Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS    Cherchez sur le site et les forums :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+3]    #1 18/09/2022 17h42

Membre (2021)
Top 20 Année 2022
Réputation :   88  

Bonjour,

je prévois de diversifier mon portefeuille et de me créer une nouvelle ligne d’actions.
Par le biais de ce post, je souhaite simplement vous partager mes recherches ainsi que mes conclusions.

Reprenons. Je souhaite mettre 20k dans une ou des sociétés qui me permettent de me diversifier, à savoir :

- diversification en devise (étant investi à 70% en €)
- diversification géographique (70% en Europe)
- diversification sectorielle : j’ai choisi la santé, n’ayant aucune ligne dans ce secteur

J’ai rajouté à cela d’autres critères :

- big cap (le fameux too big too fail)
- sociétés diversifiées dans la santé dont la solidité financière ne dépend pas que d’un sous-secteur ou que d’un seul produit (pas de biotech)
- sociétés dont je bien leurs blockbusters et les enjeux dans la santé (étant médecin)
- croissance et dividende solides
- prix de l’action non surévaluée

Je n’ai pas sélectionné Roche / Novartis / Bayer / Sanofi (Europe), ni Bristol dont je connais moins bien leurs produits, ni Amgen (trop centrée sur les biotechnologies), ni Gilead (portée surtout par le Sovaldi et trop centrée sur l’onco et le VIH).

J’ai donc sélectionné cinq sociétés qui cochent tous ces critères :

- Johnson & Johnson
- Pfizer
- Merck & Company Inc
- Abbott
- AbbVie
- Lilly


Je sais que ce genre de sujet regorge habituellement de divers tableaux et graphiques comparatifs, mais je vais vous l’éviter et n’en mettre aucun ici : en effet, je considère qu’il est bien plus intéressant de synthétiser les principales idées ressortant d’un graphe, des chiffres pris seuls ne nous montrant pas grand chose - et aussi parce que j’ai ni l’envie ni la motivation de faire des copier-coller sur Paint, les héberger sur le net, et d’utiliser les affreuses balises du forum.

Ainsi, commençons, thèmes par thèmes :

I. Solidité financière sur les 10 dernières années

A) Croissance du free cash flow et du chiffre d’affaire :

Très clairement, J&J demeure la valeur de croissance la plus stable sur le long terme, ce qui n’est pas étonnant vu le mastodonte qu’il est. AbbVie a aussi de très beau résultats, mais le groupe n’a un historique qui ne remonte qu’à 2013.
Les autres sociétés, plus petites et dépendantes à quelques produits phare, ont une croissance soutenue également, mais plus erratique.
Le seul intrus est Pfizer : très peu performant ces dernières années, seul le COVID vient miraculeusement casser 4 années de croissance nulle ou négative.

B) Rentabilité (marge opérationnelle / brute / ROE) :

Aucune société ne se démarque réellement. Elles demeurent toutes d’une bonne rentabilité, ce qui est une constante sectorielle, à fortiori dans les big caps bien diversifiés.

C) Dette (ratio couverture des intérêts / sur capitaux propres / sur EBITDA)

J&J est clairement le meilleur élève du groupe qui performe sur l’ensemble des critères.
Lilly et AbbVie viennent en seconde position, suivie de Merck et Abbott - de bons ratios d’endettement avec baisse dans le temps pour les trois groupes groupes.
Une fois de plus, Pfizer dénote avec un endettement important et qui avait tendance à se majorer …jusqu’en 2021 et la crise du COVID.

D) Ratio distribution dividende / free cash flow

Il n’existe pas de différence significative entre les 5 groupes, les ratios étant à peu près identiques pour tous, de l’ordre de 40 à 50%.
J&J se dénote par l’extrême régularité de ces ratios qui n’ont presque pas bougé en 10 ans.

Conclusions : J&J est clairement la société la plus solide et stable financièrement, ce n’est pas étonnant vu le gap entre elle et les autres (95M de CA contre 30-40 pour les autres).
Lilly, Merck et Abbott sont solides également, mais plus volatiles selon les années.

Seul Pfizer déçoit, ce qui est en corrélation avec la stagnation de son prix sur le marché depuis quelques temps --> à ce stade, j’élimine Pfizer.
Je ne pense pas que l’année exceptionnelle liée au COVID change réellement la donne. Certes, le vaccin à ARN est une révolution, mais tous les autres groupes pharmaceutiques peuvent commercialiser des produits à partir de cette technologie. Quant au COVID en lui même, il semble désormais loin derrière nous, la manne se tarit - et de plus, cela rend le groupe trop dépendant financièrement au virus, ce qui ne rentre plus dans mes critères.

II. Prix de l’action

J’ai comparé plusieurs ratios de valorisation : PER, PEG, BPA, PBR, rendement de l’action.

Pour résumer, voici ce qui est en découle :

J&J performe dans tous les ratios, mais à le meilleur BPA de tous (10$ contre 5-8$ pour les autres).
Merck et Abbott ont aussi de bons ratios, dans la norme.
Seul Lilly a un PER qui explose (47 contre 15-20 pour les autres).

Quant aux analystes financiers, en date du 18 septembre 2022, ils sont pour acheter toutes les positions, sauf pour accumuler/renforcer J&J (j’ai cherché, mais je n’ai pas vraiment compris pourquoi).

Concernant les rendements, nous avons : 4% pour AbbVie, 3.2% pour Merck, 2.7% pour J&J, 1.8% pour Abbott, et 1.2% pour Lilly.

Conclusions : à ce stade, j’élimine Lilly.
L’action ayant été multipliée par 8 en 10 ans, contre 4 à 5 pour les autres groupes, son prix actuel ne semble pas être justifié au vue de ses dernières performances financières et des produits mis sur le marché. De plus, le rendement me semble aujourd’hui bien trop faible même si celui-ci a tendance à bien augmenter ces dernières années (+11% de dividende par an).

III. Perspectives

J&J :

C’est le Nestlé de la santé. Il serait faux de dire que c’est un simple groupe pharmaceutique, c’est une multinationale de la santé.
- Le groupe possède un large gamme de cosmétique à hauteur de 17% du CA (RoC, Neutrogena, le Petit Marseillais, Laboratoire Vendôme…)
- Du matériel médical à hauteur de 28% (le mastodonte MedTech et toutes ses filiales pour la chirurgie, marché de niche difficilement concurençable…)
- Surtout 55% de pharmaceutique dont l’activité est très diversifiée (cancer, maladies infectieuses, cardio-vasculaire, neurologie, immunologie). Le groupe possède aussi une branche appareil médical pour le diagnostic de cancer par-exemple.

La branche recherche et innovation demeure également à la pointe (rappelons le, ils ont sorti le premier vaccin anti-COVID).

Merck & Company :

C’est surtout un groupe pharmaceutique (par le biais de sa filiale-mastodonte MSD qui demeure très polyvalente et diversifiée dans toutes les spécialités médicales), mais aussi dans la médecine vétérinaire. Je n’ai pas réussi à retrouver les revenus dégagés des deux côtés, mais je suppose que la partie animale est largement minoritaire - ainsi, le catalogue pharmaceutique de Merck est à peu près équivalent à celui de J&J. Merck est solidement installé dans toutes les pharmacies du monde.
Idem côté recherche et innovation.

Abbott Laboratories et AbbVie (scission en 2013) :

AbbVie : essentiellement pharmaceutique, un peu moins fournie que celle des autres groupes mais avec quelques blockbusters très bien implantés (Humira…)

Abbot : essentiellement équipementier médical
- Une branche matériel médical (notamment St Jude qui est un des leader en cardiologie, mais aussi dans le diabète avec la gamme des FreeStyle Libre)
- Une branche diagnostic médical (uniquement diagnostic biologique, pas d’imagerie)
- Une branche nutrition médicale (nutrition entérale, parentérale, compléments alimentaires, immuno-nutrition dans le cancer…) dans lesquels ils sont les leaders mondiaux.

Ils sont clairement orientés sur plusieurs marchés de niche avec un quasi-monopole, difficilement attaquables à court-moyen terme (traitement de la polyarthrite rhumatoïde, diagnostic médical, cardiologie interventionnelle, surveillance du diabète, nutrition…).

IV. Conclusions

- J&J est dans le haut du panier : finances très solides, diversification sectorielle exceptionnelle, rendement correct et pérenne, prix de l’action correcte.
- Merck : vous ne gardez que la branche pharmaceutique de J&J, et vous obtenez Merck. L’avantage est celui d’un meilleur rendement, mais au prix d’une volatilité plus importante.
- AbbVie : un peu moins solide sur la branche pharmaceutique que les deux autres, mais avec un très bon rendement
- Abbott : pas de pharmaceutique à proprement dite, mais qui compense par une diversification dans des domaines très spécifiques et lucratifs, avec un haut potentiel à moyen-long terme.

A ce stade, je pense investir 50% dans J&J, et répartir 1/3 des 50% restants de chacun des autres groupes.

Si vous avez des remarques, des questions, ou que vous souhaitez alimenter le débat, c’est avec grand plaisir.

Dernière modification par MarcAurele (18/09/2022 18h18)

Mots-clés : abbott, johnson, lilly, merck, pfizer, pharmaceutiques

Hors ligne Hors ligne

 

#2 18/09/2022 18h01

Membre (2020)
Réputation :   135  

Bonjour

A noter que Abbott a été scindé en deux compagnies: le Abbott résiduel est avant tout un équipementier médical et actif dans la nutrition (lait pour bébés)

La partie pharmacie de spécialité est maintenant chez AbbVie (dont le fameux Humira dont vous parlez)

Hors ligne Hors ligne

 

#3 18/09/2022 18h09

Membre (2021)
Top 20 Année 2022
Réputation :   88  

Effectivement, vous avez raison, j’ai inclus la partie pharmaceutique de AbbVie dans Abbot dans la partie "perspective", je corrige ça, m*erci à vous !

Dernière modification par MarcAurele (18/09/2022 18h41)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 18/09/2022 18h36

Membre (2020)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   212  

Merci pour ce travail.
Pour Johnson & Johnson, la position moins favorable des analystes vs autres firmes pourrait s’expliquer par la réduction des prévisions de bénéfice 2022 (source).
Les analystes ont ajusté leur cible en conséquence.
Je suis d’accord avec vous sur le fait que c’est la meilleure pharma américaine.
Dans le domaine de la santé, je vous conseille de regarder Thermo Fisher Scientific (dispositifs médicaux) et UnitedHealth (assurance santé).
Sinon pour Sanofi, c’est surtout une entreprise internationale, 38% du CA est aux US, 26% en Europe. Elle n’est pas chère en ce moment et offre un bon rendement.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


し①√€$Ţノ$$€Ц尺. Parrain Bitpanda, Boursorama (code DAHE7916) et Degiro

Hors ligne Hors ligne

 

#5 18/09/2022 19h23

Membre (2016)
Réputation :   16  

Bonjour,

J&J va scinder ses activités sans ordonnance du reste
https://investir.lesechos.fr/actions/ac … 989039.php

Pas de quoi modifier votre classement mais elle offrira un peu moins de diversification.

Hors ligne Hors ligne

 

#6 18/09/2022 21h50

Membre (2021)
Top 20 Année 2022
Réputation :   88  

L1vestisseur a écrit :

Dans le domaine de la santé, je vous conseille de regarder Thermo Fisher Scientific (dispositifs médicaux) et UnitedHealth (assurance santé).
Sinon pour Sanofi, c’est surtout une entreprise internationale, 38% du CA est aux US, 26% en Europe. Elle n’est pas chère en ce moment et offre un bon rendement.

Je viens de regarder les sociétés que vous avez proposé.

- Thermo Fisher Scientific : très solide sur le plan financier. Ils sont spécialisés dans le diagnostic biologique, ce qui est un domaine très spécifique, très lucratif, avec peu de concurrents, beaucoup de brevets et de technologies en leur possession. Très clairement, ils vont peser lourd dans les prochaines décennies avec les thérapies géniques / séquençage ADN. Seul petit bémol (mais qui n’est pas un problème en soi) : presque pas de dividende (0.21% de rendement). Très belle valeur.

- UnitedHealth : encore plus solide financièrement, mais avec des marges un peu plus faibles de l’ordre de 8% en moyenne ce qui est attendu dans le sous-secteur des assurances-santé. L’avoir en portefeuille permet effectivement de diversifier encore plus son portefeuille. Rendements honorables de 1.3% en constante augmentation. Mais la valeur est chère à ce jour, je vais attendre un peu avant de l’acquérir.

- Sanofi : effectivement, nous pouvons la considérer comme une entreprise internationale (comme tous les autres cités précédemment). Structurellement, elle ressemble beaucoup à J&J (très diversifiée, de beaux produits avec de belles marges), mais à une nuance près : elle est moins solide financièrement. L’avantage est que le rendement est très bon (4.1%), et que l’action est éligible au PEA.

Dernière modification par MarcAurele (18/09/2022 22h03)

Hors ligne Hors ligne

 

#7 18/09/2022 22h09

Membre (2020)
Réputation :   92  

L’analyse est intéressante, et j’avoue que j’ai découvert l’impressionnant parcours d’un Lilly ces dernières années !

N’êtes vous en revanche pas un peu restrictif dans vos exclusions ?

Au fond, toutes les big pharmas sont largement internationalisées, et exposées à des risques similaires. Nos amis Suisses (Roche, Novartis), Anglais (GSK, AZ) ont des belles pharmas. Et notre Sanofi national reste une belle valeur de fonds de portefeuille.

Quant aux « biotechnologies » en tant que tel, un Amgen a aujourd’hui des « small-molecules », et l’Humira d’Abbvie est bien un anticorps monoclonal !

Enfin, au sujet de votre expérience de médecin, j’entends que les produits et Le pipeline dictent tout. Du reste, mon expérience personnelle est qu’il n’est pas raisonnable de penser l’évaluer - c’est déjà ambitieux, si ce n’est prétentieux sur un seul produit. En tout cas, j’ai du mal à croire qu’un médecin ait utilisé à la fois Velcade (JnJ/Janssen en hémato-onco), Humira (Abbvie dans une demi-douzaine d’aires thérapeutiques), Keytruda (Merck, onco), et Cialis/Viagra (Lilly, Pfizer, tout le monde connait l’indication !).

Au mieux, un tropisme sur certaines aires thérapeutiques peut être un moyen d’exprimer des convictions.

Ceci étant dit, si je n’avais pas le « biais d’épargne professionnelle » qui est le mien, j’en serai sans doute arrivé à la même conclusion : JnJ sort du lot au regard de sa diversification comme sa solidité dans la durée. N’est pas « dividend king » qui veut !

Hors ligne Hors ligne

 

#8 18/09/2022 22h50

Membre (2021)
Top 20 Année 2022
Réputation :   88  

piwai a écrit :

N’êtes vous en revanche pas un peu restrictif dans vos exclusions ?

… toutes les big pharmas sont largement internationalisées, et exposées à des risques similaires. Nos amis Suisses (Roche, Novartis), Anglais (GSK, AZ) ont des belles pharmas.

Quant aux « biotechnologies » en tant que tel, un Amgen a aujourd’hui des « small-molecules », et l’Humira d’Abbvie est bien un anticorps monoclonal !

Nous sommes d’accord, mais il faut bien sélectionner. Et comme on le sait, choisir c’est renoncer.

Je préfère ainsi investir dans un J&J très solide sur le plan financier que dans un Sanofi plus fragile.
Certes, Sanofi est probablement "too big too fail", mais n’empêche, J&J rajoute un cran de sécurité supplémentaire.

piwai a écrit :

Enfin, au sujet de votre expérience de médecin, j’entends que les produits et Le pipeline dictent tout. Du reste, mon expérience personnelle est qu’il n’est pas raisonnable de penser l’évaluer - c’est déjà ambitieux, si ce n’est prétentieux sur un seul produit. En tout cas, j’ai du mal à croire qu’un médecin ait utilisé à la fois Velcade (JnJ/Janssen en hémato-onco), Humira (Abbvie dans une demi-douzaine d’aires thérapeutiques), Keytruda (Merck, onco), et Cialis/Viagra (Lilly, Pfizer, tout le monde connait l’indication !).
Au mieux, un tropisme sur certaines aires thérapeutiques peut être un moyen d’exprimer des convictions.

J’ai la chance de faire une spécialité qui me permet d’être au centre de la médecine et donc de voir ce que les autres spécialistes prescrivent à mes patients (en journée de consultation, je vois entre 60 et 70 patients par jours, ça fait de la masse), et de ne rien prescrire à mes patients ce qui me met en dehors du système de prescription chronique, principal générateur de cash (ma propre pharmacopée se limitant à une vingtaine de drogues que j’utilise régulièrement le temps de mes actes qui n’ont pas vocation à être répétés, et qui n’ont presque pas changé depuis presque 30 ans - si vous avez deviné ma spécialité, vous avez gagné !).

M*erci pour le lien vers votre post, votre raisonnement tient tout à fait la route. Malheureusement pour moi, je ne suis pas encore assez diversifié (je ne possède que 15 valeurs) pour acheter des biotech, aussi big soient elles ! Ne mettons pas la charrue avant les bœufs, d’abord J&J, après Gilead !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 19/09/2022 16h40

Membre (2013)
Réputation :   27  

Anesthésiste ?

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur