Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#651 24/11/2020 08h32

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   477  

Bibike a écrit :

Un petit mot sur un livre extraordinaire qui, étonnamment, n’a pas été cité une seule fois au cours de ces 26 pages….
Il s’agit du livre Les écrits de Warren Buffett.

Lecture certes intéressante. Ça me fait penser à une question que je m’étais posée en le lisant.

Dans le chapitre sur la gouvernance et les rémunérations des dirigeants et conseils d’administrations, Buffet fait une distinction entre le versement des dividendes et des intérêts qui seraient versés sur les bénéfices mis en réserve.

Je ne comprends pas de quoi il parle. Quelqu’un sait à quoi correspondent ces intérêts?


L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître (A. Dumas )

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 3   [+2]    #652 24/11/2020 09h53

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   124  

Ribeiro a écrit :

Auriez-vous une recommandation pour un autre ouvrage (même en anglais) qui va un peu plus loin concernant les critères de sélections et les éléments d’analyses sur cette stratégie "income"?

La plupart des livres, et même des blogs, traitent de la partie dividendes exclusivement, ce qui est réducteur, et souvent même de DGI (Dividend Growth Investing).

Vous avez ce livre, Preferred stock investing, sur lequel je suis tombé en parcourant l’excellent "Innovative Income Investor".
Il traite des actions préférentielles, a l’avantage d’être gratuit, mais parait un peu daté. Je précise que je ne l’ai pas lu, mais seulement feuilleté. Il donne quelques bases pour bien comprendre cet univers.

Comme la littérature "income" est assez rare, j’ai pris l’habitude de m’inspirer de façon différente. Je cherche des sites de gérants de fonds actifs "multi assets" orientés income. Cela me permet d’étudier leur répartition en terme de classe d’actifs, d’avoir accès à leurs "insights", parfois à leur méthode de sélection et à quelques idées de sociétés, fonds, ou bien obligations, actions préférentielles, etc…
C’est inspirant car leur approche est souvent globale, c’est à dire qu’ils associent plusieurs classes d’actifs et ne se limitent pas au fixed income ou bien aux actions.

Quelques exemples :
- la société Vontobel.
- Cette pagede JP Morgan AM, présentant son fond "global income".
- Les UIT de la société guggenheim: par exemple ce fondsqui a vraiment une approche globale. Voici la factsheetpour l’ensemble des positions.
- plusieurs sites d’Investment trusts anglais. J’indiquais hier sur une autre file, ce document édité par Janus Henderson pour leur fonds "Henderson Far east Income" sur les tendances dividendes en asie.

Comme ce ne sont pas des livres, je suis conscient d’être Hors sujet par rapport à cette file, du coup je terminerai par un ouvrage qui, au premier abord, n’a rien à voir avec l’income : créer et piloter un portefeuille d’ETF, de fructif.
Pourquoi ? parce que les ETF obligataires offrent une possibilité très intéressante de diversifier ses revenus en ayant accès à un univers pas forcément accessible à l’investisseur individuel.
Et les principales maisons comme ishares ou invesco offrent plein d’ETF obligataires UCITS avec des rendements sympas, le tout sans le prélèvement à la source que l’on a pour les actions :
- High Yield US (les fallen angels US sont à plus de 6%), High yield mondial, dette corporate émergente, sovereign émergents (en devise locale ou en USD),…
Si vous regardez le lien que je vous fourni plus haut sur l’UIT de guggenheim, vous verrez que les ETF sont pleinement intégrés à leur portefeuille.
Donc, pour en revenir au livre de fructif, il donne les bases pour se repérer dans l’univers des ETF. Ce qui permet ensuite de faire son choix en toute connaissance de causes dans la liste des ETF disponibles.

Pour résumer, je dirai qu’il faut être dans un état d’esprit ouvert, ne pas se limiter à un univers, car nous avons tous à lutter contre l’effet moutonnier, contre le dogmatisme, contre les biais, contre la fiscalité, contre les réglementations douteuses, etc…
et donc être d’en une recherche permanente de nouvelles opportunités : Chercher, s’inspirer (des professionnels comme des amateurs), digérer ce que l’on découvre, prendre du recul, expérimenter, adapter tout cela à son propre style et à sa situation, améliorer, etc…

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #653 24/11/2020 13h39

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1108  

MisterVix a écrit :

Bibike a écrit :

Un petit mot sur un livre extraordinaire qui, étonnamment, n’a pas été cité une seule fois au cours de ces 26 pages….
Il s’agit du livre Les écrits de Warren Buffett.

Lecture certes intéressante. Ça me fait penser à une question que je m’étais posée en le lisant.

Dans le chapitre sur la gouvernance et les rémunérations des dirigeants et conseils d’administrations, Buffet fait une distinction entre le versement des dividendes et des intérêts qui seraient versés sur les bénéfices mis en réserve.

Je ne comprends pas de quoi il parle. Quelqu’un sait à quoi correspondent ces intérêts?

Est-ce que vous pensez à ce passage ?

Livre + ajouts personnels a écrit :

Lorsque la rentabilité des capitaux propres est dans les normes, gagner plus en injectant plus de capitaux dans l’entreprise ne demande guère de talent.
En quadruplant les capitaux investis sur un compte épargne, vous quadruplerez les intérêts perçus et vous n’espérez pas être félicité pour cela.
Si la société offre des rendements supérieurs à la moyenne ou si le capital employé n’a fait que doubler pendant le règne du dirigeant, les compliments sont largement mérités. Mais si la rentabilité des capitaux est médiocre ou si le capital investi augmente à la même vitesse que les bénéfices, il ne faut pas se réjouir.
Page 94 : Ces plans sont gagnants car l’entreprise capitalise ses bénéfices, ne les distribue pas, donc sa valeur augmente donc l’option devient gagnante simplement par la gestion prudente de l’allocation de capital.
« Beaucoup de plans de stock-options sont gagnants parce que les dirigeants mettent en réserves les bénéfices, pas parce qu’ils font fructifier votre capital. »
Les stock-options n’alignent pas les intérêts du management et des actionnaires. Ces derniers assument le coût du capital et court un risque de baisse, le bénéficiaire de stock-options ne prend aucun risque.

Si c’est bien ce passage, alors ma compréhension est :

Il est facile de faire progresser les bénéfices de la société (et de rendre exerçable des stocks options), en réinjectant les bénéfices passés dans les réserves, en les investissant et en les faisant capitaliser à la rentabilité des capitaux investis. C’est aussi facile que de réinvestir les intérêts d’un livret d’épargne et se satisfaire l’année d’après d’avoir gagné plus d’intérêts… Plus de capital investi, plus de bénéfices c’est juste mécanique ça ne démontre pas la bonne allocation de capital ou la performance du management.

>> donc dans ce cas le management ne mérite pas ses stocks options.
Sauf si le rendement des capitaux investis est largement supérieur à tout autre option, mais c’est rarement le cas.

Buffett écrit ce passage sur le prétendu argument de l’alignement des intérêts entre management incentivé par des stocks-options et actionnaires.

Dernière modification par bibike (24/11/2020 15h18)


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub Poulpeo

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 2   [+1]    #654 08/12/2020 11h40

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   198  

Je ne l’ai pas vu mentionné mais pour les anglophones (il y quelques livres en français mais rares), il y a la possibilité d’emprunter les classiques (Lynch, Boggle, etc) légalement sur archive.org:

Free Books : Download & Streaming : eBooks  and Texts : Internet Archive

Pour ceux qui ont des petits moyens ou comme moi une grosse consommation de livres, c’est très utile!

Dernière modification par Liberty84 (08/12/2020 12h28)

Hors ligne Hors ligne

 

#655 16/12/2020 16h23

Membre
Réputation :   4  

Je suis à la recherche de documents, livres, essais sur la finance des événements extrêmes comme par exemple le "Cygne Noir" de Nassim Nicholas Taleb que j’ai bien apprécié.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #656 26/12/2020 15h09

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1108  

Votre temps est infini Et si votre journée était plus longue que vous ne le pensiez ? De Fabien OLICARD

Dans l’intro de ce livre, le temps est vu comme une monnaie, une monnaie hyper précieuse que l’on possède en abondance en théorie mais que l’on ne peut épargner, chaque jour votre compteur repart à zéro.
L’objectif est de limiter vos dépenses de votre temps si précieux.

De très nombreuses astuces, solutions, process sont proposés dans ce livre aussi bien sur le plan personnel que sur le temps professionnel.

Un peu de story telling mais pas trop.

Quelques conseils inutilement compliqués (genre planning/to-do usine à gaz impossible à tenir) mais l’auteur propose plusieurs solutions en ayant conscience que tous les outils ne sont pas forcément adaptés à la personnalité de tous et qu’il convient de trouver sa propre manière de fonctionner.

Malgré que j’estime avoir un bon niveau dans ce domaine passionnant j’ai encore appris quelques trucs intéressants pour toujours avoir plus de temps dans une même journée (jusqu’à se créer une 32ème journée par mois wink cf un des chapitres qui propose une astuce originale pour cela), je me suis aussi surpris à lire des choses que j’avais déjà apprises (le bocal : la pierre, les cailloux, le sable…) et que je n’appliquais plus à tort (notamment au travail où il m’arrive de repousser les projets lourds et chi**ants temps qu’ils ne sont pas urgents, alors qu’il serait bien plus libérateur de commencer par ces grosses pierres, pour pouvoir ensuite glisser mon sable (petites tâches rapides à faible valeur) autour de ces pierres dans mon bocal (journée).

L’auteur est un extrémiste du temps, allant jusqu’à réfléchir à ses mouvements/déplacements au sein de son logement pour éviter de perdre du temps dans certaines actions qui auraient été moins chronophages en les processisant (rien de compliqué, que de la logique mais tout le monde n’applique pas forcément instinctivement).

Bref, j’ai bien aimé, cela vaut le coût (en € et en temps de lecture… wink ).


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub Poulpeo

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #657 08/01/2021 05h16

Membre
Réputation :   68  

Je ne connaissais pas vraiment la vie et surtout en détails d’Abraham Lincoln , a part qu’il est considéré comme un grand président des USA .
Il y a plein de lectures et de pages web a son sujet entre autres :

Abraham Lincoln

Cet homme est né en 1809.
En 1816, à 7 ans il est forcé à travailler car sa famille se fait expulser.
En 1818, il perd sa mère.
En 1828, il perd sa sœur.
En 1831, il lance son premier business et il fait faillite.
En 1832, il se présente aux élections législatives et il perd.
En 1833, il emprunte de l’argent  pour créer un business qu’il lance et il fait faillite .
En 1835, il rencontre une femme merveilleuse. Il tombe amoureux d’elle, ils se fiancent et elle meurt.
En 1836, il rentre dans une période sombre de sa vie, il rentre dans une dépression profonde. Et il reste alité pendant 6 mois consécutifs. Mais il se relève.
Dans cette même année 1836 il se représente aux élections législatives, et il perd de nouveau.
En 1840, il se présente pour être grand électeur , il perd.
En 1842, il rencontre la femme avec qui il va finir sa vie . Ils tombent amoureux, ils se fiancent, ils se marient et elle lui donne 4 enfants et ils en perdent trois.
En 1843, il se présente au congrès et il perd.
En 1845, il se présente de nouveau au congrès et il perd de nouveau.
En 1850, son fils meurt.
En 1854, il se présente au SÉNAT et il perd.
En 1856, il se présente pour être vice-président, il n’obtient même pas 100 voix.
En 1858, il se présente de nouveau au SÉNAT et perd de nouveau.
Et en 1860, ABRAHAM LINCOLN est élu président des États-Unis d’Amérique et il fait deux mandats exceptionnels qui font de lui l’un des présidents les plus respectés et le plus impactant de l’histoire des États-Unis.

Dernière modification par Serrure (08/01/2021 05h21)

Hors ligne Hors ligne

 

#658 09/01/2021 13h06

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   198  

Je viens de finir Investment Fables d’Aswath Damodaran, récemment cité par Srv sur sa file, et dont l’auteur est aussi mentionné par Scipion sur sa file de portefeuille dans son post  sur l’equity risk premium .

C’est un très bon livre je trouve car au delà d’énoncer les biais et les pièges des différentes stratégies, il donne aussi des pistes concrètes pour améliorer le screening d’actions selon la stratégie de chacun. Les différentes stratégies évoquées sont:

_ High Dividends stocks
_ Low PE stocks
_ <1 Book value
_ Stable earnings
_ Good companies
_ Growth companies
_ Contrarian stocks
_ New companies
_ Mergers
_ Arbitrage
_ Momentum
_ Guru investing
_ Buy&Hold

Dernière modification par Liberty84 (09/01/2021 13h07)

Hors ligne Hors ligne

 

#659 20/01/2021 16h33

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1108  

Leçons d’investissement d’un père à ses enfants de Jim Rogers, cofondateur du Quantum Fund.

On retrouve les attraits de Jim, la macro, l’évolution des peuples, la Chine et les matières premières.

Ecrit sous forme d’une longue lettre à ses deux filles, des passages assez drôles dans le style de Rogers. Inspirant pour ce que l’on a envie de transmettre à ses propres enfants, comme valeurs, conseils d’investissement ou plus généraux.

Un résumé du livre par notre collègue Tanguy.

Un peu cher (16.20 €) pour seulement 80 pages.


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub Poulpeo

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #660 17/02/2021 13h23

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   307  

Pour ceux qui ont apprécie le livre 100 baggers, à noter que Christopher Mayer vient de rendre disponible sur son site un chapitre supplémentaire du livre "The Lost Chapter".

Vous pouvez le retrouver ici.

Hors ligne Hors ligne

 

#661 14/03/2021 05h52

Membre
Réputation :   15  

Bonjour,

Est ce que quelqu’un ici a lu le livre de Victor Lora « La retraite a 40 ans c’est possible ».

Hors ligne Hors ligne

 

#662 14/03/2021 19h04

Membre
Réputation :   71  

Pour ceux qui ont apprécie le livre 100 baggers, à noter que Christopher Mayer vient de rendre disponible sur son site un chapitre supplémentaire du livre "The Lost Chapter".

Vous pouvez le retrouver ici.

Beaucoup de leçons à retenir de ces quelques pages et du retex d’investisseurs de renom. Et beaucoup de travail encore à accomplir sad..

I have long held the opinion that the greatest mistakes investors make are not in the stocks they buy and lose money on, but in the stocks they sold too soon.

T. Rowe Price was a growth investor who only bought growth stocks when they were cheap.
He knew price paid was the important consideration.
Twice in his career, Price closed his fund because he thought the market was too expensive based on his inability to find cheap growth stocks. He closed it from October 1967 to June 1970, and from March 1972 to September 1974.
During both periods, the market crashed.

Hors ligne Hors ligne

 

#663 06/04/2021 12h52

Membre
Réputation :   1  

Bonjour,
Certains connaissent ils le Stock Trader’s Almanach.
J’ai celui de 2021. Fort intéressant.
J’aimerais avoir des opinions.

Savez vous si un équivalent français ou Euronext existe ?

Merci

Edgar D

Hors ligne Hors ligne

 

#664 10/04/2021 20h30

Membre
Réputation :   1  

Dans les livres, pour les debutants (mais aussi pour conforter une certaine expérience) je recommande “Buffettology” de Mary Buffett.

C’est simple et clair.
Des concepts solides et pragmatiques. Pas de longue théorie d’analyse technique ou de méthodes de valorisation complexes (même si c’est très important aussi).

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #665 18/04/2021 09h20

Membre
Réputation :   1  

Bonjour,

J’ai vu que Dale Carnegie était référencé. (Son livre phare “How to win friends and influence them”, ce qui sonne légèrement mieux que la traduction française…, est excellent, et fait partie littéralement de la culture américaine).

J’en recommanderais deux autres :
- The art of public speaking (avec toute une gamme de variation sur le titre au fil des versions et re-editions)  ->
Le sujet dépasse la prise de parole en public et aborde la confiance en soi. Fondamental ;
- How to Stop Worrying and Start Living : tres intéressant sur l’introspection de nos angoisses cachées et de ce qui freine nos initiatives. Un livre d’actualité.

J’espère que cela en intéressera certains.

Edgar D

Hors ligne Hors ligne

 

#666 02/05/2021 09h40

Membre
Réputation :   27  

Bonjour,
Je viens de finir une première passe sur Richard Tortoriello - Quantitative Strategies for Achieving Alpha (plusieurs relectures seront utiles)
Ecrit en 2008, il va falloir vérifier si ce qui est indiqué est toujours d’actualité. Mais cela mentionne bien des principes commun avec ce site, avec plusieurs piliers à considérer: profitabilité (ROIC, cash ROIC etc…), valorisation (P/FCF, EV/EBITDA etc…), croissance, cash flow, momentum etc…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #667 10/05/2021 20h58

Membre
Réputation :   12  

Je finis à l’instant La dernière chance du capitalisme, le dernier livre de Patrick Artus et Marie-Paule Virard sorti le 5 mai dernier.

J’ai trouvé la remise en cause des déviances actuelles du capitalisme néolibéral et la mise en lumière de leurs conséquences économiques, politiques et sociales dans les pays de l’OCDE vraiment pertinente.

L’ouvrage est illustré de nombreux chiffres, graphiques, et théories économiques, et est un peu construit à la manière d’une thèse. Il intègre aussi les dernières données de la crise due à la Covid-19. Très agréable à lire, je l’ai littéralement dévoré et il est inutile d’être un ponte en économie pour le lire.

Bien qu’on y découvre les pistes des auteurs pour bâtir un système plus équilibré, plus efficient, et moins court-termiste en Europe, on ne peut s’empêcher d’être gagné par un certain pessimisme concernant la France qui accuse toujours de gros problèmes de fond concernant aussi bien l’imposition massive sur les entreprises que l’éducation et la formation.

Hors ligne Hors ligne

 

#668 12/05/2021 09h58

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2749  

nexus, le 10/05/2021 a écrit :

Je finis à l’instant La dernière chance du capitalisme, le dernier livre de Patrick Artus et Marie-Paule Virard sorti le 5 mai dernier.

Je l’ai lu hier. Des points convaincants, mais aussi un peu confusant.

Toute une partie qui explique que dans les pays de l’OCDE les actionnaires captent les gains de productivité, que les entreprises ne payent pas assez d’impôts, etc. ce qui provoque des inégalités et un mécontentement des populations dans les pays développés.

Puis la partie sur la France, où on nous dit que là le partage des gains de productivité est plutôt en faveur des salariés et que les entreprises payent trop d’impôts et taxes !

Hors ligne Hors ligne

 

#669 12/05/2021 10h43

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   128  

La France est souvent en opposition de phase avec les autres pays de l’OCDE, notamment avec les anglo-saxons. La culture politique et juridique française est, par bien des aspects (rôle de l’Etat, formalisation juridique, influence des idées communistes), opposée à son homologue britannique. Il y a bien entendu de grandes ressemblances sur d’autres aspects (rigidité de la segmentation sociale, influence politique des milieux d’affaires, nostalgie de l’état de grande puissance).

Hors ligne Hors ligne

 

#670 12/05/2021 11h47

Membre
Réputation :   13  

nexus, le 10/05/2021 a écrit :

Je finis à l’instant La dernière chance du capitalisme, le dernier livre de Patrick Artus et Marie-Paule Virard sorti le 5 mai dernier.

J’ai aussi trouvé ce livre passionnant !

Il me semble présenter de manière non partisane deux faits majeurs et difficilement contestables des économies contemporaines depuis 20-30 ans (l’un étant plutôt une critique "de gauche" et l’autre une critique "libérale") :
1. Une déformation au détriment des salariés de la valeur ajoutée - ou vu autrement des salaires qui progressent beaucoup moins vite que la productivité - aux USA et dans la plupart des pays de l’OCDE (excepté en France comme indiqué dans des messages précédents)
2. La création d’une bulle d’endettement et d’une inflation phénoménale sur le prix des actifs, d’abord par l’endettement privé (jusqu’en 2007) puis par l’endettement public et enfin par la monétisation dans les faits de ces dettes publiques par les banques centrales

Et l’intérêt du livre est notamment dans la mise en relation de ces deux faits : de manière schématique 1 a impliqué 2 car l’endettement a dû prendre le relais de l’atonie de la demande conséquence de la faible progression des salaires. Il explique aussi bien le lien avec certains phénomènes comme la contestation politique radicale, les inégalités intergénérationnelles, etc.

Et nous sommes peut-être au dernier stage possible de soutenabilité de ce système (même si cela peut durer encore longtemps, cf. la situation du Japon…).

Hors ligne Hors ligne

 

#671 12/05/2021 15h10

Membre
Réputation :   12  

InvestisseurHeureux a écrit :

nexus, le 10/05/2021 a écrit :

Je finis à l’instant La dernière chance du capitalisme, le dernier livre de Patrick Artus et Marie-Paule Virard sorti le 5 mai dernier.

Je l’ai lu hier. Des points convaincants, mais aussi un peu confusant.

Toute une partie qui explique que dans les pays de l’OCDE les actionnaires captent les gains de productivité, que les entreprises ne payent pas assez d’impôts, etc. ce qui provoque des inégalités et un mécontentement des populations dans les pays développés.

Puis la partie sur la France, où on nous dit que là le partage des gains de productivité est plutôt en faveur des salariés et que les entreprises payent trop d’impôts et taxes !

J’avais remarqué aussi cette confusion du discours, les auteurs n’insistent sans doute pas assez sur la divergence du cas Français. Mais après réflexion, ils faut bien avouer que de nombreux dérapages du capitalisme néolibéral sont dus notamment aux hedge funds anglo-saxons qui attendent effectivement des gains beaucoup trop élevés pour qu’une entreprise soit responsable tant sur le plan social que sur le plan environnemental. C’est nettement moins le cas en France qui impose fortement les entreprises (et les fait fuir…) et dont le système de retraites est par répartition. Si on lit entre les lignes, cette ambivalence du discours signifie peut être qu’un juste milieu est à trouver, et pourquoi pas dans un mix retraite par répartition/retraite par capitalisation.

La piste de la distribution d’actions aux salariés des entreprises cotées est intéressante avec son aspect dilutif, cela renforce de surcroît leur implication. Cependant, je vois poindre une inégalité majeure qui existe déjà actuellement : le salarié de pme, à diplôme et compétences équivalents, est encore et toujours le grand perdant du système.

Dernière modification par nexus (12/05/2021 15h12)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #672 14/05/2021 08h47

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   477  

InvestisseurHeureux, le 12/05/2021 a écrit :

{}les entreprises ne payent pas assez d’impôts, etc. ce qui provoque des inégalités et un mécontentement des populations dans les pays développés.

Puis la partie sur la France, où on nous dit que là le partage des gains de productivité est plutôt en faveur des salariés et que les entreprises payent trop d’impôts et taxes !

Le hic n°1, c’est que quand Biden ou les anglais montent les impôts, on entend dire qu’il serait inadmissible de ne pas faire pareil en France. En tant qu’employeur, je vois bien que les salariés sont frustrés, mais je vois bien aussi la folie adminsitrative qui bouffe tout mon temps, mon énergie, et engloutit des sommes qui seraient mieux utilisées en primes plutôt qu’en avocats conseil RH…

D’ailleurs, il n’y a qu’à voir le mal qu’on a à trouver des successeurs, les "jeunes" chrachant à tout pris du salariat plutôt que les emmerdes d’être employeur et libéral.

Le hic n°2, c’est que les gentils épargnants que nous sommes, qui misent sur le ROE pour obtenir un effet boule de neige sur le long terme, voient leur stratégie clairement menacée par un capitalisme qui penserait "moins" à la valeur de l’entreprise et plus à la mission. Je ne sais pas si c’est une bonne chose (parce que je crois qu’il y a beaucoup de comm et assez peu d’actes concrets) pour le monde. En tout cas ca serait dur pour les aspirants rentiers.

Bref, nous vivons une époque aussi fascinante que désespérante… et inquiétante.

Dernière modification par MisterVix (14/05/2021 08h47)


L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître (A. Dumas )

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur