Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS    Cherchez sur le site et les forums :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#101 28/11/2018 04h50

Membre (2017)
Réputation :   0  

J’ai relu les interventions, car cette file m’intéresse beaucoup. En même temps, je suis un peu sur ma faim, car elle ne répond pas entièrement à mes préoccupations.

Intuitivement (mais l’intuition est une somme d’expériences un peu travaillées) je dirais que les deux approches - diversification vs concentration - sont exactes "en même temps". Rien n’empêche d’avoir un portefeuille très concentré, avec de nombreuses lignes au total, comme une longue traine qui partirait des grosses lignes pour aller jusqu’aux plus petites, et plus nombreuses, aussi.  Laissez un portefeuille aller librement, et vous aurez cette répartition naturelle. Il est possible, aussi, qu’avec un tel portefeuille les dynamiques de vente/achat par arbitrage soient plus faciles à réaliser, pour des raisons psychologiques. Il est également possible qu’il soit plus difficile de maintenir une information pertinente en permanence.

C’est pourquoi la notion "d’univers" d’investissement optimum, couplée à la notion d’arbitrage optimum, m’intéresse plus que le nombre de lignes de diversification.

Quel est l’univers d’investissement le plus pertinent ? (à ce niveau on peut certainement trouver une limite quantitative optimale)
Avec quels types d’arbitrages ?

J’imagine qu’il doit y avoir de la littérature sur le sujet.

Hors ligne Hors ligne

 

#102 28/11/2018 07h51

Membre (2018)
Réputation :   23  

Waap a écrit :

Rien n’empêche d’avoir un portefeuille très concentré, avec de nombreuses lignes au total

Je ne comprends pas cette phrase, comment peut on avoir un portefeuille concentré (sur quelques lignes) avec de nombreuses lignes?

Dernière modification par Tomalegrand (28/11/2018 07h52)

Hors ligne Hors ligne

 

#103 28/11/2018 08h00

Membre (2014)
Top 10 Crypto-actifs
Réputation :   179  

INFJ

On peut être concentré sur un secteur, une région géographique ou un risque spécifique en ayant des dizaines d’entreprises en portefeuille wink

Hors ligne Hors ligne

 

#104 28/11/2018 08h30

Membre (2012)
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Réputation :   254  

Ou on peut avoir 5 lignes qui représentent 80% du portefeuille et 45 autres les 20% restants.

Pourquoi diversifier ? Je vois une raison majeure. Je possède cinq minières aurifères. L’une d’entre elles vient de se voir refuser son autorisation d’exercer, et une autre son accès bloqué par des manifestations. Résultat : ces deux minières sont parties au tapis (-80% pour chacune d’elles), alors qu’aucun élément ne pouvait imaginer ce qui allait se passer.

Pour moi, l’imprévisible improbable se gère par la diversification, et inversement. La limite du nombre de lignes doit pouvoir être déterminé par la capacité (en temps, j’entends) à suivre sérieusement les dossiers.

Dernière modification par valeurbourse (28/11/2018 08h33)

Hors ligne Hors ligne

 

#105 18/02/2019 10h58

Membre (2016)
Réputation :   40  

L’art de la concentration ?

Morningstar a écrit :

le conglomératf atteint 183,1 milliards de dollars. Sur ce total, cinq titres représentent 62,6% : Apple (21,5%), Bank of America (12,1%), Wells Fargo (10,7%), Coca-Cola (10,3%) et American Express (7,9%).

Berkshire Hathaway : l’art de la concentration ?

Peut-être un début de réponse…

Morningstar a écrit :

Warren Buffett et son associé, Charlie Munger, n’ont pas peur de détenir un portefeuille très concentré. La principale différence est que leur gestion est patiente, disciplinée et rationnelle – attitude qui caractérise finalement peu d’investisseurs.


Blog Margin of safety - Parrain Bforbank, Boursorama, Degiro, IB

Hors ligne Hors ligne

 

#106 18/02/2019 12h20

Membre (2013)
Réputation :   43  

En mème temps…
Il ne faut pas oublier que berkshire,ce n’est pas qu’un portefeuille de participations côtées,mais une holding déjà relativement diversifiée.
Sans compter qu’oncle Warren,outre ses compétences et son expérience,a aussi un "poids" certain dans les conseils d’administration qu’aucun particulier,aussi bon soit-il,ne peut avoir!

Hors ligne Hors ligne

 

#107 18/02/2019 12h25

Membre (2013)
Top 20 Actions/Bourse
Réputation :   379  

En cas de difficulté dans une de leur participations, ils ont assez d’argent pour le refinancer avec des conditions avantageuses également et pour influencer le management. Un petit actionnaires n’est rien a côté de cela.


An der Börse ist alles möglich - auch das Gegenteil - André Kostolany.

Hors ligne Hors ligne

 

#108 18/02/2019 13h29

Membre (2016)
Réputation :   40  

garprenti a écrit :

En mème temps…
Il ne faut pas oublier que berkshire,ce n’est pas qu’un portefeuille de participations côtées,mais une holding déjà relativement diversifiée.

C’est vrai, mais de la même manière, je pense que la plupart des investisseurs individuels ont un patrimoine diversifié (immobilier, assurance vie…) et ne font pas un all-in sur les actions.

Sur les compétences, l’expérience et le poids financier, évidemment il n’y pas de comparaison possible.
Néanmoins, même à ses débuts, Buffet pouvait concentrer ses positions de manière très extrême.

The Snowball a écrit :

by the end of 1951, I had three-quarters of my net worth or close to it invested in GEICO.

The Snowball a écrit :

November 1964, the partnership owned more than $4.3 million of American Express stock. It had made other huge bets: $4.6 million in Texas Gulf Producing and another $3.5 million in Pure Oil. Together, the three made up more than half the portfolio. By 1965, American Express alone was almost one-third of the partnership’s portfolio.


Blog Margin of safety - Parrain Bforbank, Boursorama, Degiro, IB

Hors ligne Hors ligne

 

#109 18/02/2019 15h03

Membre (2013)
Réputation :   43  

là encore,plus que le poids d’une société dans un portefeuille,le poids de cette participation dans le capital social de cette mème société est sans doute une des clés pour obtenir un rendement important pour un niveau de risque acceptable.
En gros mieux vaut sans doute détenir 50% d’une boite,plutôt que mettre 50% de ses billes dans une boite dans laquelle notre participation ne représente….rien!

Hors ligne Hors ligne

 

#110 18/02/2019 15h12

Membre (2015)
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   81  

Une vidéo sur objectifeco de Charles Dereeper (que l’on peut apprécier ou pas, je vous laisse juge) explique que le succès de WB n’est pas la concentration ou toute autre théorie sur la qualité des entreprises mais plutôt son levier 1.6 et ses ventes d’options long terme sur le S&P.
Je vous faire laisse vous faire votre propre jugement!
Objectifeco - WB

Dernière modification par zeboulon (18/02/2019 17h51)


Employé, Assistant maternel, Commis de cuisine, Maraîcher, Investisseur

Hors ligne Hors ligne

 

#111 29/01/2022 12h14

Membre (2013)
Top 20 Actions/Bourse
Réputation :   379  

Devilben a écrit :

Intéressant ce débat sur la diversification, je me suis toujours demandé en voyant certains portefeuilles de particuliers comment on peut construire et suivre un portefeuille de plus de 10 lignes en maîtrisant complètement ce que l’on fait.
Je serait curieux de connaître le temps passé sur chaque valeur et surtout le temps passé sur l’analyse de toutes les valeurs alternatives finalement non retenues.

Plus le temps passe, plus je suis rapide à analyser une société, a voir les tendances rien qu’en regardant les chiffres. En quelques heures maximum c’est bouclé. Les autres entreprises sont zappées en 1-5 minutes.
Parfois, j’analyse une entreprise quelques heures pour ne pas l’acheter au final, mais c’est vraiment qu’un petit point me fait changer d’avis (risque pays,  risque cyclique).
Ensuite les business modèles se ressemblent souvent, lorsque l’on a vu beaucoup d’entreprises. Les entreprises que l’on a suivi ou possédé par le passé, au final on les connait toujours donc le savoir est cumulatif sur un nombre d’entreprises.

Enfin, si on a beaucoup d’actions d’entreprises solides, on n’est plus obligé de suivre le portefeuille au microscope, rien ne peut couler le portefeuille.


An der Börse ist alles möglich - auch das Gegenteil - André Kostolany.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #112 29/01/2022 12h38

Membre (2019)
Réputation :   174  

Plus le temps passe, plus je suis rapide à analyser une société, a voir les tendances rien qu’en regardant les chiffres.

Empiriquement, je pense que c’est la meilleure solution. Vous pouvez passer des semaines, des mois à lire tous les rapports annuels, à lire toutes les coupures de presse. Certes vous en saurez plus que le péquin moyen mais ça ne vous garantira pas un bon investissement.

J’en veux pour preuve (encore une fois empirique) de sociétés dans lesquelles j’ai travaillé. Une exécution incroyable sur le papier, des communiqués de presse flatteurs..Et pourtant en interne on sentait que quelque chose ne tournait pas rond. Turnover important dans le management, politique salariale médiocre qui a fait fuir les meilleurs à un rythme de plus en plus rapide.
De l’extérieur les fondations semblent solides mais telle une pièce mécanique, vous avez une initiation de crique, sans conséquence au départ, et qui au cours du temps entraîne in fine la rupture de la pièce.

et ça, à moins d’être à l’intérieur (et encore), vous ne pouvez pas le capturer.

Les signatures de contrat se sont espacées, les recours clients pour non qualité ont augmenté. Ce n’est qu’à ce moment là que quelqu’un d’externe aurait pu le voir..Mais là il est déjà trop tard…

A moins d’être un gérant d’actif qui fait bien ses devoirs et passe sont temps à aller sonder le management, l’investisseur particulier a toujours un train de retard.

j’ai peut être tort (avec un t) mais la loi de Pareto me semble bien s’appliquer dans ce cas. Passé un certain temps d’analyse, vous ne produirez pas un alpha supérieur.

bien à vous

Dernière modification par Selden (29/01/2022 12h39)


Parrain Fortuneo (12846933) - Yomoni

Hors ligne Hors ligne

 

#113 29/01/2022 15h14

Membre (2017)
Réputation :   7  

Je vous rejoins sur l’ecremage, il me faut de moins en moins de temps pour determiner si une entreprise ne répond pas à me criteres mais étant trés concentré et investissant sur des smalls cap j’ai besoin de conforter mes choix en comparant plusieurs alternatives pour ne retenir que celle qui me semble la meilleure.
Avec le temps et l’accumulation des gains j’augmente le nombre de lignes et le nombre de secteurs alors que j’etais au demarrage mono secteur. Cela demande donc du temps pour étudier les secteurs en question et les entreprises qui le composent.


Benjamin

Hors ligne Hors ligne

 

#114 29/01/2022 15h43

Membre (2011)
Top 10 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Réputation :   230  

Il faut aussi remarquer que certains secteurs sont plus simples à analyser que d’autres. Par exemple, étudier une minière qui produit est assez facile. C’est avant tout une histoire de coûts de production. Et dans les matières premières l’aspect commercial / marketing n’existe pas.

Autre critère à prendre en compte, la taille de la société. Entre une minière avec une ou 2 mines et un mastodonte type Glencore ou BHP cela ne demande pas le même temps d’analyse. Je me contente de regarder les petites entreprises d’un secteur facile. Je connais mes limites :)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur