui a moins bien marché : les bear put spreads Tesla ou les achats de puts Tesla. Pendant 2 ans, de mi-2017 à mi-2019 j’ai gagné pas mal d’argent avec cette stratégie. Je reste largement gagnant sur les 2 ans et demi mais en 2019, j’ai perdu de l’argent. Le pire est que j’ai été trop greedy avec notamment plusieurs puts en gain de +50 % que je n’ai pas bouclés par pure hubris alors que ma stratégie était normalement de boucler après un gain substantiel. En effet, dans l’achat d’options, contrairement à la vente, le temps joue contre vous et il faut sauter sur le moindre gain. De façon fort amusante, on entend des “Tesla au plus haut”, “grande année pour Tesla” alors que Tesla a fait… légèrement moins bien que le Nasdaq en 2019 au prix d’une volatilité énorme ! En somme, une performance banale pour une volatilité forte. La hype sur cette valeur est dingue, tous les OEM ont construit des usines en Chine depuis des décennies et maîtrisent leur chaîne logistique, cette boîte, quelconque, monte une usine en Chine et fabrique 15 Tesla (non non je n’exagère pas, c’est bien le nombre), et ça fait la une des journaux comme s’ils avaient construit une base spatiale sur la lune ! Quant à la survalorisation, elle me semble encore plus énorme et je continuerai donc en 2020 à acheter des puts ou construire des bear put spreads. Je posterai plus longuement sur ce sujet pour quantifier cette survalorisation.

Ce qui a bien fonctionné ou continué à bien fonctionner. Eh bien tout d’abord, mon basculement vers plus de gestion passive.

Les renforcements mécaniques sur ETF ou fonds ou simili fonds (Berkshire Hathaway). Pas de charge mentale inutile, pas de biais, pas de market timing. En tout début d’année 2019, j’avais établi mon agenda exact pour des achats chaque mois d’ETF, de Berkshire ou de fonds (achat entre le 9 et le 15 du mois). Cela m’avait pris une demi-journée et seulement quelques minutes ensuite chaque mois. J’ai réalisé exactement ce que je m’étais imposé. Je suis ravi. Je vais continuer vers plus de gestion passive.

La simplification n’a pas été aussi poussée que je l’aurais pensé mais mon portefeuille est tout de même plus simple. J’ai revendu toutes mes actions préférentielles (pratiquement une dizaine) en forte plus-value (pour des préférentielles), j’ai revendu des petites lignes inutiles comme Atlantic Power (qui reste une bonne boîte je pense mais je n’avais pas assez de capital à mettre pour que cela ait du sens).

J’ai continué aussi à suivre mon processus : si une thèse se réalise ou si une valorisation est largement dépassée, on vend. Mon portefeuille a dès lors connu un basculement rapide sur au moins 5 valeurs qui étaient des grosses lignes (Agfa, Besi, CRBP2, CRLO et CyrusOne) avec à chaque fois aucune hésitation car je n’avais plus de raison de conserver. L’argent a été redéployé vers des ETFs ou de nouvelles valeurs (voir ci-dessous).

Il est loin le temps des découvertes où je réalisais mes devoirs tout seul sur des Xeikon, Oeneo, Villeroy & Boch, BESI, Picanol, Payton Planar, Agfa Gevaert, KLIC, etc. Désormais, mes nouvelles valeurs sont des copies de bons portefeuilles ou de bons blogs et forums avec des « devoirs » réalisés beaucoup plus rapidement qu’avant. Ma seule trouvaille est PENTAIR (ainsi que CyrusOne déjà revendu et QTS).

Voilà l’état du portefeuille au 31/12/2019 :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_portif_fin_2019.png

L’intérêt de réaliser un bilan est que certains éléments restés camouflés pendant l’année paraissent évidents mis sur le papier. Par exemple, grâce à mon bilan, je me rends compte que je n’ai plus de raison de posséder Apogee Enterprises et que je comprends mieux Pentair. Dès que mes calls couverts seront expirés, je vais donc vendre Apogee. Je comprends aussi que la Chine monte dans mon portefeuille et ça ne me déplaît pas. En revanche, je n’ai toujours pas assez de valeurs américaines même si la situation est meilleure que fin 2018. Les principaux mouvements depuis le reporting de mi-année 2019 ont été les suivants.

*VENTES
Nombreuses ventes. Il s’agit plutôt des basculements dont j’ai parlé.

Agfa-Gevaert
Eh bien oui, la « thèse » que j’avais écrite s’est réalisée : la vente de la division Healthcare a été formellement annoncée avec en plus une valorisation (supérieure à mon estimé), le marché a logiquement aimé et Agfa a flambé => j’ai vendu car la majorité du potentiel de hausse était effectué selon moi.

BESI
+101 % en moins d’un an et demi big_smile suite à ces débuts d’achat ici : Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (18/21) Et ce, après avoir réalisé un +310 % il y a 3 ans Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (12/21)  (pour des achats de 2013 à 2015). Je crois que j’aime bien cette valeur ! BESI est donc un multi-multi bagger. Je connais très bien les équipements de microélectronique qu’ils fabriquent (j’en ai même utilisé pendant ma thèse… bon ça commence à dater cela étant) et je comprends bien ce marché. Je n’exclus pas d’y revenir dans quelques trimestres. J’ai vendu car mon estimé de valorisation était dépassé de plus de 20 %.

CRLO +12 % et CRBP2 +28 % en moins d’un an ! Il s’agit respectivement des CRCAM de Loire Haute-Loire et de Brie-Picardie. Comme depuis plusieurs années, j’achète en début d’année et je revends au 3ème trimestre.

J’avais aussi effectué un basculement de CyrusOne vers QTS soit deux foncières de data centers. Je compte renforcer QTS dans l’année 2020.

Bank of America
Cas très différent de vente : j’ai été intégralement exercé sur un call couvert à 34 USD ! BAC est montée en flèche. +62 % de plus-value, pour une big cap bancaire, c’est plutôt pas mal ! Depuis, je vends des puts autour de 31 € car je ne veux pas acheter BAC au-dessus de ce prix.

*RENFORCEMENTS
J’ai renforcé souvent (et reporté sur cette file) Graines Voltz, ABC Arbitrage (plusieurs ordres épuisette encore en cours). J’ai aussi renforcé Tencent et Baozun.

*ACHATS
PENTAIR
Pentair est spécialisée dans le traitement de l’eau. Ce que j’aime bien, c’est qu’ils visent toute la chaîne de valeur à la fois techniquement et en typologie de clients (institutionnels, publics et parapublics, professionnels et particuliers). Et comme à mon habitude, c’est du décoté rentable. Je tiens toujours au Piotroski qui est de 7 au moment de l’achat. Critères d’endettement respectés aussi puisque une dette long terme à seulement 1,5 EBITDA et la couverture des intérêts de la dette est à deux chiffres. Je n’ai plus l’envie ni le temps d’initier des files sur des nouvelles valeurs ainsi que de détailler mes valorisations. Je pense que PENTAIR est une belle valeur et je la valorise à 64 USD. Je donne les entreprises comparables que j’ai utilisées à ceux qui voudraient creuser la valeur (la moitié de ma valorisation repose sur des comparables) : American Water Works, Aqua America, Artesian Resources, California Water Service Group, Flowserve, Xylem, York Water. À ce propos, j’aurais pu explorer la voie ETF thématique. L’ETF de Lyxor me semble très intéressant mais j’ai préféré finalement le stock-picking avec celle qui me semblait le plus décotée. ETF WAT possède des frais raisonnables pour un ETF thématique (0,6 %)  : Lyxor World Water UCITS ETF - Dist | WAT FP

TXCOM : il y a une file dédiée TXcom : systèmes d’impression thermique et de traçabilité
C’est une valeur très peu liquide, attention à ne pas mettre entre toutes les mains ! TXcom c’est du Lynchien comme j’aime, ils se sont spécialisés dans le rachat d’entreprises à la barre des tribunaux de commerce ! Et je pense qu’ils ont développé un savoir-faire en matière de retournement d’entreprises en difficulté. Ils ont récemment acquis les sociétés STAF, AVMA et BCR… spécialisées dans les équipements pour les métiers de la boulangerie ! C’est à nouveau splendidement lynchien. Je valorise à 13 € au moins, bien entendu comme c’est peu liquide, j’ai besoin d’une marge de sécurité plus importante pour acheter.

GAUMONT
Merci à JeromeLeivrek et FranckInvestor pour leur travail sur cette valeur par exemple ici : Gaumont : le producteur et distributeurs de films le moins cher et là : Gaumont, encore du cinéma décoté | Le projet Lynch
Je n’ai pas grand-chose à ajouter à des posts si détaillés. J’ai mis ma propre valorisation dans le tableau ci-dessus.

LNC
Les Nouveaux Constructeurs. Idem il y a une file dédiée : Les Nouveaux Constructeurs : un promoteur immobilier bien géré
Et idem une grande partie des investisseurs francophones que j’estime sont sur cette valeur, je n’aurais pas grand-chose à ajouter sinon que, comme pour les foncières cotées, j’ai un objectif d’augmenter la part d’immobilier au sens large dans mon portif actions (je rappelle que je ne suis pas propriétaire). Un promoteur immobilier décoté me convient dès lors parfaitement.

Dernière modification par PoliticalAnimal (01/01/2020 19h53)


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #525 02/01/2020 06h01

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   421  

Merci pour le suivi du portefeuille. Et bravo pour la performance.

Vous mentionnez 5 comptes de bourse. Cela m’interpelle car j’ai aussi plusieurs comptes et cela gêne ma gestion des liquidités qui ne sont pas souvent là où il faudrait. Surtout le plus frustrant pour moi c’est que mes lignes B&H pures sur lesquelles j’aimerais vendre des calls couverts ne sont pas chez IB.
De même avec les ventes de puts pour attendre les belles valeurs en encaissant du premium pour patienter.

Bref je suis un peu frustré de ne pas pouvoir utiliser l’outil des options à son plein potentiel mais  ne puis pas regrouper les comptes. Donc sous usage de cet outil pour moi.

Vous vous en sortez comment ?

Dernière modification par MisterVix (02/01/2020 06h02)


L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître (A. Dumas )

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur