Suite au changement de serveur, le forum rencontre momentanément quelques problèmes (carte des membres KO...). - Philippe
Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#326 15/03/2017 13h21 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   365 

Chlorate, j’ai, déjà, répondu à cette question ici quelques posts plus hauts wink
Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (13/14)

Et oui la fourchette d’Agfa avait été relevée en début d’année 2017.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#327 19/03/2017 19h05 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   365 

Un article riche d’informations sur Precia Molen :
Comment Precia Molen veut révolutionner le pesage industriel
où l’on découvre de nombreux clients de Precia Molen dont… Bolloré, où est rappelé aussi que Precia Molen a des revenus réguliers grâce aux vérifications périodiques de balances homologuées. J’aime ce genre de revenus récurrents smile


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#328 04/04/2017 16h33 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   365 

Allez une petite mise à jour trimestrielle pour les vacances smile C’est rare vu que je considère qu’annuellement est bien suffisant lorsqu’on investit à long terme et qu’un trimestre ne veut pas dire grand-chose (sauf pour expliquer mes nouveaux achats/ventes bien sûr histoire de tenir la file à jour !). Bon je ne vais pas faire la totale avec les beaux graphiques et tout le tintouin comme il m’arrivait de le réaliser. Je ne vais pas non plus être exhaustif (beaucoup de mouvements ce trimestre, on peut deviner les principaux dans mon résumé de portif).

La valeur de la part a augmenté d’environ +7% sur le 1er trimestre versus +5,6 % pour le CAC 40 GR et +5,5 % pour le S&P 500.

AGFA a fait +26 % sur le trimestre (s’il vous plaît !) alors que j’avais eu la bonne idée de renforcer en début d’année smile (comme précisé sur cette file et sur la file Agfa). Mon panier de CRCAM a remarquablement bien performé aussi +13%. Ce qui est fou, et comme Bifidus le disait depuis déjà 2013 (!), c’est toujours la même histoire en début d’année sur les CRCAM… sur les petites valeurs (pcq là c’est vraiment de la micro cap), l’efficience des marchés est moins prégnante… Le reste a fait plus ou moins comme le marché sauf KAZI et Financière de l’Odet qui ont bien baissé. AIG a un peu baissé aussi. 

J’ai étudié pas mal de boîtes que je pensais intéressantes pour moi : Epwin, Alfa Laval, MGI Coutier (tant discuté sur IH mais j’ai laissé passer le train je pense), Yara (que j’ai déjà eu en portif ! mais je passe mon tour pour cette fois) etc. mais rien à ne se mettre sous la dent avec une marge de sécurité correcte.

J’ai en revanche renforcé des positions déjà initiées cette année ou fin Q4’2016 : comme Orchestra Premaman Orchestra Premaman : vêtements pour enfants (18/19) ou Encres Dubuit (dont j’avais créé la file ici : Encres Dubuit : décoté rentable ou juste décoté ?) car dans les deux cas j’estime la décote encore très intéressante. Et puis j’ai vendu tout Vianini Industria (suite aux bons résultats ! J’ai pris mes gains, certains diront sans doute que j’ai un peu crapoussiné wink ).

Et puis, et puis je suis très content j’ai réalisé mes premières ventes d’options, en l’occurrence des ventes de calls couverts. Franchement, je suis ravi de m’être lancé dans le grand bain car il n’y a qu’ainsi que l’on découvre les détails techniques : (17/18) Vente d’options PUT pour améliorer le rendement d’un portefeuille… Je tiens encore à remercier l’énorme travail de Miguel sur sa file depuis déjà… 4 ans (mon Dieu !). Si vous la lisez en entier, vous verrez que vous apprendrez énormément d’autant qu’il s’agit d’expériences concrètes de forumeurs.

Alors au 31/03/2017 mon portif ressemble à ça :
- BAC                          8,6 %
- Berkshire                   8,1 %
- GAIA                         7,5 %
- Aures Technologies     6,5 %
- Panier CRCAM            6,5 %
- AIG                           6,3 %
- Financière de l’Odet    5,8 %
- Cofidur                      4,8 %
- Orchestra                   4,8 %
- PRECIA                      4,7 %
- PSB Industries            4,7 %
- AGFA-Gevaet              4,5 %
- PICANOL                    4,4 %
- TESSI                        3,5 %
- Seritage (SGP)            3,2 %
- ALSTRIA                     3,0 %
- Graines Voltz            2,8 %
- Laurent Perrier            2,4 %
- Gevelot                      2,4 %
- Encres Dubuit             2,3 %
- Financière de Tubize    1,9 %
- Sears BONDS 8 %       1,1 %

et les deux ventes de calls (j’ai déjà touché le cash mais encore en cours).


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#329 06/05/2017 17h28 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   365 

Comme tout le monde, mon portefeuille grimpe, grimpe en ce premier semestre actuellement à 8,6 % YTD versus 7,2 % pour le S&P 500 et 12,7 % pour le CAC 40 GR. Seul Orchestra Premaman plombe le portefeuille mais je n’ai aucun souci avec cette valeur (j’ai arrêté de renforcer en revanche d’abord pour respecter mon allocation et parce que ce serait trop tôt même si je comptais "surallouer").

Quelques mouvements mais de  l’ordre du "toilettage" : j’ai vendu les petites lignes de CRCAM de mon panier de caisses régionales (notamment la CRCAM de Toulouse CAT31 cette semaine à plus de 100 €, elle avait en grande partie repris la valeur du dividende !). En 6 mois, ça me fait du +17 % avec une volatilité très faible pourtant, c’est magnifique ces CRCAM ! Il ne me reste plus que du Brie Picardie et du Normandie que je vais conserver au chaud. Mais je suis quasi certain de reprendre 3 autres lignes en fin d’année si, comme quasiment tout le temps depuis une décennie, les valeurs rebaissent tranquillement tout le second semestre. Aberration de marché dont Bifidus avait parlé de nombreuses fois.

J’ai acheté pour quelques dizaines d’euros de COFIDUR (j’ai des ordres gratuits) afin de tomber sur un multiple de 200, ça m’emmerdait à l’avance parce que je craignais que Bourse Direct gère mal le regroupement d’actions (dernièrement Bourse Direct me déçoit sur les OST alors que Binck s’améliore).

J’ai renforcé Berkshire Hathaway sur un "creux" (je ne fais ni market timing ni analyse technique mais quand elle a approché les 160 $ je trouvais que c’était "cadeau"). BRK était déjà ma première ligne, c’est encore plus marqué. J’ai fait de même, renforcer sur un "creux" pour Picanol car la relecture des derniers états financiers + les rachats massifs de Tessenderlo m’ont fait augmenter ma valorisation. J’en ai donc repris autour de 88 €. Je reviens au même nombre d’actions qu’il y a 3 mois et avouons-le, j’ai fait une boulette, j’avais voulu m’alléger car je trouvais l’action trop haute. J’ai donc un peu allégé il y a 3 mois autour de 80 € pour en racheter à 88 €… oui bon pas très brillant j’aurais mieux fait d’attendre et de relire les dernières nouvelles financières avant d’alléger. Picanol devient de plus en plus une holding avec le cœur des machines à tisser high tech + de la fabrication additive (appelée à tort "imprimante 3D") + toute la chimie de Tessenderlo. Toutes ces activités sont cycliques mais des cycles différents. Je rappelle que mes 1ers achats de Picanol ont été réalisés à 18 € (oui +410 % dividendes inclus en 5 ans, un sacré multi-bagger cf. Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (2/14)) mais j’ai souvent renforcé à la hausse car il n’y a pas de raison lorsqu’une boîte reste correctement valorisée.

Et les dividendes tombent, tombent, tombent AIG, PSB Industries et Brie Picardie avec les lignes que j’ai, cela commence à représenter de jolis montants ! D’autres attendent au tournant. On a beau savoir que le détachement du dividende ne change rien à la valeur réelle (puisque déjà contenu dans le cours), il y a toujours un plaisir certain à entendre sonner le piécettes tomber dans le portif surtout pour des actions françaises en PEA où la fiscalité est nulle et… surtout lorsqu’en quelques jours l’action reprend une partie de la perte due au détachement !! big_smile

Enfin, j’ai écrit une petite bafouille sur la "hype" française (car aux États-Unis, c’est déjà fini) sur "l’impression 3D" ici : Impression 3D : une opportunité d’investissement ?


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#330 10/05/2017 22h43 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   439 

Bon mon portefeuille s’envole et sa safety margin aussi, du coup sentiments paradoxaux. Donc je viens réexaminer your portefeuille à la recherche d’idée d’arbitrage sur PEA…

- Aures j’étais rentré à 17 et j’ai revendu vers 22E, du coup j’ai également raté les derniers +20%… Je la trouve bien à son prix même avec un retour à une modeste croissance qui nous amènerais difficilement à un EY de 10%.
- Panier CRCAM c’est pas mon truc.
- Odet est bien remontée et proche de ses plus hauts à un an. Après j’ai toujours eu du mal avec ce gros bouzin qu’est la galaxie Bolloré.
- Cofidur, les majoritaires ne redistribuent rien, le regroupement va entrainer une liquidité famélique, je vois pas la décote se réduire.
- Orchestra j’ai ! Retour à mon PRU grâce à la hausse du jour, j’avais doublé ma ligne trop tôt sur les 8.8E.
- Précia, j’aime bien, un EY à 10%, de la croissance, une small cap, une liquidité faible mais supportable. A réflechir.
- PSB, le business plan se passe pas très bien depuis 1 an, je surveille.
- Agfa nous refait une belle baisse depuis 48h, si on repasse sous les 4E ça peut être tentant.
- Picanol jamais rentré, jamais étudié le dossier alors que ça grimpe, ça grimpe…
- Tessi, plus grosse position du portif, croissance importante, il y a encore de la marge.
- GRVO pas safe, Dubuis ça sent la recovery mais c’est tellement mini.
- Gevelot un peu comme cofidur, Laurent Perrier trop cher.

Bon faut que je regarde mieux Picanol et Precia !


Portefeuille - Le poker est un jeu passionnant permettant de perdre son argent, son temps et ses amis

Hors ligne

 

#331 02/07/2017 20h05 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   365 

[EDIT et pan sur mon bec coquille de ma part la perf YTD au 1er semestre était de 21,8 % et non de 27,8 % (c’est tout de même différent… hmm ) . Les autres nombres étaient bons (et le plus important ma perf depuis le début).]

Cher Simon, depuis votre message, et comme par un effet quasi magique wink ces deux valeurs ont justement fortement augmenté seulement un mois et demi… d’autant plus étonnant pour Picanol que je trouve la valeur déjà bien cotée. Picanol a fait +15 % depuis votre message et Precia… +26 % yikes et en YTD c’est encore plus impressionnant.

Du coup, j’en profite pour réaliser un CR semestriel de mon porte-feuille… juste après la chute d’Orchestra Premaman, ce qui n’empêche nullement le portefeuille de très bien se comporter et de surperformer les indices. La magie de la diversification sans doute ! Avant d’entrer dans les détails (tous relatifs, vu que j’ai fait beaucoup de mouvements, je ne vais pas forcément être exhaustif), je voulais souligner un point qui m’est de plus en plus bénéfique et sur lequel j’ai progressé : le renforcement à la hausse. Bien souvent, après de bons résultats, et surtout pour une small cap, on assiste à une augmentation du titre mais, selon moi, souvent inférieure à la décote résiduelle. Ainsi la marge de sécurité étant tout le temps la même, il est logique de renforcer. Avant je ne le faisais pas (et je renforçais plutôt les bras cassés…) maintenant je le fais et en 2016 et sur le 1er semestre 2017, cela m’a été extrêmement bénéfique (au hasard : Precia, Picanol, Laurent-Perrier, etc. que j’ai renforcées à la hausse et qui ont largement plus augmenté depuis).

Et puis, j’ai passé un cap essentiel : j’ai plus que doublé mon capital depuis les débuts du portefeuille boursier smile (je parle du capital en actions que je gère activement, je n’ai pas doublé tout mon capital, d’ailleurs je prépare un autre post pour parler un peu plus "du reste" qui est non négligeable et que je gère un peu plus dernièrement (mon PEE que je gère passivement, quelques obligations, assurance-vie).

Donc pour le portefeuille géré activement (2 PEAs et 3 CTOs), la valeur de la part a augmenté d’environ +21,8 % sur le 1er semestre versus +8,1 % pour le CAC 40 GR et +8,2 % pour le S&P 500.
Depuis les débuts du portefeuille (déc. 2012) : +107,2 % soit 17,3 % annualisé vs CAC40 GR 69,5 % (12,2 % annualisé) et S&P500 71 % (12,4 % annualisé). C’est la première fois que je crée vraiment "un gap" par rapport aux indices. Gap d’autant plus important qu’il est plus "simple" d’optimiser sa fiscalité avec des titres vifs à mon avis. Les rendements s’entendent toujours dividendes inclus.

VENTES ou ALLÈGEMENTS

- Cofidur : intégralement vendu ! C’est une valeur que je suis depuis longtemps comme nombre d’entre nous. Mais j’ai estimé lors du dépassement des 2,15 € (malgré un beau dividende dont le détachement a été vite effacé) qu’il était temps de prendre ses profits car les résultats m’ont semblé moyens et le ton du communiqué de presse encore plus pessimiste que d’habitude (la direction a l’habitude d’être pessimiste, mais là j’ai cru sentir une "cassure"). Si le regroupement x200 créait une chute du cours, je n’exclus pas d’y revenir, mais pour l’instant c’est plutôt l’inverse : l’action a plutôt augmenté (bon je suis déjà très content de mon prix de vente autour de 2,15 €). Rendement : +66 %.

- Vendu toutes mes CRCAM (Brie Picardie, Sud Rhône-Alpes, Toulouse) sauf Normandie Seine car elle a l’un des plus faibles pourcentages de CCI en % total du capital et donc j’estime qu’il y a une probabilité plus forte -quoique faible- d’être sortie de la cote. Voir par exemple le lien vers mon fichier CRCAM en bas de ce poste : (15/16) CCI du Crédit Agricole : investir dans la banque de détail
Rendement moyen pour ces ventes : +15 % en moins d’un an et avec une volatilité ultra faible !

- Vente de calls couverts et vente de puts mais je détaillerai ce point sur la file de Miguel et/ou dans un poste entièrement dédié au sujet par souci de clarté.

RENFORCEMENTS

- Precia : j’ai renforcé très fortement (bon j’avoue un peu grâce au post de Simon ci-dessus : je me suis dit, tiens revalorisons Precia depuis les dernières acquisitions, et j’ai trouvé une valeur plus importante donc une marge de sécurité identique malgré la hausse du 1er trimestre d’où le très fort renforcement). Cela m’a été très bénéfique (même si le niveau d’augmentation en seulement une semaine est vraiment curieux sur cette valeur : il y a de gros blocs échangés, il se passe des choses). Je pense que le potentiel de Precia reste énorme : ils ont prouvé dans le passé qu’ils savaient très bien acquérir de petites entreprises de pesage et les intégrer dans leur groupe. Or, ils continuent sur cette voie : pas de folie des grandeurs mais des acquisitions qui ont du sens… tout en restant un acteur minuscule qui pourrait un jour intéresser un gros (le plus tard possible j’espère car les OPA c’est sympa le jour même mais à long terme ce n’est pas équivalent).

- Encres Dubuit
Je m’étais fixé une règle : pour les nano caps (car avec Encres Dubuit nous ne sommes même pas dans la small cap), je ne dépasse pas 2 salaires nets d’investissement. Mais ma revalorisation du titre et l’embauche d’une personne que je connais et apprécie dans la direction m’ont fait changer d’avis. Donc j’ai renforcé (d’ailleurs leur site internet a été entièrement refondé, c’est bête à dire mais ils sont passés des années 1990 avec un site antédiluvien à un site enfin présentable… et je pense que ce n’est pas négligeable même si ce n’est pas entré dans ma valorisation ça reste un point positif, le site ici : Encres DUBUIT - Encres de sérigraphie, tampographie et numériques)

- Agfa Gevaert
J’ai profité de la baisse (je suis encore largement positif "en PRU") pour renforcer une valeur typique de la "recovery" : elle est décotée même sans croissance et si jamais elle arrive à pivoter vers la santé (Agfa Santé se développe dans tous les types d’imagerie) alors là c’est même l’explosion. Il y a bien sûr un risque mais le ratio risk/reward est très bon selon moi. Bon et puis cette valeur m’a déjà fait gagner beaucoup d’argent lors de l’annonce de l’OPA par un allemand puis de ma revente intégrale et d’un rachat peu à peu smile

- Aures Technologies
J’ai renforcé après la légère baisse suite aux résultats annuels (annoncés le 06 avril) parce que je pense qu’Aures est un peu dans la situation de Precia : boîtes de croissance décotées encore petites en termes de CA et qui ont donc plusieurs années devant elles avant de stagner. Et puis les résultats du 1er trimestre annoncés le 09/06 ont été très bons. Depuis le 09 juin, l’action a pris 16 % !

- Tessi
J’ai fortement renforcé à la hausse. Plus je connais la boîte, plus j’aime ses business. Même celui des chèques (forcément en décroissance) voit sa marge brute augmenter car ils rachètent les fonds de commerce des petits qui ne peuvent plus vivre de ce business. Quant à leur business principal de digitalisation, il le gère très bien.

- Graines Voltz
J’ai un peu renforcé GV mais pas autant que je ne l’aurais voulu (le fixing lorsqu’on travaille beaucoup, et dernièrement c’était mon cas, n’aide pas du tout pour grapiller des actions). J’ai tout de même eu quelques jours chanceux avec des ventes ATP qui avaient fait baisser le titre de 5 %. Mais dans l’ensemble, je n’ai pas atteint l’allocation que je m’étais fixée par manque de liquidité (et maintenant je trouve que la marge de sécurité n’est plus suffisante pour renforcer même si elle reste bonne pour conserver).

Et finalement le portefeuille actuel par ordre décroissant de valorisation au 30/06/2017 + le montant investi entre parenthèses puis une fourchette de valorisation : toutes les valorisations ont été mises à jour ce week-end :
* Berkshire Hathaway (4 salaires nets). No comment. J’achète dans des "creux" (forcément pifométriques). Pour l’instant la seule valeur où je me vois investir plus de 4 salaires nets. Fourchette : 175 $ - 180 $

* Aures Technologies (3 salaires nets). Je valorise entre 27 € - 30 €.

* Bank of America (3 salaires nets) je compte conserver. J’ai légèrement baissé la valo : fourchette 26$-28$ + dividendes vraiment sympatoches. J’ai dit précisément quand et pourquoi j’en ai pris sur cette file, ça s’est pas trop mal passé… en plus l’argent mis sur BAC venait de la revente de SHLD (entre 12 $ et 16 $)…

* GAIA (3 salaires nets) découvert sur Corner of Berkshire. La valeur s’est envolée : +30 % YTD et des fonds commencent à en parler. Il n’y a pas meilleure introduction que de lire la passionnante file de Corner of Berkshire sur le sujet. J’ai particulièrement aimé le détail par certains historiques du forum des calculs de coût d’acquisition client et la "durée de vie" des clients de GAIA… et plus c’est gratuit wink : GAIA - Gaiam Inc.

* Financière de l’Odet (3 salaires nets) La belle endormie s’est réveillée : +25 % YTD ! Bien sûr grâce aux transports de carburants pétroliers qui a augmenté mais pas seulement : le commerce repart bien en Afrique et les entreprises de la galaxie Bolloré possèdent une grosse logistique qui bénéficie du fret de tous les types de matières premières (pas seulement pétrolières). Belle valeur en fonds de portefeuille qui est maintenant bien ancrée en territoire positif. Fourchette de valo : 1300 - 1500 € (et quelle joie, quel plaisir, quelle jouissance même de recevoir un dividende de… 1 € soit 0,11 % wink

* Precia (3,5 salaires nets). Gros décollage de début d’année : +32,4 %. Une des rares boîtes dont j’aime bien la croissance externe (que je fuis habituellement). Valo ~ 220 € - 230 €

* AIG (3 salaires nets) J’ai renforcé à la hausse fin 2016 (j’en avais déjà parlé). Les résultats sont en demi-teinte mais elle reste clairement décotée par rapport aux autres boîtes d’assurances… mais ça reste un métier risqué où les valorisations sont complexes… et à la fois simples si on s’en tient à la book value tangible. J’estime entre 70 et 80 $.

* Picanol (1,5 salaire net). J’avais renforcé à raison. Toujours hésitant puisque Picanol a dépassé ma fourchette haute de valo mais chaque trimestre les résultats sont bons. En même temps, les arbres ne montent pas jusqu’au ciel. Pourtant je n’ai pas vendu car j’estime que les achats de Tessenderlo valent plusieurs euros par action. Valorisation entre 105 € - 115 €

* Tessi (3 salaires nets) Fourchette de valo : 205 € - 220 €

* Graines Voltz (2 salaires nets). Ma valorisation est assez conservatrice (il y a une file dédiée avec un superbe travail de FranckInvestor) et donne "seulement" entre 25 € et 30 €.

* PSB Industries (2 salaires nets). Solide même si pas sexy. Valo ~ 63 € - 66 €

* Agfa Gevaert (2 salaires nets). Sans recovery je pense que ça reste solide, si jamais il y a de la croissance (même légère), ça ne peut que grimper vu que ce n’est pas pricé. Valo ~ 6 € - 7 € (oui, oui).

* Encres Dubuit (2,5 salaires nets). Une nano cap pour laquelle j’avais créé une file ici : Encres Dubuit : décoté rentable ou juste décoté ? Les derniers résultats sont bons, l’inconnu sur le Brésil se dissipe. La fourchette de valo a augmenté : entre 7 € et 8 €.

* Orchestra Premaman (3 salaires nets). Après la grosse claque de vendredi, je pense que je renforcerai mais il est urgent d’attendre. J’ai revu à la baisse ma valorisation (notamment parce que la marge d’EBE n’arrivera jamais à revenir à l’historique de 9 %) mais je reste optimiste sur le titre. Fourchette de valo large : entre 14 € et 18 € mais, et c’est un gros mais, avec un minimum d’un an et demi je pense d’attente. Même dans le cas où tout se passe bien, il faudra du temps avant que Mr. Market digère les dépréciations (à mon avis volontairement trop fortes), la fusion (réussie ou non) et plusieurs trimestres de normalisation seront nécessaires.

* ALSTRIA (1 salaire net). De la foncière allemande qui crache bien son dividende tout en augmentant continument. Fais le taf.

* Seritage Growth (2 salaires nets). En perte par rapport au PRU. Beaucoup d’encre a coulé à propos de la valeur. La bascule vers des proprios non-SEARS est lente mais continue. Il faut être patient et croiser les doigts jusqu’à 2019. Je conserve et la location de titre me rapporte un peu d’argent (via IB).

* Laurent-Perrier (1,5 salaire net). J’en ai repris à la légère baisse. Puis ça a remonté smile Pas décotée d’après screnner mais une vraie moat (peut-on faire mieux que l’AOC la plus connue au monde comme barrière à l’entrée ?) qui était au juste prix pour la première fois depuis des années. C’est rare.

* Gévelot (1 salaire net). Grosse augmentation YTD : 29 %. J’aime bien le fait qu’ils aient deux secteurs d’activité, certes cycliques, même très distincts. Le passage au double fixing devrait augmenter la liquidité.

* CRCAM Normandie Seine (1 salaire net). Pour attendre un hypothétique rachat.

* Financière de Tubize (1 salaire net). La holding de la pharma belge UCB. J’aime beaucoup le fait que l’on puisse avoir du UCB de façon décoté.

En revanche, entre quelques virements réalisés sur mes comptes (PEA ou CTO), les ventes supérieures aux achats et les dividendes (en mai et juin c’était la fête !), la poche cash n’a jamais été aussi importante (elle représente 15 % de mon portif maintenant) et comme j’ai très peu de temps pour chercher/lire/analyser, j’avoue être en manque d’idées tant pour des valeurs européennes qu’américaines…

Dernier point, j’ai fait un compte-rendu d’un livre que j’ai beaucoup aimé ici : (3/3) Vos livres préférés (hors finance, développement personnel…) ?

Dernière modification par PoliticalAnimal (02/10/2017 13h11)


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#332 02/08/2017 19h22 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   365 

Je suis actuellement au soleil en mini vacances non prévues (une semaine avec tous les cousins, ça fait du bien que mon fils voit ses cousins smile ).

Toujours pas le temps d’étudier de nouvelles idées d’investissements ou d’entreprises (j’ai une liste d’intérêts qui s’allonge, s’allonge) ; j’ai en revanche du temps "fragmenté" qui additionné permet de réaliser de petites tâches. Je n’arrive pas à m’isoler plus de 2 heures (ce qui me semble le minimum pour étudier une entreprise) mais je me suis dit tiens, tiens je vais regarder un peu mon historique de vente depuis 5 ans… vais-je me tirer les cheveux ou au contraire me féliciter ?

J’ai passé environ 15 minutes par vente à : retrouver la raison exacte de ma vente, lire ce qui s’est passé sur cette action depuis et synthétiser le tout dans un tableau. 1er constat : j’ai vendu largement plus que ce dont je me souvenais et je suis moins B&H que je le fantasme en fait…

Et pourtant, je n’ai compilé que i) les ventes "totales" (car si je commence avec les allégements, il me faudrait 2 RTT) et ii) les ventes d’au moins 6 mois afin d’avoir un minimum de recul (purement arbitraire et qui semblera sans doute trop court à certains). J’ai tout de même jeté un coup d’œil à mes ventes partielles mais sans tableau synthétique chiffré, je ne voudrais pas conclure trop vite (et la conclusion serait que mes allégements sont en général foireux… au contraire de mes ventes "totales" qui, vous allez le voir, ne sont pas trop dégueues). N’empêche que la majorité de mes ventes partielles concernaient des actions qui ont fait mieux que le reste de mon portif si je les avais gardées (Picanol, Aures, etc.).

Concernant le tableau ci-dessous, j’aurais pu aisément faire le calcul en euros mais j’ai préféré rester dans la monnaie locale pour les actions hors zone euro (USD ou GBP) pour ne pas être pollué par les changements de devises que, franchement, nous maîtrisons encore moins que l’avenir d’une société X. Au moins nous pouvons étudier un certain temps une société… prédire les mouvements des devises…
J’ai bien pris en compte les dividendes bien sûr.

De même, je ne mets pas à dessein les pertes ou gains réalisés au moment de la vente (on retrouve tout sur ma file). De toute façon il y a principalement 2 cas : 1) valorisation largement dépassée (et comme je me fixais des +33 % d’upside minimum eux-même dépassé, on est supérieur à +50 % voire plus) et 2) la galaxie Sears où les pertes furent très importantes (entre -30 % et -50 %)… mais où j’ai bien fait de me couper le tronc puisque les jambes y seraient passées depuis…

A noter que pour Balda, la perte théorique si j’avais gardée l’action est sous-estimée. En effet les énormes dividendes de 2015 et 2016 auraient subi un gros frottement fiscal (action allemande sur PEA) notamment par rapport au reste de mon portif (majoritairement des actions françaises en PEA et américaines en CTO donc avec des frottement fiscaux largement plus faibles).

Cela étant, la flambée de mon portif depuis 6 mois m’arrange bien. Si j’avais réalisé l’exercice il y a 6 mois, il y aurait eu plus de valeurs que “j’aurais dû gardées” (avec toutes les précautions d’usage).

En conclusion, sur 25 ventes totales, 19 des actions vendues ont fait moins bien que mon portif dans le temps écoulé et 6 ont fait mieux smile !! Plus précisément (car la zone à quelques pourcents est dans la "marge d’erreur" notamment si je tenais compte des frottements fiscaux et des devises), 3 ventes ont vraiment été des erreurs, 14 ventes ont été très bénéfiques et 8 ventes sont dans un "ventre mou".

On notera que pour la galaxie Sears (SHLD, warrant, Sears Canada, Lands’ End, etc.), le ratio de gain par rapport au réinvestissement dans mon portif va de +72 % à +648 % !! yikes big_smile

En revanche, toutes les ventes inopportunes voire très inopportunes, Oeneo, Besi, Villeroy & Boch, présentent exactement le même profil : ce sont des baggers, et des micro caps performant très bien depuis plusieurs années mais dont j’avais considéré la valorisation nettement dépassée et donc vendue. Du coup, je me demande si pour ce genre de petites capis dont les chiffres d’affaires sont encore faibles (façon de parler), les arbres ne pourraient pas finalement monter jusqu’au ciel… ou en tout cas pousser comme de vigoureux baobabs plus longtemps que je ne l’imaginais.
Besi et VB ont été vendues avec des +350 % ou +200 % mais auraient été des +500 % / +280 % (grosso merdo) si je les avais gardées. Je sais que c’est facile avec le rétroviseur mais dans mes rares ventes "ratées", il y a un schéma systématique.

Du coup, ben j’ai décidé de cesser mes ventes partielles d’Aures Technologies même si je trouve qu’elle est survalorisée actuellement d’au moins 15 % !

Le tableau est ci-dessous mais comme je crois qu’il sera trop petit pour certains, je mets le lien vers l’image en HD :hpics.li/b64b78a

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_2017_looking_back_ok.jpg

Et j’ai oublié une question : Et vous ? quels sont vos retours d’expérience sur vos ventes ? smile

Dernière modification par PoliticalAnimal (03/08/2017 10h05)


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#333 06/08/2017 23h12 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   365 

Ne voulant pas polluer une autre file mais tenant tout de même à relayer cette excellente initiative, je le fais sur ma file :
Turning Sun into Water présenté par ArounaDarga — KissKissBankBank

Il s’agit de l’installation d’une pompe solaire (avec des astuces technos intéressantes) au Burkina Faso. J’y ai contribué financièrement. Je connais bien le cocréateur du projet, chercheur et professeur à CentraleSupelec. Techniquement et socialement, le projet est très bien structuré. Si le cœur vous en dit…

Sinon rien à voir avec le projet au Burkina : personne n’a des retours d’expériences ou des conclusions totales/partielles de l’ensemble des ventes de leur portif ?

Et encore un edit pour citer cet excellent entretien avec William Higgons découvert grâce à Jérôme Levriek :
William Higgons: +3200% en bourse avec le value investing

Belle coïncidence d’ailleurs, ce bon William arrive à une conclusion sur les ventes très proches de "mon changement d’idée" sur les ventes de PME que-je-pensais-survalorisées en disant ceci :

"William Higgons" a écrit :

Ma règle est de ne pas vendre les titres surévalués tant qu’ils montent. Je peux alléger. Mais je préfère faire le top du marché et un peu de baisse plutôt que de manquer le sommet. D’autant plus qu’un titre peut sembler surévalué parce que ses marges sont meilleures que prévu ce qui a été le cas de Plastivaloire.

Dernière modification par PoliticalAnimal (06/08/2017 23h42)


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#334 17/08/2017 14h26 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   

Bonjour PoliticalAnimal, je suis votre portif depuis un petit moment et je voudrais tout d’abord vous remercier pour ce partage d’information et vous féliciter pour votre performance.
Merci d’avoir partagé l’interview de William Higgons, très intéressant.

Pour revenir à votre réflexion sur les ventes j’ai exactement la même.
J’essaye le plus possible de suivre mon processus d’investissement value pour éviter de me disperser et je vends donc les positions qui sont dans la fourchette de capitalisation estimée.

Je suis arrivé à une conclusion similaire a la tienne et celle de william higgons : j’aurai du garder un peu plus longtemps les actions qui atteignent cette cible rapidement pour bénéficier d’un effet momentum.
Mes plus beaux exemples recents sont AVQ (Claranova maintenant) ou je n’ai fait « que » 100% et Coats (COA).

Je suis donc en train de faire un test avec Gaumont qui s’approche de ma valorisation cible mais j’avoue avoir du mal à estimer le bon moment pour vendre.

Peut-être que je m’éloigne de mon style d’investissement, il est toujours plus facile de trouver une méthode infaillible a posteriori.

Apres tout c’est bien le Baron Rothschild qui disait :

"Baron Rothschild" a écrit :

I made my fortune by selling too early."

PS : je me demande encore pourquoi je n’ai pas investi dans Aurès technologie en début d’année

Hors ligne

 

#335 17/08/2017 16h02 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   67 

Et moi je me demande comment le cours d’Aures peut monter de 40% entre fin avril après l’annonce d’un chiffre d’affaire annuel en légère baisse, et le 20 juillet, annonce des bons chiffres du S1.

Ma plus mauvaise vente de l’année, après les chiffres 2016.

Hors ligne

 

#336 17/08/2017 17h50 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Banni
Réputation :   575 

Trahcoh a écrit :

Et moi je me demande comment le cours d’Aures peut monter de 40% entre fin avril après l’annonce d’un chiffre d’affaire annuel en légère baisse, et le 20 juillet, annonce des bons chiffres du S1.

Suggérez-vous un délit d’initié, quelques initiés en profitant pour acheter entre ces deux dates?

Hors ligne

 

#337 18/08/2017 17h37 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   67 

Non, c’est probablement un hasard, ou quelque-chose qui m’échappe.

Un peu comme la montée du cours de l’action CIC 3 mois avant l’OPA. Ma pire vente de 2016. Ou SIPH, avec un beau momentum également avant l’OPA.

Mais je m’égare. Merci PoliticalAnimal pour votre partage.

Hors ligne

 

#338 02/09/2017 01h21 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   

PoliticalAnimal a écrit :

Sinon rien à voir avec le projet au Burkina : personne n’a des retours d’expériences ou des conclusions totales/partielles de l’ensemble des ventes de leur portif ?

Ayant trouvé votre approche très intéressante, j’ai fait l’exercice il y a quelques jours.
Le résultat est posté dans la file relative à mon portefeuille. Très instructif dans mon cas.


"Quand on tire, on raconte pas sa vie."

Hors ligne

 

#339 02/10/2017 13h08 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   365 

Je commence ce reporting des 9 mois par un mea maxima culpa puisque lors de mon reporting semestriel, je me suis trompé dans ma performance YTD (mais ni la performance totale ni l’annualisée). J’avais écrit : YTD performance de la part à 27,8 % alors que c’était bien sûr 21,8 % (donc ripage entre le 7 et le 1… c’est quand même moins glorieux !).
D’ailleurs, le 107,2 % d’augmentation de la part depuis le début de mon portif (qui était juste) ne s’accordait pas avec le chiffre de mon reporting annuel 2016 : www.devenir-rentier.fr/p220504#p220504
Donc c’est bien 21,8 % qui était ma performance YTD au 30 juin 2017. Pan sur le bec !

Quelques achats et quelques ventes. Une nouvelle ligne d’un… constructeur immobilier (pas mon habitude). Une nouvelle ligne en construction (dont je ne parlerai qu’après l’avoir constituée car peu liquide). Mais dans l’ensemble, same old, same old. Le porte-feuille a un peu perdu du terrain au Q3 malgré de nombreuses bonnes nouvelles. Alors pourquoi cette légère baisse ? Eh bien toute la multitude de (petites) augmentations n’ont pas compensé : 1) la baisse continue du dollar et 2) la baisse continue d’Orchestra Premaman. En somme, Q3 a ressemblé à Q2. J’ai précisé plusieurs fois que j’avais des dépenses (significatives) en dollars mais je continue tout de même à reporter en euros. Le fait est que ma performance en $ comparée au S&P500 en $ est bonne en YTD mais comme je la ramène en euros, les gains sont en partie effacés. Je sais, je sais, j’ai aussi été avantagé dans l’autre sens certaines années. Je me demande toutefois si ça a du sens car dans mon cas ayant des dépenses contraintes en $, c’est plus la performance de mes lignes en USD qui compterait. Le seul intérêt de tout rapporter en euros est finalement de pouvoir "comparer" à d’autres portifs. Et puis aussi, il faudrait que je recalcule depuis le début. Résultat : je vais conserver le reporting en euros mais dans mes google sheets, j’ai ajouté la performance de part en $ juste pour moi.

Donc baisse du dollar et… baisse continue d’Orchestra Premaman. C’est bien simple, ce trimestre, le CAC et le S&P étaient baissiers ? KAZI baissait fortement. Le Cac et le S&P montaient (ou autre combinaison) ? KAZI baissait légèrement ou "stagnouillait". D’un côté, c’est bien ce que j’avais écrit dans mon analyse du dossier : ça ne pouvait être qu’un dossier long car le marché ne réagirait qu’après plusieurs trimestres de retour à la normale. D’un autre, je ne peux m’empêcher de penser à toutes les malicieuses, et néanmoins bienveillantes, observations que l’on m’avait faites sur mes glorieuses réussites dans le retail wink (Coach, Sears, Land’s End, etc.). L’histoire n’est pas finie. Pour l’instant, je garde. Hors de question de renforcer en revanche.

Deux tendances lourdes pour ce trimestre dans mon portif : le pyramidage (le terme est laid tout de même) et les ventes/rachats d’options. Plusieurs des entreprises de mon portif ont annoncé de bons résultats semestriels et l’augmentation de l’action était à mon sens plus faible que l’écart restant entre sa valorisation d’où mes nombreux renforcements. Je suis satisfait de m’être débarrassé du "biais du PRU" (si ! si ! ça existe) qui n’est qu’un orgueil mal déguisé. Orgueil de voir une ligne à +400 % (Besi, Picanol à une époque) alors qu’il vaut mieux avoir +200 % sur le double de la somme investie.

Concernant les options, j’ai prévu un post détaillé ici et/ou sur la file de Miguel. Petit résumé tout de même : les ventes d’options sont assez grisantes (sans doute trop) mais le reporting devient vite fastidieux (car il faut comparer non pas à ce que l’on a gagné mais à ce que l’on aurait gagné si l’on n’avait pas vendu l’option). Pour ce trimestre, j’ai surtout suivi la poche cash de mon compte IB en retirant ce qui venait des dividendes ou du prêt de titres. Et c’est là où c’est grisant, j’ai gagné 2 % de mon portif sur IB en un seul trimestre (donc 8,2 % annualisé) et tout ça en cash ! Mais attention, pour certaines ventes, j’ai en fait gagné moins d’argent que… si je n’avais rien fait (no free lunch). Comme mon portif IB ne représente que 20 % de mon portif total, ça ne se voit pas encore beaucoup sur le total.
1ère leçon (que j’ai apprise à la dur sur Gaia), c’est que pour les ventes, il faut absolument ne pas dépasser les 6 semaines d’échéance. 4 semaines est sans doute mieux même si parfois le CO n’est pas très intéressant à 4 semaines pour certaines valeurs alors qu’à 5 ou 6 semaines d’échéances, on commence à pouvoir engranger pas mal de pépètes par contrat de vente. Pour les smalls et mid caps, les spreads peuvent être énormes et c’est vite fatigant d’arriver à vendre ce que l’on veut. Malgré tout, je pense que les ventes d’options sont un outil très intéressant. Ne serait-ce qu’intellectuellement. Ce qui est certain aussi, c’est qu’alors que je commence à me débarrasser enfin de mes biais sur les achats/ventes d’actions, je sais pertinemment que je suis multi-biaisé sur les options et que je prends un peu trop ça pour de l’argent facile.

J’ai par exemple beaucoup "travaillé" la ligne Bank of America. Je vendais des puts assez loin de la monnaie à des prix où j’aurais trouvé BAC "gratuit" (mais ça permet de gratter vite 200 $ sur un mois pour une ligne importante) tout en vendant des call couverts légèrement hors de la monnaie (toujours avec des échéances de 4 semaines ou moins). Si l’action montait et que les puts vendus perdaient beaucoup de leur valeur, je les rachetais (parfois à seulement 10 % de leur prix !) pour immédiatement revendre des puts à des strikes légèrement plus élevés. Et inversement, si l’action baissait (et si ça "valait le coup") je rachetais mes calls couverts pour en revendre à des strikes plus bas.

Un autre point dont je suis content, ce que sur toutes mes 22 lignes, une seule est en territoire négatif (Orchestra Premaman). Bien entendu, ce qui compte in fine, c’est la performance. Mais je pense que le % de lignes positives dit aussi quelque chose du processus de sélection d’actions. 21 actions sur 22 en territoire positif donc.

Tout s’entend en comptant les dividendes et sans fiscalité. Donc pour le portefeuille géré activement (2 PEAs et 3 CTOs), la valeur de la part a augmenté d’environ +20,3 % YTD vs +12,8 % pour le CAC 40 GR et +12,5 % pour le S&P 500.
Depuis les débuts du portefeuille (déc. 2012) : +104,7 % soit 16,0 % annualisé vs CAC40 GR 77,0 % (12,5 % annualisé) et S&P500 77,9 % (12,7 % annualisé).

VENTES ou ALLÈGEMENTS

- Gévelot : intégralement vendu suite à une bonne nouvelle ! La vente de Gévelot Extrusion a démontré la valeur de l’entreprise actu.fr/normandie/offranville_76482/pre … 70840.html
Vendu en moyenne à 213 € le plus vite possible et en bénéficiant des mes connaissances du fixing moins mauvaises qu’il y a quelques années. Cela me fut plusieurs fois bénéfiques pour me glisser entre les gouttes et vendre des actions à bon compte. +50 % en moins d’un an smile Un cas d’école de somme des parties supérieure à la valeur de l’action. Un catalyseur qui finit par arriver si l’on est patient. Une analyse du dossier très proche de ce qui s’est passé finalement. Sympa. Je n’ai d’autant plus pas hésité que ce qui restait de Gévelot n’était plus que de l’Oil&Gas et que je suis déjà bien chargé dans ce domaine.

- Alstria : alors c’est vrai que cette foncière allemande faisait le job mais en manque de cash, j’ai préféré l’arbitrer pour l’entreprise pour l’entreprise de construction (et de promotion) immobilière dont je parle ci-dessous. Vendu en moyenne à 12,3 €. +90 % avec dividendes. J’avais l’action depuis plus de 5 ans ! C’était l’action la plus ancienne dans mon portif, c’est Picanol qui reprend ce "titre" maintenant.

- Et une vente "forcée" que j’ai évité de peu : GAIA. J’avais vendu des calls couverts (avec une échéance beaucoup trop longue, erreur de débutant, c’était ma seconde vente d’option). L’action a beaucoup augmenté suite à de bons résultats trimestriels mais j’ai préféré racheter mes calls assez chers (en perdant quelques plumes… mais moins que tout le ramage gagné sur les ventes d’options en général). Bien m’en a pris car l’action après mon rachat de call a encore fortement augmenté (et donc le call que j’avais vendu puis racheté).

RENFORCEMENTS

- Agfa Gevaert  : Gros renforcement dans le creux. Renforcement très opportun vu l’augmentation d’Agfa depuis ! J’ai trouvé que l’on a écrit pas mal de demi-vérités sur Agfa et je n’ai pas eu le temps d’apporter ma pierre sur la file Agfa ce trimestre mais j’ai quasiment fini un long post sur cette valeur (que j’avais commencé pour moi-même pour savoir s’il était judicieux de renforcer). Je pense arriver à le poster cette semaine. Agfa devient donc l’une des mes plus grosses convictions.

- Encres Dubuit
De nouveau quelques petits renforcements (mon "PRU de départ" qui était d’au moins +30 % n’est plus que de +10 %) et je pense que l’on sous-estime le changement de direction actuelle : le site a changé, l’entreprise est beaucoup plus visible dans les salons, il y a une dynamique forte, qui, sur des small caps à très petit CA peut faire vite la différence sachant que leurs produits sont bons.

- Precia, Picanol, Tessi, Financière de l’Odet
Pour toutes ses valeurs, légers renforcements grâce aux fameux ordres épuisettes que je n’utilisais pas assez. Certains avaient plusieurs mois voire trimestres (et donc j’imagine j’étais 1er dans le CO) alors quand Precia est très brièvement retombée sous les 200 €, ben j’ai ramassé pas mal d’actions et idem pour Picano tombée brièvement sous les 100 €. En fait, pour de nombreuses valeurs je suis arrivé à 4 salaires nets investis ce qui reste mon "seuil psychologique" et cela "à bon compte" à l’aide de vieux ordres épuisettes.

ACHATS
Pas mal d’achats pour un seul trimestre finalement.

- ABBEY Plc PEA-compatible ! Là encore, j’ai prévu un post détaillé (dites donc j’en promets des posts wink) car j’ai analysé longuement cette valeur. Comme je suis en dehors de ma zone de confort (je me sens bien, et mon historique commence à le prouver, dans l’analyse des small caps industrielles ou technologiques mais je n’ai aucun début de commencement d’avantage ou d’expertise dans l’immobilier), les retours de la communauté seront appréciés. J’ai acheté autour de 14,5 € mais avec la stamp duty et des frais de courtage importants (les 2 ajoutés ça fait mal), mon PRU est plus élevé.
Donc rapidement avant l’ouverture de la file Abbey Plcmarkets.ft.com/data/equities/tearsheet/ … ?s=DOY:ISE
Abbey PLC est une holding irlandaise qui fait essentiellement de la construction immobilière mais aussi de la location d’engins de chantier et un peu de location. Je pense comprendre pourquoi la valeur est tant décotée. On a une décote de holding, une décote multi-pays (les analystes sont souvent spécialisés dans l’immo d’un seul pays), une décote de small cap illiquide et une décote de contrôle majoritaire. J’y vois plutôt des bons côtés.
Abbey est donc un petit constructeur totalement sous les radars. Environ deux tiers de son activité est au Royaume Uni, un tiers en Irlande et un petit bout de constructions qui commencent en République Tchèque. La famille  Gallagher détient 74% de la holding or la famille Gallagher est très orienté long terme, risk-adversed (l’une des rares entreprises de promotions immo a avoir senti la crise immo en Irlande et diminué la voilure au bon moment !). Les minoritaires sont bien traitées historiquement. Un bilan en béton armé : aucune dette, environ 1/3 de la market cap en cash (!), un P/B tangible à 1,1. Niveau flux et opérations : une marge opérationnelle toujours au-dessus de 15 % ces 10 dernières années (sauf une fois) un FCY yield de quasiment 13 % ! Décoté en flux et en actifs donc. Bien évidemment, il y a des questions sur la promotion immobilière au UK mais Abbey est moins exposé que ses pairs au programme Help To Buy. J’adore aussi la sobriété de leurs rapports annuels, la qualité de leurs prévisions (je me suis amusé à relire toutes leurs forecasts des 8 dernières années et c’était très près de ce qui s’est passé).

- CITI Oui la grande banque américaine. Je suis pourtant déjà bien chargé dans le secteur financier. Un seul salaire net d’investi. Mais CITI reste, selon moi, l’une des rares banques américaines encore décotée gardant sa "mauvaise image" de la crise. Le potentiel d’augmentation du dividende est important aussi : Citi n’avait pas bien passé les derniers stress tests.

- ABC Arbitrage Eh oui un rachat ! J’ai eu l’action plusieurs fois en portif depuis 10 ans. Quand elle tombée en-dessous de 6 €, j’ai fait tourner mon outil de valorisation perso et je l’ai trouvée plus décotée que je ne le pensais alors que j’avais déjà l’idée d’en acheter comme "hedge à la probable-future-annoncée-depuis-3-ans-déjà hausse de la volatilité". Dès lors, je l’ai achetée juste parce que je la trouve décotée : évidemment si la volatilité augmentait à nouveau, ça serait carton plein.

- Amundi ETF FSE EPRA Eh oui mon 1er ETF PEA-compatible… foncières cotées. On sent que la thématique immobilière m’a un peu travaillé ce trimestre. Un peu par manque d’idées il faut l’avouer (ce qui n’est pas une bonne raison) mais aussi pour revenir à mes objectifs déjà quinquennaux (et pas du tout remplis) d’allocation d’actifs avec une part d’immobiliers. Pour cet ETF, j’ai fait très simple : pour la 1ère fois je fais des achats sans réfléchir. J’ai mis une alerte e-mail tous les trimestres pour aller prendre 1/4 de salaire net de cet ETF et basta ya! Vous trouverez une discussion ancienne de déjà 4 ans (!) sur ces trackers sur la fameuse file de Nikki :www.devenir-rentier.fr/p60091#p60091

PORTEFEUILLE ACTUEL par ordre décroissant de valorisation au 30/09/2017 + le montant investi entre parenthèses puis une fourchette de valorisation ; une grande partie des valorisations ont été mises à jour ce week-end :

* Berkshire Hathaway (4 salaires nets). No comment. J’achète dans des "creux" (forcément pifométriques). Pour l’instant la seule valeur où je me vois investir plus de 4 salaires nets. Fourchette : 175 $ - 180 $

* Bank of America (3 salaires nets). Légère hausse de la valo : fourchette 28$-30$ + dividendes vraiment sympatoches. Pour ce trimestre a été ma "ligne de travail" de ventes d’options. Mais j’ai vendu des options aussi sur Citi, Gaia, Seritage, Vereit (des puts hors de la monnaie mais jamais atteints), etc.

* Aures Technologies (3 salaires nets). Je valorise entre 26 € - 28 €. Mais je laisse courir les gains.

* GAIA (3 salaires nets) découvert sur Corner of Berkshire. La valeur a continué à s’envoler : +39 % YTD mais j’ai perdu une partie de cette hausse à racheter un call couvert. Il n’y a pas meilleure introduction que de lire la passionnante file de Corner of Berkshire sur le sujet. Avec l’augmentation forte de l’action et malgré les bons résultats, GAIA a changé de catégorie : nous sommes passés en un an d’une entreprise très décotée sur actifs tangibles (notamment cash !) et donc "peu risquée" à une entreprise légèrement décotée mais de croissance rentable (masquée par les Capex d’invests) donc "plus risquée". Mais je conserve car le plan se déroule pour l’instant mieux (c’est tellement rare dans la com fi !) que les annonces du management d’il y a un an.
On retrouvera d’ailleurs sur la file de CoFB la prose d’un ancien contributeur de forums francophones… GAIA - Gaiam Inc. smile

* Tessi (4 salaires nets). Beaucoup renforcé. Action qui a monté et ma fourchette de valo : aussi 210 € - 225 €

* Encres Dubuit (3,5 salaires nets). Une nano cap pour laquelle j’avais créé une file ici :www.devenir-rentier.fr/t11924
J’ai renforcé et l’action augmente très forte (mais sur des petits volumes). Fourchette de valo stable : entre 7 € et 8 €.

* Financière de l’Odet (3,5 salaires nets) Le réveil de la belle endormie continue : +30 % YTD ! Bien sûr grâce aux transports de carburants pétroliers qui a augmenté mais pas seulement : le commerce repart bien en Afrique et les entreprises de la galaxie Bolloré possèdent une grosse logistique qui bénéficie du fret de tous les types de matières premières (pas seulement pétrolières). Belle valeur en fonds de portefeuille qui est maintenant bien ancrée en territoire positif. Fourchette de valo inchangée : 1300 - 1500 €

* Picanol (2 salaires net). Renforcé sous 100 €. Valorisation en légère hausse : 110 € - 120 €

* Precia (3,5 salaires nets). Une année fantastique pour Precia. Les petites acquisitions ont encore continué en Q3 : vu leur historique de réussite d’acquisitions, je pense que cela créera de la valeur, du levier opérationnel et de l’effet d’échelle.  Valo inchangée ~ 220 € - 230 €

* Agfa Gevaert (3,5 salaires nets). Gros renforcement autour de 3,7 € après l’annonce des résultats qui avaient déçu le marché (à tort selon moi : tout avait déjà été annoncé pourtant !). Valo en légère baisse tout de même ~ 5,5 € - 6,5 €.

* AIG (3 salaires nets) La valeur que j’ai le moins étudiée dernièrement. Je ne me souviens même plus quand j’ai lu un rapport trimestriel. Du coup, je ne sais plus trop ce que je dois faire. Dans ma to-do-list (chargée) des décisions à prendre. Mon ancienne valo était autour de 75 $ mais je n’ai pas revalorisé depuis donc je ne sais pas trop ce que ça vaut…

* Graines Voltz (2 salaires nets). Chaque mois ça augmente, nous en sommes à +74 % YTD !! Ma valorisation est assez conservatrice (il y a une file dédiée avec un superbe travail de FranckInvestor) et donne "seulement" entre 25 € et 30 €.

* PSB Industries (2 salaires nets). Cas intéressant. J’allais vendre pour faire une "bascule" sur Recticel (même domaine, entreprise belge que je trouvais encore plus décotée) mais cette annonce AMF m’a fait changer d’avis :www.amf-france.org/technique/multimedia … 17DD509756
J’ai peut-être tort car je ne connais pas les dessous de cette opération qui n’ont peut-être rien à voir avec une conviction forte d’un insider. Solide même si pas sexy. Valo ~ 63 € - 66 €

* Orchestra Premaman (3,5 salaires nets). Un renforcement au mauvais moment. Une chute perpétuelle même lorsque des bonnes nouvelles sont faites. Bon il faut bien que nous ayons chacun notre croix big_smile et puis c’est ma seule valeur négative, ça me rappelle l’humilité comme on dit…   Fourchette de valo inchangée pourtant : entre 14 € et 18 € mais, et c’est un gros mais, avec un minimum d’un an et demi je pense d’attente.

* Seritage Growth (2 salaires nets). Revenu en territoire positif (même en euros) suite à son augmentation de Q3. La bascule vers des proprios non-SEARS est lente mais continue. Il faut être patient et croiser les doigts jusqu’à 2019.

* Abbey Plc (2 salaires net). Le constructeur immobilier irlandais (mais surtout actif au UK) dont j’ai parlé ci-dessus. Valo autour de 28 € (oui je sais ça paraît un peu exagéré…). Évidemment il faudra des catalyseurs pour "libérer" cette valeur vu toutes les raisons objectives de la décote (de holding, d’illiquidité, de small caps, de trop diversifié, etc.).

* Laurent-Perrier (1,5 salaire net). J’aime avoir acheté cette valeur dont la moat n’est pas à démontrer. AU Q3 augmentation significative sans nouvelle pourtant. Et surtout une jolie nouvelle par courrier : les actionnaires ont le droit à de (substantielles) réductions sur l’achat de champagnes du groupe Laurent-Perrier big_smile

* CRCAM Normandie Seine (1 salaire net). Pour attendre un hypothétique rachat.

* ABC Arbitrage (1 salaire net). Comme expliqué ci-dessus. Je n’exclus pas de renforcer. Valo entre 6,7 € et 7€.

* Amundi ETF ETF FSE EPRA (0,5 salaire net)

Et une ligne européenne (PEA) en construction dont je parlerai bientôt.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#340 02/10/2017 16h41 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   18 

Pour PSB, je ne serais pas surpris qu’il s’agisse du rachat d’actions détenues par le DG sorti en juillet.
Actionnaire également, j’attends de voir la conduite de la société par le fils Entremont (il a fait du rallye sur Ferrari avec son père smile ).

Hors ligne

 

#341 02/10/2017 17h08 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   365 

Trahcoh a écrit :

Et moi je me demande comment le cours d’Aures peut monter de 40% entre fin avril après l’annonce d’un chiffre d’affaire annuel en légère baisse, et le 20 juillet, annonce des bons chiffres du S1.

Ma plus mauvaise vente de l’année, après les chiffres 2016.

C’est bien l’exemple classique du momentum où certains voient systématiquement du délit d’initié (ce qui est sans doute le cas assez souvent mais on ne peut pas le savoir) mais ça peut aussi être des choses tout à fait légales comme l’exemple véridique que donne William Higgons

"William Higgons" a écrit :

J’ai également appris qu’une entreprise qui vendait des machines pour plier des cartons près de Dijon avait un fort actionnariat tout autour de l’usine et si l’activité baissait …

Tanguy: Ils pouvaient compter les camions à la sortie de l’usine…

Cela légitime l’approche momentum que la raison soit légale ou illégale…

@Bet, vous avez fait une bonne remarque concernant le rachat d’actions de PSB Industries, je vais creuser ce point.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#342 02/10/2017 18h10 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   312 

Bonjour,

Pour la valorisation des Holding familiaux comme Encres Dubuit et Financière de l’Odet, prenez vous en compte et à quelle hauteur (de décote) la concentration des droits de vote ?

De façon forfaitaire (par exemple 20%) ou au cas par cas selon l’historique de respect des petits actionnaires (Messieurs Bolloré et Dubuit n’ont sans doute pas le même état d’esprit) ?


"Cesse de croire, instruis toi"- André Gide

Hors ligne

 

#343 03/10/2017 10h09 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   365 

C’est une excellente question ! Cela m’a forcé à prendre du recul sur cette partie du processus.

Pour répondre rapidement sur les 2 cas, situation très différente : j’ai pris une décote sur Financière de l’Odet d’environ 15 %- 20 % selon le calcul de la borne basse ou de la borne hausse (sinon j’arriverais à beaucoup plus que 1300 - 1500 € qui est conservateur). Une décote me semble obligatoire (même dans les cas où "la valeur se débloquerait" comme l’on a l’habitude d’écrire…) car : 1- le niveau de complexité de la structure est gigantesque donc marge d’incertitude (même après avoir étudié la boîte, lu toutes les analyses de Jeremy, etc.), 2- on ne sait jamais ce que Bolloré fera vraiment en termes de simplification… ou au contraire revenir vers de la complexité et 3- nous sommes vraiment tous petits dans ce grand ensemble.

Pour Encres Dubuit au contraire, je n’ai pas pris de décote (et si vous voulez le faire alors oui la valorisation va plutôt tourner autour de 6,5 € que la fourchette écrite plus haut). J’estime que si déblocage de la valeur il y a, alors ce sera sans décote car l’ensemble est tout de même petit, simple à comprendre et avec un management que j’ai (un peu et il y a longtemps) côtoyé.

On pourrait citer des contre-exemples pour les petites structures où cela s’est mal passé : des OPRA à vil prix mais dernièrement les petits actionnaires ont aussi réussi à se faire entendre (Tessenderlo / Picanol ou même Graines Voltz qui n’est pas trop mal engagé finalement même si l’histoire reste à écrire).

Donc en résumé : je n’ai pas de décote appliquée systématiquement, c’est du cas par cas même si pour les mid/big caps j’applique souvent une décote de holding d’environ 20 %. Pour les small caps, je pense que la décote de holding est souvent exagérée… d’où mon surinvestissement dans ce genre de valeurs.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#344 09/10/2017 12h43 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   365 

Un post, non pour parler de la performance du portefeuille (encore qu’en seulement 15 jours, il a plus qu’effacé  les petites pertes du 3ème trimestre grâce à AIG, Gaia, BAC et… Agfa qui ont flambé en 10 jours) mais pour détailler un peu plus l’allocation. Un témoignage donc.

Mon "sizing" maximum de 4 salaires nets avec des paliers de 1 salaire net lié à chaque fois à un ratio "risque/bénéfice" estimé (sizing que j’applique depuis quasiment deux ans) m’a conféré deux avantages par rapport à des biais classiques : 1) éviter les "all-ins" ou quasi "all-ins" tout en 2) maximisant les gains sur les meilleurs ratios.

Je n’aime pas le mot "conviction" (d’ailleurs je ne l’utilise jamais) alors disons que sur les entreprises que je trouvais le plus décoté depuis 5 ans (un tiers de mes valeurs je dirais), je nommerais :

* Picanol : amplement expliquée sur ma file et sur la file Picanol. J’ai été l’un des premiers à en parler (avec pvbe) de façon détaillée. Je n’avais pas de stratégie d’allocation à l’époque donc… je n’ai pas maximisé les "gains" alors que j’écrivais clairement que le ratio était excellent. Sur mes 1ers achats, je suis à quasiment +450 % de mon PRU même si actuellement je suis autour de +200 %.

* Besi  : même combat que Picanol. J’ai été l’un des 1ers à évoquer cette belle small cap. J’ai fait +310 % mais sizing inadéquat car à l’époque, si j’avais enfin réussi à me créer une stratégie de valorisation qui tenait (à peu près) la route, je n’avais jamais réfléchi de façon sérieuse à l’allocation ! Encore une fois, l’absence de stratégie d’allocations à l’époque m’a clairement empêché de gagner "plus" en allouant plus d’argent. Pourtant, j’en parlais avec enthousiasme.

* Villeroy et Boch : rebelote…

* Bank of America : détaillé sur ma file les raisons de mon optimisme sur la valeur et… du sizing important… puisque je venais de mettre en place ma ligne de conduite par palier de salaire net. Et bingo : alors qu’en % c’est moins glorieux que Besi, j’ai gagné autant d’argent que Besi…

* Encres Dubuit dont j’ai ouvert la file :www.devenir-rentier.fr/t11924. Sizing qui commence à être important (et payant) même si l’histoire reste encore à écrire sur cette valeur.

* Tessi : j’ai fortement renforcé dès que ça baissait parce que l’un des meilleurs ratios bénéfice/risque de ma liste donc avec mes +25 % actuel sur PRU, cela représente déjà un salaire net de gagné en peu de temps même si, je pense, l’histoire n’est aussi à qu’à ses débuts. En revanche, je n’irai pas plus haut que la règle que je me suis fixée…

* Orchestra Premaman : la chute continue de l’action aurait pu me tenter à "renforcer" mais j’avais déjà atteint le sizing maximal que je m’étais fixé par rapport au ratio "bénéf/risque"… bien m’en a pris puisque l’action a encore beaucoup baissé par rapport au moment où j’ai été tenté de renforcer.

Alors certes, le fait de "capper" à 4 salaires nets a pu m’empêcher de réaliser des "prouesses" sur Aurès ou Gaia ou Agfa (lors de l’OPA) ou BAC, etc. mais cela m’a permis aussi d’éviter de boire le bouillon sur ma seule action en négatif depuis 2 ans qu’est Orchestra (une seule pas mal wink )

De plus, le fait de me forcer à associer un montant à un ratio de risque/bénéfice m’a permis d’augmenter les gains sur Aurès, Gaia ou BAC (là où avant j’aurais mis au hasard 2 salaires nets partout). La clé, c’est vraiment ça : OK sur la valorisation j’ai progressé mais il faut y associer une probabilité de réussite (et/ou le temps pour y parvenir et/ou les risques intrinsèques si nanocap, marché réduit, etc.). Et ce sont deux choses assez différentes. Je préfère en effet ne pas trop mettre de "décote" dans mes valorisations quitte en revanche à considérer une probabilité de réussite plus faible et donc un sizing plus faible pour certaines valeurs même si "l’upside" par rapport à la valorisation est pourtant parmi les meilleurs…

C’était donc la minute "réflexion sur l’allocation dans un portefeuille" et les gains que cela apporte après environ 2 ans de mise en place smile


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#345 10/10/2017 12h19 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   58 

Bonjour PoliticalAnimal,

Je ne comprends pas ce passage sur les options :

"PoliticalAnimal" a écrit :

Mais attention, pour certaines ventes, j’ai en fait gagné moins d’argent que… si je n’avais rien fait (no free lunch).

Vos options ont été exercées ?

Les lignes ci-dessous sont un résumé de mon XP et des paramètres que j’analyse, n’hésitez pas si vous avez des désaccords smile
Sous-jacent
Je reprends moi aussi la vente d’options, tout en me remémorant mes "mauvais coups".
J’en retiens qu’il faut se concentrer sur les actions que l’on connait très bien. Ou alors pour ouvrir une ligne via des puts, sur une action que l’on suit depuis quelque temps. Des mauvaises surprises peuvent survenir, avec des pertes (latentes) importantes au moment de l’exercice des options.
Du coup je m’interroge sur vos mouvements de puts et calls : vous pouvez finir avec une perte définitive en capital si, après avoir vu vos puts être exercés (à un strike P), vos calls le sont ensuite à des strikes C inférieurs à P (vu que votre prix d’achat est P (moins la prime encaissée /100), mais le cours du sous-jacent au moment de l’exercice est inférieur à P). Ou bien vous vous interdisez de vendre des calls avec C < P ? Dans ce cas là vous pouvez rester longtemps avec votre ligne sans vendre de calls. Je ne sais pas si j’ai été clair hmm

Marge
J’ai trop souvent vendu des puts OTM suivis quelques jours après d’une chute de l’action. J’étais certes content d’avoir ces actions, mais attention à l’utilisation de marge, tout doit être calculé en amont, ce que je ne faisais pas forcément… Vu que le delta était faible a priori. Vous ne semblez pas utiliser la marge vu que vous prêtez des titres ? Il me semble que marge et prêt de titres sont incompatibles.

Echéance
Vous parlez de 4 semaines maximum, pour moi c’est plutôt 3 mois. J’ai un petit portefeuille, donc pour un gain horaire décent, je dois chercher plus loin qu’un mois.  Enfin le strict minimum est de faire plus que compenser les frais mensuels d’IB smile

Strike
Je cherche des strikes selon mes objectifs de "delta", de probabilité que les options soient exercées. Difficile avec certains sous-jacents où les pas entre les strikes sont très éloignés, d’avoir vraiment ce que l’on souhaite. Vous trouvez ce que vous voulez sur vos titres ?
Au moment de la transaction, toujours tenter le prix de la première ligne du carnet d’ordre, ça marche des fois. Si la transaction ne s’effectue pas, redesscendre par paliers de 0,05$, on finit quasiment toujours par gratter quelques dollars :d

Sinon vous parlez de vos réflexions sur votre allocation. Mais comment entrez-vous sur une ligne qui est pour vous la plus décotée du moment ? A quelle hauteur des 4 salaires ?  Quels sont vos seuils de renforcement si le cours dégringole ? Tous les -10% ?
Vos 4 salaires nets sont la limite d’investissement, et non de valeur de marché ?
Vous laissez grossir vos lignes après chaque augmentation de salaire (ou après l’arrivée d’un bébé augmentant le salaire net d’impôt) ?

Hors ligne

 

#346 11/10/2017 11h42 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   365 

Eh bé le moins que l’on puisse dire c’est que ce sont des questions pertinentes smile

Pas forcément dans l’ordre mais ça permet d’éliminer certaines sous-questions : j’ai choisi de ne pas utiliser la marge. Disons que je me connais et je préfère ne pas avoir un compte avec marge. C’est un choix. Du coup, certaines de vos questions sur le danger de trop d’options + marge sont réglées.

Ensuite concernant le fait, non pas d’avoir perdu de l’argent, mais d’avoir eu un manque à gagner oui le cas le plus classique : mes options ont été exercées et/ou j’ai dû racheter mes calls couverts. J’ai travaillé sur BAC (de loin le plus d’argent réalisé mais pas en % de capital mobilisé en revanche. L’avantage : je connais bien BAC), sur Citi (C), sur Gaia, sur Seritage et sur Vereit au niveau des options.

Sur Gaia par exemple durant Q3, j’ai dû racheter un call couvert. J’avais un call couvert dont le strike était de 10 $ (l’échéance était à 3 mois… quelle erreur ! j’avais été attiré par l’argent facile). L’action s’est installée durablement autour de 11 $. L’âme en peine, je me suis astreint à racheter mon call car les résultats de Gaia étaient très bons (à mon sens notamment car le coût d’acquisition des nouveaux clients avait plutôt baissé). Résultat : j’ai gagné moins d’argent que si je n’avais… rien fait (i.e. pas vendu puis racheté des calls sur Gaia). En revanche, j’ai tout de même gagné de l’argent puisque Gaia a fini au-dessus des 12 $ lorsque mes calls auraient dû être exercés !

Et je fais d’une pierre de coup en répondant avec un exemple très pratique à la nouvelle règle que je me suis imposée "pas plus de 6 semaines et plutôt 4 semaines". Sur cette histoire de calls couverts de Gaia, c’est vraiment la durée de 3 mois qui m’a joué des tours avec trop d’annonces positives sur un temps aussi long que 3 mois. Je ne trouve d’ailleurs plus une publication que j’avais trouvée via google scholar montrant qu’il valait mieux roller les ventes d’options tous les mois plutôt que vendre deux fois par an des options à échéances 6 mois, mais impossible de remettre la main dessus… j’appelle la communauté si qqun possède un papier ou une référence allant dans ce sens HEHO wink

Pour la vente de puts et de calls (toujours couverts), j’ai dû mal m’exprimer. Je ne les réalise jamais en même temps sur la même action.

Exemple concret : j’ai vendu le 15 mai pour 125 $ de calls couverts BAC, strike 26 échéance 21/07. Boum l’action baisse significativement la semaine d’après : je peux donc racheter à bon compte (pour seulement 45 $) mes calls seulement une semaine après (donc 60 $ sans compter les frais… mais comme vous avez fait remarquer de toute façon on a des frais automatiques si on ne trade pas) et immédiatement après mon rachat de call, ben je revends des calls couverts strike 25 cette fois même échéance pour 105 $. Et je n’ai pas été exercé (et je considérais que re-rachter ne valait pas le coup). Résultat entre le 15 mai et le 21 juillet je me suis fait : 125-45+105 = 185 $. Évidemment, le 22 juillet j’ai recommencé à vendre des options sur BAC (mais je n’avais plus de calls en cours) en l’occurrence des puts.

J’ai aussi eu des calls exercés sur BAC (je n’avais pas pris la peine de racheter mes calls couverts, trop chers). Mais là c’était moins gênant, d’abord parce qu’ayant bcp de BAC, je "travaille" la ligne avec seulement 1/3 de mes titres environ et ensuite car j’ai récupéré le "manque à gagner" (l’argent de la vente des calls ne couvraient pas la différence entre la valeur que BAC avait atteint à l’exercice et le strike). Ensuite parce que j’ai immédiatement enchaîné avec de la vente de puts à 4 semaines au même strike (que le call déjà exercé). Puts qui n’ont pas été exercés puis j’ai recommencé avec une nouvelle vente de puts et au total sur BAC (contrairement à Gaia), je n’ai pas de "manque à gagner" mais j’ai gagné significativement plus d’argent que si j’avais fait du B&H pur.

Conclusions sur les options
Les spreads sur certaines actions sont trop importants pour que ça vaille le coup… typiquement Gaia. Donc j’ai arrêté les options sur Gaia. J’y reviendrai que si, par exemple, je suis certain de vouloir vendre et là je ferai un "all-in" call couvert sans vergogne. Mais je ne travaille plus la ligne car en effet, pour répondre à votre question, parfois aucun couple delta/spread n’est intéressant à mon avis. Gaia est une cata par exemple car les pas sont de seulement 0,05 $ ce qui induit plein d’inefficiences. Mais il y a beaucoup d’actions pour lesquelles les options ont des pas plus classiques de 0,01 $.

Et selon moi, oui, les échéances trop longues pour la vente d’options ne sont pas optimales. Pour l’achat, ce serait évidemment l’inverse. Mais bien sûr, ça demande beaucoup plus de travail de suivi car il faut revendre voire racheter puis revendre assez souvent. Quant au suivi du portif, sur l’aspect options, c’est vraiment galère dès que l’on fait pas mal de mouvements.

Concernant l’allocation
Oui c’est exactement cela : lorsque je parle en salaire net, il s’agit bien du montant investi. J’ai oublié de préciser ce trimestre (mais je l’ai mentionné les autres fois), je cite les actions dans l’ordre inverse de leurs poids dans mon portif (donc de leur valeur de marché). Or, par exemple, vous pouvez voir que Picanol est assez haut dans la liste alors que je n’ai investi que 2 salaires nets.
Concernant la façon de constituer ma ligne, ça dépend. Déjà pour toutes mes nano caps (dont un petit tiers au fixing), il m’est difficile de rentrer en moins d’un mois voire 2 ou 3 parfois. Je ne suis pas toujours devant l’ordi au moment du fixing (et au fixing je ne laisse jamais traîner d’ordre épuisette, ça peut faire mal…). Pour les valeurs un peu plus liquides, je rentre d’abord avec la moitié de ce que je m’étais fixé (par exemple si je vise 3 salaires nets, je rentre assez vite avec 1,5 salaires net) et ensuite je "distille" la moitié restante sur minimum 1 mois. Mais sans attendre spécialement de baisse. Au début de mon portif, je faisais beaucoup ça : me fixer une valeur cible (en général assez en dessous de la "valeur du jour" genre -10 %) avant de rentrer et/ou de renforcer mais j’ai tellement manqué de hausse que je ne le fais plus. La seule chose, c’est que je laisse encore des ordres épuisettes traîner (avec des échéances de plusieurs mois) à vil prix mais ça concerne des montants de 1/4 ou 1/3 de mon salaire net, c’est plus "histoire de faire quelque chose" et de bénéficier un peu d’une éventuelle baisse.

Et finalement, petites précisions : l’arrivée d’un bébé en France ne fait plus diminuer le salaire net d’impôt tant que ça smile smile Non vraiment pour les tranches "hautes" (je n’ai pas l’impression de faire partie des riches pourtant mais bon ça peut choquer), la vraie demi-part a disparu depuis longtemps : c’est cappé à 1500 €, autrement dit ça ne compense absolument plus tous les frais d’un enfant. Pire (ou mieux pour les finances publiques mais pire pour les cadres avec enfant travaillant tous les deux), sous la mandature précédente, un nouveau coup a été porté : les frais de crèche ont aussi été… cappés ! Résultat : lorsque je compare à ma sœur (qui a eu ses enfants il y a environ 10 ans), l’effet "enfant" sur les impôts n’a plus rien à voir. Je ne me plains pas hein, je peux comprendre ces différents choix politiques (même si ça m’emmerde un peu) mais cela a beaucoup changé en 10 ans suite à ces plafonds mis en place successivement et pris bout à bout c’est le jour et la nuit (concrètement je parle de 5 000 € d’impôts en plus pour une famille de 2 enfants cadres par exemple comparé à il y a 10 ans, pas une paille !).


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#347 11/10/2017 12h06 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   

Concernant les options, il faut en effet éviter de vendre des call couverts pour des valeurs en croissance si on souhaite garder l’action ou acheter (associé à la vente du call) un call à un strike légèrement supérieure à la vente histoire de profiter de la presque totalité de la hausse.

Vos strikes choisis étaient sans doute trop proche de la valeur de l’action au moment de la vente.

Concernant le choix de l’échéance, tout dépend des objectifs et du temps qu’on souhaite consacrer. Plus l’échéance est longue, plus on a le temps de voir venir et plus on peut choisir un strike élevé pour la vente du call.

Hors ligne

 

#348 11/10/2017 12h11 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   365 

Tout à fait d’accord avec vous et vos précisions apportent au débat.

Concernant Gaia où j’ai eu un "manque à gagner" à cause de mes ventes d’options, je devrais ajouter un autre point pour donner une bonne vue d’ensemble : non seulement le pas des valeurs des options est énorme (le pas de l’option était de plus 0,5 % de l’action au moment de mon achat !) mais en plus les "pas" des strikes est lui aussi énorme. Au moment de ma vente de calls couverts je n’avais le choix qu’entre 8 $ (vraiment trop proche), 10 $ et 12 $. Cela représente des sauts de 20 % ou plus et ne permet pas d’affiner et du coup oui on fait vite des "erreurs". C’est une raison supplémentaire pour laquelle je ne fais plus d’options sur Gaia. Beaucoup trop incrémental.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#349 11/10/2017 13h18 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   131 

Bonjour

@PoliticalAnimal

Vous indiquez que vous ne voulez pas utiliser la marge que vous propose votre broker.
Pourriez vous nous dire qu’elle a été votre réflexion pour préférer les options plutôt que la marge.
Personnellement, je fais la démarche inverse pour acquérir plus d’actions et booster le rendement du portefeuille.
Je considère que je ne suis pas assez calé sur les options pour en maîtriser toutes les subtilités, et donc que les risques sont trop grands.

Cordialement


Sur Twitter @Boursovision et Facebook /Boursovision Suggestions gratuites de valeurs pour investir

Hors ligne

 

#350 11/10/2017 14h25 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   365 

En fait, je n’utilise les options que dans deux cas seulement (très délimités). Et dans mes cas, je pense ne pas ajouter de risques à ce que j’aurais fait en simplement vendant ou achetant des actions X ou Y (attention je n’écris pas que ce que je fais ne comporte pas de risques, je dis que je n’ajoute pas de sur-risques).

1er cas : je veux acheter, ou plus souvent, consolider / arriver à mon sizing pré-déterminé une action X. L’action X a bien monté et/ou est en dehors maintenant de la fameuse "marge de sécurité" par rapport au prix p que je m’étais fixé. Qu’à cela ne tienne, je vais vendre des puts au strike p qui m’intéresse avec des échéances raisonnables -4 à 6 semaines- (en revanche sur un nombre d’actions assez importants, par exemple si je visais 3 salaires nets d’allocation et que je suis à un salaire net, ben je prends pour 2 salaires nets de puts) quitte à recommencer plusieurs fois et/ou à racheter mes puts si l’action a monté (et donc les puts ont baissé). Mais de toute façon, j’aurais mis un ordre épuisette au prix p qui m’intéressait (ce qui était peut-être une connerie ou risqué mais je l’aurais fait… au moins avec la vente de put même si je prends un risque, je suis payé pour le prendre).
J’ai expliqué cela sur la file de Miguel et en fait je me suis inspiré de lui puisque Miguel fait un travail remarquable sur sa file sur les options (et rendons à César aussi de Sergio qui avait bien expliqué le mécanisme) :
Miguel ici : (17/25) Vente d’options PUT pour améliorer le rendement d’un portefeuille…
Moi ici :  (17/25) Vente d’options PUT pour améliorer le rendement d’un portefeuille…

Après on peut (et là ça vire vite dans le "dangereux"), rentrer dans une phase plus "ludique" où, sous prétexte de gagner immédiatement 150 $ pour un mois d’attente (au lieu de 50 $ par exemple, le prix des options est vraiment non-linéaire), on devient moins rigoureux sur les niveaux des strikes pour les puts que l’on vend… et ça oui, cé-pas-bien et risqué. On s’écarte de son process, on est attiré par l’argent "facile" gagné immédiatement alors que normalement nous n’aurions pas acheté l’action X à ce prix (le strike auquel on vend le put) mais par exemple à 8 % de moins sauf que cela devient tentant (c’est le mot).

2ème cas : une action Y a beaucoup monté et commence à être dans le haut de ma fourchette de valorisation. Qu’est-ce que je faisais avant ? Eh bien j’allégeais, je vendais une partie de la ligne "en attendant" de creuser un peu plus pour voir si je vendais tout et/ou si Mr. Market avait raison de faire autant monter cette action et que je devais mettre à jour ma valo.
Dans ce cas, et dans ce cas seulement, ben maintenant je vends des calls couverts sur une partie de ma ligne uniquement. Idem : l’avantage est que je suis payé pour faire quelque chose que j’allais de toute façon faire. Pour les calls couverts d’ailleurs, on peut aussi vendre in the money, ça a l’avantage de faire de grosses primes pour vendre à un prix qui nous semblait de toute façon déjà bien valorisé. Après, on n’est pas à l’abri d’une flambée de l’action que l’on va donc louper (manque à gagner évident mais… PAS de l’argent perdu donc pas un vrai "risque"). Mais une nouvelle fois, avant de vendre des options, j’aurais de toute façon vendu Gaia autour de 10,5 $ (le call couvert m’ayant rapporté un peu plus de 0,5 $ par action). Je ne prends pas forcément une bonne décision en voulant vendre à ce prix mais je l’aurais fait alors que là on me paie pour vendre ce que je voulais déjà vendre. 

Toutefois c’est vrai que, comme pour le 1er cas, on peut vite dériver vers du "ludique / argent facile" et vendre des calls à des strikes un peu faiblards (pour avoir des primes plus importantes) ; pour un prix de l’action pour lequel on n’aurait normalement pas vendu (pas sûr d’être tjs clair mais pas facile…).

Quant à la marge, me connaissant, je pense que j’aurais tendance à la sur-utiliser (dans la limite de ce que permet IB bien sûr). Dès lors, sur le moyen terme je suis à peu près certain que je prendrais une grande claque bien cinglante en cas de marchés baissiers. C’est donc pour cela que je ne l’utilise mais c’est très personnel. Je sais que je loupe du coup un effet levier. C’est donc une explication perso. De même, on pourrait croire que ça n’a rien à voir mais en fait c’est le même mécanisme, me connaissant, je m’interdis maintenant d’avoir le moindre jeu sur ordi et encore moins une console car j’ai déjà une vie que je considère belle et bien remplie (papa, mari, cadre sup, vie sociale, etc.) mais… une tendance addictive au jeu qui pourrait passer avant ce qui est vraiment essentiel dans la lïïfe (les points sus-cités). Le mieux alors est de ne même pas être tenté… donc pas de jeux vidéos chez moi. Et pas de marge smile


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech