Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1326 14/02/2017 15h41 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   62 

Il aura plus d’un député (lui, ou bien son courant de pensée via des socialistes dissidents) précisément à cause du rejet de la personne de Fillon par une majorité de français. Comme je l’ai indiqué plus haut, quelque soit le Président élu, il suscitera un sentiment de défiance chez une majorité d’électeurs, voilà une situation inédite dans l’histoire de la Vème République !

Évidemment, si Juppé avait remporté la primaire, nous n’en serions pas là …

Hors ligne

 

#1327 14/02/2017 15h53 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   

Nous ne pouvons pas espérer une seconde que la caste politique nous sortent de l’embarra dans laquelle ils nous ont mis !
Alors que faire ? La France est sans solution. Snif…

Hors ligne

 

#1328 14/02/2017 16h00 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   62 

Les peuples ont les gouvernements qu’ils méritent.

Les responsables du déclin sont davantage les corporations qui résistent à tout changement que les politiques. Le problème de ces derniers c’est surtout leur incapacité à imposer le changement auprès des premiers.

C’est pour cela qu’il faut une coalition, afin de peser avec plus de poids sur les syndicats, corporations et autres lobbies, afin de vraiment réformer ce pays.

Hors ligne

 

#1329 14/02/2017 17h05 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   182 

Vibe a écrit :

Il aura plus d’un député (lui, ou bien son courant de pensée via des socialistes dissidents) précisément à cause du rejet de la personne de Fillon par une majorité de français. Comme je l’ai indiqué plus haut, quelque soit le Président élu, il suscitera un sentiment de défiance chez une majorité d’électeurs, voilà une situation inédite dans l’histoire de la Vème République !

Évidemment, si Juppé avait remporté la primaire, nous n’en serions pas là …

Bof.
C’est le cas déjà depuis au moins 15 ans (2012). En fait plus.
Justement parce que, grossièrement, vous avez 60% des votants qui se déplacent pour le premier tour. Que parmi ces 60% au mieux 25% se rangeront derrière un candidat, et que le reste se fait via la magie du scrutin majoritaire à 2 tours.

Donc 15% de gens qui veulent "vraiment" de celui qui passera le second tour, 85% qui ne votent pas, votent contre, par dépit, par défaut…

Avoir un président qui n’a que 20% de cote de popularité est mathématiquement tout à fait normal et attendu. Hollande était dans ce cas, est-ce que cela lui a interdit une majorité à l’assemblée ? Pas du tout.

De plus, les élus se rangent derrière celui qui pourra leur donner à manger. Et généralement, c’est un des deux partis dominants. Il y a des défections PS car ils pensent que Macron peut être élu. Je veux bien parier que qqsoit l’issue du vote, si Macron n’est pas président, ils retourneront sagement au PS.
Idem pour la droite.
La discipline de parti restera plus forte que les querelles de personnes tant qu’on n’aura pas de proportionnelle. C’est ce mode de scrutin qui permet les vraies coalitions. Aucun autre.

J’ajouterais même que si Fillon (en cas de victoire) aura effectivement besoin d’accords électoraux pour avoir des députés, aucun de ses concurrents ne fera alliance. La gauche tradi pourra gagner avec ses réservoirs de gauche de la gauche en laissant la droite divisée se déchirer, le FN fera cavalier seul comme d’hab, et Macron se retrouvera dans la même position que Bayrou à l’époque.

Hors ligne

 

#1330 14/02/2017 17h53 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   62 

Dans les élections précédentes, les présidents élus jouissaient d’une popularité plus importante - le fameux "état de grâce" - dont avaient même pu bénéficier Hollande ou Sarkozy (oui, souvenons-nous).

Je vois mal la même vague d’enthousiasme populaire autour de Fillon. Ni même autour de Macron.

La deuxième différence, ça sera le score historique du FN.

Ces deux points devraient inciter les parlementaires élus à faire une coaliton. Et quand je parle de coalition, il s’agit en fait de consensus ponctuel autour de quelques réformes clés, et non d’accords électoraux et encore moins de gouvernement d’union nationale. Simplement un cessez-le-feu provisoire, sur un temps court et sur des lois bien précises.

Il y a un troisième point : si aucun terrain d’entente n’est trouvé, si le jeu des partis continue, c’est simple, c’est l’autoroute assurée vers une motion de censure suivie d’une dissolution et de l’arrivée en masse de députés FN. Et peut-être à une crise politique majeure. Et l’élection en 2022 (ou même avant) de Marine Le Pen à la Présidence de la République.

Ensuite, et bien, nous verrons bien smile

Dernière modification par Vibe (14/02/2017 17h56)

Hors ligne

 

#1331 14/02/2017 20h16 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   172 

Bonsoir,

S’il est un terme qui revient dans presque chaque contribution, c’est celui de "réforme" ; on comprend en filigrane que beaucoup de contributeurs estiment que notre pays n’a pas connu assez de réformes et qu’il est urgent d’en mettre en oeuvre de nouvelles, si possible des "réformes structurelles" comme les prône l’Institut Montaigne.

Sans remonter jusqu’à Luther et Calvin, les pères de la Réforme au XVIème siècle, il n’est pas inutile de remettre en perspective ce que furent les "réformes" au cours des 50 dernières années.

A l’époque des soixante-huitards barbus et chevelus, la "réforme" ne pouvait aller que dans le sens du progrès social et sociétal : plus de droits pour les citoyens comme pour les salariés, moins de temps de travail, plus de salaires, abandon progressif des règles du carcan judéo-chrétien. Même des gouvernants conservateurs au plan des moeurs comme de l’économie, tels Pompidou ou Giscard, durent concéder ainsi de nombreuses "réformes" car le PCF était puissant et les gens avaient simplement envie de respirer : légalisation de la contraception puis de l’avortement, augmentations automatiques des salaires avec l’inflation, majorité et droit de vote à 18 ans. Il y eût même un parti "réformateur" dirigé par Lecanuet, un éphémère ministre des réformes en la médiocre personne de Jean-Jacques Servan-Schreiber.

Mitterrand élu, une nouvelle vague de "réforme" fût mise en oeuvre : 5ème semaine de congés payés, semaine de 39 heures, lois Auroux sur les droits syndicaux et la représentation des salariés, retraite à 60 ans, abolition de la peine de mort,…..on se prenait à nouveau à espérer que le programme dit des jours heureux élaboré par le Conseil National de la Résistance serait enfin mis en vigueur dans sa totalité.

C’est au cours du second septennat de Mitterrand que la sémantique commença à évoluer : Tonton ayant délibérément tourné le dos au socialisme pour construire une Europe libérale dans une économie mondialisée, les "réformes" effectuèrent un virage à 180° dans leur dimension économique. C’est ainsi que le terme "réforme" se mit à sous-tendre plus de travail pour moins de salaire, un âge de la retraite retardé avec une pension de plus en plus maigrichonne, une plus grande facilité à licencier ; en d’autres termes, toute bonne "réforme" économique devait sous-tendre la suppression des rigidités dont les économistes néo-classiques démontrent non sans sophismes qu’elles sont un frein à l’emploi. La seule "réforme" un tant soit peu positive pour les salariés fût la réduction du temps de travail à 35 heures, encore qu’elle fût pour une grande partie payée par les salariés eux-mêmes ; cette dernière "bonne réforme" remonte maintenant à 17 ans en arrière.

Au plan sociétal, il y a bien eu encore quelques "réformes" mises en oeuvre dans la mesure où elles ne coûtaient rien au budget de l’Etat. On note ainsi le mariage pour tous, qui réussit quand même à mettre dans les rues des millions de pisse-vinaigre ne supportant pas qu’un droit nouveau soit accordé à des personnes de "mauvaises moeurs".

En d’autres termes, quand on regarde ce que furent les "réformes" au cours de ces 25 dernières années, on peut comprendre qu’une large part du corps électoral ne se sente pas une vocation "réformatrice" et préfère de loin une certaine forme d’immobilisme.

Dernière modification par stokes (14/02/2017 20h25)

Hors ligne

 

#1332 14/02/2017 21h11 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   182 

On dirait que vous vivez dans un monde parallèle qui s’est arrêté en 1946.
Le programme de Marchais du début des années 70 a été appliqué à la lettre.

Vous utilisez le mot "réforme" mais vous pensez "progrès". Les progrès vendu par les collectivistes depuis 50 ans n’ont été qu’une suite d’élargissement des prérogatives de l’Etat avec des ponctions toujours plus grandes dans les poches du secteur marchand. Car ses progrès n’ont pas été accordés par le biais de hausse de productivité, d’innovation ou que sais-je, mais bien par de la distribution d’argent gratuit des autres, même pas financée au premier jour.

Lorsqu’on parle de réforme aujourd’hui en France, on parle de réformer le "système social" Français, en d’autres termes l’Etat providence. Ces réformes sont la seule condition de la survie de l’Etat providence tel qu’il existe depuis l’après-guerre.

En effet, celui-ci n’a jamais été adapté à une population vieillissante et une économie à croissance 0.

Maintenant, on peut continuer dans la joie et la bonne humeur à se dire qu’il n’y a rien besoin de faire.

Personnellement, en tant que libéral, je regarderais l’Etat providence exploser en plein vol avec une petite larme de joie au coin de l’oeil. Je ne suis pas certain que les autres Français pleurent pour la même raison.

Donc soit on réforme, soit Grèce. C’est aussi simple que cela.

Les vilains riches adeptes de la vilaine mondialisation sans foi ni loi se sont déjà organisés pour éviter le désastre. Ces fameuses réformes, ce n’est pas pour eux qu’on doit les faire. C’est pour le reste de la masse qui a mis tous ses moyens entre les mains d’un Etat qui en a fait mauvais usage. C’est pour eux qu’il faut agir.

Et les Français ne sont pas si bêtes. Ils ont compris pour une bonne part que c’était nécessaire.

Hors ligne

 

#1333 14/02/2017 21h25 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   172 

Igorgonzola a écrit :

Car ses progrès n’ont pas été accordés par le biais de hausse de productivité, d’innovation ou que sais-je, mais bien par de la distribution d’argent gratuit des autres, même pas financée au premier jour.

Pourtant si au moins en partie : les gains de productivité ont été très forts de 1945 à 1973, ce que l’on appelle les "30 glorieuses". A partir de cette date, vous avez raison, la productivité fait grise mine ; c’est le fameux paradoxe de Solow : on voit des ordinateurs partout sauf dans les statistiques de productivité.

La productivité stagne, mais pourtant les capitalistes veulent continuer à accroître leurs rentes, à "tondre les dividendes" comme l’ont magistralement expliqué Marx puis Lénine. Point n’est besoin d’être féru d’économie pour constater que cette stagnation de la productivité n’a en rien freiné l’explosion des dividendes depuis le début de ce siècle.

Comment donc le capital a-t-il pu réussir ce miracle consistant à accroître les dividendes avec si peu de gains de productivité ? Simplement en comprimant encore et toujours les coûts salariaux à coups de "réformes" dont seuls les naïfs continuent de penser qu’elles sont inévitables et, à terme, leur permettront de vivre mieux.

Hors ligne

 

#1334 14/02/2017 21h28 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   182 

Votre raisonnement serait bon si la part de la rémunération du capital dans la valeur ajoutée avait augmenté entre la fin des 30 glorieuses, et maintenant.

Mais c’est faux. En France en tout cas.

Partage de la valeur ajoutée ? Wikipédia

Hors ligne

 

#1335 14/02/2017 22h02 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   172 

Ce n’est pas ce que montre le graphique sur le lien que vous mentionnez  : on y voit une nette augmentation de la rémunération du capital depuis 1974.

Cela étant, le graphique ne précise pas si le dénominateur (la valeur ajoutée) est brute comprenant les impôts assis sur la production ou s’il s’agit d’une valeur ajoutée nette à coût constant des facteurs. Les éconmistes du MEDEF étant malins, ils préfèrent utiliser le concept de VA à coût constant des facteurs qui est plus favorable à leurs démonstrations.

Hors ligne

 

#1336 15/02/2017 02h23 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   62 

Long débat. N’oublions pas que les mesures de création de richesse ne tiennent pas compte des nouvelles technologies (Internet, smartphones, etc) qui, d’une certaine manière, augmentent de manière invisible la productivité. L’un des grands problèmes économiques actuels est précisément de trouver un nouveau moyen de calculer le PIB.

D’un point de vue pragmatique, et dans l’intérêt du consommateur - et donc de nous tous - le libéralisme a du bon, et tue les rentes : chute du prix du téléphone, grâce à Free, et destruction de la rente des autres opérateurs. Concurrence des taxis par les VTC, conduisant à la fois à une augmentation de l’offre, une augmentation de la qualité et à une baisse des prix ! Etc. Et ça ne coûte rien aux finances publiques, que demande le peuple !

A part ça les médias viennent de révéler une affaire de fraude fiscale sur Thierry Solère, porte parole de François Fillon. Par contre, dès qu’il y a la moindre attaque contre Macron, toute la presse clame que ça vient de Poutine ! Ça commence à se voir un peu trop quand même, ils devraient se calmer, car ça finira par se retourner contre leur candidat chouchou. Même les lecteurs du Monde, qui étaient - et c’est logique - prompt à dégainer sur Fillon, commencent eux même à dire que ça fait trop dans leurs commentaires.

Dernière modification par Vibe (15/02/2017 02h42)

Hors ligne

 

#1337 15/02/2017 02h56 → Situation économique de la France et avenir de la France

Modérateur
Réputation :   1261 

Une autre source (https://www.cairn.info/revue-de-l-ires- … age-47.htm) conclut également à une baisse significative de la part de la VA attribuée aux salariés (et à une hausse de la part distribuée en dividendes), en France comme en Allemagne, UK et USA, entre 1982 et 2008.  (une seule exception : UK où la part distribuée en salaire s’est mieux que maintenue, les dividendes ayant doublés, et les profits nets de dividendes ayant plongés)


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#1338 15/02/2017 03h10 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   62 

Intéressant, surtout venant de Greenspan dont ne peux pas dire qu’il soit proche des thèses de Hamon ou Mélenchon.

Finalement, le Général avait - encore une fois - raison, en choisissant une "troisième voie" (entre le capitalisme et le communisme) : celle de la participation. Participation dont la taxation a injustement - et paradoxalement - explosé sous Hollande.

Dernière modification par Vibe (15/02/2017 03h13)

Hors ligne

 

#1339 15/02/2017 05h22 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   215 

Ce que j’aime bien lorsque je lis ce fil, c’est voir à quel point je ne me retrouve en rien dans certains propos smile Petite sélection:

Froidevaux a écrit :

A l’heure actuelle, tout donne à penser que MLP sera présente au second tour de la présidentielle.

Vibe a écrit :

Oui, il est évident que Marine Le Pen sera au second tour, et oui, elle fera un bon score (peut-être même 40 - 45 %).

Igorgonzola a écrit :

une grosse frayeur entre les deux tours

C’est en effet ce que les "mass-médias" matraquent à longueur de temps. La preuve qu’en insistant ils arrivent à convaincre l’opinion, ils ont raison d’essayer avec Macron la baudruche.
Je pense pour ma part que c’est loin d’être acquis.

Froidevaux a écrit :

MLP ne sera peut-être pas élue cette fois-ci, certes, mais même avec un score de 40 % au second tour (je doute qu’elle fasse moins), c’est sans doute un nombre à trois chiffres de députés FN qui siégeront à l’Assemblée nationale à partir de juin et ce parti deviendra alors clairement le premier parti d’opposition

Vibe a écrit :

Quant aux nombre de députés, je ne suis pas certain qu’il soit supérieur à 100, du fait du mode de scrutin. Plusieurs dizaines probablement en tous cas.

Tiens, cela me rappelle 2002.
Tiens, cela me rappelle aussi 2012.
Les même craintes produisant les même effets, ils compteront leurs député sur les doigts des deux mains, allez, soyons fou.

Vibe a écrit :

Évidemment, si Juppé avait remporté la primaire, nous n’en serions pas là …

!!!
Comme dirait ma grand-mère, si ma tante en avait, on l’appellerait mon oncle…
Non franchement ce point de vue n’engage que vous, Juppé a ses casseroles, il avait sûrement une liste de griefs dont se seraient emparé le Canard ou Médiapart (que je trouve bien absent en ce moment, cela cache-t-il quelque-chose?)

Igorgonzola a écrit :

Alors je poursuis : qu’est ce qui vous fait penser que si Macron échoue à la présidentielle, il aura ne serait-ce qu’un député ?

La proportionnelle n’a toujours pas été mise en place si je ne m’abuse.

J’ai du mal à m’imaginer que suite à cette élection particulièrement, les règles de la Vème et le scrutin uninominal majoritaire à 2 tours ne vont pas produire exactement le même résultat qu’à toutes les élections précédentes.

Oui, ce que vous pensez pour Macron s’applique au FN.

Hors ligne

 

#1340 15/02/2017 13h41 → Situation économique de la France et avenir de la France

Modérateur
Réputation :   1261 

A mon avis, la forte présence de Macron dans les média ces derniers mois (sur laquelle certains s’interrogent) n’est pas vraiment du à une complaisance des média en sa faveur. Simplement, il était bien moins connu que la plupart des autres potentiels candidats, et les journaux ont remarqué que leur tirage était plutôt boosté par sa présence. Ces facteurs s’affaiblissent sans doute avec le temps.

Mediapart (dont je suis abonné) est tout aussi actif qu’avant (et suit par exemple depuis des mois le dossier de la redistribution à certains sénateurs UMP d’une partie de leurs frais de fonctionnement non utilisés, pour lequel plusieurs sénateurs (dont un ex-ministre) sont mis en examen pour "recel de détournement de fonds publics", mais pas FF qui en a "bénéficié" dans une période antérieure à celle sur laquelle les juges enquêtent), et sort régulièrement des dossiers instructifs. Mais le sujet le plus repris récemment par l’ensemble des média a été sorti par le Canard cette fois…

Il ne faut pas chercher des complots partout.

Pour ma part, je retiens des échanges récents sur cette discussion qu’il semble peu évident de déterminer les impacts des prochaines élections sur la situation économique de la France.
Je constate cependant qu’un certain nombre d’indicateurs, encore peu engageants il y a 6 ou 12 mois, semblent significativement s’améliorer. J’ignore si c’est une éclaircie temporaire ou durable, ou si c’est juste plus visible avec la diminution du Hollande-bashing (devenu assez inutile).
J’ai constaté dans le passé que des "réformes" produisent bien souvent leurs résultats positifs seulement sur le moyen/long terme (et leurs résultats négatifs à plus court terme). Même si les acteurs économiques tentent d’anticiper leurs impacts, il faut souvent laisser le temps faire son oeuvre.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#1341 15/02/2017 14h35 → Situation économique de la France et avenir de la France

Administrateur
Réputation :   1592 

GoodbyLenine a écrit :

A mon avis, la forte présence de Macron dans les média ces derniers mois (sur laquelle certains s’interrogent) n’est pas vraiment du à une complaisance des média en sa faveur. Simplement, il était bien moins connu que la plupart des autres potentiels candidats, et les journaux ont remarqué que leur tirage était plutôt boosté par sa présence. Ces facteurs s’affaiblissent sans doute avec le temps.

Il y a sans doute de cela, mais si vous faîtes le test de vous connecter plusieurs fois par jour sur le lemonde.fr, la conclusion est difficilement nuancée.

F. Fillon se fait systématiquement massacré, avec des titres d’articles orientés [négativement], et de nouveaux articles quotidiens pour reparler encore et encore de l’affaire ou des affaires.

A contrario, les titres des articles de E. Macron sont franchement orientés de manière positive.

C’est le jeu qu’un journal affiche un parti pris pour l’un ou l’autre des candidats, mais à ce niveau-là, c’est juste incroyable. Même lefigaro.fr est plus neutre !

Quant aux Echos, s’ils ne se sont pas lancés dans le même "Fillon bashing" que lemonde.fr, il y a pléthore d’articles positifs sur E. Macron.

Pour quelqu’un qui n’a toujours pas divulgué son programme, cet enthousiasme "journalistique" est quand même assez curieux.

Hors ligne

 

#1342 15/02/2017 15h02 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   62 

Je dirais même plus, il s’agit d’un parti pris flagrant. Pas un complot, un parti pris (par contre les macronistes sont les premiers à crier au complot russe, hypothèse en partie démontée par Libération).

Cela dit ça commence à se voir, il n’y a qu’à lire les commentaires d’internautes, y compris des "macronistes" sur le site du Monde. La "bulle" commence à faire "pschitt" comme le montrent la plupart des sondages.

Edition : en tous cas l’organisation des meetings de Macron pour chauffer la salle est efficace comme le montre cette vidéo.

Dernière modification par Vibe (15/02/2017 15h39)

Hors ligne

 

#1343 15/02/2017 16h05 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   61 

Passionnant cette video sur les ambianceurs des Meeting de Macron. Je trouve ça plutot fantastique de maitriser ces codes, tout droit hérité de l’animation à l’américaine et des plateaux de télévision. C’est quand même autre chose que d’affreter des bus de petits vieux et de leur distribuer des drapeaux à l’entrée. On est au XXe siècle.

Surtout, bravo pour le choix de Telegram pour la sécurité.

Hors ligne

 

#1344 16/02/2017 04h47 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   

Perso je ne pense pas que Macron sera au deuxieme tour. Il n’y a rien de sincére chez ce type, il se presente comme à un concours de midinette sans programme!!! Alors qu’en politique avant de se lancer il faut établir une stratégie et des grands axes puis broder autour et enfin choisir un champion pour l’incarner.

On aura un Lepen/Fillon et Macron sera peut-être même pas troisieme. Enfin on verra.

Enfin evidemment que les medias font du fillon bashing tout comme ils l’ont fait (et continuent de le faire) pour TRump aux US. Qui peut croire à leur impartialité? En plus des erreurs d’analyse politique comme le fait de voir Macron comme un liberal ou de voir le Pen comme une candidate de droite (alors qu’elle est d’après moi de gauche et pas uniquement en economie)

Hors ligne

 

#1345 16/02/2017 07h24 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   27 

Vous me faites rire avec votre Fillon bashing.
C’est quand même lui qui a magouillé pour arroser femme et enfants.
C’est quand même lui qui a une défense nulle qui ne répond pas aux griefs en question.
C’est quand même lui qui ne pense qu’à sa pomme et qui envoie les élus LR au casse - pipe aux prochaines élections.
Tout cela, c’est - malheureusement - du factuel. Et à mon sens, il est responsable de ce Fillon bashing.


Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour lui-même est un esclave…   Friedrich Nietzsche.

Hors ligne

 

#1346 16/02/2017 13h15 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   62 

Il y a bien sûr du Fillon bashing dans la manière de traiter le dossier. Non seulement la plupart de la presse relai les faits (ce qui est normal) mais les amplifie, les matraque en boucle. Tout en passant sous silence ce qui pourrait atteindre tel ou tel autre candidat, ou même autre acteur politique majeur (à tout hasard Bartolone). Tout en passant sous silence son programme.

En face de ça, contraste énorme, une hypercouverture médiatique pour Macron, toujours positive, prêt à toujours le défendre en dénonçant des complots de tout genre.

Bref, je parie sur un dégonflement de la bulle Macron. Et une victoire de Fillon (ou de celui qui le remplacerait en cas d’empêchement - Juppé de préférence).

Hors ligne

 

#1347 16/02/2017 13h47 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   182 

Donc celui qui a été effectivement condamné pour ce pour quoi Fillon est soupçonné ?

ça serait finement joué.

Hors ligne

 

#1348 16/02/2017 13h58 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   62 

Ca serait la logique, si on respecte le vote de la primaire, en cas d’empêchement, oui.

Hors ligne

 

#1349 16/02/2017 15h03 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   61 

Quand François Fillon parlait d’"éthique en politique"

Francois Fillon a écrit :

Ce que je mets sur le même plan, c’est la manière dont le système politico médiatique au fond passe sur toutes ces affaires, tout ça ça fait la une pendant 3 jours et puis ensuite c’est fini on n’en parle plus. […] je dis qu’il faut des responsables politiques honnêtes, irréprochable.

Franchement, ce n’est pas croustillant comme vidéo, par rapport à la situation actuelle? Il se gave, plus ou moins que les autres ce n’est pas la question, mais surtout il vient faire la morale devant les caméras. On est en plein dans la politique politicienne puante, il dénonce ce que lui même fait, et quand il se fait prendre, il crie au complot. Mais quand est-ce que l’on aura des hommes politiques qui prennent leur responsabilité? Ils sont tous prêt à prendre comme référence le Général, la main sur le cœur, mais quand vient le moment de vérité ils n’assument pas.

Fillon fait du mal à son propre camps, il n’a pas d’autre choix que de continuer la campagne, personne ne pourra le remplacer. Mais si la justice a de quoi le mettre en examen ou similaire, qu’elle le fasse, indépendamment du calendrier électorale. Honte à ceux qui réclame que la justice s’efface devant l’élection présidentielle. Heureusement que la justice passe, sinon DSK serait peut être notre président.

Comme l’a dit la chronique de Thomas Legrand ce matin, c’est quand les contre pouvoirs commencent enfin à fonctionner enfin que les affaires ressortent, que l’impression de "tous pourris" s’accentue et que les partis extrêmes se renforcent. Mais il faut ces contre pouvoir, presse et justice, et il en faut plus. On ne veut plus de ces abus. Peut être la prochaine étape est pour nous, électeur, d’arrêter d’élire et de réélire ces politiques ultra-corrompu, mais cela passe par une information claire et indépendante. La presse fait son boulot. Quelle continue.

Honte également à tous ces parlementaires qui refusent une transparence sur leurs dépenses, les anglais l’ont et ne sont pas moins indépendant.

Hors ligne

 

#1350 16/02/2017 15h17 → Situation économique de la France et avenir de la France

Administrateur
Réputation :   1592 

Nous sommes bien d’accord.

François Fillon a fait campagne incarnant la rigueur, la probité et l’effort et par ses "mensonges" a volé la victoire d’Alain Juppé à la primaire de droite et ouvre un boulevard à M. Le Pen ("tous pourri !") et E. Macron (je n’ai pas de programme mais des idées !).

Le timing de sortie de "l’affaire" est regrettable et pose question, mais mieux vaut cela qu’après l’élection présidentielle.

Quel que soit le gagnant à la présidence, la gouvernance sera de toute façon difficile et, cela aussi, est bien triste pour notre pays qui continue à être à la traîne des autres grands pays européens, faute de réformes (pas forcément de droite ou de gauche d’ailleurs, mais juste un ensemble cohérent et une vision).

Aussi pour en revenir au sujet de la file, tout cela ne me semble pas de bon augure pour la suite.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech