Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#1 07/06/2021 14h58

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   186  

J’ai entendu le 8 mai 2021 une interview de Frédéric Oudéa sur France Inter qui m’a paru surprenante quant à son assurance sur la fin du cash :

…34m23s
La Journaliste: On aura toujours des pièces et des billets à côté ?
F.Oudéa: Alors çà, çà, çà…pas évident. Probablement on verra progressivement peut-être le cash disparaître.
La Journaliste: Et çà arrive vite çà ?
F.Oudéa: Alors la BCE l’annonce effectivement pour 2025 potentiellement, c’est à dire demain. Peut-être çà prendra un peu plus de temps mais en tout cas c’est pour l’horizon 2030.

Je sais que c’est un serpent de mer des discussions sur le cash, mais ce qui m’a surprit c’est que ce soit dit avec autant d’assurance sur France Inter, par un responsable d’une grande banque française, et avec un horizon aussi rapproché (2025!)

L’objectif est sans doute de faire disparaître le cash afin de faire basculer tout le monde sur un euro électronique, qui permettrait à la BCE de placer un taux d’intérêt négatif directement sur l’épargne.

Savez-vous à quoi il fait référence quand il dit que la BCE annonce la fin du cash pour 2025 ? çà me paraît plutôt incroyable.

Dernière modification par tikou (07/06/2021 15h00)

Mots-clés : bce, cash, e-euro, euro

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 07/06/2021 15h32

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   591  

Bonjour Tikou, effectivement tout ça approche très vite. Cette présentation de la BIS devrait vous mettre un peu plus à jour :

Bis cbdc research

Bien qu’elle date d’un an (et que la Chine ait lancé son Yuan numérique en production depuis), vous pourrez voir sur la carte page 9 de la présentation que toutes les banques centrales d’envergure travaillent sur leurs CBDC respectives depuis un moment déjà et que la plupart ont pour objectif un lancement dès 2025.

Rien de tout ça n’est secret. Regardez aussi ça : https://www.europarl.europa.eu/RegData/ … 784_EN.pdf

Si vous ne vous sentiez pas à l’aise avec les derniers développements de la technologie, accrochez-vous car leur intrusion dans votre vie quotidienne va s’amplifier exponentiellement.

Une autre brique dans le mur : https://www.rtl.fr/actu/sciences-tech/a … 7900038890

A noter aussi, la devise numérique mort-née de Facebook, Libra, qui a été vigoureusement combattue lorsqu’elle était censée être indexée sur un panier de devises et domiciliée en Suisse, revit sous le nom de Diem sans aucune opposition depuis que le projet a été modifié pour l’indexer au dollar et basée aux USA. Cela serait amusant que la FED délègue la création de l’eDollar à Facebook…

Dernière modification par doubletrouble (07/06/2021 15h36)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#3 07/06/2021 15h35

Membre
Réputation :   1  

Non, la BCE prépare plutôt un euro numérique pour 2025, ce qui ne signifie pas la disparition du cash.

La Banque de France, deuxième actionnaire de la BCE, rappelle souvent qu’elle est attachée au cash et qu’elle garantira toujours son existence, au moins en France. Certains pays utilisent en revanche déjà beaucoup moins d’espèces qu’en France, et la question de la fin du cash s’y pose sérieusement.

Hors Europe, j’ai été très surpris en Chine de ne voir personne utiliser du cash (sauf le touriste que j’étais). Même les mendiants ou les vendeurs à la sauvette avaient un QR code autour du coup relié à leur compte wechat.

Il ne faut pas se tromper, pour l’instant, les expérimentation de monnaies numériques faites par les Banques Centrales sont justement des "Monnaies Numériques de Banque Centrale" qui ont pour but de faciliter des échanges entre institutionnels. Pas le grand public.

Il y a beaucoup d’emballement à chaque grosse innovation, des craintes et des grandes attentes, je pense qu’il faut raison garder, le grand bouleversement n’est pas pour demain.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 07/06/2021 15h40

Membre
Réputation :   21  

Bonjour,

Je ne pense pas en 2030 et encore moins en 2025, la fin du cash.

En tout cas, pas en Province Sud, Province Nord et Iles Loyautés du territoire Nouvelle Calédonie. La CB ne marche quasiment jamais si le commerçant accepte (plus de 2 000 francs pacifiques). Ce que je vois principalement, ce sont des paiements en cash ou chèques dans les commerces.

De plus, pour le bus ou les marchés ou les commerces kanaks, c’est uniquement en cash que l’on paye actuellement.

Le réseau internet est tellement faible que c’est impossible d’être 100 % électronique. De toute façon, il faut toujours garder un support papier/physique en cas d’inondation/cyclone ou de panne électrique.

Je ne me vois pas me passer d’un système des billets et des pièces qui marche très bien.

Merci.

Dernière modification par Ezerian (07/06/2021 15h43)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 07/06/2021 15h41

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   591  

@shanxi : Vu la prolifération du paiement sans contact, la raréfaction des ATMs, l’interdiction de faire une transaction de plus de 1000€ en cash, la fin du billet de 500€… Mene, mene, tekel, upharsin.

La démonétisation du cash est nécessaire pour pouvoir efficacement implémenter des taux négatifs. Et cela peut aller très vite, regardez en Inde, et toujours pour de bonnes raisons (lutte contre la fraude fiscale, le financement du terrorisme…).

Ezerian a écrit :

Je ne me vois pas me passer d’un système des billets et des pièces qui marche très bien.

Merci.

Et vous vous voyiez avec un masque et assigné à résidence en 2020 ? wink

Dernière modification par doubletrouble (07/06/2021 15h45)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#6 07/06/2021 15h49

Membre
Réputation :   71  

Bonjour,

Je ne comprends pas le rapport entre la fin du cash et l’application de taux d’intérêt négatif, pourri m’éclairer?

Bien à vous,

Dr. Minimal


Bonjour, je suis Dr. Minimal, et je blogue mes progrès vers l'indépendance financière en Français et en Anglais.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #7 07/06/2021 15h54

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   186  

Aujourd’hui, si vous videz votre compte en banque et que vous stockez le cash, seule l’inflation peut s’y attaquer.

La plupart des banques n’osent pas appliquer dès aujourd’hui des taux d’intérêts négatifs à cause de cet effet "bank run" dévastateur pour leur modèle.

Demain, vous ne pourrez plus récupérer votre cash puisque tout sera sur votre compte e-euro électronique. Donc en plus de l’inflation, rien n’empêchera le gestionnaire du compte d’appliquer un taux d’intérêt négatif et vous ne pourrez pas y échapper, sauf à placer votre argent sur un autre support, et accepter le risque qui va avec.

Hors ligne Hors ligne

 

#8 07/06/2021 15h54

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   374  

Une étude fouillée de Terra Nova montre que la circulation  de  monnaie  fiduciaire n’a  jamais  été  aussi importante (+6 à 8% par an, pour l’euro et le dollar américain). L’argent liquide reste le moyen de paiement le plus utilisé dans la zone Euro (73% des paiements) comme aux États-Unis.

Sa  circulation  continue  d’augmenter  en  raison  de  la  conjoncture macroéconomique  (longue  période  de  croissance,  taux  d’intérêts  bas),  d’une inquiétude  systémique liée aux crises économiques et des attraits persistants du cash comme moyen de paiement. Contrairement aux idées reçues, la crise sanitaire a suscité une véritable «ruée vers le cash». Le cash est une valeur refuge, surtout quand les taux d’intérêt sont bas, voire négatifs.

Terra Nova a écrit :

La Suède: première société (presque) sans cash ?
Depuis un braquage digne d’un film d’Hollywood impliquant des hélicoptères, la Suède a vu l’usage du cash diminuer de manière drastique. La valeur des espèces en circulation a été divisée par deux en dix ans (de 2007 à 2018) et ne représente plus que 1,3% du PIB.Les autorités suédoises ont activement soutenu cette évolution vers une cashless  society et ont promu l’usage de l’application SWISH de paiement mobile, qui compte sept millions d’utilisateurs en 2020, soit 70% de la population suédoise, et  une  part  plus  importante  encore  de  la  population  adulte.

Cependant, les autorités  suédoises, constatant la remontée des espèces en circulation depuis 2018 et les difficultés d’accès aux biens de première nécessité pour certaines catégories de la population, ont changé de position. En octobre 2018, la banque  centrale  suédoise, la Riksbank,  a  fait  part  de  son  souhait  de  voir  toutes  les  institutions financières recevoir l’obligation de donner accès aux espèces et a affirmé le principe selon lequel «tous les  commerces  qui  sont  essentiels  du  point  de  vue  du  citoyen  devraient  être  obligés  d’accepter  les espèces».

Fin 2019, le gouvernement suédois a fait voter une loi imposant aux banques de continuer à proposer des services liés au cash, applicable à compter du 1erjanvier 2021. La Riksbank souhaite que cette obligation soit étendue à tous les commerces essentiels, pour des motifs d’inclusion financière et de confiance dans le statut de l’argent liquide comme devise ayant cours légal.

Dernière modification par CroissanceVerte (07/06/2021 16h01)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#9 07/06/2021 15h57

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   591  

DrMinimal : C’est bien simple, si votre banque applique des taux négatifs sur vos dépôts et que cela vous déplaît, vous pouvez choisir de garder votre argent sous forme de liasses de billets sous votre matelas. Il existe bien sûr des parades (Gesell tax - un droit de timbre lorsque vous déposez des billets) mais moins commodes que simplement éliminer le cash.

https://www.sfm.econ.uni-muenchen.de/le … f-nirp.pdf


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#10 07/06/2021 16h17

Membre
Réputation :   71  

Ok, compris.

Maintenant, pour quelle raison une banque appliquerait un taux d’intérêt négatif sur les dépôts en cash de ses clients ?


Bonjour, je suis Dr. Minimal, et je blogue mes progrès vers l'indépendance financière en Français et en Anglais.

Hors ligne Hors ligne

 

#11 07/06/2021 16h28

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   591  

@DrMinimal : Ce n’est pas une simple hypothèse fantaisiste, c’est déjà le cas au Danemark : Up to 50% of Danish retail deposits hit by negative rates, with more to come | S&P Global Market Intelligence

Et pourquoi ? Lorsque les taux directeurs sont négatifs (= la banque paie pour "parquer" son argent chez la BCE), ce "loyer" devient une perte sèche si elle n’applique pas le même taux négatif aux dépôts de ses clients.

Eh oui, avec les taux négatifs on est de l’autre côté du miroir, comme Alice : ce sont ceux qui prêtent qui paient ceux qui empruntent ! Ce n’est pas une exagération, c’est arrivé (au Danemark* également) à quelques heureux emprunteurs qui avaient contracté des crédits à taux variables.

Vous pouvez lire le PDF que je vous ai donné en lien au dessus pour avoir un exposé plus complet et rigoureux des NIRP (negative interest rate policies).

* https://www.thelocal.dk/20190819/can-yo … n-denmark/

Dernière modification par doubletrouble (07/06/2021 16h30)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#12 07/06/2021 17h16

Membre
Réputation :   14  

Bonjour,
si cela arrive en 2025 ou 2030 peu importe.
Que faire du " trésors durement thésaurisé"?
Le dépenser, ça va relancer la consommation et la croissance .
Le déposer sur son nouvel e-compte avec quels risques ?
Impôt, taxe, enquête sur la provenance.

Hors ligne Hors ligne

 

#13 07/06/2021 17h22

Membre
Réputation :   9  

Beaucoup de banques tarifient désormais la détention d’un compte même sans services liés et les frais bancaires ne cessent de gonfler. C’est déjà une manière de refacturer au client final l’impact des taux négatifs.

Dans un monde aussi concurrentiel où des fintechs et autres néo banques attaquent directement le modèle bancaire classique (parce que oui, on oublie de le dire, mais un compte avec un moyen de paiement reste rentable pour une banque qui facture allègrement des commissions à chaque paiement carte aux commerçants) et où notre état paternaliste n’a jamais été aussi protecteur, je doute très fortement de la mise en oeuvre de taux négatifs sur les comptes courant des Français.

Sauf peut être sur des cas spécifiques comme ceux qui conservent plus de 500k sur un compte courant…

Cette crainte me paraît un peu trop exagérée… Le gros problème de l’absence du cash est surtout que l’économie parallèle ne peut plus fonctionner or l’hypocrisie est de croire que le système peut s’en passer… Qu’il s’agisse des artisans qui vivent d’une partie de travaux au black, des restaurateurs ou des bars qui peuvent garder sous le manteau une partie de la recette, de la prostitution ou achat de drogue… Qu’adviendrait-il des nouveaux précarisés qui en découleraient ? L’État les prendrait en charge ? Le calcul coût avantage me semble défavorable à cette méthode… Je crois que la disparition totale du cash reste quand même un grand fantasme…

Hors ligne Hors ligne

 

#14 07/06/2021 17h34

Membre
Réputation :   6  

Bonjour,

Même si l’argent "espèces" viendrait à disparaître, on peut penser à une économie parallèle avec le "dark cloud" pour encaisser où dépenser notre cash provenant de rémunérations dites "douteuses".

tongue

Excusez moi je voulais parler du dark net.

Dernière modification par wincentheureux (08/06/2021 13h12)


Ouf ça y est vacciné à l'Astrazeneca ( première fois que je trouve un avantage d'être plus ou moins gros ).

Hors ligne Hors ligne

 

#15 07/06/2021 17h45

Membre
Réputation :   18  

Bonjour,

C’est quoi le "dark cloud"? Le seul résultat que google me retourne, c’est un jeu PlayStation.

Sinon je tiens à souligner que l’un des intérêts du cash pour l’économie parallèle, c’est de pouvoir réintégrer l’économie régulée. Le cash gagné en vendant de la drogue peut servir à payer les courses sans que le fisc ou la police ne soit au courant. Par contre si un dealer échanges sa drogue contre du sucre, de l’or ou des bitcoins, je lui souhaite bien du courage pour payer ses courses sans attirer l’attention de la police ou du fisc.

Même sans savoir ce que c’est, je doute que le "dark cloud" ai cette propriété du cash.

Dernière modification par DecroissanceNoire (07/06/2021 17h48)

Hors ligne Hors ligne

 

#16 07/06/2021 18h20

Membre
Réputation :   71  

doubletrouble: donc, si la banque paie déjà des intérêts négatifs sur les dépôts en cash, ne pensez-vous pas qu’ils compensent de toute façon par des frais de garde, commissions etc… plus élevées?

En d’autres termes, le coût serait identique pour le client de toute manière?

Les investisseurs continueraient d’investir, les consommateurs de consommer.

Au niveau de la société par contre, on aurait moins d’arnaque à la TVA, de travail au black, traffics en tous genres…

Bien à vous,

Dr. Minimal


Bonjour, je suis Dr. Minimal, et je blogue mes progrès vers l'indépendance financière en Français et en Anglais.

Hors ligne Hors ligne

 

#17 07/06/2021 19h16

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   591  

@DrMinimal : En l’absence de taux négatifs, on pourrait supposer qu’une banque cherchant à prendre des parts de marché propose des tarifs moins élevés voire rémunère les dépôts que ses clients lui prêtent. Les taux négatifs imposent un nivellement par le bas en augmentant les coûts et décourageant l’épargne. Cela ne semble pas vous déranger outre mesure, mais c’est assez malsain et contre nature de punir les épargnants et récompenser les spéculateurs, non ?

Pour le reste, certes vous éliminerez les fraudes les plus grossières mais si vous imaginez que cela arrêtera les truands… Même en pouvant tracer chaque transaction, il ne sera pas compliqué de travailler les flux à travers des mules, des sociétés fictives, des échanges indirects type hawala pour lessiver l’argent sale ; ça coûtera juste un peu plus cher et ce sera plus compliqué. Par contre, cela donne aux établissements financiers la possibilité de bloquer la totalité de vos avoirs arbitrairement. Si vous avez déjà eu un compte PayPal suspendu à cause d’une transaction trop élevée ou qui ne leur plaisait pas, vous avez un avant goût de ce qui est possible.

J’aimerais avoir votre foi Panglossienne envers nos meilleurs mais chaque fois je ne vois qu’une volonté de contrôle total et bien peu de bienveillance. Et c’est bien normal, après tout : c’est le jeu, on ne prend ni ne conserve le pouvoir avec de la bienveillance ou du respect.


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#18 08/06/2021 01h21

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   357  

Après, il faut aussi relativiser, l’utilisation des espèces ne cesse de reculer.
Un article récente parlais d’un recul de 9% en France et de 6% en zone euros en 3 ans!


Donc que les banques, encore plus les banques nationales se préparent à un monde avec l’argent liquide devenant minoritaires me semble normal!

Quand à la problématique des taux négatif, c’est génant à l’époque du minitel!
A l’ère d’internet, transférer l’argent sur son compte titre, une carte prépayé, ou tout support hors banque.

D’ailleurs j’ai un ami qui ne veux pas laisser d’argent en banque et fonctionne hors compte bancaire depuis 10 ans, et le tout sans avoir des liasses de billet!

Donc non sans espèce ne voudra pas non plus dire à la merci des taux négatifs!
D’ailleurs pour être polémique, je dirais même que les taux négatifs sur les comptes courants ce serait une excellente chose!
Ca dissuaderait la thésaurisation sur le compte courant! (car avoir des montant à 6 chiffres sur son compte courant, c’est peu performant!)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #19 08/06/2021 02h32

Membre
Réputation :   59  

tikou a écrit :

Savez-vous à quoi il fait référence quand il dit que la BCE annonce la fin du cash pour 2025 ? çà me paraît plutôt incroyable.

Ca me parait plutôt plausible. Je vis en Chine longtemps. Le cash a quasiment disparu depuis quelques années déjà. On utilise tous AliPay ou WeChatPay, voire les 2. C’est vrai dans les grandes villes, comme dans les campagnes; chez les jeunes comme chez les vieux.
Quand je fais mon marché de fruits et légumes, chaque marchand a un QR code sur son étalage. Et, même si cela relève plus de l’anecdote, je me souviens d’un voyage dans une région reculée de Chine il y a 2 ans. Une vieille dame vendait des patates douces à 2 ou 3 RMB (env. 20 cts d’euros). Et elle collectait l’argent via son QR code. Elle n’avait pas de quoi rendre la monnaie.

Le choc de mon côté est plutôt quand je sors de Chine. Je suis tellement habitué à n’avoir que mon tel (pas de portefeuille, pas de cash, pas de CB), que ça m’arrive régulièrement de ne pas avoir de quoi payer et être obligé de retour à mon hôtel ou à ma voiture.

Hors ligne Hors ligne

 

#20 08/06/2021 03h50

Membre
Réputation :   18  

@faguoren Je n’ose imaginer le jour où vous perdez/avez un problème avec votre téléphone… c’est la fin du monde big_smile

Notre hyper-dépendance croissante à la technologie nous perdra.

Hors ligne Hors ligne

 

[+7 / -1]    #21 08/06/2021 08h03

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   591  

gunday a écrit :

Donc non sans espèce ne voudra pas non plus dire à la merci des taux négatifs!
D’ailleurs pour être polémique, je dirais même que les taux négatifs sur les comptes courants ce serait une excellente chose!
Ca dissuaderait la thésaurisation sur le compte courant! (car avoir des montant à 6 chiffres sur son compte courant, c’est peu performant!)

C’est intéressant cette tendance à non seulement accepter mais chercher un point positif à un environnement hostile et surtout artificiellement créé. J’imagine que les aztèques devaient avoir ce genre de réflexions "OK, chaque mois on sacrifie aléatoirement 2-3 jeunes gens, dont je pourrais faire partie, mais le point positif c’est que Huitzilopotchli est satisfait : le soleil se lève bien chaque matin !".

La mort du cash et les taux négatifs, c’est la touche finale de l’asservissement de chacun au système financier.

Pendant des siècles, un individu simple et travailleur pouvait mettre de côté une partie de ses revenus (parfois au prix de sacrifices difficiles) et avoir une relative certitude de pouvoir utiliser ce bas de laine pour améliorer son existence plus tard (s’acheter un toit, une éducation, un outil de production…).

Avec les taux négatifs (et le Yuan électronique a mieux encore : une date d’expiration programmable…), vous devez dépenser cet argent dans un temps imparti ou subir des pertes partielles ou totales. Comme le dit @gunday, les plus malins convertiront leur cash en produits financiers mais ce faisant paieront d’autres frais et surtout deviennent plus faciles à tondre.

L’histoire du XXème siècle, c’est celle de la financiarisation de la société. Les femmes ont été mises au travail non pas pour d’aimables raisons de justice sociale, mais surtout pour mettre un prix sur le travail domestique et donc le rendre taxable. Comparez une femme du XIXème siècle qui cousait une chemise à son mari modeste ouvrier, cuisinait les repas et gardait les enfants et une femme du XXème siècle qui travaille 8 heures par jour et certes gagne un salaire (soumis à l’impôt sur le revenu) mais dont le foyer dépense de l’argent pour acheter une chemise (20% de TVA), déjeuner au restaurant (TVA réduite mais toujours là), et doit payer une nounou. L’une ne rapporte strictement rien à l’état ou un intermédiaire financier, tandis qu’on extrait le labeur et l’argent de l’autre comme on presse un citron.

Au fur et à mesure que le nombre de foyers modestes touchant deux salaires se multiplie, leur pouvoir d’achat s’accroît mais est rapidement rejoint par une augmentation commensurable des prix. Percevoir deux salaires n’est plus un choix, mais devient une nécessité. Bientôt, la majorité de la population active devient taxable.

Les prix continuent d’augmenter et bientôt deux salaires ne suffisent plus : il faut emprunter pour maintenir son train de vie. C’est la réalité de toute une partie de la classe moyenne au bord du déclassement. Voilà leurs revenus grevés de nouveaux coûts : les intérêts élevés de crédits à la consommation.

Le foyer maintenant endetté, nos deux travailleurs qui jusqu’ici ne s’étaient pas privés de claquer la porte d’un mauvais travail vivent maintenant dans la peur de se faire virer. Comment paieront-ils leurs mensualités ?

Admettons que nos deux travailleurs aient la fortitude morale d’avoir résisté aux sirènes de la publicité dans laquelle ils sont immergés toute la journée (que ça soit via le journal, la TV, les placards dans les transports, vantardise ou accusation de radinerie des collègues, les enfants qui réclament des céréales spéciales et des vêtements de marque…) et soient parvenus à mettre de l’argent de côté. Sans éducation financière, ils l’auraient gardé sur leur Livret A, ou pour certains sur les conseils de leur banquier, en obligations d’état (fonds euros) qui jusqu’il y a peu avaient encore un beau rendement (autour de 5%).

Maintenant le rendement de ces deux produits sans risques est nul. Nos deux travailleurs se retrouvent contraints, comme le dit @gunday, d’investir en bourse s’ils veulent avoir un rendement supérieur à l’inflation, avec des risques considérablement plus élevés. Aux uns, les promoteurs refourgueront des Pinel mal construits et sans demande locative. Aux autres, on peut désormais vendre des produits complexes et opaques, comme des Mortgage Backed Securities notées AAA, et leur expliquer que c’est le jeu ma pauvre Lucette lorsque tout explose, ils avaient signé pour en baver.

La pression financière et sociale incitant à participer à ces jeux du cirque dont ils ne connaissent pas les risques ne va faire que s’accroître avec les taux négatifs - et les grandes tontes comme en 2008 aussi.

Et la disparition du cash, anonyme et difficilement traçable, c’est la cerise sur le gâteau : absolument toutes leurs dépenses sont désormais analysables, et sujettes à l’approbation de leur établissement financier.

Vous vous rappelez de ça : «Achat refusé: vous avez dépassé votre plafond de CO2 autorisé» ?

Alors certes nous ne pouvons rien y faire, et de toute façon nous sommes ici entre gladiateurs avertis, mais je crois qu’il est bon de se rappeler parfois de la cruauté qu’il existe à faire rentrer M. et Mme Michu dans cette arène. Et nous-même, un jour nous ne pourrons plus suivre. Qu’est-ce qui nous fera finalement déposer les armes ? Est-ce que ce sera notre ADN trop imparfait qui nous trahira (cf l’étude pour le Parlement Européen plus haut) ? Le refus de subir une augmentation technologique pour rester compétitif sur un marché du travail toujours moins humain et toujours plus robotisé ? Et que ferons nous lorsque, épuisés, impuissants et devenus aussi "bêtes" que M. Michu aux yeux des autres, nous aurons atteint notre date limite de consommation ?

Un bouleversement radical de nos repères anthropologiques et des conditions de la moralité : le déclin ou la fin de l?exception humaine ?

Dernière modification par doubletrouble (08/06/2021 08h24)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#22 08/06/2021 08h25

Membre
Réputation :   98  

Avec ce qui se profile, les métaux précieux contrairement au cash, ont encore un bel avenir devant eux.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #23 08/06/2021 08h27

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   408  

Je crois qu’une minorité tentera d’échapper aux radars (peut être suffira-t-il de "perdre" sont tél portable ?). Vive le troc. Une fois le système arrivé au bout du bout, il serra bien forcé de se ré-inventer.


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #24 08/06/2021 09h24

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   357  

@doubletrouble, je pense que vous omettez une quantité de solution très importante.

Hors compte en banque il n’y a pas que les actions.
On a par exemple vu arriver récemment beaucoup de personne orientés crypto monnaies.
Vous omettez aussi la solution simple que sont les cartes prépayés (la solution principale qu’utilise mon ami pour les liquidités).
Les fonds euros sont aujourd’hui une solution de repli simple, peu couteuse et sans risque!
Et quand aux frais de transaction, ils sont majoritairement devenus faible.

Pour la consommation, il y a certes évolution des prix, mais tenez vous bien, aussi évolution des salaires!
En 1960, le salaire minimum horaire était de 1,6 francs nouveau.

Après, la comparaison au 19ème siècle, sérieux ?
Ok, quelques chiffres, sur la 2nde moitié du 19eme siècle, la durée de travail hebdo est entre 72 et 90h. (source)
Ensuite, les femmes ne travaillaient pas ?
Bizarre, car en 1906, environ 38% des femmes sont ouvrières et 16% domestiques (source).
A comparé avec les chiffres de 2018, où 68% des femmes de 15 à 64 ans sont sur le marché du travail (source)
Une véritable révolution, non ?

Donc en résumé, le mythe de bobonne à la maison à attendre son mari, c’est une version bourgeoise du 19ème siècle, la réalité était très différentes! (d’ailleurs un journaliste peu connu a pas mal décrit le milieu ouvrier de l’époque)


Au final, ça confirme bien que ce n’est pas une évolution imposé par le besoin, mais par l’envie.
Quand au 19ème, on survivait avec son salaire, qui de toute façon n’était pas dépensé autrement qu’en vital par faute de temps et de moyens, le 21ème siècle avec ses hauts revenus, ses temps libres et ses exigences de loisirs incitent à la consommation voir même au surendettement pour consommer!

Une solution pour lutter contre les taux négatifs seraient effectivement de multiplier par 2 ou 3 le temps de travail obligatoire et de diminuer drastiquement le taux horaire.
Ce qui permettrait que la plèbe n’est plus que le minimum vitale et donc n’ai plus la problématique des loisirs ou de l’épargne! tongue

Dernière modification par gunday (08/06/2021 09h32)

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #25 08/06/2021 09h46

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   181  

doubletrouble a écrit :

La mort du cash et les taux négatifs, c’est la touche finale de l’asservissement de chacun au système financier.

Pendant des siècles, un individu simple et travailleur pouvait mettre de côté une partie de ses revenus (parfois au prix de sacrifices difficiles) et avoir une relative certitude de pouvoir utiliser ce bas de laine pour améliorer son existence plus tard (s’acheter un toit, une éducation, un outil de production…).

L’histoire du XXème siècle, c’est celle de la financiarisation de la société. Les femmes ont été mises au travail non pas pour d’aimables raisons de justice sociale, mais surtout pour mettre un prix sur le travail domestique et donc le rendre taxable. Comparez une femme du XIXème siècle qui cousait une chemise à son mari modeste ouvrier, cuisinait les repas et gardait les enfants et une femme du XXème siècle qui travaille 8 heures par jour et certes gagne un salaire (soumis à l’impôt sur le revenu) mais dont le foyer dépense de l’argent pour acheter une chemise (20% de TVA), déjeuner au restaurant (TVA réduite mais toujours là), et doit payer une nounou. L’une ne rapporte strictement rien à l’état ou un intermédiaire financier, tandis qu’on extrait le labeur et l’argent de l’autre comme on presse un citron.

Et la disparition du cash, anonyme et difficilement traçable, c’est la cerise sur le gâteau : absolument toutes leurs dépenses sont désormais analysables, et sujettes à l’approbation de leur établissement financier.

Alors certes nous ne pouvons rien y faire, et de toute façon nous sommes ici entre gladiateurs avertis, mais je crois qu’il est bon de se rappeler parfois de la cruauté qu’il existe à faire rentrer M. et Mme Michu dans cette arène.

Je trouve pratique que votre argumentation repose uniquement sur vos propres valeurs. Et je trouve ironique qu’une personne qui se plaint de l’asservissement par le système financier, supporte son argumentation en disant que l’asservissement de la femme pendant des siècles était mieux et "limite" pour le bien de la société car ca enchainait pas les hommes. Les femmes diront ce qu’elles pensent de cette assertion mais ca me parait un peu bancal…

De même, vous indiquez que pendant des siècles, les honnêtes travailleurs étaient mieux lotis que ce qui nous attend avec la disparition du cash… Mais j’ai quand même du mal à croire à cette belle envolée lyrique. Vous occultez pas mal de choses et notamment l’esclave des noirs, des femmes (hourra, le droit de cuissage et le poulinage gratuit), les serfs. Même les artisans les plus riches n’étaient que des pouilleux (ce qui se rapproche sans doute le plus de nous ceci dit). Etre taxé à foison les bonnes et les mauvaises années par l’état, les chevaliers, l’église, etc… Voir ces dents tomber à 30 ans. Et puis, si on avait de la chance, on était enrôlé de force dans l’armée pour aller combattre l’ennemi diabolique qui nous veut du mal.
L’esclave est juste plus doux actuellement et notre condition bien meilleur d’avant.

La fin du cash, la belle affaire. Vous ne pourrez plus cacher vos petites dépenses à l’Etat. Mais à qui croyez vous les cacher actuellement : à votre banque, à l’état, au GAFAM ? Combien cela représente par mois, les achats de seconde main ? A mon avis, quasi rien. Vous pensez être anonyme et sous radar mais comme tout le monde, on sait déjà tout de vous et il n’y a qu’à creuser pour vous mettre à jour (encore faut-il que ça en vaille la peine).

Icqe, à raison sur le fait que des échappements sont possibles et même je dirai que les cartes existent déjà. Pour une disparition de cash, il faudrait que le cash disparaisse complètement de la planète . C’est pas impossible mais on voit déjà des alternatives avec les crypto. Il suffirait alors de trouver des gens qui acceptent de convertir des cryptos en cash électronique et c’est fait.
Aujourd’hui, ca existe déjà : vous payez A avec un chèque sans ordre. A va chez B (disons un grossiste en BTP), B encaisse le chèque et reverse la moitié à A en liquide. Dans ce système A n’a rien perdu ou quasi car le liquide va servir à payer C mais qui en acceptant va lui faire une ristourne conséquente. Voire A va payer des pakistanais à 30€/j pour faire du travail sur un autre chantier.
A noter que même dans les endroits sans cash, il est possible de trouver une valeur à un objet et de l’échanger entre gens pour des services et de faire tourner un univers parralèle à la monnaie électronique. Et c’est ce qui se fait actuellement avec le cash.

Même si j’adore les univers cyberpunk et qu’il est possible qu’on s’y dirige, je pense que tout voir sous le prisme de ces univers est une erreur.

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur