Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS    Cherchez sur le site et les forums :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Favoris 1   [+1]    #1 23/04/2022 15h37

Membre (2015)
Réputation :   128  

Bonjour,

Je prends le risque d’ouvrir un fil spécifique sur ce sujet qui apparaît souvent dans nos échanges, dans nos portefeuilles, dans nos réflexions, mais qui n’a (sauf erreur de ma part) jamais fait l’objet d’un sujet dédié.

Tout d’abord une tentative de définition : La prime de risque actions est la différence ( exprimée en pourcentage ) entre les gains espérés respectifs d’un placement actions et d’un placement sans risque.

Je ne rentre volontairement pas dans les détails du calcul, tellement les paramètres sont complexes :

- tant sur le calcul des gains d’un placement "sans risque"  (Obligations d’Etat, quel Etat, quelle maturité, quel risque politique, quel risque devise ) … dont on se rend compte en creusant un peu qu’il n’est pas du tout aussi "sans risque" que ça.

- encore plus sur le calcul des gains d’un placement actions.

Puisqu’il ne faut pas paraphraser maladroitement, tout est expliqué ici :

Damodaran

C’est, à mon sens, un indicateur précieux qui doit guider tout choix d’investissement.

A ce jour, aux US, la prime de risque est de 4.73 %

En France (au 1er janvier 2022) elle était de 4.73 % aussi. ( contre 4.24 % aux US à la même date ).

Cela signifie aussi que tant qu’on a accès à de la ressource (taux sur marge = taux sans risque +1.5% chez IBKR) à un taux nettement inférieur à la prime de risque + taux sans risque
, il n’y a pas de soucis fondamental à utiliser du levier.

Edit pour InvestisseurHeureux  :

Que la hausse des taux sans risque fasse baisser le cours des actifs ( risqués : actions, ou sans risque : emprunts d’Etat) on est bien d’accord, mais ce n’est pas vraiment mon propos, qui est centré sur la prise en compte de la prime de risque en tant que critère décisionnel :

1 ) Pour un choix d’allocation actions vs support sans risque, la différence entre les deux est le gain espéré en action ( taux sans risque + prime de risque ) moins le gain sans risque ( taux sans risque) soit la prime de risque.

2 ) Pour le choix du levier vs pas de levier, la différence entre les deux est le gain espéré en actions ( taux sans risque + prime de risque ) moins le coût du crédit ( taux sans risque + 1.5 % ) soit la prime de risque - 1.5 %.

Dans les deux cas, le taux sans risque n’intervient nullement dans la décision. Et le fait qu’il soit proche de zéro en ce moment ne change rien à l’affaire.

Dernière modification par Asinus (24/04/2022 09h40)

Mots-clés : erp, ierp, prime, risque


Asinus ad lapidem non bis offendit eundem

Hors ligne Hors ligne

 

#2 23/04/2022 15h51

Admin (2009)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 10 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   3310  

Asinus a écrit :

C’est, à mon sens, un indicateur précieux qui doit guider tout choix d’investissement.

Ce n’est pas tant la prime de risque qui importe, que la prime de risque + taux sans risque :



Source : https://pages.stern.nyu.edu/~adamodar/p … stimpl.xls

En effet, quand on réalise une actualisation des flux de trésorerie pour valoriser une action, le taux d’actualisation avec un modèle CAPM est calculé ainsi :

Taux d’actualisation = taux sans risque + (prime de risque x beta)

A prime de risque constante et toutes choses égales par ailleurs, si le taux sans risque monte, le taux d’actualisation monte, et la valorisation des actions baisse mécaniquement.

C’est donc une erreur de ne considérer que la prime de risque, a fortiori pour déterminer un effet de levier sur l’investissement en actions.


Rapport Gérants : imiter les meilleurs gérants de fonds

Hors ligne Hors ligne

 

#3 24/04/2022 10h06

Admin (2009)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 10 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   3310  

Asinus, le 23/04/2022 a écrit :

Edit pour InvestisseurHeureux  :

Que la hausse des taux sans risque fasse baisser le cours des actifs ( risqués : actions, ou sans risque : emprunts d’Etat) on est bien d’accord, mais ce n’est pas vraiment mon propos, qui est centré sur la prise en compte de la prime de risque en tant que critère décisionnel :



Dans les deux cas, le taux sans risque n’intervient nullement dans la décision. Et le fait qu’il soit proche de zéro en ce moment ne change rien à l’affaire.

Que voulez-vous que je vous dise ?

Vous avez un historique jusqu’en 1961 plus haut : faites un back-testing.

Par ailleurs, mais je l’avais déjà dit dans un autre message, quand des hedge funds utilisent du levier, ils prennent généralement des positions short ou des options très en dehors de la monnaie pour se couvrir partiellement en cas de krach.

Enfin, il faut voir que Damodaran calcule la prime de risque implicite pour les USA à partir du S&P500. Est-ce que cette indice est si représentatif du "marché" aujourd’hui avec la surpondération des GAFAM ?


Rapport Gérants : imiter les meilleurs gérants de fonds

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur