Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1401 27/02/2017 01h10 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   136 

Dans ce débat, il ne faut pas oublier que la zone euro est la la destination de 60% de nos exportations (30% du PIB).

Le retour au Franc pénaliserait fortement ces exportateurs en particulier les PME. J’ai vécu l’avant-Euro dans l’industrie et ça avait fait gagné facilement 10% de compétitivité à l’entreprise (PME) où je bossais sur l’Allemagne alors que les taux de change retenus à l’époque  n’étaient pas particulièrement favorables.

La santé d’une économie repose grandement sur l’agilité à l’exportation des PME, c’est déjà un point faible Français par rapport à l’Allemagne et l’Italie, nous isoler dans une monnaie faible serait une catastrophe.

Hors ligne

 

#1402 27/02/2017 08h13 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   19 

Hors ligne

 

#1403 27/02/2017 08h20 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   36 

Gaspode a écrit :

Dans ce débat, il ne faut pas oublier que la zone euro est la la destination de 60% de nos exportations (30% du PIB).

Le retour au Franc pénaliserait fortement ces exportateurs en particulier les PME. J’ai vécu l’avant-Euro dans l’industrie et ça avait fait gagné facilement 10% de compétitivité à l’entreprise (PME) où je bossais sur l’Allemagne alors que les taux de change retenus à l’époque  n’étaient pas particulièrement favorables.

La santé d’une économie repose grandement sur l’agilité à l’exportation des PME, c’est déjà un point faible Français par rapport à l’Allemagne et l’Italie, nous isoler dans une monnaie faible serait une catastrophe.

Je suis en grande partie d’accord avec nous gaspode, mais le cadre que vous décrivez est une sortie unilatérale de la France et le maintien de l’Euro. Quelle serait selon vous les avantages/inconvénients d’un retour aux monnaies nationales avec disparition de l’Euro.

Hors ligne

 

#1404 27/02/2017 08h43 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   136 

La clé avec la fin de l’Euro est la disparition du 1° marché mondial pour 27 marchés séparés. Ca ne peut être favorable dans aucun cas pour une économie qui dépend dudit marché. Le nouveau nouveau Franc serait une monnaie désespérément faible.

Après l’Europe et l’Euro ont des problèmes, mais il s’agit d’aller vers plus d’intégration et pas moins. Une vraie politique financière et fiscale allant vers des buts communs est indispensable.

Hors ligne

 

#1405 27/02/2017 09h05 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   26 

Gaspode a écrit :

Dans ce débat, il ne faut pas oublier que la zone euro est la la destination de 60% de nos exportations (30% du PIB).

Le retour au Franc pénaliserait fortement ces exportateurs en particulier les PME. J’ai vécu l’avant-Euro dans l’industrie et ça avait fait gagné facilement 10% de compétitivité à l’entreprise (PME) ….

un point faible Français par rapport à l’Allemagne et l’Italie,

La compétitivité est une valeur relative, je ne vois pas comment une PME française a pu gagner 10%* sur une PME Italienne qui est entrée elle aussi, au même moment dans l’euro.

* 10% de quoi ???

Ayons ici une pensée émue pour les PME Suisse  qui peinent à exporter -) … avec leur monnaie sous évaluée.


L'ombre du zèbre n'a pas de rayure.

Hors ligne

 

#1406 27/02/2017 09h27 → Situation économique de la France et avenir de la France

Banni
Réputation :   380 

Gaspode a écrit :

La clé avec la fin de l’Euro est la disparition du 1° marché mondial pour 27 marchés séparés.

Pour être précis, l’Euro ne concerne que 19 pays (+utilisateurs "officieux" comme certains micro-états ou le Monténégro), et l’UE est (encore) à ce jour de 28 pays (ce sera 27 si et lorsque l’UK sera éventuellement sorti - L’UE était passée à 28  avec l’adhésion de la Croatie en 2013).

Est-ce que l’Euro en soi favorise tellement les échanges ? C’est pratique pour sûr. Mais avec l’informatique et internet aujourd’hui, de bons fournisseurs de change à tarif très compétitifs, voire des fintechs avec comptes multidevises transparent ou tout cela est géré presque automatiquement, je ne suis pas convaincu que le retour à des monnaies nationales pénalise réellement les échanges.

Ce qui importe, c’est l’absence de droits de douanes, et pour ça, une zone de libre échange suffit, pas besoin d’Euro, ni d’Union Européenne telle qu’elle existe.

Il n’y a effectivement qu’à voir la Suisse comme le mentionne bien Yihk. Il ne sont pas dans l’Euro, pas dans l’UE, mais ont des accords pour qu’il n’y ait pas de droits de douane.

Si favoriser les échanges est réellement la priorité, alors ce qui ferait sans doute une grosse différence, c’est un LANGAGE commun, parce que l’UE, c’est 24 langues différentes (il n’y a que la Belgique, l’Irlande, l’Autriche et le Luxembourg (le Luxembourgeois n’étant à priori pas reconnu comme langue officielle dans l’UE) qui n’ont pas de langue officielle propre et distincte d’un autre pays). Bon ok, tout le monde utilise sans doute l’Anglais. A terme, c’est l’Anglais qui va s’imposer dans toute l’union ? (avec les mouvements de personnes, les communications entre pays, etc ..)

Mais bref, sans vouloir "refaire le monde" au sujet de l’Euro ou de l’UE, ce dont je persiste à croire que nous ne pouvons pas grand chose à notre niveau, comme il s’agit d’une file sur la France, j’aimerais toujours éventuellement que quelqu’un me donne une marche à suivre crédible sur une sortie de l’Euro.

Hors ligne

 

#1407 27/02/2017 12h33 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   

Il y a une petite erreur commune dans cette fille à propos de l’avenir de l’euro dans le cas ou le front national remporterait l’élection présidentielle et provoquerait la sortie de la France de la zone euro après un référendum. Tout le monde suppose qui si la France sortait de la zone euro cela provoquerait la fin de l’euro ce qui n’est pas forcement vrai.

En réalité il y a deux choses distinctes : la monnaie euro et la zone euro. Même si un référendum sera proposé sur la question du maintient de la France dans la zone euro, Marine Le Pen, en cas de victoire au élections, prévoit un retour au Franc pour les échanges intérieurs et l’utilisation de l’euro pour les échanges extérieurs. Il n’est donc pas question de renoncer à l’euro.

Quand on y regarde bien, c’est déjà le cas pour un certain nombre de pays qui bénéficient de la zone euro d’une manière ou d’une autre et qui ont conservé leur monnaie nationale : Danemark, Norvège, Suède, Pologne et Royaume-Unis. Ces pays, notamment les pays du nord ne s’en sortent pas moins bien que les autres, pour ne pas dire mieux, en terme de chômage, de dette et autre.

De plus, cela à déjà été dit mais la sortie de la France de la zone euro, à défaut de la réintégration du franc pour les échanges intérieurs, ne provoquerait pas nécessairement la fin de l’Europe. Oui je sais que c’est dure de l’admettre mais la France n’est pas le centre du monde, c’est un pays parmi les autres qui à perdu sa puissance et sa suprématie à force de décisions politiques irresponsables.

Hors ligne

 

#1408 27/02/2017 12h54 → Situation économique de la France et avenir de la France

Banni
Réputation :   380 

Vschmitt, il faut que nous soyons bien d’accord sur le VOCABULAIRE: En général "Zone Euro" fait référence aux pays où l’Euro est utilisé, à moins que je n’ai mal compris de mon coté. On ne peut alors pas dire que:

Vschmitt a écrit :

En réalité il y a deux choses distinctes : la monnaie euro et la zone euro.

Ou alors il faut m’expliquer quelle serait cette distinction.

L’UK, la Suède, la Pologne ou le Danemark ne font pas parti de la "Zone Euro". Ils n’utilisent PAS l’Euro, et si ils s’en servent pour des échanges, ça reste en quelque sorte pour eux une devise "étrangère" (=une autre devise que la devise nationale), comme s’ils utilisaient de l’US Dollar. Ces pays font néanmoins parti de l’Union Européenne.

La Norvège par contre, comme la Suisse, ne fait ni parti de la zone Euro, ni même de l’Union Européenne. (ils font par contre parti de l’AELE: Association européenne de libre-échange, au même titre que le Lichtenstein et l’Islande).

Ne confondez-vous pas "zone Euro" et "Union Européenne" dans ce que vous dites ? EDIT: Ou plutôt ne confondez-vous pas la "zone Euro" avec la zone de LIBRE ECHANGE qui existe ? Ce dont bénéficient réellement ces pays, c’est de cette zone de libre échéange et assez peu de la Zone Euro (qui apporte pour seul bénéfice de n’avoir qu’une seule monnaie pour plusieurs pays, ce qui est utile pour en conserver pour les échanges, plutôt que d’éventuellement avoir à en conserver plusieurs. Ca facilite aussi des stratégies de couverture de risque de change, bien que leurs propres devises soient pour certaines arrimées de façon plus ou moins importante à l’Euro. C’est le cas du DKK ou du SEK)

Vschmitt a écrit :

Marine Le Pen, en cas de victoire au élections, prévoit un retour au Franc pour les échanges intérieurs et l’utilisation de l’euro pour les échanges extérieurs. Il n’est donc pas question de renoncer à l’euro.

Euh !? … Si ! Ou alors il n’est pas question de "renoncer" à toutes les monnaies existantes à travers le monde … Pas plus le Dollar Canadien ou le Yen que l’Euro … J’ai du mal à comprendre la démarche intellectuelle sur ce coup là.

(Note: Message édité pour rectifier le fait que vous n’avez pas dit que les pays faisaient "parti" de la zone euro, mais qu’il en bénéficiaient)

Dernière modification par Mevo (27/02/2017 13h08)

Hors ligne

 

#1409 27/02/2017 13h04 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   

Bonjour Mevo,
effectivement je n’ai pas été précis sur le vocabulaire.

La monnaie est un outil utilisé pour faciliter les échanges. Une zone est un espace pour lequel sont définis des règles régulant les échanges.

Quand je dis "Il n’est donc pas question de renoncer à l’euro." cela signifie que les deux monnaies vont co-exister. Donc l’état, les entreprises et les particuliers auront des francs et des euros en liquidité. Je ne vois pas ce que vous ne comprenez pas Mevo ?

Dernière modification par vschmitt (27/02/2017 13h06)

Hors ligne

 

#1410 27/02/2017 13h18 → Situation économique de la France et avenir de la France

Banni
Réputation :   380 

vschmitt a écrit :

Quand je dis "Il n’est donc pas question de renoncer à l’euro." cela signifie que les deux monnaies vont co-exister. Donc l’état, les entreprises et les particuliers auront des francs et des euros en liquidité. Je ne vois pas ce que vous ne comprenez pas Mevo ?

Vous voulez dire que l’Euro sera utilisable pour les échanges internes ? Ce sera "au choix" et il y aura 2 monnaies officielles ? Avec des cours qui varient l’une par rapport à l’autre ? Bonjour le b*ord*l… Ou avec des cours fixes ? C’est quoi alors l’intérêt du franc à ce moment ?

Ou comme déjà dit plus haut: Ou vous voulez dire que tout le monde sera aussi libre de détenir des Euros pour commercer avec l’extérieur qu’il est libre de détenir du dollar US, du dollar Australien, de la livre britannique ou TOUTE monnaie du monde ???

Je ne comprend pas que vous ne compreniez pas ce que je ne comprend pas …Ou alors vous dites juste que l’Euro va continuer d’exister et rien de plus ? Vous remettez juste en cause le fait que certains pensent que l’Euro pourrait lui-même disparaitre à cause du retrait de la France ?

Dans ce cas, vous ne pouvez toujours pas dire ce que j’ai cité au-dessus, et particulièrement cette portion:

Vschmitt a écrit :

Il n’est donc pas question de renoncer à l’euro.

Au niveau de la France … Si !!! A moins que renoncer doive s’entendre au sens de "bannir" ou "interdire" (c’est plus une blague qu’autre chose, quoique pas très marrante)

EDIT:

Vschmitt a écrit :

Une zone est un espace pour lequel sont définis des règles régulant les échanges.

Les "règles régulant les échanges" sont assez simple: Un acheteur et un vendeur s’entendent sur un prix.

Après, les états ont tendance à rajouter une fiscalité par dessus, les droits de douanes faisant plutôt parti de cette dernière. La "zone" de libre échange étant une zone avec une absence de ces dits droits de douanes. Mais la "zone Euro", n’est à mon sens qu’une zone où les gens peuvent commercer directement entre eux avec leur monnaie nationale (=l’Euro), rien de plus. (Il peut certes y avoir des interdictions quant au commerce de certains produits, mais je ne crois pas qu’il y ait de telles interdictions qui soient spécifiques à la Zone Euro par exemple)

Dernière modification par Mevo (27/02/2017 13h31)

Hors ligne

 

#1411 27/02/2017 13h19 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   34 

vschmitt a écrit :

Bonjour Mevo,
effectivement je n’ai pas été précis sur le vocabulaire.

La monnaie est un outil utilisé pour faciliter les échanges. Une zone est un espace pour lequel sont définis des règles régulant les échanges.

Quand je dis "Il n’est donc pas question de renoncer à l’euro." cela signifie que les deux monnaies vont co-exister. Donc l’état, les entreprises et les particuliers auront des francs et des euros en liquidité. Je ne vois pas ce que vous ne comprenez pas Mevo ?

Euh, vous ne confondez pas Zone Euro et Union européenne?
Car je ne vois pas comment on peut rester dans la zone euro….sans avoir l’euro !?

édit : zone euro : La zone euro , parfois appelée eurozone, est une zone monétaire qui regroupe les pays de l’Union européenne qui ont adopté l’euro (EUR, €) comme monnaie unique. Sur les 28 États membres de l’UE, 19 utilisent l’euro (source wikipedia)

Donc dire qu’on peut garder l’euro tout en sortant de la zone euro est visiblement antinomique.

Dernière modification par Caskman (27/02/2017 13h22)


parrainage Bourse direct, binck, boursorama, fortuneo possibles

Hors ligne

 

#1412 27/02/2017 13h24 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   61 

C’est l’une des théories sur la possibilité de sortir de l’euro, mais je doute de la possibilité d’avoir un franc réellement independant de l’euro. Il suffit d’un frémissement et plus personne n’accordera crédit au franc et voudront garder de l’euro sur lui, si l’allemagne est toujours derriere. Comme bon nombre de monnaies nationales qui sont en fait totalement indexées sur le Dollar. Ca revient juste à faire une monnaie locale pour favoriser les échanges intérieurs.

Mais encore une fois, il y a ce qui est théoriquement possible, et ce qui se fera, tellement de facteur sont en jeux, il est juste impossible pour quiconque de savoir ce qui se passerait en cas de sortie non concertée de l’euro.

Hors ligne

 

#1413 27/02/2017 14h00 → Situation économique de la France et avenir de la France

Banni
Réputation :   380 

Stibbons a écrit :

Comme bon nombre de monnaies nationales qui sont en fait totalement indexées sur le Dollar. Ca revient juste à faire une monnaie locale pour favoriser les échanges intérieurs.

Ok, merci pour cet éclairage Stibbons, ça je comprends. Pour ce qui est de "favoriser les échanges intérieurs", la banque centrale nationale est supposée acheter de la monnaie sur laquelle la monnaie nationale est indexée en proportion de combien elle en injecte. Et si le gouvernement s’endette de trop dans la monnaie nationale, il y a un risque de décrochage de l’indexation. Donc, les marges de manoeuvre sont limitées.

Les avantages/intérêts réels de la monnaie indexée sont justement de pouvoir la décrocher à tout moment sans difficulté, et éventuellement d’avoir des taux d’intérêts différents de la monnaie sur laquelle on est indexé (mais avec également un risque de décrochage si n’importe quoi est fait).

Mais cette solution d’un Franc indexé à parité fixe sur l’Euro est sans doute une solution pour amorcer le processus: L’état paye tout en Francs et injecte au fur et à mesure du Franc. Tous les Euros encaissés par l’état sont convertis et redépensés en Francs (les fonctionnaires sont payés en Francs, les achats également, les retraites, etc …). Il faut accepter une période avec 2 monnaies en circulation (la parité 1 pour 1 est alors sans doute la plus simple). L’intérêt ne pourra réellement être que dans plusieurs années quand la parité sera décrochée, ce que tous les gens intelligents anticiperaient en n’acceptant pas de Francs ou en s’en redébarrassant immédiatement. Mais c’est un plan pour le futur qui me parait réalisable, il faut "juste" attendre assez longtemps pour que les gens oublient, ce qui arrive en général avec le temps.

Dernière modification par Mevo (27/02/2017 14h01)

Hors ligne

 

#1414 27/02/2017 15h45 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   30 

Il y a des avantages et des inconvenients a etre dans l’euro. Une chose est sure, sur le court terme, une sortie de l’euro serait un processus tres complique et ce serait le grand bazar.

Imaginez, le pen/melanchon president en mai suivi d’une annonce d’un referendum pour ou contre la sortie de l’euro en septembre avec des sondages sans doute tres incertain vers le 50/50. Ce serait un massacre sur l’euro, sur les obligations d’etat, les actions des entreprises europeennes etc…

qui sera pret a continuer a preter a la France en ne sachant pas quelle sera la devise du pays dans 3 mois? a quel taux? 4-6% ? en cas d’attaque sur les emprunts francais, est ce que la BCE pourrait intervenir, est ce que l’allemagne laissera faire?

quid des entreprises, des particuliers? qui garderait ses economies dans le pays ou pourrait accepter de faire un pret/emprunt dans cette periode? l’impact sur le PIB et l’effet d’attente serait tres important aussi.

Bref, sur le long terme il est possible que cela soit benefique mais le court terme pourrait etre terrible.

Hors ligne

 

#1415 27/02/2017 16h19 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   71 

Bonjour !

Je voulais juste signaler qu’il existe des pays qui utilisent l’Euro, sans faire partie de l’Union Européenne.
Entre autres : Monaco, Le Vatican, le Monténégro…

Cela peut sembler anecdotique, mais il y a création de précédents en droit international.

Autre particularisme : le Monténégro utilise l’Euro, mais ne frappe pas monnaie (ce pays est adossé monétairement à l’Allemagne).

En fait, vu l’incroyable variété de cas possibles, il est très difficile de deviner qu’est ce qui sortirait de discussions hasardeuses suivants une hypothétique sortie de l’Euro pouvant éventuellement succéder à une victoire peu probable de quelqu’un qui ne serait pas sûr d’avoir une majorité parlementaire.

Avec autant de si, il nous faudrait un super voyant…


M07

Hors ligne

 

#1416 27/02/2017 16h51 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   230 

Pour être complet, vous pourriez citer les francs, notamment africains "CFA" , qui existent encore et sont liés à l’Euro :

Wikipedia a écrit :

La zone franc rassemble quinze États africains et trois territoires du Pacifique répartis en quatre groupes :

huit États d’Afrique de l’Ouest : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo formant l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), dont l’institut d’émission est la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) ; pour ce groupe, franc CFA est désormais désigné par franc de la communauté financière d’Afrique ; son code ISO 4217 est XOF ;

six États d’Afrique centrale : le Cameroun, la République centrafricaine, la République du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad, formant la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), dont l’institut d’émission est la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) ; pour ce groupe, franc CFA est désigné par franc de la coopération financière d’Afrique centrale ; son code ISO 4217 est XAF ;

l’Union des Comores, utilisant le franc comorien ; son code ISO 4217 est KMF ;

les trois collectivités françaises du Pacifique : la Polynésie française, Wallis-et-Futuna et la Nouvelle-Calédonie, dont l’institut d’émission est l’Institut d’émission d’outre-mer (IEOM) utilisant le franc pacifique (ou franc CFP) ; son code ISO 4217 est XPF.

Dernière modification par ArnvaldIngofson (27/02/2017 16h51)


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#1417 27/02/2017 16h51 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   172 

Sourire…..s’il est un état qui ne fera jamais faillite quelle que puisse être sa monnaie, c’est bien le Vatican ! Il me semble néanmoins que cette monarchie élective bénéficie d’un régime de faveur puisqu’elle a le droit de frapper des €. S’agissant de Monaco, la principauté était déjà sous suzeraineté monétaire de la France et il était donc dans l’ordre des choses qu’elle adoptât l’€. Lorsque son vassal monégasque se rebellait, le "grand Charles" n’hésitait pas devant les mesures de rétorsion….Pour ce qui est du Monténégro, je ne pense pas qu’il ait le droit de frapper le moindre € autre qu’en chocolat.

A cette liste, vous auriez pu ajouter l’Andorre, Saint-Marin et aussi l’Equateur qui utilise le $.

Ce que vous appelez adossement monétaire est en fait un retour du droit de seigneuriage en vigueur sous l’ancien régime : serfs, paysans, manants, commerçants et même bourgeois et vassaux devaient se plier aux décisions du suzerain, qui étaient bien sûr prises dans son seul intérêt propre, l’altruisme des féodaux n’ayant jamais été leur qualité première.

Dans le cas qui nous intéresse, le Monténégro a abdiqué sa souveraineté monétaire au profit du suzerain qu’est la BCE ; cette dernière conduit sa politique monétaire conformément au mandat qui lui a été assigné par les états membres de l’Eurozone, mais est totalement indifférente à la situation du Monténégro qui n’est d’ailleurs pas représenté à son directoire. Dans l’hypothèse où un choc asymétrique frapperait l’économie du Monténégro, ce petit pays n’aurait aucun moyen de baisser ses taux ou de pratiquer le moindre QE pour se sortir de l’ornière.

Dernière modification par stokes (27/02/2017 19h49)

Hors ligne

 

#1418 27/02/2017 16h55 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   61 

Ne jamais oublier une chose: une monnaie n’a aucune valeur intrinceque, elle n’a de valeur que la confiance que tous les acteurs lui donnent.
Si les principaux créanciers sont rincés, la monnaie s’effondra quelque soit la volonté du gouvernement. Et nous dépendons de l’argent de l’etranger pour nous financer, on ne peut pas juste dire "maintenant toutes vos dettes ne vaut plus rien… vous voulez nous repretter de l’argent ?".
Voir les expériences récentes en Argentines.

PS: La partie de La dette Française non convertible en francs le cas où l’est justement pour éviter le coup des fonds vautours en argentine.

Hors ligne

 

#1419 27/02/2017 19h54 → Situation économique de la France et avenir de la France

Banni
Réputation :   380 

Stibbons, là je ne comprends à nouveau plus. L’histoire des "fonds vautours" et de l’Argentine, c’est de manière rapide l’Argentine qui s’est entendue avec la TRES grande majorité de ses créanciers. Sauf qu’au lieu que cette majorité décide de ce qui se passe pour tout le monde, ça n’est que ceux qui ont accepté qui ont participé au deal. Ceux qui ont refusé (cette minorité étant les fonds vautours) ont poursuivi l’Argentine (pendant 15 ans …) pour être payé en totalité (alors que la majorité ayant accepté le deal a accepté une énorme décote).

Donc les nouveaux contrats "standards" ont été modifiés pour que maintenant, quand la majorité dit OUI, c’est OUI pour tout le monde, même pour ceux qui ont dit NON (=clause d’action collective)

Je ne comprends pas bien ce que ça aurait à faire avec la France qui voudrait potentiellement convertir sa dette qui est en Euros en Francs. Enfin, pour quelle raison ça empecherait la conversion. La France aurait 2 possibilités:
1. Demander aux créanciers de voter, et si au moins 75% sont d’accord pour la conversion, alors c’est conversion pour tout le monde. Donc c’est "encore mieux" qu’avant.
2. Décider unilatéralement de convertir. C’est un pays, ils font à peu près ce qu’ils veulent, avec les éventuelles conséquences que ça peut avoir (ne plus pouvoir emprunter sur les marchés, voir leurs actifs saisis à l’étranger parce que c’est vu comme un défaut, voire déclencher une guerre …)

J’ai essayé d’écouter en travers "les experts" de la semaine de BFM, sauf que c’est 1 heure à chaque fois et que ça parle souvent d’Euro de dette d’état … Je n’ai pas réussi à tomber sur le passage qui expliquerait pourquoi la dette récente serait moins convertible en nouvelle monnaie que l’ancienne. Eventuellement si vous avez le jour, je peux écouter la totalité de ce jour.

(Note: Juste au passage, au sujet de l’histoire de la dette de l’Argentine, on parle de dette en USD qui a été remboursée en USD, tant à ceux qui ont accepté le deal qu’aux "fonds vautours")

Stibbons a écrit :

Si les principaux créanciers sont rincés, la monnaie s’effondra quelque soit la volonté du gouvernement

En règle générale, les créanciers qui se prennent des pertes fait PRENDRE de la valeur à la monnaie, aussi contre-intuitif que ça puisse paraitre: Il y aurait dans ce cas destruction de monnaie, donc une réduction de "money supply", et une appréciation de cette dernière. Sous réserve que la monnaie continue d’exister et continue d’être utilisée. Mais comme les choses vont, quoi qu’il arrive, les gens ont tendance à considérer qu’ils n’ont "pas le choix" et utilisent la monnaie qu’on leur dit d’utiliser.

Ici, on parlerait d’ex-créanciers en Euros, ca dépendrait vraiment de comment est effectuée la chose.

Je vais effectivement quitter cette file, parce qu’autant je suis flatté que les gens répètent ce que je dis, autant j’ai cette désagréable impression que les gens ne lisent pas … De plus, on est effectivement plus dans la discussion de "café du commerce" (désolé).

Mevo / Message #1406 a écrit :

Pour être précis, l’Euro ne concerne que 19 pays (+utilisateurs "officieux" comme certains micro-états ou le Monténégro)

M07 / Message #1415 a écrit :

Je voulais juste signaler qu’il existe des pays qui utilisent l’Euro, sans faire partie de l’Union Européenne.
Entre autres : Monaco, Le Vatican, le Monténégro…

M07, en quoi l’utilisation d’une monnaie aboutirait à une "création de précédents en droit international" ???

Mevo / Message #1408 a écrit :

En général "Zone Euro" fait référence aux pays où l’Euro est utilisé [..]
Ne confondez-vous pas "zone Euro" et "Union Européenne" dans ce que vous dites ?

Mevo / Message #1406 a écrit :

Pour être précis, l’Euro ne concerne que 19 pays (+utilisateurs "officieux" comme certains micro-états ou le Monténégro), et l’UE est (encore) à ce jour de 28 pays (ce sera 27 si et lorsque l’UK sera éventuellement sorti - L’UE était passée à 28  avec l’adhésion de la Croatie en 2013)

Caskman / Message #1411 a écrit :

Euh, vous ne confondez pas Zone Euro et Union européenne?[..]
édit : zone euro : La zone euro , parfois appelée eurozone, est une zone monétaire qui regroupe les pays de l’Union européenne qui ont adopté l’euro (EUR, €) comme monnaie unique. Sur les 28 États membres de l’UE, 19 utilisent l’euro (source wikipedia)

Dernière modification par Mevo (27/02/2017 20h00)

Hors ligne

 

#1420 28/02/2017 19h16 → Situation économique de la France et avenir de la France

Banni
Réputation :   380 

stokes a écrit :

cela fait des années que les agriculteurs pleurent misère et réclament des prix plus rémunérateurs

Stokes, sans juger du niveau de prix, certaines professions se sont tout de même fait une spécialité de pleurer en permanence. Tellement que plus grand monde n’y prête attention. D’un autre coté, voit-on beaucoup d’agriculteurs faire quelque chose pour vendre en direct (éventuellement en se regroupant) et encaisser cette énorme marge que les méchants distributeurs se mettent dans la poche ? (prix de vente client très élevé - ce prix de misère qui leur est versé).

Hors ligne

 

#1421 28/02/2017 19h42 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   61 

J’ai malheureusement l’impression que quoiqu’ils fassent l’agriculteur tombe sur quelqu’un qui profite de lui. Ils se regroupent en cooperatives… et ceux la jouent le jeu des distributeurs et industriels.

Mais de maniere générale on remarque quand meme que ce sont toujours eux qui sont les variables d’ajustement, plutôt que les distributeurs. Eux prendrons toujours une marge, meme faible. Ils se verseront toujours un salaire, pas les agriculteurs en cas de problème grave.

C’est assez bien expliqué dans la BD Economix, pourquoi les prix des produits agricoles ont leur prix qui s’effondre a la moindre sur production. La fin des quota a été une totale catastrophe! Ils ont tous penser qu’ils vendraient plus en levant les quota mais ca fait baisser les prix, c’est mathématique

Hors ligne

 

#1422 01/03/2017 08h39 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   35 

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/1672_img_0284.jpg

Image issue d’un article vu ce matin sur CNBC. CNBC evoquait les attentats et la possibilité d’avoir Marine Le Pen présidente (et donc potentiellement un Frexit).
J’aurais plutôt pensé a la fiscalité du capital et l’ISF.

Hors ligne

 

#1423 01/03/2017 09h16 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   27 

J’ai déjà vu d’autres extraits de cette étude et le moins que l’on puisse dire, c’est que leur enquête est … étonnante. Ils disent suivre un certain nombre de millionnaires et font des extrapolations. Pas de chiffres bruts, pas de sources. Et à chacun de déduire ce qu’il veut et d’interpréter à sa façon.
Pas d’explication sur les méthodes, sur les définitions de millionaires.

Le fait est que, si la fiscalité est effectivement parfaite aux UAE, elle est loin de l’être en Australie, pas vraiment connue comme paradis fiscal.

Hors ligne

 

#1424 01/03/2017 12h27 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   164 

Stibbons a écrit :

J’ai malheureusement l’impression que quoiqu’ils fassent l’agriculteur tombe sur quelqu’un qui profite de lui. Ils se regroupent en cooperatives… et ceux la jouent le jeu des distributeurs et industriels.

Mais de maniere générale on remarque quand meme que ce sont toujours eux qui sont les variables d’ajustement, plutôt que les distributeurs. Eux prendrons toujours une marge, meme faible. Ils se verseront toujours un salaire, pas les agriculteurs en cas de problème grave.

C’est assez bien expliqué dans la BD Economix, pourquoi les prix des produits agricoles ont leur prix qui s’effondre a la moindre sur production. La fin des quota a été une totale catastrophe! Ils ont tous penser qu’ils vendraient plus en levant les quota mais ca fait baisser les prix, c’est mathématique

J’avoue que je ne suis pas tout à fait d’accord avec ce que je lis concernant l’agriculture au sens large. En effet, vivant dans une zone en campagne où il y a encore pas mal d’agriculteurs et d’éleveurs, je vois pas mal de projets émerger pour justement éviter les circuits de distributions classiques qui mangent les marges.

Nous connaissons 2 jeunes agriculteurs/éleveurs qui se sont mis à leurs comptes. Au départ, il vendaient dans un magasin d’agriculteurs, ils vont progressivement arrêter ce mode de vente pour ne faire plus que de la vente en direct. Actuellement, ils vendent essentiellement de la viande de bœuf sous forme de caissette, ça a beaucoup de succès. Nous connaissons également un autre agriculteur(il élève des chèvres et fait essentiellement du fromage). Il est très actif pour la création de nouveau circuit. Il a participé à la création d’un "fermandise", un magasin où un regroupement d’agriculteurs vends ses produits en directs. Il travaille sur la création d’un autre magasin dans un village proche, il a travaillé pour recréer un marché dans un village qui n’en avait plus pour vendre en direct….
Un autre agriculteur (qui fait des pates à partir de sa production agricole) ne vend que sur les marchés, sur des salons ou au magasin dont j’ai parlé plus haut.
Ce ne sont que quelques exemples pris sur le village dans lequel je vis…..
Au niveau plus global, il y a des regroupements qui se font comme ces producteurs de lait qui ont créé leur propre marque "c’est qui le patron" pour vendre en direct aux supermarchés en évitant les centrales d’achat…. 
Bref, j’ai plutôt l’impression, vu de ma petite fenêtre que le monde agricole bouge…..


Le matin tu as 2 choix: soit tu retournes te coucher et tu continues de rêver soit tu te lèves et tu vas réaliser tes rêves

Hors ligne

 

#1425 01/03/2017 13h50 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   61 

Je partage ce point de vue, les circuits courts se développent, et j’en suis également très heureux ET client (Frais d’Ici, Amap, direct chez le producteur, …). Mais malheureusement tous les agriculteurs ne peuvent se retrouver dans cette situation, ça concerne surtout le bio ou l’agriculture raisonnée où la qualité prime, et pas l’énorme producteur de blé ou de bovin qui doit absolument écouler une quantité monstrueuse de marchandise. Donc pour l’instant, oui, il y a les deux, des petits producteurs qui ont su se remettre en question et aller vers les circuits courts, ainsi que de très gros producteurs qui ont su se morderniser, mais également toute une myriade de producteur qui sont encore trop endettée pour faire de nouveaux investissements, qui sont trop dépendant d’un seul client ou une seule coopératives, et eux sont complètement sous l’eau.

Ce n’est pas parce que l’on voit de bons exemples (et j’en côtoie, que ce soit en Amap ou autre circuit court) qu’il ne faut pas oublier tous ceux que l’on ne voit pas nécessairement.

Edit: je viens de me rendre compte que la marque "C’est qui le patron" n’est pas du green/equitable washing (je pensais que c’était bidon). Intéressant, je vais prendre ça désormais!

Dernière modification par Stibbons (01/03/2017 13h57)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech